Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduire les philosophes

 | 
Olivier Bloch
, 
Jacques Moutaux

I. Le traducteur et l'acte de traduire

Kant et Freud pensent-ils dans la même langue ?

Monique David-Ménard

Texte intégral

1En exposant quelques problèmes rencontrés dans la lecture de Kant, et qui concernent la traduction de termes employés aussi par Freud, je voudrais montrer que les problèmes de traduction ne peuvent se résoudre qu’à partir d’une théorie des rapports entre ces disciplines hétérogènes que sont la philosophie et la psychanalyse. Les termes choisis aujourd’hui seront Verneinung et Widerstreit d’une part, Trieb et Wahn de l’autre. On remarque que s’il y a ainsi deux versants dans cette étude, c’est que les premiers sont des termes de logique sur lesquels Freud s’est parfois prononcé, comme sur celui de Verneinung et Widerspruch alors que les seconds ont un sens d’abord dans le vocabulaire de la psychanalyse, et que ce sens interroge, rétrospectivement, celui qu’il convient de leur accorder dans les textes de Kant, dès lors qu’ils ne figurent pas seulement dans les écrits anthropologiques, mais aussi dans les trois Critiques.

2Partons d’un problème de traduction interne aux textes de Kant, et qui ne semble avoir aucun rapport avec les questions freudiennes : de l'Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative (1763) à la Critique de la raison pure (1761), et de là à La Doctrine du droit (1797-98) et à l'Anthropologie (1798), le terme de Widerstreit désigne la logique de la négation à l’œuvre dans la constitution transcendantale de l’objet, aussi bien que dans ses aspects dialectiques, c’est-à-dire lorsque le jugement rate l’objet (dialektischer Widerstreit), que dans son pouvoir positif de constitution d’un objet existant (realer Widerstreit). Dans la Métaphysique des mœurs et l'Anthropologie, ce terme désigne la réalité comme conflit dans l’opposition de l’existence pathologique à la loi ou dans la composition des sentiments opposés. Toujours, mais d’abord à propos de l’objet de connaissance, le réel du phénomène est le corrélat transcendantal du conflit dit réel pour cette raison même. Or le terme allemand de Widerstreit qui a trop souvent été traduit par « contradiction » renvoie à un conflit intradiscursif, et par exemple littéraire. La « Bataille d’Hernani » ou la « Querelle des Anciens et des Modernes » pourraient être qualifiées de Widerstreite en ce sens. Comment se fait-il que Kant ait introduit ce terme dans la logique, le distinguant nettement de la contradiction (Widerspruch) dont le rapport au discours, pourtant présent étymologiquement, n’ouvre pas, selon lui, à une redéfinition transcendantale du logique ? Le terme de Widerstreit, au contraire, oblige à se demander quel est ce combat interne au discours et irréductible à une contradiction qui structure aussi bien le « Kampfplatz de la métaphysique » lorsqu’elle se développe à propos de l’idée de monde que l’objet réel constitué par une synthèse ? C’est cette interrogation sur le discours, et l’introduction d’une polémique interne à son jeu transcendantal qui peut inciter à se demander s’il y aurait quelque rapport entre la logique de la négation, celle de la contradiction et du conflit, chez Kant, et ce que Freud nomma Verneinung, en 1926, soit l’acte par lequel un sujet met en jeu dans le discours la négation logico-grammaticale pour se désolidariser de ce à quoi il pense tout en le constituant en contenu de connaissance et en l’attribuant à la pensée d’un autre (« Vous allez penser que... mais ce n’est pas vrai. ») Pour avancer dans cette question, le fait qu’on puisse mettre en évidence dans les Rêves d’un visionnaire expliqués par les rêves de la métaphysique une dénégation par Kant de son rapport à la pensée de Swedenborg, dénégation qui est productive de la philosophie critique, c’est-à-dire de la philosophie redéfinie comme science des limites de la raison humaine ne suffit pas à rapprocher, conceptuellement, négation au sens transcendantal et dénégation. Car l’élaboration logique de Freud sur la négation est beaucoup moins complexe que celle de Kant, et elle est autrement centrée (ce qui le retient, outre la dénégation, ce sont les conflits dont se tisse la pensée dans la névrose obsessionnelle, mais il nomme ces conflits contradictions, du terme logique traditionnel (Widerspruch) et non pas conflit au sens kantien, soit Widerstreit). La question reste donc seulement ouverte et encore insuffisamment déterminée, mais elle a déjà un sens plausible : existe-t-il une relation autre que de hasard entre la dénégation par Kant de son rapport à la pensée de Swedenborg qui est constitutif de la philosophie critique, et la réforme de la logique de la négation qui définit le statut de l’existence des objets dans la connaissance, c’est-à-dire la problématique transcendantale ? Telle est la question philosophique qui se pose à l’occasion des choix de traduction à faire lorsqu’on lit Kant, en étant attentif aux termes concernant le négatif, et dont Freud, par ailleurs, a traité en faisant une incursion précise dans le domaine logique, incursion qui confondait la grammaire et la logique de la négation.

3Pour avancer dans cette question, il conviendrait d’ailleurs de donner une précision, jusqu’ici non faite : le sujet kantien qui nie ou met en jeu transcendantalement le conflit réel est sujet gnoséologique, alors que le sujet dont parle Freud est un sujet de désirs, même s’il pense pour élaborer ses désirs. Seulement la distinction de ces deux sujets est moins absolue qu’il ne le semble, justement parce que Kant parle des intérêts, et même des pulsions de la raison qui sont à l’œuvre dans les conflits rationnels, et que d’autre part il admet lui-même une « troublante parenté » entre les illusions de la raison et le délire. Ceci nous amène donc au second point soulevé.

4L’attention aux autres termes annoncés pose tout autrement, en effet, la question du rapport entre la philosophie kantienne et la pensée de Freud : le terme qui désigne chez Kant les illusions de la raison, Wahn, et qui est en principe à distinguer de celui qui désigne le délire Wahnsinn, ce dernier ayant une autre étymologie, est constamment employé par Kant dans les contextes où les illusions propres de la raison sont pensées comme parentes du délire. C’est le rapprochement systématique de l’idéalisme post-leibnizien et du délire de Swedenborg qui inaugure le glissement de sens de Wahn à Wahnsinn en 1766, et l’orchestration du thème de l’illusion transcendantale en 1781 et en 1787 retravaille cette ambiguïté, à tel point qu’on peut se demander — avec les auteurs de certains dictionnaires de la langue allemande comme Jakob et Wilhem Grimm —, si Kant n’a pas été le principal artisan du changement de sens de Wahn. C’est parce que l’emploi du terme Wahn chez Kant est conjoint à ceux de Blendwerk et de Schwarmerei que ce glissement s’opère. Blendwerk, soit formation hallucinée, est compatible avec le premier sens de Wahn, illusion, puisque les modèles optiques de l’hallucination peuvent renvoyer à des mirages de la raison qui seraient à cette dernière ce que les illusions des sens sont à la perception. Mais la raison n’a pas seulement des mirages pour Kant, elle extravague, depuis que la métaphysique a été rapprochée des visions et des théories de Swedenborg. Or les hallucinations de Swedenborg sont, elles, délirantes ; et ce caractère affecte aussi le remplissement indû des intuitions qui correspondraient aux idées de la raison. Pour savoir comment il convient de traduire Wahn dans la « Dialectique transcendantale », il faut donc, dans chaque occurrence du terme, évaluer la proximité textuelle du rapprochement entre le rationnel et l’extravagant. Comme le remarque Georges-Arthur Goldschmidt dans Quand Freud voit la mer. Freud et la langue allemande (p. 143), le français et l’allemand ne sont pas dans la même position vis-à-vis du terme qui désigne la folie : en français ce terme couvre toutes les nuances de l’illusion au délire, alors qu’au départ, en allemand, Wahn et Wahnsinn sont distingués. Pourtant, dans la langue de Freud, le pas inauguré par Kant est établi, et Wahn désigne le délire et la folie. En fait, ici encore, c’est un concept, et un concept peut-être mal défini, celui de la non-différence entre la métaphysique et le délire, qui a inauguré un changement de sens. Comme le problème posé par Kant n’a pas été résolu, ni par les philosophes qui en général n’en veulent rien savoir, ni par les psychanalystes qui ne font que lancer des hypothèses au sujet du rapport entre philosophie et psychose, sans les mettre à l’épreuve, le rapprochement fait par Kant en 1768 reste au fond sans statut pour la pensée, et les traductions du terme de Wahn restent immotivées.

5Ici, c’est l’histoire des traductions de Freud en français, et en particulier les choix décisifs de Lacan — ne plus confondre Instinkt et Treib, soit instinct et pulsion — qui obligent, rétrospectivement, à lire d’un autre œil les textes de Kant où ce terme est employé, surtout lorsqu’il concerne, là encore, pas simplement des notations anthropologiques, mais les aspirations de la raison. Les raisonnements dialectiques ne doivent-ils pas être mis au compte d’une pulsion de la raison, au sens psychanalytique du terme ? C’est-à-dire la pensée rationnelle est-elle conçue par Kant comme un destin pulsionnel, une aventure de certains de nos désirs ? On sait que le dernier mot de la Critique de la raison pure met en scène notre Wissbegierde, qui est à jamais interdit de réalisation pour certains de ses objets, et puisqu’en allemand, le terme de Trieb est d’usage commun, et que Freud a spécifié l’usage de ce terme pour en faire l'élement même de la sexualité qui a tendance à réaliser ses objets, (fût-ce sur le mode hallucinatoire), pour parer à la souffrance qui ne peut pas ne pas découler de la substituabilité, et du caractère métaphorique de tout objet par rapport aux objets incestueux, le problème se pose de savoir si nous n’avons pas traduit Kant de façon trop intellectualiste lorsque nous parlons, seulement, des intérêts, de la raison ou de ses entraînements (Antriebe). Ce problème se pose avec d’autant plus d’acuité que le vocabulaire du pulsionnel est aussi employé dans les Fondements de la métaphysique des mœurs et dans la Critique de la raison pratique, et naturellement aussi dans les textes anthropologiques.

6Je me reporterai, pour les divers termes cités, aux textes suivants :

7Pour Widerstreit et Widerspruch :

8Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative in Werkausgabe Immanuel Kant, Suhrkamp Taschenbuch Wissenschaft, tome II ; et aux traductions de R. Kempf, Vrin 1949 et de J. Ferrari in E. Kant, Œuvres philosophiques, tome I, Gallimard 1980.

9Critique de la raison pure : « Sur l’amphibologie des concepts de la réflexion » et « Remarque sur l’amphibologie des concepts de la réflexion », soit Suhrkamp, t. III, p. 285-311 et trad. A.J.L. Delamarre et F. Marty, p. 988-1016.

10Pour Wahn et Wahnsinn :

11Essai pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative, Suhrkamp II, p. 782 ; trad. Vrin p. 17 ; trad. Gallimard p. 265.

12Critique de la raison pure : la « Dialectique transcendantale », in extenso, mais plus particulièrement le chapitre sur « L’antinomie de la raison pure ». Voir aussi la première préface, « Rêves d’un visionnaire expliqués par des rêves de la métaphysique », Suhrkamp II, p. 956, 959, 962, 965, 974 ; trad. Vrin p. 82, 83, 84, 93, 103 ; trad. B. Lortholary, Gallimard, t. I, p. 560, 562, 569, 578.

13Pour Trieb (et Triebfeder ou Antrieb) :

14Observation sur le sentiment du beau et du sublime, Suhrkamp II, p. 857, 859, 861 ; trad. B. Lortholary, Gallimard, p. 483, 434, 485.

15Critique de la raison pure, Suhrkamp IV, p. 358 ; trad. Gallimard, t. I, p. 1065.

16Fondements de la métaphysique des mœurs Suhrkam t. VIII, p. 26, 28, 64 ; trad. V. Delbos et F. Alquié, p. 259, 261, 297.

Annexes

DISCUSSIONS

M. Rousset

Je voudrais vous interroger sur la traduction de... « conflit interne ».

Mme David-Menard

Il s’agit de conflit réel.

M. Rousset

Le mot « opposition » est traditionnel bien avant Kant : présent chez Spinoza, il remonte aux stoïciens. L’allemand de Kant n’est pas du tout une langue naturelle. C’est une traduction du latin. S’il y a une universalité propre à l’allemand pour la philosophie, de quel allemand s’agit-il ? L’allemand devient capable d’universalité parce qu’il bénéficie d’une opération de traduction. Il n’y a donc pas de raison de dire qu’un langage est plus philosophique qu'un autre. Les problèmes de traduction des textes de Kant ne sont pas identiques à ceux de la traduction des textes littéraires. Le fait est qu’il n’y a pas de langues naturelles, il n’y a que des langues historiques.

Mme David-Menard

Je vous accorde que ma présentation est un peu unilatérale. Kant dans la « Critique de la raison pure » ne commence plus par l’exposé d’un conflit réel. Il hérite de la constitution de l’objet indépendamment de sa première manière. Mais dans l’amphibologie, cette problématique revient. Sur la question de l’universel, je ne pense pas qu’une Pensée soit universelle au sens où elle serait indépendante de l’histoire d’un sujet pensant : dans l’organisation de sa pensée, subsistent des traces de son histoire. Il n’y a pas lieu d’opposer la genèse - concrète - et l’achèvement - universel.

Mme Mensching

En allemand, les concepts ont conservé leur genèse. Ils constituent une sorte de langue à part.

M. Harder

Comment donner un sens universel à ces philosophies ? Il n’est pas nécessaire d’être allemand pour comprendre la philosophie allemande. La singularité de la langue allemande a valeur universelle : elle peut prendre sens pour le français lui-même.

M. D’Hondt

On ne peut donc savoir si un texte rédigé avec l’intention d’être traduit en une autre langue voit jamais s’accomplir cette possibilité ? Il faut attendre…

Une deuxième question : j’ai entendu soutenir que Kant écrit en un allemand qui est plutôt en réalité du latin, et plus précisément du latin scolastique. On en tirait la conclusion qu’il est plus facile de traduire Kant en français que Hegel. Peut-on dire qu’il écrit en quelque sorte en un latin déguisé ?

Mme David-Menard

Il écrit dans le rapport des langues... il cherche.

M. D’Hondt

C’est une réponse, mais elle va à l’encontre de thèses très vigoureusement affirmées selon lesquelles il y a une rupture linguistique entre Kant et ses prédécesseurs…

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.