Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire les philosophes

 | 
Olivier Bloch
, 
Jacques Moutaux

III. Traduire dans l'histoire : histoire des traductions et traductions de l'histoire

Histoire d’un « platonic revival » dans l’Angleterre victorienne

Lectures et traductions de Platon de 1835 à 1865

Monique Canto-Sperber

Texte intégral

1Je voudrais exposer brièvement ici l’histoire de la traduction des dialogues de Platon en Angleterre jusqu’en 1865. En ce début des études platoniciennes anglaises, la diffusion de l’œuvre de Platon semble étroitement liée à la possibilité d’y trouver un ensemble de réflexions exemplaires pour critiquer et réformer la réalité politique ambiante. On ne s’étonnera donc pas de reconnaître dans les traductions et présentations des dialogues platoniciens qui verront le jour dans ces premières décennies du XIXe siècle, la marque des ambitions, des intérêts, voire des hostilités propres aux écoles de pensée qui ont alors pris Platon pour leur auteur de prédilection. Deux tendances opposées, regroupant la plupart des philologues, philosophes ou historiens qui se sont intéressés à la pensée antique au cours de ce XIXe siècle anglais, ont dominé les études platoniciennes en Angleterre. Ces deux mouvements qui se sont pour ainsi dire succédé dans le siècle sont à l’origine du platonic scholarship anglais, encore si vivant aujourd’hui.

  • 1 En particulier Jeremy Bentham (« Tandis que Xénophon faisait de l'histoire et qu’Euclide enseignai (...)

2Les premiers responsables de cette redécouverte de Platon (l’historien de la Grèce antique, George Grote, et le philosophe de l’utilitarisme, John Stuart Mill) étaient liés à un groupe d’intellectuels réformateurs et libéraux qui se désignaient eux-mêmes comme les Philosophes Radicaux. Tous n’étaient pas lecteurs ou amateurs de Platon1, et peu d’entre eux avaient fréquenté les Universités d’Oxford et de Cambridge, mais ils avaient presque tous une réelle connaissance de la pensée grecque antique.

3C’est en partie grâce à leurs travaux et grâce à l’influence qu’ils ont exercée qu’entre 1835 (quand Mill traduit et présente quelques dialogues de Platon) et 1865 (année où paraît l’ouvrage de George Grote, Plato and the other Companions of Socrates qui devait rester pendant plusieurs décennies l’une des meilleures contributions à la connaissance des dialogues), la situation des études platoniciennes et le rôle que joue la pensée de Platon dans la vie politique et culturelle anglaise auront considérablement changé.

4Lorsque dans les années 1870 le mouvement des Philosophes Radicaux paraît très affaibli, Platon est devenu un des philosophes le plus lu et le plus étudié. Ce sont alors les philosophes et hellénistes, réunis à Oxford autour de Benjamin Jowett, Master de Balliol College, qui seront à l’origine d’un second « platonic revival » destiné à marquer les dernières décennies du XIXe siècle. Les études platoniciennes reviennent alors définitivement au sein des Universités, grâce aux travaux des amis et disciples de Jowett : Lewis Campbell, Richard Nettleship, Bernard Bosanquet et Ernest Barker.

5Dans le présent essai je ne ferai qu’évoquer l’importance philosophique et culturelle des travaux menés autour de Benjamin Jowett à la fin du XIXe siècle et je me limiterai à l’étude du premier platonic revival de l’époque victorienne, celui dont les Philosophes Radicaux furent les auteurs. Mais avant d’exposer en détail l’histoire de ce mouvement, je voudrais rappeler quelques faits qui formeront le cadre où se déroule cet épisode assez mal connu de la vie intellectuelle et philosophique anglaise.

Les études platoniciennes jusqu’en 1835

6A la fin du XIXe siècle, les biographes de Benjamin Jowett ont rendu populaire l’idée selon laquelle, grâce à Jowett, « Platon allait devenir un classique anglais ». La traduction complète des œuvres de Platon réalisée par Jowett était en effet parue en 1871 ; elle devait connaître un immense succès et exercer une considérable influence dans la formation et l’environnement culturel de l’élite politique et sociale de l’Angleterre de la fin du XIXe siècle.

  • 2 Platonis Euthydemus et Gorgias, ed. M.J. Routh, Oxford, Clarendon Press, 1784.
  • 3 Les introductions de Schleiermacher aux dialogues de Platon seront traduites en 1835 : Introductio (...)
  • 4 Floyer Sydenham and Thomas Taylor, The Works of Plato, 5 vols., London, R. Wilks, nombreuses éditi (...)
  • 5 Le catalogue de la Bristih Library ne mentionne rien d’autre sinon une édition annotée (sans réell (...)
  • 6 J’ajoute, pour donner un peu de sel à la chose, qu’il est très probable que l’auteur de cette rece (...)
  • 7 11 volumes, London, Priestley, 1826.
  • 8 Bekker reprend d’ailleurs l’ordre des dialogues recommandé par Schleiermacher et que ce dernier av (...)
  • 9 Lettre à John Stuart Blackie, 22 March 1865. Le Plato de Grote est paru quelques semaines plus tôt (...)

7Ce fait est d’autant plus surprenant que 60 ans plus tôt, dans les années 1830, au début donc de l’histoire que je voudrais évoquer ici, le philosophe Platon est apparemment peu étudié, peu traduit, peu lu. Une édition critique de l'Euthydème et du Gorgias2, la première jamais faite de ces deux dialogues, était parue en 1784, mais jusqu’en 1860, aucune édition équivalente ne sera publiée pour aucun autre dialogue de Platon. Le contraste est à cet égard frappant avec l’Allemagne où, depuis la traduction que Schleiermacher avait donnée des dialogues de Platon (dont le premier volume paraît en 1804), l’étude critique des textes platoniciens était en plein essor3. Il est vrai que l’Angleterre peut se targuer d’être le deuxième pays d’Europe (après l’Italie) qui ait disposé d’une traduction complète des dialogues de Platon, œuvre de Floyer Sidenham et de Thomas Taylor4, et dont il y a tout lieu de penser qu’elle représentait le seul endroit où trouver la traduction de tel ou tel dialogue5. Toutefois, la qualité de ce travail était très contestée. Dès la première recension qui en est parue cette traduction n’a fait que l’unanimité des critiques6. On disposait bien depuis 1826 d’une édition complète des dialogues de Platon, mais bien qu’elle ait été publiée en Angleterre cette édition n’avait rien d’anglais. Elle était due en effet au philologue allemand Immanuel Bekker, et ne consistait qu’en l’impression anglaise d'une édition allemande7. John Stuart Mill décrit parfaitement la chose : « grâce à un libraire anglais, avec l’aide d’un érudit allemand, une édition de Platon fut publiée »8. Vers le milieu du siècle, Jowett résumait encore la situation des commentaires platoniciens en déclarant : « There is nothing good, I fear, in English on this subject »9.

  • 10 Aristote, en revanche, bénéficiait au même moment d’une certaine faveur universitaire :
    « D’après l (...)

8C’était enfin un lieu commun de mettre en rapport l’état peu satisfaisant des études platoniciennes avec la réputation déplorable qui était largement alors celle de Platon. Un des personnages du roman de Thomas Love Peacock, Crotchet Castle, dont l’intrigue se déroule en 1831, déclare : « Vous devez vous rappeler que dans nos Universités, la réputation de Platon n’est pas meilleure que celle d’un corrupteur de la jeunesse ; et les professeurs de nos Universités lui ont témoigné le mépris qu’ils éprouvaient pour lui non seulement en ne le lisant jamais (une manière de mépris à laquelle ils sont fort accoutumés) mais même en n’imprimant aucune édition complète de ses œuvres »10.

  • 11 Collected Works of John Stuart Mill, XI : Essays on Phlosophy and the Classics, University of Toro (...)

9En 1834-1835, John Stuart Mill constatait que « malgré la réputation presque sans bornes dont jouissent les écrits de Platon, non seulement parmi les érudits, mais aussi parmi presque tous ceux qui ont le moindre vernis d’éducation, il n’y en pas un seul qui, dans ce pays au moins, soit non seulement si peu compris mais si peu lu. On ne trouvera en effet, dans ce royaume, pas plus de cent personnes qui ont jamais lu Platon, et pas plus de vingt qui le lisent à présent. »11 Cet état de choses conduit Mill à traduire, en 1834-1835, « pour son propre usage » et celui de ses amis, des extraits du Protagoras et de neuf autres dialogues de Platon, traductions qu’il accompagna pour chaque dialogue d’un long commentaire critique.

  • 12 Cf. R. M. Stopper, « Greek Philosophy and the Victorians », Phronesis, vol. XXVI, number 3, 1981, (...)
  • 13 Cf. Stoper 272-281.

10Cela ne veut pas dire que Platon n’était pas étudié dans les universités anglaises. Mais il semble aujourd’hui établi que l’œuvre platonicienne n’avait pas l’importance philosophique qui devait lui être reconnue quelques décennies plus tard, et qu’elle servait surtout de mine d’exemples littéraires et grammaticaux pour l’étude du grec ancien12. La philosophie de l’Antiquité ne semble pas avoir occupé une large place dans les Literae Humaniores. Il est vrai que l'Éthique à Nicomaque d’Aristote est plus régulièrement étudiée, mais il ne faudrait pas reprendre sans précaution l’image d’un XIXe siècle philosophique anglais, pour son premier tiers aristotélicien, et platonicien dans les deux derniers. C’est l’ensemble de la philosophie grecque qui n’avait pas encore été constituée en véritable objet d’étude. Ni la pensée pré-socratique ni la philosophie héllénistique ne semblent avoir été à ce moment-là l’objet d’un enseignement régulier13.

Les conditions et circonstances du premier platonic revival anglais

11C’est au milieu du XIXe siècle que tout change. Dès 1847, Benjamin Jowett commence à enseigner la République de Platon, et à partir de sa nomination en 1853 comme professeur de grec à l’Université d’Oxford, il consacrera l’essentiel de son enseignement aux dialogues platoniciens.

12Les années 1860 verront aussi de nombreuses éditions, traductions, commentaires de l’œuvre platonicienne. L’ouvrage de George Grote, Plato and the Other Companions of Socrates, dont les trois gros volumes paraissent en 1865, devait fournir la première présentation détaillée, la première étude critique aussi des textes et de la pensée platonicienne. En 1871, paraît la traduction complète des dialogues de Platon par Jowett, assortie de considérables analyses, essais critiques et commentaires. L’Europe entière reconnaît dès ce moment-là l’excellence du platonic scholarship anglais.

  • 14 Plato and the Older Academy, London, Longmans, Green and Co, 1876.
  • 15 L’histoire de l’enseignement de la philosophie platonicienne est en partie pararallèle à celle des (...)

13La critique allemande est aussi de mieux en mieux connue. L’œuvre de Schleiermacher avait été, dès les années 1830, introduite en Angleterre. Mais ce fut George Grote qui contribua le plus à rendre familières les vues des philologues allemands. Grote avait en effet pris la peine d’exposer dans le volume I de Plato and the other Companions of Socrates les principes de l’interprétation systématique de Schleiermacher et de Hermann et les raisons de l’hypercritique de Ast. L’œuvre considérable du philologue, historien et philosophe allemand, Eduard Zeller, sera traduite en 187614. Il faut dire qu’à ce moment-là, seuls les travaux en provenance d’Allemagne et d’Angleterre contribuent réellement à la connaissance philologique du monde antique. Il ne semble pas que les échanges avec la France aient eu un intérêt comparable. Si une contribution importante était venue de France, John Stuart Mill, francophile et parfait connaisseur de la langue française, l’aurait aisément identifiée. Mais lorsqu’il lui arrive de citer les traductions de Platon faites par Victor Cousin, il vante l’élégance de leur style mais se montre réservé sur l’intérêt philosophique des préfaces et introductions qui les accompagnent15.

  • 16 Cf. Turner, 17-76, 369-383 ; et Richard Jenkins, The Victorians and Ancient Greece, Blackwell, Oxf (...)
  • 17 John Grote, Old Studies and New, in Cambridge Essays : 1856, London, 1856, 114 : « The cultural an (...)
  • 18 Collected Works, XVI, 1288.
  • 19 Taine, Notes sur l'Angleterre.

14Cet intérêt nouveau pour la pensée platonicienne, si présent en Angleterre dès le milieu du siècle n’est pas limité aux cercles philosophiques. On en voit les traces dans l’œuvre de nombreux écrivains et poètes16. L’influence progressive que devait prendre la philosophie de Platon est également favorisée par le rôle que jouent les études classiques dans la culture de l’élite britannique17. Lorsque John Stuart Mill est sollicité pour être le correspondant anglais d’une Association pour l’Encouragement des Études Grecques en France, il accepte, et remarque qu’une telle association serait inutile en Angleterre car les études grecques y sont au fondement de la culture politique18. Lorsque Taine se rend en Angleterre, il note lui aussi que les écoliers anglais sont de remarquables hellénistes19.

15Mais cette prégnance de la culture classique sur la vie culturelle et politique anglaise concerne d’abord, plutôt que les philosophes et Platon dont la « redécouverte » sera un peu plus tardive, l’étude historique et politique de la Grèce et les réflexions philosophiques et critiques qui y sont attachées.

  • 20 19 février 1952 : « George Grote and the Study of Ancient History ». An Inaugural Lecture delivere (...)
  • 21 William Mittford, The History of Greece, 1784-1810, A New Edition wih Numerous Additions and Corre (...)
  • 22 John Gillies, The History of Ancient Greece, Its Colonies and Conquests from the Earliest Accounts (...)

16Lorsque, le 19 février 1952, Arnoldo Momigliano prononça la conférence inaugurale de la chaire d’histoire grecque qu’il occupa plusieurs années à University College, dans l’Université de Londres, chaire qui avait été créée par George Grote20, il déclara : « la question est controversée de savoir si l’histoire grecque fut inventée par un anglais ou un écossais ». Les deux auteurs auxquels il se réfère sont William Mittford, qui publia en 1784 le premier volume de son History of Greece, laquelle ne sera achevée qu’en 181021 ; et l’historien écossais, John Gillies, Royal Historiographer of Scotland, dont la History of Ancient Greece en 2 volumes, in quarto, parut en 178622. Ces deux textes ont eu une considérable influence. La célébrité du livre de Mittford est due en partie aux attaques qu’il lançait contre le régime athénien et à la façon dont il se servait de l’histoire de la Grèce pour composer un plaidoyer anti-démocratique. En exagérant à peine, on peut dire que l’inspiration première des études que certains Philosophes Radicaux ont consacrées à la pensée grecque vient de la volonté de réhabiliter l’expérience politique athénienne.

La politique athénienne vue par les Philosophes Radicaux

  • 23 « Grote’s History of Greece », Edinburgh Review, LXXXIV, oct. 1846, repris dans Collected Works XI (...)

17Défendre la démocratie athénienne et montrer tout l’intérêt de l’histoire politique grecque, tels étaient les buts que se fixait le groupe des Philosophes Radicaux lorsqu’ils cherchaient à réfuter les vues de Mittford et de Gillies. Mais si les Philosophes Radicaux avaient des vues politiques radicalement opposées à celles de ces premiers historiens de la Grèce, ils ne partageaient pas moins avec leurs adversaires l’idée suivante : la meilleure condition pour étudier et comprendre l’histoire grecque était d’y retrouver une réalité politique comparable à celle en laquelle eux-mêmes vivaient. Quelle expérience politique passée pouvait mieux servir à comprendre l’avenir de la libéralisation et de la démocratisation que connaissait la vie politique anglaise depuis 1832 que l’expérience grecque de la démocratie ? Pareille conviction a choqué les historiens ultérieurs de la Grèce ; ils ont vu là une première manifestation de la tyrannie que l’expérience politique européenne devait exercer sur l’étude de l’Antiquité. Mais à ce reproche, les Philosophes Radicaux auraient répondu que les débats politiques auxquels ils participaient ont une valeur universelle, la même valeur universelle qui appartient à la démocratie grecque et que le regard porté à partir du temps présent permet d’y dégager. Dans le long compte-rendu que John Stuart Mill a rédigé de History of Greece23, il donnera de cette exigence l’expression la plus claire, en soulignant la nécessité d’une « histoire philosophique », expression qui, précise-t-il, n’est pas à entendre au sens hégélien, mais désigne une histoire capable de s’attacher à étudier les traits du réel politique pour les universaliser et les rendre exemplaires.

18Les Radicaux estimaient aussi que la meilleure condition pour comprendre la réalité grecque était d’avoir une certaine expérience politique. Voilà pourquoi il a pu se faire que les hommes qui ont aussi fortement contribué au développement des disciplines qui devaient être ultérieurement perçues comme les disciplines-reines de l’Université (l’histoire et la philosophie grecques) n’aient pas été eux-mêmes des universitaires ou même des scholars. C’est le cas de William Mittford, de John Gillies (un évêque) et de George Grote, lequel exerça pendant une bonne partie de sa vie la profession de banquier. La même volonté de faire de la réflexion politique la condition de compréhension de l’expérience grecque explique aussi la défiance à l’égard de la critique allemande qui, aux yeux de Grote en tout cas, est dépourvue de l’expérience politique qui conditionne la compréhension historique.

19Il serait sans doute bon, avant de préciser en quoi les Philosophes Radicaux ont contribué à la diffusion de la pensée platonicienne et d’étudier quelles marques ils lui ont laissées, d’évoquer brièvement le rôle que la connaissance de la culture et de la philosophie grecques a joué dans leur formation et leur personnalité.

  • 24 Alexander Bain, John Stuart Mill 64.

20John Stuart Mill est sans doute, à ce moment-là, le philosophe qui se réclame le plus fortement de la pensée platonicienne. A la connaissance parfaite qu’il avait de la langue grecque, s’ajoutait une réelle familiarité avec la littérature et la philosophie grecques. Mill raconte dans son Autobiography comment, âgé d’une dizaine d’années, il lisait déjà des textes grecs fort difficiles. Aux yeux de son biographe, Alexander Bain, Mill était « un homme intoxiqué par la Grèce » (a Greece intoxicated man)24. Il faut en effet qu’il l’ait été pour avoir prononcé cette phrase restée fameuse : « La bataille de Marathon est beaucoup plus importante pour comprendre l’histoire de l’Angleterre que ne Test la bataille de Hastings ». Mill considérait les anciens Grecs comme ses contemporains et ses compatriotes. Il se présentait lui-même comme « un disciple de Platon, façonné dans le moule de sa dialectique ».

  • 25 Sous le titre de « Notes on Some of the More Popular Dialogues of Plato » (in Collected Works XI 6 (...)
  • 26 Collected Works XIII, 699, et Harriet Grote, The Personal Life of George Grote, 2nd ed., John Murr (...)

21John Stuart Mill n’a jamais écrit d’ouvrage qui soit intégralement consacré à la philosophie platonicienne, même si l’on trouve dans l’ensemble de son œuvre de nombreux développements qui s’y rapportent directement. Toutefois, sans même tenir compte des traductions et commentaires de quelques dialogues de Platon, qu’il propose en 1834-183525, on peut lire de lui plusieurs centaines de pages consacrées à la pensée grecque. Avant même que les ouvrages de George Grote ne paraissent, il était convenu que Mill en ferait le compte-rendu26. Ces deux recensions représentent chacune un véritable essai (cent cinquante pages pour celle consacrée à History of Greece, et une centaine pour les volumes sur Platon) ; elles sont rédigées avec un soin extrême. Mill dit avoir relu et étudié de nouveau l’ensemble de l’œuvre platonicienne avant de se mettre à rédiger le compte-rendu de Plato and the Other Companions of Socrates. Le contenu du livre de Grote y est parfaitement décrit, ses arguments sont précisément évalués et critiqués, mais surtout Mill expose avec une grande clarté les thèmes majeurs de son interprétation de la philosophie politique de Platon et il en définit les rapports avec la réflexion politique contemporaine. Ces textes représentent la meilleure source pour étudier le platonisme de John Stuart Mill.

  • 27 « Mittford's History of Greece », Westminster Review, V, 1826, 269-331.
  • 28 Cf. G.L. Nesbitt, Benthamite Reviewing. The First Twelve Years of the Westminster Review, New York (...)

22George Grote était de douze ans plus âgé que Mill ; il venait d’une famille de banquiers d’origine allemande, et resta pendant de nombreuses années à la tête de l’entreprise familiale. Dans les moments de loisir que lui laissait la direction de la banque, il s’intéressait à l’économie politique et à l’histoire grecque. En 1819, il rencontra James Mill, le père de John Stuart Mill, chez l’économiste David Ricardo, et se convertit à la cause radicale et utilitariste, dont il sera un défenseur beaucoup plus orthodoxe que John Stuart Mill. L’intérêt passionné que George Grote éprouve très tôt pour l’histoire grecque et la considérable érudition qu’il acquiert en ce domaine trouvent pour la première fois l’occasion de s’exprimer dans la violente critique de l’ouvrage de Mittford qu’il publie en 1826 dans la Westminster Review27. Il semble qu’à ce moment-là, Grote considère déjà que le meilleur service à rendre à la cause radicale est de réhabiliter l’expérience politique grecque en rédigeant une grande histoire de la Grèce, qui puisse servir aussi à résoudre les problèmes du temps présent. Plusieurs témoins ont raconté comment aux réunions de la Société Utilitariste qui se tenaient tôt le matin dans la maison de Threadneedle Street, rue fameuse de la City, qu’occcupait la famille Grote, et au cours desquelles se préparait la réforme de la vie politique anglaise, on ne discutait en fait que des institutions grecques, surtout de la réforme de Clisthène et des théories politiques de Platon et d’Aristote28.

23En 1832, Grote interrompt la rédaction de son histoire de la Grèce pour entrer au Parlement. Après un échec aux élections de 1838, il renonce à se représenter en 1842 et se consacre dès lors entièrement à la rédaction de sa monumentale histoire. Les 12 volumes de History of Greece paraissent de 1846 à 1856. Les trois volumes de l’ouvrage Plato and the Other Companions of Socrates seront publiés en 1865. Grote entreprend aussitôt après de rédiger un ouvrage consacré à la pensée aristotélicienne, ouvrage auquel il semble avoir accordé beaucoup de prix, mais qui sera inachevé en 1871, au moment de sa mort.

  • 29 Cf. lettre à George Lewis, citée dans Harriet Grote, 264.

24L’œuvre monumentale de George Grote, History of Greece, est restée fameuse par la nouvelle perspective qu’elle offre sur la démocratie grecque, par son interprétation du personnage socratique, et par la réhabilitation qu’elle propose du mouvement sophistique. Elle est restée aussi un modèle de méthodologie, par la rigueur dans l’analyse des données et la précision dans la critique des sources dont elle témoigne. Malheureusement le temps a joué contre cette œuvre. Quelques années après la publication d'History of Greece, deux découvertes fondamentales devaient beaucoup diminuer la portée des travaux historiques de Grote. Le scepticisme manifesté par Grote à l’égard de l’époque non historique de la Grèce devait être en effet partiellement ruiné par les découvertes de Schliemman permettant de reconstituer le site de Troie ; Grote était également convaincu de l’impossibilité d’établir l’histoire des premiers âges grecs29, or cette certitude devait être fortement contestée lorsqu’on réussit dans les années 1870 à dater les inscriptions grecques. Mais ces deux cas qui pourraient témoigner, aux yeux des historiens d’aujourd’hui, de la faiblesse de l’œuvre de Grote semblent être pour ainsi dire les conséquences malheureures de la rigueur de sa méthode : ne se servir que des données disponibles et qui se sont révélées fiables en résistant à la critique des sources.

25Pour compléter le groupe des Philosophes Radicaux, il faudrait aussi citer Sir George Cornewall Lewis (auteur de Inquiry into the Credibility of the Early Roman History, 1855), le juriste John Austin, et le philosophe Alexander Bain. Ces penseurs appartiennent tous plus ou moins au courant utilitariste. On a parfois l’idée, en France peut-être plus qu’ailleurs, que l’utilitarisme est un courant philosophique qui fait l’apologie d’une civilisation matérialiste et simplement occupée à satisfaire les aspirations les plus grossières. Il suffit de considérer la richesse et la subtilité des personnalités intellectuelles de George Grote et de John Stuart Mill pour être convaincu du contraire. Au début du XXe siècle le philosophe français, Elie Halévy, a consacré un remarquable ouvrage quasiment inégalé depuis, La naissance du radicalisme philosophique en Angleterre, à [’histoire de ce courant intellectuel.

  • 30 Four Phases of Morals : Socrates, Aristotle, Christianity, Utlitarianism, Edinburgh, Edmonstons an (...)

26Mais une question continue de se poser. Comment ces philosophes libéraux, réformateurs, individualistes et rationalistes ont-ils pu se réclamer de Platon, que certains considèrent comme le philosophe mystique par excellence et auquel on attribue les vues les plus autoritaristes jamais défendues en politique ? Pire que cela. Comment George Grote, connu de tous comme un philosophe au rationalisme étroit, athée, démocrate, nominaliste, a-t-il pu devenir pour trois décennies le british scholar le plus renommé sur Platon ? Un Platon qui était alors unanimement perçu comme le philosophe pré-chrétien, élitiste, réaliste, et surtout comme l’adversaire le plus acharné de la démocratie ? Une telle association entre le philosophe mystique et son commentateur matérialiste devait provoquer la stupeur. Le théologien et philosophe, John Stuart Blackie, remarquait ainsi, non sans à propos : « c’est comme si Voltaire s’était mis à écrire un commentaire du Quatrième Evangile30 ».

27Certains aspects de la philosophie platonicienne ont paru essentiels aux Philosophes Radicaux pour comprendre les réquisits d’une philosophie critique et pour définir les conditions de la politique libérale et individualiste qu’ils défendaient. L’histoire de l’interprétation radicale de Platon est sans doute un des rares cas où l’on ait jamais revendiqué une filiation platonicienne dans la défense d’une philosophie libérale. Nous ne nous arrêterons pas sur les détails d’une telle interprétation de la philosophie politique de Platon, et nous limiterons, dans le cadre de cet essai consacré à la traduction et à la présentation du corpus platonicien, d’exposer les principes de lecture et d’interprétation qui caractérisent ce premier Platon victorien.

Platon, philosophe critique et non dogmatique

  • 31 Autobiography I.

28A quel Platon les philosophes radicaux se sont-ils intéressés ? Les auteurs dont nous parlons ont tous reconnu que l’œuvre de Platon était susceptible d’une grande diversité d’interprétations. En effet, on peut lire Platon soit comme un auteur dogmatique soit, à l’inverse, comme un auteur exemplaire par sa méthode critique. Les Radicaux, on ne s’en étonnera guère, rejettent nettement la première lecture et défendent la seconde. A leurs yeux, une lecture légitime de Platon doit mettre au premier plan, dans l’étude des dialogues, la méthode de recherche, au lieu des dogmes et des conclusions. Mill a exprimé avec une parfaite clarté cette exigence : « J’ai toujours senti... que le titre de ‘Platonicien’ appartient de façon bien plus juste à ceux qui ont été nourris dans le mode d’investigation platonicien et qui ont tenté de le mettre en œuvre qu’à ceux qui ne se sont distingués que par l’adoption de certaines conclusions dogmatiques pour la plupart extraites du moins intelligible de ses ouvrages »31.

  • 32 Lettre du 30 avril 1865.
  • 33 Non seulement l'idée platonicienne selon laquelle l’amour des garçons peut conduire à la connaissa (...)
  • 34 Au contraire, il n’y a, selon Grote, pas plus de vrai Platon qu’il n’y a de vrai Shakespeare (Plat (...)

29George Grote sera encore plus net. Le Platon qu’il recommande a quelque chose d’un scientifique utilitariste victorien, émancipé du germanisme et des présocratiques. Dans une lettre à Theodor Gomperz, Grote souligne qu’il faut soustraire Platon à l’influence des « platoniciens orientalisants » et des « transcendantalistes allemands », lesquels ne retiennent qu’une partie de l’œuvre platonicienne et la systématisent à outrance32. Il reproche aux défenseurs d’un Platon chrétien et idéaliste d’ignorer tout ce qui dans les dialogues de Platon ne cadre pas avec leurs interprétations33. Il souligne également la necessité où toute interprétation idéaliste de Platon se trouve de ramener la pensée platonicienne à un système. Là encore, les philologues allemands qui, dans leur tentative désespérée « de résoudre toutes les diverses manifestations de l’esprit de Platon dans une singulière unité », vont jusqu’à rejeter les dialogues qui contestent pareille unité, serviront de modèle négatif. La critique de Grote, sur ce point, ne manque pas de pertinence. L’interprétation systématique de Platon aboutit assez naturellement, d’après lui, à une position hypercritique quant à l’authenticité des dialogues. Dans le premier volume du Plato, Grote expose avec un grand détail les thèses du philologue allemand Ast, lequel est conduit, à partir d’une interprétation unifiée de la pensée de Platon, à rejeter comme inauthentique une bonne moitié des dialogues platoniciens34.

  • 35 Collected Works XI, 40.
  • 36 Ibidem 42-45, 378-383.

30Mais l’insistance mise à souligner le fait que la pensée platonicienne est dépourvue de tout dogmatisme ne risque-t-elle pas de faire douter de la présence dans les dialogues platoniciens d’un système cohérent d’opinions ? John Stuart Mill ne se trouve aucunement embarrassé par cette objection ; une telle absence de système indiquerait plutôt à ses yeux que la recherche platonicienne de la vérité est chose réelle35. Car, derrière l’éloge que fait Mill de la démarche platonicienne comme recherche et examen critique, se tient une conception définie de la philosophie comme « vérité raisonnée » procédant par examen et par « questions et réponses », bref conçue comme une forme de cross examination36.

31Le refus de tout schéma d’intelligibilité envisagé en termes de pensée unifiée ou de développement organique, conduit également George Grote à défendre et à pratiquer dans ses ouvrages une méthode de lecture des dialogues de Platon, qui consiste à étudier chacun d’eux dans leur individualité et de façon immanente. Grote insiste tout particulièrement sur l’importance des circonstances d’exposition du dialogue — la personnalité des interlocuteurs ou l’orientation à chaque fois spécifique de la recherche — qui permettent d’expliquer pourquoi l’expression de la pensée de Platon est aussi diversifiée.

32Le platonicien d’aujourd’hui sera sans doute frappé par la proximité qui existe entre ses propres intérêts (quant à l’efficacité de la mise en scène dramatique l’importance des réserves ou conditions qui affectent chaque thèse énoncée) ou exigences (celle de reconnaître l’individualité de chaque dialogue, de ne pas imposer de schème d’interprétation préconstruit) et les intérêts et exigences qui semblent avoir inspiré, il y a presque un siècle et demi, l’auteur du premier commentaire systématique des dialogues de Platon. Cette proximité est réelle, mais tandis que la méthode du commentateur d’aujourd’hui serait choisie entre plusieurs méthodes possibles, les recommandations de Grote en matière de méthodologie du commentaire platonicien procèdent d’une nécessité bien particulière.

  • 37 Lewis Campbell, Plato's Sophist and Statesman, Oxford, Clarendon Press, 1867.

33Deux ans après la parution du Plato, Lewis Campbell, disciple et ami de Benjamin Jowett, exposait, dans la préface à son édition du Sophiste et du Politique37, les rudiments d’une analyse stylométrique des dialogues de Platon. Campbell proposait d’ordonner les dialogues selon qu’ils étaient plus ou moins éloignés d’un prototype stylistique défini à partir du texte des Lois de Platon. Dans la mesure où nous savons avec certitude que les Lois sont le dernier dialogue que Platon ait écrit, le prototype stylistique de ce dialogue donnera le point de repère à partir duquel apprécier le degré d’éloignement où se trouvent les autres dialogues. Cette méthode, nuancée et modifiée depuis, a servi de base à l’établissement d’une chronologie globale des dialogues de Platon à laquelle la plupart des commentateurs d’aujourd’hui, malgré les réserves et les critiques qu’ils formulent sur tel ou tel point, ont souscrit. Mais à l’époque de Grote, et c’est encore plus vrai pour les philologues allemands qui l’ont précédé, la possibilité d’établir une chronologie plus ou moins crédible de l’œuvre platonicienne paraissait peu vraisemblable. La seule façon dont un ordre ou une progression pouvaient être établis entre les dialogues dépendait de la possibilité de retrouver une idée séminale s’affirmant progressivement dans la succession des dialogues, ou dépendant encore de la volonté d’imposer au corpus platonicien une unité générique dont l’élaboration progressive permette d’ordonner l’ensemble des dialogues. C’est par défiance à l’égard de ce type d’interprétation que Grote adopte une méthodologie qu’on pourrait qualifier de minimaliste. En l’absence de tout autre moyen d’ordonner les dialogues, l’alternative était entre une explication rhapsodique et individualisée de chaque dialogue ou l’imposition d’une unité organique ou systématique. Grote a délibérément choisi la première possibilité, parce qu’il refusait sans réserves le caractère spéculatif de la seconde.

34Les années où paraissent les ouvrages de Grote et où Mill écrit ses si précieux comptes-rendus sont aussi celles où Benjamin Jowett, dont la personnalité domine totalement les études platoniciennes dans les dernières décennies du XIXe siècle, enseigne régulièrement la philosophie platonicienne à l’Université d’Oxford. Dès 1880, les universités traditionnelles deviendront le centre des études platoniciennes. Les érudits et philologues qui se consacrent alors à l’étude de la pensée platonicienne n’ont que peu de choses en commun avec les Radicaux. Ils sont pour la plupart profondément chrétiens, et se montreront plutôt soucieux de réduire l’influence prise par la pensée individualiste et libérale. Ils joueront aussi presque tous un rôle important dans la libéralisation de l’université anglaise.

35Les études platoniciennes britanniques doivent certes beaucoup à ce second renouveau platonicien, mais celui-ci n’aurait pas pris les mêmes formes sans l’impulsion que les Philosophes Radicaux ont donnée, dans le deuxième tiers du XIXe siècle, à la lecture et à la connaissance de l’œuvre de Platon. De plus, si les Philosophes Radicaux comme les professeurs oxoniens ont été à l’origine de l’abondance et l’excellence du platonic scholarship anglais d’aujourd’hui, si même à la fin du XIXe siècle, le Platon de Jowett semble l’emporter sur celui de Mill, il n’est pas sûr, en tout cas pour la méthodologie et l’étude des premiers dialogues, que ce soit encore le cas aujourd’hui. Les travaux consacrés à Platon qui nous viennent de Grande-Bretagne sont plus proches, dans leur style général et leurs intérêts dominants, des travaux des philosophes radicaux que de ceux des disciples de Jowett. Si l’histoire de la philosophie a elle aussi ses traditions nationales, l’héritage platonicien du XIXe siècle anglais est double puisqu’il nous a légué un Platon critique et réformateur, et un autre idéaliste et chrétien. Cet héritage dessine en partie l’espace en lequel viendra s’inscrire tout au long du XXe siècle la diversité des interprétations platoniciennes.

Annexes

DISCUSSIONS

M. Moutaux

Ma question porte sur l’interprétation de la pensée de Platon par les radicaux anglais. Ceux-ci se réclament parfois de la pensée française. Dans le jugement porté sur Platon en Angleterre, y a-t-il quelque chose de français ?

Mme Canto-Sperber

Oui, très certainement. En particulier il est centré sur l’interprétation de la Révolution française. Il y a la une différence entre le radicalisme français et le radicalisme philosophique anglais. L’exemple de la Révolution française pour les radicaux anglais est celui-là même de la radicalité extrême.

M. Bloch

Que s’était-il passé pour qu’entre le XVIIe siècle et le début du XIXe Platon ait été ignoré en tant que philosophe ?

Mme Canto-Sperber

Cela tenait au style même de l’enseignement. On étudiait les textes grecs de façon purement littéraire et non comme des textes exprimant des idées.

Μ. Moutaux

Bentham et Stuart Mill ont-ils lu Rousseau ?

Mme Canto-Sperber

Une lecture très détaillée, non. Stuart Mill le considère comme un penseur « extrême ». En tout cas, il avait une très grande connaissance de la pensée française du XVIIIe siècle, des encyclopédistes en particulier, de Rousseau aussi, mais il a certainement beaucoup plus de sympathie pour des intellectuels comme Condorcet.

Notes

1 En particulier Jeremy Bentham (« Tandis que Xénophon faisait de l'histoire et qu’Euclide enseignait la géométrie, Socrate et Platon prononçaient des non-sens sous prétexte d’enseigner la sagesse et la moralité », Deontology ed. J. Bowring, 1834, I, 39) et Herbert Spencer (« A plusieurs reprises, j’ai tenté de lire, tantôt ce dialogue, tantôt celui-là, mais j'ai dû laisser tomber cette lecture à cause de l’impatience éprouvée à l’égard de l’imprécision de la pensée et de la confusion faite entre les mots et les choses ; j’ai été irrité aussi par la forme désordonnée de l’argumentation », An Autobiography, 1904, I, 442).

2 Platonis Euthydemus et Gorgias, ed. M.J. Routh, Oxford, Clarendon Press, 1784.

3 Les introductions de Schleiermacher aux dialogues de Platon seront traduites en 1835 : Introductions to the Dialogues of Plato, William Dobson trans. Cambridge, J. and JJ. Deighton, 1836. Grâce à l’influence de Connop Thirwall, l’œuvre de Schleiermacher avait été introduite dès 1833 (Philological Museum II, 1833, 572).

4 Floyer Sydenham and Thomas Taylor, The Works of Plato, 5 vols., London, R. Wilks, nombreuses éditions ; la première édition complète est apparemment publiée en 1793.

5 Le catalogue de la Bristih Library ne mentionne rien d’autre sinon une édition annotée (sans réelle valeur scientifique) de cinq dialogues par N. Forster (Oxford, Clarendon Press, 1800). Après 1840, il faut signaler : Henry Cary and Henry Davis, trans., The Works of Plato, 6 vols., Londres, George Bell and Sons, 1848-54 (plusieurs éditions) ; John Llewelyn Davies and David James Vaughn, trans., The Republic, London, Macmillan, 1852 (plusieurs éditions) et William Whewell, trans.. The Platonic Dialogues for English Readers, 3 vols., Macmillan, 1859-61. Cf. Finley Melville Kendall Foster, A Bibliographical Survey of English Translations from the Greek, New York, Columbia University Press, 1918, 26-34, 90-97.

6 J’ajoute, pour donner un peu de sel à la chose, qu’il est très probable que l’auteur de cette recension anonyme est James Mill, le père de John Stuart Mill, un des principaux représentants du groupe des Philosophes Radicaux. « Taylor’s Plato », Edinburg Review 14, 1809, 187-211. Voir aussi Frank B. Evans III, « Platonic Scholarship in Eighteenth Century England », Modern Philology 41, 1943, 104-108.

7 11 volumes, London, Priestley, 1826.

8 Bekker reprend d’ailleurs l’ordre des dialogues recommandé par Schleiermacher et que ce dernier avait lui-même adopté dans sa propre traduction.

9 Lettre à John Stuart Blackie, 22 March 1865. Le Plato de Grote est paru quelques semaines plus tôt et Jowett n’en a probablement pas encore eu connaissance.

10 Aristote, en revanche, bénéficiait au même moment d’une certaine faveur universitaire :
« D’après les Public Examination Statutes de 1800, qui établissaient un programme plus formel et plus rigoureux d’étude et d’évaluation, l'Éthique d’Aristote devait rapidement occuper une place centrale dans les Literae Humaniores et garder cette position pour le restant du siècle » (cf. Martin Lowther Clarke, Classical Education in Britain 1500-1900, Cambridge University Press, 1950, 98-127). Les Examination Statutes de 1851 (qui institue la division entre « Mods » l’enseignement littéraire — et « Greats » — l’histoire et la philosophie) et de 1872 (qui recommande l’étude de la République de Platon et de l'Éthique d’Aristote) confirmeront l’importance accordée à l’étude des philosophes grecs. On compte 19 traductions de l’Éthique au cours du XIXe siècle.

11 Collected Works of John Stuart Mill, XI : Essays on Phlosophy and the Classics, University of Toronto Press/Routledge and Kegan, ed. by J. M. Robson, intr. by F. E. Sparshott, 1978, 39-40.

12 Cf. R. M. Stopper, « Greek Philosophy and the Victorians », Phronesis, vol. XXVI, number 3, 1981, 270 ; et la remarque de A. P. Stanley, proche de Benjamin Jowett, dans sa biographie de Thomas Arnold, Principal de Rugby : « Il y a un réel plaisir à contempler la perfection que manifeste, dans sa disposition et sa capacité expressive, le langage de Platon, même si son contenu n’avait pas plus de valeur que n’en ont les mots de la musique italienne, alors que le sens en bien des lieux en est seulement moins admirable que le langage » (The Life and Correspondance of Thomas Arnold D. D., London, 1846, 331, cité dans Stopper 282 n. 12).

13 Cf. Stoper 272-281.

14 Plato and the Older Academy, London, Longmans, Green and Co, 1876.

15 L’histoire de l’enseignement de la philosophie platonicienne est en partie pararallèle à celle des traductions et commentaires donnés des dialogues, cf. Frank Turner, The Greek Heritage in Victorian Britain, New Haven and London, Yale University Press, 1981, 373 ; il faut souligner en particulier le rôle joué à Cambridge par Julius Hare, par Frederick Maurice, par William Whewell, et par William Sewell à Oxford.

16 Cf. Turner, 17-76, 369-383 ; et Richard Jenkins, The Victorians and Ancient Greece, Blackwell, Oxford, 1980, 227-260.

17 John Grote, Old Studies and New, in Cambridge Essays : 1856, London, 1856, 114 : « The cultural and intellectual function of classical studies in societies... is to create a bond of intellectual communion in civilized men ». Aussi James Bowen, « Education, Ideology and the Ruling Class. Hellenism and English Public Schools in the Nineteenth Century », in G. W. Clarke ed., Rediscovering Hellenism. The Hellenic Inheritance and the English Imagination, Cambridge University Press, 1989, 161-186.

18 Collected Works, XVI, 1288.

19 Taine, Notes sur l'Angleterre.

20 19 février 1952 : « George Grote and the Study of Ancient History ». An Inaugural Lecture delivered at University College, London, 19 February 1952.

21 William Mittford, The History of Greece, 1784-1810, A New Edition wih Numerous Additions and Corrections, 10 vols., Londres, Cadell, 1835.

22 John Gillies, The History of Ancient Greece, Its Colonies and Conquests from the Earliest Accounts till the Division of the Macedonian Empire in the East Including the History of Literature, Philosophy and the Fine Arts, 1786, 3rd ed., 2 vols, London, Strahan and Cadelle, 1792.

23 « Grote’s History of Greece », Edinburgh Review, LXXXIV, oct. 1846, repris dans Collected Works XI 273-337.

24 Alexander Bain, John Stuart Mill 64.

25 Sous le titre de « Notes on Some of the More Popular Dialogues of Plato » (in Collected Works XI 62-238). La rédaction de ces essais est sans doute antérieure : « On publie quelques notes de moi sur Platon, pour la plupart écrites il y a longtemps, mais dont je pense qu’elles pourraient être intéressantes et utiles, surtout parce que ni elles ne spéculent sur Platon ni ne parlent de lui, mais montrent Platon lui-même au lecteur » (Lettre à Carlyle, 2 mars 1834).

26 Collected Works XIII, 699, et Harriet Grote, The Personal Life of George Grote, 2nd ed., John Murray, 1873, 163.

27 « Mittford's History of Greece », Westminster Review, V, 1826, 269-331.

28 Cf. G.L. Nesbitt, Benthamite Reviewing. The First Twelve Years of the Westminster Review, New York, 1934 ; M. L. Clarke, George Grote. A Biography, University of London, The Athlone Press, 1962, et J. Hamburger, Intellectuals in Politics : J. S. Mill and the Philosophical Radicals, New Haven, Yale University Press, 1965.

29 Cf. lettre à George Lewis, citée dans Harriet Grote, 264.

30 Four Phases of Morals : Socrates, Aristotle, Christianity, Utlitarianism, Edinburgh, Edmonstons and Douglas, 1871, 35.

31 Autobiography I.

32 Lettre du 30 avril 1865.

33 Non seulement l'idée platonicienne selon laquelle l’amour des garçons peut conduire à la connaissance du bien, mais surtout tous les aspects réformateurs de la pensée platonicienne, qu’il s’agisse de l'égalité sexuelle, de la possession commune des épouses ou de l’éducation collective des enfants. Jugement que confirme (jusqu’en 1865 et après) Nathalie Bluestone, Women and the Ideal Society, Berg, Oxford, 1987.

34 Au contraire, il n’y a, selon Grote, pas plus de vrai Platon qu’il n’y a de vrai Shakespeare (Plato and the Other Companions of Socrates I, 212, 214-215).

35 Collected Works XI, 40.

36 Ibidem 42-45, 378-383.

37 Lewis Campbell, Plato's Sophist and Statesman, Oxford, Clarendon Press, 1867.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540