Version classiqueVersion mobile

Former l’homme

 | 
Étienne Krotky

Postface

Texte intégral

  • 1 Heyberger A. Jean Amos Comenius, Paris, 1928, P. 11 et 12.
  • 2 Jean Amos Comenius 1592 - 1670 ; Pages choisies, (Unesco). Introduction de Jean Piaget, p. 32.

1Nous savons qu'après la parution de la Janua, Comenius devint célèbre dans toute l'Europe, et que ses manuels furent longtemps utilisés. On est allé même jusqu'à écrire que « Les idées qui lui ont survécu ont si profondément pénétré tous les esprits qu'elles sont tombées dans le patrimoine commun de toutes les nations », (leçons de choses, généralisation et gratuité de l'enseignement, manuels adaptés pour l'enseignement des langues, écoles maternelles, un enseignement élémentaire autonome, les musées scolaires, l'utilisation des illustrations dans l'enseignement, etc.). Cependant, ajoute le même auteur, « Plus les doctrines de Comenius pénétraient dans l'enseignement, plus l'auteur tombait dans l'oubli »1. Cependant, certaines idées, trop neuves pour l'époque ou en opposition avec le courant de pensée dominant, n'ont trouvé aucun écho. Déjà la publication des Opera Didactica omnia à Amsterdam, en 1657, ne fit pas date, bien que c'est là que furent créées, selon Piaget, la « science de l'éducation et une théorie de la didactique envisagées à titre de disciplines autonomes »2. Les raisons en sont multiples.

2Mais l'activité de Comenius ne s'est pas limitée au domaine de l'éducation. Il n'était pas seulement maître d'école ou recteur ; il était aussi pasteur, son souci pastoral lui a inspiré toute une série d'ouvrages, soit pour soutenir le moral de ses fidèles persécutés, soit pour entretenir leur piété. Vers la fin de sa vie, il a même été amené à écrire des œuvres de polémique à caractère théologique.

3Patriote, il réagissait aux malheurs de sa patrie et exprimait son désarroi dans Le labyrinthe du monde, son chef-d'œuvre en langue tchèque (toujours réédité). Pour entretenir la flamme de l'espoir dans le recouvrement de la liberté, il a même publié de soi-disant révélations qui promettaient la chute des Habsbourgs (mais qui lui ont aliéné une partie de l'opinion publique). Il entretenait toute une activité diplomatique et il a mérité d'être considéré comme « l'un des trois plus grands ennemis de l'empereur ». Quand les traités de Westphalie (1648) eurent confirmé la domination étrangère sur la Bohême, Komenský, dans le Testament de l'Unité, mère mourante, lança ce cri qui sonnait comme un défi : « O peuple tchèque, un jour viendra où tu auras de nouveau le gouvernement de tes affaires dans tes propres mains ». Cette foi dans le retour de l'indépendance nationale sera le soutien des patriotes tchèques au cours du dix-neuvième siècle. Et quand l'heure de cette indépendance sera venue, en 1918, le président-libérateur, Masaryk, se référera à cette « prophétie » dans son premier discours solennel à la nation.

4Comenius pensait que, pour remédier aux divisions religieuses, ainsi qu'aux troubles dont souffrait son époque, il suffisait que tous les hommes se représentent les choses exactement comme elles sont. Comme la vérité des choses est une, la connaissance de cette vérité amènerait l'accord entre les esprits. Pour parvenir à cette vérité il y a un moyen : la pansophie.

5Le terme de pansophie signifie « science universelle » ou « sagesse générale » ; il était assez répandu surtout chez les rosicruciens (notamment entre 1610 et 1620). Comenius l'affectionne particulièrement, comme il affectionne les mots créés avec le préfixe « pan » : Pampédie, Panorthosie, etc. Il faut d'ailleurs reconnaître que chez lui ce terme (« pan ») correspond à une propension à tout envisager selon l'angle de la totalité.

  • 3 Cf. D. Huisman, Dictionnaire des philosophes, P.U.F., 1984, p. 720.

6De même que le nom, la chose, aussi, semblait assez répandue. Descartes, ne formait-il pas « un projet de science universelle », estimant que celui qui « veut sérieusement rechercher la vérité des choses ne doit pas faire le choix de quelque science particulière », mais doit « les apprendre toutes ensemble » ?3. D'ailleurs, le premier titre prévu pour le Discours de la méthode était celui-ci : « Le projet d'une Science Universelle... ».

  • 4 Gusdorf G. Les principes de la pensée au siècle des lumières, p. 152.
  • 5 Gusdorf G. ibid, p. 152.
  • 6 Jean E. Charon, L'esprit, cet inconnu ; Paris, 1977, préface, p. 15.

7Quant à la méthode qu'on se proposait de suivre, c'était, chez Comenius, la recherche des vérités premières métaphysiques, des concepts les plus élevés, les plus simples et les plus généraux qui permettraient d'unifier les différents éléments dont la connaissance humaine est constituée. Et de Descartes, on a pu écrire ceci : « La physique cartésienne reprenait l'ambition aristotélicienne d'une intelligibilité totalitaire procédant par déduction à partir d'une ontologie établie a priori ».4 D'un côté comme de l'autre, cette « voie était sans issue, ainsi que le fit rapidement apparaître la suite de l'histoire des sciences »5. Si la méthode était erronée, il faut reconnaître, cependant, que le désir de l'unité de la connaissance semble profondément ancré dans l'homme comme le montrent les efforts de certains savants d'aujourd'hui. Jean E. Charon dit, par exemple : « Mes recherches sont dirigées vers les théories dites "unitaires” qui sont les théories s'efforçant d'unifier les différentes lois observées, en démontrant qu'elles forment des cas particuliers d'une loi plus générale, valable pour tous les phénomènes, et qu'on désignerait pour cette raison du nom de loi unitaire ».6 (Entre cette démarche et celle de nos lointains devanciers, la différence est surtout dans la méthode).

8Chez Comenius, en outre, cette « sapientia universalis », cette « omniscientia » devait être le remède contre le morcellement de la connaissance, contre une spécialisation excessive qui commençait dès cette époque : un théologien, un juriste, regrette notre philosophe, ignorent tout des sciences naturelles ou des mathématiques.

9Plus fondamentalement, la pansophie, chez Comenius, est un effort pour placer toutes nos connaissances dans un ensemble qui nous permette de saisir les rapports qui lient une chose particulière à toutes les autres. Et par là, elle veut être un remède contre ce que G. Gusdorf a appelé : « l'amoncellement anarchique des informations ».

10La pansophie coménienne insiste encore sur l'enseignement « des choses », c'est-à-dire sur la nécessité de connaître les phénomènes de la nature, les données de la vie politique, économique, etc. de son pays, par opposition à l'érudition trop littéraire des collèges humanistes. Elle demande encore que les connaissances soient acquises par « autopsie », et non par voie d'autorité. Elle exige de n'enseigner que ce qui est sûr, prouvé, et de rejeter les conjectures.

  • 7 Letre à Mersenne, février 1636.

11La pansophie étant destinée à TOUS les hommes, elle doit être exposée de telle façon qu'elle soit facilement accessible à tout le monde. Sur ce point précis, Comenius rejoint de nouveau Descartes (alors que tant de choses les séparent, par ailleurs). Descartes aussi voulait que « les plus curieuses matières (...) soient expliquées en telle sorte que ceux-mêmes qui n'ont pu étudier les pussent entendre »7.

12Enfin, Comenius tient beaucoup à ce que toutes les connaissances acquises soient rassemblées dans un livre unique (un livre "pansophique") afin que chacun puisse trouver facilement ce dont il a besoin pour éviter les erreurs les plus funestes. Mais il reconnaît que cela ne peut être que l'œuvre d'une équipe.

13Cette préoccupation pansophique trouvera un écho dans l'Europe cultivée des années 1630 et contribuera aussi à sa renommée. Ainsi, en 1641, il sera invité à Londres pour se livrer à ses recherches pansophiques et travailler à l'amélioration de l'enseignement. Parmi ses partisans, en Angleterre, on compte, soit des personnalités comme John Williams (1585 - 1650) évêque d'York et ami de Bacon, John Pym (1583 - 1643), « le roi du Long Parlement", soit des savants comme Robert Boyle (1626 - 1692), le mathématicien John Pell (1611 - 1685), ou l'universel Théodore Haak (1665 - 1690) qui seront à l'origine, avec d'autres clubs, de la Royal Society of London. Le philosophe Edward Herbert de Cherbury s'intéressait aussi à ce courant d'idées et entretenait une correspondance épistolaire avec le tchèque. C'est Samuel Hartlib (v. 1600 - 1662), une espèce de Mersenne anglais, qui a le plus contribué à faire connaître Comenius en Angleterre.

14Richelieu, aussi, fera appel à notre pédagogue quand il voudra établir une Académie d'un style nouveau, dans ses propres domaines. Mais, pour des raisons différentes, aucun de ces deux projets n'aboutira.

15Pour changer le monde, il ne suffit pas d'éclairer les esprits. Aussi Comenius pensera bientôt à réformer toutes les affaires humaines tant dans la société civile que dans l'église. Cette préoccupation se fera jour au cours des années 1640. Ce sera le grand dessein de sa vie. Mais les manuscrits qui étaient déjà rédigés seront détruits dans l'incendie de Leszno, en 1656. Inlassablement, l'auteur se remettra au travail dans sa retraite d'Amsterdam. L'ensemble de cette œuvre monumentale aura pour titre : De rerum humanarum emendatione consultatio catholica. - Délibération universelle sur la réforme des affaires humaines.

16Seules deux parties préliminaires seront publiées en 1657. L'ensemble ne sera pas achevé avant la mort du philosophe. Lorsqu'on aura mis au point les notes manuscrites, les temps ne seront plus favorables pour leur publication. Elles intéresseront, cependant, A.H. Francke qui se les fera prêter, puis elles resteront à Halle, dans l'orphelinat que Francke dirigeait ; avec le temps on oubliera leur existence. Les manuscrits seront retrouvés en 1934 et publiés en 1966.

17La Délibération est l'aboutissement de la pensée de notre philosophe et de ses efforts constants tendant vers la réforme de l'homme et de la société v dans son ensemble ; « elle devait être, dit J. Cervenka, le sommet de son œuvre ». Comenius, lui-même, tient les écrits pansophiques pour la partie « la plus précieuse » de son œuvre ; et c'est celle dont il regrette le plus la destruction.

  • 8 Kumpera J. - Jan Amos Komenský - Ostrava, 1992, p. 159.
  • 9 Studia comeniana et historica, 1987.

18Au xviiie siècle, la renommée de Comenius subit une éclipse, au moins en Occident ; le Dictionnaire historique et critique (4 vol. ; 1695 - 1697) y contribua grandement. Bayle, en effet, massacre l'émigré tchèque qui avait trouvé refuge et protection à Amesterdam et dont il semble jaloux. Pour lui, Comenius n'est qu'un « grammairien et un théologien protestant du xviie siècle ». Les Opera Didactica omnia ne sont qu'un ouvrage « dont la République des Lettres n'a tiré aucun profit » ; et, totalement inconscient, il affirme : « Je ne pense pas même qu'il y ait rien de praticable utilement dans les idées de cet Auteur ». Le reste de l'article infirme absolument des assertions comme celle du Grand Larousse encyclopédique où il est dit que Bayle « n'accepte rien qui ne soit fondé sur un fait authentique ». Malheureusement, cet article « fut pour longtemps la source exclusive »8 de l'idée que l'Europe du xviiie siècle se faisait de Comenius. (La partialité dont Bayle fait preuve dans cet article est d'ailleurs expliquée par J. Válka)9.

  • 10 La révolution galiléenne, Paris, 1969.

19Mais cette éclipse n'a jamais été totale. En Slovaquie, en Russie, notamment, des pédagogues lisaient Comenius et s'inspiraient de ses idéaux. Même en Occident, « les généreux projets de Comenius trouveront un continuateur en la personne de Leibniz » et « l'on n'a sans doute jamais établi la dette de Leibniz à l'égard de Comenius », dit G. Gusdorf.10

20Mais, ce n'est que plus tard, lorsqu'apparaîtront de nouveaux courants de pensée, que l'on s'intéressera pour de bon à Comenius. Le mouvement sera lancé, en Allemagne, par J. G. Herder (1744 - 1803) et par C. F. Krause (1781 - 1832) qui suggérera à Fröbel de lire la Schola infantiae, et, en France par Michelet qui appellera Comenius « le Galilée de l'éducation ». F. Palacký fera redécouvrir aux tchèques leur antique compatriote (1829) malgré l'hostilité des Hasbourgs qui dominaient toujours leurs pays. Après Rousseau et Fröbel on sera plus à même de comprendre les œuvres pédagogiques de Comenius que ne l'a fait Bayle. Et Ferdinand Buisson dira de La grande didactique que c'est « l'un des traités les plus remarquables qui aient été écrits sur la science de l'éducation ».

21Le mouvement de redécouverte de Comenius ira en s'amplifiant comme une avalanche. On fera des recensions de ses œuvres publiées et l'on découvrira celles qui étaient manuscrites. A Berlin, sera créée une « Société Comenius » (« Comenius Gessellschaft ») qui publiera un mensuel « Monatshefte der Comenius Gessellschaft » (qui ne disparaîtra qu'en 1934, lors de la montée du nazisme - ce qui est significatif). Les Tchèques et les Slovaques (avec Ján Kvačala) ne resteront pas à la traîne.

22Actuellement, il y a des centres d'études coméniennes permanents. En République tchèque, de tels centres se trouvent notamment à Pragne et à Uherský Brod ; ils organisent régulièrement des colloques internationaux et font paraître deux périodiques : Acta comeniana (Prague, depuis 1969) et Studia comeniana et historica (Uh. Brod, depuis 1971). Un autre centre existe en Allemagne, à Bohum (Université de la Ruhr) ; ce centre publie un bulletin depuis 1970 : Mitteilungsblatt. A Prague, un Institut spécialisé travaille à la publication critique (commencée en 1969), de toutes les œuvres de Comenius. L'ensemble a pour titre : Johannis Amos Comenii Opera Omnia, en abrégé : Opera omnia JAK (15 volumes ont déjà paru).

23Rien ne nous montre mieux l'intérêt porté actuellement à Comenius que les chiffres suivants : dans la période qui va de 1945 à 1990, on a réédité 212 œuvres de cet auteur (dont 30 en Allemagne) et l'on a publié 435 livres sur l'un ou l'autre aspect de sa vie ou de sa pensée (dont 73 en Allemagne).

  • 11 Chateau Les grands pédagogues, Paris, 1961, p. VIII.

24S'il a fallu rappeler le milieu culturel tchèque dans lequel Komenský a été formé, ce n'était que pour mieux faire comprendre son originalité dans le courant mécaniste du XVIIe siècle. Car, chassé de son pays, et sans le renier en rien, il a su faire siens les intérêts et les problèmes de toute l'humanité, et devenir, comme l'a dit P. Bovet « un patriote cosmopolite ». Le fait de passer du tchèque au latin est chez lui significatif : il n'écrira plus pour son seul peuple, mais pour le public du vaste monde. D'autre part, il a su dépasser les contingences historiques de son époque et les problèmes particuliers, pour atteindre et explorer ce qu'il y a de fondamental dans l'éducation de tout homme, et proposer des solutions pour une véritable coopération internationale. C'est tout naturellement que Jan Amos Komenský est devenu Comenius. Peu d'hommes ont eu autant que lui le sens de l'universel. Aussi, comme le dit J. Chateau, il appartient, « comme Platon à ces auteurs dont la patrie est l'humanité »11.

Notes

1 Heyberger A. Jean Amos Comenius, Paris, 1928, P. 11 et 12.

2 Jean Amos Comenius 1592 - 1670 ; Pages choisies, (Unesco). Introduction de Jean Piaget, p. 32.

3 Cf. D. Huisman, Dictionnaire des philosophes, P.U.F., 1984, p. 720.

4 Gusdorf G. Les principes de la pensée au siècle des lumières, p. 152.

5 Gusdorf G. ibid, p. 152.

6 Jean E. Charon, L'esprit, cet inconnu ; Paris, 1977, préface, p. 15.

7 Letre à Mersenne, février 1636.

8 Kumpera J. - Jan Amos Komenský - Ostrava, 1992, p. 159.

9 Studia comeniana et historica, 1987.

10 La révolution galiléenne, Paris, 1969.

11 Chateau Les grands pédagogues, Paris, 1961, p. VIII.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search