Version classiqueVersion mobile

Former l’homme

 | 
Étienne Krotky

Introduction

La Tradition Culturelle Dans Laquelle S'enracine L'œuvre De Comenius

Texte intégral

« Le temps viendra, Comenius, où la foule des hommes de bien T'honorera, et honorera tes œuvres, tes espérances et tes vœux ».
Gottfried Wilhelm LEIBNIZ (1671)

Omnia sponte fluant Absit violentia rebus
(Que tout suive son cours naturellement - Pas de contrainte extérieure aux choses.)

« L'éducation est une œuvre grandiose ; elle est, sans contredit, une des plus magnifiques que l’homme puisse entreprendre ».
O.D.O. III, col. 64 (3)

1Pour bien comprendre certaines idées fondamentales de la pédagogie de Comenius, il faut connaître le milieu culturel dans lequel s'est formée la philosophie que l'auteur se fait de la vie. Ce milieu, c'est l'Unité des Frères tchèques (Unitas Fratrum Bohemorum) au sein de laquelle il a grandi, au sein de laquelle il a travaillé et dont il fut le dernier évêque. Nous allons donc, dans une première partie, retracer à grands traits le mouvement de pensée et les évènements qui ont abouti à la création de l'Unité et dans une deuxième partie nous étudierons la conception que cette église se faisait de l'éducation.

1- Origine de l'Unité, son évolution

  • 1 Macek J., Histoire de la Bohême, des origines à 1918, Paris (Fayard), 1984, p. 89.

2L'Unité est un produit de la Réforme tchèque dont l'histoire remonte à la deuxième moitiée du XIVe siècle. Malgré la similitude des termes, elle ne doit rien à la Réforme allemande de Luther. A cette époque, l'église prêtait beaucoup le flanc à la critique ; en outre le grand schisme avait provoqué le désarroi parmi les fidèles. Selon une formule très employée, l'opinion réclamait la réforme « in capite et in membris ». La fiscalité papale pesait lourdement sur certains états dont la Bohême ; dans ce pays l'église était d'ailleurs la première puissance féodale ; on dit qu'elle possédait le tiers du pays. « Prague devint le théâtre de nombreux prédicateurs (...) qui demandaient en particulier que les biens de l'Eglise fussent liquidés, que les prêtres ne s'ingérassent point dans le monde séculier, et que fussent punis tous les manquements des prêtres à la moralité. De telles idées furent diffusées, par exemple, par le prédicateur allemand Conrad Waldhauser (+1364) dont l'ouvrage fut également traduit en tchèque »1.

  • 2 Ibid., p. 89.
  • 3 Cf. Boulier J. Jean Hus, Paris, 1982, p. 30. On a sur ces prédications et les langues utilisées le (...)
  • 4 Bonnoure P., Histoire de la Tchécoslovaquie, Paris, Que sais-je ? n° 1304, 1968, p. 18.
  • 5 Macek J., Jean Hus et les traditions hussites, Paris, 1973, p. 28.
  • 6 Macek J., Histoire de la Bohême, des origines à 1918, Paris (Fayard), 1984, p. 90.

3Une autre voix qui s'élevait contre ces abus fut celle de Jean Milič de Kroměřiž (+1374) que l'historien F. Palacký a appelé « le père de la Réforme tchèque ». Prêtre et fonctionnaire de la cour impériale, il se démit de ses charges et bénéfices (1363) pour s'adonner à la prédication et dénoncer les abus auxquels nous avons fait allusion. Il concrétisait tout le mal qu'il voyait autour de lui dans la notion d'« Antéchrist » dont la Réforme tchèque fera un grand usage. Il personnifiait même l'Antéchrist dans la personne de l'empereur puis dans celle du pape, Il mourut dans la prison pontificale d'Avignon, Il eut un disciple, Matthieu de Janov (certains auteurs écrivent Matthias) (+1394) qui « critiquait le trafic des sacrements qu'il considérait comme le péché de simonie »2. Comme son maître, il accordait beaucoup d'importance au culte de l'Eucharistie et recommandait la communion fréquente même aux laïcs. Le culte de l'Eucharistie sera une autre caractéristique de la Réforme tchèque. Il accordait encore beaucoup d'importance à la prédication. Mais, comme son auditoire était surtout populaire, c'est en tchèque, la langue du petit peuple qu'il prêchait. Il y avait, en effet, en Bohême - Moravie une importante minorité d'immigrés allemands, parfois des immigrés de longue date, mais qui ne s'assimilaient pas et qui occupaient dans la société les places les plus avantageuses (haut clergé, haute noblesse, patriciat des villes). Dans les cathédrales, les églises collégiales et paroissiales, on prêchait en allemand pour la bonne société, les Tchèques un peu aisés voulant se mettre au niveau des couches les plus élevées du pays3. C'est aussi en tchèque qu'un gentilhomme Thomas de Štítný (+1401) (qui n'était pas clerc et n'avait pas de grades universitaires) « rédigeait des traités de morale religieuse dans un style familier et captivant »4 ; cela lui « attira l'inimitié des maîtres universitaires qui défendaient les privilèges du latin »5. « Il défendait surtout les sujets et condamnaient ceux des nobles et prélats qui ruinaient leurs paysans en leur imposant des contributions et des corvées supplémentaires »6.

  • 7 Id., Jean Hus et les traditions hussites, p. 65.
  • 8 Ibid., p. 212.
  • 9 Cité par Macek J., op. cit. p. 213.

4L'on voit que le mouvement de réforme s'occupait beaucoup du petit peuple ; cela a entraîné la promotion de la langue tchèque en face aussi bien du latin que de l'allemand. Certains y voient « un signe évident de démocratisation survenue dans la culture et qu'on retrouve (...) aussi dans l'évolution de la chanson, de la poésie et de la littérature tchèques »7. La poésie, en effet, quittant les cours seigneuriales et les salles universitaires « descendra dans les rues, sur les places publiques et dans les mairies »8. (La contrepartie de cette démocratisation sera, on s'en doute, un moindre souci de la forme esthétique). Enea Silvio Piccolomini (1405-1464) écrira un peu plus tard que « l'unique ornement de cette race parjure ( !) est son amour de l'instruction »9. (Piccolomini a été légat du pape en Bohême ; il deviendra pape lui-même en 1458 et prendra le nom de Pie II.)

  • 10 Ibid., p. 210.

5Les femmes n'étaient pas exclues du mouvement réformateur, elles y ont joué même un rôle important. Macek affirme même que chez Hus elles étaient « un des piliers soutenant l'édifice de l'Eglise du Christ » ; elles étaient partie prenante du mouvement réformateur dès l'époque de Milič, donc dès les premiers débuts ; après la mort de Jean Hus, on verra même des femmes monter en chaire. Tout naturellement cela fit naître l'idée de fonder des écoles « pour les garçons et les filles, afin que la jeunesse puisse apprendre la vérité de Dieu dans sa langue maternelle »10. (Si les évènements ne permirent pas la réalisation de cette idée. elle reste néanmoins significative d'un état d'esprit).

6L'université de Prague n'était pas à l'écart de ce mouvement, elle non plus. Elle était agitée par des controverses centrées sur les œuvres de Wyclif (vers 1330-1384). La personnalité la plus marquante qui prit le devant de la scène fut celle de Jean Hus ; avec lui le mouvement de la réforme atteignit son apogée et les évènements prirent une tournure dramatique.

  • 11 Bonnoure P., op. cit. p. 18.
  • 12 Knowles M.D., Nouvelle Histoire de l'Eglise, t. 2 Le Moyen Age, 1968, p. 537.
  • 13 Laran M., Encyclopaedia Universalis, vol. 8 V° Hus, p. 613 (a).

7En 1402, Hus fut nommé recteur de la chapelle de Bethléem fondée en 1391 « pour prêcher chaque jour la parole de Dieu dans la langue tchèque »11. Ses semions rassemblaient régulièrement plus de trois mille personnes, et les plus hauts personnages ne dédaignaient pas d'y venir. Il acquit bientôt une grande influence grâce à « sa sincérité passionnée et à sa grande éloquence »12 ; il personnifia bientôt tout le mouvement réformateur. Aux thèmes proprement religieux et bibliques il ajoutait des commentaires sur la situation de l'Eglise en Bohême et il ne craignait pas de critiquer ses plus hauts représentants, protégé qu'il était, au début, et par l'archevêque et par le roi. « Il opposait la richesse corruptrice à la pauvreté évangélique ». Pour lui, « l'Evangile était la seule règle infaillible et suffisante de la foi et tout homme avait le droit de l'étudier pour son propre compte »13. Aussi il entreprit de le traduire en tchèque. Le culte de la Bible était donc un autre trait caractéristique de la Réforme tchèque ; le contact direct de la parole de Dieu devait permettre de purifier l'Eglise et de la régénérer.

  • 14 Bonnoure P., op. cit., p. 19.
  • 15 Laran M., op. cit., p. 613 (a).

8« Hus n'était pas seulement un grand orateur, mais aussi un grand écrivain, créateur de la prose classique ; il a proposé pour le tchèque une orthographe rationnelle » en créant les signes diacritiques pour remplacer les doubles consonnes. En outre « il a voulu davantage associer les fidèles aux cérémonies par le chant choral ; lui-même a composé des chorals, qui sont conservés »14. - Il fut aussi un patriote passionné et luttait « pour que les Tchèques soient maîtres en leur pays » ; il « revendiquait l'emploi du tchèque dans la vie publique contre la prépondérance de l'allemand »15. Mais son patriotisme qui visait surtout à protéger les droits du petit peuple n'avait rien de xénophobe ; il aimait à dire qu'il préférait « un bon Allemand à un méchant frère », (ibid.)

  • 16 Rapp F., L'Eglise et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age, P.U.F., 1971, p. 198.
  • 17 Macek J., Histoire de la Bohême, p. 91.

9Mais Hus n'était pas un théologien systématique ni original. Il aimait à se référer à Wyclif (vers 1320-1382) qu'il considérait comme « un impitoyable ennemi du péché »16. Il rendit ainsi Wyclif populaire parmi les masses. C'est ici que le drame commence. Hus venait de perdre la protection de l'archevêque. Et Wyclif, déjà condamné en Angleterre pour certaines de ses propositions, le fut aussi à Prague ; « ses écrits furent brûlés publiquement, en 1409, et l'Eglise menaça de peines sévères quiconque se réclamerait des idées du réformateur anglais »17. Les ennemis de Hus l'accusèrent d'hérésie, lui aussi. Un évènement inopiné précipita le cours des choses. On prêchait à Prague des indulgences pour financer la guerre de l'antipape Jean XXIII au roi Ladislas de Naples. Hus condamna cette vente comme étant un péché de simonie. Mais le roi Venceslas IV qui avait aussi des intérêts financiers dans cette affaire, retira sa protection à Hus. Celui-ci fut excommunié par l'archevêque et Prague fut frappée d'interdit tant que le prédicateur gênant y demeurerait ; celui-ci céda et quitta la ville.

  • 18 Knowles M.D., op. cit., p. 539.
  • 19 Dictionnaire de Théologie catholique, t. douzième, 1ère partie, V° Constance (concile de), Vacant A (...)
  • 20 Laran M., op. cit., p. 613 (a).

10Il crut pouvoir se justifier devant le concile de Constance, mais celui-ci le fit périr sur un bûcher le 6 juillet 1415. « Les circonstances de sa mort (...) qu'il supporta avec courage et piété furent particulièrement révoltantes »18. D'ailleurs, au procès, déjà, de l'avis de A. Baudrillart (1858-1942), recteur de l'Institut catholique de Paris (1907) et cardinal de l'église romaine (1935), « l'instruction fut incomplète et partiale » ; « au zèle pour la défense de la foi se mêlèrent chez les Pères de Constance des raisons politiques et humaines qui les poussèrent à condamner »19. La condamnation et le supplice de maître Hus furent ressentis comme un affront par toute la nation tchèque. « Dès septembre 1415, la Diète des seigneurs de Bohême envoie une protestation indignée contre les décisions du Concile. Le peuple vénère Hus comme un saint et un martyr ». Cette mort « dont l'anniversaire sera célébré avec ferveur, fait de la réforme (tchèque) une révolution nationale »20.

  • 21 Ibid., p. 613 (b).
  • 22 Cf. Rapp F., op. cit., p. 204.
  • 23 Macek J., Jean Hus et les traditions hussites, p. 280.

11Nous ne pouvons pas retracer, ici, même sommairement, les épisodes de cette révolution ni ses conséquences politiques. Tous ces évènements ainsi que l'histoire de Jean Hus et son procès sont excellemment résumés par F. Dvornik dans son livre : Les Slaves - histoire et civilisation (chap. 19 « La réforme tchèque et ses conséquences) ; (trad. française Le Seuil, 1970). Disons seulement que Rome organisa des croisades contre ce pays « hérétique », croisades qui échouèrent lamentablement mais qui minèrent le pays. Des communautés s'organisèrent pour vivre le christianisme dans toute la pureté et la ferveur de l'Eglise primitive. La plus importante est celle de Tâbor, camp retranché établi par les pauvres des cités et des campagnes (1420). Tâbor « est le bastion des radicaux et proclame la communauté des biens, l'égalité absolue, la souveraineté du peuple et le sacerdoce universel »21. Les nouveaux venus versaient les sommes produites par la vente de leurs biens dans une caisse commune, ce qui permettait à la communauté de subsister au moins au début de l'aventure22. Il y avait aussi parmi eux des exaltés aux tendances iconoclastes et capables d'une grande violence. Aussi, des gens qui possédaient des biens ou qui refusaient la violence souvent destructrice des Taborites formèrent une aile modérée ; et, pour faire la paix avec Rome, ils écrasèrent l'aile radicale à la bataille de Lipany (1634). Mais l'élan pour la réforme de l'Eglise avait pénétré trop profondément dans la conscience de certains hommes pieux ; il resurgit sous de nouvelles formes. C'est ainsi qu'entre en scène un penseur nouveau Pierre Chelčický dont l'œuvre « est d'une importance capitale pour la genèse de l'Unité des Frères »23.

  • 24 Macek J., Histoire de la Bohême, p. 118.
  • 25 Macek J., Jean Hus et les tradition hussites, p. 275.
  • 26 Aston M., cité par Panorama du XVe siècle, trad. fr. Flammarion, 1969.

12Pendant que l'on se battait tout autour de lui, Pierre Chelčický (vers 1390 - 1460) méditait dans sa retraite au fond d'une campagne de la Bohême du sud. Il avait une certaine culture mais n'était pas passé par l'Université ; Macek dit de lui que c'était cependant « le penseur le plus original et le plus indépendant » de la Réforme tchèque ; F. Dvornik ajoute que c'était « le penseur religieux le plus grand de cette époque ». « Fait sans précédent dans l'Europe de son époque »24, Chelčický rejette la théorie des trois états : ceux qui prient (le clergé) - ceux qui combattent (la noblesse) - ceux qui travaillent (plus exactement ceux qui peinent) pour faire vivre les deux autres états (le tiersétat). Il prêche « l'égalité absolue de tous les membres de la communauté chrétienne », attaquant radicalement l'ordre féodal et la structure de la société médiévale. Pour lui, ni l'empereur, ni le roi ne doivent s'élever au-dessus des autres chrétiens, « car ils ont été créés égaux »25. « Il estimait (dit M. Aston) que l'exploitation de la classe laborieuse par la noblesse et le clergé était contraire à l'esprit de charité ». « Nulle part, disait-il, on ne trouve le repos et la paix. Les travailleurs sont dépouillés de tout, foulés aux pieds, opprimés, battus, volés, si bien que nombreux sont ceux que le besoin et la faim arrachent à leur sol »26.

  • 27 Tapié V.-L., Une église tchèque au XVe siècle : l'Unité des Frères, Paris, 1934, p. 33.
  • 28 Ibid., p. 34.

13Analysant l'œuvre de Chelčický, V. Tapié dit qu'elle est dominée par cette idée que le chrétien doit condamner le monde. Le monde est corrompu parce qu'il n'est pas chrétien ; un monde chrétien serait celui qui ne connaîtrait que l'amour fraternel des hommes les uns pour les autres. « Par là, nulle règle imposée, ni hiérarchie, ni pouvoir du plus fort ou du plus riche sur le plus faible ou sur le plus pauvre »27. L'ordre n'existe, pour Chelčický, « que par la contrainte ; or, le véritable chrétien, qui doit agir par amour de Dieu, ne peut ni contraindre ni être contraint » (ibid.). Il s'opposait à toute violence, même à celle qui était exercée par son propre camp ; aussi il s'est brouillé avec les Taborites, même si beaucoup de choses les rapprochaient par ailleurs. Sur le précepte du décalogue : « Tu ne tueras pas », il était sans compromis. « Aucune discussion possible (...) sur ce principe, (...) aucune réserve, aucune distinction d'espèce. Tuer c'est se mettre en dehors de la loi de Dieu. Pas de meurtre légitime. Jamais. Nulle part »28. Il dénie même aux tribunaux le droit de condamner à mort. (Tolstoï aura beaucoup de considération pour cette doctrine quand il en prendra connaissance). Comme, en outre, il rejette le serment, il rend impossible à l'individu toute insertion dans la société.

14Que reste-t-il à faire ? Se retirer du monde. Mais comme ce n'est pas par misanthropie (c'est-à-dire pour des raisons de psychologie personnelle, de sensibilité blessée comme chez Alceste ou chez Rousseau), on s'intégrera à des groupes de chrétiens qui partagent le même idéal et qui sont prêts à former une communauté qui fonctionnera sans violence parce que tout sera réglé par un amour réciproque et dans une égalité parfaite. De tels groupes se formèrent effectivement à travers le pays tchèque, et tout d'abord autour de Chelčický lui-même. On appela ceux-ci les « Frères de Chelčický ». On croyait qu'on allait faire revivre l'église primitive dans de petites communautés où la loi de Dieu serait vécue pleinement. Mais Chelčický n'était pas un organisateur. C'est le groupe formé autour de Grégoire qui allait entrer dans l'histoire.

  • 29 Řičan R., Histoire de l'Unité des Frères, (en tchèque) Praha, 1957, p. 66 (Dějiny Jednoty Bratrské)
  • 30 Macek J., Histoire de la Bohême, p. 140.

15Grégoire (+1474), par sa naissance, appartenait à la petite noblesse ; mais il préféra mener la vie pauvre d'un moine. Les gens groupés autour de lui, à partir de 1457, prirent pour nom « Frères de la loi du Christ » ; plus tard, on les appela simplement « Frères » ou « Frères tchèques » et la communauté fut connue sous l'appellation de « Unité des Frères tchèques (Unitas Fratrum Bohemorum) ». [Unité est, ici, synonyme du mot Eglise ; on sait que le mot unité s'applique, entre autres choses à un tout organisé, à un ensemble rendu cohérent par une identité de vues ; cf. aussi « unités militaires ».] Ils avaient été influencés par les sermons de Jan Rokycana (+1471), utraquiste qui administrait l'archidiocèse de Prague (mais à qui Rome a toujours refusé de donner la consécration épiscopale) ; mais ils quittèrent la ville et se retirèrent à la campagne, à Kunvald (près de Žamberk, Bohême de l'est) pour y mener l'existence la plus simple possible, celle de bergers ou de paysans de préférence. Quand ce n'était pas possible, ils pratiquaient des métiers qui paraissaient immédiatement utiles à tous comme ceux de tailleur, de cordonnier, de tisserand. Ils évitaient systématiquement ceux de cabaretier ou de marchand où l'on gagne l'argent plus facilement et où l'on a plus d'occasions de faire des gains malhonnêtes. Le critère pour le choix des métiers est présenté ainsi par Řičan : « plus un métier ou une profession permettent des gains faciles, plus ils s'en défiaient, craignant de vivre ainsi grâce à la sueur des autres et à leurs dépens »29. Dans l'esprit de Chelčický ils refusaient la violence et la guerre. « Leur messe était d'une extrême simplicité et tous les offices étaient dits en tchèque »30.

16Ils mettaient l'accent sur la pratique de la vie chrétienne, mais ils accordaient moins d'importance à la doctrine, se méfiant des disputes d'écoles qui leur paraissaient néfastes. Au point de vue canonique, l'Eglise calixtine (ou utraquiste) restait romaine et faisait tout pour ne pas être suspectée d'hérésie ni de schisme. Quant à l'Unité, elle franchit le pas de la séparation en se donnant un clergé non catholique, en 1467.

17Avec le temps, de nouveaux membres s'adjoignirent au groupe parmi lesquels il y avait des bourgeois et même des nobles. Il fallut adapter les principes aux nouvelles réalités ; deux synodes s'y employèrent en 1490 et 1494, non sans mal : ceux des membres qui restaient attachés à « la simplicité et à la pureté primitives » firent scission. Mais on tint à rappeler aux nobles qui étaient devenus membres de l'Unité qu'ils étaient « égaux par nature aux gens du peuple » ; on leur demandait de ne pas manger leur pain sans l'avoir mérité ; on leur enseignait qu'ils ne devaient pas exiger de leurs sujets des impôts que ceux-ci ne pouvaient pas payer, ou des corvées qu'ils ne pouvaient pas remplir, lors même qu'ils avaient le droit de le faire.

  • 31 Bonnoure P., op. cit. pages 23-24.
  • 32 Rapp. F., op. cit.. p. 205.

18Voici un jugement d'ensemble porté sur l'Unité par P. Bonnoure : « C'est un mouvement spirituel de l'époque hussite, et sans lequel l'âme tchèque est difficile à connaître entièrement. Son titre officiel : « Frères de la Loi du Christ » l'exprime exactement : une communauté de pieux laïcs, surtout attentifs à la scrupuleuse application de la loi morale de l'Evangile, dont ils sont pénétrés, convaincus de la nécessaire égalité et fraternité de tous les hommes, chrétiens ou non »31. F. Rapp corrobore ce jugement : « Les frères, écrit-il, continuaient la tradition du réformisme tchèque dans ce qu'il avait de plus élevé, la volonté de respecter l'Evangile sans échappatoire ni gloses »32. Et cependant, des groupements sur qui on a pu porter de tels témoignages, ont été persécutés ! On les a traités d'hérétiques... Les persécutions ont eu pour effet l'implantation de communautés de Frères en Moravie où ils étaient protégés (au moins jusqu'à 1620) d'autant plus volontiers que les Frères y étaient précédés par leur réputation d'habiles artisans. C'est ainsi que les seigneurs de Leszno (les Leszczyński) leur offrirent un refuge dans leur ville, celle-là même où Comenius devra se réfugier en 1628.

19Le XVIe siècle amena bien des changements et ouvrit l'Unité sur le monde culturel européen. En effet, on prit l'habitude d'envoyer les futurs prêtres dans les universités protestantes pour se former aux langues savantes qui permettaient d'acquérir une meilleure connaissance de la Bible. Il y eut des oppositions à cette ouverture, car, pour beaucoup, le latin symbolisait toujours cette société dont ils se détournaient avec dégoût. Pour rester pur, pour rester soi-même, il fallait rester tchèque, rester fidèle aux Taborites. Le latin, d'ailleurs, n'était que le symbole de tout le système scolaire de l'époque. Or, on n'avait que suspicion pour les écoles : c'est par elles que le diable faisait son œuvre ; elles étaient le foyer de toutes les hérésies ; le jeune homme (ou l'enfant) était séparé de son milieu ; il vivait seul avec des livres ; les écoles formaient à l'individualisme et favorisaient l'esprit d'arrivisme : on étudiait pour se préparer à une carrière brillante. Cela créait une nouvelle division de la société en formant une caste de « savants privilégiés », alors que, par la réforme tchèque, c'est la masse qui avait eu accès à la culture, au moins à celle des Ecritures et du catéchisme. Le jeune homme qui faisait des études n'était pas seulement séparé de son milieu, il en était arraché, il restait éloigné de la vie concrète du peuple, et les masses, restées incultes, continuaient à traîner leur misère.

20Laurent (Vavřinec) Krasonicky prit la défense de l'ouverture à la culture des langues dans un écrit intitulé « Des gens instruits » (1530). Π était membre de l'Unité depuis cinquante ans et y exerçait de hautes fonctions ; il était bachelier de l'université de Prague. Il déclare à ses opposants que la communauté comptait bien des membres instruits et qu'elle ne s'est pas écroulée pour autant. Il cherche à montrer qu'il n'est pas possible de se tenir à l'écart du monde comme l'ont réalisé les premiers membres sur les conseils de Chelčický. Finalement on décréta, en 1555, que les candidats au sacerdoce devaient connaître les langues, et d'abord le latin. On recommandait même de veiller à ce que le travail dans la maison ne leur prenne pas trop de temps pour qu'ils aient le loisir de s'adonner aux études.

  • 33 Cité par Molnár A., L'éducation chez les Frères tchèques avant Comenius, (en tchèque : Českobratrsk (...)
  • 34 The concept of Education in the Work of Jan Blahoslav, in Jan Blahoslav - předehůdee J.A. Komenskéh (...)

21Cette évolution fut confirmée par Jean Blahoslav (1523-1571) qui occupe une place importante dans l'histoire de l'Unité. Il est passé par différentes universités ou académies, notamment par celle de Wittenberg où il connut personnellement Luther déjà vieillissant et où il subit l'influence de Melanchton qui le marqua profondément. Voilà donc un authentique membre de l'Unité (dont il deviendra évêque en 1557) qui possède aussi une culture humaniste. Il dota l'Unité d'une imprimerie qu'il établit à Ivancice où il y avait déjà une école. Pour répondre aux attaques dont il était l'objet de la part d'Augusta et de ses partisans, il rédigea un pamphlet vengeur qui est connu comme la Philippique contre les ennemis des muses (1567) dans lequel il défend la culture ouvertement et avec véhémence. Il écrit, par exemple, « si les jeunes gens qui étudient la théologie connaissaient aussi la dialectique et la rhétorique, ils auraient l'esprit plus vif et seraient plus utiles »33. D'un mot, comme le dit D. Čapková, Blahoslav « a introduit l'humanisme dans l'Unité et l'a ouverte sur l'Europe », mais sans lui faire perdre ses valeurs propres34.

  • 35 Laran M., in Encycl. Univ., vol 11, Paris, 1971, V° Moraves (Frères).
  • 36 Bonnoure P., op. cit., p. 30.

22Si les Tchèques possédaient depuis longtemps la Bible dans leur langue, ce n'était qu'une traduction de la Vulgate. Blahoslav entreprit la traduction du Nouveau Testament sur le texte grec. Ce travail lui donna l'occasion de réfléchir sur la langue tchèque et l'amena à rédiger une Grammaire tchèque (1571). Les collaborateurs et les élèves de Blahoslav traduisirent de même l'Ancien Testament à partir des textes hébraïques ; leur texte fut imprimé à Kralice où l'imprimerie d'Ivančice avait été transportée (1579-1593). Cette traduction forme, avec le N.T. de Blahoslav, la Bible de Kralice qui « demeure le monument le plus achevé de la langue classique tchèque »35. Lorsqu'au moment du « réveil national », on voudra faire revivre la langue littéraire tchèque, c'est à la Bible de Kralice qu'on se référera. - Un autre témoignage de leur activité culturelle est la publication de recueils de cantiques. « Les cantionnaires se succèdent au long du siècle (XVIe) : cent cinquante éditions totalisant le chiffre étonnant de cent mille exemplaires. Sur la Bible et sur le chant choral repose alors la culture populaire »36.

  • 37 Macek J., Jean Hus et les traditions hussites.

23Alors qu'à sa naissance elle fuyait le monde, s'isolait à la campagne et s'adonnait exclusivement aux travaux physiques les plus pénibles, mais socialement les plus utiles, il se trouve que l'Unité, grâce à une lente évolution et par son seul souci de servir le peuple, a joué « un rôle important dans le développement de l'imprimerie et de la littérature tchèque »37 ; et, sans renier ses valeurs essentielles, elle a été le moteur de la vie culturelle du pays.

2- Sa conception de l'éducation

24Dans un tel milieu, l'éducation, comprise comme la transmission des valeurs sociales d'une génération à l'autre, jouait un grand rôle. Ce qui faisait le lien entre tous les membres de la communauté, et en même temps ce qui maintenait l'élan de chacun, c'était la Parole de Dieu, telle qu'elle était lue durant les réunions de prière, commentée par le prêtre, le serviteur de la Parole, méditée par chacun et répétée à la maison pour qu'elle se grave dans toutes les mémoires. On ne se contentait pas, en effet, d'aller à l'église pour écouter cette Parole et pour prier : c'était une des fonctions du chef de famille d'organiser à la maison la prière et la lecture de l'Ecriture pour les enfants comme pour le personnel qui travaillait chez lui, à la ferme ou à l'atelier. A côté de cette Parole de Dieu, il y avait aussi le Catéchisme qu'on répétait pour l'apprendre. Il fallait que quelqu'un sache lire ; aussi, dès les débuts de son histoire, le nombre de ceux qui savaient lire et écrire était plus grand chez les membres de l'Unité que parmi leurs contemporains.

25Les membres de la communauté étaient fortement soudés les uns aux autres, comme dans toutes les petites communautés qui, de surcroît, cherchent à se distinguer des autres par une pratique plus assidue du Bien et qui cherchent à mériter d'être le « petit reste fidèle à Dieu ». On devait prendre soin les uns des autres ; matériellement d'abord, en veillant à ce que personne ne soit trop démuni, notamment les orphelins et les veuves ; certaines personnes, « les aumôniers », étaient plus particulièrement chargés par la communauté de distribuer l'argent ou les secours à ceux qui étaient dans le besoin. Les membres de l'Unité avaient constamment en vue la pratique des premiers chrétiens de Jérusalem. Les contemporains - même ceux qui, idéologiquement, leur était opposés - reconnaissaient que « les Frères » se distinguaient des autres par cette solidarité et cette charité.

  • 38 Cité par Molnar A., op. cit. p. 18.

26Mais on devait prendre aussi soin les uns des autres moralement, en s'instruisant, en se faisant remarquer mutuellement les manquements à cet idéal poursuivi en commun et aux Règles de la communauté et, éventuellement, en punissant les délinquants, conformément à ce qui avait été stipulé dans L'accord sur les monts de Rychnov (1494). C'est d'ailleurs sur ce devoir de soutien moral que se fondait la division de la société en trois groupes : 1- les débutants - ou les pénitents ; 2- les avancés ; 3- les parfaits. Cette division n'est pas nouvelle, elle était courante chez les mystiques chrétiens, mais elle comportait ici une innovation tout à fait originale : il ne s'agissait plus de progression dans la purification personnelle et l'union à Dieu, mais bien d'une division sociale en trois « classes » qui étaient le pendant - c'était sciemment recherché - de la division en trois classes de la société féodale. Cette division qui se voulait la négation de la société de classe féodale, avait un caractère pédagogique : ceux qui étaient plus instruits dans les Ecritures, qui avaient acquis une pratique plus aisée de ce qui constituait l'idéal de tous, devaient veiller à en instruire les autres et à leur en faciliter la pratique. Chacun, en somme, était chargé de l'éducation de tous ; c'est par l'influence de toute la communauté que l'individu se formait à la piété, aux vertus sociales, au travail. J. Zoubek a écrit : « Dans l'Unité des Frères, les enfants apprenaient des parents, les serviteurs de leur maître, les jeunes des anciens... Tous étaient éduqués par tous »38.

27Comme c'était une société de petites gens, l'apprentissage du travail manuel allait de soi, travail des champs, travail à la ferme, ou métier pour ceux qui habitaient en ville. C'était leur source de revenu. La chose n'aurait pas mérité d'être mentionnée si elle n'avait pas été faite dans un esprit particulier : le travail manuel était la part de tous - il n'était en rien déshonorant, ce qui contrastait avec la mentalité féodale qui le réservait aux serfs. Les prêtres, eux aussi, devaient avoir un métier, généralement, ils pratiquaient le tissage, ou travaillaient à l'imprimerie là où elle était installée, ou bien à la reliure ; sinon ils aidaient les paysans dans les travaux des champs ou de la ferme. On rappelait avec insistance le souvenir de l'Apôtre Paul qui continuait à travailler de ses mains tout en prêchant l'Evangile aux nations.

28Malgré l'hostilité que l'Unité éprouvait pour le système scolaire, la nécessité se faisait sentir de donner aux futurs prêtres une formation plus poussée que celle qu'ils pouvaient recevoir comme tout le monde, au prêche, en famille, ou par les contacts de la vie quotidienne, une formation plus spécialisée aussi pour les préparer à prêcher, à présider le culte, à exercer les fonctions pastorales. On eut alors l'idée d'en réunir un certain nombre dans la maison d'un membre de l'Unité, qui assurerait plus spécialement cette préparation au ministère sacerdotal. Mais les jeunes gens n'étaient pas séparés de leur milieu naturel, ils devaient mener la vie de tous, se conformer à tous les usages, et prendre part au travail manuel. Puis se produisit l'évolution dont nous avons parlé, l'ouverture vers l'enseignement des langues savantes pour les prêtres.

  • 39 Čapková D., La conception de l'éducation dans l'oeuvre de Jan Blahoslav, in Jan Blahoslav, actes du (...)

29Mais au niveau élémentaire, il y aura aussi des changements : les enfants ne seront plus élevés seulement en famille ; on va aussi les regrouper dans certaines maisons de l'Unité qui s'y prêtaient et ils vont y recevoir un enseignement commun. Vers 1550, on comptait au moins une vingtaine de telles « écoles ». On allait ainsi vers une institutionnalisation de l'éducation primaire ; qu'elle fût donnée dans ces centres ou en famille, elle comportait : « la formation à la franchise, à l'obéissance, au respect envers les parents et les personnes âgées, à l'effort pour se supporter réciproquement, à l'amour mutuel, l'enseignement de l'Ecriture, de la langue maternelle, l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, le calcul et l'éducation au travail »39. Avec le temps, ces « écoles » se multiplièrent et attirèrent une clientèle même extérieure à l'Unité. On peut donc dire avec plusieurs auteurs que l'Unité a popularisé une école de type élémentaire qu'on appelait alors « école nationale » parce que tout s'y faisait dans la langue du peuple, par opposition aux collèges où l'on enseignait en latin.

30L'Unité avait d'ailleurs sa propre conception de l'éducation. D. Čapkovà présente ainsi cette conception telle qu'elle ressort des œuvres de Blahoslav : il s'agit de cultiver l'homme tout entier, spécialement son aspect spirituel ; l'instruction peut et doit y contribuer ; cette éducation a un aspect collectif : on apprend aussi par les exemples que l'on voit autour de soi ; d'autre part, chacun doit instruire les autres ou les rappeler dans la bonne voie ; cette formation est donc aussi, par un de ses aspects, un appel à la réforme, au redressement de tout ce qui est défectueux. Le critère qui permet de juger de la valeur de cette éducation est le comportement que l'individu adopte dans sa vie quotidienne. Une composante de cette éducation est la formation au travail (il s'agit d'acquérir l'habileté nécessaire pour exercer une profession qui permette de gagner sa vie). A la notion d'éducation ainsi comprise est relié, (mais sans s'identifier avec elle, précise Čapkovà) l'apprentissage de la lecture - puisque l'Ecriture constitue une des principales sources de la connaissance de la vérité. Une caractéristique de l'Unité est d'avoir étendu cette éducation à toute la vie : elle faisait partie intégrante du style de vie de ses membres.

31L'évolution dont nous avons parlé amènera aussi la création d'écoles proprement latines. Au début, ceux qui voulaient pousser leur éducation au-delà du niveau élémentaire étaient admis dans les maisons où l'on formait le futur clergé ; mais l'éducation qu'on y donnait, tout orientée vers la préparation au ministère sacerdotal et à la prédication, ne pouvait pas leur convenir pleinement. Les parents souhaitaient que leurs fils soient préparés à la gestion économique de leurs affaires, aux fonctions publiques, qu'ils acquièrent des notions de droit civil. Parfois, les plus fortunés envoyaient leurs enfants à l'étranger, surtout dans les pays de confession calviniste ; mais c'était toujours très coûteux. D'autre part, les collèges des jésuites se multipliaient tant en Bohême qu'en Moravie ; on voulait lutter contre cet envahissement. C'est ainsi qu'est née l'idée de faire de l'école de Ivancice un internat pour les fils de la noblesse et d'y donner des cours de niveau académique. L'organisation des cours fut confiée à Esrom Rüdinger, professeur célèbre par ses qualités pédagogiques et qui venait juste de quitter l'université de Wittenberg où il enseignait jusqu'alors. Rüdinger travailla à Ivancice de 1575 à 1588. Il n'y a pas eu d'autre développement de l'enseignement à ce niveau. On retiendra, parmi les motivations qui ont été à l'origine de la naissance de l'école d'Ivančice, celles qui tendent à donner un enseignement pratique et qui visent à préparer les élèves à leur future profession.

  • 40 Molnár A., op. cit., p. 260.
  • 41 Ibid., p. 261.

32On peut noter aussi l'apparition de directoires à l'usage de ceux qui dirigeaient les écoles, notamment celui qui fut imprimé à Ivancice en 1585 : « Directives destinées aux jeunes gens qui se consacrent au service du Christ et de son église, dans l'Unité des Frères. » - Pierre Vok de Rozmberk projetait la création du gymnase de Sobéslav ; celui-ci fut réalisé par son héritier. Sans être une école de l'Unité, le gymnase a été marqué par son influence. Or le programme d'études qui lui était destiné est célèbre par la méfiance dont il est empreint envers l'enseignement humaniste tel qu'il était pratiqué dans les écoles de cette époque. On y déplore, par exemple, que souvent, dans ces écoles « on ne connaît même pas des manuels sommaires de théologie, d'éthique, de droit et d'histoire générale »40. On affirme que les élèves doivent être préparés aux fonctions qui les attendent On y trouve aussi des remarques que nous trouvons dans les œuvres de Comenius comme celle-ci : « Les lettres de Cicéron exigent le jugement d'un homme mûr et au courant des affaires de la vie publique »41, aussi ne sont-elles pas pour de jeunes élèves.

  • 42 Řičan R., op. cit., notamment p. 124.
  • 43 Cayré F., Spirituels et mystiques des premiers temps ; coll. Je sais - je crois, n° 39.
    Pour la biog (...)

33Pour ceux qui s'intéressent à l'histoire moderne des catéchismes, signalons que la tradition des catéchismes, en Bohême, remonte à Jean Hus lui-même, donc aux premières années du XVe siècle. Plus tard, le plus célèbre théologien de l'Unité, Luc de Prague (vers 1460-1528) en composa aussi un : « Questions pour les enfants - Dětinské otázky » (1501 ou 1502) ; son travail s'inspire des catéchismes hussites. Luther a connu un catéchisme des Frères dès l'année 1521 ou 15 2242. Ce catéchisme sera repris et retravaillé par G. Styrsa, puis édité (1523). Il a une visée pédagogique remarquable. Les auteurs de catéchismes comme saint Cyrille de Jérusalem (313-386) cherchaient à faire « un exposé complet des éléments doctrinaux qui servent de base directe à la vie chrétienne »43. Styrsa, lui, cherche à se mettre à la portée de tout le monde, y compris de ceux qui n'ont pas beaucoup d'instruction. Toutes les questions et réponses sont ainsi présentées en trois formulations différentes convenant respectivement aux débutants, aux avancés, aux parfaits. Que l'auteur ait réussi à s'adapter à ce triple public ne paraît pas évident à ceux qui ont pu examiner ce livre ; mais on doit noter cette intention pédagogique qui a porté l'auteur à chercher à s'adapter à des publics différents.

34Voilà le terreau dans lequel Jean Amos Komenský (1592-1670), connu en France sous le nom de Comenius, puisera sa sève. C'est un milieu original, proprement tchèque et non allemand ou luthérien comme certains auteurs français le croient. Les valeurs essentielles cultivées dans ce milieu semblent s'opposer à celles de la Renaissance. L'Unité a un sens profond de l'égalité de tous les hommes ; le sentiment d'appartenance à une communauté est très fort chez ses membres ; aussi ils pratiquent l'entraide et leur sens social est très développé. Les femmes sont partie prenante de cette société. Les membres de l'Unité sont, en général, de petites gens qui doivent d'abord assurer leur pain quotidien par un dur labeur. La Renaissance, par contre, est aristocratique ; elle a un sens aigu de la valeur de l'individu qui s'affirme dans la compétition ; aussi, elle a le culte du héros. Les aristocrates et les grands bourgeois ont des loisirs ; ils ne connaissent pas le travail manuel et souvent le méprisent ; (d'ailleurs il est interdit aux nobles, sous peine de déroger). La femme est reléguée au second plan.

35L'éducation donnée dans les écoles reflète toujours les valeurs de la société. La source principale de l'éducation humaniste sera l'antiquité ; la sagesse antique sera une source d'inspiration, mais c'est surtout la forme esthétique de l'expression verbale que l'on goûtera et que l'on voudra reproduire. On cultivera donc avec soin le latin, non le latin vulgaire du Moyen Age, mais un latin châtié, imité des auteurs les plus classiques. Une culture si désintéressée ne pourra être donnée qu'à une élite. - L'Unité, elle, cherchera à éduquer tous ses membres. Comme source d'inspiration elle prendra la Bible qui devra nourrir la foi des fidèles ; toute la communauté se sentira responsable de la conformité de la vie de chaque membre avec les préceptes de l'Ecriture et de sa capacité à s'insérer dans la société par son habileté professionnelle. Cette éducation religieuse moralisante et populaire sera donnée évidemment dans la langue maternelle que l'on cultivera avec soin.

36Toutes les valeurs culturelles de l'Unité se reflèteront dans l'œuvre de Jan Amos Komensky (Comenius) qui en est le plus beau fleuron. Il n'est donc pas étonnant que le système d'éducation qu'il préconisera ait beaucoup de traits originaux qui le distinguent du système d'éducation humaniste et même qui l'opposent à lui.

Portrait de Jean Comenius.

Notes

1 Macek J., Histoire de la Bohême, des origines à 1918, Paris (Fayard), 1984, p. 89.

2 Ibid., p. 89.

3 Cf. Boulier J. Jean Hus, Paris, 1982, p. 30. On a sur ces prédications et les langues utilisées le témoignage d'Enea Silvio Piccolomini.

4 Bonnoure P., Histoire de la Tchécoslovaquie, Paris, Que sais-je ? n° 1304, 1968, p. 18.

5 Macek J., Jean Hus et les traditions hussites, Paris, 1973, p. 28.

6 Macek J., Histoire de la Bohême, des origines à 1918, Paris (Fayard), 1984, p. 90.

7 Id., Jean Hus et les traditions hussites, p. 65.

8 Ibid., p. 212.

9 Cité par Macek J., op. cit. p. 213.

10 Ibid., p. 210.

11 Bonnoure P., op. cit. p. 18.

12 Knowles M.D., Nouvelle Histoire de l'Eglise, t. 2 Le Moyen Age, 1968, p. 537.

13 Laran M., Encyclopaedia Universalis, vol. 8 V° Hus, p. 613 (a).

14 Bonnoure P., op. cit., p. 19.

15 Laran M., op. cit., p. 613 (a).

16 Rapp F., L'Eglise et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age, P.U.F., 1971, p. 198.

17 Macek J., Histoire de la Bohême, p. 91.

18 Knowles M.D., op. cit., p. 539.

19 Dictionnaire de Théologie catholique, t. douzième, 1ère partie, V° Constance (concile de), Vacant A.-Mongenot E., Paris, 1910. Cf. aussi Boulier J., op. cit., p. 203-204.

20 Laran M., op. cit., p. 613 (a).

21 Ibid., p. 613 (b).

22 Cf. Rapp F., op. cit., p. 204.

23 Macek J., Jean Hus et les traditions hussites, p. 280.

24 Macek J., Histoire de la Bohême, p. 118.

25 Macek J., Jean Hus et les tradition hussites, p. 275.

26 Aston M., cité par Panorama du XVe siècle, trad. fr. Flammarion, 1969.

27 Tapié V.-L., Une église tchèque au XVe siècle : l'Unité des Frères, Paris, 1934, p. 33.

28 Ibid., p. 34.

29 Řičan R., Histoire de l'Unité des Frères, (en tchèque) Praha, 1957, p. 66 (Dějiny Jednoty Bratrské).

30 Macek J., Histoire de la Bohême, p. 140.

31 Bonnoure P., op. cit. pages 23-24.

32 Rapp. F., op. cit.. p. 205.

33 Cité par Molnár A., L'éducation chez les Frères tchèques avant Comenius, (en tchèque : Českobratrská vÿchova pred Komenským), Praha, 1956, p. 18.

34 The concept of Education in the Work of Jan Blahoslav, in Jan Blahoslav - předehůdee J.A. Komenského 1571-1971, résumé en anglais p. 113. (Uherský Brod)

35 Laran M., in Encycl. Univ., vol 11, Paris, 1971, V° Moraves (Frères).

36 Bonnoure P., op. cit., p. 30.

37 Macek J., Jean Hus et les traditions hussites.

38 Cité par Molnar A., op. cit. p. 18.

39 Čapková D., La conception de l'éducation dans l'oeuvre de Jan Blahoslav, in Jan Blahoslav, actes du colloque international à Uherský Brod, 1-3 sept. 1971, p. 103 (entchèque).

40 Molnár A., op. cit., p. 260.

41 Ibid., p. 261.

42 Řičan R., op. cit., notamment p. 124.

43 Cayré F., Spirituels et mystiques des premiers temps ; coll. Je sais - je crois, n° 39.
Pour la biographie de Comenius on peut se reporter aux ouvrages suivants :
* Cauly O., Comenius, Editions du Félin, 1995, 342 pages.
* Denis M., Un certain Comenius, Publisud, 1992,159 pages.
* Heyberger A., Jean Amos Comenius (Komenský), Paris, 1928, 280 pages.
* Kozik F., La vie douloureuse et héroïque de Jean Amos Comenius, Editions pédagogiques de l'Etat, Prague, 1959, 195 pages.
* Kozik F., Comenius, Agence de presse ORBIS, Prague, 1980, 78 pages.
On trouvera aussi des indications biographiques dans les introductions des ouvrages suivants :
* Caravolas. Coménius et l'enseignement des langues, Guérin éditeur, Montréal, 1984 (L'époque de Coménius - La vie de Jan Amos Comenius, pages 11 h 51).
* Coménius, La grande didactique (trad. intégrale), Editions Klincksieck, Paris, 1992. Introduction par Jolibert B., pages 7 à 24.
* Jean Amos Comenius, Pages choisies, Unesco, Paris, 1957. Préface de Jean Piaget : L’actualité de Jean Amos Comenius, pages 11 h 33.
* Piobetta J.-B., La grande didactique (trad. partielle), P.U.F., Paris, 1952. Introduction de Piobetta, pages 1 à 30.
* Prévot J., L'utopie éducative Comenius (trad. d'extraits d'œuvres diverses). Préface de Prévot pages 5 à 40. Postface de Jean Piaget : L'actualité de Jean Amos Comenius.

Table des illustrations

Légende Portrait de Jean Comenius.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/15786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 453k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search