Version classiqueVersion mobile

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Présentation

Marie-Céline Isaïa et Armand Jamme

Texte intégral

1L’un des effets spéculaires les plus difficiles à appréhender de la réception diplomatique est qu'elle crée, pour la communauté qui accueille une délégation, un sentiment d’appartenance et d’identité communes. Face à l’étranger qui présente, avec ses cadeaux et ses lettres d’accréditation, le message qu’il a mission de délivrer, les rangs se resserrent et les différences s’estompent. Stratégie purement diplomatique qui veut qu’on présente un front uni à un adversaire potentiel ? Nécessité politique qui impose de celer à ces regards inquisiteurs toute faille que l’ambassade pourrait exploiter ? L’effet unificateur de la réception diplomatique est à la fois plus subjectif et plus profond : l’émissaire, au moment où il est lui-même accueilli et reconnu comme représentant légitime du pouvoir qui l’envoie, reconnaît en retour l’existence de la communauté politique qui le reçoit. L’accueil des légations est un moyen connu, utilisé en particulier par les souverains francs, pour créer un consensus politique dans l’élite, associée ainsi par l’accueil des ambassadeurs à une manifestation éclatante du pouvoir souverain. Plus généralement, il paraît évident que le choix d’un ambassadeur, la définition précise du contenu d’une mission diplomatique, l’organisation du rituel de réception des interlocuteurs sont autant d’occasions pour un prince, un baron, une cité ou une communauté politique, qui n’est pas gouvernée de façon tyrannique ou absolue, d’éprouver la cohésion de ses structures ou de la renouveler.

  • 1 La liste des institutions est assez fournie, puisqu’ont participé à l’organisation de ce congrès l (...)

2Pour toutes ces raisons, l’accueil à Lyon en juin 2010 du XLIe Congrès de notre Société a été pour nos universités, l’ENS et le CIHAM1 une chance : non qu’ils aient eu à redouter des ambassadeurs présents des messages belliqueux, ni même qu’ils aient craint de devoir recevoir des ennemis qui n’étaient que des amis, mais parce que nous avons pu éprouver la solidité de notre association, ainsi que notre détermination à réfléchir ensemble. Naturellement, après le temps des communications et des échanges, la publication des actes a demandé un nouveau travail de clarification et de synthèse. Tous les auteurs ont joué le jeu des réécritures que nous leur avons demandées, tous les experts se sont montrés zélés dans l’examen des propositions qui leur furent soumises – qu’ils en soient chaleureusement remerciés. Plutôt que de nous en tenir au programme initial étendu sur trois journées, nous avons souhaité, tout en restituant toute leur force aux rapports et observations introductives de Régine Le Jan, Hagen Keller et Stéphane Péquignot, qu’apparaissent nettement les trois champs de recherche qui ont été éclaircis à Lyon, même s’il est souvent difficile de circonscrire tous les enseignements d’un article à l’un de ceux-ci.

Sources et méthodes

3Notre connaissance des relations diplomatiques médiévales dépend de la rédaction de textes qui préparent les échanges (enquêtes, instructions, lettres), les rendent effectifs (créances, pétitions et suppliques, offre de manuscrits) et en dressent un compte rendu, narratif ou comptable. Le développement des archives dans les derniers siècles du Moyen Âge favorise l’expansion des sources disponibles et des séries documentaires spécifiquement consacrées aux relations diplomatiques. Mais notre connaissance dépend aussi de la constitution postérieure de corpus ad hoc (registres) et de la rédaction de récits à vocation historiographique, qui sélectionnent les échanges à commémorer, à amplifier, voire à taire. Tout travail historique commence donc, ici comme ailleurs, par une appréhension de la diversité des sources qui illustrent la communication et la médiation, et par une critique méthodique des actes, des divers genres narratifs et de leurs buts. Néanmoins, peut-être parce que l’échange diplomatique est affaire de représentation, le poids des mots dans les documents originaux, le poids du tri opéré par les historiographes médiévaux paraissent en la matière singulièrement importants.

Pouvoirs et pratiques

4Lieu de construction de la médiation mais aussi d’expression d’un rapport de force, la négociation, souvent conçue comme une alternative à l’affrontement armé, n’est pas toujours régie par des normes et des rituels. Tendue par des objectifs précis, elle est au contraire le lieu d’épanchement de pratiques et de techniques diverses qui articulent gestes, oralité et écriture, et dans lesquelles le contexte et l’inventivité des émissaires jouent des rôles déterminants. Par l’envoi d’une ambassade, tout pouvoir de quelque nature qu’il soit se projette institutionnellement et symboliquement en dehors de son propre espace. Par la réception d’une ambassade, tout pouvoir sait qu’il offre une image, plus ou moins mise en scène, de lui-même : ici le basileus sera la divinité impassible qui reçoit l’hommage de tous, là le prince affichera une bienveillance attentive, voire une proximité réfléchie avec un représentant qui entre dans un réseau d’amis. Percevoir les méthodes qu’un pouvoir met en œuvre et l’intensité qu’il accorde aux échanges est donc une étape indispensable : à chaque puissance sa diplomatie et ses pratiques, qui en révèlent l’idéologie sous-jacente, depuis la mise en scène d’un pouvoir autocratique jusqu’à la fiction d’une autorité partagée.

Enjeux et contextes

5L’échange diplomatique n’est que rarement lié au péril imminent d’une guerre à éviter, à une alliance matrimoniale à conclure, à une prise de position définitive : l’« incident diplomatique », avec son poids de menaces à conjurer et de scandale, est même par définition le contraire de toute relation diplomatique normale. Les événements, les accidents, les revirements ont moins retenu l’attention que l’analyse globale des relations diplomatiques en termes d’enjeux : replacées dans leur contexte, elles révèlent une domination politique hégémonique (empire Ming), projettent une vision géopolitique singulière (ordres religieux militaires), dévoilent des échanges commerciaux ultraconcurrentiels (monde arabe oriental) ou les amorces de rapprochements religieux (Églises d’Orient et d’Occident).

6Vigilance autour des discours développés par les sources, dévoilement des idéologies par les pratiques des pouvoirs, importance des contextes et des structures récurrentes de l’échange, à travers l’angle des relations diplomatiques, examinées ici dans un très large espace, de l’Occident chrétien et musulman jusqu’au Japon en passant par l’océan Indien, et que les conclusions de Jean-Marie Moeglin contribuent à mieux éclairer encore, c’est notre compréhension du Moyen Âge qui se trouve en partie renouvelée par le congrès de Lyon.

Notes

1 La liste des institutions est assez fournie, puisqu’ont participé à l’organisation de ce congrès les universités Lyon 2 et Lyon 3, l’ENSL, l’EHESS et le CNRS, sans oublier l’ED 483.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search