Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire les philosophes

 | 
Olivier Bloch
, 
Jacques Moutaux

II. Spécificité des langues et terminologie philosophique

Quelques remarques « frivoles » à propos de la traduction de l’« Essai sur l’origine des connaissances humaines » de Condillac

Angelika Mensching-Oppenheimer

Texte intégral

  • 1 Œuvres philosophiques de E.B. de Condillac, éd. G. Le Roy, t. 3, p. 345.

1Dans son « Dictionnaire des synonymes » Condillac renvoie de « frivole » à » inutile » et explique là que, si l’utilité des choses « ne porte que sur des objets de peu de considération, de peu de prix, elles sont frivoles,1 » ce qui lui vaut une préface à l'Essai, intitulée « L’archéologie du frivole » de M. Derrida. Vu les honoraires qu’on verse aux traducteurs, vu leur image sociale, il ne reste qu’une conclusion à tirer, c’est que la traduction est une chose frivole.

  • 2 Cabanis et Destutt de Tracy se sont appuyés sur Condillac et ont suscité un « Anti-Condillac, ou h (...)

2D’en parler semble encore plus frivole, d’autant qu’il s’agit de la traduction d’un philosophe mort depuis deux cents ans à un instant même ou la vision du monde dont il est un des auteurs paraît avoir lamentablement échoué. L’expérience à grande échelle est terminée, on doit donc arrêter toute recherche sur les matérialistes. Les institutions et organismes de la vie intellectuelle ne peuvent plus se payer des études qui risquent d’ébranler les acquis récents concernant le « socialisme réel ». Etienne Bonnot de Condillac est un des coupables traditionnels2. Déjà rendu responsable de la terreur révolutionnaire, pourquoi alors réinsuffler de la vie à ce « chien mort » si l’on sait de surcroît que sa philosophie a servi de prétexte aux crimes de Staline et de tous les autres comme Honnecker ? Mais on peut présumer que la pluralité des approches scientifiques mène à la connaissance de la vérité et que la concurrence de l’économie de marché aboutit à la félicité publique.

3Cela dit, peut-être sera-t-il utile de relire les philosophes qui ont jeté les fondements de la recherche scientifique moderne. Leur approche qui a manifestement rendu possible la domination de la nature a, au même temps, été orientée par un concept de la connaissance qui ne perd jamais de vue que toute connaissance acquise par les hommes doit servir à leur bonheur. Le concept de progrès dans les connaissances comprend toujours la notion de la totalité — notion qui va mal avec une philosophie qui prêche qu’il y a autant de petites vérités particulières qu’il y a de philosophes aspirant à un poste.

  • 3 J.-R. Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris 1979.

4En tant que membre de la plèbe des traducteurs qui travaillent sur le terrain, je m’aventure ici dans le domaine sacré de l’aristocratie des préfaciers, audace à laquelle M. J.-R. Ladmiral m’a encouragée par son livre3 qui constate la notoriété de ce clivage tout en le surmontant.

5« Grau, teurer Freund, ist alle Théorie ». En l’occurence, c’est la pratique même qui me force à ignorer cette division du travail, car, pour traduire des textes comme celui que j’ai sur le métier, on ne saurait renoncer à la réflexion philosophique sous peine de commettre un faux sens ou un contresens.

La dimension historique

  • 4 Cf. Ricken, U., Condillacs « Essai über den Ursprung der menschlichen Erkenntnisse » im Rahmen der (...)

6Nous voilà ainsi au cœur du problème. Toute traduction philosophique étant une interprétation, le choix des termes se révèle être également un choix philosophique. On peut, néanmoins, éviter de faire ce choix en traduisant des concepts comme idée, imagination, réflexion, opération, etc. par des mots étrangers dans la langue-cible, c’est-à-dire en les laissant tels quels. Sans pour cela vouloir défendre la tradition puriste et scotomisante de la traduction « en bon allemand », ces termes, qui existent aussi en allemand, y renferment toute une brochette de significations possibles qui ne correspondent pas nécessairement avec les connotations en français. Mais ce procédé épargne le problème du choix, choix d’autant plus délicat qu’il faudrait peut-être employer une seule traduction dans tout l’ouvrage parce qu’il s’agit là de concepts terminologiques. Un linguiste de grand renom qui s’est consacré avant moi à la même tâche, a voté pour cette solution et l’a bien fondée pour ce qui est du concept d’imagination4. Loin de moi le désir de vouloir « éreinter » sa traduction pour satisfaire à une de mes manies ; pourtant, je vais procéder autrement.

Et la dimension systématique

  • 5 Ce qui se traduit par un flot de néologismes dans les traductions des œuvres philosophiques allema (...)

7C’est un problème d’une portée objective. D’une part, on se doit toujours, lorsqu’on traduit un philosophe d’une autre époque, de prendre en considération l’écart historique et de tenir compte de l’évolution de la terminologie dont se servit l’auteur. Cette dimension historique n’affecte pas seulement les connotations mais le contenu conceptuel même. Il se peut donc qu’en langue-source les termes n’aient pas changé tandis qu’en langue-cible les mêmes termes aient subi certaines modifications, de sorte qu’utiliser le même terme en langue-cible qu’en langue-source revient à lui imputer toute une tradition de significations qui n’existent pas en langue-source. Comme on verra plus tard, un concept peut être élargi d’un sens ajouté par un philosophe et en même temps restreint par la définition qu’il lui donne. L’idéalisme allemand a créé une terminologie philosophique5 qui a influencé toute la philosophie européenne qui suivait et dont l’impact se fait sentir jusque dans la philosophie française d’aujourd’hui. Par contre, la terminologie d’un Condillac ne peut que la contenir in nuce.

8D’autre part, il y a une sorte de progrès, tout douteux qu’il soit, dans la philosophie, ce qui signifie que les argumentations, même divergentes, forment un certain enchaînement. Ce sont les arguments qui dépendent les uns des autres par leur logique interne et non par les connaissances aléatoires que leurs auteurs ont faites réciproquement. Cela serait bien impossible s’il n’y avait au sein de la terminologie même quelque chose qui correspond à cet élément qui nécessite une certaine évolution malgré l’intention des auteurs. Les Lumières nourrissaient encore l’illusion que cette évolution aboutirait finalement au bonheur de l’humanité.

La « connexion anglaise »

  • 6 L’« Essay concerning human understanding » avait été traduit par Pierre Coste et édité en 1700 à A (...)
  • 7 Marx/Engels, Werke, t. 2, Berlin 1974, p. 137.
  • 8 O. Bloch, Le matérialisme, Paris 1988, p. 19 sqq.
  • 9 Cours d’études pour l’instruction du Prince de Parme, Histoire moderne, Œuvres phil., éd. Le Roy, (...)
  • 10 L. c., p. 229 sq.

9Il est alors indubitable que Condillac a fait connaître Locke6 en France par son « Essai », un ouvrage qui le désigne comme le dit Marx dans la « Sainte famille7 » comme son étroit disciple attendu qu’il critique la métaphysique de Descartes, Spinoza, Leibniz et Malebranche. Bien que, comme l’a prouvé M. O. Bloch8, Marx se soit servi du « Manuel de la philosophie moderne » publié en 1842 par Charles Renouvier dans une intention polémique, on ne saurait contester que Condillac doive beaucoup à Locke. Ce n’est pas seulement une idée revue de l’historiographie philosophique puisque Condillac en était convaincu lui-même. « Persuadé qu’on ne peut connaître l’esprit qu’en observant, il [Locke] s’est ouvert et frayé une route, qui n’avait point été battue avant lui. Il a pu former ce dessein et tenter de l’exécuter, en considérant les progrès que les sciences devaient de son temps à l’expérience et à l’observation : Mais il a la gloire que ses découvertes n’ont été préparées par aucun de ceux qui avaient écrit avant lui sur l’entendement humain.9 » C’est par sa critique des idées innées, sa description de la génération et de la liaison des idées que Locke a rendu possible la théorie de Condillac, car ce n’est qu’a posteriori qu’on arrive à dégager les méthodes d’une science ainsi que ce fut le cas de Newton. De même faut-il d’abord avoir des bons écrivains en prose et en vers pour pouvoir formuler des grammaires et des poétiques.10 L’éloge qu’il fait de Locke est, cependant, toujours accompagnée de critique et ce, dès l’introduction à l'Essai.

  • 11 J. Derrida dans sa préface à l'Essai, p. 83 éd. C. Porset, Paris 1973.
  • 12 Condillac, Les monades. Edited with an introduction and notes by Laurence L. Bongie, The Voltaire (...)
  • 13 Bongie, p. 69.
  • 14 Essai, p. 175.

10Une telle filiation impliquerait naturellement des conséquences pour la traduction. On pourrait, par exemple, se fier à la traduction allemande de l’« Essay concerning human understanding » en ce qui concerne la terminologie. Cela me faciliterait de beaucoup la tâche. Malheureusement, le fils français du père anglais11 ne se contente pas des mêmes points de vue que son père comme cela se passe souvent chez les fils. Il a même, comme il s’est avéré, il n’y a qu’une dizaine d’années, écrit une monadologie12 ou il tente une preuve de l’existence de Dieu. Il en avait parlé dans le « Traité des animaux », mais personne ne lui avait attribué une dissertation anonyme qui a remporté le prix proposé en 1747 par l’Académie Royale des sciences et des belles lettres à Berlin. L’éditeur anglais écrit un aussi long essai que la monadologie pour en prouver l’authenticité et pour démontrer également que Condillac est plus rationaliste qu’on ne l’avait cru. Il parle d’une « thorough-going idealistic position, possibly anticipating even some aspects of the later Kantian critique »13. C’est cette parenté avec Kant qui est, à mon avis, surtout déterminante pour l’Essai, bien que Condillac s’y attaque vivement aux rationalistes. Il critique les philosophes pour avoir réalisé toutes leurs abstractions ou les avoir regardées comme des êtres qui auraient une existence réelle indépendamment de celle des choses.14 D’après Condillac ils ont pris le second, ce qui est dérivé, pour le premier, voire le principe générateur, tandis que lui, il veut démontrer la génération du général à partir des singularités réelles. C’est alors son intention déclarée mais qui sera contrecarrée par l’évolution postérieure de sa propre pensée.

A la recherche d’une voie sûre de la science...

  • 15 L. c., p. 107.
  • 16 Essai, p. 107.
  • 17 L. c., p. 115.

11A cette fin il remonte à l’origine des connaissances et y trouve finalement que : « Soit que nous nous élevions, pour parler métaphoriquement, jusques dans les cieux ; soit que nous descendions dans les abîmes, nous ne sortons point de nous-mêmes ; et ce n’est jamais que notre propre pensée que nous apercevons »15. On ne peut donc pas reconnaître les choses à l’état brut mais seulement par l’intermédiaire de notre subjectivité. Son sensualisme est un sensualisme réfléchi, pour ne pas dire dialectique. La « première pensée » de l’enchaînement est encore une sensation. La « seconde pensée » est déjà une idée sur les différentes opérations de l’âme. « Ainsi, selon que les objets extérieurs agissent sur nous, nous recevons différentes idées par les sens, et selon que nous réfléchissons sur les opérations que les sensations occasionnent dans notre âme, nous acquérons toutes les idées que nous n’aurions pu recevoir des choses extérieures »16. Dans cette citation le mot idée comprend également l’impression produite dans l’âme par l’action des sens, ce que Condillac appelle perception, et une idée qu’on ne peut acquérir par aucun discours et que seule la réflexion peut fournir17. Cela annonce déjà la difficulté de la traduction de ce concept. Les différentes idées reçues par les sens seront aisément traduites en allemand par « Vorstellungen », elles nécessitent même cette traduction. Les idées qu’on acquiert à force de réfléchir sur les opérations de l’âme sont pour l’instant également traduites par « Vorstellungen », mais ne contiennent-elles pas un facteur de plus qui justifierait même une traduction par « Begriff » ?

  • 18 L. c., p. 108.

12Alors, les sensations et les opérations de l’âme ne forment que les matériaux de toutes nos connaissances, ces matériaux que la réflexion met en œuvre18. C’est un processus dont le déclenchement n’est pas automatique car il commence par un acte volontaire qui dépend de la subjectivité étant donné que c’est la réflexion (un autre mot-clé et difficile à traduire) qui le met en mouvement, mais cet acte est sujet à des conditions extérieures plus ou moins propices. La capacité de réfléchir elle-même n’est donc pas une faculté fixée et déterminée dès le départ mais le résultat de la médiation entre les conditions extérieures et la subjectivité.

  • 19 L. c., p.120.

13L’attention y joue le rôle principal, c’est le facteur subjectif, qui dirige la réceptivité et devient par-là constitutif de la subjectivité même. « Lorsque les objets attirent notre attention, les perceptions qu’ils occasionnent en nous, se lient avec le sentiment de notre être et avec tout ce qui peut y avoir quelque rapport. De-là il arrive que non seulement la conscience nous donne connaissance de nos perceptions, mais encore, si elles se répètent, elle nous avertit souvent que nous les avons déjà eues, et nous les fait connaître comme étant à nous ou comme affectant, malgré leur variété et leur succession, un être qui est constamment le même nous.19

  • 20 Essai, p. 125.

14La réalité existe donc indépendamment du sujet mais autant qu’il en sache, elle est constitutive de sa propre subjectivité. L’appropriation concrète de la réalité n’est pas encore comprise comme le processus du travail, et pourtant elle invoque le substrat matériel de la subjectivité. « Les choses n’attirant notre attention que par le rapport qu’elles ont à notre tempérament, à nos passions, à notre état, ou, pour tout dire en un mot, à nos besoins ; c’est une conséquence que la même attention embrasse tout-à-la-fois les idées des besoins et celles des choses qui s’y rapportent, et qu’elle les lie »20.

Et la « connexion allemande » ?

  • 21 M.W. Beal, Condillac as Precursor of Kant, in : Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 102 (...)

15Il est évident qu’il ne s’agit pas de reconnaître la réalité en soi, mais d’élucider les conditions de la connaissance, ce qui « fraye la voie » pour Kant.21 Cependant, il serait faux de réduire à cela la pensée condillacienne. Par contre, l’originalité de sa pensée consiste à analyser le rôle du langage pour toute faculté intellectuelle. Pour pouvoir lier les idées des besoins et celles des choses qui s’y rapportent, pour en disposer à son gré dans la mémoire et dans l’imagination, il faut qu’elles soient représentées par des signes. C’est le seul usage de signes naturels qui rend possible la conscience, l’attention et la réminiscence et c’est l’usage de signes institutionnels qui permet l’analyse, la réflexion et le jugement de sorte que c’est la condition sine qua non de la pensée et de la communication. Toute sa théorie du langage s’ensuit.

La pratique — le champs vaste de l’idée

  • 22 Essai, p. 272.
  • 23 Essai, p. 273.
  • 24 Kant, Critique de la raison pure, trad, par A. Tremesaygues et B. Pacaud, 11 éd., Paris 1986, p. 2 (...)
  • 25 L. c., p. 270.

16Condillac est — encore une parallèle à Kant — très soucieux de déterminer exactement la signification des mots. Si le sens des mots n’est fixé que par le moyen des circonstances où l’on parle22 peut-être me serait-il permis par analogie de définir le sens par le moyen du contexte où je trouve un terme. Alors le mot « idée » signifie, en tant qu’« idée simple » qu’elle vient immédiatement des sens, qu’elle se réfère à des simples perceptions qui sont en effet dans l’esprit telles qu’elles y paraissent. Même les enfants « ont des idées aussi claires de ces mots, blanc, noir, rouge, mouvement, repos, plaisir, douleur, que nous-mêmes »23. Il est pertinent qu’il ne s’agit pas d’une εἴδωλον d’Epicure qui est traduit en allemand par « Abbild », ni d’une « Idee » que Kant détermine comme « un concept tiré de notions et qui dépasse la possibilité de l’expérience. » Et il ajoute « Une fois habitué à ces distinctions, on ne pourra plus supporter d’entendre appeler idée la représentation de la couleur rouge qu’il ne faut même pas appeler notion (concept de l’entendement). »24. Dans la deuxième section des idées transcendantales, Kant réaffirme : « J’entends par idée un concept rationnel nécessaire auquel nul objet qui lui corresponde ne peut être donné dans les sens »25. En ce qui concerne l’usage pratique de l’entendement, c’est l’idée qui en est la condition indispensable, elle est ce que Kant nomme « die regulative Idee ».

  • 26 Hegel, Wissenschaft der Logik, 2 partie, Sämtliche Werke, ed. H.Glockner, t. 5, 3 éd., Stuttgart 1 (...)

17Malgré le rôle de précurseur que Condillac pourrait jouer pour Kant, il n’est pas question de traduire toujours l’idée condillacienne par « Idee » en allemand. L’idéalisme allemand y a attribué de telles déterminations qu’il faudrait discerner entre « Vorstellung », « Idee », « Begriff » et aussi « Gedanke ». Hegel qui mène l’idéalisme allemand à son apogée, part de la définition kantienne de l’idée, la détermine comme le concept adéquat, le vrai objectif ou le vrai en tant que tel pour finir par l’hypostase de l’idée comme la vérité absolue de l’esprit, la vérité qui est en soi et pour soi, l’idée infinie dont la connaissance et l’action se sont équilibrées et qui est le savoir absolu d’elle-même.26

  • 27 Essai, p. 163, 8 2.
  • 28 L. c.

18Condillac, toutefois, ne différencie encore point (du moins dans l'Essai) comme le prouve bien sa spéculation sur les nombres : « Par la nature de notre calcul, il suffit d’avoir des idées des premiers nombres pour être en état de s’en faire de ceux qu’on veut déterminer. C’est que les premiers signes étant donnés, nous avons des règles pour en inventer d’autres... »27. Cette citation illustre le caractère équivoque de l’idée condillacienne. L’idée du petit nombre est encore une représentation au sens de Kant car, pour se faciliter la tâche, Condillac s’imagine quelques objets différents ou des groupes de divers objets. Mais dès qu’il s’agit d’inventer des signes d’après des règles, les idées qui en découlent sont des notions proprement dites, des « Begriffe ». Pour étayer sa conception, il mentionne une relation de M. La Condamine parlant d’un peuple indigène qui s’était servi de signes pour exprimer les nombres qui ne lui permettaient pas d’en inventer de nouveaux d’après des règles. En même temps il rejette vivement l’opinion de Malebranche « que les nombres qu’aperçoit l'entendement pur sont quelque chose de bien supérieur à ceux qui tombent sous les sens »28 comme étant un préjugé.

  • 29 Essai, p. 107. Lors du colloque M. É. Balibar a suggéré de consulter les œuvres de A. G. Baumgarte (...)

19Le passage déjà cité (note 16) sur les effets qu’ont les objets sur les sens me servira comme illustration de ma pratique : « So erhalten wir, je nachdem wie die äusseren Objekte auf uns einwirken, durch die Sinne unterschiedliche Vorstellungen und je nachdem wie wir iiber die Seelentätigkeiten nachdenken, die von den Sinnesempfindungen in unserer Seele ausgelöst werden, erwerben wir alle die Begriffe, die wir nicht von den äuBeren Dingen erhalten konnten »29.

  • 30 Essai, p. 130.

20Certes, les idées innées seront « die eingeborenen Ideen », mais on ne les trouve que très rarement chez Condillac. Par contre, il y a des passages où je tends à traduire idée par « Gedanke » : « L’imagination produit même souvent en nous des effets qui paroîtroient devoir appartenir à la réflexion la plus présente. Quoique fort occupés d’une idée, les objets qui nous environnent continuent d’agir sur nos sens : les perceptions qu’ils occasionnent en réveillent d’autres auxquelles elles sont liées, et celles-ci déterminent certains mouvements dans notre corps »30. J’ai donc écrit : « Häufig hat die Einbildungskraft in uns sogar Wirkungen zur Folge, welche die allergröBte Geistesgegenwart vorauszusetzen scheinen. So wirken etwa die Gegenstände, die uns umgeben, weiterhin auf unsere Sinne ein, obgleich wir stark mit einem Gedanken beschäftigt sind ; die Wahrnehmungen, die sie verursachen, rufen wiederum andere wach, mit denen sie verbunden sind, und diese bewirken bestimmte Vorgänge in unserem Kôrper ». Dans une autre traduction cela se lit comme suit : « Oft sogar ruft die Imagination in uns Wirkungen hervor, von denen man meinen sollte, daB sie zur allergegenwärtigsten Reflexion gehören. Wenngleich eine bestimmte uns sehr beschäftigt, fahren jedoch die uns umgebenden Gegenstände fort, auf unsere Sinne einzuwirken ; die Perzeptionen, die sie bewirken, rufen andere wach, mit denen sie verknüpft sind, und diese wiederum losen bestimmte Bewegungen in unserem Kôrper aus ».

De l’imagination à l’illusion

  • 31 Versuch über den Ursprung der menschlichen Erkenntniβ, übersetzt von Magister Michael Híβmann, Lei (...)
  • 32 C.A. Crusius, Weg zur Gewiβheit und Zuverlässigkeit der menschlichen Erkenntnis, Leipzig 1747.
  • 33 Ricken, l.c., p. 22 sqq.

21Outre l’idée, cette citation contient encore plusieurs termes problématiques. Commençons par l’imagination. Une traduction de ce mot semble, ainsi que l’a expliqué M. Ricken, imposer « Einbildung » en allemand, employée dans une traduction du XVIIIe siècle31. L’imagination étant l’évocation de l’image d’un objet absent par l’esprit à l’aide d’une impression acquise antérieurement, c’est donc « seine Einbildung im Denken ». Ni les sensualistes ni les rationalistes ne l’auraient contesté, mais à la longue la critique rationaliste de la faculté d’imagination a engendré une forte connotation négative du mot « Einbildung ». M. Ricken renvoie à un contemporain allemand de Condillac qui s’est étalé sur la confusion causée par la polyvalence des mots « Einbildung » et « Einbildungskraft » citant déjà en premier lieu « Einbildung » avec la signification d’erreur.32 En français actuel, le terme « imagination » lui paraît renfermer deux significations qui relèvent non seulement de l’héritage sensualiste mais aussi de celui du rationalisme. Ce sont ces deux pôles qui désignent l’espace délimité d’un côté par la capacité créatrice, voire l’imaginaire, et par la pure et simple illusion de l’autre. Surtout en raison de cette dernière signification faudra-t-il éviter le concept « Einbildung », sinon on fausserait la pensée condillacienne. Finalement M. Ricken tranche la difficulté par sa décision de recourir à « Imagination » parce que « Vorstellungsfähigkeit » ne serait pas praticable pour tous les contextes.33

  • 34 Eisler, R., Kant-Lexikon, Hildesheim 1977, p. 104.
  • 35 Essai, p. 121.
  • 36 Essai, p. 124.
  • 37 Kant, Kritik der reinen Vernunft, B 151.
  • 38 Kant, Critique de ta raison pure, p. 129. La traduction de « Anschauung » par « intuition » pose d (...)

22Le « Kant-Lexikon » de Rudolf Eisler indique que Kant a compris par « Einbildung » une « Anschauung auch ohne Gegenwart des Gegenstandes »34. Ce qui est déjà assez proche de la détermination de Condillac,35 mais où, à mon avis, manque encore la connotation de l’opération. L’imagination « réveille les perceptions mêmes »36, c’est alors une activité me semble mieux traduite par « Einbildungskraft ». Kant dit : « Einbildungskraft ist das Vermôgen, einen Gegenstand auch ohne dessen Gegenwart in der Anschauung vorzustellen »37. Le libellé de la traduction française paraît me conforter dans ma décision : « L’imagination est le pouvoir de se représenter dans l’intuition un objet même en son absence »38. Kant ajoute que « sa synthèse est une fonction (Ausübung) de la spontanéité qui est déterminante et non pas simplement déterminable, comme le sens » pour aboutir finalement à la « produktive Einbildungskraft » en tant que spontanéité.

Et de la réflexion encore

  • 39 Essai, p. 132.

23Dans ma traduction « la réflexion la plus présente » est devenue « Geistesgegenwart », mais il n’y a que ce paragraphe où je l’ai traduite ainsi. Réfléchir c’est d’abord « appliquer de nous-mêmes notre attention tour-à-tour à divers objets ou aux différentes parties d’un seul, c’est ce qu’on appelle réfléchir. Ainsi on voit sensiblement comment la réflexion naît de l’imagination et de la mémoire »39.

  • 40 L. c.

24C’est à l’aide de signes que la réflexion réagit « sur l’imagination et la mémoire qui l’ont produite [et] elle leur donnera à son tour un nouvel exercice. Ainsi, par les secours mutuels que ces opérations se prêteront, elles concourront réciproquement à leur progrès »40. La réflexion est donc déterminée par un cercle : l’institution des signes présuppose la réflexion ; en revanche, la réflexion est l’application des signes. Encore une fois, l’origine n’est accessible que par l’analyse du résultat, dans le cas présent, la langue élaborée. Par l’intermédiaire de la langue la réflexion sert à distinguer les idées, à les comparer et pour en connaître les rapports, en bref, à analyser et à juger.

  • 41 Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris 1983, p. 905.
  • 42 Première partie, seconde section, chap. 5.

25Mais réfléchir est également employé dans l'Essai dans le sens que lui prête le langage courant comme par exemple, lorsque quelqu’un nous demande quel moment nous conviendrait pour une rencontre et nous répondons : « Il faut que j’y réfléchisse ». Personne ne dirait en allemand « darüber muss ich reflektieren ». De plus, en allemand « reflektieren » est contaminé par le sens de s’intéresser à, aspirer à, comme dans « er reflektiert auf das letzte Stück Torte ». La gamme des traductions possibles comprend en allemand « Reflexion, Überlegung, Besonnenheit » d’après Lalande41 qui se réfère à Kant, et quand on consulte des dictionnaires ayant pour objet le langage courant encore : « Denken, Nachdenken, Besinnen, Nachsinnen, Betrachtung, Erwagung » et leurs dérivés. Quant à la réflexion condillacienne, j’ai même songé à intituler le chapitre de la réflexion42 « Vom Verstandesgebrauch », car il n’explique pas seulement ce qu’est la réflexion mais en traite surtout l’exercice (que je ne traduis également pas par « Ausübung » de bout en bout mais aussi selon la connotation par « Tätigkeit », « Gebrauch »).

  • 43 Kant, Critique de la raison pure, p. 232.
  • 44 Hegel, Wissenschaft der Logik, 1re partie, Sämtliche Werke, ed. H.Glockner, t. 4, p. 492 sqq.
  • 45 Hegel, Science de la logique, trad. par P.J. Labarière et G. Jarczyk, Paris 1981, La doctrine de l (...)

26Condillac est, encore une fois, très proche de Kant qui dit : « La réflexion (reflexio) ne s’occupe pas des objets mêmes pour en acquérir directement des concepts, mais elle est l’état d’esprit où nous nous préparons d’abord à découvrir les conditions subjectives qui nous permettent d’arriver à des concepts. Elle est la conscience du rapport de représentations données à nos différentes sources de connaissances, rapport qui seul peut déterminer leur relation les unes aux autres »43. En allemand c’est « die Überlegung », mais « Von der Überlegung » ne me semble pas exprimer suffisamment qu’il s’agit des « opérations de l’âme » qui consistent à lier des idées aux signes et à en tirer des idées qui ne peuvent être données par aucune perception. « Von der Reflexion » est un emploi problématique après Hegel et Fichte, car chaque Allemand ayant une culture philosophique pense tout de suite à « la réflexion de la réflexion » hégelienne. Hegel la détermine très précisément : « Der Schein ist dasselbe was die Reflexion ist ; aber er ist die Reflexion als unmittelbare ; für den in sich gegangenen, hiermit seiner Unmittelbarkeit entfremdeten Schein, haben wir das Wort der fremden Sprache, die Reflexion »44. Pour ensuite constater que « l’essence est réflexion » et puis déployer le mouvement de la réflexion dans soi et dire que « Tout d’abord, la réflexion est le mouvement de rien à rien »45, ce dont Condillac eût été fort étonné.

Les opérations de l’âme et les opérations de l’agent de change

  • 46 Essai, p. 114.

27Mais revenons à nos moutons. « On peut distinguer les opérations de l’âme en deux espèces, selon qu’on les rapporte plus particulièrement à l’entendement ou à la volonté. L’objet de cet essai indique que je me propose de ne les considérer que par le rapport qu’elles ont à l’entendement »46. Les opérations de l’âme embrassent, comme on a déjà vu, la perception, la conscience, l’attention, la réminiscence, puis l’imagination, la contemplation, la mémoire et la réflexion. Pour les philosophes de langue française l’opération ne cause aucun problème ; Lalande ne la mentionne même pas, tandis que les Allemands ne la connaissent qu’en tant que mot étranger avec un sens assez restreint. Quand on parle de « Operationen » en allemand, on invoque les opérations logiques, mathématiques, militaires, chirurgicales et financières à moins qu’on ne veuille, en communication usuelle, insinuer qu’il s’agit de quelque chose un peu louche, de « irgendwelche Operationen », on sait trop lesquelles. En effet, le mot opération français correspond en allemand à « Wirken, Wirkungsweise, Aktion, Unternehmen, Verrichtung, Vorgang, Eingriff », ou même à « Geschâft ». Jusqu’à présent, j’emploie « die Seelentätigkeiten », « Vorgang, Vorgehen » ou « Operation » selon le contexte. J’ai favorisé « Seelentätigkeiten » à « Wirkungsweisen der Seele » ou « des Gemüts » en raison de la connotation plus active. « L’opération qui consiste à analyser » est encore « der Vorgang des Analysierens » et « l’opération de juger » « die Operation des Urteilens », mais tout cela n’est qu’une tentative de satisfaire aux exigences d’une traduction fidèle.

La contemplation entre ascèse et épistémologie

  • 47 L. c., p. 121.
  • 48 Œuvres philosophiques, éd. Le Roy, t. 3, p. 147 sq.
  • 49 Kant, Kritik der reinen Vernunft, B 49 - 51 (Trad. française de Tremesaygues et Pacaud p. 63 sq.).
  • 50 Essai, p. 121 § 19.

28Le plus gros problème qui se présente alors est la contemplation. Condillac la définit dans l'Essai : « Il naît encore une opération de la liaison que l’attention met entre nos idées, c’est la contemplation. Elle consiste à conserver, sans interruption, la perception, le nom ou les circonstances d’un objet qui vient de disparaître. Par son moyen nous pouvons continuer à penser à une chose au moment qu’elle cesse d’être présente. On peut, à son choix, la rapporter à l’imagination ou à la mémoire : à l’imagination, si elle conserve la perception même ; à la mémoire, si elle n’en conserve que le nom ou le circonstances »47. Dans le « Dictionnaire des synonymes » il la définit comme action par laquelle « l’esprit se fixe longtemps et fortement sur un objet »48 et renvoie à la contemplation des ouvrages de Dieu. Pourtant, il ne faut pas oublier que ce dictionnaire, basé sur celui de l’Académie de 1740 ou 1762 et quelques ouvrages du XVIIe siècle comme les dictionnaires de Richelet et de Furetière et le Dictionnaire de Trévoux, ainsi que sur l’œuvre de l’abbé Gabriel Girard, son contemporain, secrétaire et interprète du roi, avait été écrit en tant que partie des Cours d’étude pour l’instruction du Prince de Parme. Par conséquent son but était l’enseignement et il ne s’agit pas d’une définition scientifique et exhaustive. Mais sa définition au dictionnaire correspond à l’acception allemande qui se réfère à la la pratique ascétique de la spiritualité monastique par opposition à la « vita activa ». Lalande n’offre que « Kontemplation » ce qui, à mon avis, favorise une interprétation dans le sens courant et n’éclaircit rien. Le dictionnaire bilingue Larousse énonce toutefois : « (visuelle) Betrachtung, Schauen, Anschauen ; innere, geistige Schau ; Versenkung, Beschaulichkeit, Träumerei ». J’ai tendance à employer « innere Anschauung » en m’appuyant pour cela sur Kant : « Die Zeit ist nichts anderes als die Form des inneren Sinnes, d. i. des Anschauens unserer selbst und unseres inneren Zustandes », bien que « Anschauung » fût traduit comme intuition intérieure. Puis il parle de la condition formelle de cette « intuition intérieure » et encore du fait que nous avons une manière, « uns selbst innerlich anzuschauen, und vermittels dieser Anschauung auch alle anderen Anschauungen in der Vorstellungskraft zu befassen »49. Alors, j’ai traduit le paragraphe susmentionné de Condillac comme suit : « Aus der Verknüpfung unserer Vorstellungen durch die Aufmerksamkeit geht noch eine andere Seelentätigkeit hervor, die innere Anschauung. Sie besteht darin, die Wahrnehmung, den Namen oder die Lage eines Gegenstandes zu behalten, der gerade verschwunden ist. Mit ihrer Hilfe können wir auch in dem Augenblick noch an eine Sache denken, in dem sie nicht mehr gegenwärtig ist. Man kann sie wahlweise der Einbildungskraft oder dem Gedachtnis zuordnen : der Einbildungskraft, wenn sie die Wahrnehmung selbst bewahrt, dem Gedächtnis, wenn nur der Name oder die Lage behalten werden »50.

29Et, pour en finir avec les frivolités, je m’arrête ici.

Annexes

DISCUSSIONS

M. Balibar

Peut-on affirmer que Kant a lu Condillac ? Et pourquoi « Les nouveaux essais sur l’entendement humain » de Leibniz sont-ils écrits en français ? Ils répondent à l'Essai de Locke qu’il lit dans la traduction française de Coste : événement considérable pour l’histoire de la philosophie française mais aussi pour celle de la philosophie allemande. J’ai toujours été curieux de savoir si Kant n’avait pas lu Locke en français. Peut-être est-ce aller un peu vite que de dire que la référence à Locke et à Coste ne s’impose pas. Pourquoi ne pas ramener le lecteur moderne dans un contexte transnational ?

Mme Mensching

Je regrette infiniment de ne pas pouvoir répondre à M. Balibar en ce qui concerne la lecture de Kant et les raisons pour lesquelles Leibniz a écrit « Les nouveaux essais sur l’entendement humain » en français. Certes, on a fait un inventaire de la bibliothèque de Kant et il y a une excellente étude sur « Les sources françaises de la philosophie de Kant » énumérant toutes les citations de philosophes français, mais où ne figurent ni Condillac, ni Coste. Cependant Locke a le malheur d’être un Anglais, donc l’auteur n’a pas fait de recherches détaillées sur lui. Quand il est question de Locke chez Kant, c’est presque toujours le « célèbre Locke » dont il parle, mais sans pour autant indiquer où il a puisé ses connaissances. Quant à Leibniz, la plupart de son œuvre est écrite en latin ou en français mais on a bien le droit de supposer qu’il aura repris le fil de Locke. Le contexte transnational, enfin, renvoie à une langue universelle ou à des termes utilisés par plusieurs langues. Un linguiste allemand a traduit Condillac en se servant toujours de mots étrangers, ce qui a induit en erreur. L’universalisation en philosophie doit moins à la traduction et plus au contenu.

M. Caussat

Un problème traverse l’histoire de l’Europe moderne : le conflit entre la romanité (latinité) et la germanité. C’était par exemple, le problème de Maître Eckhart lorsqu’il quittait le latin pour passer à l’allemand. La langue de référence, de départ, était le latin, langue « universelle ». Convoqué devant la Curie romaine, il dut se retraduire en latin. Ce problème est permanent : entre les deux langues, il y en a toujours une qui est plus « suffisante » que l’autre, du moins qui postule et exerce la suffisance.

Mme Mensching

Les langues romanes participent aux structures indo-européennes et pour cela il est bien utile de traduire. S’il y a clivage, il n’y a pas d’abîme entre romanité et germanité. L’universalité du latin était l’effet de l’hégémonie romaine, ensuite de celle de l’Eglise. Ce sont les mouvements hérétiques, c’est le protestantisme, qui véhiculent la « modernité » et les langues nationales en s’adressant aux savants et en même temps aux peuples. « Le parler dans lequel seul pouvaient être dites les choses sérieuses » ne coïncida plus forcément avec un pouvoir réel. Au XVIIIe siècle les langues nationales ont succédé au latin.

Notes

1 Œuvres philosophiques de E.B. de Condillac, éd. G. Le Roy, t. 3, p. 345.

2 Cabanis et Destutt de Tracy se sont appuyés sur Condillac et ont suscité un « Anti-Condillac, ou harangue aux idéologues modernes » de J.B. Aubry qui parut à Paris en 1801.

3 J.-R. Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris 1979.

4 Cf. Ricken, U., Condillacs « Essai über den Ursprung der menschlichen Erkenntnisse » im Rahmen der philosophischen und sprachtheoretischen Diskussion der Aufklarung, in : Condillac, Essai, Leipzig 1977, p. 22 sqq.

5 Ce qui se traduit par un flot de néologismes dans les traductions des œuvres philosophiques allemandes en français et les expressions allemandes mises entre parenthèses.

6 L’« Essay concerning human understanding » avait été traduit par Pierre Coste et édité en 1700 à Amsterdam.

7 Marx/Engels, Werke, t. 2, Berlin 1974, p. 137.

8 O. Bloch, Le matérialisme, Paris 1988, p. 19 sqq.

9 Cours d’études pour l’instruction du Prince de Parme, Histoire moderne, Œuvres phil., éd. Le Roy, t. 2, p. 233.

10 L. c., p. 229 sq.

11 J. Derrida dans sa préface à l'Essai, p. 83 éd. C. Porset, Paris 1973.

12 Condillac, Les monades. Edited with an introduction and notes by Laurence L. Bongie, The Voltaire Foundation (Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 187), Oxford 1980.

13 Bongie, p. 69.

14 Essai, p. 175.

15 L. c., p. 107.

16 Essai, p. 107.

17 L. c., p. 115.

18 L. c., p. 108.

19 L. c., p.120.

20 Essai, p. 125.

21 M.W. Beal, Condillac as Precursor of Kant, in : Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 102, ed. par The Voltaire Foundation at the Taylor Institution, Oxford 1973, p. 193-229.

22 Essai, p. 272.

23 Essai, p. 273.

24 Kant, Critique de la raison pure, trad, par A. Tremesaygues et B. Pacaud, 11 éd., Paris 1986, p. 266.

25 L. c., p. 270.

26 Hegel, Wissenschaft der Logik, 2 partie, Sämtliche Werke, ed. H.Glockner, t. 5, 3 éd., Stuttgart 1949, p. 236 sqq.

27 Essai, p. 163, 8 2.

28 L. c.

29 Essai, p. 107. Lors du colloque M. É. Balibar a suggéré de consulter les œuvres de A. G. Baumgarten et de Christian Wolff en ce qui concerne l’usage du concept « Idee » en allemand. Certes, on pourrait se conformer aux usages de ce temps pour indiquer que l'Essai date de la période prékantienne, mais ce procédé, n’équivaudrait-il pas à ce que font les architectes qui construisent de nos jours des maisons médiévales à la place des bâtiments détruits pendant la deuxième guerre mondiale ? Pour des raisons de fidélité, il faudrait d’ailleurs revenir en arrière de plusieurs réformes d’orthographe afin que les pensées de Condillac soient revêtues du costume correct. Mis à part la question : quel intérêt une telle traduction pourrait représenter pour les éventuels lecteurs ?, il ne s’agit pas de personnages de Molière à qui on peut faire endosser tel ou tel costume selon l’idée du metteur en scène respectif. Néanmoins, j’ai vérifié ce que ces auteurs pourraient apporter à résoudre le problème de traduction. J’y ai seulement rencontré une petite difficulté : la plupart de leurs œuvres est écrite en latin. Une traduction contemporaine de la « Metaphysica » de Baumgarten (Halle, 1766) utilise toujours « Vorstellung » pour traduire « idea » ce qui corroborerait plutôt ma solution ou du moins témoigne d’une belle indifférence à l’égard de ce problème. Dans ses œuvres allemandes Wolff parle toujours de « Vorstellung » et définit même le concept (Begriff) comme « jede Vorstellung einer Sache in unseren Gedancken » (« Logik » de 1713).

30 Essai, p. 130.

31 Versuch über den Ursprung der menschlichen Erkenntniβ, übersetzt von Magister Michael Híβmann, Leipzig 1780.

32 C.A. Crusius, Weg zur Gewiβheit und Zuverlässigkeit der menschlichen Erkenntnis, Leipzig 1747.

33 Ricken, l.c., p. 22 sqq.

34 Eisler, R., Kant-Lexikon, Hildesheim 1977, p. 104.

35 Essai, p. 121.

36 Essai, p. 124.

37 Kant, Kritik der reinen Vernunft, B 151.

38 Kant, Critique de ta raison pure, p. 129. La traduction de « Anschauung » par « intuition » pose des problèmes, étant donné que l'histoire des acceptions du concept remonte à Jean Duns Scot et mène à Henri Bergson.

39 Essai, p. 132.

40 L. c.

41 Lalande, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris 1983, p. 905.

42 Première partie, seconde section, chap. 5.

43 Kant, Critique de la raison pure, p. 232.

44 Hegel, Wissenschaft der Logik, 1re partie, Sämtliche Werke, ed. H.Glockner, t. 4, p. 492 sqq.

45 Hegel, Science de la logique, trad. par P.J. Labarière et G. Jarczyk, Paris 1981, La doctrine de l’essence, p. 20. Pour avoir une idée des difficultés que soulève le mot réflexion voir également la note des traducteurs no 31, p. 17.

46 Essai, p. 114.

47 L. c., p. 121.

48 Œuvres philosophiques, éd. Le Roy, t. 3, p. 147 sq.

49 Kant, Kritik der reinen Vernunft, B 49 - 51 (Trad. française de Tremesaygues et Pacaud p. 63 sq.).

50 Essai, p. 121 § 19.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540