Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Véronique Gazeau

Texte intégral

1La rédaction de cet avant-propos m’incite à reconnaître que le XLIe Congrès de la Société des médiévistes de l’Enseignement supérieur public a été organisé par le bureau, et à sa tête Régine Le Jan à laquelle j’ai succédé en octobre 2010, et l’équipe constituée par les deux universités Lyon 2 et Lyon 3, l’École normale supérieure de Lyon et le Centre interuniversitaire d’histoire et d’archéologie médiévale (UMR 5648). L’idée de revenir à Lyon où s’était tenu le XIe Congrès de notre société s’inscrit dans le prolongement du retour aux villes où se sont déjà tenus des congrès, et le mérite en revient à Régine Le Jan, puisque Nice 2009 renouait, quarante ans après, avec Nice 1970. Le thème retenu pour le Congrès de Lyon en juin 2010 n’a toutefois rien à voir avec celui de 1980, qui portait sur le paysage urbain au Moyen Âge. Ville de carrefour, ville d’Empire, puis ville française au début du xive siècle, Lyon, symbole des échanges en tous genres, était qualifiée pour nous donner à réfléchir sur Les relations diplomatiques au Moyen Age.

2Le volume paru en 1981 comportait dix communications qui s’appuyaient sur des exemples de villes françaises, italiennes et espagnoles, ainsi que sur la colonie génoise de Caffa. Depuis, la Société des médiévistes a vu le nombre de ses membres croître et, avec elle, le nombre des communications données lors des congrès. Ce sont, en 2011, vingt-trois communications qui balaient le temps long, depuis les Barbares et les Mérovingiens jusqu’à l’extrême fin du Moyen Âge, et qui offrent des exemples de relations diplomatiques choisis dans des espaces aussi variés que l’Europe, Byzance, le Yémen, le Japon et la Chine. Si le Congrès du Caire avait été le lieu d’échanges et d’études comparatives entre Occident et Orient, le thème retenu à Lyon invitait peut-être à proposer des communications moins centrées sur des horizons habituels. De nouveaux défis, nés de la mondialisation et de l’ouverture de contrées lointaines, s’imposent aux médiévistes français, déjà relevés par une collègue de l’ΕΡΗΕ, mais dont ne tarderont pas à s’emparer nos jeunes collègues, si toutefois les institutions de l’Enseignement et de la Recherche le permettent.

3Le volume qui nous est proposé et qui est enrichi, comme depuis 2006, de contributions de jeunes chercheurs a nécessité un « travail de clarification et de synthèse », comme l’écrivent Marie-Céline Isaia et Armand Jamme dans leur présentation. Je souhaite que tous, futurs lecteurs, nous soyons reconnaissants à nos deux collègues de Lyon 3 et du CIHAM, ainsi qu’à Thierry Kouamé et Cédric Giraud, de mettre à notre disposition en un temps si bref cet ouvrage, qui fait le point de nos connaissances. Les observations liminaires, la première partie et la conclusion proposent, sur un objet plus nouveau qu’il n’y paraît, un ensemble de réflexions riches d’ordre méthodologique, tandis que les communications des deuxième et troisième parties montrent et éclairent les liens entre relations diplomatiques et thèmes de l’écrit, de la représentation, de l’étranger, de la médiation, des pratiques des pouvoirs, des normes et des rituels, etc.

4Les trois journées lyonnaises se sont déroulées successivement à TENS, où son directeur, Olivier Faron, nous a accueillis, à Lyon 2, où l’équipe en place – Nicole Bériou, Jean-Louis Gaulin, Denyse Riche – nous a réunis dans un magnifique amphithéâtre, et enfin à Lyon 3, où Nicole Gonthier et Alain Dubreucq avec Nicolas Carrier et Jean Thibault nous ont reçus. Nous n’oublions pas le directeur de l’INRP, qui nous a donné l’hospitalité. Nos hôtes avaient prévu le traditionnel banquet dans un restaurant sis près de la basilique de Fourvière, d’où la superbe vue sur la capitale des Gaules nous a ravis. En terre lyonnaise, la gastronomie fut à la hauteur de sa réputation. Que nos collègues lyonnais soient remerciés pour leur contribution à l’organisation de ce congrès, qui s’est achevé par une excursion sur les bords de Saône, qui nous a conduits jusqu’au château d’Anse.

5Qu’il me soit permis, pour ce premier avant-propos de présidente, de souligner que les congrès de la SHMESP s’apparentent un peu à la fraternitas médiévale. Je forme le vœu que notre société continue d’être un lieu d’échanges scientifiques et amicaux. Ne devons-nous pas, dans les années qui viennent, continuer de défendre les valeurs de notre universitas et être les ambassadeurs d’une recherche de haut niveau ?

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site