Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire les philosophes

 | 
Olivier Bloch
, 
Jacques Moutaux

III. Traduire dans l'histoire : histoire des traductions et traductions de l'histoire

Traduire Vico

Alain Pons

Texte intégral

1Traduire Vico, et non traduire les philosophes italiens, en général. Le cas de Vico est en effet particulier, sinon unique : il s’agit d’un philosophe (personne ne lui conteste ce statut) qui, de façon délibérée, s’est forgé en italien un style, un vocabulaire, une syntaxe, très éloignés du style philosophique courant de son époque (en italien, en latin, en français). Nous n’avons pas affaire à des fautes, à des négligences ou à des bizarreries sans conséquence, comme on l’a cru longtemps, mais à une langue travaillée « poétiquement », au sens fort du terme.

2C’est dire que la tâche du traducteur de Vico est doublement difficile, puisqu’elle consiste à essayer de transmettre le plus rigoureusement possible un contenu de pensée à signification universelle, tout en laissant perdre le moins possible de la richesse d’un style qui joue, de façon particulière, des possibilités particulières d’une langue donnée. C’est à l’inventaire des principales de ces difficultés que cet exposé schématique est consacré. Les réflexions qu’il contient ne prétendent à aucune portée théorique générale. Elles s’appuient uniquement sur l’expérience que peut donner une longue pratique des textes vichiens, et sur la confrontation de cette expérience avec celle des traducteurs qui, en différentes langues, se sont essayés au même travail. Elles posent des questions, auxquelles il appartient ensuite de répondre, à ses risques et périls.

I. Recension des principales œuvres de Vico, traduites ou encore à traduire

31. Œuvres latines : Discours inauguraux (1699-1708) : seul le dernier, De nostri temporis studiorum ratione, a été traduit en français (Pons, Grasset, 1981). — De antiquissima Italorum sapientia (1710), traduit par Michelet et, plus récemment, par Mailhos et Granel (T.E.R., 1987). — Le Droit universel (1720-1722), qui comprend le De uno universi juris principio et fine uno, et le De constantia jurisprudentis. Le De constantia a été traduit sous le titre Origine de la poésie et du droit par C. Henri et A. Henry, Café Clima, 1983.

4Les Discours inauguraux sont écrits dans un latin littéraire de belle qualité et ne présentent pas de difficulté particulière de traduction. Il en va de même du Droit universel, dont le latin se rapproche davantage du latin philosophique et juridique traditionnel. Le vocabulaire du e antiquissima pose des problèmes délicats a résoudre.

52. Œuvres italiennes : Scienza nuova (1725), non traduite (trad, par B. Pinchard en préparation). — Vita di Giambattista Vico scritta da se medesimo (1728), traduite par Michelet, Chaix-Ruy, Pons (1981). — Scienza nuova (1744), dont les traductions sont énumérées au point suivant.

II. La Scienza nuova de 1744 et ses principales traductions

6L’édition de 1744 est considérée comme définitive. C’est chez elle que les particularités de style de Vico sont les plus évidentes (v. à ce sujet M. Fubini, Stile e umanità di Vico).

7Principales traductions de la S. N. :

  • en français : Michelet (1827), C. Belgioioso (1844), Doubine (1953) (trad. par Alain Pons en préparation).
  • en anglais : Bergin et Fisch (1948, 1976) ; Pompa, trad. partielle (1982).
  • en allemand : Jermann (1990).
  • en espagnol : Bermudo (1985).

8Une traduction de l’édition de la S. N. de 1725 est en préparation par les soins de Bruno Pinchard.

9Caractérisation de ces traductions.

III. Problèmes d’édition du texte original

10Ces problèmes concernent le traducteur dans la mesure où il est tributaire, dans son travail, des solutions adoptées par l’éditeur du texte qu’il traduit. Or l’établissement du texte de la S. N. oblige à des choix délicats : découpage, ponctuation, emploi massif des caractères italiques et des majuscules, etc. A signaler qu’une nouvelle édition de la S. N. est en préparation, par les soins de P. Cristofolini.

IV. Problèmes « littéraires » : le style de Vico

11Il ne faut pas oublier que l’italien n’est pas la langue « naturelle » de Vico (voir à ce sujet son Autobiographie). Il s’est forgé un italien très personnel, très individualisé (comme le sont, par exemple celui de Dante et celui d’Alfieri). Cette langue contraste aussi bien avec la langue, purement « technique », de la philosophie et de la science, qu’avec l’idéal linguistique et stylistique de pureté et de simplicité dont le français classique est le modèle, mais dont on trouve aussi des témoignages chez des auteurs italiens contemporains de Vico. Le P. Bouhours disait que « le beau langage est comme une eau pure et nette, qui n’a point de goût ». Vico, au contraire, aime les mots qui ont du goût, il cherche le terme rare, capable de donner plus de force à sa pensée, le mot le plus concret, le plus imagé, dans lequel l’étymologie fait le mieux sentir sa présence, son poids. Il use constamment du procédé rhétorique de la variatio : variété des mots, variété des graphies des mêmes mots, variété des formes grammaticales.

12Son italien est fortement latinisé, dans le lexique comme dans la construction. Depuis longtemps commentateurs et traducteurs ont compris que bien des difficultés du texte de la S. N. s’éclairaient si l’on avait recours à un dictionnaire de latin classique. On trouve l’influence du latin dans le goût que Vico a de l’expression axiomatique qui lui permet de fixer sa pensée sous une forme épigraphique et lapidaire qui donne tout leur poids aux éléments de la phrase. Mais il y a surtout les longues périodes, dans lesquelles sont utilisées toutes les possibilités offertes par le caractère synthétique de la construction latine : multiplication des propositions relatives, des incises, des parenthèses, qui permettent d’intégrer à l’intérieur des périodes des remarques latérales, des exemples historiques, des renvois à d’autres lieux du texte.

13La saveur particulière du vocabulaire vichien (dans lequel on décèle aussi des idiotismes florentins et des tournures propres au dialecte napolitain) est évidemment impossible à rendre en français, il faut s’y résigner. Mais la difficulté principale, parce qu’impossible à contourner, est représentée par ces longues périodes latinisantes que le français, par son caractère volontiers parataxique, ne peut fidèlement épouser. Une traduction littérale, prétendant respecter l’architecture de la phrase vichienne, aboutit à des résultats littérairement monstrueux, et nuit gravement à l’intelligence du texte. Vaut-il mieux alors découper la phrase, juxtaposer ses éléments, voire changer leur ordre en respectant une logique qui n’est pas celle de la phrase originale ? La question mérite d’être débattue.

V. Le vocabulaire philosophique de Vico

14Certaines difficultés de traduction ne viennent pas de la langue philosophique de Vico dans ce qu’elle a de personnel. Comment traduire en français, par exemple, mente, ingegno (le problème se pose aussi quand il s’agit de rendre mens ou ingenium) ? D’autres, au contraire tiennent à l’emploi très personnel que Vico fait du vocabulaire, philosophique ou non, quand il s’agit d’exprimer quelques-uns des concepts-clés de son système. Voici, simplement énumérés, les principaux de ces termes typiquement vichiens, qui résistent au traducteur français qui voudrait en trouver l’équivalent exact.

15Certo (certain ? particulier ?) - Conato (effort ? conatus ?) Famoli (serviteurs ? famuli ?) - Guisa (manière ? mode ? modification ?) Principi (commencements ? principes ?) - Cose umane (choses humaines ? institutions ?) - Setta de’ tempi (secte des temps ? suite des temps ?) - Umanità (humanité ? civilisation ?) - Ricorso (recours ? retour ? récurrence ? renaissance ? renouvellement ?).

VI. Le dilemme du traducteur

16Le style si personnel a indéniablement gêné la diffusion de sa pensée, en Italie même et à plus forte raison dans les autres pays, en France tout particulièrement. On a pu dire, non sans raison, que si Vico avait écrit sa S. N. en latin, il aurait été bien mieux apprécié et compris.

17Le traducteur est condamné à naviguer entre deux extrêmes, avec les risques que cela entraîne. Il pourra chercher à tout prix non seulement la « lisibilité », mais l’intelligibilité conceptuelle, en pliant la langue et la syntaxe vichiennes au « génie » du français, en ramenant les concepts vichiens à des concepts familiers, traditionnels. En un mot en « traduisant » non seulement d’une langue à une autre, mais d’un univers mental déroutant à un autre déjà connu et donc rassurant, en débarrassant un noyau « philosophique » universellement transmissible de sa gangue formelle trop particularisée. Le risque sera alors de perdre une bonne partie de ce qui fait le prix de la S. N., dans la mesure où chez Vico, comme chez tout authentique poète, matière et forme, pensée et expression sont indisociables. Il n’a pas seulement cherché à comprendre les mythes, il en a créé qui lui sont propres et qui ne cessent de hanter ceux qui l’ont lu. Laisser perdre la totalité de cette dimension poétique, c’est laisser perdre beaucoup de la valeur philosophique de l’œuvre, et l’on ne saurait s’y résoudre, à moins d’avoir une conception purement logiciste du discours philosophique. C’est se condamner à ne pas comprendre pourquoi Joyce a été fasciné par Vico.

18Cela dit, il ne faut pas sous-estimer les risques de la position inverse, qui consiste à vouloir rendre justice à tout prix à la dimension poétique de l’œuvre vichienne. D’abord parce qu’on n’y parviendra pas, et que le résultat de cet effort sera inévitablement insatisfaisant et arbitraire. Et ensuite parce qu’en torturant le vocabulaire et la syntaxe du français pour en tirer des effets « vichiens », on aboutira à des résultats si étranges que l’on rendra, avec la meilleure bonne volonté du monde, l’œuvre de Vico encore plus étrangère qu’elle ne l’a été jusqu’ici à l’horizon philosophique français.

19Il n’y a pas, on s’en doute, de solution. Le traducteur doit s’en remettre à sa discrezione, à son discernement. Dans tous les cas un Glossaire développé devra recenser tous les termes litigieux, exposer les différentes possibilités d’interprétation, et justifier les choix de traduction.

Annexes

DISCUSSIONS

M. D'Hondt

J’ai été très frappé par un point que vous avez souligné : la difficulté de traduction de certains mots, chez Vico, vient de l’emploi particulier qu’il en fait. Curieusement, les mots que vous avez cités rencontrent la même difficulté de traduction chez leurs correspondants allemands.

Ainsi le mot certo, certain, particulier correspond à l’allemand bestimmt (chez Hegel, chez Marx). Il est souvent rendu en français par déterminé. Cette traduction a parfois provoqué des « dérapages ». Il ne s’agit pas du tout du déterminisme des sciences exactes ; j’entre dans un magasin et je demande une marchandise déterminée, autrement dit : pas n’importe laquelle.

Ou encore, le mot famuli, en allemand : Knecht. Certains traduisent en français : serviteur. Vous avez signalé que pour famuli, cela ne convient pas. Mais cela ne va pas non plus pour Knecht.

Quant au mot guisa, il correspondrait en allemand à Weise. Certains traduisent en français — notamment selon l’emploi de ce mot chez Heidegger — par guise, ce qui me paraît extravagant mais répond phonétiquement à l’italien guisa. En réalité Weise exprime souvent l’idée de mode, de modalité. Si, chez Marx, on traduisait Produktionsweise par « guise de production » et non par « mode de production » cela semblerait assez étrange.

Serait-il excessif, à propos de Setta dei Tempi de penser à Zeitgeist ?

Il est étonnant, pour moi, d’apercevoir, à la lumière de ce que vous avez dit, cette correspondance des difficultés spéciales de traduction de certains termes italiens, lourds de signification philosophique, avec les difficultés spéciales de traduction de certains termes allemands. Cela ne tient peut-être pas uniquement aux particularités du langage de Vico, mais aussi à la philosophie de l’histoire dont il traitait ? Ce sont chaque fois des termes philosophiquement décisifs et à la fois problématiques.

M. Pons

C’est possible, en effet. Il est certain, en tout cas, que la découverte de Vico, en France et en Europe, a bénéficié de la vogue de la philosophie de l’histoire dans la première moitié du XIXe siècle.

M. Rousset

Je me rattache à l’intervention de M. D’Hondt : il n’y aura peut-être pas de problèmes de traduction avec « certo » et « bestimmt » ; entre l’italien classique et le latin classique, et l’allemand ; il y a ce problème pour le français et c’est peut-être parce que le français est inadéquat pour traduire des concepts philosophiques nécessairement et suffisamment amples pour permettre à la fois « un certain » et un « déterminé » au sens du déterminisme ? Est-ce que nous pouvons dire que notre langue est un critère ? Je ne trouve pas de langue qui soit une épreuve d’inteligibilité d’une autre langue ; celle-ci est la construction conceptuelle, ce n’est pas une autre langue.

M. Caussat

Peut-on faire coexister l’idée de « transition » et celle de « trahison » ? La première ne conduit-elle pas à liquider les nostalgies opaques de la seconde ? Car celle-ci présuppose la langue comme un ensemble achevé et clos, et alors c’est tout ou rien. Or toute langue est en travail, dans un contexte singulier et complexe ; ce qui est particulièrement le cas de la langue de Vico, italien volontaire, appris, réinstitué. On a affaire à une stratégie en devenir et à plusieurs faces. Quel public visait Vico en optant pour cet italien-là ? Et quelles fins poursuit Cousin lorsqu’il décide de faire traduire simultanément Vico et Herder en français ?

M. Pons

Pour répondre à votre première question, je rappellerai que toute la première partie de l’œuvre de Vico est écrite en latin, et que son latin est plus clair, plus lisible, moins ambigu que son italien. Certains ont ainsi pu soutenir que s’il avait écrit la Science Nouvelle en latin, il aurait été mieux compris, aussi bien en Italie que dans le reste de l’Europe. En ce qui concerne Cousin, il est certain qu’il obéissait à une stratégie en faisant traduire Vico et Herder respectivement par Quinet et Michelet, ses jeunes protégés. Il ne faut pas oublier qu’il passait en France, à la fin des années 1820, pour le « pape » de la philosophie de l’histoire. Il avait voyagé en Allemagne, et connu Hegel qui était même intervenu pour le faire sortir de prison, car il avait été arrêté à cause de ses idées libérales. Ses cours du Collège de France, en 1827-1828, qui étaient une synthèse assez superficielle des Leçons sur la philosophie de l’histoire de Hegel, connurent un extraordinaire succès auprès de la jeunesse estudiantine. Il considérait Vico et Herder comme les principaux précurseurs de Hegel, et il voulut les faire connaître en France avec l’aide de Michelet et de Quinet.

M. D’Hondt

Je voudrais rappeler que Cousin connaissait beaucoup d’Italiens : Santa Rosa, Prati, Salvi. Il y a une orientation de Cousin vers l’Italie.

M. Pons

Si Vico a commencé à être connu en France au début des années 1820, c’est, je crois, grâce à la présence à Paris d’éxilés napolitains qui, après la révolution de 1799 à Naples, et la répression qui s’était ensuivie, avaient cherché refuge à Milan d’abord, à Paris ensuite.

M. Negri

Une toute petite question : comment traduiriez-vous l’expression vichienne « Cose umane » ? On pourrait la traduire en latin, me semble-t-il avec « res gestae ». Alors en français peut-on rendre le même concept avec « histoire » ? en tant que « construction de l’homme », chose de l’homme ?

M. Pons

Les « res gestae » font certainement partie des « res humanae », mais ces dernières ont chez Vico une signification extrêmement large : elles ne désignent pas seulement les « actions », militaires ou politiques, accomplies par les hommes, mais tout ce qui témoigne de leur présence au monde. La religion, l’organisation sociale et politique, le langage, la mythologie, la philosophie, la science, font partie des « choses humaines ». On comprend pourquoi Bergin et Fisch, dans leur traduction anglaise dont j’ai parlé tout à l’heure, ont décidé de traduire systématiquement « cose umane » par « institutions ». Mais ce dernier mot me semble trop précis encore, trop restrictif. C’est pourquoi je pense qu’il vaut mieux en français garder « choses humaines », qui dans son indistinction même, correspond parfaitement à l’italien « cose umane ».

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540