Version classiqueVersion mobile

Traduire les philosophes

 | 
Olivier Bloch
, 
Jacques Moutaux

I. Le traducteur et l'acte de traduire

Que traduire c’est chanter : la prosodie des philosophes, à l’exemple de Hegel

Jean-Pierre Lefèbvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En préambule à ces quelques lignes de réflexion sur un aspect de la traduction, j’avais joint plusieurs documents : un montage d’extraits d’un article de La Recherche sur l’anatomie du chant, un tryptique de traductions du Nouveau Testament (allemand, anglais, français) dans l’édition qu’on trouve dans les hôtels, enfin un essai de scansion de plusieurs paragraphes de la Phénoménologie de l’Esprit. Cette documentation « visuelle » visait essentiellement, en guise de préambule plus que d'annexe, à conforter la notion de corporéité de l'écriture, fût-elle celle des Écritures : la parole du pasteur, hiver, été, et selon son état, enrouée, claire, ivre, hésitante, comminatoire, angélique, humoristique, lasse, etc., s’entend dans des architectures, des cages de pierre ou de bois, vides ou pleines de fidèles, passe par les oreilles, mais aussi les yeux, les genoux, les pieds, les fessiers des auditeurs. Toute cette contingence s’oublie. Reste un corps oublié de la parole : le sien.

La trad...

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search