Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Deuxième partie. La cristallisation d’un ordre public

Chapitre 7. L’institutionnalisation de la relation

Texte intégral

« En voyageant sur le territoire d’Ersilie, tu rencontres […] des toiles d’araignées de rapports enchevêtrés qui cherchent une forme. »
I. Calvino, Les Villes invisibles, 1972.

1L’enchevêtrement de coups, de paroles, de gestes, de regards, d’arrangements, d’évitements et d’indifférences qui constitue les interactions ordinaires entre les agents et les Parisiens est un domaine à part, qui évolue à son rythme. La principale difficulté tient une fois encore à la documentation. Les carnets de rapports ne sont plus disponibles, les dossiers d’assises s’épuisent après 1890 et la consultation des dossiers de correctionnelle devient difficile après 1905, pour des raisons légales. En revanche, les répertoires de commissariat sont plus conséquents et couvrent peu à peu tous les quartiers de Paris. Les dossiers de victimes du devoir proposent des notes de service inédites, tandis que les données statistiques, désormais réalisées par les administrations, permettent des regards plus amples. La modification des équilibres documentaires tend de cette manière à éloigner des rencontres initiales, d’autant que, sur la même période, les rapports de police se « ferment » et parlent moins des circonstances précises des faits rapportés. Pour saisir les éventuels changements, il convient donc d’insister sur les ensembles qui traversent les deux périodes, même si la situation archivistique met bien un peu plus à distance de notre objet. À moins qu’il n’apparaisse, après analyse, que cette distance ne soit précisément le reflet de la lente mutation en cours : une institution plus intégrée, des rôles sociaux mieux contrôlés de part et d’autre…

Les pesanteurs de l’ordinaire

2Le constat d’ensemble qui s’impose paraît pourtant la continuité. De 1880 à 1913, la présence policière signale autour d’elle les mêmes pratiques, les mêmes arrangements et les mêmes résistances que celles inaugurées en 1854, comme le montrent une série d’exemples que nous prenons dans un panorama proche, par bien des aspects, de celui de la période précédente.

Continuités

  • 1 Déposition de l’agent Grailly, du quartier du Mail, devant le juge d’instruction (ADVP, D2U6-124, V (...)

3Le policier, lorsqu’il est dans la rue, agit toujours selon son environnement sensoriel ou les réquisitions des habitants. L’essentiel des interventions suit encore un bruit, une action ou une scène jugée « anormale » et sa mission consiste – les dispositions n’ont pas changé – à les exclure du monde de la rue. L’agent continue donc de créer autour de lui un « ordre des apparences ». À Belleville, en 1873 comme en 1905, les participants au jeu dit « à l’anglaise », apparemment aussi nombreux, fuient invariablement à l’arrivée des agents, pour revenir ensuite. Les mendiants font de même. Ainsi Jules Vaussard, en mars 1900, recommence à mendier à la sortie de l’église Notre-Dame des Victoires, après avoir été chassé une première fois par des agents du 2e arrondissement, « quand il a cru ne plus être vu1 ».

  • 2 APP, Répertoire du commissariat du quartier de l’Odéon, 2 décembre 1905.

4Les formes et les jeux infimes de la déviance qui organisent l’espace quotidien de la ville, avec leurs ruptures, leurs arrangements ou leurs lectures décalées demeurent elles aussi. L’application des catégories de grande « déviance » obéit aux principes observés pour la période précédente. Le nombre d’arrestations de prostituées augmente toutefois considérablement sous l’effet de l’opinion publique, des politiques gouvernementales et des décisions préfectorales. À Belleville, l’agent Foucault semble spécialisé dans ce type d’arrestation en 1897, que les femmes soient encartées, occasionnelles, ou qu’elles soient de simples couturières à la très fragile culpabilité. Le commissaire opère là encore un tri dans un second temps. Les allures suspectes restent un critère d’intervention largement mobilisé, justifié ou pas, que ce soit de la propre initiative des agents ou sur réquisition des habitants. Le 2 décembre 1905, M. Balrich demande par exemple à deux agents d’arrêter un certain Brissaud, qu’il a vu dans son escalier avec deux fillettes, car « son allure suspecte lui a donné des doutes sur ses intentions ». Étant difficile de savoir ce qu’il en est exactement, le commissaire le relâche, non sans l’avoir mis en garde2.

  • 3 D2 U6-75, Rougé Antoine, 18 ans, Patriaut Justin, 25 ans, outrages, rébellion, violence et voies de (...)

5Ces interventions se heurtent à des résistances qui restent du même ordre. Les insultes sont courantes, leur base évolue peu. Le marchand de quatre saisons Leroux, le 15 septembre 1898, en offre un bon échantillon au gardien de la paix Pierre Hablizig, du 18e arrondissement (quartier des Grandes Carrières). Ivre, arrêté sur la réquisition d’une autre marchande de quatre saisons, Leroux traite les agents sur la route du poste de « fainéants, de brutes et d’assassins ». « Ce n’est qu’avec l’aide de mon collègue Cousin que nous l’avons amené », précise l’agent. Toutes les formes d’évitement – négation, excuse de la boisson ou fausse identité – sont constantes. Des pratiques se confirment, comme le faux vol policier, qui apparaît à plusieurs reprises dans les archives correctionnelles. Celui que mènent le jeune charretier Antoine Rougé et le caissier Justin Patriau est même exemplaire, d’autant que la source laisse peu de doutes sur le déroulement des faits3. À 9 heures du soir, à la Villette, le cocher Olivier Lugnon requiert les agents Louis Colombel et Nicolas Lyautey pour arrêter Antoine Rougé, occupé à frapper à coups de cannes, « sans motif », les passagers de sa voiture. Il oppose une vive résistance aux agents.

  • 4 Ordre de consigne des agents Louis Colombel et Nicolas Lyautey (19e arrondissement, quartier de la (...)

Il s’est rué sur nous à coups de pieds et coups de poings, disent-ils, et nous a traité d’assassin de brigand de salop qu’il fallait qu’il nous crève […] c’est à ce moment que le nommé Patriau Justin […] s’est jeté sur le gardien Colombel et l’a jeté dans le ruisseau en lui jetant son képi à travers la foule. […] Après l’avoir fouillé, il est parvenu à nous soustraire une pièce de un franc qu’il a caché dans la doublure de la ceinture de son pantalon, après nous avoir aperçu qu’il lui manquait ladite pièce qu’il nous a dit que nous étions des voleurs et des cons […] c’est lorsque nous l’avons fait déshabiller des pieds à la tête que nous avons trouvé ladite pièce à l’endroit ci-dessus4.

6La simulation du vol de la pièce par les policiers donne bien chair à l’image d’un policier voleur et brise symboliquement la légitimité de l’arrestation. Ces jeux de masques restent donc d’actualité.

  • 5 APP, Répertoire de commissariat du quartier de Belleville, 8 mars 1905.
  • 6 APP, Répertoire de commissariat du quartier d’Auteuil, 3 août 1895.

7Les résistances peuvent évidemment être plus franches et s’accompagner de coups. Lors de son arrestation, précisent les policiers, Rougé « a engagé le public a nous tué en disant que nous étions des fainéants » (sic). Dans les quartiers industriels et populaires, on retrouve le rôle fondamental de la foule, qui oblige parfois les agents à renoncer à leur intervention. D’une manière générale, les « ordres de la rue » demeurent des forces agissantes. Bals, cafés, groupes familiaux, professionnels ou de voisinage restent des moments ou des lieux de tension spécifiques. En la matière, le rôle des fortifications ne change pas, que ce soit à Belleville où une mère poursuit des agents qui viennent d’en faire partir les enfants, au prétexte que c’est « chez eux5 », ou à Auteuil où un homme ivre, réveillé alors qu’il dormait sur ce même endroit, leur hurle, furieux : « je vais vous crever la peau lorsque vous serez en civil, crève-la-faim6 ». à Belleville comme à La Villette enfin, la contestation du quartier (ou des groupes du quartier) reste une possibilité.

8L’opposition, rappelons-le, n’est pas systématique. L’agent peut accompagner cet ordre informel ou se trouver à la confluence de deux définitions inconciliables. Son action demeure quoi qu’il en soit marqué par les ordres, les arrangements, les contraintes ou les résistances. L’ordre qu’il instaure reste dynamique, négocié et partagé.

Modulations

  • 7 De fait, la récurrence au sein de chaque type documentaire est révélatrice et permet de conforter l (...)
  • 8 Ces trois quartiers, pour des raisons que l’on explique plus loin, nous servent ici de base de réfé (...)
  • 9 D2U6 6-105, Roy Eugène, 46 ans, outrage, ivresse, 29 août 1895 (1 mois).

9Des modulations apparaissent, adaptées aux nouvelles situations. C’est le cas des insultes. Si la base reste la même, la gamme des références s’élargit, écho de l’évolution des représentations. L’insistance sur la bêtise des agents est ainsi largement renouvelée. Les dossiers de procédures correctionnelles de 1855 à 1900 montrent qu’elle est déjà utilisée sous le Second Empire (une fois, en 1860) mais qu’elle devient fréquente à partir de 1895 (huit occurrences pour 18951900) et s’ajoute aux autres insultes usuelles. Les chiffres bruts sont minces, mais comme il s’agit de mentions que les agents précisent à leur convenance, de telles évolutions sont signifiantes. Les répertoires de commissariat proposent d’ailleurs une même image7. À Belleville, les insultes « bêtes », « abrutis » ou « imbéciles », sont deux fois plus nombreuses en 1897 et 1905 qu’en 1871-1873. Les données sont similaires dans les quartiers d’Odéon et d’Auteuil pour les six mois consultés de 1895 et 19058. Le plus important tient surtout à la manière dont l’insulte est proférée. Alors qu’il s’agissait d’une insulte sans relief, employée parmi d’autres, ceux qui l’emploient à partir de 1895 insistent sur cette bêtise supposée de l’agent : « je vous défie de faire un rapport vous êtes trop bêtes pour cela », hurle en août 1895 Eugène Roy, arrêté pour ivresse, aux agents qui le conduisent au poste9. L’insulte fait bien écho aux évolutions des représentations qui montrent un agent moins vif et perspicace, plus mou et bonhomme.

  • 10 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992-1998.

10Le changement le plus significatif est incontestablement l’usage nouveau et massif du terme « vache ». Les chiffres sont sans appel : dans les dossiers de procédure correctionnelle, la première mention apparaît en 1885 et devient fréquente à partir de 1895. Dans les mains courantes, si le terme n’apparaît jamais à Belleville en 1871-1873, il y est employé 39 fois en 1897, 27 fois en 1905. À Auteuil, pour les mêmes six mois de 1905, il est employé 10 fois et 14 à Odéon. Si elle n’est pas réservée aux seuls policiers, l’appellation « vache » devient l’insulte la plus courante à son égard à la fin du xixe siècle. Cette mutation du bestiaire policier n’est pas anodine. Si la mouche du début du siècle renvoyait à l’idée de pourrissement, de mort, d’espionnage et de tromperie, la vache, toujours selon le Dictionnaire historique de la langue française10, évoque celles de la mollesse, de la lenteur, de la bêtise et d’une certaine définition de la féminité. L’origine exacte de l’association, difficile à déterminer, est sans importance. L’essentiel est qu’elle correspond parfaitement aux évolutions du système de représentations du policier. Elle en confirme la présence « hors-texte » et montre du même coup comment les insultes renouvellent leur charge sémantique en fonction de leur environnement symbolique. Elles se dotent de cette manière d’une plus forte densité.

  • 11 Trente-sept de ces saisies se concluent par une contravention au propriétaire, facilement retrouvé.
  • 12 APP, Répertoire de police de Belleville, 11 octobre 1897.
  • 13 Ibid., 7 juillet.
  • 14 Le phénomène s’amoindrit en 1905. Peut-être les chiens sont-ils mieux pourvus, au moins en collier  (...)

11Les modifications du cadre social et culturel peuvent également changer certaines situations, comme l’illustre le cas des chiens de Belleville. Le développement de la rage et la peur de cette maladie à partir des années 1870 incitent les policiers à redoubler d’attention à l’égard des chiens. Ces recommandations sont sanctionnées dans une série d’ordonnances, dont la plus importante est celle du 20 mai 1892 : il ne s’agit plus seulement de se débarrasser des chiens vagabonds, mais d’éliminer tout animal susceptible d’être atteint d’hydrophobie et de capturer tout chien qui n’aurait pas de laisse, de collier ou de muselière. Or, dans le même temps, il semble que le nombre de ces animaux ait augmenté à Belleville, effet sans doute de la diffusion de l’animal domestique en milieu urbain : le phénomène, d’abord propre aux milieux bourgeois, semble devenu courant parmi les groupes populaires à la fin du siècle. La plupart de ces chiens ne portent évidemment ni collier, ni muselière, et circulent dans les rues. La conjonction des deux phénomènes explique le grand nombre d’arrestations de chiens à Belleville en 1897. Quarante-deux chiens sont saisis pour six mois de l’année 1897, que ce soit pour avoir mordu ou pour ne pas être munis de muselière ou d’inscriptions sur leur collier11. Or, ces saisies suscitent souvent des réactions indignées. Elles peuvent provenir des propriétaires, comme M. Charles Boivin, un chauffeur de 26 ans arrêté à 6 h 45 du matin rue Julien-Lacroix pour avoir traité l’agent qui emmenait son chien de « vache et sale graine12 ». Mais les réactions dépassent ce seul cercle. La veuve Poupart, une mécanicienne de 60 ans, « voyant les gardiens conduire deux chiens les a traités de “cochons13” ». Henri Huyghe, un « enfant limonadier » de 29 ans, insulte en septembre un gardien « qui ramassait les chiens disant il faut être lâche pour faire ce métier-là ». Toutes ces réactions se recoupent. Sans doute expriment-elles à leur manière la marque de propriété privée qu’est le chien, l’appropriation du quartier par les habitants (le chien arrêté est forcément le chien « de quelqu’un », et de quelqu’un du quartier), ainsi qu’un conflit de mode de vie (on essaie de refuser la plus forte charge réglementaire). Cela explique cette forme d’opposition, qui entretient d’ailleurs le sentiment de défiance à l’égard du gardien de la paix. L’exemple montre ainsi comment des évolutions dont on pensait qu’elles allaient de pair (pasteurisation, affinement réglementaire, développement de l’animal domestique, séparation public-privé) produisent des situations contradictoires, qui peuvent renouveler des formes d’oppositions plus classiques avec les policiers14.

12En dépit de ces modulations, la gamme d’activité et d’interaction semble avoir globalement peu changé. La continuité du choc de la présence policière, la longue durée des gestes de défense et d’évitement, l’inertie des modes d’appropriation spatiale, des formes de la rencontre journalière ou l’infinie diversité des situations quotidiennes l’expliquent. Les pesanteurs de l’ordinaire inscrivent ainsi les pratiques quotidiennes dans une temporalité autre que celle des aspects dégagés précédemment, une temporalité ralentie, qui rappelle que l’évolution décrite est contrastée.

Des professionnels de l’ordre ?

Écarts spatiaux et habitus calligraphique

  • 15 Pour cela, nous avons identifié les agents bellevillois à partir des mains courantes du commissaria (...)

13Des inflexions sont cependant sensibles. Le policier tend d’abord à se comporter davantage comme un « policier » sur le terrain. L’insertion socio-spatiale des agents en rend compte à sa manière. Les données tirées des dossiers des victimes du devoir ou des archives judiciaires témoignent du prolongement global du niveau de vie et de l’hybridation décrite pour les années 1860. Deux données changent cependant. La première est que les enfants des agents semblent de plus en plus choisir pour profession le monde de l’administration et moins l’activité artisanale. La comparaison reste toutefois délicate, sans compter qu’on ne sait pas si le fait indique que la police en tenue est devenue un temps de passage vers l’administration, ou s’il reflète simplement l’évolution de la composition sociale de la capitale, plus marquée par les classes moyennes. La deuxième modification est plus nette. Suivant les propositions règlementaires, les agents habitent en effet davantage hors de leur quartier d’exercice, même s’ils restent dans leur arrondissement. L’examen des adresses des agents de Belleville confirme les bribes tirées des autres archives15 : en 1872, tous les agents du quartier que l’on a pu identifier habitent leur quartier d’exercice, tandis qu’en 1905, leurs logements s’éloignent vers les quartiers voisins ou les frontières de l’arrondissement. Ces déplacements peuvent répondre à un souci d’économie ou à une volonté de distinction, mais ils laissent bien entendre qu’une certaine distance s’insère peu à peu entre les policiers et les administrés.

  • 16 Pour l’administration, voir G. Thuillier, Histoire de l’administration française, op. cit. Pour les (...)

14D’autres traces témoignent d’une imprégnation plus directe de l’administration, comme les instruments de travail quotidien des policiers (rapports, ordres de consignes et autres écritures administratives). Ils deviennent par exemple plus lisibles : les lettres sont plus rondes et déliées, l’orthographe est mieux respectée ; si les fautes restent nombreuses, on ne trouve plus de transcription phonétique comme cela était encore courant dans les années 1870. En dépit de la diversité des écritures, l’évolution est sensible en trente ans et témoigne des efforts de l’institution, sans doute à travers son école de police. Ces actes d’écriture, les gestes de la main qu’ils impliquent, signalent un processus d’« incorporation » et l’on observe ainsi, à partir des années 1890, l’existence d’un véritable habitus calligraphique chez les policiers. Le phénomène est certes plus général et concerne l’ensemble des forces de police, des mondes de l’administration voire de la société16. Mais la précision n’enlève rien à cette importance à l’égard des gardiens de la paix.

  • 17 D. Monjardet, op. cit. Ce faisant, ces documents parlent moins des particularités des rencontres et (...)

15Les gardiens font également preuve dans le même temps d’une meilleure maîtrise des formulations techniques et administratives. Le passage du « nous » au « je » est moins fréquent, les termes juridiques sont mieux utilisés, et d’une manière générale, les récits d’intervention mieux construits. Les rapports proposent un meilleur ajustement des mots et des choses, signifiant en quelque sorte que le policier se place d’abord du côté de son administration au moment de la rédaction. Le phénomène est d’importance : le rapport de police devient un élément rodé de la machine administrative et propose une version beaucoup plus fermée des faits. Les interventions sont mieux justifiées, ce qui est une caractéristique essentielle, selon Dominique Monjardet, de l’institution policière contemporaine17.

Techniciens du fugace et de l’ordinaire

16Dans le même ordre d’idée, les agents semblent de plus en plus se considérer comme des spécialistes. Ils font par exemple preuve d’une plus grande précision dans l’indication des lieux et des heures. Alors que jusque dans les années 1880 les horaires sont indiqués au quart d’heure ou à la dizaine de minutes près, ils le sont progressivement par groupes de cinq minutes, voire à la minute. En 1900, les agents n’interviennent plus à 9 heures, mais à 9 h 05. L’évaluation métrique s’affine selon la même chronologie. Le décompte des distances est plus sûr et l’on voit s’affirmer le centimètre dans les évaluations des agents. Ces transformations touchent là encore la société en général, mais permettent aussi aux policiers de s’affirmer comme des experts.

  • 18 D2U6-124, Mouche A., 73 ans, blessure par imprudence, 26 avril 1900 (13 F).

17Leurs récits apparaissent en outre de plus en plus spécialisés. Ceux proposés à l’issue des accidents de voirie en témoignent. Le savoir géographique et technique, ancien, se précise en effet. Le 7 février 1900, le gardien Armand Métivier, de la brigade des voitures, assiste à un accident place de l’Opéra : un cocher a écrasé une femme. Son avis est sans appel dès son rapport du 7 février et résumé dans sa déposition du 26 avril18 :

Le cocher, dit-il, venait de l’avenue de l’Opéra pour prendre la rue Auber ; la demoiselle Dupont était arrêtée au milieu de la chaussée et faisait des signes à quelqu’un ; le cocher a crié deux fois gare à une distance de 7 mètres environ ; elle n’a pas entendu et le cocher l’a renversée. Je l’ai arrêté alors que la roue arrière était à côté de la personne. Le cocher était à 4 mètres du trottoir de droite, par conséquent à sa droite. La demoiselle Dupont a été atteinte par le brancard. Rien n’empêchait le cocher de passer plus à droite ou plus à gauche. Il allait au trot ordinaire.

18Le récit exprime cette maîtrise technique, géographique, métrique. Il se destine surtout à apporter une conclusion à l’affaire : le cocher est responsable

  • 19 Voir J.-C. Farcy, D. Kalifa, J.-N. Luc (dir.), L’Enquête judiciaire en Europe au xixe siècle, Paris (...)

19– et il devra d’ailleurs payer une amende. Ces compétences (à quoi on pourrait ajouter la plus grande précision anatomique dans le descriptif des blessures reçues) sont certes ostentatoires, mais ont un rôle réel au sein d’un processus judiciaire qui se veut plus technique et scientifique19. L’amélioration des procédures d’enquête doit ainsi être prise en compte pour comprendre cette expression de « l’expertise policière ».

20Elle joue peut-être un rôle dans l’affirmation progressive de compétences qui se veulent propres aux gardiens de la paix. Premiers sur les lieux, ces agents découvrent en effet des traces fugaces, parfois essentielles à la résolution d’une affaire et qui ont généralement disparu à l’arrivée des enquêteurs (odeurs, chaleurs, attitudes). Les gardiens manifestent à ce propos un savoir-faire qui leur est propre. Ils sont attentifs aux dernières paroles des protagonistes, se montrent capables d’apprécier l’ivresse d’une personne ou d’identifier un type de revolver. L’évaluation des degrés d’ivresse, compétence ancienne, s’affine en se fondant non plus sur la démarche, mais sur les haleines. Les odeurs buccales leur permettraient de distinguer l’ivresse totale de la simple ébriété, la griserie où l’on est maître de ses actes, de celle où l’on est irresponsable. De telles précisions jouent toujours un rôle lors des enquêtes, d’autant qu’il ne peut y avoir de vérifications ultérieures. Dans le cas des revolvers, dont l’usage se répand à la fin du xixe siècle, les agents se montrent soucieux de la nature et de l’état de l’arme. Ils sont attentifs à leur chaleur, indice éphémère mais décisif d’un usage récent. Les gardiens de la paix développent donc autour du nouveau siècle une culture technique et sensorielle d’un nouveau type. Grâce à leur intervention immédiate, elle leur confère un espace d’autonomie et de pouvoir au sein des procédures d’enquêtes policières et judiciaires.

Une activité plus normative

21D’autres indices permettent de saisir des changements, plus directement liés cette fois au « terrain ». Le policier en tenue semble davantage faire respecter de lui-même les règlements de police. Le fait est évident dans le répertoire de commissariat du quartier de Chaillot. Pour les six mois de l’année 1905, on recense 13 interventions de ce type, pour des voitures mal éclairées, des chiens sans collier, des étalages ou des bancs dépassant les limites autorisées, des personnes qui battent leur carpette ou qui arrosent leurs fleurs à la fenêtre… Un certain nombre concerne des « désordres » sensibles, comme les défauts de stationnements, les embarras sur la voie publique, les phonographes en plein air : la gêne évidente qu’ils produisent oblige le gardien à intervenir. D’autres relèvent de réquisition. Mais la majorité (8 sur 13) sont des infractions purement réglementaires, a priori peu visibles et qui ne provoquent pas de « désordre » immédiat et manifeste. Les gardiens maîtrisent donc mieux les règlements (qu’ils les aient appris ou que les supérieurs leur en aient rappelé les dispositions le matin même) et interviennent bien plus de leur propre chef, après une évaluation spécifique de leur environnement. La situation est équivalente dans les quartiers d’Odéon et d’Auteuil en 1895 et 1905.

  • 20 Les trois autres, inclassables, concernent deux dépenses impayées (sur réquisition), et un jet de c (...)
  • 21 Le calcul d’efficacité cherche à évaluer le travail d’une administration par rapport aux fonctions (...)
  • 22 La question est par ailleurs de savoir par rapport à quoi cette efficacité est considérée. En 1871, (...)

22Les points de comparaison, pour ces quartiers plutôt aisés, manquent cependant pour réellement parler d’un changement. L’examen du quartier de Belleville, qui offre le seul suivi possible, entre 1871 et 1905, vient confirmer le constat. Si l’on excepte les contraventions pour ivresse et injures, on compte 18 contraventions réglementaires pour les trente et un mois de janvier 1871 à août 1873. Elles concernent en grande majorité des établissements ouverts après l’heure autorisée, des ventes sans permission, des embarras de la voie publique ou des étalages non conformes20. En 1897, 43 contraventions réglementaires sont dressées pour les six mois, toujours sans compter les cas d’injure et d’ivresse. L’essentiel porte alors sur les chiens sans muselière ou ayant mordu (19), puis sur les établissements ouverts tardivement et dans lesquels on joue de la musique ou sur les embarras. La nouveauté concerne les étalages mal réglés, les bicyclettes dépourvues de plaque ou les défauts d’éclairage sur les chantiers : ils témoignent de cet affinement réglementaire qui concerne des domaines de plus en plus précis. Les chiffres de 1905 attestent l’évolution. On recense 17 contraventions pour les six mois consultés, la chute étant liée aux contraventions pour défauts de colliers (2). Les contraventions les plus nombreuses restent celles des établissements ouverts tardivement, mais les étalages comme les défauts de plaque ou de lanterne conservent les proportions de 1897. Une nouveauté apparaît d’ailleurs : la chasse aux magasins installés sur des terrains vagues et aux cabanes destinées au commerce qui ne répondent pas aux normes d’hygiène. Il est alors possible de proposer des « calculs d’efficacité » montrant cette application directe des règlements par les gardiens de la paix21. On passerait ainsi de 0,56 application règlementaire par mois en 1871-1873 à 7,5 pour 1897 et 3 pour 1905. Malgré le pic conjoncturel de 1897, le changement d’échelle est évident et, bien qu’ils doivent être utilisés avec prudence22, ces chiffres confirment qu’au cours de la période les gardiens semblent bien appliquer plus directement les réglementations et dépendre un peu moins des sollicitations de leur environnement immédiat.

  • 23 Pour le dire vite, en 1830 les gardiens étaient surtout chargés de démasquer les tromperies qui men (...)
  • 24 L’expression désigne un certain rapport de la société au droit, qu’il s’agisse des ressources jurid (...)

23Cette évolution correspond bien sûr à la plus grande réglementation du monde social qui s’opère à la fin du xixe siècle, d’ailleurs visible dans les manuels de police23. Les évolutions du monde urbain, plus motorisé, organisé et régulé ainsi que les modifications de « la forme juridique de la société24 » sont en jeu dans ce processus. Mais cette adaptation n’avait rien d’évident et c’est aussi au prix du travail de professionnalisation que le gardien de la paix a pu devenir un des acteurs de sa pratique.

Fuites et masques

  • 25 La proportion est importante puisque notre échantillon comprend des infractions plus nombreuses et (...)

24Une des meilleures traces du changement d’attitude des agents dans la rue réside cependant dans les nouvelles formes de l’esquive policière. L’évolution des punitions établies par la hiérarchie en rend compte. Si l’on considère les seuls cas de « fautes de service », on constate qu’en 1865, les sanctions portaient surtout sur des ivresses durant le service, qu’elles aient lieu dans des établissements ou sur la voie publique, et sur des « scandales » (dont la nature n’est pas précisée), dans la vie privée ou sur la voie publique. L’administration avait alors la main lourde, la punition allant de trois jours de retenue à la rétrogradation pour les sous-brigadiers, voire à la révocation. En 1905, ces punitions concernent encore des ivresses manifestes (surtout dans les établissements) et quelques « scandales » privés, mais la sanction est cette fois moins lourde (de un à deux jours de retenue, voire une rétrogradation de grade ou de classe). Un nouveau type de comportement déviant fait surtout son apparition : les agents boivent, fument, discutent ou dorment de plus en plus dans des urinoirs, des kiosques de voitures, des gares, des seuils d’établissements, sous des portes cochères ou dans des couloirs d’immeubles. Si l’on prend en compte les infractions de service, on constate qu’environ un quart d’entre elles (23 %) se déroulent désormais à l’abri des regards25, quel que soit l’arrondissement.

  • 26 Les urinoirs sont les lieux les plus fréquentés : abris destinés à répondre aux nouvelles formes de (...)

25L’évolution, confirmée par des sondages intermédiaires, est significative : elle exprime d’une part l’alourdissement du contrôle hiérarchique et l’évolution des attentes institutionnelles, puisqu’il ne s’agit plus d’éviter les scandales mais de faire respecter les tournées et de s’assurer un meilleur contrôle du corps « en service ». Mais elle montre aussi, d’autre part, une nouvelle attitude des agents, qui se mettent bien à l’abri des regards pour transgresser la règle26. Les agents se « tiennent » donc mieux dans la rue, ce qui montre qu’ils en ont intériorisé les principes. Adaptation aux nouveaux modes de surveillance, ce comportement tient également à une certaine forme d’autocontrainte de la part des agents, pour nous indétectable, mais aussi à un changement d’attitude des Parisiens.

Distances de papiers

L’atténuation de la violence

  • 27 ADVP, Annuaire statistique de la ville de Paris, 1882-1913.

26Le comportement de ces derniers se modifie en effet. On constate en premier lieu une atténuation de la violence contre les agents. À partir de 1882, la publication de L’Annuaire statistique de la ville de Paris propose des données cohérentes et stables sur un temps long, qui autorisent une analyse chiffrée27. Catégories et mode de comptage sont toujours discutables, mais les résultats, que l’on trouve par ailleurs dans les cartons des archives de la préfecture, fournissent quand même un outil utile pour une observation ample. Si l’on considère les cas de « rébellion », c’est-à-dire d’outrages, mais aussi de résistance physique à l’action des agents, l’évolution est sans équivoque :

Graphique 5. Actes de rébellion, 1882-1912.

27On passe de 5 500 cas en 1882 à 1 200 en 1913, soit une baisse de 78 %, d’autant plus remarquable que le nombre de policiers, et donc d’occasions de rébellion, est passé de 6 000 à 8 000 dans le même temps.

28Le phénomène apparaît également de manière plus qualitative dans les archives judiciaires et policières. Il est net à la lecture des dossiers de procédure correctionnelle : si l’on donne toujours des coups de pied et des coups de poing, les blessures sont moins graves. À Belleville, les agents se heurtent encore à la population et doivent parfois sortir leur revolver, mais on ne trouve qu’une opposition aboutie pour les deux années étudiées, 1897 et 1905, alors qu’elles étaient fréquentes en 1871-1873. Des exceptions demeurent, comme pour le sergent de ville Angelin Flosé qui se heurte à une bande organisée, à la barrière d’octroi de Saint-Ouen. Il est battu et ses blessures sont lourdes, forçant l’agent à garder le lit plusieurs jours. Les séquelles des policiers blessés pourraient à vrai dire être plus graves, du fait de l’amélioration de l’armement : les couteaux continuent d’être utilisés et les revolvers font leur apparition (même si leur usage demeure surtout dissuasif) tandis que le coup de poing américain fait son entrée au début du siècle.

  • 28 D2U6-124, Vaussard, op. cit.
  • 29 Les données sont similaires à celles évoquées pour les positions allongées.

29Malgré cela, pour les interventions « ordinaires », le sang coule globalement moins, les coups sont moins durs et ce sont surtout les uniformes, notamment les képis et les pantalons, qui font les frais des agressions. De nouveaux gestes s’affirment, comme le fait de se coucher par terre. La pratique, présente en 1855, semble se généraliser et devient plus courante, toutes sources confondues. Auguste Vaussard, le mendiant évoqué plus haut, s’est ainsi « couché en disant vous ne me conduirait (sic) pas au poste […] Nous avons été obligé de le porter28. » S’allonger par terre permet de créer du scandale et contraint l’agent à s’emparer de soi. Elle retourne le sens initial de l’intervention, selon le principe de détournement déjà abordé. Autre pratique qui apparaît plus fréquente : le croc-en-jambe29, qui permet d’interrompre la marche des agents vers le poste, de faciliter la fuite de la personne arrêtée et de nier ensuite toute responsabilité en évoquant la confusion de la situation (en l’absence d’insultes ou de traces corporelles, il est impossible de retenir la rébellion dans de tels cas).

  • 30 D’autres travaux ont dégagé le passage de l’acte aux mots, de la violence physique au cri (voir par (...)

30L’opposition aux actions des gardiens de la paix, constante, se fait donc moins frontale et brutale. L’évolution témoigne sans doute de l’adaptation générale des sensibilités à la violence30, mais aussi de la mutation des formes de l’échange qui s’élabore progressivement.

La culture juridique au quotidien

  • 31 Répertoire du commissariat du quartier de l’Odéon, 23 novembre 1895.

31D’autres traces montrent en effet des modifications dans les interactions. Les habitants utilisent par exemple de plus en plus les numéros de collet, cette carte d’identité policière destinée depuis 1855 à manifester la soumission du préposé au « public ». Peu utilisé sous le Second Empire et aux débuts de la Troisième République, l’usage se répand à partir des années 1890-1900. Il est courant dans les derniers dossiers de procédure correctionnelle en 1900, dans ceux des victimes du devoir aux mêmes dates et dans la plupart des répertoires de commissariat consultés pour l’année 1905. Le réflexe de « prendre » le numéro ou de désigner l’agent par ce biais se généralise peu à peu. « C’est bon le n° 314, nous verrons cela31 », rétorque en novembre 1895, quartier de l’Odéon, un ouvrier de la ville de Paris à un agent qui le somme d’enlever un morceau d’asphalte. La désignation s’apparente à une véritable prise de pouvoir : elle ramène l’agent à un simple numéro et manifeste une appropriation de ce dernier par l’habitant, qui le met, symboliquement, à sa merci (si le gardien en rend compte au moment de l’arrestation, c’est justement parce qu’il la perçoit comme une menace). Elle témoigne par ailleurs de l’intériorisation par la population, à partir de 1900, de l’idée selon laquelle le policier serait à son service, et en montre un usage.

  • 32 Répertoire de commissariat du quartier d’Auteuil, 24 février 1896.
  • 33 Répertoire de commissariat du quartier de Belleville, 19 mars 1905.
  • 34 C’est-à-dire dans un autre arrondissement. Le phénomène a déjà été analysé, voir J.-M. Baruch-Gourd (...)
  • 35 Voir D. Roussel, « Paris en ordres et désordres. Justice, violence et société dans la ville capital (...)

32Dans le même ordre d’idée, les Parisiens semblent davantage opposer une culture juridique aux policiers. Cela apparaît de manière épisodique puis se généralise à partir de ces mêmes années 1890-1900. En février 1896, des personnes ivres rétorquent par exemple à un policier qui les poursuivait, une fois entrées chez elles, qu’il « n’a pas le droit de pénétrer chez eux sans le commissaire de police32 ». Lorsqu’en 1905, l’agent Gustave Bierry veut faire taire l’accordéon dont jouent un groupe de jeunes gens devant chez eux, ces derniers lui répondent « qu’il n’a pas le droit de [les] empêcher de jouer de l’accordéon parce qu’il n’[est] pas dix heures du soir33 ». Ce n’est que parce qu’ils le frappent ensuite qu’ils sont arrêtés. Ailleurs, ce sont des marchandes des quatre saisons qui refusent l’intervention d’agents, parce qu’elles se trouvent de l’autre côté de la « frontière34 » ou des marchands de vin qui revendiquent la qualité d’espace « privé »… S’observe dans la rue un plus grand usage du droit, ou plutôt d’une certaine idée du droit. Certes, dès le xvie siècle, et plus encore au xviiie ou au premier xixe siècle, les groupes populaires savent mobiliser des bribes juridiques lors de leurs procès35. Un degré autre s’exprime ici, puisque ces références sont désormais celles du droit codifié et unifié depuis la Révolution française et qu’elles sont utilisées en pleine rue, au moment des interventions. Elles témoignent d’une appropriation juridique dans un registre plus quotidien, au point que l’intervention de l’agent en est gênée (même si lui aussi connaît mieux ses possibilités réglementaires) et la procédure parfois repoussée à une audience devant le commissaire.

La pratique de la plainte

33L’une des meilleures traces d’un changement du comportement des Parisiens réside certainement dans la pratique plus fréquente de la plainte. Dans les dossiers de victimes du devoir qui sont les seuls à les conserver, on en recense vingt-six pour la période 1869-1910, avec un net accroissement pour la période 1900-1910.

Graphique 6. Plaintes contre les agents en tenue, 1869-1910.

  • 36 Voire avant : cf. F. Alazard, La Plainte à la Renaissance, Paris, Champion, 2008.
  • 37 Nous avons pris en compte les dossiers des gardiens de la paix ou de ceux qui ont été agents à un m (...)
  • 38 M. Wolff, un homme sans profession, mais qui se fait passer pour ingénieur, est ainsi en 1881 « un (...)

34L’impression de nouveauté est encore à discuter, d’autant que l’habitude de porter plainte devant les administrations remonte au moins au xviiie siècle36 et que la minceur de l’effectif invite à la prudence. Après tout, la hausse du volume des plaintes peut ne refléter que celle des dossiers de victimes du devoir, qui ne deviennent conséquents qu’à partir des années 1880. D’autres signes indiquent la nature du changement. De 1869 à 1890, les plaintes émanent en priorité de commerçants, de clercs ou d’anciens ingénieurs, pour des dettes impayées37. À partir de 1890, la pratique se diffuse socialement : à côté des catégories cultivées (publicistes, employés), on trouve aussi des individus issus de groupes plus « populaires » (blanchisseur, crieur de journaux, couturière ou marchande des quatre saisons…). Chez certains, socialement et sans doute personnellement fragilisés, se développe même une véritable manie de la plainte38. À sa manière, le trouble témoigne du développement d’une pratique qui ne concerne sans doute pas les seuls gardiens de la paix.

35Le contenu des plaintes écrites est instructif. Marie Fontanil, couturière et marchande de journaux, éclate ainsi dans une lettre du 26 août 1907 au préfet :

Monsieur le Préfet de police, Je ne puis laisser passer sous silence l’inconduite préméditée de l’agent mat[ricule] 213 10e arrdt a mon sujet sens aucun motif de ma part. (sic)

36Après avoir évoqué son affaire, elle conclut :

  • 39 Dossier « Pelleter ».

il n’est pas digne de son uniforme d’agent qui doit faire respecter le publique et non pour faire des rassemblements il a le droit de réclamer un récépissé en forme mais non par abus et motifs indélicats39.

37La référence au numéro de collet comme la connaissance des procédures est ici manifeste. Que l’argument soit vrai ou faux n’est pas la question : ce qui importe, c’est ce recours à une certaine forme et perception du droit. Il est d’ailleurs souvent difficile de dire, à l’issue des enquêtes menées par le Contrôle général, comment les choses se sont déroulées, tant les versions peuvent différer.

  • 40 Dossier « Lucas ».

38En revanche, les arguments mis en avant à l’appui des plaintes peuvent être plus facilement abordés. Un des plus fréquents est celui de la violence des agents. Ce reproche désormais acquis dans les discours sociaux est employé dans la majorité des lettres envoyées au cabinet du préfet de police. Ce peut être des coups effectivement reçus ou des évacuations brutales, sources de blessures et de contusions. Les faits rappellent à nouveau que lorsqu’ils sont de tournée (ou en bourgeois), les agents, moins contrôlés, maîtres de la situation, ont peut-être la main plus lourde. Jean Larbaud, un publiciste, se plaint dans une lettre du 1er juin 1909 d’avoir été violenté par les agents, un soir qu’il était de sortie avec des amis, alors qu’il s’apprêtait « à satisfaire le long d’un mur un pressant besoin ». D’après sa lettre, « l’agent 176 » l’a saisi violemment, emmené au poste, et sur le chemin, loin des regards, lui a porté « un coup sur la mâchoire avec une violence inouïe », qui le fait tomber contre une devanture de magasin. Il fait valoir des ecchymoses, un éclatement au côté droit de la lèvre inférieure, un veston déchiré en plusieurs endroits… La situation est peut-être plus ambiguë puisqu’il est impossible d’établir, à partir du récit des agents ou de celui des amis de Larbaud ce qui s’est réellement passé (les amis n’ont rien vu, quand les agents laissent entendre qu’ivre, il est tombé tout seul contre le trottoir). « Un doute subsistant sur la véracité des faits allégués de part et d’autre », note le rapport du Contrôle général, l’affaire est classée, « M. Larbaud considérant l’incident clos ». En dépit de ce cas, la tolérance s’abaisse globalement en matière de violence. L’argument est employé pour des saisies, des étreintes, voire des chapeaux tombés pendant l’intervention, toutes actions systématiquement qualifiées dans les lettres ou les rapports de « violentes » ou « brutales ». Dans une lettre de novembre 1891, un blanchisseur de Courbevoie, M. Lacoste, utilise lui aussi, même maladroitement, les termes appropriés : s’étant trompé de place, « j’ai été aprendé au corps par le sergent de ville que je connais pas son nom [sic] ». Il conclut, après avoir raconté le fait : « je réclame un blâme contre cet agent sans entrailles pour un citoyen […] qui s’est toujours conduit dans le bon chemin de l’honneur40 ». Les expressions comme « aprendé au corps », « blâme » suggèrent l’illégalité de l’action du gardien.

  • 41 Lettre anonyme, dossier « Moreau ». L’homme venait de tuer sa femme, puis avait abattu un sous-brig (...)

39Un autre des arguments mis en avant porte sur la manière dont les agents réalisent leur travail. Ce sont cette fois le plus souvent des textes collectifs émanant de « témoins ». Le 29 mai 1907, l’officier de paix du 19e arrondissement reçoit par exemple une lettre qui fait suite à l’arrestation mouvementée d’un certain Nicolas Courtz, accusé d’homicide41.

Monsieur l’officier de paix.
Qu’il soit permis d’attirer l’attention sur la conduite déplorable du sous-brigadier Lennion à l’occasion du meurtre commis hier soir…

40Suit le descriptif des erreurs imputées : Courtz se déclarant malade, le sous-brigadier aurait fait demander l’ambulance, ce qui lui laisse le temps d’essayer de fuir.

D’où mauvaise tactique de votre sous-brigadier qui provoquait ainsi une évasion […] Mais ce n’est pas tout ! Et c’est ici surtout que votre attention doit être attirée d’une façon particulière. Ce même sous-brigadier se permit de faire sortir l’assassin du violon [etc.] De tels faits de la part d’un sous-brigadier se passent de commentaires.

41L’officier de paix explique dans sa réponse que la lettre rend compte de l’excitation de la population et propose de la laisser sans suite, attendu que le sous-brigadier n’a fait qu’obéir aux ordres. L’exemple montre cependant que la pratique de la plainte paraît acquise, et que la population, qui connaît ou prétend connaître les missions de ses agents, semble parfois se donner un droit de regard sur leurs actions.

  • 42 Rapport de l’officier de paix Chevreuil au directeur de la police municipale du 12 novembre 1904, d (...)

42L’un des derniers griefs, couramment employé, concerne la grossièreté ou l’« indélicatesse ». À partir de 1890, il apparaît quel que soit le motif de la plainte. Le 12 novembre 1904, Alphonse Bouriot, un employé, vient au poste Saint-Merri (4e arrondissement) porter plainte car sa femme « a été prise par le bras par un gardien en bourgeois qui lui avait demandé grossièrement ce qu’elle venait de ramasser par terre ». En fait, le gardien Célestin Deray avait perdu un paquet dans cette rue et « voyant un paquet semblable entre les mains de la dame Bouriot, il l’avait touchée au bras et demandé si elle ne l’avait pas trouvé. Cette dame lui avait répondu que c’était de la charcuterie et que cela ne le regardait pas42. » Le gardien a finalement dû aller s’excuser chez les époux Bouriot, à la satisfaction de la dame qui ne donne pas suite à l’incident. Les gardiens doivent donc surveiller attentivement leur attitude à l’égard d’administrés de plus en plus réactifs. À l’inverse, les témoins peuvent parfois rétablir les agents dans leurs droits : c’est ce que fait au cours d’une enquête un marchand de vin, à la terrasse duquel une confrontation entre un agent et une marchande de quatre saisons a eu lieu : « C’est elle qui a tous les torts. Le gardien a fait preuve de beaucoup de patience et de modération et on ne saurait rien lui reprocher. »

  • 43 La définition la plus claire est celle que propose Georges Balandier dans sa préface de l’ouvrage d (...)

43Considérées avec les autres changements, ces plaintes montrent aussi la progressive intériorisation de ce que doit être l’action policière. On estime donc qu’il existe un comportement attendu des agents, qui sert de référence. S’il est pour partie codifié par la préfecture, son intégration se fait ici bien en deçà ou en dehors de cette dernière (qui doit s’y adapter ensuite). C’est en ce sens que l’on peut parler d’une institutionnalisation de la relation : de l’institutionnel s’insère dans les relations entre les policiers en tenue et les Parisiens. Le terme est à considérer ici dans son acception anthropologique, c’est-à-dire qu’il désigne non plus les organisations en elles-mêmes, ni leur capacité à créer et imposer des normes, mais bien les règles qui organisent les relations sociales ordinaires, ainsi que les recours formels et informels qui garantissent leur respect43. Il recouvre ici précisément deux aspects : des règles socialement acceptées, reconnues par les habitants comme par les administrations, qui s’insèrent dans les relations entre les deux parties (agents et citoyens) ; et une intégration par le bas du recours aux administrations, donc de l’idée d’une plus grande « présence institutionnelle » dans le quotidien.

Le papier et la distance

  • 44 Annuaire statistique de la ville de Paris, op. cit. Les données sont reproduites en annexe.
  • 45 Chaque donnée joue sans doute en variant dans le temps. Si l’on compte les arrestations pour vagabo (...)

44Il est possible de préciser l’ampleur et la nature de ce phénomène, grâce à l’étude des statistiques de la police municipale qui autorise une pesée globale44. Un des faits majeurs de la période est la baisse du nombre d’arrestations dans Paris. On passe, en moyenne, d’environ 40 000 par an en 1890-1900 à 28 000 pour la décennie suivante, alors, on l’a vu, que le nombre de policiers continue d’augmenter. L’évolution doit être relativisée : à partir de 1890, les chiffres concernant la prostitution sont soudain très importants (ils passent pratiquement de 5 000 à 6 000) et sont évalués à part. Dans la mesure où ils étaient faibles pour la période précédente, cela ne gêne cependant pas l’appréciation d’ensemble. Ensuite, la baisse des arrestations correspond surtout à des domaines ciblés. Celles qui concernent les vols, voies de faits et outrages aux mœurs diminuent peu. En revanche, les arrestations de vagabonds s’effondrent de 64 % (de 14 000 en 1882 à 5 000 en 1913) : politiques de relégation, dissimulations, répression moins active l’expliquent45. Les autres baisses concernent dans une moindre mesure les délits d’ivresse (312 en 1882, 85 en 1913) et les rébellions. On peut d’ailleurs, à la lueur des remarques précédentes, préciser leur analyse. Si les actes de rébellion diminuent, cela tient certainement à une moindre violence des Parisiens, mais aussi à une réaction moins immédiate des policiers – ou au fait que, par leur attitude, l’un et l’autre évitent les dérapages. Il est difficile de dire lequel des deux acteurs est le plus concerné : ces chiffres expriment plutôt une évolution conjointe, c’est-à-dire un changement de l’interaction. Ils témoignent ainsi parfaitement de cette idée d’une mutation d’ensemble.

Graphique 7. Arrestations et contraventions à Paris, 1882-1912.

45Cela est d’autant plus vrai que parallèlement à cette baisse des arrestations s’affirme une hausse des contraventions.

  • 46 Il est intéressant de constater que la baisse des cas de rébellion entre 1880-1890 et 1900-1910 cor (...)

46Elle correspond à l’augmentation constatée de l’activité réglementaire des agents (notamment en matière de circulation ou de respect des tailles d’étalages). Mais elle tient aussi à une hausse sensible des contraventions pour injures qui passent de 48 en 1882 à 4 500 en 1906. Leur analyse doit être prudente : les agents ne se laissent pas insulter plus facilement, mais les suites diffèrent. Les chiffres suggèrent que les cas d’injures se résolvent moins par l’arrestation et les coups (ou les coups et l’arrestation), que par le recours à la contravention46 – ce qui suppose que celle-ci est également mieux acceptée par la population.

47La hausse des plaintes des habitants et celle des contraventions peuvent alors être associées. En tenant compte des limites de la comparaison, il semble bien que le papier joue un rôle de médiation inédit entre les agents et les habitants. L’alphabétisation, le développement de la culture de l’écrit, l’essor de l’imprimé, la place croissante des administrations d’État y concourent. Cette médiation nouvelle permet sans doute une suspension du conflit immédiat, un report des tensions et, en un sens, une certaine mesure des comportements.

  • 47 Répertoire de commissariat du quartier de Belleville, 22 mai 1905.

48Cette médiation opère surtout en amont de la rédaction de la contravention ou de la plainte. Il faut revenir pour cela à l’autre bout de l’échelle d’observation, la menace verbale de la plainte sur le terrain. Les données confirment la hausse signalée : les premières traces datent de 1885 et le phénomène devient général à partir des années 1890, ce dont attestent les différents ensembles documentaires, à toutes les occasions : dans le Paris des années 1900, le principe du recours apparaît comme une évidence. Trace de la diffusion de cette pratique, le phénomène montre aussi combien la possibilité du recours officiel agit désormais dès l’intervention. La liste des autorités dont sont menacés les agents est intéressante : le recours au préfet est rarement mobilisé. Les habitants invoquent plutôt le directeur de la police municipale (on « menace de Touny »), le commissaire, l’officier de paix ou des brigadiers d’autres arrondissements. Cela dit, la hiérarchie policière est secondaire et les menaces recourent le plus souvent à des « connaissances », réelles ou inventées, qui couvrent un spectre plus large : militaires de haut rang, députés, conseillers municipaux, greffiers à la préfecture de la Seine ou personnes dont le nom nous est inconnu (ainsi parfois qu’aux gardiens ou au commissaire). Un certain nombre de récalcitrants évoquent également les journaux, dont la hiérarchie se montre soucieuse et dont l’autorité est devenue évidente. L’essentiel, dans la confusion du moment, est de brandir un nom ou un statut. Un ouvrier couvreur de 19 ans montre même à l’appui de ses allégations une lettre de convocation d’un juge d’instruction47. Tout est bon pour manifester sa puissance sociale. L’argument selon lequel « c’est moi qui paie », qui renvoie au traitement des agents payé en partie par les impôts dus à la Ville de Paris, devient monnaie courante, si l’on peut dire. « C’est moi qui te paie et qui t’habille » précise même un Bellevillois en août 1905. Émerge enfin çà et là, chez différents types de personnes, l’affirmation d’un statut : on oppose de plus en plus au gardien sa qualité de « citoyen », ou son appartenance au monde des « honnêtes gens », en rappelant à l’agent qu’il ferait mieux de « s’occuper des voleurs ». Ces affirmations, également omniprésentes dans les plaintes écrites, concernent toutes les catégories sociales, les fragiles, à lire les mains courantes et les dossiers de correctionnelles, peut-être même plus que les aisées. De telles références montrent en tout cas que ce statut, ses implications comme ses conséquences sont devenus évidents. Là encore, le thème existe dès les années 1860 (on en trouve une mention dans les dossiers de correctionnelle), mais sa récurrence dans le Paris des années 1900 indique un changement d’échelle.

  • 48 Peut-être est-il possible de rapprocher les possibilités nouvelles d’action de la préfecture de Pol (...)
  • 49 D2U6-105, Morel J., 35 ans, 27 août 1895, outrages (50 F). Rapport du 25 juillet 1895.

49Cette sorte de réflexe social témoigne d’une conscience de la plus grande interdépendance entre toutes ces instances (institutions conviendrait mieux), presse comprise, et de leur lien avec le « quotidien » des Parisiens48. Le constat précise ce que nous avons appelé « présence institutionnelle » : il ne s’agit pas que de police, mais bien d’une assimilation par le bas, donc décalée et liée à des logiques spécifiques, du fait institutionnel. Ces menaces témoignent de l’idée selon laquelle les policiers doivent désormais « quelque chose » aux citoyens, qu’un lien codifié et extérieur les unit. Elles permettent ainsi de rééquilibrer symboliquement les rapports de force au moment des interpellations et d’instaurer une distance entre l’agent et la personne. Fonctionnent-elles ? Un peu. Le 25 juillet 1895, l’agent Lenormand, de Montreuil-sous-Bois, ramène au poste un chien qui venait de mordre une demoiselle quand, sur le seuil, il se heurte à Jules Morel et Louis Simon49. À sa demande de partir, ils répondent « qu’ils payaient des contributions et qu’ils avaient le droit de stationner par tout et du reste vous n’êtes pas poli vous avez brutalisé le chien j’ai votre n° je connais M. Héron [le commissaire de Montreuil-sous-Bois] et j’ai de grande protection ». L’agent leur répond d’aller au commissariat porter plainte s’ils le désirent.

Le né ci-dessus m’a promis de me faire révoquer et que j’étais un imbécile de sergent de ville de malheur […] Au commissariat ils ont fait scandale causant un rassemblement tout en disant que si je ne les faisais pas convoquer pour demain 9 heures du matin qu’ils iraient se plaindre ailleurs.

  • 50 D2U6-105, Lettre manuscrite de Jules Morel du 29 juillet 1895.

50Morel nie ensuite les faits, mais ils sont confirmés par de nombreux témoins. Il tâche de s’en sortir en rédigeant, quatre jours après les faits, une lettre qui présente « en même temps que mes excuses tous mes regrets au sujet des faits qui se sont passés hier entre un de vos agents et moi50 ». L’exemple montre l’ensemble des éléments que nous venons d’évoquer, ainsi que leur efficacité puisqu’un rassemblement est causé, que le gardien de la paix est gêné et qu’il cherche ensuite à se protéger. Ces menaces, comme en témoigne la lettre finale (autre trace de ces « relations de papiers »), étaient ici infondées. Ces références sont en effet parfois des gestes de défense, sans suite. Elles disent alors peut-être mieux que tout le reste l’imprégnation de ce nouveau lien, son usage par la population et la manière dont se renouvellent les formes de résistance. Quelque chose s’insère bien peu à peu, en termes de médiation, de présentation de soi et de distance à tenir, dans les relations entre les gardiens de la paix et les Parisiens.

Interstices institutionnels

Des ressources intriquées

  • 51 Répertoire du commissariat de Belleville, 29 avril 1905.
  • 52 Note du rédacteur de la main courante.
  • 53 Les agents ont parfaitement respecté les procédures puisqu’après l’insulte, les gardiens ont simple (...)
  • 54 Pour le reste, cela ne changerait rien à notre propos, attentif aux mots et aux gestes enregistrés (...)

51Cette formalisation pourrait paraître contradictoire avec la permanence signalée des pratiques et des oppositions prises dans les « pesanteurs de l’ordinaire ». Le processus n’est cependant pas absolu : institutionnalisation et continuités se combinent. C’est ce que suggère l’exemple de Rougé et Patriaut déjà évoqué. Au cours de leur arrestation, ils auront tour à tour insulté et frappé les agents, fait semblant d’être volés par eux, puis, au poste, menacé de les faire révoquer en brandissant la connaissance d’un lieutenant-colonel et d’un brigadier de sûreté… L’attitude de Jean Rambaud, un garçon boulanger de 60 ans, montre aussi très bien ce mélange des gestes et des références51. Le 29 avril 1905, il est trouvé endormi, à 2 h 40 du matin, sur un banc « Boulevard de Belleville n° 52 » par les gardiens de la paix Arlic et Jorry. Les policiers le réveillent et « l’invitent à rentrer chez lui ». Plus tard, lorsque les agents passent rue des Couronnes « face au n° 7 où habite l’inculpé, celui-ci tenant la porte d’entrée entrouverte trait[e] lesdits agents de « salauds », « crapules », puis ferm[e] la porte et rentr[e] chez lui ». Le lendemain, un inspecteur du commissariat de Belleville va chez le garçon boulanger, lui déclare sa qualité et exhibe un mandat d’amener. Ce à quoi l’intéressé répond « qu’il ne le suivra pas, qu’il se fout de lui, du mandat et du commissaire (sic)52 ». Le Sieur Evrard revient avec un gardien en attendant l’arrivée de renforts. Mais Rambaud « continu[e] à ameuter les voisins en le traitant de saltimbanque, qu’il n’a pas le droit de rentrer chez lui, qu’il l’a brutalisé ». Il cherche à les faire sortir « en disant que si son fils était là il l’aurait fait passer par la fenêtre ». Lorsque les autres gardiens arrivent « l’inculpé refusant de suivre menaç[e] de porter plainte, de voir son député et dans la rue cherch[e] à ameuter la foule ». Arrivé au commissariat, l’inculpé nie les faits reprochés par les divers protagonistes policiers, « mais il reconnaît avoir menacé de se plaindre à son député ». On retrouve, chez ce garçon boulanger d’un certain âge, dans un quartier « populaire », la gamme complète des moyens de défense éprouvés au cours d’un demi-siècle. Les plus nouveaux : le droit opposé à l’action des agents (ici à tort d’ailleurs53) et la menace de porter plainte, notamment auprès de « son » député. Et les « anciens » (ces qualificatifs n’ont de valeur que démonstrative) : insultes courantes (« salaud », « crapules »), refus d’obtempérer, menace physique (le fils, absent) et, enfin, l’appel à la foule. Il nie pour finir, comme souvent, l’intégralité des charges et met en doute la parole policière. Peut-être est-ce d’ailleurs vrai ? Une partie est toutefois établie et Rambaud envoyé au Dépôt54.

  • 55 Répertoire du commissariat de Belleville, 7 mars 1897.

52Ce cas est remarquable par sa clarté, mais l’intrication des références est souvent plus immédiate. Le 7 mars 1897, un polisseur de 17 ans est arrêté dans la cour du théâtre de Belleville alors qu’il était en train de se battre. Il essaie de donner un coup de tête au gardien, en criant tout ensemble « à l’assassin et le menaçant d’écrire aux journaux55 ». Les pesanteurs de l’ordinaire et l’émergence d’une certaine institutionnalisation de la relation vont en fait ensemble. L’évolution est composite.

Diffusion et intermittences : Belleville, Odéon, Auteuil

  • 56 Les arrondissements ont été retenus à partir de l’annuaire statistique de Loua de 1872 (T. Loua, At (...)
  • 57 Belleville, 53 000 habitants en 1896, se trouve dans un arrondissement où le rapport policier/habit (...)

53Comment cependant se diffuse cette formalisation ? Quels sont ses rythmes ? Concerne-t-elle tous les groupes sociaux et tous les espaces parisiens ? Ou certains plutôt que d’autres ? La conservation des répertoires de commissariat à partir de 1895 rend possible une approche des variations sociales et géographiques, qui était difficile pour la période précédente. Compte tenu de l’importance des registres, trois quartiers ont été étudiés à deux dates données, 1895 et 1905. Leur sélection a répondu à des impératifs géographiques, sociologiques et archivistiques56. Il s’agit d’abord de Belleville, quartier populaire en voie d’intégration situé dans le Nord-Est de Paris (bien qu’il manquât l’année 1895, nous l’avons conservé pour des raisons de cohérence documentaire avec les années 1871-1873). Le second est Odéon, un quartier central de la ville, de niveau social plus élevé. Il présente l’avantage d’être un lieu de circulation et de brassage social (y résident des étudiants, des rentiers et des ouvriers), d’offrir des paysages variés (avec le parc du Luxembourg) et d’avoir une vie intense, commerçante le jour, festive la nuit. Le dernier sélectionné est un quartier « bourgeois » plus homogène, à la vie d’apparence plus égale, installé dans le Sud-Ouest parisien : Auteuil. Situé exactement à l’opposé du quartier de Belleville, bordant les fortifications, il offrait en outre des possibilités de comparaison intéressantes. Tous trois tracent ainsi une diagonale SO-NE, qui suit la ligne de plus grande différenciation sociale de la capitale, en cours de renforcement dans les années 1880-191457.

54Il est ainsi possible d’observer les points communs et les différences dans les modes d’intervention des agents, les attentes auxquelles ils répondent comme les résistances auxquelles ils se heurtent. Il faut alors prendre le temps de la comparaison pour voir quels « ordres » s’instaurent autour du gardien de la paix en 1900 et, à travers eux, saisir l’importance de cette nouvelle forme d’échange.

  • 58 Voir E. Lohr, L’Usine et la Ville : le cas de l’Ouest parisien au xixe siècle (Chaillot, Bas-Passy, (...)
  • 59 Lorsque l’on précise « en moyenne pour six mois », il s’agit de la moyenne des deux périodes de six (...)
  • 60 Dix-huit pour six mois en moyenne, contre sept à Auteuil. À Belleville, beaucoup de cochers sont ar (...)

55Le premier constat est la différence des situations. Elle tient évidemment aux populations qui habitent ou traversent ces quartiers. Les gardiens croisent plus d’artisans et d’ouvriers qualifiés à Belleville (serruriers, couvreurs, mécaniciens, tourneurs, peintres, etc.), même si l’on voit apparaître quelques courtiers ou employés de commerce, témoins de l’évolution du quartier. À Odéon, ils ont plus souvent affaire à des commerçants, mais aussi à des étudiants et des artistes. À Auteuil, ils rencontrent enfin des « Messieurs » (certains importants comme « M. Pereire »), des domestiques, ainsi que des ouvriers qui travaillent en usine, à Billancourt ou à Auteuil – même en recul, l’industrialisation continue en effet de marquer le Sud-Ouest parisien58. Ces variations tiennent également aux activités en usage et à leurs effets sur le travail policier. À Belleville, quartier populaire à forte identité territoriale, les agents traitent beaucoup de cas d’ivresse (76 arrestations pour six mois en moyenne, 11 à Odéon, 5 à Auteuil). Cela, peut-être parce que les ouvriers et artisans qui y résident boivent plus, ou parce que leur mode de consommation de l’alcool est collectif, ostensible et bruyant59. Dans le climat de répression de la prostitution de la fin du siècle, ils arrêtent également beaucoup plus de filles, encartées ou occasionnelles (40 pour six mois, contre 10,5 à Odéon, 2 à Auteuil). Ils révèlent alors une carte affinée de la prostitution bellevilloise : les filles racolent en général près des nos 2-6, 70, 118-120 boulevard de Belleville, sans doute non loin des garnis où elles exercent. Les arrestations pour prostitution sont moins nombreuses à Odéon, tout comme les cas d’ivresse, qui sont surtout liés à la vie nocturne du quartier. Les agents y traitent en revanche plus de problèmes de circulation, à cause du carrefour de l’Odéon60. Ils interviennent également davantage à des terrasses de café, l’après-midi ou en soirée et sont enfin régulièrement sollicités pour des vols de tous types : à l’étalage, à la tire, dans les bijouteries ou les librairies (comme Flammarion, souvent citée, située galerie de l’Odéon). À Auteuil, les vols occupent une part notable de l’activité policière (20 pour six mois, contre 13 à Odéon, 7 à Belleville). Quartier résidentiel, celui-ci laisse toutefois percer moins de spécificités dans les répertoires du commissariat. Seul apparaît le poids des champs de course, beaucoup de gardiens étant confrontés à des ventes frauduleuses de billets ou à des employés liés à cette activité.

Carte 4. Trois quartiers : Auteuil, Odéon et Belleville.

  • 61 Répertoire du quartier de l’Odéon, 6 mars 1896.
  • 62 Répertoire du quartier de l’Odéon, 6 juillet 1905.
  • 63 Sur le total des six mois des deux années, les données variant peu d’une date à l’autre.

56La principale différence réside dans le rapport à l’ordre et aux agents. À Belleville, le nombre d’injures et de résistances demeure très important (59 arrestations pour six mois, 20 à Odéon, 11 à Auteuil). La foule, nous l’avons dit, reste actrice. Les amis, amants, frères ou parents s’opposent toujours facilement à l’arrestation de l’un des leurs, le fait le plus bénin suscite des oppositions. La simple présence des agents continue de faire réagir : deux ciseleurs, Charles Walser et Édouard Basset sont ainsi arrêtés le 6 mai 1897 pour avoir « insulté sans motif » les agents Paupret et Avet (ce qu’ils reconnaissent). La situation signifie également qu’à chaque fois, les agents procèdent à une nouvelle arrestation ; c’est que la rue, à Belleville, apparaît un espace occupé, un endroit où les habitants dorment, se battent, restent en groupe, chantent ou jouent. Elle reste marquée d’une forte identité, de régulations propres, et l’intervention policière y est toujours ressentie comme une intrusion. Cela explique qu’on ait peu recours à eux : les réquisitions concernent en général les vols ou sont le fait d’agents administratifs (employé municipal, contrôleur de gare). À Odéon ou à Auteuil, les résistances collectives sont rares et les relations plus apaisées. Les demandes de récompenses honorifiques faites par les habitants du quartier sont un indice parmi d’autres de cet échange. Plus nombreuses (notamment à Auteuil), elles présentent à chaque fois un agent parmi les témoins, ce qui suppose une certaine relation de confiance. On y trouve également des actions comme celle qui se déroule à Odéon, en mars 1896, où « l’agent Patureau, de service rue Corneille, [est] prié par une dame accompagnée de deux enfants en bas âge de l’aider à traverser la chaussée rue Corneille61 ». Recenser ces faits dans des registres de mains courantes est exceptionnel, mais il est probable que cette pratique soit plus fréquente à Odéon qu’à Belleville. Les habitants ont surtout plus facilement recours aux agents, pour tous types de problèmes : vols, troubles dans un établissement, coups, gênes, voire « impolitesse ». Monsieur Gorju et son beau-père, demeurant 30 rue du Luxembourg (ils sont sans doute issus d’un milieu aisé) vont chercher un agent contre leur cocher pour ce dernier motif62. Si l’on calcule des taux de réquisition (nombre d’opérations faisant suite à une réquisition sur le nombre total d’interventions), en tenant compte des limites plusieurs fois évoquées, les chiffres sont de 6,5 % à Belleville, 25 % à Auteuil, 30 % à Odéon63. Dans ces deux derniers quartiers, le recours à l’agent fait bien partie des modes ordinaires de résolution des conflits ; l’acceptation et la perception des gardiens de la paix y sont très différentes de celles de Belleville.

  • 64 Cela ne signifie pas que les personnes urinent moins dans la rue, ni que les gardiens n’intervienne (...)

57Bien sûr, les normes quotidiennes qui gouvernent l’application, par le gardien de la paix, des lois et règlements, varient aussi d’un quartier à l’autre. Dans les quartiers d’Odéon et d’Auteuil, la pudeur semble par exemple plus marquée. Les agents arrêtent plus de personnes pour avoir uriné sur la voie publique ou, ce faisant, montré leur parties sexuelles. Les interventions sont souvent le fruit de réquisitions, quoique les agents interviennent parfois d’eux-mêmes. À Belleville, les seuls outrages à la pudeur relevés en 1897 concernent de véritables relations sexuelles (des coïts sur les bancs ou sur les fortifications), à la suite d’interventions qui relèvent de la seule initiative du gardien. Le nombre d’interventions pour « jet d’urine » ou « exhibition » est beaucoup plus faible (un seul cas, en juin 1897), pour une population équivalente et qui a priori ne consomme ni n’excrète pas moins64. Ainsi les nouvelles dispositions réglementaires sont-elles plus ou moins appliquées selon les lieux ; uriner dans la rue, avec tout ce que cela suppose, « se fait moins » à Auteuil qu’à Belleville. La même modulation concerne les violences infligées aux animaux, réprouvées depuis la loi Grammont de 1850. À Odéon, à cinq reprises pour les six mois de 1905, les gardiens interviennent contre des cochers qui frappent leurs chevaux, témoignant de l’affinement en cours des sensibilités. Beaucoup de chevaux circulent à Odéon, mais cela relève surtout du degré d’acceptation d’une population qui n’hésite pas à faire appel aux agents : membres de la Société protectrice des animaux, domestiques, habitants de la rue de Rennes ou voisins vont facilement chercher les agents pour des charges trop lourdes ou des coups de fouets trop appuyés. On ne trouve pas d’attitude similaire à Auteuil, lieu de moindre passage, ni à Belleville, où l’on croise pourtant de nombreux cochers.

  • 65 À Auteuil, en moyenne 15 arrestations pour six mois pour vagabondage et 50 pour mendicité ; à Odéon (...)
  • 66 On ne trouve pourtant aucune réquisition contre des faits de mendicité. Sans doute ce type de dénon (...)

58Cette application différentielle de la compassion et de la loi se manifeste aussi pour la mendicité. Les arrestations pour vagabondage et mendicité sont nombreuses dans les trois quartiers. Elles sont toutefois plus importantes à Auteuil et à Odéon, et dans ces deux quartiers, contrairement à Belleville, c’est la mendicité qui suscite le plus d’arrestations65. Lorsqu’il arrête un vagabond, l’agent sanctionne en effet une attitude et un état visiblement « hors des rythmes urbains ». Avec la mendicité, c’est le geste de demande d’argent qui est concerné, un geste qui rompt l’écart qui devrait séparer le mendiant des « autres ». Les arrestations plus nombreuses dans ces deux quartiers indiquent bien sûr qu’il y a plus de mendiants à Odéon et à Auteuil, du fait du niveau social de la population. Mais elles suggèrent aussi que les gardiens, de manière plus ou moins officielle, sont certainement invités par leur hiérarchie à empêcher les gênes liées à cette pratique dans des quartiers, l’un très visité, l’autre très résidentiel. Pour les mêmes raisons, les habitants, et notamment les commerçants acceptent enfin peut-être moins cette présence66. Les chiffres plus élevés d’Odéon et d’Auteuil correspondraient à la fois au plus grand nombre de mendiants et à une moindre tolérance des gardiens comme des habitants. On retrouve ainsi un aspect des « ordres de la rue », dans leur variation spatiale et temporelle.

Profils contrastés, codes partagés ?

  • 67 Si l’on considère les cas où des coups sont portés, on recense en moyenne 11 cas pour six mois à Be (...)
  • 68 Répertoire du quartier de l’Odéon, 12 mars 1905.
  • 69 Répertoire du quartier d’Auteuil, 10 novembre 1905.

59Il faut toutefois se défier d’une lecture trop homogène et en quelque sorte « attendue ». L’observation précise des registres montre la plus grande complexité des situations. Les rues du quartier d’Odéon ou d’Auteuil ne sont pas pleinement « pacifiées ». Les conflits existent67. Le 12 mars 1905, Maurice Vandesampele, un garçon maçon de 25 ans, est arrêté pour ivresse rue Mabillon par les gardiens Rahon et Cadot. Furieux, il les fait tomber à terre avant de les rouer de coups de poing et de pied68. À Auteuil le 10 novembre 1905, six individus sont appréhendés avenue de Versailles par les agents Merland et Robuchon, alors qu’ils frappent une femme. Ils fuient, puis résistent à leur arrestation. Revenant sur les lieux de l’incident peu après, les agents trouvent trois revolvers jetés à la hâte69… La rue peut donc résister. Des divers facteurs qui l’expliquent, on peut en mentionner un : la sociologie des personnes présentes dans les rues est plus diverse que ne le laissaient penser les critères ayant présidé aux choix des quartiers. À Odéon, lieu de passage, les gardiens croisent des groupes socialement très différenciés. À Auteuil, si les maisons appartiennent en majorité à des rentiers, on trouve aussi beaucoup de domestiques, mais aussi de journaliers. Vu depuis les mains courantes, pour ce qui est de l’occupation de la rue, la distinction quartier riche/quartier pauvre doit donc être nuancée. Bien sûr, si les groupes plus populaires sont davantage opposés aux gardiens, c’est aussi parce qu’ils se trouvent plus souvent dans la rue, qu’ils se l’approprient davantage ou qu’ils attirent plus l’attention des agents.

  • 70 Le parc du Luxembourg, s’il ne connaît pas plus de résistance, s’affirme pour sa part comme un espa (...)
  • 71 Voir M. Perrot, Jeunesse de la grève : France, 1871-1890, Paris, Seuil, 1984.

60Ces conflits et résistances varient selon des conditions déjà évoquées (ils sont plus fréquents la nuit que le jour, l’été que l’hiver…). Les bals et les établissements de marchands de vin font par exemple encore partie des pôles de tension particuliers. D’autres apparaissent dans les archives, comme le carrefour, lieu occupé par excellence, pour Odéon70. À Auteuil, les fortifications sont aussi une zone appropriée où la population accepte mal l’intervention des agents. Les usines ou les chantiers de construction du quartier sont en outre frappés parfois par des grèves, qui, en cette phase de « jeunesse », sont le moment d’un autre « ordre », celui des ouvriers71. En mai 1905, les agents doivent intervenir sur une dizaine de chantiers, car des ouvriers du bâtiment en grève viennent, « feuille du syndicat » en main, débaucher leurs collègues. Certaines confrontations se déroulent sans problèmes, mais d’autres sont plus tendues, notamment lorsqu’elles impliquent les maçons, qui apparaissent plus vindicatifs et n’hésitent pas à lancer des pierres. Au mieux les agents sont insultés, au pire les heurts ont lieu. L’action des policiers est alors souvent escamotée par les répertoires ; tout au plus apprend-on que, ici ou là, la « 2e brigade » (de réserve, donc) est intervenue, ce qui suggère des expulsions musclées. Quoique moins animées qu’à Belleville, les rues d’Odéon et d’Auteuil ne sont donc pas lisses. Espaces vivants, elles peuvent aussi, selon les moments, les endroits et les groupes, opposer « leur » ordre aux agents.

61Les répertoires signalent d’ailleurs des espaces de déviance qui leur sont plus spécifiques. L’un des plus étonnants est celui des masturbations sur les talus des fortifications d’Auteuil. On recense un peu moins de deux arrestations de ce type par mois en 1895 comme en 1905. Phénomène saisonnier (d’été), il se déroule toujours sur cet endroit « à part » qu’est le talus des fortifications. Il semble obéir à des motifs sexuels, cela va de soi, mais aussi sociaux. Les masturbateurs opèrent souvent en face des fenêtres des maisons bourgeoises auxquelles ils font face. Octave Fréteau, maréchal-ferrant de 36 ans « de passage à Paris », est ainsi arrêté par des gardiens de la paix sur la réquisition de deux domestiques au 117 boulevard d’Ekelman, « se trouvant sur le talus des fortifications du Bd Murat son pantalon déboutonné se masturbant et envoyant des baisers dans la direction des maisons faisant face aux fortifications ». (La portion nord du boulevard Murat fait face au 117, boulevard d’Ekelman.) Les urinoirs constituent un autre de ces lieux troubles, plus particuliers à Odéon ou à Auteuil, où se pratiquent masturbation et exhibitions.

  • 72 Elle apparaît 3 fois en 1897 comme en 1905. Mais à cette date, il s’agit 2 fois de groupes d’amis h (...)
  • 73 Le motif d’intervention devient plus régulier. En 1871-1873, il reste occasionnel : le motif est me (...)

62À l’inverse, Belleville connaît une inflexion des tolérances publiques dans le sens observé pour les autres quartiers. Le fait apparaît nettement à la comparaison entre 1897 et 1905. Si les tensions restent constantes, leur violence s’atténue. Les coups sont moins portés (14 cas en 1897, 7 en 1905) et sont parfois même mimés. De même, les mouvements de défense collectifs demeurent mais leur masse se rétracte : ils ne concernent plus que des groupes précis et plus proches de la victime. La « foule », comme acteur collectif, s’efface des modes de résistances72. Les policiers interviennent aussi pour des faits plus bénins, comme les « jets d’urine » qui font leur apparition. À quatre reprises, les agents sont même requis par des passants pour outrage à la pudeur, lorsque ceux-ci ont eu l’impression que la personne qui urinait leur montrait sa verge73. Les sensibilités face à la cruauté envers les animaux s’expriment aussi, les gardiens intervenant deux fois pour ce motif : le 13 juin 1905 l’agent Castin est requis par « la dame Harris », une femme de 47 ans, sans profession, qui habite non loin, car un marchand de paille frappait son cheval à coups de fouet boulevard de Belleville. L’exemple est rare mais de tels faits n’apparaissaient pas auparavant (ni en 1871, ni en 1897). Pris ensemble, ces signes n’indiquent-ils pas la diffusion, contrastée, de ces nouvelles normes sociales ? Dans tous les quartiers enfin, apparaît l’application des nouvelles dispositions réglementaires. Les plaques de bicyclettes, les colliers de chiens, les pots de fleurs aux balcons, la longueur des étalages, les terrains vagues occupés, les éclairages de chantier font de plus en plus l’objet d’une attention particulière. Avec des rythmes spécifiques, ces nouvelles règles s’appliquent à l’ensemble du territoire parisien, qui gagne de fait en homogénéité. Les « quartiers » ne sont donc pas des espaces clos et absolument cohérents. Vivants, ils sont eux-mêmes marqués de variations locales et traversés de pulsations communes.

63Ainsi la plus grande institutionnalisation s’observe dans chacun des quartiers. L’un des indices les plus révélateurs de cette relation, la menace de la plainte, la confirme tout en dévoilant une situation paradoxale. À Auteuil, l’usage du numéro de collet ou des références juridiques est courant, mais pas l’évocation du recours. Il apparaît une fois en 1895, deux en 1905 (toujours pour six mois), ce qui est étonnant pour ce quartier de niveau social élevé et relativement pacifié. Les menaces de plainte sont plus utilisées dans le quartier de l’Odéon (à trois reprises en 1895 comme en 1905). Un cas montre d’ailleurs particulièrement bien l’implantation du nouveau type de relation. Le 1er février 1905, Jean Bordel, élève à l’École spéciale des travaux publics est arrêté pour outrage envers un agent. Le 25 janvier, vers 11 heures du soir, il faisait partie d’une troupe de manifestants et a voulu couper un barrage « malgré la consigne ». L’agent Bardaud l’en ayant empêché, « il s’est écrié « allez, allez, celui-là je me charge de le faire casser » ». La réponse du jeune étudiant au secrétaire du commissariat est plus intéressante encore :

M. Borde (sic) déclare avoir dit à un camarade si un agent vous touche, prenez son n° mais n’en a désigné aucun. J’ai simplement dit, si un agent vous touche, prenez son numéro nous le ferons casser.

64Ainsi, non seulement la pratique de la menace est désormais connue, mais elle peut même relever d’une tactique éprouvée : la déclaration montre très bien l’élévation des sensibilités (le seul fait de toucher suffit à justifier la plainte), l’intégration des nouvelles normes de comportement et la manière dont on peut en jouer. À Belleville enfin, toutes les pratiques dégagées sont fréquentes, particulièrement la menace de la plainte (trois cas en 1897, sept en 1905). La panoplie est utilisée dans son intégralité, depuis le rappel (« c’est moi qui te paie »), jusqu’à la menace de révocation, en passant par l’invocation des « honnêtes gens », l’évocation des relations haut placées ou la dénonciation, supposée ou réelle, de la brutalité des agents. Cette formalisation des rapports apparaît curieusement le plus nettement dans le quartier le plus populaire.

65Cette différence ne doit pas surprendre. À Auteuil, les personnes menacent sans doute moins de porter plainte et le font plus. Bien que d’origines variées, la majorité des plaintes effectivement adressées que nous avons trouvées venait en effet de quartiers plutôt aisés ou intégrés (Neuilly, Montreuil, 4e ou 8e arrondissement…). L’idée de plainte (et ce qu’elle implique) est donc bien largement partagée, mais peut-être existe-t-il une distorsion socio-spatiale entre la menace et la réalisation de la pratique. De plus, les occasions d’utiliser cette référence sont beaucoup plus fréquentes à Belleville, où les résistances à l’action des agents demeurent courantes. La variation exprimerait donc, paradoxalement, la différence des oppositions à l’action policière entre les deux quartiers.

  • 74 L’« ensemble » parisien doit être discuté : nous aurions peut-être eu des conclusions différentes a (...)

66L’ordre instauré par les policiers change ainsi en fonction des quartiers, et cette nouvelle forme de relation s’adapte à chaque fois aux spécificités locales. Elle est noyée dans la vie urbaine et apparaît par effraction, intermittences, sans empêcher d’autres formes de confrontations. C’est pourquoi, plus que d’une institutionnalisation de la relation, il vaut sans doute mieux parler d’interstices institutionnels qui s’insèrent, par à-coups, dans les relations quotidiennes entre les agents et les Parisiens. Néanmoins, parce que ces interstices sont de plus en plus fréquents et qu’ils marquent l’ensemble de la capitale, ils expriment bien, ce faisant, la transformation profonde d’un espace parisien en perpétuel mouvement74.

Un théâtre en mouvement

67Malgré les pesanteurs de l’ordinaire, on peut donc dire que le policier et le citoyen jouent mieux leur rôle social et que leur interaction s’est progressivement codifiée et institutionnalisée. Cela ne signifie pas la fin des conflits (nous avons vu combien policiers et habitants savent détourner les codes à leur profit), mais plutôt une modification de la matière à partir de laquelle se font ces interactions.

  • 75 A. Farge, Vivre dans la rue à Paris, op. cit. ; A. Farge, « L’attrait entre les sexes. D’Erving Gof (...)
  • 76 Bien sûr, les conclusions d’Arlette Farge correspondent particulièrement aux relations hommes- femm (...)
  • 77 Parmi les plus aboutis, dans des optiques différentes : R. Sennett, Les Tyrannies de l’intimité, Pa (...)

68Le changement, parce qu’il touche aux comportements quotidiens, est important. Sa profondeur apparaît si l’on compare la situation des années 1900 à celle de 1854, où statuts et échanges étaient mal définis. Mais son ampleur est encore plus évidente si l’on considère les travaux sur le xviiie siècle. Ceux d’Arlette Farge, qu’ils traitent de la rue, ou plus récemment des rapports entre les sexes, suggèrent en effet une société parisienne qui produit ses propres systèmes de régulation, largement extérieurs à l’action policière, et où les gens « vivent ensemble et peu séparés75 ». Au xixe siècle, à Paris du moins, les policiers se sont peu à peu insérés dans ces systèmes de régulation, et s’organise une société où les gens vivent de plus en plus « ensemble et séparés76 ». À travers cette relation police-société, qui en est un lieu particulier d’expression, se lit ainsi une mutation profonde des relations sociales au cours du siècle. Ce processus conforte d’ailleurs le recours aux méthodes goffmaniennes, dans la mesure où l’on saisit précisément la construction des rôles sociaux que Goffman et ses continuateurs ont étudiés. Cette mutation importante est signalée dans la plupart des travaux qui cherchent à historiciser cette approche et son objet77. L’étude de cette relation permet cependant de la montrer dans sa fragilité, dans son ancrage comme dans la diversité de ses applications.

La stabilisation de l’échange

69Un point est à nouveau nécessaire : au cours des années 1880-1890, à des rythmes très variables, tous les aspects de la relation police-société étudiée sont reconfigurés. Les policiers bénéficient d’une meilleure image dans l’imaginaire social, la fonction s’est structurée, de nouvelles politiques préfectorales mises en place, tandis que les formes de l’échange au quotidien font l’objet d’une plus grande médiation : rôles et places paraissent mieux fixés, la relation du gardien de la paix avec les Parisiens semble s’être stabilisée.

  • 78 Voir C. Studeny, L’Invention de la vitesse, op. cit. ; P. Rosanvallon, op. cit. ; G. Noiriel, État, (...)

70Pour la comprendre, il faut à nouveau inscrire la transformation dans une série d’évolutions sociales, dont elle est actrice pour partie. Elle correspond à la fois au prolongement de l’industrialisation et des transformations urbaines, à l’installation de l’État républicain, à la diffusion de l’identité nationale, aux prodromes de la société salariale. Elle s’insère également dans la judiciarisation du corps social, dans le développement de la culture écrite comme médiatique et dans l’affinement des tolérances à la violence78. Le développement des classes moyennes, notamment dans l’espace parisien, contribue aussi peut-être à ces changements. Enfin, la présence accrue des agents comme le temps long des rencontres quotidiennes entre les policiers en tenue et les Parisiens participent sans doute à cette fixation de la relation, rappelant qu’ils sont aussi acteurs de l’élaboration de ce nouvel univers social.

71Cela n’empêche pas la continuité des tensions, des critiques et des débats, au contraire. Mais un nouveau rapport à l’ordre émerge bien en arrière-plan, auquel cette forme de police correspond et qu’elle finit même par symboliser. Une situation permet d’apprécier particulièrement l’ampleur des changements observés, tout en dégageant ses ambiguïtés : les funérailles des agents élevés au rang de « victimes du devoir ».

Notes

1 Déposition de l’agent Grailly, du quartier du Mail, devant le juge d’instruction (ADVP, D2U6-124, Vaussard, 9 avril 1900).

2 APP, Répertoire du commissariat du quartier de l’Odéon, 2 décembre 1905.

3 D2 U6-75, Rougé Antoine, 18 ans, Patriaut Justin, 25 ans, outrages, rébellion, violence et voies de fait, 10 juin 1885 (six mois et 16 F chacun).

4 Ordre de consigne des agents Louis Colombel et Nicolas Lyautey (19e arrondissement, quartier de la Villette, lettre B), 7 juin 1885.

5 APP, Répertoire de commissariat du quartier de Belleville, 8 mars 1905.

6 APP, Répertoire de commissariat du quartier d’Auteuil, 3 août 1895.

7 De fait, la récurrence au sein de chaque type documentaire est révélatrice et permet de conforter le constat d’une pratique « acquise ».

8 Ces trois quartiers, pour des raisons que l’on explique plus loin, nous servent ici de base de référence pour les répertoires de commissariats. Nous les avons étudiés sur deux années, 1895 et 1905 (1897 pour Belleville). Vu la masse croissante des volumes, nous avons considéré six mois de chacune des années (un mois sur deux de février à décembre). Les comparaisons chiffrées traitent donc de six mois de l’année mentionnée.

9 D2U6 6-105, Roy Eugène, 46 ans, outrage, ivresse, 29 août 1895 (1 mois).

10 A. Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992-1998.

11 Trente-sept de ces saisies se concluent par une contravention au propriétaire, facilement retrouvé.

12 APP, Répertoire de police de Belleville, 11 octobre 1897.

13 Ibid., 7 juillet.

14 Le phénomène s’amoindrit en 1905. Peut-être les chiens sont-ils mieux pourvus, au moins en collier ; de même, les policiers ont pu s’habituer à ce que les chiens du quartier circulent sans muselière – à moins que les risques de saisies fassent désormais moins souvent l’objet de discussions. En tout cas, ils échappent désormais à la formalisation des répertoires de police.

15 Pour cela, nous avons identifié les agents bellevillois à partir des mains courantes du commissariat, puis cherché les adresses dans les listes électorales, disponibles à ces deux dates. Il n’était pas possible de le faire pour la période précédente.

16 Pour l’administration, voir G. Thuillier, Histoire de l’administration française, op. cit. Pour les autres forces de police, voir A.-D. Houte, « Apprendre à enquêter dans la gendarmerie du xixe siècle », in J.-C. Farcy, D. Kalifa, J.-N. Luc (dir.), Les Enquêtes judiciaires en Europe au xixe siècle, Paris, Créaphis, 2007, p. 183-192.

17 D. Monjardet, op. cit. Ce faisant, ces documents parlent moins des particularités des rencontres et excluent la dimension personnelle parfois mise en jeu, ce qui les rend, comme nous l’avons vu, plus pauvres pour l’étude des relations quotidiennes.

18 D2U6-124, Mouche A., 73 ans, blessure par imprudence, 26 avril 1900 (13 F).

19 Voir J.-C. Farcy, D. Kalifa, J.-N. Luc (dir.), L’Enquête judiciaire en Europe au xixe siècle, Paris, Créaphis, 2007.

20 Les trois autres, inclassables, concernent deux dépenses impayées (sur réquisition), et un jet de chien par la fenêtre.

21 Le calcul d’efficacité cherche à évaluer le travail d’une administration par rapport aux fonctions auxquelles elle est assignée (celles-ci pouvant évoluer dans le temps). Voir à ce propos B. Bertherat, La Morgue au xixe siècle. Les origines de l’Institut médico-légal ou les métamorphoses de la machine, thèse sous la direction d’A. Corbin, université Paris-I, 2002. (Je remercie l’auteur pour ses remarques à ce sujet.)

22 La question est par ailleurs de savoir par rapport à quoi cette efficacité est considérée. En 1871, la question n’est pas tant d’appliquer les règlements qu’encore de se faire accepter et de maintenir une apparence d’ordre. L’efficacité est plus grande en 1905 aussi parce que les critères qui permettent de l’évaluer ont changé.

23 Pour le dire vite, en 1830 les gardiens étaient surtout chargés de démasquer les tromperies qui menaçaient la société, dans les années 1860 ils sont amenés à mieux réguler l’environnement sensoriel – bruits et odeurs –, puis, à partir des années 1880, doivent appliquer des règles plus techniques et mesurables.

24 L’expression désigne un certain rapport de la société au droit, qu’il s’agisse des ressources juridiques disponibles, des capacités d’applications des institutions, du degré de croyance qu’y accordent les acteurs, ainsi que des conditions sociales et culturelles qui en ordonnent la compréhension (poids de l’Église, de la culture de l’écrit, de l’État central, etc.). Voir Y. Thomas, présentation du numéro spécial « Histoire et droit », Annales HSS, n° 6, 2002, p. 1425-1430.

25 La proportion est importante puisque notre échantillon comprend des infractions plus nombreuses et de plus en plus mineures comme les conversations inutiles ou les défauts de tenue.

26 Les urinoirs sont les lieux les plus fréquentés : abris destinés à répondre aux nouvelles formes de pudeur, ils sont de cette manière réinvestis pour une gamme plus large d’incorrections. En termes goffmaniens, on dirait que les urinoirs deviennent les « coulisses » d’un espace public plus dense, d’un nouveau genre.

27 ADVP, Annuaire statistique de la ville de Paris, 1882-1913.

28 D2U6-124, Vaussard, op. cit.

29 Les données sont similaires à celles évoquées pour les positions allongées.

30 D’autres travaux ont dégagé le passage de l’acte aux mots, de la violence physique au cri (voir par exemple la synthèse d’Yves Lequin : Histoire des Français, xixe-xxe siècles, t. II La société, Paris, A. Colin, 1983). Sur la mutation des sensibilités, voir F. Chauvaud, De Pierre Rivière à Landru, la violence apprivoisée au xixe siècle, Paris, Brepols, 1991.

31 Répertoire du commissariat du quartier de l’Odéon, 23 novembre 1895.

32 Répertoire de commissariat du quartier d’Auteuil, 24 février 1896.

33 Répertoire de commissariat du quartier de Belleville, 19 mars 1905.

34 C’est-à-dire dans un autre arrondissement. Le phénomène a déjà été analysé, voir J.-M. Baruch-Gourden, « La police et le commerce ambulant à Paris au xixe siècle », in Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au xixe siècle, op. cit., p. 251-267.

35 Voir D. Roussel, « Paris en ordres et désordres. Justice, violence et société dans la ville capitale au xvie siècle », thèse sous la dir. de R. Muchembled, université Paris 13, 2008 ; D. Cohen, La Nature du peuple : les formes de l’imaginaire social (xviiie-xxie siècles), Paris, Champ Vallon, 2009. (Le phénomène s’observe aussi pour les « bourgeois » bien sûr : voir P. Piasenza, « Juges, lieutenants de police et bourgeois… », loc. cit.) ; F. Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machine à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, PUR, 2009.

36 Voire avant : cf. F. Alazard, La Plainte à la Renaissance, Paris, Champion, 2008.

37 Nous avons pris en compte les dossiers des gardiens de la paix ou de ceux qui ont été agents à un moment de leur carrière. Mais nous n’avons retenu que les plaintes concernant la période où ils ont été gardiens de la paix.

38 M. Wolff, un homme sans profession, mais qui se fait passer pour ingénieur, est ainsi en 1881 « un habitué des accusations non fondées et porte plainte tout le temps » (dossier « Viguier »).

39 Dossier « Pelleter ».

40 Dossier « Lucas ».

41 Lettre anonyme, dossier « Moreau ». L’homme venait de tuer sa femme, puis avait abattu un sous-brigadier intervenu au bruit des détonations.

42 Rapport de l’officier de paix Chevreuil au directeur de la police municipale du 12 novembre 1904, dossier « Deray ».

43 La définition la plus claire est celle que propose Georges Balandier dans sa préface de l’ouvrage de Mary Douglas, Comment pensent les institutions, Paris, La Découverte, 1999, p. 13-19.

44 Annuaire statistique de la ville de Paris, op. cit. Les données sont reproduites en annexe.

45 Chaque donnée joue sans doute en variant dans le temps. Si l’on compte les arrestations pour vagabondage et mendicité, on observe une hausse entre 1882 et 1890 (17 000 à 18 000), ce qui correspond à la phase répressive de la IIIe République (vote des lois de relégation en 1885, surveillance durcie jusqu’en 1899). À partir des années 1890, la chute est continue (9 000 en 1900, 6 800 en 1913), ce qui correspond bien à la remise en cause de la répression précédente comme au plus grand ciblage d’une catégorie de délinquants, les étrangers (voir J.-F. Wagniart, Le Vagabond à la fin du xixe siècle, op. cit.)

46 Il est intéressant de constater que la baisse des cas de rébellion entre 1880-1890 et 1900-1910 correspond exactement à la hausse des cas d’injures (3 000 cas) pour les mêmes périodes. Un lien peut être établi entre les deux courbes car les manuels laissent de plus en plus entendre que les agents peuvent transformer des « outrages », qui touchent à la fonction publique (et constituent un délit) en « injures simples », qui touchent la personne (et ne relèvent que d’une contravention). Il paraît logique, vu la correspondance, de suggérer que l’habitude se prend chez les policiers, pour les insultes perçues comme moins graves, d’adapter une fois encore la sanction (et de la rendre plus applicable en même temps).

47 Répertoire de commissariat du quartier de Belleville, 22 mai 1905.

48 Peut-être est-il possible de rapprocher les possibilités nouvelles d’action de la préfecture de Police et cette présence institutionnelle au quotidien, pour évoquer, en paraphrasant Yan Thomas, un « état institutionnel de la société » – c’est-à-dire un certain rapport de la société aux institutions, définissant un type, socialement construite, de contraintes, de potentialités, de définitions et d’usage dans leur relation.

49 D2U6-105, Morel J., 35 ans, 27 août 1895, outrages (50 F). Rapport du 25 juillet 1895.

50 D2U6-105, Lettre manuscrite de Jules Morel du 29 juillet 1895.

51 Répertoire du commissariat de Belleville, 29 avril 1905.

52 Note du rédacteur de la main courante.

53 Les agents ont parfaitement respecté les procédures puisqu’après l’insulte, les gardiens ont simple ment fait un rapport, et que le lendemain seulement un inspecteur se présente chez Rambaud, muni d’un mandat d’amener qui précisément autorise cette action de police. Pour Rambaud, cela n’est pas le problème. Étant chez lui, toute action policière est intrusive, donc injustifiée.

54 Pour le reste, cela ne changerait rien à notre propos, attentif aux mots et aux gestes enregistrés dans la main courante, témoins indirects de leur existence probable Cela dit, l’appel à la foule a sans doute eu lieu : il serait trop dangereux de l’inventer vu la possibilité du recours aux témoins. Seule la première injure peut en fait être fausse (ou peut avoir été « arrangée » par les gardiens) car personne, à part les trois protagonistes, ne peut la prouver.

55 Répertoire du commissariat de Belleville, 7 mars 1897.

56 Les arrondissements ont été retenus à partir de l’annuaire statistique de Loua de 1872 (T. Loua, Atlas statistique de la ville de Paris, 1872), actualisé pour la fin du xixe siècle avec les ouvrages plus récents sur l’histoire de Paris (B. Marchand, Paris, histoire d’une ville, xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1993 ; P. Cas-selle, op. cit. Puis les quartiers pour lesquels il n’existait pas les répertoires des années recherchées ont été éliminés.

57 Belleville, 53 000 habitants en 1896, se trouve dans un arrondissement où le rapport policier/habitant est de 1 pour 451 ; Odéon 22 000 habitants, dans un arrondissement où il est de 1 pour 350 ; Auteuil, 22 300 habitants dans un arrondissement où il est de 1 pour 313. Le choix témoigne aussi des décalages de la présence policière.

58 Voir E. Lohr, L’Usine et la Ville : le cas de l’Ouest parisien au xixe siècle (Chaillot, Bas-Passy, Ternes, Batignolles), thèse d’histoire, École des Chartes, 2002.

59 Lorsque l’on précise « en moyenne pour six mois », il s’agit de la moyenne des deux périodes de six mois pour 1895 (1897 pour Belleville) et 1905. Toutes les précisions sur Belleville sont tirées de l’ouvrage de Gérard Jacquemet (Belleville au xixe siècle, op. cit.).

60 Dix-huit pour six mois en moyenne, contre sept à Auteuil. À Belleville, beaucoup de cochers sont arrêtés, mais souvent pour des faits extérieurs à la seule circulation.

61 Répertoire du quartier de l’Odéon, 6 mars 1896.

62 Répertoire du quartier de l’Odéon, 6 juillet 1905.

63 Sur le total des six mois des deux années, les données variant peu d’une date à l’autre.

64 Cela ne signifie pas que les personnes urinent moins dans la rue, ni que les gardiens n’interviennent pas, mais qu’ils interviennent moins, ou qu’ils se contentent peut-être d’observations et non de contravention ou d’arrestation. Le fait y paraît sans doute moins grave.

65 À Auteuil, en moyenne 15 arrestations pour six mois pour vagabondage et 50 pour mendicité ; à Odéon, 19 pour vagabondage et 37 pour mendicité ; à Belleville au contraire on distingue 10 arrestations pour six mois pour vagabondage et 3 pour mendicité. La hausse des arrestations pour mendicité par rapport à celle pour vagabondage est également sensible dans l’Annuaire statistique de la ville de Paris, op. cit.

66 On ne trouve pourtant aucune réquisition contre des faits de mendicité. Sans doute ce type de dénonciation se fait-il peu. Cela n’empêche pas que, par leurs regards, attitudes, gestes, les habitants et commerçants expriment une gêne qui ne transparaît pas dans les archives et qui soit pèse dans le nombre des arrestations, soit les légitime. Dans certains cas, les agents évoquent d’ailleurs l’indignation du « public » (même si cela relève aussi d’une justification a posteriori).

67 Si l’on considère les cas où des coups sont portés, on recense en moyenne 11 cas pour six mois à Belleville, 6 à Odéon, 2,5 à Auteuil.

68 Répertoire du quartier de l’Odéon, 12 mars 1905.

69 Répertoire du quartier d’Auteuil, 10 novembre 1905.

70 Le parc du Luxembourg, s’il ne connaît pas plus de résistance, s’affirme pour sa part comme un espace spécifique. C’est un lieu où le vol à la tire est important et la mendicité à la fois courante et réprimée. Mais c’est aussi un endroit où se pratiquent des délits de chasse (tir sur pigeons) et où se retrouvent des « artistes », qui résistent volontiers aux agents de surveillance, puis aux gardiens…

71 Voir M. Perrot, Jeunesse de la grève : France, 1871-1890, Paris, Seuil, 1984.

72 Elle apparaît 3 fois en 1897 comme en 1905. Mais à cette date, il s’agit 2 fois de groupes d’amis homogènes, et 1 fois d’une foule très critique qui demeure spectatrice.

73 Le motif d’intervention devient plus régulier. En 1871-1873, il reste occasionnel : le motif est mentionné 4 fois sur toute la période (moins d’1 par an). En 1897, sur les six mois consultés, elle apparaît 1 fois (soit en moyenne 2 par an). En 1905, elle apparaît à 8 reprises (16 par an). Elle est liée à des arrestations pour ivresse, mais également à 6 reprises comme seul motif (dont 2 fois sur réquisition).

74 L’« ensemble » parisien doit être discuté : nous aurions peut-être eu des conclusions différentes avec les quartiers franchement ouvriers qui s’ordonnent au nord-est de la banlieue parisienne. Les évolutions qui concernent Belleville reflètent peut-être surtout, comme l’a montré Gérard Jacquemet, son insertion dans l’espace de la capitale. Cela ne change pas fondamentalement le propos : il est possible de dire qu’à Paris et dans certaines banlieues se dessine cette nouvelle forme relationnelle (et d’espace urbain), quand se reconfigurent, dans des banlieues précises et homogènes, des espaces spécifiques. Cette distinction n’est peut-être elle-même pas absolument pertinente puisqu’on trouve dans les répertoires de Saint-Ouen des affaires comme celle du 7 septembre 1896 où un chaudronnier venu se plaindre de coups finit par se mettre en colère et leur dit « qu’il nous ferait révoquer […] qu’il écrirait au Préfet de police que ça irait plus loin ».

75 A. Farge, Vivre dans la rue à Paris, op. cit. ; A. Farge, « L’attrait entre les sexes. D’Erving Goffman au xviiie siècle », Socio-Anthropologie, 11, 1er semestre 2002, (http://socio-anthropologie.revues.org/index136.html). La citation est tirée de ce dernier texte.

76 Bien sûr, les conclusions d’Arlette Farge correspondent particulièrement aux relations hommes- femmes et les nôtres aux relations policiers-habitants. Toutefois cette lecture recèle sans doute une certaine pertinence. Voir également la conclusion de D. Roche, Le Peuple de Paris, Paris, Aubier, 1991.

77 Parmi les plus aboutis, dans des optiques différentes : R. Sennett, Les Tyrannies de l’intimité, Paris, Seuil, 1979 et P. Burke, Historical Anthropology of Early Modern Italy, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

78 Voir C. Studeny, L’Invention de la vitesse, op. cit. ; P. Rosanvallon, op. cit. ; G. Noiriel, État, nation et immigration, op. cit ; E. Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1780, op. cit ; R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, op. cit. ; A. Dewerpe, Le Monde du travail en France, op. cit. ; D. Kalifa, La Culture de masse en France, op. cit. ; V. Schwartz, Spectacular Realities, op. cit.

Table des illustrations

Légende Graphique 5. Actes de rébellion, 1882-1912.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1575/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Graphique 6. Plaintes contre les agents en tenue, 1869-1910.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1575/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Graphique 7. Arrestations et contraventions à Paris, 1882-1912.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1575/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Carte 4. Trois quartiers : Auteuil, Odéon et Belleville.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1575/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 369k

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540