Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Conclusion : La construction sociale et culturelle d’un ordre public

Texte intégral

« Il y a des pseudopodes longs et courts, des mouvements, des détours. Un jour, cela se fixe […]. Cela va assez loin dans une certaine direction, mais dans l’autre, ça ne voit pas une lampe à deux pas. Et alors il n’y a plus rien à faire, car on est proprement fait, dans toutes les acceptions du mot. »
J. Cortazar, Marelle, 1966

1Ainsi la police visible inaugurée en 1854 s’est-elle peu à peu intégrée dans l’espace parisien, sur le plan administratif, pratique et symbolique. Cela ne signifie pas la fin des confrontations, mais signale un profond déplacement de la relation police-société. Différents ordres de conclusions peuvent alors être évoqués.

Polices et attentes sociales

  • 1 Il aurait fallu pour préciser cela une étude de ses liens avec les autres services de l’institution (...)

2On assiste au cours de la période de référence à l’émergence et au développement d’une nouvelle force de police dans la capitale, ce qui conforte la situation exceptionnelle de la ville en matière de police. Issue d’un modèle étranger (soulignant au passage la difficulté à penser les formes policières en « modèles nationaux »), ses contours sont d’abord incertains. Mais ses missions sont peu à peu mieux définies et cette police devient une force plus professionnelle. Elle se renforce dans le même temps au point de devenir un élément majeur de la préfecture de Police, mais aussi de la ville et des autres institutions qui en assurent le fonctionnement1. La notion de « monde des polices » paraît bien à son sujet pertinente. Ses intérêts politiques et sociaux tiennent notamment à ce qu’elle correspond à une forme particulière de police qui s’affirme au cours du xixe siècle : la police « administrative », qui a pour mission la gestion directe des biens, des hommes et de leurs relations au quotidien (elle se différencie des polices « politiques » et « judiciaires »). C’est là une reconfiguration de la définition classique de la « police » élaborée au xviiie siècle. Mais il s’agit ici d’une forme spécialisée, visible et incarnée, qui manifeste ce travail et la présence de l’État dans l’ordinaire urbain.

3Des aspects particuliers de l’institution policière s’expriment également. Celle-ci n’apparaît pas coupée de son environnement social et, sans s’y réduire bien sûr, semble entretenir un échange constant avec lui. À travers l’exemple du policier en tenue, la préfecture se montre en effet de plus en plus attentive au monde social, à ses attentes et finit par se modifier avec lui. La police évolue ainsi en fonction de la société – ou plutôt cette police, car le phénomène est particulièrement vrai pour ces agents visibles, destinés précisément à associer la population à la légitimité de leur action. Il faut noter que les réponses apportées obéissent à des impératifs spécifiques, fruits d’autres échanges en interne. Néanmoins, il se dessine dès le début l’idée d’une police « au service des Parisiens », idée qui marque son activité.

  • 2 Le terme lui-même est difficile à situer précisément : selon les auteurs, soit la notion existe ave (...)

4Peut-on parler alors de service public ? Tout dépend de la définition, juridique, pratique ou sociologique qui est proposée. Le terme n’a pas été employé jusqu’ici parce qu’il n’apparaît pas dans les sources. L’idée est néanmoins présente dès 1854 et peut-être a-t-on là l’une des « voies » d’organisation vers un service public qui traverse le siècle2. La chronologie permet d’ailleurs de réévaluer les lectures parfois trop linéaires du Second Empire, régime complexe, et rappelle que le service public renvoie aussi à un certain état du rapport entre individus, État et société. Cela n’empêche pas que la République lui assigne ensuite ses propres valeurs.

5Enfin, si la préfecture peut mettre en place cette police et cette politique, c’est parce que le rapport à l’ordre urbain change au cours du xixe siècle. À un ordre fondé sur l’opposition s’imposerait un ordre fondé sur la régulation, où la « société » aurait son mot à dire, et dans lequel cette police se spécialise peu à peu. Ce processus accompagne l’émergence d’une nouvelle perception du « quotidien » comme un temps social d’une épaisseur particulière, avec ce qu’il suggère de routines, de sentiments de sécurité et de contraintes.

Un ordre public au xixe siècle

6Ce changement se situe, nous l’avons vu, au croisement d’un ensemble très varié de dynamiques, certaines liées, d’autres distinctes. Entre 1854 et 1913, un nouvel ordre se réalise dans la capitale française, qui se stabilise vers 1890. Il n’est donc pas imposé du haut vers le bas, de la police vers la population, mais naît de leurs constants échanges et confrontations, comme des évolutions plus générales dans lesquelles ils sont pris. C’est en ce sens que l’on peut parler d’une construction sociale et culturelle d’un ordre public.

7Il ne s’agit ainsi pas d’« ordre public » au sens général, et la démarche tend au contraire à montrer qu’il faut historiciser la notion. Cet ordre dépend ici des forces policières et militaires, du régime politique, de la nature de l’espace urbain, des configurations des groupes sociaux en présence, mais aussi de l’état juridique de la société, de l’intégration à l’État, des systèmes de sensibilités qui définissent les limites du tolérable et de l’intolérable et des effets des rencontres quotidiennes. Tout, bien sûr, n’émerge pas ensemble. Les chronologies sont variées et le temps le plus long (les liens entre pouvoir et visibilité) croise les évolutions les plus récentes (les nouvelles forces de police). On observe toutefois la lente mise en place à la fi n du xixe siècle d’un nouvel équilibre, d’un ordre plus constant et resserré, que cette forme de police reflète et se charge peu à peu d’entretenir.

8Il ne s’agit pas non plus de « l’ordre public du xixe siècle », dans la mesure où plusieurs types d’ordre coexistent alors en même temps. Si l’on défi nit l’ordre public comme une forme organisée de relation dans un espace ouvert à tous, il faut évoquer la continuité d’ordres extérieurs à l’activité policière, propres à la rue et à ses habitants. De plus, lorsque les brigades centrales répriment des émeutes ou que la police judiciaire recherche des criminels, la préfecture de Police met en pratique d’autres formes d’ordre. Certes, les brigades centrales appartiennent à la police en tenue et les gardiens sont mobilisés lors des affrontements : les fonctions sont profondément liées. Mais sans négliger cette dimension, nous avons voulu insister davantage sur leur action quotidienne, moins connue. Il s’agit donc d’un ordre public parmi d’autres. Étant continu dans le temps et l’espace, et dans la mesure où il s’accompagne de l’élaboration d’un nouveau type d’espace public, il peut néanmoins être qualifié plus particulièrement de « public ».

Civilisation : disciplinarisation ?

  • 3 N. Elias, La Civilisation des mœurs, op. cit. puis La Dynamique de l’Occident, op. cit. (les deux t (...)

9Reste à se demander comment peut être interprété ce changement. On peut constater tout d’abord qu’il se rapproche de ce que Norbert Elias a décrit comme un « processus de civilisation3 ». Selon lui, l’Occident aurait connu, à partir du Moyen Âge, une évolution associant l’accroissement de l’État au développement des interdépendances, entre individus, mais aussi entre individus et État, suscitant une pacification des mœurs, une codification des comportements et un plus grand contrôle de soi. Elias évoque d’ailleurs – rapidement – « la police » parmi les acteurs de cette reconfiguration, mais force est de constater que cette police de rue, visible, ainsi que ses relations avec les Parisiens, correspondent parfaitement à ce mouvement.

  • 4 Pour André Burguière, plus que par une individuation, ce dernier se caractériserait en effet par la (...)
  • 5 N. Elias, The Germans: Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentie (...)

10Certes, des décalages apparaissent. Chez Elias, l’évolution, qui associe « sociogenèse » et « psychogénèse », aboutit à la production de l’« individu » moderne. En s’intéressant aux relations police-société, on constate plutôt une meilleure structuration des « rôles sociaux » et des comportements. Le constat, en partie lié au fait que l’on n’observe qu’un type particulier de relation, rejoint certaines analyses postérieures à ce sujet4. Il est en second lieu évident qu’il ne s’agit pas ici du processus de civilisation, réservant aux autres sociétés les statuts de barbares ou de « non-civilisés », mais d’une forme spécifique de processus de civilisation, ni meilleure ni pire, caractérisée par l’avènement de l’État dit « moderne », de l’idée nationale, du développement technique et d’un auto-contrôle accru. Enfin, on l’a vu, ce processus n’est pas linéaire. Il reste en outre ambivalent, variable et fragile comme le montrait parmi d’autres l’exemple de la Commune et de ses suites immédiates5.

  • 6 Voir à ce sujet J. Goody, « Norbert Elias et l’anthropologie », in S. Chevalier, J.-M. Privat (dir. (...)

11Ces compléments font à vrai dire partie du cadre d’analyse proposé par Elias, et ont été mis au jour par de récents travaux. Cependant, malgré la prudence de son auteur, le terme de « civilisation » conserve peut-être une acception trop ambivalente. Oscillant entre un sens descriptif et un sens idéologique, il suggérerait malgré tout une valeur positive à cette évolution, ce qui pose problème6 – particulièrement lorsqu’il est question de forces de l’ordre.

  • 7 M. Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.
  • 8 Voir F. Ewald, « Michel Foucault et la norme », in L. Giard (dir), Michel Foucault, Lire l’œuvre, G (...)

12Peut-être faut-il alors recourir aux analyses de Michel Foucault, auxquelles fait aussi largement écho l’évolution observée. Comme nous l’avons vu, l’insertion de policiers visibles au cœur des relations sociales peut être lue comme l’un des prolongements du processus de disciplinarisation de la société7. La normalisation de cette relation au début du xxe siècle peut alors être interprétée comme une forme de son accomplissement. Cette relation serait un des modes d’« essaimages disciplinaires » évoqués par l’auteur, sans que cela préjuge de son lien avec les autres modes existants8. Foucault évoque bien sûr la « police » dans ses analyses, mais la forme étudiée ici leur correspond particulièrement une fois encore : cette relation entre les policiers en tenue et les Parisiens exprime parfaitement les analyses foucaldiennes du pouvoir, qui n’est pas « substance », mais « pur rapport », « un type particulier de relation entre individus » qui se diffuse au cœur de la société. Les interactions entre les policiers en tenue et les Parisiens semblent comme un révélateur des nouvelles formes de pouvoir qui se mettent en place. En ce sens, ce n’est pas tant lorsque le policier frappe ou arrête quelqu’un que s’exprime le phénomène, mais bien lorsque chacun des protagonistes accepte de modifier de lui-même son comportement dans un contact devenu routinier et habituel, car le pouvoir est alors devenu invisible.

  • 9 Voir notamment M. Foucault, « “Omnes et singulatim”, vers une critique de la raison politique », in (...)

13Cette forme de police correspond plus particulièrement encore aux analyses que Foucault a plus tard spécifiquement consacrées à la « police », considérée comme un art de gouvernement « pastoral9 ». Il y développe l’idée d’une technique de gouvernement qui consiste à s’insinuer entre les individus, à contrôler les corps et à faciliter les communications. Il s’agirait ainsi à la fois d’assurer leur bonheur et de permettre l’accroissement de l’État. Cette police, certes liée à l’État, obéirait également à un autre rythme et à un autre mode d’action. Plus proche de la vie sociale, elle ferait corps avec cette dernière et serait chargée de l’organiser de l’intérieur. Les termes « société » et « population », qui émergent entre le xviiie et le xixe siècle, viendraient nommer alors l’espace social plus uniforme et cohérent ainsi produit. Souvent critiquées pour être trop théoriques ou appuyées sur des seuls « grands textes », force est de constater que ces analyses renvoient assez bien à l’évolution constatée (jusque dans les mots employés, tel celui de « société »), même sur un plan très empirique.

  • 10 « Il n’est pas de pouvoir sans refus ou révolte en puissance » écrit-il par exemple dans l’article (...)

14La correspondance a toutefois là encore ses limites. Notre propos ne concerne en effet qu’un type de police. Or il en existe d’autres, variés, qui correspondent à d’autres modalités : la situation est donc toujours plus complexe. De plus, nous avons souligné à quel point ce mouvement de disciplinarisation s’accompagne de permanentes résistances et ajustements in situ. Certes, Foucault intègre tôt l’idée de ces résistances dans ses analyses et les rappelle par la suite10. Mais on peut se demander, à partir de notre exemple, dans quelle mesure elles n’émoussent pas plus qu’il ne le laisse entendre le processus de disciplinarisation. Cette forme de police n’est de plus pas vécue sur le seul mode de la contrainte mais est également investie de valeurs positives. Enfin, nos observations correspondent mal à l’idée d’une relation de pouvoir, sans substance et sans centre, pur rapport diffusé entre les personnes. Ces relations paraissent au contraire historiquement situées, pleines du rapport au temps, aux formes politiques, au corps ou à la violence dans lesquels elles s’élaborent. Elles sont faites de chair, et apparaissent plutôt comme le résultat particulier d’un nouveau rapport à la société.

Une forme particulière de relations sociales ?

  • 11 Pour cette discussion, voir P. Spierenburg, « Punishment, Power and History, Foucault and Elias », (...)

15La démarche dynamique et relationnelle d’Elias paraîtrait alors plus pertinente. En fait ces deux analyses, malgré leurs différences, se complètent et se nourrissent l’une l’autre11. D’une certaine manière, cette étude confirme déjà, sans le délimiter dans un sens ou dans l’autre, la pertinence de ce processus à la fi n du xixe siècle. Elle permet également, éclairée par ces deux approches, de l’observer de l’intérieur à partir d’un objet précis. Il est alors possible de suggérer une autre lecture, adaptée à son échelle.

16Ce que l’on observe à travers l’évolution des relations entre policiers en tenue et Parisiens s’apparenterait plutôt à une sorte de « resserrement » : resserrement du rapport à soi, à son rôle social, aux autres, à l’État, à l’espace et au temps. Ce resserrement s’accompagne bien sûr d’aménagements, de confrontations, de mises à distance et de modes de résistance d’un nouveau type : il s’agit d’un resserrement en tension. Il correspond en même temps à des mouvements plus amples : peut-être est-il par exemple possible de le rapprocher du désir d’ailleurs, qui saisit les sociétés urbaines à cette époque et qui nourrit, entre autres, l’aventure coloniale ? Il s’accompagne surtout de mises à l’écart plus franches dont les études sur les marginaux ou les « anormaux » ont rendu compte : les modes d’exclusion sociale deviennent plus fermes, déterminés et efficaces. C’est la forme de la relation sociale qui est ainsi transformée au sein de cette société « resserrée ».

17Sans doute convient-il ici de faire un point sur la question de la violence, violence policière et violence sociale, pour préciser le propos par rapport au débat fréquent autour de la « pacification » des sociétés urbaines occidentales. Le rôle des échelles d’analyses est ici essentiel. Si l’on observe les évolutions de l’imaginaire social, la réglementation de l’action policière ou les pratiques effectives, qu’elles soient collectives ou individuelles, l’affinement des sensibilités paraît évident : on constate bien une baisse tendancielle de cette violence et une normalisation de la relation. En revanche, si l’on resserre l’observation sur une période plus restreinte, l’affirmation paraît plus contrastée. Les conflits sont omniprésents, les points de vue fractionnés, les méfiances marquées. Les coups, s’ils paraissent moins « durs » dans la longue durée, restent fréquents de part et d’autre, sont perçus comme violents depuis le nouveau système de sensibilité qui se met en place – et, de fait, le sont.

  • 12 Expression empruntée à P. Bourdieu (P. Bourdieu, L. Wacquant, Réponses, Paris, Seuil, 1992).
  • 13 A. Dewerpe, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallima (...)

18Par ailleurs, si les relations entre policiers et Parisiens sont plus codifiées, nous avons vu que des rapports de force s’expriment à l’intérieur de ces codes. Leur dimension relationnelle, essentielle, doit être soulignée, mais il se met aussi en place ce qu’on peut appeler une « violence douce12 », où le pouvoir est plus intégré, mais dont les effets, même suspendus, sont réels : lorsque le policier dresse un rapport, il exerce une contrainte qui, même intégrée, est vécue comme telle. Il en est de même, à un moindre niveau, lorsque les citoyens menacent de porter plainte, exposant l’agent à des sanctions disciplinaires. Répétons-le, ces processus sont en outre loin d’être linéaires, les ressauts sont nombreux. Le massacre, on le sait, fait par exemple partie du répertoire d’action de l’État, même dans les sociétés dites « pacifiées13 ». Enfin, nous avons vu combien la valorisation des policiers « victimes du devoir » s’accompagnait, sur le mode d’une guerre à outrance, d’une stigmatisation croissante des « ennemis » de la société : c’est en partie au nom de la « civilisation » et de la défense de ses gardiens qu’est maintenue la peine de mort. Cela n’ôte rien à la vaste mutation de longue durée constatée : il convient d’évoquer, en même temps que cette formalisation accrue des rapports sociaux, l’appréciation nouvelle de la pénalité et la mutation des sensibilités, une reconfiguration complexe du rapport à la violence qui induit un examen renouvelé des mots, des gestes, des tolérances, des définitions et de leurs enjeux sociaux et politiques.

  • 14 L’idée est évoquée par Elias lui-même dans ses derniers textes : le processus de civilisation conti (...)

19Il est possible aussi de revenir au terme de « civilisation », en l’utilisant cette fois dans le sens que lui donne la société du xixe siècle : il pourrait exprimer ainsi le mouvement de régulation, en rappelant que le changement a été l’objet d’une prise de conscience explicite, notamment en République ; il montrerait ensuite la manière dont il a été perçu (associé à la « modernité » et au progrès) ; mais il en soulignerait également les ambiguïtés et les contradictions internes (la crainte de la dégénérescence comme l’appel au combat à mort). Le croisement des significations du mot reste encore à démêler, mais ces aspects ont le mérite de montrer combien cette forme particulière de civilisation, ancrée, porte intrinsèquement en elle une forme de peur, de violence et d’appartenance qui, potentiellement, peut à nos yeux la contredire14.

Contextes

  • 15 Voir R. Chartier, « Le procès de civilisation », chapitre I de « Trajectoires et tensions culturell (...)

20Il convient en dernier lieu de resituer ce processus dans le temps et l’espace. Les études sur les institutions judiciaires ou sur les polices aux xviie-xviiie siècles aboutissent en effet souvent, à l’issue de démonstrations convaincantes, à des conclusions proches, analysées aussi en termes de « processus de civilisation15 ». La mutation des sensibilités ainsi que beaucoup des concepts, du vocabulaire et des pratiques policières que nous observons apparaissent dès le xviiie siècle. Cela ne signifie pas que tout serait en place avec la création de la lieutenance de police en 1667, mais plutôt que notre étude se situe à un moment précis de ce changement général, en l’occurrence un point de fixation particulier. Cette mise en perspective rappelle ainsi que la relation étudiée s’inscrit dans une histoire plus ample, qui remonte au moins au xviie siècle – voire plus tôt si l’on considère les rapports entre pouvoir et visibilité. De son côté, cette étude des relations police-société montre que cette évolution prend des formes singulières et obéit à des rythmes spécifiques : la cohérence des regards et l’intensité des enjeux dans les années 1900 permettent de se demander si ces dernières ne correspondent pas à un moment particulier de cristallisation, qui se serait effrité après la « Grande Guerre ».

  • 16 Par exemple, l’espace rural connaît aussi, selon des rythmes et des traductions propres, une pacifi (...)
  • 17 Les travaux sur la gendarmerie sont édifiants à cet égard. Pour le premier xixe siècle, voir A. Lig (...)
  • 18 Voir X. Borda, « Gendarmerie et question militaire : les projets de démilitarisation de la gendarme (...)

21Cet ordre serait-il par ailleurs surtout parisien ? La plupart des grandes évolutions évoquées concerne bien sûr l’ensemble de l’espace français16, et les forces de l’ordre en province connaissent également des adaptations et des mutations proches17. Cependant ces changements sociaux, politiques et culturels s’expriment particulièrement à Paris, à la fois capitale nationale, principal centre urbain français, et seule métropole de l’Hexagone à combiner industrialisation et fonction politique dans toute sa plénitude. Cette police visible et interactive, et la relation spécifique qu’elle engendre, ne se trouve de plus qu’à Paris : peut-être un échange d’une particulière intensité s’opère-t-il bien dans la capitale. Les gardiens de la paix parisiens ne deviennent-ils d’ailleurs pas le symbole de ce nouvel ordre « civilisé » et en même temps menacé ? Symbole au plan national, mais également au plan professionnel : les travaux sur la « crise » de la gendarmerie à la Belle Époque montrent que le gardien parisien représente pour les gendarmes une manière spécifique et jugée « moderne » de maintenir l’ordre18 – ce qui ne signifie pas qu’elle soit obligée de l’imiter. En ce sens, la rue parisienne constitue certainement une expérience à part, et il existe bien un ordre public spécifique à Paris.

  • 19 S. Hughes, « Poliziotti, carabinieri e “policemen” : il “bobby” inglese nella polizia italiana », L (...)
  • 20 Pour une présentation des enjeux, voir R. Chartier, « La conscience de la globalité (commentaire) » (...)

22S’il est unique en France, ce n’est peut-être pas le cas à l’échelle internationale. Le « modèle londonien » de police en tenue circule, nous l’avons vu, d’une capitale à l’autre au cours du xixe siècle. Il s’inscrit dans un ensemble plus ancien de circulation des savoirs et des formes de police ; toutefois, ce « modèle » est repris et adapté, après Londres, à New York (1845), Berlin (1848) puis Paris (1854). D’autres cas restent plus incertains : il intéresse peut-être les métropoles belges et italiennes, les nouvelles capitales latino-américaines, notamment Buenos Aires, mais aussi certaines capitales coloniales, comme Madras, Bombay, Hong Kong ou Saïgon19 (le lien avec la question de la « civilisation » prend bien sûr ici une épaisseur particulière). Pour les cas les mieux connus, il apparaît surtout que ces polices s’observent ou s’inspirent les unes des autres, et connaissent des évolutions similaires en termes de professionnalisation, de réglementation, de débats sur la violence et de plus grande intégration dans la société (avec, sans doute, un bémol pour le cas allemand). Le fait confirme combien l’évolution décrite s’inscrit dans des mutations amples des sociétés occidental(isé)es. Il serait intéressant de suivre ces circulations et ces évolutions, afin de saisir les variations d’une métropole à une autre et les pulsations communes dans lesquelles elles sont prises20. Cela permettrait de préciser ces dernières tout en identifiant des différences dans ces relations, différences locales, nationales, mais aussi entre régimes. Par exemple, qu’est-ce qui relève d’une forme partagée de pouvoir, liée aux formes d’État « moderne » et aux mutations qui les accompagnent, et qu’est-ce qui est spécifique aux démocraties libérales ? S’offre là un angle d’approche privilégié pour une anthropologie historique comparée des sociétés métropolitaines occidentalisées au xixe siècle. Elle permettrait d’observer un aspect particulier de cette ample mutation des comportements dont l’interprétation continue de poser problème, et dans laquelle l’histoire que nous venons de tracer a sa place.

23C’est ce morceau d’ordre public finalement bien circonscrit que travaillaient, ce soir de juin 1873, Martial Vialle et les agents du quartier de Belleville. L’observer avec attention, le sourire en moins, peut aider à rendre moins évidentes les certitudes et grilles d’analyses vite mobilisées dans les débats actuels sur la police, les institutions, le quotidien ou la violence, particulièrement lorsqu’elles tendent à regretter les expériences passées, à réduire les issues de la discussion ou à négliger l’assemblage subtil des continuités, des récurrences, et des mutations profondes. Celui-là même qui conférait à l’altercation de Belleville son sentiment de proximité et d’étrangeté.

Notes

1 Il aurait fallu pour préciser cela une étude de ses liens avec les autres services de l’institution policière, voire avec d’autres forces de l’ordre. Voir pour cela les travaux de Laurent Lopez, Policiers et gendarmes sous la Troisième République (1878-1914) : relations, complémentarités, concurrences, en matière de maintien de l’ordre et de police judiciaire, doctorat en cours, J.-N. Luc et J.-M. Berlière (dir.), université Paris-IV.

2 Le terme lui-même est difficile à situer précisément : selon les auteurs, soit la notion existe avec une certaine efficacité dès le xviiie siècle, soit elle ne peut être utilisée telle quelle avant les formalisations de Léon Duguit dans l’entre-deux-guerres (voir D. Margairaz, « L’invention du “service public” : entre changement matériel et “contrainte de nommer” », in M. Margairaz, O. Dard (dir.), « Le service public, l’économie, la République, (1780-1960) », RHMC, n° 52-3, juillet-sept. 2005, p. 10-32.

3 N. Elias, La Civilisation des mœurs, op. cit. puis La Dynamique de l’Occident, op. cit. (les deux tomes sont la traduction de Über der Prozess der Zivilisation paru en 1939).

4 Pour André Burguière, plus que par une individuation, ce dernier se caractériserait en effet par la capacité de retrait d’individus peu à peu convaincus que le « paraître » ne révèle qu’une part infime d’eux-mêmes. Il s’accompagnerait pour éviter une répétition d’un apprentissage permettant de mieux contrôler ses émotions et contextualiser ses réactions. On retrouve alors un lien entre le développement des interactions par rôles et le processus de civilisation. Voir A. Burguière, préface à l’édition française de H.-P. Duerr, Nudité et pudeur, le mythe du processus de civilisation, Paris, MSH, 1998 (éd. allemande, 1988).

5 N. Elias, The Germans: Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentieth Centuries, New York, Columbia University Press, 1996.

6 Voir à ce sujet J. Goody, « Norbert Elias et l’anthropologie », in S. Chevalier, J.-M. Privat (dir.), Norbert Elias et l’anthropologie : « nous sommes tous si étranges », Paris, CNRS, 2004.

7 M. Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

8 Voir F. Ewald, « Michel Foucault et la norme », in L. Giard (dir), Michel Foucault, Lire l’œuvre, Grenoble, J. Million, 1992, p. 201-221.

9 Voir notamment M. Foucault, « “Omnes et singulatim”, vers une critique de la raison politique », in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 2001, t. II, p. 953-980 (1re éd., 1981). Le propos est repris et un peu précisé dans « La technologie des individus », ibid., p. 1632-1647 (1re éd., 1982). Hélène L’Heuillet a prolongé et précisé ces réflexions, appuyées généralement sur de grands textes, en les confrontant avec des formes historiques ou contemporaines de forces ou de maintien de l’ordre. Voir H. L’Heuillet, Basse politique, haute police, une approche historique et philosophique de la police, Paris, Fayard, 2001.

10 « Il n’est pas de pouvoir sans refus ou révolte en puissance » écrit-il par exemple dans l’article précité (M. Foucault, « “Omnes et singulatim”… », op. cit., p. 979.)

11 Pour cette discussion, voir P. Spierenburg, « Punishment, Power and History, Foucault and Elias », Social Science History, 2004, 4, p. 607-636.

12 Expression empruntée à P. Bourdieu (P. Bourdieu, L. Wacquant, Réponses, Paris, Seuil, 1992).

13 A. Dewerpe, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, 2006.

14 L’idée est évoquée par Elias lui-même dans ses derniers textes : le processus de civilisation contient en lui-même les éléments de sa contradiction, qui sous certaines conditions, peuvent entraîner son inversion – une inversion d’autant plus terrible que l’État possède le monopole de la violence physique légitime. Voir The Germans, op. cit.

15 Voir R. Chartier, « Le procès de civilisation », chapitre I de « Trajectoires et tensions culturelles de l’Ancien Régime », in Burguière A. (dir.), Histoire de la France, choix culturels et mémoire, Paris, Seuil, 2000, p. 53-66 ; D. Garrioch, « The People of Paris and Their Police in the Eighteenth Century : Reflections on the Introduction of a “Modern” Police Force », European History Quarterly, n° 24, 1994, p. 511-536.

16 Par exemple, l’espace rural connaît aussi, selon des rythmes et des traductions propres, une pacification des mœurs. Pour le xixe siècle, voir par exemple A. Corbin, « La violence rurale dans la France du xixe siècle et son dépérissement : l’évolution de l’interprétation politique », Culture et conflits, n° 9-10, 1993, p. 61-73. À l’inverse, certains espaces connaissent des situations plus singulières : C. Regnard, Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société (1851-1914), Rennes, PUR, 2009.

17 Les travaux sur la gendarmerie sont édifiants à cet égard. Pour le premier xixe siècle, voir A. Lignereux, La France rébellionnaire, Rennes, PUR, 2008 ; pour le second, voir A.-D. Houte, Le Métier de gendarme au xixe siècle, op. cit.

18 Voir X. Borda, « Gendarmerie et question militaire : les projets de démilitarisation de la gendarmerie sous la IIIe République », in J.-N. Luc, Gendarmerie, État et société au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 91-101.

19 S. Hughes, « Poliziotti, carabinieri e “policemen” : il “bobby” inglese nella polizia italiana », Le Carte e la storia, n° 2, 1996, p. 22-31 ; APP, DB 4 : « Renseignements demandés par les pays étrangers » ; D. Arnold, Police, Power and Colonial Rules: Madras, 1859-1947, Oxford, 1986.

20 Pour une présentation des enjeux, voir R. Chartier, « La conscience de la globalité (commentaire) », Annales HSS, janv.-fév. 2001, 1, p. 119-123.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540