Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire les philosophes

 | 
Olivier Bloch
, 
Jacques Moutaux

III. Traduire dans l'histoire : histoire des traductions et traductions de l'histoire

L’influence des traductions sur le vocabulaire philosophique persan

Ramine Kamrane

A M. Soheil M. Afnan

Texte intégral

I. Introduction

1La fixation d’une langue philosophique ne peut jamais être définitivement acquise, car même dans le cas de la fixité des formes lexicales les concepts exprimés par elles varient, parfois grandement d’un auteur à l’autre. Néanmoins une certaine constance lexicale et sémantique reste la condition primordiale de toute réflexion et de toute communication philosophique. Dans le texte qui suit, nous nous sommes attaché à décrire et examiner les raisons qui ont empêché la fixation lexicale de la terminologie philosophique persane tout en notant l’importance décisive des traductions sur la formation et l’évolution de cette terminologie.

2Le problème qui est au centre de notre étude est celui du choix de la terminologie (respectivement d’origines persane ou arabe) dans les textes philosophiques écrits en persan moderne. Le choix de la langue (persan contre arabe) par les philosophes persans a eu des incidences importantes sur le problème que nous comptons traiter et nous y ferons allusion, mais il constitue néanmoins un sujet à part.

3La latitude stylistique créée par la coexistence de deux terminologies philosophiques (d’origine persane et arabe), qui a connu des transformations tout en perdurant à travers l’œuvre de différents philosophes, constitue le fil conducteur de la présente étude. Étude articulée sur deux moments historiques de grande importance : - la naissance d’une terminologie philosophique d’origine persane vers le XIe siècle - la renaissance de cette terminologie avec l’irruption de la modernité en Iran vers le début du XXe siècle.

II. Le persan moderne

4Le persan moderne est une forme de la langue persane qui a émergé à la suite de la conquête musulmane et dont les premiers témoignages littéraires remontent au IXe siècle. Cette langue qui était et qui est parlée à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières de l’Iran actuel nous offre un vocabulaire de plusieurs dizaines de milliers de mots comme n’importe quelle langue de culture. La majeure partie de ce vocabulaire est d’origine indo-européenne (vieux et moyen-perse) et le reste constitué d’emprunts provenant de l’arabe du mongol ou d’autres langues. Ces mots ont été intégrés à une langue qui a toujours gardé sa syntaxe indo-européenne. Comme notre étude est focalisée sur la dichotomie des mots d’origine persane ou arabe dans le vocabulaire philosophique du persan moderne, par économie nous signalerons l’origine et l’usage des mots, par les abréviations persan/persan et arabe/persan. Nous pensons que cette dichotomie a offert une latitude stylistique énorme aux philosophes et à leurs commentateurs et qu’elle a été exploitée de manière systématique et consciente avec des motifs qu’on pourrait qualifier de pratiques ou d’idéologiques (au sens large du mot). A notre avis, cette exploitation a posé d’importants obstacles à la fixation du vocabulaire philosophique. Nous tâcherons par la suite de noter les conséquences de cette dichotomie et les modalités de cette exploitation stylistique.

5Des anciennes traductions de textes grecs (Platon, Thucydide...) en moyen-perse, et qui sont attestées historiquement [Afnan 1964], rien ne nous est parvenu. Leur influence sur la formation de la langue philosophique a été étudiée entre autres par É. Benveniste mais elle ne nous concerne pas dans la présente étude.

6Après la conquête arabe, les Iraniens, tout comme les autres peuples regroupés au sein de l’empire des conquérants, renouèrent le contact avec la pensée grecque par le truchement des traductions arabes des textes grecs, effectuées directement ou par l’intermédiaire du syriaque.

7Ces traductions ont créé l’humus nécessaire à la formation et au développement de la pensée philosophique dans l’empire constitué par les conquérants musulmans. La participation des Iraniens à cet épanouissement et à ce qui sera par la suite appelée de manière discutable philosophie ou science « islamique » ou « arabe » (à cause de la langue utilisée pour la rédaction des ouvrages qui en constituent le corpus), est très grande et a été soulignée maintes fois. Louis Massignon va jusqu’à dire que lorsqu’il veut bien comprendre dans quel sens précis et délimité il faut prendre une racine arabe dans une application concrète, il cherche dans un dictionnaire persan, parce que le persan a « choisi » ; le persan a forcé la pensée arabe, il l’a explicitée [Massignon 1951].

III. Efforts pour créer une terminologie philosophique

8Avec l’émergence du persan moderne beaucoup d’efforts furent accomplis dans le sens de la création d’un persan philosophique, avec un vocabulaire persan/persan s’entend.

9Plusieurs savants persans se sont attelé à cette tâche mais le premier, le plus connu et sûrement le plus influent d’entre eux est Avicenne (980-1037 A.D.). Le résultat de ses efforts est la rédaction du Dānešnāmeh (Encyclopédie) ou « Livre de science » selon la traduction française consacrée. Dans ce livre qui a valeur de texte fondateur, Avicenne essaye de réunir l’essentiel de sa philosophie en une sorte d’encyclopédie englobant la logique, la métaphysique et la physique.

10On mesurera mieux la difficulté de la tâche en notant qu’un autre grand savant persan de l’époque, Biruni, de onze ans l’aîné d’Avicenne, était très sceptique sur l’utilisation du persan à des fins philosophiques et s’il l’a utilisé dans la rédaction d’un très important traité d’astronomie (AL TAFHIM) il ne s’en est jamais servi dans ses textes philosophiques. L’importance de l’œuvre d’Avicenne est telle que certains n’ont pas hésité à la comparer au « Livre des rois » (970 A.D.) de Ferdowsi qui témoigne d’un effort semblable dans l’utilisation des mots persan/persan dans la rédaction de la plus grande épopée de cette langue.

11La terminologie utilisée par Avicenne dans la rédaction de ses écrits (philosophiques et médicaux) persans est considérable non seulement par sa qualité mais aussi par sa quantité qui est estimée à mille termes [Mo’in 1954]. Les procédures utilisées par lui pour forger une terminologie philosophique sont :

  • le détournement des mots du vocabulaire courant ou littéraire comme yekiyi (unité), ravān (âme), māyeh (matière), peyvasteh (continu), tchisti (quiddité, terme introduit en Europe par les traductions latines d’Avicenne), hasti (être)...

  • la création de néologismes par dérivations ou par la formation de mots composés comme andaryāft (compréhension), jonbešhdār (mobile), nāpeyvasteh (discontinu), nādidāri (intérieur)...

12Cette terminologie sera encore renforcée par des penseurs ismaélites comme Nāṣere Xosrow (XIe siècle) et Abuya'qub Sajestāni (Xe siècle) et servira de base d’utilisation et de création de mots chez divers auteurs et commentateurs, ce pendant plusieurs siècles. L’étude lexicographique montre sa persistance et son enrichissement pendant les siècles, chez divers auteurs parmi lesquels on peut citer Qazzāli (1074-1129) ou Afzaloddin Kāšāni (XIIIe siècle).

IV. L’échec et ses raisons

13Malgré l’existence d’une si prestigieuse lignée, le vocabulaire philosophique persan/persan fut peu à peu marginalisé de deux façons chez les philosophes :

  • L’utilisation d’une terminologie arabe/persan dans les textes philosophiques : cette terminologie n’est autre que celle utilisée dans les textes philosophiques arabes.

  • La rédaction par des Persans (comme Qazzāli, Sohravardi ou Mollā Sadrā) mais en arabe d’ouvrages philosophiques de grande importance.

14On pourrait définir la situation créée par la concurrence de ces deux terminologies à travers les âges comme un cas de parallélisme lexical qu’il faut distinguer d’un simple mélange lexical [Milanian 1985]. En fait le mélange lexical pourrait se manifester dans le cas d’une langue comme l’anglais (avec son lexique qui est constitué d’un mélange de mots d’origines germanique et latine). Mais dans le cas qui nous intéresse, nous avons affaire à deux terminologies parallèles (persan/persan et arabe/persan) qui non seulement cohabitent mais peuvent en plus se remplacer dans une très large mesure. L’utilisation de ces terminologies a été faite de façon quasi pure, mélangée dans des proportions différentes ou même côte à côte comme « synonymes » renforçant mutuellement leurs sens.

15La marginalisation de la terminologie persan/persan surprend d’autant plus que les caractéristiques linguistiques du persan le rendaient assez apte à l’expression de la pensée philosophique grecque et des développements faits sur cette base. Ce à cause de la structure indo-européenne commune des deux langues. En effet le verbe « être » ainsi que la copule jouent un rôle primordial dans le persan ; la langue est très apte à la création des mots composés, possède de nombreux suffixes et préfixes qui permettent de grandes variations sur le sens d’un mot donné ; et enfin l’infinitif substantivé y est très usité. Autant d’avantages qui manquent à l’arabe.

16Les raisons de cette marginalisation sont plutôt à chercher en dehors des facteurs purement linguistiques :

  • Les premières traductions arabes faites d’après le grec eurent une importance primordiale. Ces traductions, malgré leur qualité qui a été maintes fois discutée et critiquée depuis, ont énormément aidé à la formation de l’arabe philosophique. Leur prestige de textes de base, à lire et à commenter, a renforcé l’ascendant de l’arabe qui, au début, était la langue intermédiaire avec le grec et qui par la suite et après la multiplication des textes philosophiques rédigés en arabe est devenue langue philosophique par elle-même. Il faut noter ensuite qu’Avicenne, tout en contribuant à la précision et à la fixation de l’arabe philosophique et scientifique ignorait le grec, ce qui l’a obligé à construire sa terminologie par référence à l’arabe et donc comme un ensemble de synonymes aux termes arabes qu’il a utilisés dans son œuvre. Cet accès indirect aux sources a été décisif en ce qui concerne le destin de la tentative d’Avicenne et des mots persan/persan dans le vocabulaire philosophique persan [Afnan 1964] car cet accès indirect gelait la plupart des avantages linguistiques de cette langue.

  • L’alphabet du persan moderne, qui a vu le jour après l’islamisation du VIIe siècle, est une variante aménagée de l’alphabet arabe et ce fait n’a pas manqué de faciliter les emprunts directs.

  • Le bilinguisme des lettrés persans, avec les interférences que comporte un tel phénomène, facilitait aussi les emprunts.

  • L’arbitraire du signe linguistique est reconnu depuis longtemps, mais il faut noter qu’un signe emprunté d’une langue source, surtout s’il exprime un nouveau concept, peut donner l’illusion de la nécessité, tandis que le signe calqué, créé ou détourné dans la langue cible brillerait de tous les feux de l’arbitraire, du moins pendant un laps de temps qui peut être plus ou moins long et dans certains cas décisif.

  • Il faut aussi noter les conditions de l’émergence du persan moderne. Cette émergence fut très encouragée par les principautés plus ou moins autonomes s’efforçant de mettre en valeur le persan au détriment de l’arabe qui était la langue d’un califat dont l’emprise sur les affaires était inversement proportionnelle à la leur. Mais ce mécénat avait ses priorités : la bureaucratie, la rédaction des annales, la composition des traités politiques caméralistes et d’autres espèces de traités littéraires, ainsi que de la poésie de cour qui a offert à la langue persane sa première génération de géants, concurrençaient la philosophie tant dans l’attention du prince que dans l’attribution de ses faveurs. Cela n’empêchait pas la commande de traités philosophiques, le « Livre de science » en est un bon exemple, mais la philosophie s’accommodait mieux de l’atmosphère des centres d’études où la langue principale restait l’arabe. D’ailleurs la connaissance et l’adoption de cette langue qui était le « latin » du monde islamisé d’alors permettait le contact le plus vaste que pouvaient espérer les savants de l’époque, un contact qui était vital à l’épanouissement de la pensée et qui s’étendait bien au-delà du monde persanophone.

  • Avec la fin de l’ère glorieuse de la philosophie les études religieuses ont pris de plus en plus d’importance dans les centres d’études traditionnelles, ce qui a renforcé l’hégémonie de l’arabe qui est la langue du Coran. Il faut d’ailleurs ajouter que la terminologie médiévale était et reste ancrée tout autant dans la philosophie que dans la théologie.

17Ces facteurs ont décidé du destin de la terminologie persan/persan qui n’a pu prendre la consistance nécessaire et plus largement de celui du persan philosophique (abstraction faite de la terminologie employée), qui a été supplanté par l’arabe.

V. Les bouleversements causés par la modernité

18Le tableau ainsi dressé reste valable jusqu’au XIXe siècle et l’époque des premiers contacts des Iraniens avec la pensée occidentale et de la modernisation de l’Iran. Ces contacts qui se matérialisèrent dans des traductions posèrent de nouveau et avec une vigueur nouvelle le problème de la terminologie philosophique. L’hétérogénéité des cadres de pensée hérités des anciens philosophes avec la philosophie moderne imposait une refonte totale de la terminologie et de la langue philosophique. Travail d’autant plus nécessaire que la langue philosophique classique tout en gardant ses faiblesses structurelles était à la fois figée et marginalisée dans les centres d’études traditionnelles où la théologie et le feqh (Droit canon) s’étaient taillé la part du lion. D’autre part cette langue avait toujours été et restait d’un usage très restreint, ce qui contrastait avec les prérogatives des modernisateurs très influencés par les Lumières et qui cherchaient à introduire la pensée occidentale en Iran, la répandre le plus possible, séculariser la vie sociale comme la langue, combattre tout ce qui était « médiéval » et éliminer entre autres les fioritures d’un style qu’ils considéraient comme périmé.

19Ainsi la terminologie du persan philosophique moderne commença à se former et s’enrichir (ce qu’il continue de faire d’ailleurs) par :

  • les emprunts directs comme dialectique, idée, positivisme... Il faut noter que dans ce cas la transcription généralement adoptée est celle du français ;

  • les calques dont les plus célèbres et les plus usités ont été construits avec le suffixe « garāyi » (-isme) ; on peut aussi noter les préfixes « xod » (auto-), « ravān » (psycho-)...

  • les néologismes comme padideh (phénomène), farāyand (processus)...

  • les transformations de sens comme sanjes (critique au sens philosophique), gastan et sodan (devenir)...

20Le point le plus important à noter est le fait que la créativité de la langue notamment en ce qui concerne les calques et les néologismes, qui constituent la majorité des nouveautés lexicales, s’est exercée avec des mots persan/persan et conformément à sa morphologie et sa syntaxe propre. Ce renouveau s’est développé en premier lieu dans le sens de la création d’équivalents pour les mots d’origine occidentale, mais elle ne s’est pas arrêtée là. Les révisions successives des termes arabe/persan héritées des philosophes classiques se sont effectuées dans le sens de leur remplacement par des équivalents persan/persan, qu’ils proviennent du lexique d’Avicenne et de ses continuateurs ou qu’ils soient créés au fur et à mesure. On a d’ailleurs pu observer une sorte d’inflation, notamment chez les traducteurs. Phénomène qui existe toujours et qui s’est soldé par une sorte de surproduction de néologismes, chacun arrivant avec des constructions plus ou moins bien faites dont parfois seul l’équivalent étranger donné entre parenthèse permet de saisir le sens.

21Ce mouvement de modernisation, le nationalisme aidant, s’est aussi accompagné de quêtes de pureté idéologique avec les excès que cela entraîne, telles les tentatives infructueuses de remplacement des mots bien établis tant dans la langue philosophique que littéraire par des mots forgés de toutes pièces, la création de barbarismes d’après des racines ou des mots archaïques du moyen-perse et d’autres procédés semblables. A titre d’exemple on pourrait citer « axlāqik » (éthique) ou « dovitchamgouyi » (dialectique). Il faut d’ailleurs noter que ces tentatives « idéologiques » visaient (et parfois visent) plus le remplacement des mots arabe/persan que la création d’équivalents pour des mots provenant d’autres langues ; si leur réussite sur le premier point reste limitée leur apport dans le second cas reste indéniable.

22Ces efforts furent encouragés pendant les années 1930 par le pouvoir politique autoritaire, nationaliste et modernisateur qui dirigeait l’Iran. De cette période date la création de la première Académie Iranienne de la Langue (1935) qui n’a vécu que quelques années et dont l’œuvre la plus importante fut la rédaction d’un glossaire d’environ 1500 équivalents pour les mots d’origine occidentale et d’un nombre bien moins grand (à peu près 200 équivalents) pour des mots arabe/persan. L’usage des créations de l’Académie était obligatoire dans les documents officiels et dans les textes scolaires. Cette intervention fut au début, mal accueillie par certains lettrés, mais à la longue ces choix furent avalisés par l’usage.

23La situation créée par la prise de contact avec l’Occident et la modernisation du pays déboucha sur la mise en place de deux terminologies qui n’étaient guère étanches. La première était celle de la philosophie « médiévale » et concernait les études menées en ce domaine, comportait des mots persan/persan mais surtout arabe/persan, n’avait presque plus d’usage actif, renvoyait à un corpus plutôt bien délimité qui réglait ses définitions et son utilisation ; elle avait un caractère fini.

24La seconde était celle de la philosophie moderne et bien qu’elle comportât plusieurs termes provenant de l’ancienne terminologie, elle était étalonnée sur les traductions modernes, qu’il s’agisse des œuvres modernes ou même antiques. Elle comportait des mots arabe/persan mais surtout persan/persan, elle avait quasiment monopolisé l’usage actif et enfin elle était en expansion constante, expansion qui se faisait à travers des mots persan/persan.

VI. La réaction post-moderne

25A ce stade, on ne pouvait toujours pas parler d’une fixation du vocabulaire philosophique mais plutôt d’une sorte de coexistence déséquilibrée, ce d’une part à cause de l’existence de deux vocabulaires plus ou moins distincts et d’autre part à cause de l’expansion du vocabulaire moderne. Néanmoins le caractère passif du vocabulaire classique qui ne servait pratiquement plus de point de départ à une réflexion ou à la rédaction des traités philosophiques témoignait de l’hégémonie croissante de la nouvelle terminologie en expansion.

26Mais pendant les décennies soixante et soixante-dix un mouvement de revalorisation des textes philosophiques et théologiques classiques vit le jour, non dans les centres d’étude traditionnelles mais chez des intellectuels ayant fait leurs études dans le cadre des institutions d’enseignement moderne et surtout dans les universités européennes. Le rôle de catalyseur que joua Henry Corbin est à signaler ; ainsi que son influence chez la plupart de ces intellectuels. Il opéra d’importants travaux dans le domaine de l’édition, de la traduction et de l’étude des textes qu’il appelle « théosophiques » afin d’y souligner la continuation entre philosophie et théologie, insistant par ailleurs sur le caractère stérilisant d’une sécularisation de la pensée en ce domaine. Paradoxalement les traductions et les commentaires français qu’il proposa de ces œuvres jouèrent un grand rôle dans leur redécouverte par les Iraniens, ainsi que dans la formation d’une nouvelle attitude à l’égard des œuvres théosophiques.

27Ce mouvement de retour, qui peut être considéré comme précurseur de la politique culturelle des intégristes, prônait un retour aux sources « islamiques » de la culture iranienne et remettait en cause les apports de la culture occidentale, notamment l’humanisme et le rationalisme.

28Deux points très importants sont à signaler à propos de ce courant. Sa dynamique ne provenait pas de l’héritage intellectuel qu’il valorisait, mais des courants relativistes et mysticistes de la pensée occidentale moderne. D’autre part, malgré l’illusion créée par la révolution islamique, il ne signifiait pas une opposition au régime politique. Il était par contre aidé et encouragé par le régime impérial et son académie de philosophie qui l’exploitaient à des fins politiques.

29Le gouvernement islamique post-révolutionnaire dont un des principaux credo était, et reste, le retour aux sources islamiques de la culture iranienne, culture qu’il résume d’ailleurs dans l’islam, reprit ce flambeau. Les moyens et aussi les pressions étatiques mis au service de ce courant de pensée augmentèrent de manière inouïe.

VII. Les limites de la réaction

30Malgré cela, la création d’une pensée originale sur la base exclusive du corpus de la philosophie médiévale ne se réalisa pas et tout porte à croire qu’elle n’a pas grande chance de l’être. Mais l’effort déployé en ce sens passait avant tout par une « réanimation » de la terminologie médiévale, action qui fut tentée depuis, exploitant une nouvelle fois la grande latitude stylistique de la langue et offrant des connotations philosophiques et même politiques très nettes. Les traces de cette réanimation sont particulièrement visibles dans les publications de l’Académie impériale de philosophie, en ce qui concerne l’époque pré-révolutionnaire, et dans les publications des centres de recherche actuellement actifs dans le pays.

31Bien que cet aspect stylistique constitue l’essentiel du maigre succès obtenu par les zélateurs de cette « réaction » culturelle, l’impossibilité pour eux-mêmes de rester dans les cadres conceptuels et lexicaux de l’ancienne terminologie souligne les limites étroites de leur entreprise. L’expansion continue du vocabulaire moderne qui s’observe dans divers écrits et traductions ne fait que souligner cet échec. D’ailleurs la nécessité imposée par l’évolution continue de la langue a amené le gouvernement à remettre en marche, avec quelques aménagements, la seconde Académie de la Langue (créée en 1963), et donc à essayer de récupérer ce mouvement qu’il n’a pu contenir.

32L’évolution de la langue, surtout pendant le XXe siècle, évolution qui s’est démultipliée et renforcée par un système d’enseignement démocratique, conjuguée avec un mouvement de vulgarisation continue, posent des contraintes rigoureuses à l’expression de toute pensée. Surtout si on compte utiliser cette pensée à des fins idéologiques et la communiquer à travers les médias, ce qui est le cas du régime intégriste post-révolutionnaire.

33Les avantages extra-linguistiques de l’arabe avaient jadis été décisifs dans la formation du vocabulaire philosophique persan et notamment dans le succès des termes arabe/persan, dont beaucoup font désormais partie intégrante de tout persan philosophique. Mais ces avantages ont disparu.

  • Dans le domaine de la traduction, l’arabe a été court-circuité et du côté des œuvres antiques et du côté des œuvres modernes. Les traductions, qu’elles soient faites d’après les textes originaux ou de seconde main, partent des langues dont la syntaxe est plus proche de la syntaxe persane et en tout cas des textes autrement plus fiables que les anciens manuscrits arabes.

  • L’arabe ne renvoie plus à une communauté vivante et productive de philosophes et de savants : ce sont les langues européennes qui servent d’intermédiaire à une communication devenue mondiale.

  • Le contact entre le persan et l’arabe qui facilitait les emprunts est tombé à un niveau qui est sans commune mesure avec l’époque des Falāsifah.

  • Les influences du bilinguisme (persan-arabe) de l’élite culturelle ont cessé. On a de fait affaire à un nouveau genre de bilinguisme car l’arabe (comme langue de culture) a cédé place aux langues européennes.

34L’ensemble de ces constatations nous permettent de conclure à la persistance du mouvement amorcé au début du siècle qui modernise, persanise et sécularise le vocabulaire philosophique tout en le poussant dans le sens d’une expansion constante. L’effort des intégristes, qui à défaut de pouvoir rendre vie à la philosophie classique se sont contentés d’encourager une sorte de « réaction » lexicale ne s’est guère révélé fructueux et n’a pas été sans créer de contrecoups dans divers domaines culturels ; contrecoups qui témoignent non seulement des limites de cette réaction anti-moderne mais aussi des connotations politiques toujours vivaces des styles. La langue qui est considérée parfois comme le cadre le plus rigide de la pensée s’est ainsi montrée comme un espace irrépressible de liberté.

35Dans ces conditions, le problème ne se pose plus dans les termes d’une fixation mais d’un devenir qui reflète celui de la pensée philosophique et qui se généralise avec une communication inter-culturelle de plus en plus large à travers le monde.

36Nous tenons à remercier MM. Hormoz Milanian et Pierre Thillet pour l’aide précieuse qu’ils nous ont apportée dans la rédaction de ce texte.

Bibliographie

AFNAN Soheil Mohsen. Some Arabic and Persian Terms of Philosophy. Oriens, 10, 1957, pp. 71-76.

AFNAN Soheil Mohsen. Philosophical Terminology in Arabic and Persian. Leiden, E.J. Brill, 1964, 124 p.

AFNAN Soheil Mohsen.zhenāmeye Falsafi (Dictionnaire philosophique Persan/Arabe/Anglais/Français/Pehlevi/Grec). Téhéran, Nasre Noqreh, 1983.

AVICENNE. Dānešnāmeh-ye Alāyi. Edité par Xorasani Ahmad. Téhéran, 1936.

AVICENNE. Dānešnāmeh-ye Alāyi. « Logique ». Édition du millénaire d’Avicenne par Moʻin M. & Meshkāt S.M. Téhéran, Anjoman-e āsār-e melli (no 12), 1951, 182 p.

AVICENNE. Dānešnāmeh-ye Alāyi. « Physique ». Édition du millénaire d’Avicenne par Meskat S.M. Téhéran, Anjoman-e asar-e melli (no 13), 1951, 158 p.

AVICENNE. Dānešnāmeh-ye Alāyi. « Métaphysique ». Édition du millénaire d’Avicenne par Moʻin M. Téhéran, Anjomane asare melli (no 15), 1951, 190 p.

AVICENNE. Livre de science. Trad, par Achena Mohammad & Masse Henri. 2e éd. revue et corrigée par Achena Mohammad. Paris, Belles Lettres, UNESCO, 1986, 2 vol. en 1 tome, 280 & 260 p.

Badi‘ Mohammad. Vājeh-nāmeye basamadiye « Me‘yar-ol-oqul » (Concordances et liste de fréquences de « Me‘yar-ol-oqul » d’Avicenne). Téhéran, Farhangestāne zabāne fārsi (no 6), 1973, 56 p.

BENVENISTE Émile. Problèmes de linguistique générale. Paris, Gallimard, 1966, 2 tomes, 288 & 356 p.

BIRUNI Abureyḥān. Al Tafhim le avāele ṣanāʻate tanjim. Edité par Homāyi Jalāl. Téhéran, Anjomane āsāre melli (no 102), 1973, 740 p.

BIRUNI Abureyḥān Ṣaydaneh. Edité par Afṣār Iraj & Sotudeh Iraj. Téhéran, La haute commission de la culture (no 12), 1973.

CORBIN Henry. Histoire de la philosophie islamique. Paris, Gallimard, 1986, 546 p.

DᾹVARI Reḍā. Fârâbi Moassese falsafeye eslami (Farabi, fondateur de la philosophie islamique). Téhéran, Anjômane šahansahiye falsafeh (Académie impériale de la philosophie), 1977, 132 p.

FARHANGESTᾹNE (L’Académie de la langue persane).zhehhāye now ta sāle 1319 (Les nouveaux mots crées jusqu’en 1940). Téhéran, Publications de l’académie iranienne de la langue, 1320 (1941).

FARHANGESTᾹN-E ZABᾹN-E FᾹRSI (L’Académie de la langue persane). Pišnahāde šomā tchist ? (Quelles sont vos propositions ?). Téhéran, Publications de l’académie de la langue persane, 1353 (1974), 54 p.

GOICHON A.-M. Lexique de la langue philosophique d’Ibn Sinā. Paris, Desclée de Brouwer, 1938, 496 p.

GOICHON A.-M. Vocabulaires comparés d’Aristote et d’Ibn Sinā. Paris, Desclée de Brouwer, 1939, 50 p.
Ces études sont consacrées au vocabulaire des écrits arabes d’Avicenne. L’exemplaire de l’Institut des Études Iraniennes de l’Université de Paris III est un don du Père Jean de Menasce célèbre connaisseur des langues et de la philosophie iranienne et comporte en marge des précieuses notes se rapportant aux équivalents persans de ces mots dans le Dânešnâmeh.

GROUSSET René, MASSIGNON Louis, MASSE Henri éd. L’Ame de l’Iran. Paris, Albin Michel, 1951, 241 p.

HASAN-POUR Mahmud. Vājehnāmeh-ye basamadi-ye « Resāleh-ye joudiyeh » (Concordances et liste de fréquences de « Resāleh-ye joudiyeh » d’Avicenne). Téhéran, Farhangestān-e zabān-e farsi (no 11), 1974, 59 p.

JᾹVIDᾹNEXERAD (SOPHIA PERENNIS). Bulletin de l’académie impériale iranienne de la philosophie (1975-1978).

MASSE Henri. Termes philosophiques de la langue persane in Le livre du millénaire d’Avicenne, Téhéran, 1954, vol. 4, pp. 35-41.

MASSIGNON Louis. Valeur culturelle internationale de la coopération des penseurs iraniens au Moyen Age à l’essor de la civilisation arabe in L’Ame de l’Iran. Paris, Albin Michel, 1951, pp. 75-99.

MILANIAN Hormoz. Āzādi va band dar zabān (Liberté et contrainte dans la langue) in Jašn-nāmeye Mohammad-e Moqaddam (Mélanges en l’honneur de Mohammad-e Moqaddam). Numéro spécial de la Revue de la faculté de lettres et de sciences humaines de l’Université de Téhéran, no 4, 23e année, Téhéran, 1976.

MILANIAN Hormoz. Zabān-e fārsi va vājegān-e movāzi (La langue persane et le parallélisme lexical). Paris, 1985.

MO‘IN Mohammad. Loqāt-e fārsiy-e Ebn-e Sinā va ta'thir-e ān dar adabiyyāt-e fārsi (Les termes persans chez Avicenne et leur influence sur la littérature persane). Le livre du millénaire d’Avicenne, Téhéran, 1954, vol. 2, pp. 342-390

MOUNIN Georges. Les problèmes théoriques de la traduction. Paris, Gallimard, 1963, 297 p.

NAṢIRODIN-EṬUSI. Axlāq-e Nāṣeri. Edité par Minovi Mojtabā. Téhéran, Xārazmi, 1985, 619 p.

NᾹTEL-EXᾹNLARI Parviz. Tārix-e zabān-e fārsi (L’histoire de la langue persane) 3e édition revue et corrigée. Téhéran, Našre Now, 1987, 3 tomes.

NᾹTEL-EXᾹNLARI Parviz. Zabānšenāsi va zabān-e fārsi (La linguistique et la langue persane). Téhéran, Amir Kabir, 1963, 442 p.

OWRANG Morad. Vājehnāme-ye basamadi-ye « Ragšenāsi » (Concordances et liste de fréquences de « Rag-šenāsi » d’Avicenne). Téhéran, Farhangestān-e zabān-e fārsi (no 17), 1977, 101 p.

RENAN Ernest. L’islamisme et la science, in Œuvres complètes, tome I, pp. 945-960. Paris, Calmann Levy, 1947.

ṢAFᾹ Zabihollāh. Târix-e ‘olum-e ‘aqli dar tamaddon-e eslâmi ta awâset-e qarn-e panjom (L’histoire de la philosophie dans la civilisation islamique jusqu’au milieu du cinquième siècle après l’Hégire). Téhéran, Presses de l’Université de Téhéran, 1335 (1956), tome 1, 451 p.

ṢAFᾹ Zabihollāh. Aḥwāl va āthar-e Biruni (La vie et l’œuvre de Biruni). Téhéran, Ministère de la Culture, 1973, 177 p.

SIᾹSI Ali-Akbar. ‘Elm ol-nafse Ebne Sinā va tatbiq-e ān bā ravānšenāsi-ye jadid (De la connaissance de l'âme chez Avicenne et de sa comparaison avec la psychologie moderne). Téhéran, Presses de l’Université de Téhéran (no 203), 1954, 202 p.

ṬABᾹṬABᾹYI Javād. Darāmadi falsafi bar tārix-e andiše-ye siāsi dar Iran (Introduction philosophique à l’histoire de la pensée politique en Iran). Téhéran, Markaz-e Našr-e Eslami.

XATIBI Hoseyn. Nasr-e fārsi-ye Ebn-e Sinā (La prose persane d’Avicenne) in Revue de la Faculté de Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Téhéran, no 4, vol. I, juin-juillet 1954, pp. 91-98

Annexes

DISCUSSIONS

Remarque de M. Moutaux :

L’exposé très clair de M. Kamrane m’incite à évoquer les travaux d’Henry Corbin, dont il est difficile de contester l’érudition dans le domaine de la « philosophie islamique », pour reprendre son expression. Corbin s’était fait, contre toute forme « d’historicisme », l’adepte d’une « philosophia perennis », qu’il entendait comme philosophie de l’éternel, et donc comme une sorte de mysticisme spéculatif. Il me semble proprement renversant qu’il ait très fortement contribué à orienter dans cette direction les études philosophiques en Iran, en leur apportant la caution de la... phénoménologie !, sous le prétexte que le « dévoilement de ce qui est caché » est aussi bien l’ambition de la phénoménologie que de « l’herméneutique spirituelle qorânique ». Voir sur ce point son recueil de conférences prononcées à Téhéran & à Tabriz en 1974 & en 1976, publiées sous le titre : Philosophie iranienne et philosophie comparée. Comparaison, il est vrai, n’est pas raison.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540