Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire les philosophes

 | 
Olivier Bloch
, 
Jacques Moutaux

I. Le traducteur et l'acte de traduire

Pratique de la traduction et théorie de la traductibilité des langages scientifiques et philosophiques chez A. Gramsci

André Tosel

Texte intégral

11. On connaît l'importance pour la philosophie de la praxis de la problématique de la traductibilité des langages scientifiques et philosophiques (Cahiers de la prison, Q.7 § 1, Q.10.II § 6, Q.11 § 46-49). Cette problématique s’articule à deux niveaux :

2a) Elle énonce un critère de méthode relatif à une théorie de l’histoire qui repère l’identité fondamentale d’une structure faisant époque en analysant simultanément les versions différentes des formations sociales exprimant cette structure et en comparant quant à leur degré de modernité ces versions repérables à leur tour en tant que configurations nationales distinctes. Ainsi la même culture moderne peut s’exprimer différentiellement et concurremment dans le langage politique du socialisme français et dans l’économie politique anglaise.

3b) Elle renvoie comme à une de ses propriétés essentielles à l’unité organique des « parties constitutives » de la théorie marxiste que sont l’économie, la politique, la philosophie.

4Le travail de pensée de Marx serait alors d’avoir su opérer la traduction et de ces savoirs et des pratiques qu’ils impliquent, mais de manière que la production de leur espace commun d’intertraductibilité soit simultanément une critique et une transformation des langues scientifiques et philosophiques ainsi traduites les unes dans et par les autres. La structure de philosophie de la praxis aurait une dimension langagière et linguistique qui commande la thématique de la réforme intellectuelle et morale du sens commun (lequel est aussi langage ou plutôt stratification de langages) et celle de la langue national-populaire considérée comme un moment de l'hégémonie de toute classe dirigeante.

5Si cette perspective prend en compte une originalité profonde de la recherche gramscienne — faut-il rappeler qu’avant d’avoir été militant politique et théoricien marxiste Gramsci est passé par une formation très poussée de linguiste à l’Université de Turin ? —, la question de la traductibilité demeure énigmatique dans la mesure même où son ouverture semble se refermer sur l’idée néo-hégelienne d’un ultime niveau linguistico-philosophique responsable de la traductibilité des langages considérés et sur l’idée d’une improbable langue théorique unifiée.

62. Il se trouve par ailleurs que dans le temps même où il poursuivait et rédigeait ce « work in progress » que sont les « Quaderni del carcere » Gramsci se livrait à une activité de traducteur : ces « exercices de traduction » sont partie intégrante de la recherche et de l’écriture des « Cahiers » comme le prouve la composition de plusieurs des dits cahiers de la prison. Ainsi le cahier 7 contient des traductions de Marx lui-même tirées d’une anthologie allemande intitulée « Lohnarbeit und Kapital. Zur Judenfrage und andere Schriften aus der Frühzeit ». Gramsci a traduit les « Thèses sur Feuerbach », la célèbre préface à « Zur Kritik der politischer Oekonomie » objet permanent de son interprétation du matérialisme historique, le chapitre 1 « Bourgeois et prolétaires » du « Manifeste du parti communiste », des extraits des « Forderungen der kommunistischen Partei in Deutschland » (sous le titre « Esigenze della politica tedesca prima del 1848 »), l'intégralité de « Travail salarié et capital », des extraits de « La question juive », le chapitre de « La Sainte Famille » consacré au « Matérialisme français du XVIIIe siècle », et enfin un texte de Engels (attribué par erreur à Marx) relatif à Goethe datant de 1846. De même le cahier 9 contient des traductions de textes russes tirés d’une anthologie russe (Tolstoï, Pouchkine, Gogol, Arsoukov, Tourgueniev Dostoiewski, Tchekov, Gorki entre autres). L’édition critique des « Cahiers de la prison » publiée en 1974 par V. Gerratana n’a pas inclus ces traductions à l’exception d’un « Appendice » comprenant les « Thèses sur Feuerbach », la préface de la « Contribution de la critique de l’économie politique », et des « Esigenze della politica tedesca prima del 1848 » (p. 2355-2362).

7Ce travail de traduction non publié comprend encore trois cahiers spécifiquement réservés à cet exercice, les cahiers A, B, C. Commencé en 1929, peu avant le début de la rédaction des cahiers de la prison, le cahier A contient la traduction d’un numéro spécial de la revue « Litterarische Welt » d’Octobre 1927 consacré à la littérature américaine contemporaine ; il entame de même la traduction d’un recueil de contes des frères Karl et Jacob Grimm, « Fünftig Kinder und Hausmärschen », celle d’un traité de linguistique de F.N. Finck, « Die Sprachestämme des Erdkreise » de 1923. Les cahiers B et C (1929-1931) poursuivent la traduction des contes de Grimm et du traité et y ajoutent des textes tirés des « Goethes Gespräche mit Eckermann ».

8Jusqu’ici ces cahiers n’ont reçu nulle attention. Ce voile d’ignorance peut commencer à être levé. En effet une germaniste italienne Lucia Borghese a pu consulter les originaux non publiés et vient de livrer les premiers résultats de sa recherche dans une passionnante étude « Gramsci traduttore del tedesco e il problema éditoriale dei Quaderni di traduzion » lors du récent congrès Gramsci de Pavie organisé par la Fondazione Istituto Gramsci et l’Université de cette ville en octobre 1991 (Actes à paraître aux Editori Riuniti ; j’ai pu utiliser la version dactylographiée de l’étude de Lucia Borghese).

93. On peut résumer ainsi les points essentiels qu’assure l’analyse de Lucia Borghese qui s’intéresse surtout à la traduction gramscienne du numéro de la revue « Litterarische Welt » et des contes de Grimm.

10a) On peut parler d’une pratique consciente et réfléchie de Gramsci traducteur. Les cahiers de traduction ne sont pas un passe-temps ; ils s’inscrivent dans la pratique théorique de Gramsci et permettent de mieux comprendre sa conception de la littérature au sein de la culture.

11b) Les exercices de traduction ont un public qu’il s’agit de provoquer à une pratique de distanciation critique. Les textes consacrés aux romanciers américains — tel Sinclair Lewis créateur du personnage type de Babitt, objet de nombreuses analyses, dans les « Cahiers de la prison », ont pour but de comparer la personnalité moyenne du petit-bourgeois réellement moderne à sa caricature européenne. Les contes de Grimm ont pour destinataire les « neveux » sardes de Gramsci et il s’agit de les éduquer en les divertissant.

12c) Dans le cas des contes de Grimm, la traduction n’est pas production mécanique d’un équivalent textuel. Les choix de traduction intègrent la prise en compte de la spécificité du public destinataire et de sa culture actuelle, de son double décalage historique par rapport à la culture passée immanente au texte traduit et par rapport à la forme, la plus développée de la culture moderne. Il ne s’agit pas seulement d’une éducation à la modernité pour des enfants relevant encore d’une civilisation paysanne, préindustrielle et grossièrement superstitieuse ; il s’agit de faire jouer les contradictions immanentes à la modernité elle-même en tant que « conscience historiquement déterminée ».

13d) La présence en cette conscience historiquement déterminée d’éléments de transcendance religieuse ou laïque définit la différence qui peut faire apparaître ses blocages, ses divisions au sein d’une pratique dont le but ne peut être que la formation d’une individualité autonome capable de critiquer les formes de vie et de langage qui lui sont « imposées » et donc d’en envisager d’autres « proposées ».

14e) La traduction est la fois une technique constitutive de la vie de la langue et de la pensée (l’apprentissage de la langue nationale et le processus scolaire obéissant à la même dialectique de l’éducateur qui s’éduque). Cette technique qui relève de la dialectique au sens herméneutique du terme s’inscrit du même mouvement dans la dialectique historique « objective », celle de la formation ou de la réformation d’un état de la « conscience historiquement déterminée » telle que peuvent l’entreprendre des groupes sociaux à la fois subalternes et capables d’initiatives « hégémoniques » dans les cercles de l’économie, de la politique, de la culture tous équivalents.

154. Sur la base de ces analyses de Lucia Borghese il est possible de faire travailler les principes pratiques de Gramsci traducteur sur la théorisation gramscienne de la traductibilité des langages scientifiques et philosophiques pour éclairer ce qu’elle contenait d’énigmatique ou de trop spéculatif. Traduire la pratique gramscienne de la traduction dans la théorie gramscienne de la traductibilité...

16En partant de la thèse décisive de « la conscience historiquement déterminée » (voir dans les « Cahiers de la prison » Q.16 le § 12 intitulé « Naturale, contra natura, artificiale, etc. » pages 1875-6) on établira que :

17a) La traductibilité des langages scientifiques et philosophiques ne renvoie pas à la clôture d’un ultime métalangage, d’un discours de tous les discours tenus comme politique, économie, philosophie, etc. Elle renvoie aux points de crise et de transition qui font communiquer ces discours dans la découverte immanente de possibles. Elle se produit paradoxalement là où ces langages et les pratiques qu’ils commandent s’affrontent à leurs points d’hérésie. La traduction produit d’abord des effets de distanciation, d’« étrangement » au sens de Brecht. L’esprit qui met en cercle les langages scientifiques n’est pas l’équivalent historiciste de l’esprit objectif et de l’esprit absolu, c’est l’esprit de scission, celui qui se moque et ricane des réconciliations affirmées, et qui en disant non montre les incomplétudes, délivre le sens captif, le non encore traduit, ce « plus » qui demande à paraître, et qui ne cesse de vivre de la métaphoricité du langage.

18b) Traduire est bien aussi trahir, « traduttore tradittore ». Trahir les assurances de la mise en cercle des langages dans une conception du monde qui arrêterait l’historicité du monde à une de ses images intérieurement contradictoires, qui fixerait la conscience historiquement déterminée à sa figure présente. Traduire c’est aussi transiter, opérer la « trans-duc-tio » de cette figure à une autre.

19c) Si la traductibilité des langages scientifiques indique une propriété de la modalité sous laquelle la philosophie de la praxis fait de la théorie et se fait théorie, cette modalité contient son esthétique qui est immanente à son écriture, celle d’une dramaturgie ironique ou d’une ironie dramatique, l’esthétique du « sarcasme passionné » ainsi que la qualifie Gramsci lui-même en parlant... de Marx (Q.C.l le paragraphe intitulé « Il sarcasmo come espressione di transizione negli storicisti », p. 23-24 repris dans Q.16 § 5 « ‘Contradizzioni’ dello storicismo ed espressioni di esse (ironia, sarcasmo) » p. 2298-2302). Le sarcasme passionné actualise la même structure que le procès de la traduction : « Sous sa forme originaire le sarcasme doit être considéré comme une expression qui met en évidence les contradictions d’une période de transition ; on cherche à maintenir le contact avec les expressions humaines subalternes des anciennes conceptions et dans le même temps on accentue le détachement d’avec les conceptions dominantes et dirigeantes dans l’attente que les nouvelles, dotées de la solidité acquise durant le développement historique, dominent jusqu’à acquérir la force des « croyances populaires ». Autant dire que cette ironie est aussi applicable au traducteur, au théoricien, au politique, à tout éducateur qui s’éduque au contact de l’éduqué et dans le procès éducatif. La traduction comme la transition est infinie et ne bénéficie d’aucune garantie autre que sa vigilance auto-corrective. Si l’esthétique des « Cahiers de prison » est celle de la rectification traductrice, traduction rectifiante, dans l’élément du « sarcasme passionné », on comprend pourquoi les cahiers sont au sens fort et intrinsèquement des cahiers d’élaboration et de traduction, de traduction élaboratrice et d’élaboration traductrice. On comprend enfin pourquoi ils sont la fois cohérents et structuralement inachevés...

20On trouve la description des Cahiers de traduction dans l’édition Gerratana citée p. 2430-2442.

Annexes

DISCUSSIONS

M. Caussat

Deux questions de très inégale ampleur :

1) La plus ample ; elle concerne le point 4 et plus particulièrement le § b). Il me semble qu’il y a un écart considérable entre la reprise de la sentence traditionnelle sur la trahison (« traduttore tradittore) et l’hypothèse, à mon sens, inverse, de « traduire, c’est transiter ». D’où, en premier lieu, l’étonnement face à « aussi » (« traduire, c’est aussi transiter »). Il y a là, à mon sens, deux directions inverses. Trahir implique la présupposition selon laquelle toute sortie hors du texte — origine se dénonce comme abandon, oubli, perte. Transiter, au contraire, engage l’hypothèse d’un déplacement générateur de possibilités neuves ; comme le marque d’ailleurs le terme de « trans-ductio » et, mieux encore, l’énoncé du 4 a) : « points de crise et de transition qui font communiquer ces discours dans la découverte immanente de possibles », affrontement « à leurs points d’hérésie ». Dans cette hypothèse, en effet, la traduction opérerait des déplacements, mais pour des confrontations qui auraient pour effet de « dédogmatiser » les discours en contact et de les faire opérateurs de visées nouvelles. Idée passionnante et forte mais qui s’accorde mal, voire pas du tout, avec la vieille rengaine de la « trahison ».

2) Un point peut-être de détail : l’intérêt porté par Gramsci à l’ouvrage de F. N. Finck « Die Sprachstämme des Erdkreises » (2e éd. 1910 - j’ai vérifié). C’est un ouvrage bizarre (relevant de la curiosité archéologique), consacré pour l’essentiel à un inventaire des groupes de langues opéré sur la base de quatre grands types anthropologiques (ou prétendus tels) et flanqué d’une préface d’une extrême confusion. Qu’est-ce que Gramsci a bien pu lui trouver d’intéressant ?

M. Tosel

Je ne peux répondre à la deuxième question, n’ayant pu consulter l’ouvrage de F. N. Finck. Il faudrait entreprendre une étude générale de la question du langage et des langues chez Gramsci qui, de formation universitaire, est linguiste. Formé à l’Université de Turin par Bartoli, il a une bonne connaissance de la littérature spécialisée et sait faire miel de tout...

Je remercie Pierre Caussat de me permettre par sa première question de lever quelques incertitudes induites par une formulation trop allusive. C’est bien sûr la seconde hypothèse qui est la bonne. Le « aussi » de « traduire c’est aussi transiter » pose une équivalence. Toutefois le recours au vocabulaire de la « trahison » — au sens de la traduction comme « belle infidèle » — peut se justifier pour montrer comment « le déplacement générateur de possibilités neuves » est libération de ressources cachées dans la prise en compte de conjonctures inédites.

Plus profondément, Gramsci a un sens particulièrement vif d’une conception non représentative de la traduction, et de la pensée en général.

Il ne s’agit pas de retrouver une parole originaire qui animerait de l’intérieur un texte, ni non plus de rétablir un second texte identique au premier. Il s’agit de re-dire, de dire à nouveaux frais, en répondant en quelque sorte à la question implicite suivante : en quoi ce qui était dit était-il nécessairement inachevé, en suspens historique, du fait même qu’il était dit de manière supposée définitive, dogmatique ? Les deux textes dans leur intertraductibilité renvoient inégalement à la substance contradictoire d’une histoire en cours. La traduction n’est pas répétition du même et ne se borne pas à produire du différent qui serait indifférent. Elle est une réforme en acte des interprétations obsolètes ou abusives ; elle est acte langagier novateur en prise sur les exigences « hégémoniques » de la conjoncture historique. Toutefois elle ne représente pas une version définitive et n’inaugure pas une métalangue.

En ce sens la pratique de Gramsci traducteur est en consonance avec la théorie gramscienne de la traductibilité des langages scientifiques qui est un opérateur du style théorique propre à la philosophie de la praxis. Celle-ci n’est pas une métathéorie expressive d’un sens unique de l’histoire ; elle assume son appartenance à une entreprise in fieri de production et d’explicitation d’un sens possible du monde historique. Peut-être faut-il en conclure que le statut de la traduction engage celui d’une théorie de l’histoire et de la production des significations ?

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540