Version classiqueVersion mobile

Plaisance près Montparnasse

 | 
Jean-Louis Robert

Conclusion

Texte intégral

1Conclure sur le temps long est une épreuve redoutable. Nous voudrions ici, après avoir évoqué ce qui nous semble la particularité plaisancienne liée à un rapport original du symbolique à l’imaginaire, donner deux conclusions qui renvoient, pour la première, aux rapports de la démocratie locale aux politiques publiques parisiennes et à la modernité parisienne, pour la seconde, à la construction des identités et communautés urbaines dans les rapports du local au général. Nous terminerons notre étude par un très court survol du Plaisance contemporain.

Le modèle de Plaisance : du réel, de la symbolique et de l’imaginaire

2Nous pensons avoir bien écrit un roman savant d’un siècle et demi du peuple de Plaisance, du peuple d’une banlieue, devenue faubourg, puis quartier de la ville capitale. Ce peuple a connu des temps douloureux, plus que nous ne le pensions, à plusieurs occasions. Il y a eu l’extrême dureté de la double crise sociale (misère) et urbaine (marginalité et question nature/culture) des années de la Grande Dépression qui suivirent la déroute de l’espoir communard. Il y a eu le choc frontal de la destruction ou de l’assassinat du quartier populaire des années 1960-1980, au prétexte de la rénovation. Mais il a aussi connu des temps plus heureux, sinon plus calmes. En particulier un long, agité et très vivant premier xxe siècle mélange finalement Belle Époque, guerres, crise de 29 et reconstructions. Les Plaisanciens traversent ces temps difficiles avec quelque bonheur et un équilibre retrouvé. Christianisme social, socialisme puis communisme sont les signes et les acteurs de cet équilibre.

  • 1 Jacquemet G., Belleville au xixe siècle, du faubourg à la ville, Paris, 1984 ; Coing H., Rénovatio (...)

3Au bout du compte, ce grand roman du peuple de Plaisance, est-ce aussi celui du peuple de Paris ? L’interrogation est importante car l’histoire d’un quartier peut tendre à fabriquer un Paris des cent « villages », certes pittoresque, mais qui n’autorise pas les vues générales qui sont aussi une nécessaire construction de l’histoire. Et sans nul doute nous retrouvons dans ce livre bien des traits que Gérard Jacquemet avait donnés de Belleville avant 1900 ou que Henri Coing avait donnés du quartier Jeanne d’Arc dans le XIIIe arrondissement des années de la « rénovation1 ». Mais, comme Plaisance, il s’agit là de quartiers pauvres, voire prolétaires, d’où la vraie bourgeoisie est quasiment absente. C’est donc bien d’un certain Paris qu’il s’est agi ici. Le roman du peuple de Paris supposerait l’examen de deux autres grands types de quartiers, ceux où se concentre la bourgeoisie, bien connus pour la période la plus contemporaine grâce aux beaux travaux du couple Chariot, ceux où se fabriquent des médiations, sur l’axe central de la capitale qui va de Montmartre à Montparnasse en passant par les boulevards.

4Cependant Plaisance conserve, sur la longue durée, des traits particuliers forts qui tiennent à l’association de son côté rive gauche et de sa situation périphérique, et qui permettent d’esquisser des pistes sur les médiations imaginaires. Rive gauche, Plaisance est englobé dans un ensemble plus vaste, qui va progressivement se nommer, et se nommer seulement, Montparnasse. Plus cette histoire avance et plus le système symbolique montparnassien l’emporte sur le système plaisancien. Pourtant le mot était beau qu’avaient mis en avant les pionniers du quartier. Et sans doute le trait le plus significatif de la maigreur symbolique de Plaisance est-il la grande difficulté du quartier à construire une mémoire propre et une mémoire reconnue.

5Mais populaire, périphérique et marginal, marqué par le petit parcellaire initial, le quartier est un bastion de la démocratie sociale et attire constamment, même dans les temps les plus durs, ceux qui recherchent ces caractères ; des visionnaires, des artistes pauvres, des écrivains aisés, tous trouvent là un aiguisement de leur imaginaire, de leur regard. À commencer par l’auteur de ce livre, peut-être. L’extrême richesse, inattendue, de Plaisance dans les romans et les images le prouve largement. Au-delà des effets attendus des supports et des normes culturelles.

6Là est le modèle de Plaisance. Il y a cette formidable vie sociale d’un quartier populaire, cette formidable vie sensible et rêvée d’un quartier des arts et des avant-gardes, et une illégitimité symbolique, remise en cause à quelques rares moments - le temps des œuvres sociales ou de la résistance cléricale (1895-1905), le temps de la conquête communiste (1930-1945), le temps de la résistance à la radiale (1970-1980). Un tiers de siècle, apparemment décousu, où « Plaisance » apparaît. C’est peu sur 150 ans. Mais la légitimité symbolique se gagne lorsque le quartier construit luttes et résistances ou est construit par elles. Belle leçon pour tous les anonymes de l’histoire.

7De ces premières réflexions plaisanciennes, tentons aussi d’examiner si nous pouvons relire quelques grands pans de l’histoire de Paris ou des grandes métropoles.

De l’histoire de la gouvernance parisienne et des politiques urbaines : démocratie et modernité

  • 2 C'est la thèse particulièrement développée par B. Marchand, Paris, histoire d’une ville, xixe-xxe (...)

8Dans l’historiographie de Paris, il est courant de présenter la Troisième République, Vichy et les premiers pas de la IVe République comme une longue période de stagnation de la capitale - si l’on excepte la croissance des banlieues. La métropole française aurait été ignorée2, voire combattue, par une « gouvernance » nationale dominée par le rêve passéiste d’une France terrienne et provinciale, accumulant lentement par là un retard qu’elle n’a pu rattraper malgré les efforts - un peu anarchiques - de la seconde moitié du xxe siècle. Un des signes les plus classiquement avancés de cet archaïsme est l’incapacité de Paris à agrandir son emprise depuis 1860. Ainsi les ambitions du grand préfet du Second Empire, sa politique de grands travaux, d’aménagement administratif et politique du territoire cèderaient la place à une politique d’amoindrissement ou de négligence de la capitale. Par là, bien sûr, on rejoint nombre d’enjeux de l’histoire politique, sociale, voire mentale de la France.

9Mais, vu de Plaisance, tout apparaît différent et doit être pour le moins nuancé. Car c’est bien la IIIe République qui apporte, lentement sans doute, à notre quartier une modernité, sociale et urbaine, qu’il demande, ou même exige. Dans le cadre de processus qui sont certes parfois ambigus, comme l’est le choix de Plaisance pour implanter Broussais, hôpital pour cholériques dont Paris-centre ne voulait pas, mais qui deviendra un hôpital de l’excellence médicale et sociale.

10Le point qui compte ici, et qui reste trop méconnu des études, c’est la démocratie, à la fois comme cadre, comme pratique et comme sensibilité. Comme cadre, d’abord, avec l’élection d’un conseiller municipal de Plaisance (de 1871 à 1939) et d’un député de Plaisance-Montparnasse. Par là, le quartier et la ville, même si elle n’a pas de maire, sortent de la seule « dictature » ou domination, disons technocratique, des élites bourgeoises. Certes cette démocratie a ses limites, graves. Le suffrage universel n’est pas accompli sans le vote des femmes et des étrangers, le conseil municipal de Paris n’a qu’un pouvoir limité. Mais les élus municipaux ont aussi les possibilités que leur donne leur statut de membres de droit du conseil général de la Seine où peut se penser une politique d’agglomération.

11Il n’en reste pas moins que les Édouard Jacques, Girou, Pannelier, Grangier, Salom, Raymond Losserand, Marcel Paul ou Léon Mauvais, illustres ou inconnus, doivent leur élection au choix des Plaisanciens. Et qu’avec les députés des circonscriptions parisiennes et leurs collègues des autres quartiers de Paris, ils fabriquent un Paris des quartiers, qui compte à côté du Paris des préfets.

12Plaisance, quartier pauvre, quartier déshérité, quartier banlieue, a, au lendemain de la Commune, un énorme retard à rattraper. Et sans cesse, le quartier va alors affirmer sa volonté, son goût de la modernité parisienne. Le consensus sur cette question est très large. La masse ouvrière a certes un attachement au travail « bien fait », à l’artisan, mais elle a aussi un très fort sentiment du progrès, de ses principaux vecteurs d’alors, l’école, la science, l’usine... Et les nouvelles usines qui s’implantent dans le quartier sont autant de petites forteresses de la modernité.

13Les commerçants, les artisans, les petits industriels, les bistrotiers, tous souvent base d’un électorat radical dominant jusqu’en 1910, sont tout autant attachés à la transformation du quartier. Certes ils manifestent souvent quelques inquiétudes pour leurs finances pendant les travaux mais, pour eux, ouvrir le quartier vers l’extérieur, aménager une circulation plus aisée... sont autant de facteurs positifs pour « l’industrie et le commerce » local. Le « rentier » n’est d’ailleurs plus de mise. Il disparaît du Plaisance de la Belle Époque comme presque partout à Paris.

14La plupart des forces politiques et sociales du quartier relaient cette visée de modernisation locale pour que Plaisance s’intègre dans la « Ville lumière ». Radicaux, socialistes, puis communistes se sont retrouvés sur ce même terrain, d’Édouard Jacques, le distillateur, à Léon Mauvais, qui défend dans les années 1930 le projet d’une gigantesque cité des arts et des lettres à Plaisance. Mais les milieux catholiques sociaux ne sont pas en reste. Le journal du curé Soulange ne cesse lui aussi de réclamer un Plaisance moderne. Et le curé de Notre-Dame-du-Travail fait de sa paroisse un modèle de l’usage de l’électricité... Le Douanier Rous seau est un bon archétype de cette mentalité largement dominante. Le peintre de quartier (ô combien) naïf est un proche de l’élu radical, se veut inventeur de formes modernes et met des cheminées et des avions dans ses paysages urbains. Tout en défendant une idée profondément démocratique de la peinture.

15Et il est vrai que le quartier se transforme. Non pas tant par des opérations spectaculaires (à l’exception des fortifs) que par des micro-opérations de grande portée. Lentement les rues, grandes ou petites, sont classées, ce qui permet une amélioration considérable de la voirie, du système d’évacuation des eaux sales, des trottoirs. Les percées qui permettent de relier Plaisance au XVe arrondissement (à travers le chemin de fer) ou à Malakoff (à travers les fortifs et la zone) sont accrues et agrandies. Aussi et surtout les équipements arrivent, en. masse, à Plaisance : les écoles, l’éclairage, les postes, les pompiers de la caserne Villemain (fondamental dans l’environnement urbain), les transports en commun (un réseau de tram et autobus très performant en 1914, le métro tardivement en 1937), etc.

16Le bilan est si sensible qu’à la fin de la Troisième République, le quartier se pense bien désormais comme un quartier moderne, et par là un quartier de Paris.

17Certes, il existe des poches de résistance. Des anciens, en particulier, regrettent le Plaisance d’avant, regrettent la prolétarisation/construction du quartier. Ils forment une base pour un nationalisme et une xénophobie qui n’ont toutefois qu’un écho limité à Plaisance.

  • 3 Le fait que la majorité de l'électorat parisien vote à gauche jusqu'en 1939 a été bien montré. C'e (...)

18Cette évolution aurait pu aussi rencontrer ses limites avec le basculement à droite de la majorité du conseil municipal de Paris (mais non de la majorité des Parisiens comme on semble trop souvent l’ignorer3) au début du xxe siècle. On sait que le monde de la boutique et du commerce des arrondissements du centre de la capitale bascule à droite à cette époque, vers le nationalisme et le libéralisme. Ce basculement est plus sensible dans les quartiers du centre, qui se vident de leur population ouvrière, que dans ceux qui, comme Plaisance, la conservent jusqu’aux années 1960. Ce changement du rapport de forces au conseil municipal, alors que Plaisance continue sa poussée vers la gauche, aurait pu conduire à de nouvelles tensions entre le centre et la périphérie, à une remise en cause de l’évolution. De fait il a très peu d’effets sur le Paris des quartiers que nous évoquons ici. Au conseil municipal-conseil général, de savants équilibres sont trouvés pour que tous les quartiers disposent d’une caisse de résonance.

19Ainsi la stagnation parisienne de la IIIe République doit-elle être très nuancée. Les quartiers (les provinciaux de Paris !) ont pris le pouvoir. Un pouvoir limité, certes, mais qui permet de transformer par petites touches, en profondeur, la capitale. Le retard parisien, classiquement observé, en termes d’hygiène sociale, par exemple, s’efface sensiblement, même si les habitats se dégradent.

20Derrière cette histoire s’écrit celle que nous avons amplement évoquée de la « démocratie plaisancienne ». Nous n’y insisterons pas ici tant, des premières actions des Plaisanciens pour la commune de Plaisance dans les années 1840 aux résistances autogestionnaires des années 1970, ces manifestations ont été nombreuses. Mais la conclusion qui nous semble la plus inédite et que nous n’attendions pas à ce niveau à l’abord de ce travail est l’importance de la société civile comme forme démocratique des sociétés urbaines. Mutuelles, coopératives, associations, sections politiques et syndicales, « sociétés », petite presse locale... constituent un premier niveau de vie et de pratique démocratique intense assurant participation et contrôle populaire sur/dans le quartier. Ce niveau a grandement contribué aussi à la résistance vive à la rénovation-destruction.

Plaisancien et Parisien : communauté locale, communauté partagée et communauté imaginaire

21Une image classique de l’histoire des très grandes villes est celle de la perte, de la dérive de l’individu dans l’immense agglomération anonyme ; une image qui entre en contradiction avec celle, particulièrement prêtée à Paris, d’une riche et originale communauté qui ferait le « Parisien ».

22Il est vrai que Paris est de longue date une ville de forains, ce qui pose naturellement le problème de l’intégration des migrants à la métropole. Plaisance n’échappe pas à ce phénomène et nous y voyons une constante arrivée de provinciaux, d’origine toujours très diversifiée, sans vraie Petite Bretagne, même si les Bretons font nombre à partir de la fin du xixe siècle. Au bilan, les traces de communautés d’originaires vraiment sensibles et structurées restent rares jusqu’aux années 1950. La mesure rigoureuse d’une large dissémination dans le quartier en est le premier indicateur.

23Mais ce n’est pas dire que n’existent pas des liens entre/avec le « pays » d’origine. Au contraire, ces liens sont importants, originaux et contribuent décisivement ou s’articulent étroitement aux signes d’un creuset parisien à Plaisance. Évoquons deux exemples significatifs. Au xixe siècle, les originaires apportent réseaux et connaissances. Des métiers de la bouche aux cordonniers ou aux maçons, on voit bien comment les liens avec les régions productrices, avec les régions de savoir-faire (la Lorraine ou le Limousin) contribuent à une valorisation des forains et, par là même, à leur installation et à leur réussite parisienne. Au xxe siècle, nous avons montré combien la famille, cette plus petite commune de notre société, signe et support de la grande époque de l’équilibre plaisancien, se structurait autour du couple dominant d’originaires d’une même région.

24Ainsi, précocement, Plaisance offre des modes d’insertion à ses provinciaux, s’appuyant sur la vitalité même de la structure d’originaires. Modèle qui retrouve très largement celui qui a fonctionné pour les immigrés italiens à Paris. Il est plus difficile de se prononcer du fait du temps plus court sur l’immigration étrangère, tardive à Plaisance. Mais les premiers éléments présentés dans ce livre ne contredisent nullement que ce modèle parisien d’intégration se soit perdu, même si des voisinages un peu plus systématiques apparaissent entre les Algériens des années 1950-1980.

25À Plaisance se manifeste bien aussi le caractère intégrant des relations de proximité du travail et de la résidence. Sans jamais définir un quartier spécialisé (certes, il y a les cheminots...) et organisé autour d’une activité dominante (comme le bois et le meuble au faubourg Saint-Antoine), l’emploi local - ou de proximité -a fourni longtemps la plus grande part des emplois des actifs plaisanciens, même si la situation de Plaisance dans l’agglomération parisienne lui faisait rencontrer des mutations socio-économiques importantes, en passant d’une lointaine banlieue à un faubourg puis à un quartier quasi central de l’agglomération.

26Cette communauté plaisancienne s’affirme bien aussi par des traits de longue durée d’un mode de vie qui rassemble tous les caractères coutumièrement prêtés au peuple parisien. Le parler populaire, la faconde, la gouaille, le libre esprit, autant de codes sociaux que nous avons vu abonder dans notre quartier. En ce sens, Plaisance rejoint bien la rue Jeanne-d’Arc, Belleville, Montmartre ou les boulevards. Il en va de même dans la formidable saturation en images et en bruits de la rue qui transparaît tant dans la vie de tous les jours que dans les constructions symboliques et les représentations. Le spectacle de la rue, le spectacle de l’espace public, du café au cinéma, constituent autant de signes d’une communauté plaisancienne que l’on peut partager individuellement ou collectivement.

27Bien d’autres faits montrent qu’il existe une forme de communauté du quartier - même si elle n’est pas dite de Plaisance - par les modes de vie ou par les proximités sociales. Ainsi on peut dire que les Plaisanciens se sont généralement appropriés leur quartier. Mais, comme la plupart des Parisiens, ils ne pouvaient/ peuvent s’approprier toute la grande ville. Peut-on alors, comme on le fait souvent, réduire le sentiment d’appartenance des Plaisanciens à une communauté imaginaire, celle des récits, images... ?

28Il nous semble que ce livre permet de répondre en ajoutant une approche un peu différente avec la notion de « communauté partagée ». Certes, les Plaisanciens et les habitants des autres quartiers populaires de la capitale connaissent d’innombrables nuances locales et sociales. Ce livre en témoigne aussi largement. Mais en construisant et vivant selon un « être parisien » qui est partagé largement dans Paris. On voudrait en donner un dernier exemple.

  • 4 On en trouve évoqué un très grand nombre dans Gauvard C. et Robert J.-L. (dir.), Être Parisien, Pa (...)

29Parmi les signes du « Parisien4 », les auteurs ont souvent signalé le sentiment (quelque peu prétentieux...) d’une vie meilleure. À Paris, on s’habillerait mieux, on parlerait mieux, voire on aimerait mieux... Or il paraît difficile, en particulier à la fin du xixe siècle, de laisser croire que Plaisance puisse partager ce « bien-être » parisien tant notre quartier figure parmi les plus déshérités de la capitale et tant il en a, nous l’avons amplement vu, le sentiment bien souvent justifié. Et si le xxe siècle plaisancien voit, ici comme ailleurs, les indicateurs du « bien-être » s’améliorer, les écarts sociaux restent sensibles.

30Cependant les Plaisanciens ont acquis progressivement le sentiment d’être de Paris, d’être du centre de la ville-métropole. Sans doute du simple fait de l’évolution de leur situation dans le cadre d’une agglomération qui déplace sans cesse plus loin du centre ses marges. Mais ce n’est finalement pas la cause principale. Nous avons vu la cause politique avec la démocratie plaisancienne et sa société civile. Mais aussi le fait et le sentiment de « se frotter » à la vie de Paris sont apparus précocement et n’ont cessé de prendre de l’ampleur. En particulier la proximité, qui remonte à l’antique période des guinguettes du premier xxe siècle, du monde des arts et des lettres. Et Plaisance vivra pleinement - même si c’est là encore le plus souvent anonymement - le déplacement vers Montparnasse du centre de gravité du monde artistique et d’une grande partie de la « vie parisienne » (ici au sens de Paris, ville de la nuit et des plaisirs) dans le courant du xxe siècle. Ce qui n’empêche pas Plaisance de toujours conserver des traits d’une marge parisienne.

31Sans doute, ce type de « frottement » à la vie parisienne a-t-il été favorisé par la situation sur la rive gauche de Plaisance, mais finalement rares sont les quartiers qui n’ont pas été sensibles à tels ou tels aspects de Paris comme lieu des avant-gardes, des vies intenses, des vies nocturnes, des vies bohèmes dont l’espace se déplace - suivant les modes - dans l’espace de la grande ville.

32Ainsi ce livre nous approche de l’idée que Paris, qui est bien sûr une communauté imaginaire, est aussi une communauté partagée.

33Enfin Plaisance apporte beaucoup par son anonymat et son illégitimité symbolique à la communauté imaginaire de Paris. Ces très nombreux romans ou images qui évoquent notre quartier sans le nommer fournissent une masse de représentations particulièrement susceptibles de s’intégrer à la communauté imaginaire parisienne. Le Plaisance non dit enrichit le roman infini de Paris de ses voyous, de ses marginaux, de ses tensions vives, du rêve de sa nature perdue, de ses artistes cachés et de son peuple chaleureux.

Au tournant du troisième millénaire

34Ce livre, déjà bien long, s’arrête au milieu des années 1980. Quelques mots rapides sont toutefois nécessaires à dire sur le Plaisance des 25 dernières années. Des processus en cours dans les années 1958-1985 se sont poursuivis comme la baisse brutale du nombre des ouvriers habitant le quartier et le relatif embourgeoisement de la population. Cependant Plaisance a conservé des pôles de résistance populaire, tant dans les habitats sociaux les plus anciens (le 156, les HBM des ex-fortifs...) que dans ceux construits avec la rénovation-destruction. Et quelques immeubles anciens délabrés continuent d’accueillir des populations fragiles.

35La rénovation a été très sensiblement ralentie et a pris un cours nouveau qu’atteste au mieux la ZAC Didot (aménagement de petits immeubles à forte mixité sociale, square, équipements...).

36Politiquement, les tendances amorcées dans les années 1970 se sont accentuées : déclin du PCF, hégémonie du PS. Le mouvement associatif, le sens citoyen sont restés très puissants et constituent un prolongement des luttes des années 1970.

37Cependant, il serait erroné de ne pas constater que Plaisance connaît les effets d’une nouvelle crise, sociale d’abord celle-ci. Sans doute assez maîtrisée, comme presque partout à Paris. Mais le chômage et des formes renouvelées (mais loin d’être aussi dramatiques qu’à d’autres époques) de violence constituent une toile de fond difficile.

38Enfin Plaisance continue de s’effacer du paysage symbolique. La création de deux quartiers (Pernety et Didot-porte de Vanves) est venue consacrer l’éclatement du quartier, qui perd beaucoup de sa visibilité. Rarissimes sont les maga sins qui donnent le nom de Plaisance à leur boutique. L’antique « crèmerie de Plaisance », rue Raymond-Losserand, a fermé en 2004. L’usage du mot subsiste seulement dans des découpages administratifs (impôts...), dans les agences bancaires ou à l’immédiate proximité de la station de métro Plaisance. Rien d’inédit, par contre, à ce que les hôtels, sauf les plus modestes, du quartier, rue Raymond-Losserand ou même rue d’Alésia, incluent systématiquement Montparnasse dans leur nom.

39Plaisance sous Montparnasse !

Notes

1 Jacquemet G., Belleville au xixe siècle, du faubourg à la ville, Paris, 1984 ; Coing H., Rénovation urbaine et changement social : l'îlot n° 4 Paris 13e, Paris, 1976.

2 C'est la thèse particulièrement développée par B. Marchand, Paris, histoire d’une ville, xixe-xxe siècle, Paris, 1993.

3 Le fait que la majorité de l'électorat parisien vote à gauche jusqu'en 1939 a été bien montré. C'est le découpage des quartiers qui conduit à une surreprésentation de la droite qui, cependant, a effectivement renforcé son poids électoral au début du xxe siècle.

4 On en trouve évoqué un très grand nombre dans Gauvard C. et Robert J.-L. (dir.), Être Parisien, Paris, 2004.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search