Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Deuxième partie. La cristallisation d’un ordre public

Chapitre 8. Les funérailles des victimes du devoir

Texte intégral

Le Policier, tandis que Nicolas, immobile, a toujours son couteau en main, tourne une dernière fois sur lui-même : Je suis…une victime…du devoir !
…. Et il s’écroule, ensanglanté.
E. Ionesco, Victimes du devoir, 1952.

  • 1 Ce choix et cette approche s’inspirent notamment de certaines propositions de Clifford Geertz, nota (...)

1À la fin des années 1890, une nouvelle pratique se généralise à Paris : la mort brutale d’un gardien de la paix entraîne l’organisation de plus en plus systématique de funérailles publiques, médiatisées et qui semblent susciter un réel émoi. Le fonds « Victime du devoir » de la préfecture de Police, déjà évoqué, montre l’émergence de ce rituel officiel. Les premiers des quatre-vingt-quatre dossiers qui couvrent la période 1804-1913 ont été réalisés en 1896 par Alfred Rey et Louis Féron à l’occasion de la rédaction de l’Histoire du corps des gardiens de la paix, les autres dossiers étant constitués en temps réel en fonction des circonstances. Ils présentent donc le travail de l’institution policière sur le phénomène, un travail d’encadrement et de mise en mémoire. Mais ils contiennent également le matériau à partir duquel les archivistes ont travaillé, s’apparentant parfois, à la fin du siècle, à un véritable fourre-tout (rapports de police, presse, échanges avec les autres autorités, demandes de la population…). Il est alors possible d’étudier un peu plus le rituel funéraire lui-même, ce « concentré d’acte sérieux » lors duquel une société se dessine à elle-même, dans une version cohérente, les systèmes d’appréhension qui l’ordonnent1.

Généalogie d’un rituel funéraire (1840-1896)

2Les premiers cas exhumés en 1896 concernent les seuls gardiens de la paix et datent de 1840. Cette saisie rétrospective, à l’aune d’une catégorie « Victime du devoir » devenue une évidence à la fin du xixe siècle, invite à la prudence.

3Minces, les dossiers conservent quand même des documents qui donnent à voir l’organisation des enterrements ou certaines réactions de la population. Un tri est possible pour saisir des « moments de funérailles », qui permettent, par comparaison, de dégager quelques jalons dans la lente émergence du rituel funéraire des policiers « victimes du devoir ».

La lente émergence d’un intérêt pour les morts policières (1840-1884)

  • 2 Lettre du préfet de police au conseil municipal, 9 janvier 1841.

4Les premières funérailles suffisamment documentées pour cela sont celles du sergent de ville Jacques Petit, mort de ses blessures le 6 septembre 1840. Avec ses collègues du 8e arrondissement, il était intervenu le 4 septembre, dans le contexte de forte tension ouvrière qui agitait la monarchie de Juillet, pour empêcher l’invasion d’un atelier de mécaniciens. Mais la résistance fut vive et d’après la version officielle de la préfecture de Police2 il fut poignardé de plusieurs coups de couteau, puis mourut peu après. Les funérailles, d’après un rapport de l’officier de paix du 8e arrondissement du 9 septembre, sont organisées et financées par la préfecture de Police, ce qui fait que l’on peut parler de funérailles préfectorales. Leur organisation proprement dite comprenait un char autour duquel étaient placés six sergents de ville décorés, suivi par la famille, des amis, des collègues de la brigade, quelques voisins et le chef de la police municipale. Le convoi, modeste (seuls sont présents ce supérieur et des sergents de ville), illustre en un sens la faible place à ce moment des policiers en tenue au sein de la préfecture de Police, mais aussi le visage d’une institution qui ne manifeste pas vraiment d’esprit de corps. Le long du parcours, selon l’auteur, l’ordre aurait régné et le public aurait montré « le plus grand recueillement ». De telles affirmations sont à prendre avec précaution. Dans une monarchie de Juillet où les agents sont controversés, ces derniers ne semblent en tout cas pas susciter d’émotion particulière de la part de la société. Le dossier ne contient pas de coupures de presse, mais l’oraison du chef de la police municipale au cimetière du Père-Lachaise est à sa manière éloquente :

  • 3 Retranscrit sur une note par un inspecteur en civil, non daté, signature illisible. Le corps de Jac (...)

Nous confions à la terre le corps de Jacques Marc Alphonse Petit, sergent de ville. L’administration perd un bon employé, la société un bon père de famille et vous tous un bon camarade. Prions Dieu, Messieurs, qu’il pardonne aux malheureux qui lui ont donné la mort et que leur âme éprouve pendant leur vie le remords d’une telle action. Adieu, Petit, adieu3 !

  • 4 Lettre, op. cit. La pension, finalement accordée, s’élève à 500 F annuels au lieu des 42,16 F initi (...)
  • 5 Voir E. Fureix, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique, 1814-1840, Paris, Champ (...)

5Outre les accents religieux de ce discours policier, il est intéressant de constater que la société ne perd finalement qu’« un bon père » dans ce décès. Plus tard, lorsque le préfet veut obtenir une pension spéciale pour la veuve, il lui faut insister sur le fait que la lutte a été menée au nom de « la propriété menacée » avant d’évoquer sobrement le « dévouement exemplaire » des sergents de ville4. De grands rituels funéraires publics, qu’ils soient ceux d’officiels ou d’opposants politiques, se développent pourtant à cette période, mobilisant des références autrement plus ambitieuses5. La comparaison est limitée, mais elle permet de souligner combien l’enterrement de Jacques Petit apparaît alors restreint, familial et corporatiste.

6Un autre exemple suffisamment documenté, la mort de l’inspecteur Mourot en 1870, permet de saisir une évolution. Il fut tué par un certain Mégy, accusé de « participation à un complot contre l’État ». L’affaire est médiatisée à cause du choc causé par l’attentat politique comme par l’héroïsation en cours de la figure de l’inspecteur. Elle donne lieu à la première souscription spontanée au sein de la préfecture de Police, qui surprend même la hiérarchie, même si celle-ci est finalement parvenue à prendre en main l’organisation de la collecte.

7Les agents tués au cours de la Commune, nombreux dans les dossiers (trente et un, soit la moitié des dossiers de la période 1804-1896), ont peut-être joué un rôle ensuite dans la progressive définition des « victimes du devoir ». Toutefois ce nombre important semble d’abord correspondre à la relecture que veulent proposer Rey et Féron, celle d’agents dévoués à une république inévitable. Si les policiers ont été reconnus en 1871-1872, c’est plutôt comme soldats morts pour combattre la Prusse ou la Commune : significativement, lorsqu’ils sont exhumés pour manifester la reconnaissance de leur « sacrifice » (la plupart ont été jetés dans des fosses communes), ils sont réinhumés dans les monuments aux Morts de 1870-1871.

  • 6 Le Français, 9 juin 1874 (le récit du Moniteur universel est très proche).

8L’issue de l’affaire du sous-brigadier du service de sûreté Vincenzini, tué pendant l’année terrible, est en revanche un peu différente. Reconnu par la foule et désigné comme « sergent de ville », Vincenzini, rappelons-le, avait été lynché et jeté à l’eau, suscitant alors un faisceau d’attitudes contradictoires. Le dossier est repris trois ans plus tard en pleine période d’Ordre moral. La justice, qui a poursuivi ses recherches sur les exactions de la Commune, ouvre le procès en février 1874. Mais le regain d’intérêt tient également à la presse conservatrice, comme Le Français, L’Ordre et La Vérité, qui exige à cette occasion la condamnation à mort des personnes suspectées d’avoir participé au massacre. La mort de Vincenzini, déjà célèbre, devient alors le symbole de la barbarie communarde. Dans cette atmosphère fiévreuse, la conversion religieuse du plombier Bonnard, réelle ou inventée par ces journaux, permet à l’affaire de devenir l’emblème de la résurrection du peuple par le catholicisme, après les errements de la « démagogie communarde ». « J’ai été entraîné, excité par les mauvais journaux, fait-on dire au plombier sur l’échafaud […]. Je saurai mourir en brave et en chrétien. Vive la France6. » L’Ordre ouvre en mars 1874 une souscription publique en faveur de la famille de la « victime ». L’affiche qui porte le fait à la connaissance du public désigne d’ailleurs toujours Vincenzini comme « sergent de ville assassiné », témoin du statut symbolique de la fonction. Reproduite dans la presse du régime et plus largement conservatrice, l’annonce connaît un vrai succès. Le journal aurait versé, selon ses dires, 12 890, 45 F à la famille en août 1875, soit environ dix années du traitement du mari. Dans la complexe réorganisation des références qui suit les années 1870-1871, la droite et la presse d’Ordre moral n’ont donc pas de mal à faire du policier en tenue un symbole de l’ordre à défendre. Sans doute jouent-elles d’ailleurs un rôle dans la réhabilitation de la figure au début du nouveau régime, plus important en tout cas que ce que nous en avons dit. S’observe aussi une nouvelle pratique de réhabilitation et de souscription, cette fois en dehors de la préfecture : la campagne est lancée par les journaux et il s’agit de la première souscription du genre s’agissant d’un policier. Les principaux donateurs sont des aristocrates proches de la ligne éditoriale du journal et ces sommes d’argent visent à l’expiation d’un événement perçu comme l’une des horreurs de la Commune. Mais le phénomène peut aussi être lu comme l’annonce d’un changement plus général, quoique incertain, du rapport au policier au cours des années 1870.

9Avec la mort du sous-brigadier du 2e arrondissement Rocxin, en 1880, ces évolutions se clarifient davantage. D’après le rapport de l’officier de paix du 16 juillet, Rocxin finissait son contrôle lorsque des passants vinrent lui signaler un homme qui gesticulait, un couteau à la main. Le sous-brigadier se serait approché, aurait interpellé l’individu, recevant pour toute réponse un coup de couteau le foudroyant instantanément. Le meurtrier, apprend-on ensuite, est un chiffonnier nommé Émile Demoustier, manifestement aliéné et pris de boisson. La nouvelle de la mort provoque immédiatement une intense émotion. Il est vrai que les conditions de l’événement sont particulières : l’assassin combine les thèmes du criminel, de l’errance, de la folie et du marginal, au point que l’affaire ressemble de très près aux faits divers angoissants qui se développent à cette période. La position hiérarchique de l’agent, sous-brigadier, joue peut-être également dans le prestige et la confiance accordés après coup. L’affaire est rapidement reprise par la presse conservatrice, Le Gaulois lançant dès le 17 juillet une « souscription Rocxin ». L’indignation est cette fois plus large et couvre l’ensemble du spectre politique. La Lanterne, alors engagée dans son célèbre procès contre la préfecture de Police, fait savoir dès le 18 juillet que son directeur a envoyé 100 F à la veuve – confirmant l’idée que la presse républicaine, opposée à l’institution préfectorale, ne l’est plus aux gardiens de la paix, perçus parfois comme d’humbles acteurs du régime.

  • 7 Nous avons malheureusement trop peu d’informations à ce sujet. Ce décès donne lieu à une souscripti (...)
  • 8 Communiqué du 17 juin 1880 relayé par les journaux et envoyé à la préfecture de Police. Les deux so (...)

10Fait également nouveau, l’émotion la plus intense se manifeste au niveau du quartier. Il s’agit certes d’un quartier aisé, celui du Mail, où ce type d’événement apparaît peut-être plus effrayant que dans un quartier plus « populaire ». Mais des précédents, telle que l’intense émotion qui a suivi en 1878 la mort de l’inspecteur Delabre dans le quartier d’Amérique (19e arrondissement), suggèrent un frémissement plus général7. Des souscriptions spontanées sont organisées par les habitants du quartier et par la municipalité de l’arrondissement pour « honorer la mémoire du soldat victime de son devoir et laisser à sa veuve un souvenir de profonde sympathie […]8 ». Dès le 16 juillet, les habitants demandent par courrier au commissaire le jour et l’heure des obsèques, tandis que la municipalité fait une requête similaire par communiqué officiel à l’officier de paix. S’exprime à cette occasion une demande sociale nouvelle de rituel funéraire, qui surprend la préfecture. Dépassé, l’officier de paix adresse le lendemain un télégramme au chef de la police municipale, qui, après un (court) temps d’interrogation, répond favorablement.

  • 9 Rapport de la 3e brigade des recherches, 19 juillet 1880, « Funérailles du gardien de la paix Rocxi (...)

11Les obsèques ont lieu le 19 juillet, la cérémonie se déroulant à l’église Saint-Eustache. L’événement commence cependant dès le domicile du défunt, rue Marie-Stuart, transformé pour l’occasion en chapelle ardente. Le préfet organise un convoi composé de gardiens, d’officiers de paix et de sapeurs-pompiers. Il assiste en personne aux obsèques, avec le procureur de la République et, bien sûr, le maire et les conseillers municipaux. La foule, surtout, est présente au rendez-vous. Elle est même jugée si « considérable » que les agents doivent couper la circulation. Son attitude au cours du convoi est par ailleurs évoquée avec un certain étonnement à plusieurs reprises. « Cette cérémonie […], note un agent, paraît avoir été appréciée très favorablement et d’une manière très sympathique par la population9. »

12Cette demande de participation venue de la population est intéressante. Elle tient certes aux circonstances particulières du décès. Mais la date, 1880, correspond aussi au moment flou de basculement que nous avons observé : Rocxin constitue donc un cas particulier qui fait émerger des lignes encore flottantes.

La récupération d’un modèle : les sapeurs-pompiers « victimes du devoir »

  • 10 Rapport du 18 mars 1884 (anonyme, émanant du cabinet du préfet de police).

13Dans les années 1880, de nouveaux éléments accentuent et précisent cette mutation. Le 18 mars 1884, des fuites de gaz sont constatées dans certaines caves des immeubles du boulevard Bonne-Nouvelle et de la rue Saint-Denis. Le matin, un concierge avait déjà donné l’alarme. L’après-midi, un commissaire de police, deux officiers de paix et des pompiers entament des recherches dans les caves pour repérer d’où vient l’odeur. Soudain, une terrible explosion se déclenche, tuant deux membres de l’équipe : le sergent-major des pompiers Herrmann et l’officier de paix du 2e arrondissement Viguier10. L’émotion est énorme, parmi les habitants du quartier comme dans la presse. L’explosion, qui renvoie à cette autre angoisse sociale que provoquent les dangers de l’environnement urbain, est l’une des plus importantes de la fin du siècle : Viguier apparaît vite comme l’agent « dévoué » qui offre son corps pour la défense de la population.

14Les funérailles sont à la hauteur de l’événement. Les corps sont exposés à la caserne de la Cité, ceints d’un drapeau tricolore, dans une chapelle ardente drapée de noir. La qualité des autorités représentées s’élève encore d’un degré, puisque à côté des membres de la préfecture et du conseil municipal, on constate la présence du représentant du président de la République, et aussi celle du ministre de l’Intérieur lui-même, Waldeck-Rousseau. Enfin, la « foule » paraît très nombreuse, comme le suggèrent les articles de presse ou les rapports de la préfecture, qui manifestent à nouveau une certaine surprise. Le président du conseil municipal, Mahé, franchit un nouveau cap à cette occasion. Lors de son oraison funèbre, il souligne les qualités de Viguier, en évoquant ces nouvelles valeurs policières que sont la bienveillance et l’urbanité. Il refuse surtout de séparer le témoignage d’estime pour le policier et le pompier.

  • 11 Bulletin Municipal Officiel, 22 mars 1884, « Obsèques des victimes de l’explosion de la rue Saint D (...)

Il y a deux ans, conclut-il, a eu lieu l’inauguration du monument élevé par la ville de Paris à la gloire des sapeurs-pompiers ; jusqu’à ce jour, rien n’avait été fait pour les gardiens de la paix, ces autres soldats du devoir. Cet oubli va être réparé et bientôt un nouvel édifice sera érigé à la mémoire de ceux d’entre eux qui sont tombés victimes de leur dévouement […]. Au nom de la population parisienne, au nom du conseil municipal, j’adresse un dernier adieu à ces vaillants citoyens11.

15Il existe donc déjà un modèle de « victimes du devoir », plus abouti et dans lequel la ville de Paris est impliquée, celui des pompiers de Paris, corps qui suscite il est vrai plus facilement l’estime publique. À ce moment, la parole joint déjà le geste puisque le conseil a voté le 19 mars, lendemain de la catastrophe, le financement des obsèques des deux victimes – il s’agit cette fois d’obsèques municipales – et de l’érection d’un monument aux Victimes du devoir destiné aux agents de la police municipale, distinct de celui des sapeurs-pompiers. Cette proposition peut se lire comme une tentative de reprise en main de cette police par le conseil municipal, dans le cadre du conflit qui l’oppose à la préfecture. Mais le geste semble surtout s’inscrire dans ce changement du rapport au policier en tenue, où le policier tend à représenter le corps social menacé par les dangers nouveaux. La préfecture encourage d’ailleurs pleinement cette décision.

  • 12 À gauche de l’entrée principale, allée transversale n° 6. Construit en 1824, le cimetière du Montpa (...)

16Après la cérémonie, le corps de Herrmann est inhumé dans le caveau des victimes du devoir des sapeurs-pompiers, tandis celui de Viguier attend dans un caveau provisoire la mise en place du monument destiné aux agents de la police municipale. Il y sera inhumé en 1886. Situé au cimetière Montparnasse12, le monument se présente sous la forme d’un obélisque d’allure austère, sur lequel est inscrite la devise parisienne « Fluctuat nec mergitur » et l’inscription suivante, inspirée de la stèle des pompiers : « Aux agents de la police municipale morts victimes de leur dévouement, la ville de Paris ».

17À partir de 1884, ce qui était une pratique encore incertaine se nourrit ainsi, sous la double impulsion du conseil municipal et de la préfecture de police, du vocabulaire, du registre de référence et des dispositifs utilisés pour les pompiers. L’élaboration du concept « victimes du devoir » et des pratiques professionnelles et publiques qui l’accompagnent vient de cet autre modèle, qu’il faudrait mieux connaître. Le premier agent inhumé dans le caveau officiel est toutefois encore un supérieur, tué dans des conditions très particulières. Il faut attendre 1890 pour que de simples gardiens de la paix y aient accès. Une pratique cohérente commence néanmoins à se fixer.

La fixation des références et des pratiques : les attentats anarchistes

18Les attentats anarchistes, notamment celui qui provoque en 1892 l’explosion du commissariat de la rue des Bons-Enfants, accélèrent le mouvement et l’association entre les policiers en tenue et l’idée de société (ou d’État) en danger. Le 9 novembre 1892, en pleine affaire Ravachol, un colis suspect est déposé au siège de la société des mines de Carmaux. Les directeurs de la société font venir des policiers, qui emmènent le paquet au commissariat voisin, rue des Bons-Enfants. Les agents essaient de l’ouvrir, mais le colis explose, éventrant les locaux du commissariat et tuant net un employé de la société de Carmaux et trois agents, le secrétaire du commissariat Pousset, le sous-brigadier Fomorin et le gardien de la paix Réaux. L’événement est unanimement condamné dans la presse, qu’elle soit de grande diffusion, de droite, de gauche et d’extrême gauche. Le Rappel, Le Jour ou La Lanterne fustigent l’exotisme et la lâcheté de méthodes considérées comme des « produits d’importation », quand les descriptions des plaies du cadavre de Formorin, conservé à la morgue et exhibé pour l’occasion aux journalistes, expriment symboliquement les blessures infligées à la société. Même si la police n’était pas directement visée, les agents deviennent les allégories de l’ordre social menacé, dépassant le seul champ de la politique pour concerner « tout le monde ».

19Les funérailles sont grandioses. Les éléments précédents sont réactualisés : les obsèques sont financées par le conseil municipal, le président de la République et divers ministres assistent officiellement aux cérémonies, aux côtés des représentants de la préfecture et du conseil municipal. La presse est unanime, la foule imposante, et les corps des agents inhumés dans le caveau des victimes du devoir à Montparnasse. Le protocole comme l’organisation des délégations sont parfaitement fixés. La cérémonie est partagée en deux : l’une, civile, a lieu à la caserne de la Cité, l’autre, censée être privée, se déroule à Notre-Dame de Paris dans un décor somptueux. Lors des oraisons, le ministre de l’Intérieur Émile Loubet prend lui-même la parole pour dire la douleur de la Nation. À sa suite, le préfet de police Lozé peut, plus sûrement que ses prédécesseurs, tirer la signification de l’événement.

Le deuil qui vient d’atteindre la préfecture de Police n’a pas frappé seulement au cœur les collègues, les camarades, les amis des victimes que nous pleurons aujourd’hui : l’horreur de l’attentat a soulevé un tel cri d’indignation et de colère que ce deuil est devenu un deuil public et que tout Paris partage aujourd’hui notre douleur.

20L’événement entraîne les dernières mises au point dans l’organisation des funérailles et le choc des attentats a d’ailleurs pu jouer un rôle plus large dans la progressive association entre État, société, « honnêtes gens » et gardiens de la paix. Acteurs, rôles et pratiques de ce qui constitue désormais un rituel funéraire semblent cette fois fixés. Le cas du gardien Lucas, tué en octobre 1894 lors d’une arrestation mouvementée et pour lequel on organise également des funérailles officielles, le confirme. Alors que l’affaire est d’une moindre gravité, le même processus se reproduit, à quelques détails près, et les journaux utilisent désormais comme une expression consacrée le terme de « victime du devoir » (Le Parisien l’utilise comme titre d’article).

21Dans ce contexte, la préfecture peut enfin entamer la dernière étape en 1896, son projet d’écriture historique. La mise en récit et l’inscription dans une histoire « objectivée » est censée assurer la réappropriation symbolique du phénomène, mais aussi conférer corps et profondeur temporelle à cette catégorie : les futures « victimes du devoir » s’inscrivent désormais dans une filiation officielle et acceptée.

  • 13 Trop utilisé, le terme de « rituel » serait pour beaucoup de chercheurs devenu inopérant. Dans la p (...)
  • 14 Sur les 84 dossiers, 67 concernent des gardiens de la paix. L’écart entre gardiens de la paix et au (...)

22L’installation de ce rituel, entendu ici comme une pratique collective associé au culte des morts, obéissant à un ordre fixé, génératrice de routines et d’émotion, identifiée par les acteurs comme « rituel funéraire13 », fut donc lente. Elle procède de quatre « sources » : évolution de la relation au policier depuis la fin du Second Empire ; inscription dans un modèle de reconnaissance déjà en place ; fixation par l’émotion suscitée au moment des attentats anarchistes ; mise en histoire institutionnelle. Le mouvement n’a pas été linéaire mais a fonctionné par à-coups, emprunts, actualisations des situations antérieures, rapports de force ou demandes contradictoires. La chronologie correspond néanmoins à celle des appréciations signalées plus haut, et confirme également les hésitations signalées. À partir du milieu des années 1890, ce rituel paraît désormais fixé et inscrit dans les pratiques de l’époque14.

Le rituel funéraire (1896-1913) : le parcours du corps

  • 15 Si l’on considère la date de 1896 où le rituel est acquis, on constate une hausse du nombre de funé (...)

23À la toute fin du xixe siècle, le « rituel funéraire » s’est normalisé. Sa fréquence, hésitante dans un premier temps, s’intensifie à partir des années 1900, alors que le nombre d’agents morts en service reste stable. Il se répète alors tel quel, à chaque nouveau policier mort et désigné comme victime du devoir15. Il n’est certes pas exempt d’évolutions. Mais parce que cette dimension codifiée prime désormais, il convient en premier lieu d’en décortiquer les étapes.

La catégorisation de « victime du devoir »

24Une fois mort, comment le policier accède-t-il au statut de victime du devoir ? Le caractère d’évidence de la catégorisation n’a rien d’automatique, et un processus fait bien accéder les agents à ce statut.

25Différents éléments peuvent être dégagés. Une fois l’agent mort ou grièvement blessé, une campagne de presse se développe et confère au décès des significations particulières. On retrouve certains traits de l’imaginaire social abordé plus haut. Ces morts sont souvent lues comme une illustration de la lutte opposant, de manière manichéenne, le policier, incarnation de la norme et de la civilisation, et l’apache, leur destructeur. Évoquant le décès du gardien Louis Monnier, tué d’un coup de revolver par le menuisier Jolibois, L’Éclair du 12 mars 1907 exprime très bien les lignes directrices de cette rhétorique.

  • 16 « Héros et victimes du devoir », L’Éclair, 12 mars 1907.

Les crimes du vice, de la passion et de l’alcool n’ont jamais été plus nombreux ni plus audacieux : ils rendent difficile et périlleuse la tâche des agents. On ne compte plus les victimes que l’accomplissement du devoir fait dans leur rang. Hier, c’était l’agent Monnier qui tombait, face au danger, sous les coups d’une brute ivre de meurtre […]. C’est bien le moins […] qu’on n’oublie pas l’hommage qui est dû aux modestes et vaillants soldats de l’ordre public16.

  • 17 Petit Journal, 20 février 1900 ; Petit Parisien, 11 mars 1900 (à propos de la mort de l’agent Maurs (...)

26Ce discours est d’ailleurs renforcé par une série de procédés propres à l’écriture journalistique du moment. Les titres, tels « Le drame du boulevard d’Italie », « Les victimes du devoir », « Un gardien de la paix tué par les “apaches” » ou « Le Fauve de Montmartre » expriment d’emblée la partition des symboles et la parenté avec l’imaginaire du crime17. L’organisation graphique de la page, que les progrès techniques rendent plus efficace, est mobilisée à son tour. Jouant des hauts et des bas, les photographies opposent en général la vision du gardien de la paix sur les lieux du drame, ou son beau visage, au visage difforme du « monstre ». Les images du gardien, souvent des photos de famille ou de service, sont couramment éclaircies et présentées dans un cadre ovale qui accentue l’idée de dignité, alors que celles de l’assassin, en général issues du service anthropométrique (la source est mentionnée), sont présentées sans cadre, brouillée. Ces retouches jouent entre l’idée de « réel », suggérée par l’origine administrative du document, et l’imaginaire, suscité par le trouble de l’image : la photo révèle ainsi comme la « nature vraie » des « héros » et des « monstres ».

  • 18 Le Journal et Le Matin, 1er avril 1907. L’Éclair force le trait : « C’était un doux et modeste, sér (...)
  • 19 Voir M. Vovelle, La Mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983 et P. Ariès, Ess (...)
  • 20 « Les victimes du devoir. Un gardien de la paix assassiné », Le Petit Journal, 5 juillet 1905.

27Le contenu des articles va dans le même sens, ce qu’indiquent les jeux sur le vocabulaire (« modeste serviteur »/« apaches » ; « soldat »/« malandrin ») ou sur les qualificatifs (« dévoués », « braves »/« fou furieux », « ivre de sang »). Les biographies des protagonistes sont un autre passage obligé. L’argot et le vocabulaire des bas-fonds sont de rigueur pour le portrait de l’assassin : Félix Boulay, un mécanicien qui a tué l’agent Besse le 4 juillet 1905, devient en quelques jours, dans toute la presse, « Félo » l’apache (surnom, précisent les rapports d’enquête, qu’il n’a en fait jamais porté). À l’inverse, le récit de la mort des agents s’achève sur une brève biographie très hagiographique. Sont mentionnés le lieu de naissance, la situation familiale, la date d’entrée dans la police, les services rendus, puis les qualités « policières » de l’agent (exactitude, probité, urbanité, dévouement…), ramassant la cohérence de ce qui ressemble après coup à un destin. De tels portraits ne sont pas toujours exacts : l’agent Tazard, mal noté pour retards, intempérance et insubordination, ayant déjà subi un déplacement disciplinaire, devient après sa mort une « valeureuse victime du devoir », « apprécié de ses concitoyens et très estimé de ses chefs et de sa hiérarchie18 ». Tous ne sont pas faux non plus : en fait, l’hommage ne cherche pas à être juste, mais bien à célébrer un cas devenu emblématique. D’autres représentations sont utilisées à cet effet, comme le thème de la « belle mort » et de la « mort romantique », dont Michel Vovelle et Philippe Ariès ont montré l’affirmation au cours du siècle19. Les décès sont toujours héroïques (même s’il faut parfois arranger les circonstances) et apparaissent sur le mode du combat et du sacrifice. Quant au moment de la mort, il est invariablement édifiant et suit des étapes consacrées : violence de la douleur, apaisement, dernières paroles et pleurs de la famille. « Il sentit que c’était la dernière fois qu’il voyait [son poste de police] », raconte un journaliste du Petit Journal à propos de la mort du gardien Besse, « et une larme coula le long de sa joue : “Adieu mes camarades, murmura-t-il faiblement, Adieu…20” ». Le lecteur est invité à pleurer la mort consacrée de « braves » et de « martyrs ».

28Le policier décédé est transformé et revêt donc des habits héroïques préexistants pour devenir le symbole d’une lutte de civilisation toujours en cours. La désignation comme victime du devoir ne concerne cependant pas les seuls cas où le policier est tué par un « malfaiteur ». Des morts par erreur, par noyade ou encore par accident de circulation comme celles des gardiens Léon Vallé en 1899, Léon Bailly en 1901 ou Eugène Dore en avril 1904, peuvent également faire l’objet d’un tel traitement : ce que le policier symbolise n’est pas seulement la société agressée par le crime, mais la société menacée en général, que ce soit par les apaches, les épidémies ou les accidents, autres pathologies et peurs sociales de l’époque.

29Ces discours sont plus ou moins caricaturaux selon les périodiques et selon l’événement. Mais on les retrouve dans tous les types de journaux. Ils apparaissent quasi systématiquement, malgré de légères nuances, dans les titres les plus lus de l’époque comme Le Matin, Le Journal et Le Petit Parisien. Quant aux journaux à plus faible tirage ou dont l’orientation politique est plus affirmée (tels La Petite République, Le Radical, La Lanterne ou L’Intransigeant) s’ils restent plus critiques à l’égard de la préfecture de Police ou de ses chefs, ils manifestent toujours des regrets et une émotion ostensible à l’égard de la mort policière.

30La préfecture de Police accompagne cette construction quasi immédiate. Il est en fait difficile, à partir des dossiers, de savoir quelle instance désigne la première le mort comme « victime du devoir ». À la fin des années 1890, la participation des deux (préfecture et presse) est indispensable. Le conseil municipal est l’autre acteur nécessaire à la reconnaissance officielle de la « victime du devoir ». Le préfet de police fait en général rapidement appel à la Ville pour organiser les funérailles. Il s’agit, comme le rappellent les mémoires présentés aux rapporteurs, de manifester la déférence d’usage à l’égard du conseil et de montrer que l’on agit dans l’urgence de l’émotion. La municipalité ouvre alors immédiatement les crédits, tout en prenant bien soin de souligner, dans le rappel de la délibération, son soutien à ces « valeureuses victimes du devoir ».

31Les relations ne sont à vrai dire pas toujours aussi sereines. La presse peut par exemple court-circuiter le processus habituel, comme ce fut le cas après la mort de l’agent Garnier. Excédé, l’officier de paix de la 4e compagnie de réserve raconte à ce propos, dans un rapport du 27 février 1912 :

  • 21 Rapport du 27 février 1912 au préfet de police.

quand je me suis présenté le soir à 10 heures pour prévenir la dame Garnier du malheur qui la frappait, j’ai appris que les journalistes s’étaient présentés dix minutes avant mon arrivée et avaient averti Mme Garnier que son mari avait été victime d’un accident. Ils lui ont demandé avec insistance une photographie de son mari21.

32Le fait montre d’ailleurs qu’à ce moment, en amont des déclarations officielles, Garnier apparaît déjà virtuellement comme une « victime du devoir ». De son côté, le conseil municipal peut tenter, cela s’observe à plusieurs reprises, de prendre les devants en proposant un secours exceptionnel à la veuve, avant la demande de la préfecture. Le préfet de police doit alors réagir vite et louer, dans un second temps, la diligence spontanée de la municipalité à l’égard des « valeureux » gardiens de la paix. Ces passes ne sont pas vaines : elles rappellent que la désignation du policier comme « victime du devoir » est un processus complexe, où la préfecture de Police n’a pas toute latitude d’action, pas même celle de désigner seule la victime. S’ajoute à cela la concurrence qui oppose les différents acteurs institutionnels et la question déjà abordée de savoir à qui appartiennent les policiers en uniforme. La tension est toutefois limitée, car tous se rangent très vite dans la célébration unanime de la victime du devoir.

  • 22 Rapport de l’officier de paix du 19e arrondissement au directeur de la police municipale, 30 mai 19 (...)
  • 23 C’est le cas lors des décès de Vallé, Fleurant, Moreau et Tazard.

33Un dernier aspect de cette désignation multiforme, un peu à l’écart, reste à évoquer, les manifestations spontanées d’émotion sur le lieu de l’incident. Certaines sont si fortes que le poste ou la maison de l’agent doivent être transformés, comme pour Rocxin, en chapelle ardente, afin de permettre au public de venir rendre un hommage immédiat. Après la mort de Louis Moreau, tué d’un coup de revolver la nuit du 28 mai 1907 dans le quartier Combat (19e), la réaction des habitants du quartier est telle que l’officier de paix doit prendre « toutes les dispositions utiles pour la transformation en chambre ardente d’une partie du poste de la rue de Nantes », et mener une enquête « afin de faire connaître s’il serait nécessaire de réserver une partie de la rue de Flandre, qui serait barrée entre les rues de l’Ourcq et de Nantes22 ». D’après quelques rapports internes et les descriptions des journaux, les chapelles ardentes reprendraient à leur tour la mise en scène de la « mort romantique23 » : le policier gît sur un lit ou une table, les bras croisés sur la poitrine, au milieu de chrysanthèmes, et son cadavre est veillé en continu par deux agents en faction. Ce modèle, vivace, permet de montrer le corps selon une forme attendue. Il fournit l’occasion de dessins de presse renforçant d’ailleurs cette dimension numineuse par la gravité des traits des visages et la légèreté des lignes du dessin. Symbole, mise en scène effective et traitement médiatique se répondent ainsi les uns aux autres. Une fois le récit défini, l’émotion exprimée, les acteurs institutionnels accordés, la catégorie est alors fixée et la cérémonie peut être préparée.

L’organisation de la cérémonie

  • 24 Dossier « Périn » sergent de ville à Joinville-le-Pont tué le 20 février 1911.

34Le conseil municipal ayant voté le crédit pour des funérailles, leur organisation proprement dite commence. Ce sont, comme l’indique la source du financement, des « funérailles municipales », vraisemblablement « de 3e classe24 », ce qui correspondrait au statut du policier en uniforme (les funérailles de « 1re classe » sont réservées aux « grands hommes »). La présence systématique de membres du gouvernement (ou de leur représentant) lors de ces cérémonies, ainsi que la large diffusion assurée par la presse nationale suggèrent cependant un statut plus complexe. Peut-être serait-il plus juste de parler de funérailles « municipales-étatiques », qui sont propres à la ville mais concernent aussi l’État et la société dans son ensemble. Cette ambiguïté renvoie au statut de Paris, à la fois municipalité et capitale, comme à celui du gardien de la paix, qui apparaît à l’orée du siècle une figure nationale au-delà du seul cadre parisien.

  • 25 M. Vovelle, La Mort et l’Occident, op. cit.

35Des faire-part, de deux types, sont ensuite envoyés. Une large bande noire ceint les cartons, selon un procédé conforme aux nouvelles attitudes devant la mort dégagée par M. Vovelle25. Le premier faire-part, celui de la famille, invite à la cérémonie religieuse, le plus souvent à Notre-Dame de Paris. Le second, de la ville de Paris, propose de venir à la cérémonie civile se déroulant juste après à la caserne de la Cité. Cette double source traduit la complexité des appropriations symboliques du cadavre, entre famille et institutions, mais elle permet sans doute aussi, en régime républicain, de séparer la cérémonie religieuse de la cérémonie civile. Les destinataires précis des cartons sont difficiles à identifier, mais comme l’annonce des obsèques paraît également dans la presse, on peut supposer que la mort et sa commémoration sont aussi censées toucher le « public » dans son intégralité.

  • 26 Voir les contributions de P. Boutry dans J. Le Goff, R. Rémond, Histoire de la France religieuse, t (...)

36Les dossiers ne renseignent pas sur ce que devient le corps pendant ce temps. On le retrouve, installé tôt le matin au moment de la cérémonie, sur l’île de la Cité. Comme l’indiquaient les invitations, elle commence par un service religieux « en l’église métropolitaine Notre-Dame », systématique pour les agents parisiens à partir de 1890. Le moment peut sembler étonnant dans un processus de construction des « héros » de l’État républicain. Peut-être, comme le suggèrent les faire-part, s’agit-il simplement de respecter la volonté de la famille et sa foi religieuse ? Rien ne garantit pourtant la piété des familles de policiers. Ce service se déroule surtout à Notre-Dame, centre de l’espace sacré parisien et lieu des consécrations les plus importantes. Les descriptions des journaux laissent entendre que la cathédrale est alors parée de draps noirs qui recouvrent toute la nef et que les plus hautes personnalités politiques sont présentes… L’ordonnancement exact des décorations nous échappe, mais on retrouve les décorations-types des funérailles officielles analysées par Avner Ben Amos. La grande cérémonie religieuse semble bien faire partie intégrante du processus d’héroïsation des « martyrs » de la société : elle proposerait alors une trace du rôle que joue encore, en régime laïc, la religion catholique dans la production de la sacralité26.

  • 27 La caserne de la Cité, construite en 1863, abrite la préfecture de Police depuis 1871. La police ju (...)
  • 28 Le Journal, 19 janvier 1899, à propos des obsèques de l’agent Vallé.

37Le service religieux terminé, la cérémonie civile se poursuit en face, à la préfecture de Police27, « côté du parvis Notre-Dame » (carte 6). La proximité géographique des deux bâtiments renforce la question de l’articulation entre les registres. Un espace sacré original se dessine en tout cas à l’occasion des funérailles policières, au cœur même de Paris. Cette cérémonie « publique », où se retrouvent officiellement tous les représentants et les personnalités, a lieu dans la cour de la caserne. Les décorations demeurent difficiles à recenser, quoique le porche semble lui aussi « garni de tentures noires, aux armes de la ville28 » et que des catafalques ornent l’entrée et l’intérieur de la cour. La théâtralisation de la mort et son corollaire, la transformation de la signification du cadavre, sont alors largement entamées.

  • 29 A. Ben Amos, op. cit.

38La préfecture de Police a heureusement conservé les registres de signatures des personnes présentes à cette étape de la cérémonie. Dix volumes au moins de cette pratique alors courante29 sont disponibles pour la période 1899-1913, qui permettent d’étudier les signataires. Il est impossible de savoir si seuls les invités pouvaient signer ou si toute personne présente pouvait le faire, ce qui change la signification de leur acte. Mais dans tous les cas ce sont des personnes qui se sont déplacées et ont signé. Il s’agit pour elles de laisser une trace matérielle de leur présence et de participer ainsi concrètement au rituel. De plus, la signature s’accompagne généralement de la qualité en vertu de laquelle la personne s’inscrit, ce qui permet d’enrichir l’analyse des définitions de soi mobilisées au moment de l’événement.

39Les signatures les plus visibles sont celles des officiels invités : membres du gouvernement, directeurs de cabinet – ou, selon l’émoi suscité, leurs représentants – préfet de police, préfet de la Seine, président et membres du conseil municipal, chefs de service de la préfecture, ou encore représentants du monde de la justice (avocats, procureurs)… Certains registres comptent jusqu’à quarante signatures de ce type. Elles sont importantes, et la liste est ensuite distribuée à la presse, qui la reproduit dans son compte-rendu des funérailles, puis est officialisée dans le Bulletin Municipal Officiel.

  • 30 « Un oubli », Le Journal, 7 novembre 1901. À ce sujet, voir C. Geertz, « Centre, rois et charisme : (...)
  • 31 Le 5 mai 1904, le général commandant la place de Paris, Viox, envoie une lettre d’excuses au présid (...)

40Les associations, de tous types, forment un autre groupe de signataires : sociétés de secours mutuel, sociétés de musique… Beaucoup restent liées aux notions d’« ordre » ou de « sauvetage ». Sur le registre de l’agent Garnier, on trouve ainsi les signatures des « Volontaires du IVe » ou du « Syndicat de défense du quartier Saint-Lazare ». Mais les plus fréquentes sont celles de sociétés comme les « Sauveteurs de la Seine », ou la « Société des ambulanciers de la Seine-et-Marne », etc. Des associations de moralité apparaissent aussi, comme les « Dames françaises », régulièrement inscrites. Ces présences actives viennent, par leur geste, accroître la charge de sens des obsèques. L’acte n’est pas vain non plus : participer à cette cérémonie permet d’être marqué en retour par son aura. En signant, ces groupes savent qu’ils seront eux aussi mentionnés dans la presse. En 1901, à l’occasion des obsèques de l’agent Bailly, l’Association des infirmiers de France signale même au Journal qu’elle a été oubliée et demande à être mentionnée30. Ce besoin de reconnaissance et ce type de demande concerne aussi les grands fonctionnaires, les hommes politiques ou les plus rares industriels qui signent ces registres31.

  • 32 Nous avons vérifié toutes celles mentionnées sur le registre de l’agent Monnier, du 18e arrondissem (...)

41On trouve également de nombreuses signatures de voisins, qui ne laissent que leur adresse : « M. Motte, 106 bd Saint-Germain », « 211 rue d’Allemagne », « Mme Veuve Bouveau, 127 rue Legendre ». Il peut s’agir de représentants de syndicats et d’associations structurées de quartiers qui viennent eux aussi pour être reconnus et mentionnés dans la presse – d’autant qu’une question d’honneur du quartier est en jeu. Mais la plupart des signatures, généralement nombreuses, sont discrètes et émanent de voisins ou de simples habitants venus comme tels rendre hommage à l’agent. Lorsque l’on vérifie les adresses32, il apparaît qu’elles proviennent de voisins directs (du même immeuble), de voisins proches du domicile ou du poste de l’agent (à deux rues), ou d’habitants du quartier ou de l’arrondissement. Elles témoignent, à leur manière, de l’inscription sociale du policier dans son quartier.

42Restent les nombreuses signatures de policiers. Beaucoup sont celles des agents des délégations officielles, qui représentent davantage l’institution que les agents eux-mêmes. Mais le nombre de ceux qui se définissent comme « policiers » ou « gardiens de la paix » (ou « agent », « gp »…) dépasse en général celui des policiers des délégations. Les registres portent également des signatures de « policiers retraités », signalant l’existence d’une solidarité professionnelle et confortant un peu plus l’hypothèse d’une identité propre aux agents.

43Ces différents « groupes » dessinent en quelque sorte les « cercles visibles de l’émotion » de la mort policière, ou, plus justement les « cercles de l’implication » (car rien ne garantit l’émotion réelle de ces acteurs) : État, préfecture, Ville, associations liées aux notions d’ordre, de sauvetage ou de morale, quartier, voisinage, profession… Cette diversité, qui rappelle qu’il n’y a pas de « participant-type » à ces manifestations, montre la pluralité des réappropriations possibles de l’image plus globale du policier comme symbole de la civilisation. Il n’y a pas là de contradiction : s’il est capable d’engendrer tant de réceptions différentes, cela montre bien qu’il est devenu, en filigrane, une figure globalement consensuelle qui échappe à une signification univoque.

  • 33 Voir A. Ben Amos, op. cit.

44À la sortie de la préfecture de Police s’impose un dernier acteur, la foule. Une « masse » de personnes occupe le parvis Notre-Dame, pendant que s’organise le cortège. À lire les journaux ou les rapports de police, l’affluence est toujours « considérable », sans que l’on puisse vérifier. Lors des funérailles de l’agent Bailly, en 1901, le chiffre de la foule passe, selon les rapports policiers, de trois cents à mille personnes. Des interrogations persistent aussi sur la composante et la participation de cette foule, que les mêmes récits décrivent comme « recueillie ». N’y trouve-t-on pas surtout de simples curieux et des badauds, plus attirés par le spectacle que par la volonté de rendre hommage au policier33 ?

  • 34 O. Ihl, « Les rangs du pouvoir. Régimes de préséance et bureaucratie d’État dans la France des xixe(...)
  • 35 À partir de 1904, mais les participants et l’ordre paraissent exactement fixés en 1905 et 1907. L’o (...)

45Il est difficile de répondre. Des photos des funérailles de l’agent Périn en 1911, sans doute réalisées par les soins de la préfecture de Police et destinées au musée de la Préfecture, permettent, malgré leur orientation partisane, d’approcher un peu cette foule et l’ordonnancement qui l’organise. Le char funèbre est saisi le long des grilles du Luxembourg et se trouve au milieu de la rue, richement décoré. Il est suivi par un cortège dont le flou veut évoquer l’importance. Sur le trottoir, séparé, des curieux observent : la présence « populaire » est bien là, sans que rien dans l’attitude des passants ne permette de répondre à la question posée plus haut. Il apparaît en revanche que le char dessine un espace propre et structuré, où chacun a une place définie selon son rang et son implication. Le cortège obéit en effet à un protocole fixant fermement l’ordre des préséances. On en connaît les enjeux politiques et symboliques34. Il n’est pas possible de détailler ici cet ordre des représentations, mais on peut noter qu’il ne correspond pas aux grands règlements fixant les protocoles d’État de 1804 et 1907. Président du conseil municipal et président du conseil général sont en tête, tandis que les représentants de l’État central (président de la République, président du Conseil, ministres, secrétaires d’État…) sont en queue de cortège, après la famille. Cela tient sans doute au fait qu’il s’agit de funérailles municipales plutôt qu’étatiques35, mais la précision souligne également la diversité des configurations protocolaires possibles en ce début de xxe siècle, ainsi que la variété des moyens par lesquels la République parvient à se faire représenter. La société donne en tout cas une définition organisée d’elle-même à l’appui de cette reconnaissance officielle.

1. Notre-Dame de Paris 2. Caserne de la Cité 3. Place du parvis Notre-Dame
Carte 5. L’espace sacré des policiers parisiens

  • 36 A. Ben Amos, op. cit.

46Sur la photo, le cortège est en marche et les axes de circulation sont fermés durant le trajet. La procession marque en effet un temps et un espace à part, sacrés, dans le rythme ordinaire de la ville. Le cortège passe par le boulevard Saint-Michel, ce qui confirme la fonction symbolique des nouvelles artères construites par Haussmann36. Il emprunte ensuite, d’après les comptes-rendus de journaux, le boulevard Saint-Michel, le boulevard Montparnasse, la rue Campagne- Première, le boulevard Raspail et le boulevard Edgar-Quinet, avant d’arriver au cimetière Montparnasse. Cet itinéraire, de l’Île de la Cité au monument des Victimes du devoir, ne correspond pas à celui des funérailles des « grands hommes », qui passent plutôt devant les hauts lieux de la ville : Palais Bourbon, Sénat, Élysée, Panthéon, etc. Une fois encore, l’espace sacré parisien paraît pluriel. Le cas des sergents de ville de banlieue est également instructif. Leurs funérailles sont financées par la préfecture de la Seine et se déroulent longtemps dans les communes concernées. Dans les cortèges, les représentants de la ville de Paris sont alors remplacés par ceux de la Seine et de la commune, mais pour le reste, réactions journalistiques, ordre protocolaire et discours sont identiques. Les agents de banlieue apparaissent donc associés aux luttes de la grande capitale au sens large, mais le partage administratif entre Paris et la banlieue s’exprime encore : le phénomène illustre une nouvelle fois l’ambiguïté des communes de la banlieue parisienne, lieux à la fois centraux et périphériques. À partir de 1911 toutefois (avec les funérailles du sergent de ville de banlieue Périn), cette dichotomie s’estompe et les corps des agents, de Paris ou de banlieue, se dirigent tous vers le monument des Victimes du devoir, où va s’achever la fixation des définitions.

Les oraisons funèbres

  • 37 N. Loraux, L’Invention d’Athènes, Paris, La Haye, Berlin, 1981 et J.-P. Vernant, « La belle mort et (...)

47À l’arrivée au cimetière, des discours officiels sont prononcés. Le rôle des oraisons funèbres est essentiel et a été souligné à plusieurs reprises, notamment, à propos de la Grèce antique, par Nicole Loraux, puis Jean-Pierre Vernant37. La mise en spectacle de ces discours est difficile à saisir. Un dessin de presse atteste ce que nous savons déjà de cérémoniaux analogues : l’orateur est situé sur une estrade, entre le monument et l’auditoire. Placée entre le haut et le bas, entre le monde des morts et le monde des vivants, sa position exprime son rôle d’intercesseur. Trois orateurs se succèdent en général : le préfet de police, le président du conseil municipal et un dernier, variable, pouvant être le maire de l’arrondissement, le préfet de la Seine ou le représentant du ministre de l’Intérieur. Ils reproduisent de cette manière les différentes appartenances administratives du gardien de la paix. Très codifiés, ces discours achèvent la cérémonie et inscrivent une dernière fois, au seuil du caveau et au plus près du cadavre, la signification commune et partagée de cette mort.

48Chaque orateur intervient au nom de la personnalité collective qu’il représente. Les membres du conseil municipal manifestent la reconnaissance de la ville envers l’agent, expriment publiquement son statut de héros puis l’assurent, devant sa famille et la préfecture, de son inscription dans la mémoire de la capitale.

Monnier fut un de ces modestes serviteurs de la Cité, un de ces très vigilants et très braves gardiens de la sécurité publique, que la conception du devoir, à la fois simple et forte, jette au devant du danger. Et lorsqu’ils tombent, obscurs défenseurs de leurs concitoyens, ils laissent derrière eux un superbe exemple d’humble abnégation que tous leurs camarades sont prêts à imiter. La population parisienne garde aux braves morts au champ d’honneur comme le gardien Monnier un souvenir plein de reconnaissance.

49L’argument du président du conseil municipal, M. Chautard, à l’occasion des obsèques du gardien de la paix Monnier en mars 1907, reprend cette association désormais acquise entre cet « humble serviteur » et la défense de la société.

  • 38 Discours prononcé aux obsèques du sergent de ville Lancelle (17 novembre 1910).
  • 39 Discours aux obsèques du gardien Besse, 10 juillet 1905.

50Les discours les plus aboutis sont ceux des préfets de police, particulièrement ceux de Lépine après 1893. L’arsenal rhétorique se nourrit des canons de l’éloquence républicaine : phrases rythmées, ponctuation forte, usage généreux de la métaphore (« c’est un de moins dans une phalange de braves38 »), recours à l’impératif (« Messieurs, pleurons la mort héroïque du gardien Doré »), au registre de l’émotion (« pardonnez mon émotion : je viens encore aujourd’hui enterrer un des miens »), et référence aux valeurs transcendantes du régime. Trois idées sont plus précisément martelées, selon un identique déroulement. Après avoir évoqué le drame et réaffirmé le caractère héroïque du décédé, Lépine commence par relater la « douleur » de la préfecture de Police, qu’il présente comme une « famille » cohérente et soudée. C’est un de ses thèmes de prédilection et il profite de l’occasion pour rappeler, en direction de l’institution comme du public, les « traditions d’honneur et d’abnégation professionnelles39 ». Puis il insiste sur l’image d’un agent mort tantôt au service de la ville, tantôt de la société. « Il est beau de mourir pour son semblable et c’est un spectacle que nous donne trop souvent, hélas, le corps des gardiens de la paix » lance-t-il lors des obsèques de l’agent Doré. Il retrouve en général le champ lexical militaire, campant un « soldat de l’ordre et de la paix » qui protège une société agressée par « une armée du crime toujours plus menaçante ». Bien sûr, il insiste à son tour sur la collaboration entre la ville et l’agent.

51Ces moments sont enfin pour lui l’occasion d’adresser une parole plus politique. Selon le préfet, ces décès sont liés à l’inégalité de moyens qui oppose les criminels, protégés par les lois, et les agents, ligotés par le respect de la liberté individuelle. Il faut donc, répète-t-il, au nom de la sauvegarde de la société et de la civilisation, faciliter la répression. La péroraison prononcée aux obsèques de l’agent Pelleter en 1910 résume l’idée générale :

  • 40 Discours du 10 août 1910.

Compatir à la misère humaine, venir au secours des plus faibles [c-à-d adoucir la législation] comme c’est tentant. Mais il importe de décourager le crime par la perspective du châtiment ! Ce serait tourner le dos au progrès pour revenir à la barbarie. Ce serait en tout cas mettre en péril le premier bienfait de la civilisation […] : la sécurité, le respect de la vie humaine40.

52Au-delà de la critique de l’adoucissement pénal, les mots sont lâchés (« civilisation », « progrès », « barbarie »). Lépine exploite une ambiguïté fondamentale de la période, partagée entre la peur du crime et la marche du progrès, ambiguïté qui marque aussi, nous l’avons vu, le statut symbolique des agents. Par ses oraisons, Lépine synthétise donc les significations de la « victime du devoir ». En les détournant, il en révèle même les plus profondes.

53Pris ensemble, ces discours définissent le nouveau statut du cadavre. Leur audience dépasse en fait le cadre des participants, puisqu’ils trouvent un écho dans la presse, qui les reproduit parfois dans leur intégralité. Ils achèvent ainsi le processus aux yeux du corps social. Le nom de la nouvelle « victime du devoir » peut ensuite être gravé sur le monument et rejoindre la lignée des ancêtres collectifs.

  • 41 J.-P. Vernant, « La belle mort ou le cadavre outragé » et « Panta Kalà. D’Homère à Simonide », in L (...)

54Reste à explorer un aspect, souligné par les historiens de la mort antique, la mise en écriture postérieure de la victime du devoir. Selon Jean-Pierre Vernant41, les funérailles antiques n’ont de sens que dans la mesure où elles sont prolongées par la tradition épique, qui seule assure l’immortalité. Toutes proportions gardées, le même enjeu se retrouve ici, à travers deux formes de mises en récit caractéristiques de la fin du xixe siècle que l’on peut repérer. La première est celle de la presse. Les journaux jouent en effet un grand rôle dans la commémoration et la mémoire. Au moment du drame lui-même et du premier processus d’héroïsation, les articles évoquent généralement les « Victimes du devoir » les plus récentes. À partir du milieu des années 1900, la plupart des grands titres commencent même à tenir une rubrique « Victime du devoir », qui propose un décompte autonome. Si elle ne fait pas forcément la une des journaux, elle se distingue par une mise en scène spécifique (celle du Matin a pour cadre une bordure de fleurs et propose les photos des derniers agents concernés) et par la mise à jour continue des listes : elles développent un procédé littéraire et graphique qui crée un espace à part dans le journal, d’autant plus signifiant qu’il obéit à un autre rythme, à plus long terme, que celui du quotidien.

  • 42 On peut alors, en pure hypothèse, se demander si la presse et la production historique n’ont pas po (...)

55La seconde forme, déjà abordée, est l’écriture historique de la préfecture de Police. La première liste, établie en 1896 (elle permet à Lépine de parler de la « tradition » du dévouement), est constamment mise à jour par la suite. L’institution inscrit de cette manière le policier dans la lignée des autres victimes du devoir, que ce soit dans la pierre du monument de Montparnasse ou dans le marbre de l’histoire officielle que continue de produire la préfecture. Ces deux mises en écriture ne sont pas contradictoires. Même si elles suggèrent des conflits de légitimité, elles sont aussi complémentaires : la presse produit une forme de mémoire immédiate, à court terme (on évoque en général les dernières victimes du devoir connues), qui permet de réactiver le souvenir et l’émotion, quand la deuxième correspond à une inscription dans un temps beaucoup plus long, qui assure la sauvegarde de la victime du devoir dans « l’Histoire42 ».

56Le « parcours du corps » que nous venons d’évoquer est donc double : physique et symbolique. Après la cérémonie, l’oraison funèbre et la mise en récit postérieure, le policier en tenue est passé d’une famille à une autre, de la sienne, privée, à celle des héros victimes du devoir dont il devient un membre.

Rites de passage et partages sociaux

57Ce transfert apparaît très ancré dans la société de la Belle Époque et permet ainsi de préciser les logiques propres des divers protagonistes.

  • 43 Voir à ce sujet : C. Braconnier, Improbable cité. Paris et la transition démocratique au début de l (...)
  • 44 Voir O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

58Pour la préfecture de Police, et notamment pour Lépine, la promotion de ces funérailles vise en effet à se réapproprier les nouvelles représentations du policier en tenue, à les mobiliser pour renforcer un « esprit de corps » et à les diffuser pour les rendre plus « évidentes ». Chez les policiers eux-mêmes, ces cérémonies renvoient à la constitution malaisée d’une identité professionnelle. Ses contours demeurent complexes et fuyants, faute de sources notamment, mais il semble que chacune de ces morts socialement reconnues vienne nourrir une culture et une identité policières qui ne recoupent pas pleinement les attentes hiérarchiques. Du côté du conseil municipal parisien, les funérailles permettent de relancer la question des appartenances effectives du policier sous la Troisième République. En célébrant ce personnage ambigu, partagé entre une dimension parisienne et une dimension nationale, la municipalité procède aussi à un travail d’auto-définition caractéristique de la période : elle s’affirme à la fois comme capitale de la France et ville autonome, ce qui lui permet de conserver son statut symbolique sans être inféodée à l’État43. Quoique la participation de ce dernier reste plus discrète et réduite à une simple présence au sein du cortège, le fait suggère aussi la dimension nationale de l’émotion soulevée par la mort des gardiens de la paix parisiens. On peut aussi se demander si de telles funérailles ne renvoient pas, à leur niveau, à la politique républicaine d’édification et d’« éducation » populaire44. Enfin, ces cérémonies publiques s’inscrivent dans les nouveaux systèmes de représentation du policier que nous avons dégagés. Le policier est bien cette figure d’une société normée et civilisée, à la fois ferme et fragile, menacée par tous les marginaux. Ces indications n’empêchent pas la recomposition des oppositions après coup ni l’existence de groupes indifférents (que nous ne pouvons, bien sûr, saisir), mais on observe bien un mouvement de fond qui fait que ces funérailles apparaissent comme un révélateur de nombre des mutations que nous avons pu observer à la fin du xixe siècle.

  • 45 A. Van Gennep, Les Rites de passage, Paris, Picard, 1981 (1re éd., 1909).

59Toutefois, le rituel n’est pas seulement un révélateur, il est aussi un acteur. Il peut alors être davantage analysé comme rite de passage45. Dans cette perspective, la mort du policier en tenue est perçue par la société comme une menace de dissolution du corps social et le rituel cherche, par la mise en scène de la hiérarchie sociale et de ses valeurs à recréer l’ordre social mis à mal. Produit de ces transformations, ce cérémonial, une fois en place, serait aussi une mécanique qui assure leur reconduction : à chaque nouvelle « victime du devoir », les acteurs sociaux s’organisent selon un ordre convenu à l’avance pour réactiver la signification donnée à ces agents et l’image que la société veut se donner à elle-même. Le phénomène n’est pas automatique : on a vu combien la maîtrise des émotions est parfois difficile sur le moment et combien les tensions persistent. Ce sont d’ailleurs elles, pour partie canalisées dans le protocole, qui assurent la dynamique d’échange du rituel. Il s’agit bien d’un échange vivant, en tension.

  • 46 D. Kertzer, Ritual, Politics and Power, Yale University Press, 1988.

60Ses effets sont alors de trois ordres. Le rituel assoit et entretient d’abord l’idée de cette nouvelle relation entre ces agents et la société. Parce qu’elle est un moment de communion partagée et mimée, la cérémonie participe à la plus grande intégration symbolique de cette figure policière. Elle produit en effet, par-delà les oppositions et les critiques courantes, un moment de consensus « creux », ou plus exactement, suivant les propositions de David Kertzer46, une solidarité dans laquelle chacun trouve son compte, et qui s’affirme en dépit des divergences. Elle exprime la force d’attraction acquise par les gardiens de la paix et contribue, par à-coups, à la plus grande normalisation de cette figure dans l’espace national.

  • 47 P. Bourdieu, « Les rites comme acte d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, n° (...)

61Ce rituel ne se contente toutefois pas de réunir, il opère également des partages. Comme tout « rite d’institution47 » (et nous comprenons ici la préfecture, le conseil municipal et l’État), il sert à tracer la ligne qui sépare les quatre univers concernés : celui des vivants et des morts, du monde profane et du monde sacré, des morts policiers inconnus et des victimes du devoir. Au cours du processus, la catégorie prend ainsi chair et densité en même temps que le cadavre se charge de sens. Il contribue ce faisant à rendre plus proches et plus « réelles » les nouvelles transcendances censées organiser le monde social.

62Les partages sont enfin de plusieurs types. D’autres interviennent au sein du corps social, en séparant intérieur et extérieur, ceux qui en font partie et ceux qui sont désignés comme exclus. Il participe ainsi à l’élaboration d’une nouvelle frontière qui traverse les catégories sociales et oppose les « Parisiens », la « population », la « société », les « honnêtes gens », la « Nation » ou la « République », aux « criminels », « marginaux », « anarchistes », « alcooliques », « fous », mais aussi, lorsqu’il s’agit d’accidents ou de noyades, à la « fatalité » ou la « misère ». Il oppose ainsi la « société » aux « forces de barbarie et de destruction », prolongeant des tendances plus lourdes de l’imaginaire social et politique.

Prolongements

63Bien que marqué par une sorte de cohérence répétitive, le rituel possède aussi une certaine plasticité et évolue à la fin de la période. Ses à-côtés, ses prolongements et ses modifications permettent alors de préciser les significations en jeu.

Souffrances à distance : hommages provinciaux et souscriptions

64Les chemins détournés de certains cortèges confortent par exemple l’ampleur nationale prise par les « victimes du devoir ». Certaines familles peuvent vouloir récupérer le corps du défunt pour l’enterrer dans le caveau familial. La préfecture propose alors un arrangement : le corps est conduit jusque devant le caveau des victimes du devoir à Montparnasse, puis est récupéré par la famille qui peut l’inhumer dans son tombeau. C’est le cas de celui des agents Bailly, Besse, Garnier ou Périn. La disposition, qui distingue un corps abstrait, au nom gravé sur le tombeau, et un corps physique, qui retourne à la famille, exprime particulièrement bien la transformation symbolique opérée par la cérémonie. Ce type d’arrangement n’est pourtant pas toujours possible. Sans que l’on puisse savoir si le fait résulte d’un conflit avec la famille ou d’une procédure normale, le corps est parfois emmené directement de l’Île de la Cité vers le tombeau familial, en général à l’extérieur de Paris. C’est ce qui arrive à ceux des agents Besse et Dufresnes, emmenés l’un à Bray-sur-Seine (Seine-et-Marne), l’autre à Rosendaël (Nord).

  • 48 S. Sauget, op. cit.

65La cérémonie a alors lieu à l’Île de la Cité et les oraisons funèbres se déroulent à la gare. Cela n’étonne pas d’un lieu qui apparaît alors comme celui de la modernité et de la civilisation en marche48. Mais la gare est aussi un lieu de transition. Une fois le corps arrivé dans la ville ou le village d’origine, une nouvelle cérémonie a lieu, qui regroupe les officiels locaux (préfet, maire) et les habitants. La présence du cadavre, source de sacralité, permet à ces autres villes de célébrer, à travers « l’enfant du pays », leur participation à la lutte nationale contre le Mal social. Le procès-verbal du conseil municipal de la ville de Rosendaël du 15 novembre 1909 est explicite : « un enfant de Rosendaël, Charles-Florent Dufresnes, a été tué à Paris le 14 octobre 1909 en accomplissant dans des circonstances tragiques son devoir de gardien de la paix. Par des funérailles solennelles, Paris et Rosendaël ont rendu un éclatant hommage au soldat de l’Ordre tombé au champ d’honneur. » Ces nouvelles funérailles, qui reproduisent les premières, confirment l’idée que le gardien de la paix est désormais une figure qui dépasse le seul cadre policier et parisien.

  • 49 Sur cette question, voir J. Goody, La Culture des fleurs, Paris, Seuil, 1994 (1re éd., 1993).

66Les nombreux dons et souscriptions organisés à l’occasion des obsèques aboutissent au même constat. Une part importante de ces envois d’argent sert à offrir des couronnes destinées au char des funérailles. On connaît la symbolique de cette pratique, inscrite dans un temps long de l’Occident : signe de régénération et de vie, la couronne symbolise l’assurance d’une existence après la mort et la perpétuation du souvenir parmi les vivants49. À lire les préparatifs de la préfecture et les comptes-rendus des agents ou de la presse, ces dépôt de fleurs revêtent les mêmes enjeux que la signature sur les registres. Chaque représentant fait déposer une couronne sur le char mortuaire avec une inscription indiquant le destinateur : président du Conseil, conseil municipal, services de la préfecture, associations, groupes de commerçants et de quartiers… Et ces couronnes et leurs messages sont évoqués à chaque fois par les journaux pour souligner la juste émotion de la société. Comme les sommes versées dépassent en général le prix des couronnes, le supplément, appelé « reliquat », est ensuite distribué aux familles et rejoint les autres dons qui leur sont plus directement envoyés.

  • 50 Le calcul est difficile, car il n’est jamais sûr que les dossiers recensent l’ensemble des dons reç (...)

67L’ensemble peut former une somme importante, qui varie en fonction de « l’affaire » et de son contexte. Le calcul précis de ce que les familles ont reçu est malaisé, mais il peut en certaines occasions dépasser la dizaine de milliers de francs50 : à la mort du gardien de la paix Dufresnes, en 1909, qui fait suite à une manifestation devant l’ambassade d’Espagne, la veuve et les enfants reçoivent plus de 22 000 F ; à celle du gardien Garnier, tué en plein boulevard par la bande à Bonnot, la famille touche au moins 10 800 F.

68Deux circuits du don se distinguent en fait. Le premier a lieu à l’intérieur du milieu professionnel, c’est-à-dire de la préfecture de Police. La pratique, dont nous avions vus les prodromes à la fin du Second Empire, semble s’être développée sous la République et concerner maintenant les gardiens de la paix. Les premières souscriptions sont restées spontanées : les dossiers des années 1880-1890 montrent le désarroi du cabinet de la préfecture de Police face aux multiples dons envoyés de manière désordonnée. L’essentiel vient des autres gardiens de la paix (de l’arrondissement, des autres arrondissements, ou des communes de banlieues), mais une part, variable, provient aussi des autres employés et fonctionnaires de la préfecture (inspecteurs, commissaires, secrétaires…). La pratique conforte l’existence d’une identité institutionnelle plus large, « policière », à partir des années 1890. Ces souscriptions s’institutionnalisent ensuite progressivement et, à partir de 1904, les autorités tendent à l’organiser plus rationnellement (apparemment, un arrondissement sur deux à chaque fois, avec roulement d’un cas à l’autre.) Il ne s’agit toutefois pas là de l’imposition d’une obligation financière, mais plutôt d’un travail de fixation d’une identité en cours de définition, dont l’institution veut être le ciment.

  • 51 Au Figaro, le produit de la souscription s’élève à 2 948 F pour l’agent Périn, mort en 1911, et à 2 (...)

69Le flot des dons et souscriptions déborde ensuite le seul milieu professionnel et concerne ce que l’on pourrait appeler le public. Les journaux se distinguent parmi les souscripteurs les plus importants. Grands quotidiens ou organes de presse plus confidentiels donnent des sommes non négligeables : le directeur du Petit Parisien verse 200 F à la famille de l’agent Doré en 1904, celui du Nain Jaune 100 F à celle de l’agent Deray en 1910. Ils ouvrent surtout dans leurs colonnes de véritables appels à souscription auprès des lecteurs, puis récoltent les dons et les transmettent au préfet de police, ou directement à la famille. Des organes comme Le Figaro ou encore Le Matin s’investissent particulièrement dans ce type de campagne et récoltent des sommes souvent importantes51.

70Un autre ensemble de donateurs est constitué de personnalités prestigieuses, souvent d’origine aristocratique. Ils prolongent une pratique plus ancienne de la charité publique : le comte de Cassillon de Saint-Victor envoie par exemple 200 F à la famille du « martyr de la société » Besse, et le prince de Monaco 100 F à celle de Périn. Importants, ces dons ne sont pas totalement désintéressés et cherchent aussi la reconnaissance officielle de la générosité du donateur. Les envois sont médiatisés et les donateurs les plus célèbres ou les plus généreux, comme la comtesse Arcona-Visconti qui institue en 1910 la « fondation Peyrat » (destinée à aider les agents blessés en service et les veuves des agents tués), voient leurs noms inscrits sur des plaques de bronze situées à l’intérieur des locaux de l’institution. Ils révèlent une fois de plus la capacité, socialement reconnue, de la préfecture à fixer la mémoire.

  • 52 En général, une souscription est organisée au sein du quartier, un commerçant ou un marchand de vin (...)
  • 53 Voir J.-L. Marais, Histoire du don en France de 1800 à 1939. Dons et legs charitables, pieux et phi (...)

71L’essentiel, non des sommes, mais du nombre des dons relève toutefois de sources plus diverses. Ces dernières sont les plus intéressantes pour notre propos, car lorsque l’émotion de la mort est particulièrement intense, elles témoignent d’un flot venu de toute la France. Si beaucoup des envois sont issus du quartier d’exercice du défunt et de Paris52, une part importante provient d’entreprises, d’administrations publiques, de notabilités diverses, de particuliers, voire d’anonymes qui font de simples envois de 1 à 5 F. Les dons peuvent concerner tout le pays, villes, campagnes, et parfois même colonies : lors des obsèques de l’agent Deray, un don de 10 F provient même de Saïgon… S’affirme cette dimension véritablement nationale de la figure du gardien de la paix parisien « victime du devoir ». Ces envois, comme le confirment en général les courriers qui les accompagnent, s’inscrivent nettement dans une logique de don/ contre-don : d’après les justifications mentionnées, ils se font « en hommage » ou plus clairement « en remerciement », voire en « dédommagement » de l’acte héroïque d’un agent qui est toujours identifié comme « victime du devoir » ou victime « de son dévouement ». En donnant de l’argent, l’idée est de payer une dette en regard du sacrifice réalisé par le policier pour la défense de la société. On mesure alors l’extension sociale de l’image du policier, rempart de la société contre les menaces intérieures, qui fait que des personnes a priori éloignées de ces agents se sentent impliquées par leur mort, de manière très concrète, au point d’envoyer de l’argent. Sans doute le sens de tels envois, qui s’inscrivent dans une pratique ancienne du don et de la souscription au xixe siècle, ne doivent-ils pas être surestimés53. Mais que les agents s’insèrent dans cette mise en place progressive et massive n’en reste pas moins significatif.

  • 54 Le fait est récurrent (Dossiers Bailly, Besse, Tazard, Périn), et l’argumentation toujours la même  (...)

72Reste à évoquer dans le même esprit toute une série de petits arrangements proposés au moment de la mort du policier en tenue, dont les dossiers gardent trace et qui témoigne cette fois de l’intensité de l’événement : c’est le médecin chargé de constater la mort qui refuse de se faire payer « eu égard à la mission toute spéciale qu’on lui avait confiée » ; c’est l’abbé du quartier qui propose des funérailles gratuites ; c’est le sculpteur qui propose gratuitement ses services, ou encore des artistes qui organisent des concerts à la mémoire du défunt54, etc. Ces gestes civiques apparemment spontanés indiquent de manière plus précise encore combien la mort du gardien de la paix est chargée de sens, même ici au niveau le plus immédiat et local. Elle constitue un moment à part, « hors norme », de suspension des intérêts ordinaires. Le phénomène conforte l’idée d’une urgence partagée, mais non toujours dénuée d’intérêt, à contribuer à la réparation collective de la blessure infligée au corps social. La participation et la profondeur sociale des pratiques étudiées semblent donc réelles.

Les usages sociaux de la catégorie « victimes du devoir »

73Elles gagnent par ailleurs en importance sur la période, comme le démontre la longue vie de la catégorie « Victimes du devoir ». Celle-ci dépasse en effet le seul moment de l’enterrement en d’instructifs usages sociaux.

  • 55 Note du secrétariat du personnel à « Monsieur Rey, archiviste adjoint, quai des Orfèvres, 36 », non (...)

74Le plus visible, aux mains de la préfecture de Police, est la muséification des agents élevés à ce statut. À partir de 1904, les dossiers conservent des annotations internes qui témoignent de cette politique : « Tazard Émile, né le 11.12.1876 sdv [i.e., sergent de ville] à Aubervilliers tué le 31 mars 1907. Photographie destinée au musée de la Préfecture55. » Les envois sont généralement faits quelques mois après les obsèques. Les dossiers contiennent par ailleurs des traces d’un autre usage, plus quotidien et concret. À partir des années 1900, des notes émanant du secrétariat général enjoignent de mettre à jour des « tableaux des victimes du devoir », dont on apprend la présence dans les postes, les commissariats, mais aussi dans les autres services de l’institution (Contrôle général, direction générale des recherches, cabinet du secrétaire général, division de la comptabilité, laboratoire de chimie…). Le travail d’édification interne et externe apparaît plus diffus que l’on aurait pu croire : tous les lieux de la préfecture de Police semblent, au début du siècle, posséder un tableau des victimes du devoir mis à jour à chaque nouvelle victime. On voit là un autre élément de la construction, par la préfecture de Police, d’un univers symbolique du policier adapté au nouveau regard social. Il ne faudrait pas en déduire que policiers et employés sont en permanence édifiés par la vue émue de ces tableaux ; ces derniers sont intégrés à la routine du métier et font partie du mobilier de base d’un local de police. Ils en tirent d’ailleurs peut-être une certaine efficacité, plus imperceptible et résiduelle. Reste une dernière fonction, évidente pour les locaux ouverts au public : les tableaux servent aussi à rappeler le caractère héroïque des agents aux administrés, c’est-à-dire à toute personne qui se présente (ou est « présentée »), pour une raison ou pour une autre, au poste. C’est là un prolongement de la politique de « communication » de la préfecture, inscrite, si l’on considère la fonction de ces postes et bureaux, dans le quotidien de la vie urbaine. Ils semblent avoir parfois été lus, comme le suggèrent ces demandes de renseignement sur certains des agents, effectuées, à lire les lettres, après avoir consulté ces tableaux.

  • 56 Voir C. Robier, « Titulaires et gérants de débits de tabac à Lyon (fin xixe- début xxe siècles) », (...)

75Ces usages de la catégorie « Victimes du devoir » dépassent le cercle professionnel. Les dossiers contiennent de nombreuses indications montrant que les familles tirent aussi avantage de leur nouvelle situation. Le plus visible et le plus courant est l’obtention d’autorisations permettant d’ouvrir des bureaux de tabac. Les demandes apparaissent à partir de 1894 et sont plus nombreuses après 1907. La qualification de « victime du devoir » semble alors essentielle à l’aboutissement de la demande : elle est évoquée, puis systématiquement vérifiée par l’administration des tabacs. Le 9 mars 1912, le maréchal des logis Garnier demande à l’administration les états de service de son frère, gardien de la paix « mort victime du devoir », pour appuyer la demande de bureau de tabac formulée par le père. La démarche a lieu à peine dix jours après le décès de l’agent, indiquant un réflexe devenu relativement habituel. Elle est bien sûr favorablement accueillie. De telles demandes et réponses ne sont pas anodines, puisqu’à cette période, ces autorisations sont en général réservées aux familles à l’égard desquelles l’État et la Nation ont une dette (pupilles, soldats morts au combat56…). Les familles peuvent profiter d’autres avantages sociaux, parfois plusieurs années après le décès de l’agent : placement des filles en pension, des garçons comme enfants de troupe, obtention de postes dans l’administration, aides diverses. À chaque nouvelle demande, les familles rappellent la qualification du mari ou père défunt, élément essentiel du dossier. On perçoit là l’importance, sous la Troisième République, de ces niches administratives destinées à récompenser ceux qui ont œuvré pour la Nation. La catégorie trouve ici une traduction administrative directe.

76Une autre est plus nette encore. À partir de 1880-1890, nous l’avons vu, le conseil municipal débloque immédiatement, après les faits, des fonds pour les familles des agents reconnus victimes du devoir (parfois même avant que la préfecture n’en fasse la demande). La somme s’élève généralement à 600 F. Or, le 6 décembre 1909, un nouveau pas est franchi. Au moment où la victimisation devient plus intense, le conseil municipal décide « d’accorder aux veuves des agents victimes du devoir des allocations viagères fixées à la moitié du traitement maximum de l’emploi dont l’agent décédé était titulaire, sans que le total soit inférieur à 1 500 F ». La décision est étendue en janvier 1910, sur proposition du conseil général de la Seine, à l’ensemble des veuves des agents de banlieue victimes du devoir. Cela signifie que les veuves en question touchent désormais 1 500 F par an à vie, soit à peu de choses près, le salaire moyen d’un agent en exercice. Elles ne risquent donc plus rien financièrement. Surtout, la catégorie est bien officiellement reconnue, intégrée dans un règlement et exprimée par une allocation régulière d’argent. Elle devient clairement cette fois une réalité administrative et juridique : être veuve ou orphelin d’une « victime du devoir » au sein de la Troisième République relève d’un statut spécifique, socialement reconnu et valorisé, dont on peut user concrètement.

77La catégorie « Victime du devoir » n’est donc pas une abstraction oubliée après l’enterrement ou consignée dans des ouvrages destinés aux seuls archivistes. Elle constitue un statut actif et efficace, de plus en plus inscrit dans le tissu des activités professionnelles, sociales et administratives, ce qui lui confère, en retour, une épaisseur particulière au sein de la société – et la renforce.

Intensifications « fin de siècle »

  • 57 Note interne du 7 juin 1904.
  • 58 Lettre du 12 janvier 1905.
  • 59 Note du chef du matériel de la préfecture de Police au préfet, 16 janvier 1905.

78D’autres traces attestent de l’intensification du phénomène au début du xxe siècle. En font partie les « retours de mémoire », c’est-à-dire les redéfinitions mémorielles a posteriori. Les premières à opérer un tel travail sont les familles des victimes : des demandes d’informations sur les parents disparus apparaissent à partir de 1900 et se font plus nombreuses à partir de 1903-1904. Cette année-là, M. Sonnet demande au préfet de lui offrir l’Histoire du corps des gardiens de la paix « en qualité de fils de Sonnet, mort victime du devoir en 187157 ». Un an plus tard, en 1905, le fils de Nicolas Tousseul, également décédé en 1871 pendant l’investissement de la Commune, veut savoir où il peut se procurer « le tableau représentant le monument élevé à la mémoire des agents morts victimes du devoir (tableau affiché dans les commissariats)58 ». Le tableau est envoyé quatre jours plus tard59. Les familles cherchent par ces requêtes à se procurer, pour un usage privé, une trace officielle de cet ancêtre devenu un héros. De telles demandes montrent l’existence d’une mémoire familiale, constituée et entretenue, qui répond à des évolutions propres : on observe un intéressant transfert du culte des ancêtres depuis la société vers les familles, après héroïsation sociale. Bien sûr, la préfecture de Police encourage et facilite ces demandes, dans une volonté de renforcer un lien plus intime entre l’institution et le public.

  • 60 A. Corbin, « Coulisses », in Perrot, M. (dir.), De la Révolution à la Grande Guerre, t. IV de P. Ar (...)

79Le travail de réévaluation mémorielle tend même à devenir une autre activité à part entière de la préfecture de Police, une fois le phénomène de victimisation acquis. En 1912, elle procède par exemple à une actualisation de la mémoire officielle en publiant une nouvelle liste des agents « morts pour le devoir ». Elle recense alors, en plus des anciennes « victimes du devoir », tous les agents décédés depuis 1896. La liste ne concerne plus les seuls gardiens de la paix, mais l’ensemble des employés de la préfecture de Police, signalant un élargissement de la mémoire institutionnelle. Les récits sont par ailleurs codifiés et enrichis. Les biographies de 1912 mentionnent désormais systématiquement le statut familial de l’agent (mariage et nombre d’enfants) ainsi que son lieu d’inhumation. Elles sont également plus enlevées et adoptent volontiers un ton épique qui renforce l’héroïsation de l’acte, rompant avec la sécheresse « objective » des premières biographies. Au « sous-lieutenant à la 4e compagnie […], il fut mortellement blessé au combat de Clamart le 13 octobre 1870 » de l’ancienne nécrologie, la nouvelle substitue un récit de la mort du gardien Lherminier où « les balles sifflaient de tout côté et l’on avançait difficilement. Arrivé en haut de la rue [il] reçut un coup de feu et tomba en tournant deux fois sur lui-même. » De fait, les récits valorisent davantage l’individu policier, la notion de sacrifice et l’émotion ressentie. L’évolution accompagne celle du récit de presse, dont les lignes dégagées ne cessent de se renforcer. À la fin des années 1900, le ton doloriste est devenu celui de toute information sur le sujet, fût-elle brève et factuelle. Le fait révèle la plus grande charge émotionnelle dont sont alors revêtues les victimes du devoir, qui se nourrit sans doute aussi de l’individualisation croissante de la société et de l’intensification du sentiment de perte liée à la mort60.

  • 61 Lettre du conseil municipal de Saint-Cyr-l’École, 16 mars 1911.
  • 62 Voir A. Ben Amos, op. cit. et O. Ihl, op. cit.
  • 63 L’extension de la ville aidant, la rue Charles-Dufresnes se trouve aujourd’hui à Dunkerque au nord- (...)

80D’autres éléments confirment cette évolution. Par deux fois, à partir de 1904, le nom d’un agent « victime du devoir » est donné à une rue. L’exemple le plus renseigné est celui du gardien Dufresnes, mort en 1909, évoqué plus haut. Le procès-verbal du conseil municipal de Rosendaël, la ville natale de l’agent, après avoir rappelé que « Paris et Rosendaël ont rendu un hommage éclatant au soldat de l’ordre tombé au champ d’honneur », conclut : « Rosendaël doit conserver ce souvenir et le conseil municipal a décidé de donner son nom à la rue qui vient d’être ouverte près de la maison où il est né. » Décision réalisée la même année. La reconnaissance de l’agent Dufresnes ne s’arrête toutefois pas là. L’année suivante, le préfet de police reçoit une lettre du conseil municipal de Saint-Cyr-l’école (Yvelines)61 expliquant que le conseil a décidé de donner « à une rue de la commune le nom de l’agent Dufraine [sic] tué l’an dernier ». Nous n’avons pas trouvé de lien direct entre l’agent et cette commune, mais les membres du conseil demandent une biographie au préfet, que celui-ci s’empresse bien sûr d’envoyer. Ces transferts témoignent à nouveau de la dimension nationale de la figure du gardien parisien mort victime du devoir, et du désir pour certaines communes de profiter de l’aura alors conférée. La capitale est elle aussi concernée par le phénomène. Par un arrêté en date du 5 avril 1904 « le préfet de la Seine a, pour rendre hommage à la mémoire de l’agent Bailly, donné son nom à une rue du 9e arrondissement ». Cette « rue de l’agent Bailly », mort trois ans auparavant, commence 13, rue Rodier et finit 32, rue Milton. On connaît ce phénomène de circulation d’un mode d’édification à un autre sous la Troisième République (funérailles, fête, manuel, nom de rue62). Par cet affichage, les policiers rejoignent les plus grands ancêtres sur les murs des villes et se dotent des mêmes fonctions : marqueurs symboliques de l’espace urbain, ils pénètrent le quotidien des citoyens et servent à leur orientation ordinaire. Certes, ce sont de toutes petites rues qui correspondent à leur statut d’« humbles » et « petits » héros sociaux. Mais leur nom fait corps d’une manière neuve avec la matière et la temporalité de la ville : les rues Bailly et Dufresnes existent toujours aujourd’hui63.

81Un dernier phénomène, délicat à analyser, peut enfin être signalé : les lynchages des meurtriers d’agents. À partir du début du xxe siècle, les morts policières violentes s’accompagnent presque à chaque fois d’un tel « lynchage » par la population. Sans doute les agressions de policiers, même plus anodines, ont-elles pu provoquer ce type de réaction dès la création des sergents de ville en 1830, même si nous n’en avons pas de traces. De tels lynchages, d’ailleurs médiatisés, ont eu lieu dès 1880 lors de la mort du gardien Rocxin, ou en 1894 avec la mort de l’agent Lucas. Mais une nouvelle situation se dessine à partir de 1907 : ils deviennent systématiques, quel que soit le quartier, et ils sont à chaque fois évoqués dans la presse. La consultation des répertoires des commissariats au moment des faits confirme la violence des coups portés sur le moment et le grand nombre des participants. Dans un contexte où la peur du crime et l’héroïsation du policier en tenue sont à leur apogée, il semble que lorsqu’un policier en tenue est tué dans la rue, son agresseur est immédiatement associé à la figure-repoussoir de l’apache (certains correspondant d’ailleurs très bien au stéréotype) et à l’ennemi absolu de la société. Son corps devient alors le lieu tangible où terrasser cette menace et les personnes présentes se jettent sur l’agresseur, le mettent à terre, le bousculent et le rouent de coups. Même s’il arrive au poste en sang, le meurtrier ne semble toutefois à aucun moment risquer sa vie et le terme de « lynchage » est bien pertinent (il est employé par les rapports de police comme par la presse). Nous avions vu l’existence d’une telle pratique, se substituant aux massacres, au moment de la Commune et à sa suite, mais elle concernait alors les agents ; ceux de la Belle Époque frappent désormais leurs meurtriers, suggérant un changement important survenu dans la perception de la police et de ses relations avec la société.

82Il est difficile de dire si la population partage aussi clairement cette lecture. La réaction est sans doute plus immédiate et les journaux jouent peut-être aussi un rôle : les participants savent que leur action fera l’objet d’une retranscription dans la presse, puisque la vengeance populaire fait partie des attendus du récit de la mort policière. Il n’est pas impossible qu’un jeu existe entre la réaction immédiate et sa médiatisation postérieure (ce qui expliquerait aussi leur moindre violence.) La notion d’honneur du quartier pèse également, les habitants voulant montrer que le « quartier » fait respecter l’ordre, dans le « bon sens » du terme. Les participants peuvent enfin simplement vouloir profiter d’une occasion de participer à une action définie comme socialement valorisante.

83Les demandes de récompenses a posteriori en témoignent. Lors de la mort du sous-brigadier Moreau en 1907, tué d’une balle par un certain Nicolas Courtz qu’il essayait d’arrêter, ce dernier est vivement agressé par la foule. Quelques jours plus tard, un garçon tripier nommé Cottereau vient à plusieurs reprises demander au commissariat du quartier Pont-de-Flandres une récompense pour avoir participé à l’arrestation. À l’appui de sa demande, il avait fait envoyer auparavant une lettre anonyme dans laquelle une « puissante association de malfaiteurs » (on retrouve l’image de l’armée du crime) menaçait une liste de responsables de l’arrestation comprenant les agents, et, bien sûr, lui. Il n’est pas sûr qu’il y croit lui-même et il n’obtiendra pas la récompense (n’ayant d’après les témoins donné qu’un violent coup de poing après l’arrestation), mais le fait montre comment il pensait pouvoir inscrire son acte dans une grille de signification bien déterminée. On mesure alors comment, au moment du lynchage, le corps de l’agresseur se charge bien de ces significations – mêmes si elles sont ici mises en récit après coup – à tel point que le simple contact physique peut être pensé comme un acte héroïque. Complexes et ponctuelles, ces pratiques témoignent à leur façon de l’évidence et des usages, au début du xxe siècle, de l’opposition police-civilisation/apache-dégénérescence. Elles suggèrent en outre que cette appréciation se détache progressivement des lieux d’actualisation que sont le journal et le rituel pour se diffuser plus largement dans les manières de voir de la population.

La guerre sociale à l’ère bureaucratique

84Le phénomène de « victimes du devoir » croît donc en intensité après 1900 et déborde le seul moment des funérailles. Il invite ce faisant à préciser certaines analyses.

  • 64 D. Handelman, Models and Mirrors, Toward an Anthropology of Public Events, Cambridge, 1990.

85Il amène en premier lieu à approfondir la question de la nature du rituel funéraire mis en œuvre. Celui-ci semble correspondre assez bien à ce que Don Handelman appelle des rituels de « présentation64 ». Selon l’anthropologue, les chercheurs doivent distinguer les rituels de « construction », propres aux sociétés « pré-modernes » qui sont nécessaires à la réactivation des valeurs et des hiérarchies fondant l’ordre social, et les rituels de « présentation », propres aux sociétés à État « modernes ». Dans ces dernières, comme la bureaucratie s’est peu à peu immiscée dans la vie sociale, imposant avec elle, dans les relations quotidiennes, les symboles de pouvoir afférents, ces rituels seraient moins nécessaires. Ils serviraient plutôt de réitération ostensible et collective de valeurs finalement peu menacées. Les funérailles des victimes du devoir seraient de ceux-là. L’intérêt de cette perspective est notamment de pouvoir associer, dans un même mouvement, la plus grande formalisation des rapports ordinaires entre gardiens de la paix et citoyens avec l’affirmation de ces funérailles publiques codifiées. Toutefois, les incertitudes des relations ordinaires, la lente mise en place de ces dernières et l’investissement que nous avons pu observer dans le phénomène de « victime du devoir » invite peut-être à la nuance. Cette « ère bureaucratique » n’est-elle finalement pas moins stabilisée que cela ? Et ces rituels ne sont-ils pas plus actifs et « constructifs » que ce que l’on pourrait croire ? Singulier, notre exemple invite à se demander si ces sociétés bureaucratiques ne doivent pas plutôt être pensées comme des processus certes puissants, mais jamais pleinement achevés.

86L’intensification et l’affirmation d’une dimension plus nationale des funérailles de « victime du devoir » invite ensuite à s’interroger plus précisément sur la définition de la société alors célébrée : au nom de quoi le policier en tenue est-il en fait réellement « honoré » ? Contrairement aux « grands hommes », ce n’est pas de celui de « la République », mais d’un principe plus flou. Le vocabulaire employé est instructif : ces agents sont désignés comme de « petits » héros, « modestes », « anonymes » et morts « victimes du devoir ». La valeur du dévouement pour la collectivité est caractéristique de la période républicaine, mais le sens de cette collectivité reste mal défini : il peut s’agir, selon les termes, de « Paris », de « la population » ou de la « société ». Ces modestes serviteurs se situent ainsi un cran en dessous des « grands hommes » : il ne s’agit pas pour eux de défendre le pays contre l’extérieur ou de grandir la nation française par des réalisations exceptionnelles, mais bien de protéger la population de l’intérieur, au quotidien, contre des ennemis moins glorieux, mais tout aussi insidieux. Dans la mesure où ces « petits héros sociaux » concernent aussi les pompiers et sans doute d’autres agents, le phénomène est sans doute plus ample. Il apparaît alors comme une trace de l’enracinement de l’identité nationale, mais aussi d’une définition plus contractée du « corps social » ou de l’idée d’un « quotidien » stable et répétitif. Il répond également aux nouvelles peurs, plus ordinaires et intimes, qui assaillent la population. À travers ces funérailles s’exprime ainsi un rapport qui n’est pas celui du citoyen au régime républicain, mais qui associe plutôt de manière plus étroite les individus et une nouvelle perception de la « population » ou de la « société ». Cela ne signifie pas que ce changement soit étranger à l’affirmation de la République, qui sait l’utiliser et l’intégrer à ses dispositifs d’enracinement, mais qu’il obéit à un mouvement social et culturel quelque peu décalé.

  • 65 Nous reviendrons plus loin sur cette question. Les analyses sur le processus de civilisation parten (...)
  • 66 Les liens peuvent être approfondis : le désir guerrier serait d’autant plus vif que ce processus de (...)
  • 67 Pour l’école et le régime républicain voir J.-F. Chanet, « Pour la Patrie, par le livre ou par l’Ép (...)

87La « société » ainsi menacée, en dernier lieu, est bien cette société normée, régulée, délicate, perçue comme indice de « civilisation urbaine ». Or, cet état apparaît comme devant être défendu dans une lutte à mort : le gardien de la paix est identifié comme un « soldat » au service de cette entité collective. Il se trouve ainsi au croisement de deux perspectives de la société française de la fin du xixe siècle, opposant d’un côté un « processus de civilisation » (développement de l’État, affinement des seuils de tolérance, hausse des interdépendances) et d’autre part une affirmation des « cultures de guerre » (nationalisation des esprits, développement de l’armée, expérimentation de nouvelles formes de violence65). Sans émousser la contradiction fondamentale de ces deux mouvements, il apparaît, à partir du cas du gardien de la paix, que les deux vont également ensemble : c’est au nom de l’adoucissement des mœurs et de la cohésion sociale que doivent être combattus plus fermement les ennemis de la société, traces de la dégénérescence (effet d’une civilisation mal menée) ou de la barbarie (la non-civilisation). Tout le phénomène de victime du devoir, de même que les évolutions plus larges qu’il saisit, renvoie d’une certaine manière à cette logique : l’attitude martiale serait aussi un effet du processus de civilisation66. Cette association civilisation/barbarie et volonté guerrière est connue des historiens pour l’ancrage de la nation républicaine ou la diffusion d’un « esprit de croisade67 ». Le policier en tenue parisien suggère cependant la plus grande variété des déclinaisons et montre comment l’association joue sur plusieurs fronts, y compris intérieurs, laissant peut-être entendre une particulière intensité.

  • 68 Voir G. Levi, « Les dangers du geertzisme », Labyrinthe, Thème, p. 36-45 (traduction d’un article p (...)

88Certes, ces analyses doivent pour finir être replacées dans le cadre du rituel et de ses extensions. Si l’intérêt des études denses de tels rites publics est de dégager le « texte social » à l’œuvre, dans sa solidité et son efficacité, son défaut est sans doute de trop en souligner la cohérence68. Une fois les funérailles terminées, et même en prenant en compte les lynchages de meurtriers, le « texte » tend en effet à se déliter. Les modes d’appréciations plus critiques sont de nouveau agissants. Les policiers en tenue sont rapidement pris dans la vie de la capitale, routine quotidienne et dans le réseau des relations ordinaires qui, on l’a vu, répondent aussi à d’autres perspectives. Il faut réinsérer ce rituel dans le tissu infiniment divers de la vie sociale. Son rôle n’y est cependant pas négligeable. Fruit d’un échange utile à tous les participants, il agit comme un « pôle » qui restructure régulièrement ce sens commun du policier et ses implications sociales et politiques. Compris ainsi, il signale à la fois la profondeur des transformations qui ont marqué cette relation police-société, mais aussi les tensions qui la travaillent en permanence.

Notes

1 Ce choix et cette approche s’inspirent notamment de certaines propositions de Clifford Geertz, notamment dans « Centre, rois et charismes. Réflexion sur les symboliques du pouvoir » dans Savoir local, savoir global, PUF, 1986 (1re éd., 1983).

2 Lettre du préfet de police au conseil municipal, 9 janvier 1841.

3 Retranscrit sur une note par un inspecteur en civil, non daté, signature illisible. Le corps de Jacques Petit est inhumé dans une concession temporaire.

4 Lettre, op. cit. La pension, finalement accordée, s’élève à 500 F annuels au lieu des 42,16 F initiale ment décomptés.

5 Voir E. Fureix, La France des larmes. Deuils politiques à l’âge romantique, 1814-1840, Paris, Champ Vallon, 2008.

6 Le Français, 9 juin 1874 (le récit du Moniteur universel est très proche).

7 Nous avons malheureusement trop peu d’informations à ce sujet. Ce décès donne lieu à une souscription spontanée parmi les habitants du quartier.

8 Communiqué du 17 juin 1880 relayé par les journaux et envoyé à la préfecture de Police. Les deux souscriptions, celle des habitants et celles de la municipalité, sont distinctes et s’additionnent.

9 Rapport de la 3e brigade des recherches, 19 juillet 1880, « Funérailles du gardien de la paix Rocxin du 2e arrondissement ».

10 Rapport du 18 mars 1884 (anonyme, émanant du cabinet du préfet de police).

11 Bulletin Municipal Officiel, 22 mars 1884, « Obsèques des victimes de l’explosion de la rue Saint Denis ».

12 À gauche de l’entrée principale, allée transversale n° 6. Construit en 1824, le cimetière du Montparnasse est le deuxième plus grand cimetière de Paris, après celui du Père-Lachaise. À partir de 1874, il n’accueille plus que des concessions à perpétuité, et devient à son tour un cimetière de célébrités. Moins chargé de significations politiques, il s’agit également d’un espace sacré et visité, ainsi que d’un lieu de mémoire parisien (voir annexe).

13 Trop utilisé, le terme de « rituel » serait pour beaucoup de chercheurs devenu inopérant. Dans la perspective descriptive qui nous occupe, nous en restons à cette définition lâche et ne préjugeons pas d’une nature plus définie pour l’instant. Voir A. Ben Amos, Funeral, Politics and Memory in Modern France, 1789-1996, Oxford University Press, 2000.

14 Sur les 84 dossiers, 67 concernent des gardiens de la paix. L’écart entre gardiens de la paix et autres services s’atténue à partir des années 1900 et ces derniers intègrent la liste officielle au cours de la décennie 1900-1910.

15 Si l’on considère la date de 1896 où le rituel est acquis, on constate une hausse du nombre de funérailles (1 ; 5 ; 7 ; 9), ce qui suggère la banalisation de la pratique. Le nombre des agents morts en service ne semble pas augmenter de son côté. Entre 1894 et 1903, il reste stable, autour de 40-45 par an (APP, DA 193).

16 « Héros et victimes du devoir », L’Éclair, 12 mars 1907.

17 Petit Journal, 20 février 1900 ; Petit Parisien, 11 mars 1900 (à propos de la mort de l’agent Maurs le 19 février 1900) ; Le Journal, 5 juillet 1905 (à propos de la mort de l’agent Besse le 4 juillet 1905) ; Le Matin, 12 mars 1907 (à propos de la mort de l’agent Monnier le 10 mars 1907).

18 Le Journal et Le Matin, 1er avril 1907. L’Éclair force le trait : « C’était un doux et modeste, sérieux et studieux, toujours un livre à la main. Ses collègues l’avaient surnommé “l’instituteur”. » (1er avril 1907.)

19 Voir M. Vovelle, La Mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983 et P. Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, Paris, Seuil, 1975.

20 « Les victimes du devoir. Un gardien de la paix assassiné », Le Petit Journal, 5 juillet 1905.

21 Rapport du 27 février 1912 au préfet de police.

22 Rapport de l’officier de paix du 19e arrondissement au directeur de la police municipale, 30 mai 1900.

23 C’est le cas lors des décès de Vallé, Fleurant, Moreau et Tazard.

24 Dossier « Périn » sergent de ville à Joinville-le-Pont tué le 20 février 1911.

25 M. Vovelle, La Mort et l’Occident, op. cit.

26 Voir les contributions de P. Boutry dans J. Le Goff, R. Rémond, Histoire de la France religieuse, t. III, P. Joutard (dir.), Du roi très chrétien à la laïcité républicaine (xviiie-xixe siècles), Paris, Seuil, 1991. Sans doute cette adaptation est-elle d’autant plus facile qu’il s’agit là d’un « modeste héros » qui ne représente pas exactement la République, au sens politique du terme.

27 La caserne de la Cité, construite en 1863, abrite la préfecture de Police depuis 1871. La police judiciaire occupe les bâtiments du palais de Justice, reconstruits quai des Orfèvres (la préfecture se trouvait auparavant dans l’ancien hôtel des Premiers présidents du Parlement, rue de Jérusalem, et dans l’hôtel de l’ancienne cour des Comptes annexée en 1844.)

28 Le Journal, 19 janvier 1899, à propos des obsèques de l’agent Vallé.

29 A. Ben Amos, op. cit.

30 « Un oubli », Le Journal, 7 novembre 1901. À ce sujet, voir C. Geertz, « Centre, rois et charisme : réflexions sur les symboliques du pouvoir », loc. cit.

31 Le 5 mai 1904, le général commandant la place de Paris, Viox, envoie une lettre d’excuses au président du Conseil pour n’avoir pas pu assister aux obsèques de Eugène Doré, mort en essayant d’arrêter un cheval : « je regrette vivement ce contretemps, qui m’a empêché de témoigner ma sympathie attristée pour une victime du devoir du corps des gardiens de la paix de Paris ».

32 Nous avons vérifié toutes celles mentionnées sur le registre de l’agent Monnier, du 18e arrondissement.

33 Voir A. Ben Amos, op. cit.

34 O. Ihl, « Les rangs du pouvoir. Régimes de préséance et bureaucratie d’État dans la France des xixe et xxe siècles », in Y. Deloye, C. Haroche, O. Ihl, Le Protocole ou la mise en forme de l’ordre politique, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 233-261.

35 À partir de 1904, mais les participants et l’ordre paraissent exactement fixés en 1905 et 1907. L’ordre normal des préséances est toutefois rétabli lors du compte-rendu du BMO : la présence du président de la République est mentionnée en premier.

36 A. Ben Amos, op. cit.

37 N. Loraux, L’Invention d’Athènes, Paris, La Haye, Berlin, 1981 et J.-P. Vernant, « La belle mort et le cadavre outragé », in L’Individu, la Mort et l’Amour, Gallimard, 1989.

38 Discours prononcé aux obsèques du sergent de ville Lancelle (17 novembre 1910).

39 Discours aux obsèques du gardien Besse, 10 juillet 1905.

40 Discours du 10 août 1910.

41 J.-P. Vernant, « La belle mort ou le cadavre outragé » et « Panta Kalà. D’Homère à Simonide », in L’Individu, la mort, l’amour, op. cit.

42 On peut alors, en pure hypothèse, se demander si la presse et la production historique n’ont pas pour le xixe siècle – dont elles sont certaines des formes discursives majeures – un statut un peu analogue, toutes proportions gardées, à celui de l’épopée pour l’Athènes des vie et ve siècles avant J.-C.

43 Voir à ce sujet : C. Braconnier, Improbable cité. Paris et la transition démocratique au début de la Troisième République. Étude de morphologie politique, thèse de sciences politiques sous la direction de P. Birnbaum, université Paris-I, 1998.

44 Voir O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

45 A. Van Gennep, Les Rites de passage, Paris, Picard, 1981 (1re éd., 1909).

46 D. Kertzer, Ritual, Politics and Power, Yale University Press, 1988.

47 P. Bourdieu, « Les rites comme acte d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 43, 1982, p. 58-63.

48 S. Sauget, op. cit.

49 Sur cette question, voir J. Goody, La Culture des fleurs, Paris, Seuil, 1994 (1re éd., 1993).

50 Le calcul est difficile, car il n’est jamais sûr que les dossiers recensent l’ensemble des dons reçus. Une évolution se dessine néanmoins : après les souscriptions impressionnantes des affaires Rocxin, la pratique devient systématique. En dépit des variations liées à l’émoi du moment, les sommes ne cessent d’augmenter : les souscriptions des agents produisent de 580 F en 1900 à 1 300 F en 1910, celles des « commerçants et voisins » de 200 F en 1900 à 1 200 F en 1910.

51 Au Figaro, le produit de la souscription s’élève à 2 948 F pour l’agent Périn, mort en 1911, et à 20 000 F pour l’agent Dufresnes, évoqué plus haut.

52 En général, une souscription est organisée au sein du quartier, un commerçant ou un marchand de vin se chargeant de récolter les fonds et de les transmettre. Certains voisins viennent également faire directement leur don au commissariat.

53 Voir J.-L. Marais, Histoire du don en France de 1800 à 1939. Dons et legs charitables, pieux et philan thropiques, Rennes, PUR, 1999 ; F. Caille, La Figure du sauveteur : naissance du citoyen secoureur en France (1780-1914), Rennes, PUR, 2006.

54 Le fait est récurrent (Dossiers Bailly, Besse, Tazard, Périn), et l’argumentation toujours la même : « Devant la douleur et l’ennui devant laquelle la veuve du malheureux agent Périn qui vient d’être victime d’une lâche agression, j’ai l’honneur de vous proposer avec le concours d’artistes de la localité et de Paris […] une soirée au casino de Joinville, que nous pourrions avoir gracieusement il est probable et dont le bénéfice serait versé entre les mains de Mme veuve Périn. » (Lettre de Maxim’Hill, artiste lyrique demeurant Paris 11e au commissaire de Joinville-Le-Pont, 14 février 1902.)

55 Note du secrétariat du personnel à « Monsieur Rey, archiviste adjoint, quai des Orfèvres, 36 », non daté.

56 Voir C. Robier, « Titulaires et gérants de débits de tabac à Lyon (fin xixe- début xxe siècles) », Bulletin du centre Pierre-Léon, Lyon, n° 1-2 1999, p. 147-160.

57 Note interne du 7 juin 1904.

58 Lettre du 12 janvier 1905.

59 Note du chef du matériel de la préfecture de Police au préfet, 16 janvier 1905.

60 A. Corbin, « Coulisses », in Perrot, M. (dir.), De la Révolution à la Grande Guerre, t. IV de P. Ariès et G. Duby, (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Seuil, 1999, p. 383-563 (1re éd, 1987) ; M. Vovelle, op. cit.

61 Lettre du conseil municipal de Saint-Cyr-l’École, 16 mars 1911.

62 Voir A. Ben Amos, op. cit. et O. Ihl, op. cit.

63 L’extension de la ville aidant, la rue Charles-Dufresnes se trouve aujourd’hui à Dunkerque au nord-est de la ville, entre la rue Anatole-France et la rue des Pêcheurs (elle fait également une centaine de mètres). En revanche, nous n’avons pas retrouvé de rue Dufresnes à Saint-Cyr-l’École.

64 D. Handelman, Models and Mirrors, Toward an Anthropology of Public Events, Cambridge, 1990.

65 Nous reviendrons plus loin sur cette question. Les analyses sur le processus de civilisation partent des travaux de Norbert Elias (le livre initial est séparé en deux dans sa traduction française : La Dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1973 et La Civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1975). La culture de guerre est abordée dans S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 14/18. Retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000. Récemment discutée, la notion peut s’utiliser au pluriel (A. Prost, Penser la Grande Guerre, Paris, Seuil, 2004).

66 Les liens peuvent être approfondis : le désir guerrier serait d’autant plus vif que ce processus de civilisation serait perçu comme intense. Cela, parce que ce qu’il y a à défendre est plus intimement ressenti, mais aussi parce que ce qui permettait de réguler les formes d’une violence acceptée tend à s’estomper. La comparaison avec les travaux récents sur le Moyen Âge est éclairante : ce qui change n’est alors pas une plus grande civilisation ou violence, mais un certain rapport entre le conflit et sa régulation, entre la perception de la violence et sa codification (ou son refoulement). Voir P. Contamine, La Guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, 1980 ; C. Gauvard, Violence et ordre public au Moyen Âge, Paris, A. et J. Picard, 2005.

67 Pour l’école et le régime républicain voir J.-F. Chanet, « Pour la Patrie, par le livre ou par l’Épée ? L’école face au tournant nationaliste », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 19, 2001, p. 127-144.

68 Voir G. Levi, « Les dangers du geertzisme », Labyrinthe, Thème, p. 36-45 (traduction d’un article paru dans les Quaderni Storici, n° 58, 1985, p. 269-277).

Table des illustrations

Légende 1. Notre-Dame de Paris 2. Caserne de la Cité 3. Place du parvis Notre-DameCarte 5. L’espace sacré des policiers parisiens
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540