Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Deuxième partie. La cristallisation d’un ordre public

Chapitre 6. Les adaptations de la préfecture de police

Texte intégral

  • 1 Le terme « institution » renvoie à des acceptions diverses. Il peut désigner : soit des organisati (...)

1Ces évolutions dans l’ordre des représentations sont liées à celles qui affectent la préfecture de Police et le gardien de la paix. Celles-ci obéissent à une dynamique d’abord interne : comme toute institution1, la préfecture est une organisation avec ses acteurs, ses rouages, ses modes de fonctionnement et de représentation spécifiques. Ses changements, souvent lents, procèdent en priorité de nécessités organisationnelles, politiques ou de rapports de force qui lui sont propres. Elle doit en outre s’adapter aux évolutions qui marquent, en cette fin de xixe siècle, la plupart des administrations d’État.

2Mais la préfecture connaît également d’autres changements qui la rendent plus attentive aux nouvelles grilles de lecture. Certes, la police en tenue est là en partie dans ce but dès 1854. Le cadre républicain et démocratique impose cependant une attention plus soutenue aux discours sociaux. Après la crise des années 1880, le conseil municipal, doté d’une légitimité nouvelle et contributeur du budget de la préfecture, s’affirme aussi comme le représentant des désirs parisiens en matière de police. La presse, grâce à ses milliers de lecteurs, se définit de son côté comme un miroir de l’opinion publique et s’arroge un droit de regard inédit. Il ne faut enfin pas négliger le contenu de ces discours, notamment l’intégration des policiers en tenue dans la vie parisienne. Ils offrent des opportunités inédites aux préfets qui vont tâcher de les utiliser dans la poursuite du travail séculaire visant à rapprocher la population parisienne de sa police.

3Il ne faudrait pas croire que l’évolution des discours sociaux précède les changements institutionnels : les deux mouvements vont bien ensemble et se nourrissent l’un l’autre… Entre contraintes, opportunités et transformations extérieures, la préfecture de police accompagne les représentations sociales. Elle tente ainsi d’aménager la nouvelle relation police-société qui se dessine, dans un sens qui lui convient – tout en contribuant, en retour, à son enracinement.

La professionnalisation des gardiens de la paix

4Le mouvement de professionnalisation est caractéristique de ces influences plurielles. Il prolonge les ajustements du Second Empire, correspond aux effets de l’expérience de terrain, ainsi qu’à une volonté de s’adapter aux innovations techniques ou de répondre aux critiques fustigeant une institution « archaïque ». La préfecture bénéficie pour cela d’une bascule générationnelle : à partir de 1880, puis 1892, les générations recrutées lors des grandes vagues de 1855, 1860 et 1867 arrivent à la retraite, et la préfecture profite d’un creux pour renouveler son corps et son organisation.

La structuration des carrières

  • 2 Les dossiers de victimes du devoir proposent trente-trois cas pour la première période, vingt-sept (...)

5Les années 1880 ouvrent une phase de clarification de l’occupation policière. Elle concerne tôt le recrutement. L’origine militaire des nouveaux agents perd de l’importance, bien que les obligations légales en matière de recrutement militaire changent peu, indépendamment des positions des préfets à ce sujet (la loi militaire de 1894 a même imposé que 5/6 – contre 4/5 – des postes de gardiens de la paix soient pourvus par d’anciens militaires, et 4/5 parmi les sergents de ville de banlieue). En fait, le changement se situe au niveau plus discret de la conscription militaire. En 1872 est votée la loi qui impose à tous les jeunes Français un service militaire de quatre ans, loi simplifiée et précisée en 1889, 1905, puis 1913. Elle induit un changement important puisque l’universalisation du passage sous les drapeaux rend moins nette la séparation entre monde militaire et monde civil. De plus, les nouvelles recrues passent moins de temps au service militaire et sont plus jeunes. Le changement par rapport à la période précédente est sensible si l’on considère les dossiers de victimes du devoir ou les parcours qui émergent des archives judiciaires. L’âge moyen au recrutement passe de 30,7 ans pour la période 1855-1880 à 26,8 ans pour 1880-1906, soit une baisse de quatre ans en moyenne2. Quant à la durée moyenne du temps passé sous les drapeaux, elle diminue de moitié, de 7,6 ans à 3,9.

  • 3 J.-M. Berlière, Le Préfet Lépine, op. cit.

6Parallèlement, le recrutement se fait plus sévère. Les conditions sont redéfinies en 1889 mais le vrai changement intervient avec l’arrivée du préfet Lépine à la suite des troubles du Quartier latin. Dès son accession à la tête de la préfecture, comme l’a montré Jean-Marc Berlière, il réorganise le service de la police municipale – jouant en fait habilement d’une évolution en cours de l’institution et du corps social3. Par un arrêté du 31 mars 1894, il impose une organisation plus rigoureuse de la commission de recrutement : une sous-commission destinée à évaluer l’aptitude du candidat s’ajoute à l’ancienne commission (composée du secrétaire général de la préfecture, du chef de la police municipale et du chef du personnel), qui statue en dernier ressort. Les critères d’évaluation deviennent plus exigeants. La taille minimale passe de 1 m 68 à 1 m 70, afin de s’assurer notamment, selon les termes du préfet comme des rapporteurs municipaux, que la police soit composée de « beaux hommes ». Le célèbre « examen de binette » de Lépine, qui consistait à sélectionner les candidats sur leur allure, complétait ce critère de manière subjective. Pour prouver leurs compétences, les futurs agents ne doivent plus fournir une pièce militaire, mais un certificat de bonne conduite, attestant davantage (en principe) du comportement lors du passage à l’armée. De plus, la seule capacité de rédaction ne suffit plus et les agents doivent savoir lire et écrire « de manière à rédiger correctement un rapport ». L’exigence est matérialisée en 1892 par la mise en place d’une « dictée orthographique » (l’influence des lois scolaires de 1882 est évidente). Ces critères semblent surtout avoir été de vrais instruments de sélection : en 1900, Émile Tazard, jugé trop petit à 1 m 68, est dirigé vers les sergents de ville de banlieue, moins exigeants ; Alain Pelleter, en 1905, est refusé une première fois à cause d’un avis négatif de son ancien employeur qui évoque un défaut d’obéissance, d’autres le sont pour des problèmes veineux… Ainsi les recrues sont-elles a priori plus jeunes, plus civiles, mieux instruites et en meilleure santé en 1910 qu’en 1880.

7Si le niveau et la sélection se sont élevés, il faut cependant noter qu’ils restent ceux d’un des emplois les plus bas de la préfecture de Police. Le recrutement des inspecteurs et des secrétaires de commissariat se durcit dans le même temps : le niveau de connaissance des épreuves écrites augmente et les refus sont plus systématiques. Dans ce cas, on leur propose un emploi de gardien de la paix… L’évolution du recrutement des agents doit donc s’inscrire dans celles, plus générales, de la préfecture de Police, des administrations et d’une partie de la société.

8Les recrues commencent ensuite à suivre une formation. Cela est peut-être lié à la jeunesse des agents, qui doivent être mieux préparés à leur fonction (le fait confortant l’hypothèse qu’en 1855, l’administration estimait qu’un passage prolongé par l’armée valait formation). Le préfet Camescasse instaure en tout cas par l’arrêté du 30 juillet 1883 « l’école pratique de la police municipale ». Les nouveaux agents doivent y suivre des cours, pendant trois mois s’ils ont un minimum d’instruction scolaire, six mois pour les autres. Lorsqu’ils n’ont pas de service à effectuer (la « grande journée »), les élèves viennent tous les trois jours dans trois vastes salles du premier étage de la caserne de la Cité. Les cours, dispensés par un « brigadier-moniteur » et six « sous-brigadiers moniteurs », comportent deux parties : la première, « écrite », apprend à rédiger les rapports et à connaître l’arithmétique élémentaire, quand la seconde, « théorique », vise à inculquer les droits et devoirs des agents envers le public et l’administration, et à faire « connaître les principales ordonnances de police qu’ils ont à faire exécuter journellement ». L’enseignement s’appuie sur un arsenal pédagogique précis, adapté à chaque partie : dictée, devoir à la maison, interrogation orale… À la fois élémentaire, moral et professionnel, il apparaît autant un prolongement de l’école républicaine que le reflet d’une activité qui se structure et se déroule dans un environnement technique et juridique plus précis.

9Ce temps de formation peut paraître mince, mais des compléments s’ajoutent progressivement sur la période. La pratique de la prise de notes avant le service se transforme par exemple en véritable leçon dispensée par les brigadiers à la fin des années 1890. Elles sont données un quart d’heure avant le service de 6 à 11 heures et suivent le modèle de l’école pratique. En outre, à partir du 1er janvier 1901, les gardiens de la paix doivent subir un stage de un à deux ans avant d’être titularisés. En conditionnant la titularisation à la réalisation du stage, la décision fait de ce temps de « formation » un moment à part entière de la carrière policière. En 1902 enfin, la préfecture impose aux officiers de paix une mission d’enseignement qui s’ajoute à celle des brigadiers : ils doivent donner chaque jour une conférence à une sous-brigade de l’arrondissement, les agents étant de leur côté chargés d’en faire un résumé que l’officier de paix vérifie une fois par mois. L’instruction, organisée et mise en avant par la hiérarchie, devient un réel élément de l’activité. Mise en place par à-coups et selon les opportunités, elle reste toutefois mal définie et s’apparente plutôt à un complément de la fonction. Peut-être ne peut-on vraiment parler de formation « professionnelle » qu’avec la création, d’ailleurs très médiatisée, de l’école « pratique et professionnelle de la police » par le préfet de Police Hennion. L’enseignement est alors clairement défini comme tel, devient plus long, et recourt à des méthodes plus « modernes » (on utilise le cinématographe)… Malgré ces hésitations, un mouvement lent, mais réel, de formation des agents s’est bien enclenché à partir de 1883.

  • 4 A. Dewerpe, Le Monde du travail en France, op. cit. Proche des mondes de l’administration, un fact (...)
  • 5 D2U8-285, Auteran Alfred, tentative d’assassinat et de vol, 31 août 1891.

10Les carrières font elles aussi l’objet d’une attention inédite. L’enjeu, clairement affiché par les préfets comme par les conseillers municipaux est d’intéresser les agents à leur fonction, afin de les pousser à rester le plus longtemps possible dans l’administration. Cela passe par un relèvement des traitements. Sans entrer ici dans les détails, on peut noter qu’en 1911, un gardien touche en moyenne 2 367 F par an, à quoi s’ajoute une indemnité de logement de 150 francs, soit un total de 2 517 F par an. Si l’on prend une base 100 pour 1901, il passe ainsi de 65 en 1871 à 112 en 1911. L’augmentation est en fait limitée : elle correspond à la hausse du salaire moyen d’un ouvrier (73 en 1871, 115 en 1913) et compense tout juste la hausse du coût de la vie. Le traitement des agents ne fait ainsi que suivre l’évolution générale et le niveau social reste le même qu’avant, soit celui d’un ouvrier parisien qualifié (la garantie du salaire en plus) ou d’un employé de la classe moyenne4. Les services payés, ponctuellement importants (nous n’avons pas les montants précis), ne modifient pas la situation d’ensemble et la plupart des agents continuent d’exercer plusieurs activités – de manière toujours aussi publique puisqu’un juge d’instruction demande même très naturellement en 1891 à un gardien de la paix, au cours d’un interrogatoire, s’il « n’a pas cherché de besogne complémentaire comme font beaucoup de [ses] collègues5 ».

11L’essentiel, concernant les carrières, se joue dans leur organisation. Au sein du corps des gardiens de la paix, l’échelonnement des traitements, dont nous avons vu l’importance, ne cesse de croître : plusieurs sont créés entre 1901 et 1910, le sixième niveau, à 2 600 F, étant créé en 1910. Les dénominations changent également puisqu’à partir de 1892, on utilise le terme, de plus en plus courant dans le monde administratif, de « classe ». Les gardiens peuvent ainsi se situer plus directement dans la hiérarchie interne en fonction de cette classe. Cet élargissement des perspectives pose bien sûr en retour la question cruciale de l’avancement. En 1893, Lépine inaugure la « péréquation des classes » : jusque-là, les classes les plus élevées étaient moins nombreuses que les inférieures, bloquant les possibilités. Dans le nouveau système, chaque classe doit avoir un nombre égal d’agents. L’ouverture est réelle, puisque la disposition augmente le nombre de places dans les classes supérieures ; lorsque survient une vacance dans une classe, elle se répercute par un jeu de dominos jusqu’à la dernière. Une fois le mouvement enclenché, le choix des candidats résulte cependant toujours de la compétition entre ancienneté, mérite et recommandations. L’arbitraire, à ce niveau, reste fort et les plaintes des agents récurrentes.

  • 6 Nous avons consulté les premiers trimestres de 1865 et 1905, complété par les mois de janvier 1860 (...)

12La question des grades est tout aussi importante. Lépine, constamment conforté ensuite par le conseil municipal, ne cesse d’insister sur l’idée selon laquelle, en 1900, un simple gardien peut virtuellement accéder, grâce à ses efforts et son travail, à tous les postes hiérarchiques. Suivant la logique méritocratique, ces fonctions sont en effet de plus en plus accessibles par examen. En pratique, le tableau est toutefois plus contrasté6. D’après les « arrêtés du personnel » conservés à Créteil, si peu de sergents de ville deviennent brigadier en 1860, la chose est plus courante en 1865 et la proportion d’agents promus augmente encore en 1905 (ce qui est normal vu l’augmentation des effectifs). La filière devient surtout plus homogène : ceux qui deviennent sous-brigadiers sont désormais tous d’anciens gardiens, et tous les brigadiers sont d’anciens sous-brigadiers, ce qui n’était pas le cas auparavant. Les parcours que l’on a pu reconstituer confirment le phénomène : les progressions de carrière semblent réellement possibles pour les nouveaux gardiens, tout en restant limitées aux deux échelons supérieurs. Classes et grades pris ensemble, il apparaît donc que les gardiens peuvent désormais s’investir un peu plus dans leur carrière et envisager un avenir « policier », même s’il demeure restreint.

  • 7 D’après l’Histoire du corps des gardiens de la paix, ce que confirment les mentions indiquées dans (...)

13Cette perspective se comprend d’autant mieux à considérer les formes de protection sociale qui s’améliorent dans le même temps. Dès 1848, une société de secours mutuel avait été créée, mais, faute d’organisation, la tentative avait rapidement périclité. Les cadres hiérarchiques reprennent le projet en main en 1881. Sur proposition des commissaires, après approbation du préfet Camescasse, la Société amicale et de prévoyance de la préfecture de Police, qui concerne tous les services, est mise en place l’année suivante. Elle connaît un succès à la fois financier et politique : elle apparaît au troisième rang des sociétés mutuelles dans les statistiques du ministère de l’Intérieur en 1895 et est reconnue cette même année d’utilité publique. Les agents de plus semblent bien s’y être associés7. Il faut dire que le soutien est réel pour les veuves, les orphelins ou les retraités auxquels elle apporte des compléments ponctuels. Contrôlée par l’administration, la Société amicale et de prévoyance apparaît peut-être aussi comme un lieu et un signe d’intégration à la « maison » policière. La hiérarchie ne cesse par la suite d’accroître cette protection, comme le montre l’exemple de Lépine inaugurant en avril 1901 « l’œuvre des orphelins de la préfecture de Police ». D’autres autorités interviennent dans ce processus. Le conseil municipal a ainsi multiplié les aides depuis 1900, comme la prime de 20 F aux agents qui ont accompli vingt ans de service votée en 1905, prime devenue annuelle et viagère en 1906. Il s’agit, d’après les rapporteurs, de manifester le soutien apporté à cette institution et de stimuler « le zèle et le dévouement des agents ».

14L’accumulation des mesures finit par aboutir à une protection sociale intéressante. Les avancées les plus significatives, et les plus importantes pour les agents, touchent à la retraite. Là encore, il s’agit d’un processus plus ancien, que montraient les changements introduits par le décret du 27 novembre 1857 dans ce domaine. Les évolutions postérieures sont dans un premier temps très ponctuelles (pensions militaires aux agents blessés en 1871, ou à leurs veuves et orphelins…), les changements réels intervenant après 1900. Le 30 décembre 1903, le conseil municipal adopte ainsi diverses mesures améliorant les conditions précédentes : la pension des orphelins, versée jusqu’à leur quinzième année, est prolongée jusqu’à la dix-huitième, quand la pension des agents blessés passe du cinquième à la moitié du traitement moyen des trois dernières années. Cela est loin d’être négligeable : si un agent de 4e classe, au traitement de 2 300 F par an, est blessé, l’administration ne verse plus 460 F par an, mais 1 150 F par an. La pension des veuves, elle, passe de 1/3 aux 2/3 de la retraite : la veuve de cet agent, s’il est mort en activité, touchera donc 1 333 F par an au lieu de 667 F. L’innovation majeure intervient l’année suivante. Le 26 mars 1904, le conseil municipal vote un crédit autorisant la mise en place de la retraite proportionnelle : les agents peuvent obtenir, sur leur demande, une allocation annuelle et viagère après quinze ans de service, calculée à raison de 1/50 du traitement moyen des trois dernières années, pour chaque année de service effectuée. Cette mesure essentielle permet le choix des sorties de carrière (elle explique d’ailleurs les gratifications accordées après vingt et vingt-cinq ans de service, destinées à les maintenir plus longtemps dans leur fonction). L’agent devient protégé – et encadré – à chaque étape de son parcours. Ces améliorations constituent une charge supplémentaire pour l’État, mais surtout pour le conseil municipal qui paie l’intégralité des compléments de retraites. Pour les policiers, ces avancées techniques se combinent en un écheveau juridique et réglementaire complexe, que les agents, comme le montrent leurs lettres de réclamation, savent manier. Ces potentialités d’avenir font désormais pleinement partie de leur manière de voir et de leur environnement de travail.

15Le changement, on le voit, ne correspond pas à une volonté cohérente mais procède par à-coups, selon des impulsions et des rapports de forces parfois contradictoires. Il est pourtant réel et entre 1880 et 1914, le recrutement, la formation, la carrière et les retraites se structurent, quand un début de statut administratif se précise ou se met en place.

L’élaboration d’une étiquette de comportement

  • 8 « Règlement général du service ordinaire de la police municipale », Arrêté de la préfecture de Pol (...)

16La préfecture de Police cherche dans le même temps à mieux contrôler le corps et le comportement des agents. L’exigence s’exprime particulièrement dans la nouvelle version du règlement général de police publiée en 18878. Qu’un nouveau règlement soit élaboré, alors que le précédent était resté inchangé en dépit des changements de régime, est déjà un signe d’inflexion. Sur la même base règlementaire, les modifications générales sont ajoutées (comme les nouvelles modalités de recrutement ou de formation) ; surtout de subtils détails, nichés dans les ajouts ou les suppressions du texte original, dessinent un changement du rapport attendu entre l’institution, les gardiens de la paix et la population.

17La volonté d’insérer l’agent dans la vie des quartiers apparaît ainsi moins nécessaire. S’il est toujours tenu de connaître les habitants et leurs habitudes, l’agent ne doit plus forcément en avoir une connaissance personnelle. Il n’est plus obligé non plus d’habiter dans sa section, mais dans son arrondissement ou « à proximité » (chap. III, art. 83). Cette modification peut s’expliquer concrètement par l’amélioration des modes de transport dans la capitale, mais si l’on se rappelle les implications de l’ancienne disposition, on comprend qu’elle manifeste sans doute aussi la volonté d’instaurer une plus grande distance entre l’agent et son environnement. De même, les missions restent toujours floues, mais certains points sont précisés et les règles à suivre face à un incendie ou un trouble à l’ordre public sont par exemple plus détaillées. En lien avec la règlementation croissante de la vie sociale, le travail policier devient plus procédurier. L’administration semble également vouloir contrôler plus fermement l’attitude et les réactions des agents. L’exigence de politesse s’accroît. Renforcée dans le règlement de 1854, elle devient un élément essentiel dans la définition du métier en 1887. L’article qui l’évoque est augmenté d’une définition, toute en nuance et en contradiction, du comportement à adopter : « [Les agents] doivent être polis et vigilants envers le public, ce qui n’empêche pas la fermeté » ; « Dans la répression, ils doivent se montrer inflexibles, mais rester calmes et conserver leur sang-froid et éviter de se laisser aller à des emportements qui les rendraient inconvenants et grossiers. » (Chap. VI, art. 113.)

  • 9 Coeuille, Manuel du gardien de la paix, Paris, Journal des commissaires de police, 1906.

18Les manuels de police précisent ces deux derniers phénomènes. Le nombre de textes normatifs, d’éditions corrigées, de dictionnaires de police s’accroît en effet à partir des années 1880. Leurs contenus témoignent de cette idée d’une codification accrue. Plus minces, les manuels paraissent mieux adaptés à une mise en pratique policière : le travail d’explication est plus poussé et la description des actions à mener gagne en précision. La marge de manœuvre de l’agent sur le terrain est ainsi virtuellement diminuée, le déroulement de son action mieux organisé. Un autre changement apparaît dans les manuels des années 1900, dont celui du commissaire Coeuille propose un bon exemple9. L’ouvrage reste celui d’un cadre hiérarchique, lié au Journal des commissaires de police. Mais il est cette fois « publié avec l’approbation de M. Touny, directeur de la police municipale ». La première partie a même été réalisée avec l’aide « de M. Lesage, inspecteur principal de l’École pratique des gardiens de la paix » et « approuvée le 10 mars 1900 par M. Lépine, préfet de police ». Le manuel semble cette fois s’inscrire dans la politique d’enseignement de la préfecture et suggère une meilleure cohérence entre les moniteurs, les supérieurs et la hiérarchie à ce sujet. Le plus important réside bien sûr dans la partie approuvée par Lépine, placée en ouverture de l’ouvrage et intitulée « Devoirs généraux des gardiens de la paix ». Elle recense les grands principes qui doivent gouverner l’action des agents. Auparavant dispersés dans les entrées, ils s’affichent ici comme les bases définissant le métier.

19Trois orientations se dégagent : les policiers doivent en premier lieu obéir « immédiatement et ponctuellement aux ordres qui leurs sont donnés par leurs supérieurs » : leurs repères sont censés venir de là. L’agent est ensuite supposé partager des valeurs et adopter un mode de vie propre à sa fonction : il est tenu de se respecter lui-même, c’est-à-dire d’être probe, zélé, intelligent, prudent et attentif, afin de mériter « l’estime de tous ». L’administration entend donc s’insérer de plus en plus dans l’espace privé de l’agent pour le constituer en « individu policier ». Ces devoirs cherchent enfin à encadrer eux aussi plus strictement le rapport des agents à la population. C’est la première des « missions des gardiens de la paix ». Après le canonique « ils doivent veiller au maintien de l’ordre, à la tranquillité et à la sécurité sur la voie publique », le texte retrouve l’oxymore policier du règlement de 1887 : « Ils ne doivent ni trop défendre, ni trop permettre, mais toujours veiller, ce qui n’exclut en aucune façon la fermeté nécessaire pour agir énergiquement… » Répété, presque à l’identique, dans quatre autres sections (dont une « Politesse, affabilité »), ce leitmotiv confirme le rôle fondamental accordé à ce code de comportement. La préfecture cherche bien à reprendre en main la fonction et le corps policier et, tout en avouant la difficulté de son ambition, à maîtriser ce point obscur mais fondamental qu’est l’interaction entre les agents et les habitants.

20De nouveaux modes de surveillance permettent d’appliquer davantage ces attentes. Ils correspondent à une restructuration, discrète mais globale, de l’ensemble du contrôle institutionnel. Deux principes la commandent : chacun des niveaux hiérarchiques, notamment les plus élevés, est plus fermement soumis à la surveillance d’un supérieur ; chacun des nouveaux cadres ajoute une surveillance supplémentaire au service de rue. Les effectifs du Contrôle général diminuent par exemple dans les années 1890 (de 52 à 36 agents entre 1887 et 1911), mais cette baisse correspond à une redéfinition des tâches : à partir de 1899, il se concentre de plus en plus sur les cadres supérieurs de la préfecture, et moins sur les petits employés. La surveillance de ces derniers relève davantage d’un autre circuit. Lorsqu’il arrive à la préfecture, Lépine estime en effet que le commandement des gardiens est « incomplet ». Il crée donc en juillet 1893 le service des commissaires divisionnaires, à la place des inspecteurs divisionnaires, pour faciliter l’intervention des agents en cas de troubles (les commissaires peuvent en effet procéder à des sommations). Nouvel échelon de l’administration, ils sont chargés en outre de contrôler les officiers de paix ainsi que « la régularité du service ». Quelques mois plus tard, en octobre 1893, sont mis en place les inspecteurs principaux. Eux doivent seconder les officiers de paix dans leur tâche d’administration, de surveillance et d’instruction des agents. Ils libèrent ainsi la place du brigadier qui finissait par ne plus être affecté qu’au soutien de cet officier, et ajoutent un organe de contrôle supplémentaire pour les brigadiers, sous-brigadiers et agents. Le service des sous-brigadiers est enfin augmenté de trois cents agents au même moment. Sur le terrain, il n’y a plus deux, mais trois sous-brigadiers par quartier, un au poste, et deux à l’extérieur, chargés de la surveillance du service de rue. L’un effectue classiquement son service en uniforme, quand le second innove : soit il s’occupe plus particulièrement de la répression de la prostitution, grand cheval de bataille de la Troisième République, soit il effectue une surveillance « inostensible », en bourgeois, des agents en activité. La disposition place ainsi en principe le gardien sous une menace constante. L’encadrement des gardiens de la paix s’est bel et bien amélioré, en termes quantitatif et qualitatif.

21L’affinement disciplinaire intervient jusque dans la pratique du service. Le fait tient pour partie aux évolutions techniques : le développement de l’imprimé et la diffusion des formulaires préremplis facilitent par exemple la standardisation des attentes et la stricte application du règlement. Ses formes sont plus nombreuses. La contrainte temporelle s’accroît. En 1905, le décompte des retards, en minutes, devient systématique et joue dans l’éventuelle obtention d’un congé ou d’un avancement. La pression administrative se renforce, ce dont témoigne l’augmentation du volume des dossiers des personnels à la fin de la période. Les nouvelles exigences s’exercent aussi de manière plus quotidienne. C’est ce que suggère la littérature administrative des marges, ces annotations des supérieurs sur les documents assurant la liaison entre l’agent et l’institution. Avec la multiplication des procédures à suivre et des papiers à remplir, leur nombre croît. Or les mentions se précisent par rapport à celles que l’on trouvait auparavant et disent les nouveaux intérêts administratifs : l’obéissance et l’exactitude sont des thèmes permanents, tandis que s’imposent aussi ceux de la « tenue », de « l’allure » ou des « rapports avec le public ». Cette présence accrue indique à nouveau l’obsession renouvelée de cette question de la représentation policière, d’autant qu’elles jouent elles aussi dans les micro-arrangements de service. Ces attentes institutionnelles constituent bien un bain constant, à la fois officiel et informel, discursif et pratique, pour le travail des agents.

22La préfecture de Police tente ainsi, à partir des années 1880-1890, de reprendre en main la fonction et le corps policier, dans sa vie privée comme dans son temps de service. Sans doute cela s’inscrit-il dans une évolution interne à la préfecture qui, après un temps d’adaptation, se réapproprie « son » policier. Mais le changement correspond également aux nouvelles attentes de la population et aux normes sociales de contrôle qui se dessinent. Les deux phénomènes ne sont pas contradictoires : en figeant cette façade policière, la préfecture crée un lien qui est aussi instrument de contrôle. En termes goffmaniens, on dirait qu’elle participe à la « construction du rôle social » du policier en tenue. S’élabore ainsi une étiquette professionnelle du corps policier.

La fixation des valeurs policières

23À ce contrôle du corps, l’administration ajoute enfin une édification des esprits. Elle cherche à élaborer et à imposer un système de valeurs propres au corps des gardiens de la paix. Cette ambition passe notamment par la fixation d’un cadre historique de référence, dont l’Histoire du corps des gardiens de la paix parue en 1896, vaste projet lancé par Lépine au moment de son accession à la préfecture, constitue l’aboutissement. Les circonstances précises dans lesquelles le chantier a été engagé sont mal connues, si ce n’est qu’il a été confié à Alfred Rey et Louis Féron, attachés au secrétariat général de la préfecture et que l’ouvrage final, comme l’indiquent ses signes de légitimité (couverture richement décorée, emblème de la ville de Paris, auspice préfectoral, préface de Waldeck-Rousseau) est bel et bien l’histoire officielle du corps des gardiens de la paix.

  • 10 C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, Les Courants historiques en France, XIXe-XXe siècles, Paris, A. (...)

24La collecte de la documentation, dont l’actuel référencement des archives de la préfecture de Police conserve les traces, est impressionnante : toutes les administrations ont été consultées (préfecture de la Seine, conseil municipal, ministère de la Guerre, de l’Intérieur, etc.) ; les articles anciens ont été exhumés ; les descriptifs des tenues et des galons ont également été retrouvés ; des entretiens avec des témoins et des retraités ont même été menés. Alfred Rey et Louis Féron ont bien cherché une certaine exactitude historique et on retrouve chez eux les méthodes de travail rigoureuses élaborées depuis bientôt vingt ans au sein de la « profession historienne » : après authentification des documents, les deux auteurs les ont confrontés afin d’établir des faits vrais, démontrés scientifiquement10.

25La recherche est certes orientée, comme le montrent certains aménagements narratifs (sélection dans articles, traitement rapide des périodes sensibles comme le Second Empire, conclusions emphatiques…). Ces choix sont avoués par les auteurs dès l’introduction : il s’agit pour eux d’inscrire un autre regard, plus positif, sur cette histoire, sans nier les événements passés. Un autre de leurs enjeux est de replacer cet agent dans l’ordre des temps. De manière significative, l’ouvrage s’achève sur une liste, établie par les deux auteurs, de « victimes du devoir », ces agents morts en service et élevés au rang de héros policiers et nationaux que l’on étudiera plus loin. Ce panthéon policier apparaît comme l’aboutissement de cette histoire policière, censée se compléter encore des héros à venir. Le plan reflète l’ambition de l’ouvrage : chercher dans le passé les éléments qui permettent de se situer dans le présent, puis d’ouvrir sur un avenir de progrès.

  • 11 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales en Europe, op. cit.
  • 12 J.-F. Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

26Les deux aspects vont de pair et il convient ici de se garder des jugements anachroniques : l’ouvrage s’apparente en fait assez bien aux conceptions de l’histoire sous la Troisième République, telles qu’elles sont alors élaborées dans les universités, enseignées dans les écoles et offertes au public. Cette perspective permet de préciser les enjeux : il s’agit de cette manière de se débarrasser de la référence controversée à la Commune, mais surtout, comme le souligne l’introduction et la préface, d’aligner désormais le récit des gardiens de la paix sur celui de Paris et de la Nation. La pratique existait déjà, mais il s’agit cette fois d’une narration plus canonique, stable et acceptée11. En s’intégrant au grand récit régional et national, cette histoire opère un refroidissement du souvenir et naturalise l’existence de cette fonction policière. De même que l’on a parlé de « petites patries » pour décrire l’inscription des différences régionales dans un récit national unifié12, il faut peut-être parler de « petites institutions » pour désigner la manière dont certaines ont tenté d’agréger leur histoire au grand récit républicain. Cette capacité de contrôle symbolique du temps et de production d’une histoire officielle est en outre une caractéristique des institutions.

27L’ouvrage ainsi conçu est destiné à un double public. Le premier est le « grand public », surtout parisien. Le livre est mis en vente, mais également offert en certaines circonstances aux citoyens « méritants ». La « police » offre de cette manière au public un morceau de son histoire officielle, qui va aussi nourrir l’image du policier dévoué, appartenant à la société et souffrant pour la protéger. Le second public, plus directement visé, est le corps des gardiens de la paix, même si nous ne savons pas précisément comment l’ouvrage arrive entre leurs mains (il est sans doute très onéreux). Comme l’écrivent les auteurs dans l’introduction « [leur] vœu le plus cher est que les gardiens y puisent un encouragement pour accomplir, avec un dévouement plus grand encore, leur tâche parfois si périlleuse et presque toujours difficile ». Il s’agit donc d’élargir les horizons temporels des agents et de leur désigner les modèles et les valeurs à suivre. Le lien avec la professionnalisation en cours est évident : plus que de seulement contrôler des attitudes, l’idée est de construire un « esprit policier » spécifique, en accord avec les références officielles qui se mettent en place. L’agent, pour les auteurs, doit comprendre qu’il œuvre pour quelque chose de sacré et qu’il y trouve la possibilité de se dépasser. Zèle, dévouement, probité, fermeté, modération et politesse, sans être nouveaux, s’affirment ici comme des mots d’ordre indépassables, sources de la légitimité et de la transcendance de la fonction policière.

28Certes, cette lecture n’est pas immédiate pour tous, mais cette histoire érudite et officielle possède à cette période un pouvoir de reconnaissance à ne pas négliger. Elle sert en outre de socle à l’affirmation de ces valeurs dans le quotidien de l’administration. La mise en exergue des « devoirs des gardiens de la paix » dans les manuels, la multiplication des leçons dans les postes ou les dictées imposées à l’entrée du corps ou lors de la formation (tirées de passages édifiants des manuels de police) sont autant de lieux de la plus grande présence de cette morale policière. La signature des courriers adressés au supérieur en témoigne à sa manière : à partir de 1880, les « serviteurs » se disent plus « dévoués », « zélés », et attentifs au public. Ces communications en nombre croissant suggèrent bien que les agents sont de plus en plus immergés dans ce type d’univers sémantique.

  • 13 Voir les travaux en cours de Philippe Artières sur la question. Un tour d’horizon des usages de l’ (...)

29Reste la question toujours délicate, classique, de savoir si ceux-ci partagent réellement ces valeurs. Deux exemples permettent de discuter cet aspect. Le premier relève de ce que l’on peut appeler, avec Philippe Artières, les « injonctions autobiographiques13 ». À partir des années 1900, l’administration demande à l’agent tout juste nommé, probablement lors du passage à l’école des gardiens de la paix, de « raconter sa vie, ses études, ses activités professionnelles et expliquer pourquoi et comment il a décidé d’entrer dans le corps des gardiens de la paix ». Cette pratique se développe à ce moment dans les milieux médicaux, carcéraux, et donc peut-être professionnels. Elle correspond au processus décrit : par son récit, l’agent doit recomposer sa vie et l’orienter en fonction de l’arrivée au corps. En ce sens, elle impose un degré supplémentaire d’imprégnation puisque l’agent doit effectuer de lui-même le travail d’identification. La lecture des copies conservées dans les dossiers atteste de la capacité, selon une culture autobiographique sans doute acquise à l’école, de produire un récit de vie cohérent. Les réponses demeurent toutefois extrêmement variées : comme l’ont montré les travaux sur cette pratique, l’exercice n’est pas seulement une soumission ou une imposition, mais il est à la fois respect des normes et lieu d’évitement. La reconstitution biographique ne signifie pas nécessairement imprégnation individuelle de la fonction. Il s’agit plutôt d’un échange dynamique, d’un contrat tacite, où les gardiens apprennent à parler d’eux comme policier et à contrôler le discours de soi qui l’accompagne – un élément fondamental dans l’exercice nouveau de la fonction comme dans la construction d’un rôle social préagencé : il n’y a donc pas forcément intériorisation, mais plutôt apprentissage de la maîtrise du rôle.

  • 14 Voir O. Ihl, « Gouverner par les honneurs. Distinctions honorifiques et économie politique dans l’ (...)

30La politique des médailles dévoile un processus similaire. La préfecture rejoint là aussi un mouvement plus général. L’attribution de ces distinctions, d’abord militaires, puis civiles, existe dès le début du xixe siècle, et ne cesse de s’enrichir par la suite. Les autres institutions, publiques ou privées, ont déjà leurs décorations (eaux et forêts, contributions directes, sociétés de sauvetages) et la préfecture est plutôt en retard. Une médaille propre aux policiers, la médaille de police municipale et rurale (systématiquement conférée après vingt-six ans de service) finit par être créée en 1902 par le ministère de l’Intérieur. L’institution dispose ainsi, peu à peu, d’un arsenal d’intéressement renouvelé – on sait à quel point cette émulation décorative correspond à une véritable technologie de gouvernement en régime démocratique14. Son succès est important, puisque la demande semble s’accroître au point que les circulaires de Lépine incitent les administrations à la « plus grande réserve » dans l’attribution des récompenses. Au niveau des commissariats, les demandes effectuées par les agents, signalées dans les répertoires, sont effectivement de plus en plus nombreuses. Les rapports des commissaires, savant dosage de vocabulaire administratif et épique, témoignent des arrangements entre les faits, le discours officiel et les protagonistes, arrangements menés pour constituer à travers « l’exploit » une sorte d’héroïsation du quotidien. Ces négociations ne sont pas anodines : par elles, les valeurs et les principes officiels deviennent plus concrets, quand leur pouvoir d’élévation apparaît plus présent. Les policiers de leur côté, loin d’être seulement soumis, trouvent de l’intérêt dans ces changements : l’obtention d’une médaille s’accompagne d’une somme d’argent, facilite la carrière professionnelle, et, socialement valorisée, s’exhibe au regard de soi et des autres. Sans partager forcément le catéchisme officiel, l’agent sait là encore profiter de cette distinction et en jouer.

31Le discours édifiant que la préfecture de Police organise sur elle-même et sur les gardiens de la paix s’insère donc avec de plus en plus d’insistance dans leur environnement de travail. Même si les agents ont appris à négocier avec cette identité policière plus structurée et attendue, il n’en demeure pas moins que ces valeurs deviennent de cette manière une donnée à part entière de la vie professionnelle.

  • 15 C. Dubar, P. Tripier, Sociologie des professions, Paris, A. Colin, 2003.
  • 16 Cette analyse policière semble en effet nourrir une lecture « processuelle » du phénomène. Pour An (...)

32L’occupation policière, pour conclure, connaît une certaine structuration entre 1880 et 1914, qui procède des politiques de la préfecture de Police (et notamment des réformes de Lépine), des évolutions de l’État républicain, de celles de la société ou encore des mentalités… Peut-on parler, en rappelant qu’il manque pour l’instant l’étude des pratiques, d’une professionnalisation ? Oui, dans le sens où se mettent en place les aspects essentiels qui définissent cette forme de travail : agencement des carrières, formation et protection, contrôle du corps ou de l’outil de travail, et élaboration d’un système de croyances et de valeurs15. Considéré sous cet angle, on observe une sorte de normalisation du métier au cours de la période. La distance qui séparait une institution encore très militaire du monde civil s’est estompée et ces évolutions rejoignent celles qui affectent certaines administrations publiques (postes, douanes, inspection du travail, enseignement), mais aussi certaines branches d’activité marquées par l’extension du salariat (chemins de fer, grandes usines de la seconde révolution industrielle), et d’autres encore (journalistes, détectives). Les liens entre ces changements sont certes difficiles à démêler, mais on constate une certaine convergence, qui exprime une mutation profonde des formes du travail en cette fin de xixe siècle, et cet examen du travail policier permet à son niveau d’en nourrir l’étude16. Le terme de « profession » est d’ailleurs utilisé par la presse, par la hiérarchie comme par les policiers pour qualifier cette recomposition de l’activité des gardiens de la paix : en ce sens, il y a bien professionnalisation des gardiens de la paix.

33La ressemblance avec les autres secteurs a toutefois ses limites. Le métier reste un métier d’État, au service du public, qui incarne l’autorité dans la capitale française. À ce titre, la question du contrôle hiérarchique, du port de l’arme, des garanties sociales, des relations aux citoyens ou des valeurs conserve une dimension spécifique. Le corps a également su recomposer de subtiles frontières. À lire les dossiers des victimes du devoir, les recommandations conservent un rôle important dans le recrutement des candidats. Surtout, les candidats ont encore souvent un frère, un cousin ou un « compatriote » gardien de la paix, qui soutient la candidature et induit un mode de recrutement quasi horizontal. Pour être gardien de la paix, il faut en quelque sorte toujours avoir avec soi, en amont, une proximité avec la puissance publique. Tout en étant plus intégré dans la société du temps, le métier reste bien singulier.

Le policier des Parisiens ?

34Le rapport de la police à la ville se modifie dans le même temps. Par une série de transformations décalées, le policier en tenue devient de plus en plus concrètement le policier des « Parisiens », comme le reflètent trois domaines en particulier.

Une géographie enrichie de l’ordre parisien

35La relation de la police à l’espace urbain connaît en premier lieu des transformations. Les changements entamés en 1854 se prolongent et semblent s’achever, ou plus exactement se stabiliser. L’évolution de la présence policière en témoigne : les effectifs ne cessent d’augmenter et passent, en ne considérant que les seuls gardiens de la paix, de 4 000 en 1870 à 6 000 fin 1871, puis à 7 000 en 1912.

Graphique 4. Présence policière, 1833-1913.

  • 17 Le projet de loi déposé à la chambre le 17 mai 1892 prévoyait ainsi qu’il faudrait 8 000 gardiens (...)

36Rapporté à l’augmentation de la population (de 1 million d’habitants en 1850 à 2,8 millions en 1910), le graphique dégage les deux hausses significatives de la présence policière, de 1854 puis de 1871. Cette dernière se distingue, à la sortie de la Commune, par un pic exceptionnel, mais elle ouvre sur une nouvelle phase où la proportion s’élève puis se stabilise par à-coups un peu au-dessous de 3 ‰. L’arrêt de la croissance tient pour partie à la lutte qui a opposé le conseil municipal à la préfecture de Police entre 1872 et 1893. Mais elle relève aussi, à partir des années 1890, d’une volonté délibérée de l’État, de la préfecture et, dans une moindre mesure, du conseil municipal d’adapter le nombre d’agents à la hausse de la population parisienne en respectant une proportion déterminée17. Le chiffre idéal (3,3 ‰) n’a jamais été atteint, les budgets ne pouvant suivre la croissance de la population, qui atteint son sommet en 1911. L’augmentation de la présence policière initiée par Napoléon III trouve néanmoins à partir de 1879 un point d’équilibre accepté, voire demandé par les différents protagonistes. Elle ne paraît plus contradictoire avec les exigences d’un régime démocratique alors installé et il semble qu’une norme se soit constituée en la matière.

  • 18 L. Girard, La Garde nationale, op. cit. ; J. Héliée, « Les armes », loc. cit. ; O. Roynette, Bons (...)

37La clarification du système de l’ordre urbain se poursuit par ailleurs. Au sortir de la Commune, le nouveau gouvernement avait en effet décidé que la police municipale serait dorénavant la seule force quotidienne de la capitale. Les autres corps sont progressivement écartés du maintien ordinaire de l’ordre : la garde nationale est dissoute, la garde républicaine confinée dans des fonctions plus honorifiques et l’armée occupée à sa propre régénération18. Bien que lente, l’attribution de tous les postes de police aux gardiens de la paix semble achevée en 1876. D’autres décisions confirment la spécialisation acquise de l’ordre urbain : en 1873, le service chargé de la surveillance des places de stationnement est supprimé et confié à des gardiens de la paix, tout comme le service des halles en 1875 et celui des abattoirs en 1879. Ces modifications nourrissent autant l’idée d’une simplification de la gestion ordinaire de la capitale que celle d’une police plus technique, qui fait corps de manière inédite avec la ville.

38Les déséquilibres spatiaux expriment à leur manière la stabilisation. À l’intérieur de la capitale, les inégalités géographiques en termes de présence policière persistent. Si l’on prend les mêmes critères que pour les cartes précédentes, le centre parisien continue de concentrer plus de policiers (notamment les 1er, 2e, 3e, 4e, 8e et 9e arrondissements), alors que les arrondissements périphériques sont moins bien pourvus (du 10e au 20e, 16e excepté). La ville ne s’est pas réellement adaptée à l’annexion de 1860 et la disparité policière s’affirme comme un trait structurant de l’espace administratif parisien. Surtout, la distorsion entre Paris et sa banlieue se renforce. Les policiers de la banlieue continuent d’être qualifiés de « sergents de ville », leur traitement est inférieur et les conditions de recrutement moins sévères. Deux circuits inégaux et distincts se sont ainsi progressivement mis en place, en dépit des appels répétés de certains élus et du Conseil général de la Seine au nom de l’égalité républicaine. Tout se passe comme si la plus grande structuration du corps des gardiens de la paix avait structuré aussi les inégalités spatiales.

  • 19 Arrêté du 1er avril 1895 (parmi les Considérants).
  • 20 Rapport au budget du conseiller Achille, 1912.

39Des modifications par rapport aux dispositions de 1854 permettent de préciser la signification de ces évolutions. Dans le cadre de la lutte contre le crime, devenue l’objet d’une attention médiatique exceptionnelle, de nouvelles mesures cherchent à rendre plus efficace le fonctionnement policier. Dès 1880, la préfecture avait mis en place des rondes volantes de gardiens de la paix en bourgeois pour surprendre les malfaiteurs. Le service est interrompu par Lépine en 1893, lequel inaugure cette même année le système dit du « va-et-vient », c’est-à-dire le parcours continu d’une très courte portion d’espace dans les endroits les plus fréquentés. Ces modes opératoires sont peut-être plus efficaces, mais on voit aussi les effets de l’idée selon laquelle la tournée régulière d’agents visibles n’est plus utile dans la lutte contre le crime : le pas des agents s’aligne sur les perceptions de son efficacité. L’innovation la plus intéressante concerne la cessation de la déambulation policière avec l’installation des postes vigies à partir d’avril 1895. Comme le précise l’arrêté préfectoral qui en officialise la création, ces postes sont installés dans certains kiosques de stations de voitures. Un agent doit s’y tenir en permanence durant la journée (ils sont deux la nuit), sa fonction consistant principalement à rester à la disposition du public. La mesure ne doit pas être interprétée comme un désaveu de la circulation policière ou un retour à l’avant 1854 : l’idée de la réforme de Billault, par la circulation régulière et continue des agents, était en effet d’amener ces derniers au devant d’une population traditionnellement méfiante ; en 1895, il s’agit d’arrêter l’agent pour « que les habitants [soient] sûr de trouver toujours un gardien de la paix19 ». La mesure illustre le changement du rapport de la population au policier qui s’est opéré, ainsi que la manière dont la préfecture y répond. L’augmentation du nombre de kiosques, sur le vœu des habitants, confirme cette analyse : ils sont 69 en 1895, 95 en 1901, 118 en 1912, la demande ne cessant pas20. Ce développement provoque en outre une insertion policière de plus en plus fine dans l’espace urbain : la tournée reste fugace, quand le poste vigie est un marqueur spatial discret, permanent et matériel. Sans doute faut-il également inscrire cette innovation dans un mouvement plus général de transformation technique de l’univers urbain. En 1900, les trottoirs et les éclairages existent à peu près partout, le mobilier urbain et la signalisation ne cessent de s’enrichir, quand les dispositifs visant à prévenir les risques sont plus présents. On peut préciser à ce propos que les postes vigies sont aussi équipés de boîtes de secours et de brancards… La police en uniforme s’insère donc dans le nouveau rapport qui unit les Parisiens à leur ville et participe de la technologie enveloppante dont se dote progressivement cet espace urbain. Une nouvelle osmose se noue ainsi, indépendamment des autres formes d’échanges et d’opposition, entre la police en tenue et la ville.

La réorganisation de la police municipale

40Ce changement trouve aussi une traduction plus organisationnelle à cette période. Entre 1887 et 1889, la police municipale s’oriente de plus en plus vers les seules tâches de maintien de l’ordre urbain. En 1887, elle perd le contrôle du « Service de la sûreté et des mœurs » (les deux services étaient associés depuis 1881) ; en 1888, celui de la « brigade des garnis » ; en 1889 celui de « la brigade des recherches. » Lépine sanctionne encore l’évolution à son arrivée à la préfecture en créant deux services distincts : la Direction générale des recherches, qui regroupe sûreté, garnis et recherche, et la Direction de la police municipale, qui regroupe les seuls policiers en tenue. Le « chef de la police municipale » change de titre et devient « directeur de la police municipale », ce qui doit lui rappeler sa position subalterne. Le processus est entériné par le préfet Hennion en 1913. Il sépare à ce moment la Direction générale des recherches en Direction de la police judiciaire et Direction des renseignements généraux et des jeux, sans toucher à la police municipale, dont la redéfinition semble acquise.

  • 21 Voir notamment J.-M. Berlière, Le Monde des polices en France, op. cit.
  • 22 M. Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie », dans Maintien de l’ordre, op. cit., p. (...)

41Les motifs de cette réduction sont avant tout d’ordre politique21. La police municipale, avec ses services ostensibles et inostensibles, représentait une force exceptionnelle que l’accroissement des divers services augmentait encore. Les préfets craignaient qu’elle ne finisse par les concurrencer, tandis que cette concentration des pouvoirs au sein de la préfecture était ouvertement en contradiction avec les nouveaux principes républicains (tels qu’exprimés en tout cas dans les critiques des conseillers). Le grignotage des attributions de la police municipale à partir de 1887 procède de la conjonction de ces enjeux politiques concurrents. La distinction des services répond sans doute aussi à des impératifs plus techniques22. La hausse des effectifs, le renouvellement des inquiétudes publiques ou la spécialisation des enquêtes imposaient une plus grande autonomie des services de sûreté au sein de la préfecture.

42On peut toutefois se demander si le fait que la « police municipale » devienne la police des seuls gardiens de la paix n’exprime pas aussi le nouveau rôle de ces agents dans la capitale, dans la pratique du terrain comme dans l’évidence collective. En même temps qu’ils résolvaient les problèmes politiques posés par la police municipale, les préfets sanctionnaient donc administrativement (la renforçant en retour) l’assimilation entre les gardiens de la paix et la « police de Paris ».

Les débuts d’une « communication » policière

43L’élaboration de la nouvelle relation de la police à la capitale passe enfin par la construction d’une véritable politique de « communication » au cours des années 1890-1914, dont l’objectif est d’indiquer au public la disponibilité inédite de l’institution et de sa police « municipale ».

  • 23 J.-M. Berlière, Le Préfet Lépine, op. cit.

44Cette politique relève de nouvelles formes d’échange entre la préfecture de Police et la presse. À partir des années 1890, la hiérarchie accepte (commande ?) de plus en plus d’interviews des grands journaux pour parler de la police. Les chefs de la préfecture finissent par se doter d’une personnalité médiatique, tout particulièrement Lépine. Que ce soit dans L’Éclair, La Petite République, le Journal ou même le Radical, le célèbre préfet est le « réformateur » de la police, mais surtout le « père » des gardiens de la paix, méticuleux, « sévère- mais-juste23 ». Cette image parfaitement orchestrée contribue à l’idée d’une plus grande proximité entre la police et le public : la médiatisation donne l’impression d’une relation plus immédiate. La préfecture est par ailleurs elle-même productrice de discours. Les communiqués ne sont plus présentés comme des « circulaires » et sont directement destinés à un usage médiatique. Le secrétariat général semble diffuser plus régulièrement des informations auprès des principaux organes de presse : les cartons des archives de la préfecture contiennent des notes, officielles ou informelles, demandant aux archivistes Rey et Féron de remettre tel document « à la presse » ou à tel homme politique. Il s’agit en général de photos, d’indications biographiques, de points historiques ou juridiques… Une relation d’échange continue s’installe ainsi entre la préfecture de Police et la grande presse de la Belle Époque et il semble que le service des archives, décidément polyvalent, serve aussi de centre d’information. Les intérêts se croisent : les journalistes obtiennent de cette manière une documentation officielle ou plus « vraie », quand la préfecture s’assure de la nature souvent édifiante des documents pour entretenir une meilleure image de ses agents. Le terme de « communication » est sans doute discutable, dans la mesure où ces modalités d’échange restent informelles, sans compter que les relations peuvent être conflictuelles (la permanence des indiscrétions en témoigne). Mais il est clair que de cette manière, la préfecture s’adapte au régime médiatique et cherche à entretenir l’idée d’une communion entre les agents et le public.

45Cette volonté de contrôler l’image sociale recourt également à une politique culturelle de plus grande envergure, comme l’illustre la présence de la préfecture de Police aux Expositions universelles. Les agents, on l’a vu, en ont assuré la sécurité dès 1855 et la préfecture organise des expositions, certes techniques, depuis 1878. L’Exposition universelle de 1900, avec la première exposition rétrospective de la préfecture, marque un tournant. Préparée sous les auspices, une fois encore, de Rey et Féron, elle mêle à la description des innovations techniques de l’anthropométrie ou de la balistique, la présentation des « héros » de la préfecture et la reconstitution des divers costumes de gardiens de la paix au cours du xixe siècle. L’institution, présentée comme un tout cohérent, se veut un élément à part entière de la « modernité nationale » à l’honneur dans l’Exposition. Les gardiens de la paix sont officiellement associés à cette image et en incarnent une dimension spécifique. Comme l’expliquent Rey et Féron dans le rapport sur l’Exposition rédigé par la suite, il ne s’agit pas de rendre le gardien plus « sympathique », mais bien de souligner le caractère essentiel de sa fonction et le « progrès humain » qu’il représente. La présence des gardiens de la paix témoigne une fois encore de la nouvelle perception de l’agent et de la manière dont la préfecture tâche de l’intégrer à l’idée nationale, puis de la mobiliser pour se faire plus facilement accepter par la population. D’après ce même rapport, la rétrospective aurait rencontré un certain succès auprès des officiels de différents pays comme du grand public, notamment les pièces concernant les gardiens de la paix. Mais peut-être les auteurs forcent-ils le trait sur un sujet qui leur tient à cœur.

46Le conseiller municipal Charles Desplas, rapporteur du budget de la préfecture de Police, n’en tire pas moins les leçons de l’événement quelques semaines plus tard. Il propose au conseil municipal la création d’un musée de la préfecture de Police. Avec l’accord enthousiaste de la préfecture, celui-ci est installé trois ans plus tard quai des Orfèvres, dans l’annexe de la préfecture. Le dispositif muséographique comprend documents techniques, portraits des « grands hommes de la police » et costumes reconstitués des policiers en tenue. Petit, difficilement accessible, il est à vrai dire peu visité et destiné également à une fonction d’apprentissage et d’édification interne. Sa dimension publique est cependant réelle (il fait l’objet d’articles de presse et est ouvert aux visiteurs), et cette mise en musée est riche de sens : même ramenée à ses justes proportions, elle suppose en soi un degré supplémentaire, matériel et permanent, de sanctuarisation. Ce que l’on pourrait appeler une patrimonialisation de faible intensité n’est donc pas à négliger.

  • 24 APP, DB 30
  • 25 O. Roynette, Bons pour le service, op. cit. ; et J. Hélie, « Les armes », loc. cit.

47La création de micro-événements entretenant régulièrement l’idée d’une police à l’écoute de la population, est un autre aspect de cette politique de « communication ». La mise en place, en octobre 1893, d’exercices militaires destinés aux gardiens de la paix illustre le phénomène. À partir de cette date, tous les gardiens doivent effectuer ces exercices deux fois par an pendant deux mois, à partir d’avril et de septembre. Les objectifs officiels exprimés par le préfet Lépine, qui se montre soucieux de leur réalisation, sont doubles : préparer les agents à concourir à la défense nationale en cas de guerre face à l’Allemagne et leur donner une belle allure, que ce soit lors des cérémonies ou dans la rue. À peine connue, la nouvelle circule dans toute la presse. Le thème de « la marche militaire des agents » fait florès24. De cette manière, Lépine prolonge d’ailleurs le contrôle administratif sur le corps policier, avec ce dressage somatique très concret qu’est l’exercice militaire, et cherche à profiter de l’image de l’armée25. Le jeu des références est intéressant : au moment où la police parisienne est plus démilitarisée et assignée à des fonctions civiles, il tente de lui conférer une « allure militaire », notamment pour répondre à l’image d’un agent vieilli, qui aurait perdu une part de sa puissance sexuelle et publique.

  • 26 M. Pastoureau, Bleu, op. cit.

48La mesure qui crée le micro-événement par excellence à la fin du siècle est toutefois la modification vestimentaire. Le Second Empire avait utilisé ce rituel, mais le phénomène prend une ampleur inédite à partir des années 1880-90. La plupart des « innovations » trouve traduction dans les revues de cafés-concerts parisiens, et leurs commentaires, qui occupaient jusque-là des entrefilets, font désormais l’objet de longs articles. Le numéro de collet, créé en 1854, enrichi du numéro d’arrondissement en 1872 puis rendu plus visible en 1887, relance à chaque fois les commentaires félicitant la meilleure soumission au public. L’introduction du revolver à partir des années 1870, à la place de l’épée, soulève ensuite régulièrement le problème de la facilité de son usage (les questions portent sur les étuis, l’ergonomie de l’engin, etc.) dans un écho direct au débat opposant l’idée d’un contrôle de la violence policière à la faiblesse supposée des agents contre le crime. Le confort des tenues est un autre thème de discussion. Il existe aussi des modifications plus directement « parisiennes ». Le costume d’apparat s’enrichit par exemple : dès 1872, les agents ont des gants blancs ; en 1876, ils retrouvent le pantalon blanc inauguré en 1858 ; suivant les propositions d’une commission créée par Lépine, les tenues adoptent un bleu plus clair dans les années 1890, couleur dont le sens pour la France républicaine n’est plus à démontrer26. Ces transformations visent officiellement toujours à conférer une « allure plus militaire » aux agents, mais elles entendent aussi incarner l’image d’un agent qui soit une figure de la modernité urbaine. La distinction des gardiens de la paix lors des cérémonies officielles suscite d’ailleurs, toutes presses confondues, le plus de commentaires en ce sens. Le policier devient ainsi, peu à peu, l’image que la police, mais également la ville, se donne à elle-même.

  • 27 J.-M. Berlière, « L’impossible police parisienne », Politix, n° 31, 1993, p. 33-51.

49Par ces différents biais, le gardien de la paix tend à devenir un peu plus « le policier des Parisiens ». Il faut cependant s’entendre sur les termes : tant qu’existera une préfecture de Police soumise directement au ministère de l’Intérieur et échappant au contrôle de la ville, l’idée d’une police proprement parisienne est « impossible27 ». En revanche, un nouveau type d’échange se noue bien entre le policier en tenue et la ville.

Productions policières

50Cette évolution connaît des traductions plus imposantes et efficaces, les productions policières. Nous entendons par là la création, par la préfecture de Police, de nouveaux outils ou services qui répondent aux nécessités de l’activité, mais également aux nouvelles attentes sociales – et, de ce fait, les réalisent. Le procédé n’est pas neuf, mais les formes, elles, le sont.

Le bâton blanc

  • 28 Sur le trafic viaire à la fin du xixe siècle et ses perceptions, voir S. Barles, A. Guillerme, « G (...)

51Instauré en 1896, le bâton blanc en est la meilleure illustration. La question des embarras de Paris est un thème ancien et rebattu de la littérature parisienne. Le nombre de véhicules en circulation dans Paris a constamment augmenté au cours du xixe siècle. Il passe, d’après les rapports du budget, de 23 000 en 1819 à 45 000 en 1891, sans compter que l’arrivée des premières voitures automobiles accroît la diversité des types de véhicules en circulation. Des agents avaient été spécialement affectés à la circulation des voitures dès 1829. Mais le « service des voitures » proprement dit est créé en 1870 par le préfet Gragnon. Il ne cesse ensuite de gagner en importance et finit par comprendre 12 brigadiers, 26 sous-brigadiers et 200 agents en 189528. Il fait parallèlement l’objet d’une attention sociale accrue.

  • 29 C. Studeny, L’Invention de la vitesse, op. cit. ; M. Flonneau, Paris et l’automobile, un siècle de (...)

52Début juillet 1896, en plein été, les Parisiens découvrent l’existence d’un nouvel agent, muni d’un très ostensible bâton blanc. D’après Le Petit Journal, L’Éclair ou La Petite République, l’« événement » donna lieu à d’impressionnants encombrements aux carrefours des grands boulevards, chacun voulant voir « le nouvel agent de police ». Faussement anodine, cette inauguration avait en fait été savamment préparée. Le bâton répondait à divers objectifs. Il est d’abord, c’est évident, un outil de régulation urbaine. Joint au sifflet, il permet une occupation visuelle et sonore au cœur du flot de circulation, tandis que sa maniabilité facilite l’expression et la compréhension des signaux utilisés. En ce sens, il constitue un facteur de la meilleure codification des déplacements sur la voie publique, au moment même où celle-ci commence à se mettre en place29. Mais l’instrument est également un outil de communication : il correspond très bien à l’image émergente d’un policier désigné comme une figure de la civilisation et un acteur de la nouvelle mécanique urbaine. Il s’inscrit enfin dans la compétition policière internationale. L’idée du bâton, chacun le sait alors, vient d’Angleterre et a longtemps manifesté la maturité de la police et de la population anglaise (en opposition au port de l’épée parisien). La version française veut cette fois incarner une variante améliorée de l’outil : si le bâton noir des Anglais sert encore à manifester une autorité faite d’affrontement qui débouche parfois sur des coups, le bâton blanc des Français (la logique des couleurs n’est pas innocente) servirait d’abord à orchestrer la régulation désormais ordonnée de la ville. Il exprimerait une nouvelle manière, française et plus civilisée, de maintenir l’ordre. Sans abandonner la référence anglaise, il manifesterait donc la spécificité nationale du policier parisien.

Document 8. Extrait du Temps, 21 juillet 1896.

  • 30 Le Journal, 21 juillet 1896 ; « Le nouveau bâton des gardiens de la paix », L’Éclair, 8 juillet 18 (...)
  • 31 La référence au chef d’orchestre est révélatrice des formes de cette « meilleure » manière de main (...)

53Ces enjeux sont portés par la préfecture à la connaissance des journaux. La réussite est évidente. Tous les titres font éloge du nouvel instrument : Le Journal lui prédit un « beau succès », L’Éclair estime que « le signal imaginé par M. Lépine n’a de commun avec cette arme (le bâton anglais) que la forme et les proportions » et qu’il permettra aux voitures de « marcher à la baguette ». La Petite République n’est pas en reste, et parle de ce « bâton théoriquement inoffensif » comme d’une « verge d’une nouvelle espèce30 » (référence implicite à la virilité policière ?). Tous évoquent longuement cette différence savamment préparée : le bâton anglais est en bois dur, le français est en peuplier ; l’anglais est lourd, le français léger, etc. Le sérieux Temps accompagne son article d’une illustration qui précise le sens général. À gauche se trouve le bâton anglais (A), noir et long, et à droite le français, court et blanc. Les positions, de gauche à droite, suggèrent l’idée d’une amélioration. Au centre enfin, se trouve un dessin où un agent, bâton levé, régule un flot varié de piétons et de voitures31. La scène est tranquille et apaisée, ce qu’indiquent les sourires des protagonistes, peu visibles sur cette reproduction malheureusement.

54Accompagnant la hausse des circulations, l’importance de ce service se confirme par la suite. L’effectif de la brigade passe de 217 gardiens en 1901 à 230 en 1912. En mars 1900, ces gardiens portent, brodés sur leur pèlerine, un char antique qui joue clairement du lien entre Antiquité, idée de civilisation et service des voitures. Le succès de la mesure est surtout tel que l’agent au bâton blanc devient rapidement un personnage phare de l’imaginaire social. Il finit par incarner la police parisienne et la modernité de la vie métropolitaine, à Paris comme à l’étranger. L’importance des enjeux paraît réelle, puisque nombre de grandes villes européennes, comme Vienne par exemple, finissent par se doter d’un tel signal, en cherchant à chaque fois à marquer leur différence avec le modèle initial. Il devient un signe de la plus grande civilisation policière et son intégration comme élément à part entière d’un service de policiers lui confère une « réalité » remarquable.

Les brigades cyclistes

  • 32 La mise en place des télégraphes et téléphones est lente. Dès 1876, la préfecture prévoit que les (...)

55La création des brigades cyclistes, quatre ans plus tard, procède d’intentions très proches. Les intérêts du service sont là encore évidents. Le vélo permet un meilleur rendement des tournées. Il est particulièrement adapté aux arrondissements étendus, où les agents sont moins nombreux et les tournées plus longues. Le véhicule répond aussi aux nouvelles exigences en termes de communication, que l’installation effective ou programmée des téléphones et télégraphes a accrues32 : son usage accélère la circulation des informations et des documents de poste à poste, de poste à commissariat ou encore de poste à préfecture.

56La fonction symbolique, toutefois, est là encore essentielle, comme le prouve le moment de son inauguration. En février 1900, le service est testé dans le 16e arrondissement, un arrondissement étendu et aisé, pour voir les réactions de la population. Celles-ci étant favorables, la mise en service officielle a lieu lors de l’Exposition universelle, où la préfecture de Police, on l’a vu, était déjà bien représentée. Sa signification, pour l’événement célébrant le siècle nouveau, le progrès et le spectacle collectif, ne laisse pas de doute. Il s’agit de fêter la modernisation de la police, comprise ici comme une mécanisation et une rationalisation du corps policier. Elle dote en outre symboliquement le policier, que l’on dit physiquement affaibli et dépassé par les nouvelles formes de l’apacherie, de la puissance dynamique accordée au machinisme. Les journaux de la période 1900-1910 abondent en ce sens. « Il est indéniable que, grâce à leur faculté de parcourir rapidement et silencieusement les principales rues des quartiers qu’ils seront chargés de surveiller, la sécurité publique y gagnera » note par exemple Le Journal du 23 février 1900. Le silence et la célérité vélocipédiques résoudraient les faiblesses reconnues de la marche répétitive des agents.

  • 33 Peut-être des États-Unis ? (Voir É. Monkonnen, Police in Urban America, 1860-1920, Cambridge, Harv (...)
  • 34 L. Achille, Rapport du budget de la police municipale de 1912, 1913.

57L’innovation connaît-elle aussi un réel succès. Auprès des visiteurs étrangers de l’exposition d’abord, notamment, d’après le rapport de Rey et Féron, des chefs des polices municipales de Berlin ou de Vienne. L’initiative aurait même, selon le directeur de la police municipale Moucquin, fait des émules auprès des polices de différentes villes occidentales : Berlin, Londres, « Buda-Pesth », New York… À vrai dire, l’idée initiale vient peut-être d’ailleurs, mais cela n’empêche pas la fête parisienne du nouveau siècle de lui donner un intérêt nouveau33. Le principal succès vient toutefois du public parisien. Très vite, le service est plébiscité, via les mairies d’arrondissement, dans l’ensemble de la ville. Les agents cyclistes sont 3 (4 avec le sous-brigadier) en février 1900, et exercent dans le seul 16e arrondissement. Ils sont 240 deux mois plus tard, en avril 1900, et roulent dans les arrondissements périphériques les plus étendus. En 1913, on compte 600 agents cyclistes dans Paris, « répartis dans chaque arrondissement suivant les besoins34 », à l’exception notable du 19e, à cause des fortes pentes de la colline de Belleville. La topographie participe ainsi, parmi les autres facteurs, à la mise à l’écart policière de cette portion du territoire parisien.

58L’« efficacité » d’un tel service, dont les usages sont d’ailleurs variés, est difficile à évaluer. Les rapporteurs municipaux restent évasifs sur le sujet (ils rendent, dit-on « de grands services »), et on ne trouve pas de chiffres spécifiques à la préfecture de Police. Le succès d’estime est en tout cas fort. L’Écho de Paris, organe propre à la capitale, s’en fait encore le porte-parole quatre ans après la création du service, en 1904 :

On sait les services rendus dans divers quartiers de Paris par les agents cyclistes, qui arrivent avec rapidité sur des bicyclettes non munies de grelots et de lanterne. Ils apparaissent tout à coup, au moment où les malandrins les attendent le moins, et ils sont devenus la terreur des « terreurs ».

59Ce discours consacré est toujours présent dans la presse à grand tirage à la fin de la période et témoigne en ce sens d’une certaine réussite. Service policier à part entière, ces agents se veulent aussi des incarnations, maîtrisées par la préfecture, réalisées par le fonctionnement administratif, des espoirs de la population.

60La période est riche d’innovations de ce type. La brigade fluviale, créée lors de l’Exposition universelle de 1900, joue par exemple sur l’image d’une police « civilisant » la nature encore sauvage du fleuve. Courant 1908 sont également mis en place des agents polyglottes qui défendent l’idée d’une police ambassadrice serviable et cultivée. Il faudrait ajouter les tentatives avortées, chiens sauveteurs en 1902, ou encore essais de signalisation électrique et autres disques lumineux, dont on a essayé d’habiller les agents… Un cas mérite une attention particulière, du fait de la richesse de la documentation disponible comme des interprétations qu’il autorise : les chiens de police.

Les chiens de police

  • 35 Revue municipale, 15 novembre 1902 et 21 mars 1903.

61Ce service s’inscrit lui aussi dans ce contexte de peur sociale qui oppose un apache jeune et effrayant à un policier vieux et impuissant. L’initiative n’est cependant ni parisienne, ni même française. Le premier système de chiens de police est mis en place en Belgique, à Gand, en 1902. L’idée fait immédiatement florès et se diffuse dans toute l’Europe continentale, en Belgique d’abord (Tirlemont, Schaerbeek), puis en Allemagne (Hanovre, Munich) l’année suivante35. Le thème de l’efficacité des compagnons policiers s’impose dans toute l’Europe du Nord et de l’Est. Vienne (Autriche) puis Berne (Suisse) se dotent d’un tel service entre 1906 et 1907. En France, les villes de Nancy, Rouen, puis Roubaix, Dunkerque se montrent vite intéressées par la mise en place de chenils dans les commissariats. À Paris, Lépine reste d’abord prudent, sans doute à cause du cuisant échec des chiens de sauvetage en 1902. Mais le conseiller municipal Émile Massart, expert en matière de sécurité urbaine, suit le développement du phénomène depuis ses débuts.

  • 36 G. Vigarello, « Le corps travaillé. Gymnastes et sportifs au xixe siècle », in J.-J. Courtine, A. (...)

62Ces chiens connaissent un écho considérable grâce aux concours de chiens de police. En avril 1907 est en effet organisé le « premier concours international des chiens de police » au vélodrome Buffalo, à Paris. Le succès est tel que l’année suivante, en août, se déroule le « championnat du monde des chiens de défense » au vélodrome d’hiver. Ces compétitions s’apparentent à de vrais événements sportifs : elles ont lieu dans les premiers temples du sport de masse et sont organisées par le journal L’Auto (qui a lancé quatre ans plus tôt le tour de France cycliste36). Le déroulement des épreuves est remarquable : certains exercices se rapprochent d’une véritable gymnastique canine (avec saut, course, mesurés au mètre et à la seconde près), quand d’autres invitent les chiens à mimer des interventions dans les scènes consacrées de l’imaginaire social. D’après les photos de presse, des hommes « déguisés » en apaches (pantalon de velours, vareuse, casquette molle) se livrent dans l’arène à des actes répréhensibles stéréotypés (vols, attaques nocturnes…). Le chien est censé faire usage de son flair pour retrouver le malfaiteur, ou de se rendre maître d’un agresseur armé d’un bâton. L’animal simule de cette manière la résolution d’une des principales angoisses du temps. Les vélodromes, d’après les photos, sont pleins et la couverture médiatique est impressionnante : Le Journal et Le Matin tiennent leurs millions de lecteurs informés de ces exploits canins de manière quotidienne pendant l’événement, et de façon récurrente avant et après.

63Ce succès vient en partie de que ces événements internationaux nourrissent et se nourrissent d’un imaginaire très riche où s’opère un fructueux échange entre le chien et le policier. Que ce soit au moment des épreuves, ou dans les faits divers, les journalistes louent les capacités physiques supérieures à l’homme, notamment en termes sensoriels : le chien possède une meilleure ouïe et surtout un meilleur flair (précision qui n’est pas insignifiante lorsqu’il s’agit de police). Est également soulignée sa plus grande puissance, faite de souplesse, d’agilité et de force brute. Le chien résoudrait ainsi, en termes de représentations, le déficit de puissance physique attribué aux agents et leur conférerait l’énergie bestiale qui leur manque. C’est pour cela qu’il permettrait de se débarrasser des malandrins. Joue également une correspondance entre l’animal et le bestiaire apache de l’époque, qui place ce dernier du côté de la sauvagerie brute. Les récits opposent le chien, « ami de l’homme », au chat et surtout au loup apache, figure de la menace et de la sauvagerie incontrôlable, en écho à l’adage hobbesien selon lequel « l’homme est un loup pour l’homme ».

64Un numéro spécial de Je sais tout sur « le chien, gardien de la société » paru en octobre 1907 synthétise l’idée dans une légende d’illustration :

Le crime et le dévouement aux prises. L’escarpe, cet homme qui est un loup pour l’homme, et le chien, cet ami de l’humanité, ce gardien de la société, se sont dressés l’un devant l’autre. Mais soyons tranquilles, le vice humain sera puni et la vertu canine triomphera.

65L’homme de son côté – le policier – confère au chien le contrôle qui lui fait défaut. L’animalité canine n’allait pas en effet sans susciter des inquiétudes et ce qui fascine les spectateurs dans les concours est bien le travail de dressage. La capacité du chien à « tenir en respect » l’apache, après l’avoir maîtrisé, est un moment clé des épreuves et cette retenue fait les délices des faits divers. L’un d’eux, paru dans Le Matin du 9 octobre 1908, relate les exploits de « Moustache », qui non seulement se défait brillamment de deux voleurs, mais attend patiemment l’arrivée des secours. Ce n’est donc pas le chien en soi qui intéresse, mais sa force canalisée par le travail de l’homme, l’instinct contenu par l’amour du devoir et de la société. Dans ces discours très partagés, le chien apporte donc au policier la vigueur qui lui fait défaut quand le policier inculque à l’animal la civilisation qu’il porte en lui. Mélange subtil de nature et de culture, ils symbolisent à eux deux l’arme parfaite de la « société » contre l’« armée du crime ».

  • 37 Voir A. Piette, « Entre l’homme et le chien, pour une ethnographie du fait socio-animal », Socio-A (...)

66Cette appréciation trouve une traduction plus physique. Les effets physiologiques de la domestication, connus37, sont ici particuliers du fait de cet usage et des significations associées. L’animal est nourri, propre, musclé et dressé : il est un chien « policier ». La question s’enrichit d’ailleurs de la détermination des races canines. Les premiers vainqueurs des concours furent des chiens « Groendael », « de race belge », tel Athor, grand vainqueur du concours de 1908, élevé au rang de héros policier par la presse française, et de figure nationale par la belge. Peu après s’imposent les chiens allemands, notamment les fameux « bergers allemands ». Des races françaises sont proposées, tel « Garçon », de Roubaix, un chien de berger picard, « ce qui prouve une fois de plus, explique La Presse le 10 juillet 1907, […] que nous n’avons pas besoin de nous “emballer” outre mesure sur les chiens étrangers ». En cette période de compétition entre pays s’opère une redéfinition des « races » autour du chien policier et une forme originale de biologisation des différences nationales est sensible à travers lui.

67On comprend mieux l’intérêt manifesté par le public. Bien sûr, si ces discours ont pu s’imposer, c’est aussi parce que la préfecture a fini par créer une brigade de chiens de police. Le processus nécessita trois interventions. Fasciné par la mode des chiens de police belges, le commissaire de police de Neuilly, M. Simart, a d’abord fait un voyage d’étude à Gand, puis a obtenu à son retour, en février 1907, des crédits de la ville de Neuilly pour acheter trois chiens et créer un chenil. Le Sud-Ouest parisien, peut-être mieux disposé à l’égard des actions policières, s’affirme une nouvelle fois comme un laboratoire des innovations policières parisiennes. L’initiative remporte un grand succès dans la presse, entraînant la seconde intervention, celle du conseiller Émile Massart qui rédige en mars 1907 un rapport sur les polices d’Europe. En avril 1907, le conseil municipal propose officiellement à Lépine de créer une brigade de chiens policiers à Paris. Celui-ci, dont c’est la dernière intervention, accepte. En décembre 1908, la 2e commission du conseil municipal lève donc des fonds pour louer des chiens de police et on achète des chiens de race belge, supposée alors la meilleure. Des chenils sont construits, des agents formés et le dressage entamé.

68Le service, une fois lancé, reste fortement attaché à l’imaginaire qui lui est associé. Les brigades de chiens de police ne sont en effet affectées qu’aux bois de Boulogne, de Vincennes, et à certains quartiers excentriques, « réputés les plus dangereux », « où pullulent [le mot est choisi], les apaches ». Ce sont donc surtout les espaces boisés qui sont concernés. Peut-être s’agit-il effectivement de lieux où la délinquance est plus forte (on peut se cacher dans les fourrés), mais l’idée est aussi d’utiliser les bêtes pour garder les espaces naturels de la ville, perçus comme des recoins de la plus profonde sauvagerie. La police participe de cette façon à une « civilisation » symbolique de ces espaces au cœur du territoire urbain. Le rapport du budget de 1913, qui évalue les premiers effets du service, assure cette dernière analyse. D’après lui, le nombre de chiens n’a pas été augmenté, car ils n’ont pas accru le nombre d’arrestations. En revanche, le service est maintenu du fait de son succès public. Il est vrai que Le Matin et Le Journal continuent fréquemment de vanter les exploits et l’intérêt « des auxiliaires de la police ». La notion d’« utilité » du service peut donc être questionnée. S’il s’agit d’arrêter des délinquants, elle est discutable ; mais s’il s’agit de répondre aux attentes sociales et de renforcer la relation de confiance entre la police et la société, elle est forte. Il est d’ailleurs inutile de distinguer les deux aspects : d’une manière générale, les deux vont ensemble dans l’esprit des contemporains et doivent être considérés ainsi.

69L’exemple des chiens de police offre plusieurs intérêts. Il rappelle le rôle de la compétition internationale et des expériences étrangères dans l’évolution des formes de police. La référence anglaise semble d’ailleurs avoir perdu en intensité au profit d’un rééquilibrage des sources d’inspiration (dans lesquelles Paris a désormais sa place), reflet sans doute de l’évolution géopolitique européenne. Il montre par ailleurs l’importance croissante des partenaires de la préfecture, comme le conseil municipal, ainsi que de l’engouement public dans la prise de décision policière. Enfin, il témoigne des effets de l’imaginaire social, mais aussi de la manière dont la police y répond en donnant corps, par son policier, aux représentations et aux solutions policières. Avec les autres exemples, il donne à voir une des manières dont se produit la police à la fin du xixe siècle.

  • 38 Ce travail de l’institution est bien connu depuis les travaux de Georges Duby (G. Duby, Les Trois (...)

70Les innovations de ce type sont souvent délaissées des historiens, au profit de l’étude des « vrais problèmes » de la police parisienne, ceux des luttes et des conflits, d’ailleurs aujourd’hui mieux connus. Or, comme le service quotidien des agents, ces créations semblent également importantes. La volonté des préfets, l’opportunité sociale exprimée, le soutien budgétaire d’un conseil municipal appauvri, la traduction dans la chair, la routinisation des services ou leur inscription dans la mémoire collective le suggèrent. Sans doute expliquent-elles aussi ce qui, de façon sourde, change lentement dans les « vrais problèmes » rencontrés avec la police. Par ces « productions policières », l’institution tend en tout cas à naturaliser les attentes sociales et à conférer une réalité inédite, dans un sens qui lui convient, à la nouvelle relation qui se dessine – comme au rapport à l’ordre qui l’accompagne. Cette capacité est d’ailleurs là une autre des caractéristiques du fait institutionnel38.

Les limites de l’adaptation policière

71Échange ne signifie pas fusion, et le phénomène ne doit évidemment pas être exagérément grossi. La relation entre la police en tenue et la population reste frappée d’échecs, de limites et ses mutations suscitent bien des tensions nouvelles.

L’apache court toujours

72L’augmentation de l’effectif et les innovations policières n’ont ainsi pas atténué la peur sociale à l’égard du crime. De nombreux sociologues l’ont d’ailleurs souligné : il n’y a pas correspondance mécanique entre l’évolution des pratiques criminelles, l’augmentation de la couverture policière (et de son activité) et le sentiment d’insécurité.

  • 39 J.-C. Chesnais, Histoire de la violence, Paris, Robert Laffont, 1981 ; J.-C. Farcy, « La ville con (...)
  • 40 J.-P. Brodeur, « Le chant des sirènes (sur la symbolique policière) », in Politique, police et jus (...)

73Les effets de la plus grande présence policière sur la délinquance sont en fait difficiles à évaluer. Les données statistiques, désormais disponibles, suggèrent que les crimes de sang augmentent par rapport aux années 1880, surtout dans les grandes villes – sans remettre toutefois en cause la tendance séculaire de diminution du nombre de morts par homicide, et sans correspondre aux descriptions exagérées de l’angoisse médiatique du temps. Quant à la délinquance, elle reste plus importante dans les villes, notamment à Paris. Toutefois, contrairement à une idée reçue, elle y est moins violente qu’avant et plus orientée vers la prédation, sous une forme raffinée (escroquerie, abus de confiance). Les atteintes à l’ordre public, enfin, sont aussi plus importantes dans la capitale. La présence policière joue dans ces deux derniers phénomènes, particulièrement le dernier39. Elle s’insère donc dans des mutations plus larges des formes de délinquance comme de leur définition. Elle les prolonge et les transforme, parfois avec des suites contradictoires. Comme la plupart des formes de répressions policières (elle n’est alors pas la seule), elle est actrice d’un mouvement plus général40.

74L’angoisse du criminel, souvent appuyée sur une interprétation rapide de ces données, relève par ailleurs aussi des perceptions sociales : l’apache cristallise la moindre tolérance à la violence, les transformations du monde industriel et urbain ou la peur de la dégénérescence. La perception obéit pour partie à ses propres ressorts, et la préfecture ne peut y répondre que de manière décalée. Par exemple, si dans cet imaginaire, les nouvelles figures du Mal œuvrent malgré les rythmes quotidiens de la société « normée », et que le gardien de la paix symbolise de plus en plus cet « endroit du décor », alors la plus grande présence des policiers nourrit paradoxalement la peur sociale plus qu’elle ne la combat. Les tentatives de réponses préfectorales d’imposer l’image d’un policier plus urbain et plus efficace contre le crime apparaissent à la fois cohérentes et décalées. Des deux, la première tentative a finalement plutôt réussi, l’autre échoué.

75Il n’est pas sûr que la préfecture y perde complètement sur le registre de la criminalité : la plus grande visibilité des agents donne aussi l’impression que la lutte se renforce contre l’« armée du crime » et légitime son action d’une manière plus générale. Critique de l’inefficacité et soutien de la politique sont donc liés. Mais dans cet écheveau complexe, aux acteurs divers, le passage de l’un à l’autre reste indécis, dépend des circonstances et échappe en grande partie à la préfecture… Pendant ce temps, l’apache court toujours.

L’appréciation de la violence policière

76Par ailleurs, si l’idée de la brutalité des agents tend à s’estomper, elle reste latente, resurgissant avec vigueur à chaque dérapage ou chaque manifestation.

77Notons qu’au quotidien, les agents savent s’adapter aux nouvelles normes imposées. Bien que les archives demeurent toujours floues sur ces questions, il semble que les agents aient la main plus lourde selon les groupes auxquels ils ont affaire, qu’ils s’opposent à une résistance ou qu’ils sachent que cela ne donnera pas lieu à des poursuites. C’est le cas notamment pour les prostituées ou pour certains jeunes ouvriers, parfois à la sortie des lieux de fête. Le temps de nuit, et particulièrement sur le chemin du poste, plus éloigné de la surveillance hiérarchique, est également un moment à part. Lorsqu’ils sont connus, ces coups nourrissent alors les critiques consacrées. Émerge ici le thème des bavures – en rappelant que leur identification suppose également l’idée qu’une norme intégrée sert à ce moment de référence.

  • 41 J.-M. Berlière, « Maintien de l’ordre républicain ou maintien républicain de l’ordre ? Réflexions (...)

78Mais cette critique, liée à l’idée d’une police toujours suspecte d’être politique, tient surtout à la récurrence des manifestations houleuses au cours de la période 1880-1913 et aux écarts qui, en situation, nourrissent l’ensemble. Jean-Marc Berlière a pourtant montré comment la police parisienne s’adapte à la fin du xixe siècle à l’évolution des sensibilités et aux nouvelles exigences d’un régime républicain41. Le « maintien républicain de l’ordre » se traduit par une plus grande légalité de l’action policière et par la recherche d’un moindre nombre de blessés (l’intervention cherche moins à coincer les manifestants qu’à faciliter leur dispersion). Ce dernier diminue d’ailleurs au cours de la période, au point que contrairement à la province, aucun décès n’est à déplorer à Paris entre 1894 et 1914 à la suite de répression de manifestation.

  • 42 D. Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, (...)

79Cela est lié aussi à l’évolution des formes de la manifestation, bien dégagées par le travail de Danielle Tartakowsky42. Au cours du xixe siècle, et notamment sous une Troisième République qui intègre l’héritage révolutionnaire de la rue, ces rassemblements massifs tendent à être légalisés et reconnus. Moins sujets à la tentation insurrectionnelle, ils s’affirment comme une pratique collective de protestation codifiée dans le temps, l’espace et les modes d’action. Ces deux changements vont ensemble et correspondent bien à l’idée d’une plus grande normalisation des rapports sociaux dans un temps long du xixe siècle.

80Les manifestations ou les grèves les plus dures restent cependant par définition un temps de rupture. Elles constituent un moment où les présences, les gestes et les cris se chargent de sens. Elles découpent dans l’espace politique un temps, à part, d’opposition symbolique et physique. Même codifiées, elles demeurent bien un mouvement vivant, incertain, fait de tensions susceptibles de se traduire dans les faits. Si les modalités de l’intervention policière ou de l’appréciation ont changé, la possibilité des dérapages (institués ou non) demeure. Le moment du contact ou la menée au poste sont l’occasion d’un débridement des gestes et, lorsque la confrontation a lieu, les coups restent en général nombreux. Les heurts, surtout lorsqu’ils ont été brutaux ou que la situation est apparue confuse, se chargent alors des significations appropriées.

  • 43 Voir C. Emsley, Hard Men, Violence in England since 1750, London, Hambledon Press, 2005.

81Elles prennent ensuite d’autant plus d’épaisseur qu’elles se nourrissent du système de représentations négatives issu du premier xixe siècle : la plus grande régulation, d’ordre anthropologique, des oppositions de rue n’empêche pas l’intensité de leur expérience, la gamme des déroulements possibles ou la permanence de leurs significations. Le sentiment ancien d’une opposition entre les agents et les Parisiens perdure donc. Il nourrit les manifestants comme les policiers et conforte les groupes les plus opposés à un ordre républicain ou jugé bourgeois (mouvements ouvriers, anarchistes, nationalistes). C’est d’ailleurs là un point de divergence important entre les cas anglais et français. Dans la capitale anglaise, rappelle Clive Emsley, les brutalités policières existent aussi, que ce soit dans la rue ou lors des répressions, mais elles ne trouvent pas un tel écho dans l’imaginaire social, le bobby demeurant une figure d’abord consensuelle et positive43. Ces constats, quoi qu’il en soit, n’empêchent pas l’évolution générale décrite, mais ils rappellent que le mouvement est bien flanqué d’intermittence, de hiatus et de brèches.

À qui appartient le gardien de la paix ?

82Reste, à l’inverse, ce que l’on pourrait appeler la rançon du succès. Que le gardien de la paix devienne le policier des Parisiens pose en même temps le problème de savoir à qui appartient exactement cette police.

  • 44 P. Casselle, Paris républicain, 1861-1914, Paris, Association pour la publication d’une histoire d (...)

83Le conseil municipal, nous l’avons vu à plusieurs reprises, s’affiche de plus en plus comme un partenaire incontournable. À partir de 1894, après le coup de force visant à s’approprier directement le contrôle de la police municipale, l’assemblée élue fait montre d’une entente remarquable avec les préfets de police. Cela tient peut-être au basculement à « droite » du conseil municipal44. Cependant, les cartes électorales montrent l’affirmation parallèle des socialistes à la municipalité, et les rapporteurs de la toute fin du siècle, comme Léopold Achille, sont des radicaux spécialisés dans les questions urbaines. Le changement d’attitude du conseil municipal tient bien à une mutation plus globale.

  • 45 APP, DB 41.

84Son influence s’accroît à partir des années 1900. Les rapports du budget, qui affichent cette complicité nouvelle, évoquent de plus en plus le thème de « nos agents », tandis que la préfecture évoque à son tour, dans ses communications, l’agent « des Parisiens ». Cette définition officielle masque une recomposition des partages. Le conseil municipal investit de plus en plus d’argent dans « sa » police municipale, le plus souvent de sa propre initiative. Comme l’écrivent les rapporteurs, ces investissements sont l’expression concrète de son intérêt pour une police dont les significations ont été renouvelées. Par ces liens financiers, le conseil s’insère ainsi dans l’organisation de l’activité, dont il devient un acteur à part entière. Pour ces mêmes raisons, le conseil municipal intervient plus directement dans les décisions touchant à l’organisation du corps des gardiens de la paix ou dans la définition de ses missions. Le phénomène est spécifique à la police en tenue, plus discret pour les autres services. Mais comme nous l’avons vu dans les cas des chiens policiers ou du musée de la Préfecture, les représentants parisiens font davantage de propositions directes, que le préfet n’est pas forcé de suivre, mais auxquelles il doit se montrer attentif. Ils peuvent même s’opposer aux décisions de la préfecture. C’est le cas quand les troubles deviennent trop violents (même si la hiérarchie policière peut alors se contenter d’une explication de principe.) Lorsque les chiens policiers commencent à être utilisés dans les manifestations en 1908 par exemple, l’opposition du conseil municipal est si vive que le préfet doit renoncer à cet usage45. Le conseil municipal est donc incontestablement devenu un décideur dans le domaine de la police municipale.

  • 46 E. Le Ray, « Hippolyte Auguste Marinoni (1823-1904) », Cahiers Gutenberg, n° 43, 2003 ; p. 33-99.
    M (...)

85La presse est un autre de ces nouveaux acteurs du domaine policier. À l’exception des journaux révolutionnaires, les journalistes utilisent eux aussi de plus en plus, on l’a vu, la formule « nos agents ». L’expression témoigne du changement d’appréciation des gardiens de la paix, mais traduit aussi le nouveau rôle que les journaux, notamment les plus grands, entendent mener dans la société. S’affirmant comme des institutions « modernes », ils prétendent eux aussi exprimer et défendre les opinions du « public ». D’une certaine manière, l’intérêt que montre la préfecture pour le regard médiatique renforce cette influence. Des traces plus concrètes de celle-ci existent. En 1884, Hippolyte Marinoni, à la tête du Petit Journal, crée la caisse des Victimes du devoir. La mesure s’inscrit dans le projet de cet inventeur devenu patron de presse : représenter l’« opinion populaire » et l’éduquer aux valeurs et au nationalisme de la IIIe République46. Il s’agit de verser des aides financières aux veuves des personnes « victimes du devoir » dans une caisse, reconnue d’utilité publique en 1889. Elle dépasse le seul cas des policiers, mais s’intéresse très vite aux agents de la préfecture de Police, et notamment aux gardiens de la paix. En 1898 finit par exister une caisse de victimes du devoir affectée à la seule préfecture de Police. L’initiative exprime bien cette idée que le gardien de la paix appartient au « public » parisien, et que ce dernier doit, par l’intermédiaire des journaux, le soutenir directement dans sa tâche. La préfecture de Police en joue d’ailleurs, l’initiative allant dans le sens d’une plus grande acceptation des policiers. Elle demande donc par la suite des aides régulières pour ses agents, légitimant pour partie cette appropriation médiatique du gardien de la paix.

  • 47 Voir en annexe.
  • 48 Tout ceci est tiré de J.-M. Berlière, « “Quand un métayer veut être bien gardé, il nourrit ses chi (...)

86La professionnalisation, l’émergence d’une image mieux définie et l’affirmation de nouvelles formes d’identités offrent enfin aux gardiens de la paix des opportunités de se réapproprier eux aussi « leur » métier. Le phénomène peut être informel. Le mouvement des sorties de carrières entre 1891 et 1903 montre par exemple une baisse continue des démissions (de 167 en 1891 à 43 en 1903) et des révocations (128 en 1891, 16 en 1903), alors que les accessions à la retraite ne cessent de croître (48 en 1893, 152 en 190347). Cela signifie qu’une fois recrutés, les agents restent plus longtemps et acceptent leur fonction : discret mais massif, ce comportement est un produit des transformations du métier, mais également un acteur de sa consolidation. Cette appropriation par le bas passe aussi, dans un autre registre, par l’élaboration d’organes de médiation structurant les identités professionnelles. L’histoire du protosyndicalisme policier est aujourd’hui connue48. Son émergence s’appuie sur les difficultés réelles de la fonction, sur la construction du métier et sur l’émergence des conditions d’expression des critiques. Comme tous les fonctionnaires, les policiers parisiens sont exclus de la loi Waldeck-Rousseau de 1884 et il leur faut attendre la loi sur les associations de 1901 pour que soit possible la manifestation de leurs revendications. En province, en dépit du ministère de l’Intérieur, l’associationnisme se développe très rapidement. Le mouvement débouche, lors d’un congrès à Lorient en octobre 1906, sur la création d’une Fédération des amicales corporatistes. À Paris, il faut attendre 1909 pour que les gardiens demandent la création d’une association de défense propre à la police municipale. Lépine accepte, à condition de pouvoir imposer des représentants de la préfecture (il est président d’honneur) et de limiter l’ampleur des thèmes de débat. En 1910, une liste dissidente s’oppose toutefois à la liste lépinienne pour le renouvellement du bureau. Elle prend l’année suivante le nom d’« Union mutualiste » et adhère immédiatement à la Fédération des amicales policières. En 1912, elle devient l’« Association générale professionnelle du personnel de la préfecture de Police », dont les statuts précisent que son action doit porter sur les questions « professionnelles » et sur les « réformes » qu’il est possible de proposer. Dépassé, Lépine reconnaît cette association en 1913. Son successeur Hennion, ancien commissaire de police, ex-président d’honneur de la Fédération des amicales corporatistes, s’est appuyé ensuite sur elle pour faire accepter ses réformes et éviter qu’elle se détache de la hiérarchie. Toutefois, cette entente est restée de courte durée et les tensions sont vite revenues.

  • 49 En 1909, l’organisation des tournées est modifiée ; en 1912, l’AGPPP réussit à éviter le licenciem (...)

87L’histoire de l’associationnisme policier parisien est donc celle d’un demi-échec. L’identité professionnelle de gardien de la paix, bien que plus structurée, manque encore de cohérence et reste traversée de tensions. L’attachement de certains gardiens à la hiérarchie, notamment à Lépine, est sans doute fort, et la politique institutionnelle du préfet a aussi pu être efficace : ce dernier a tout mis en œuvre, avec fermeté et efficacité, pour briser les formes de revendication. L’attitude bienveillante du conseil municipal, qui répond favorablement à la plupart des attentes des policiers au nom du soutien des Parisiens, a enfin pu rendre moins nécessaire une forme plus combattive d’opposition. Cela dit, il émerge bien une représentation professionnelle au cours de la période. Limitée dans ses moyens, elle a obtenu certains résultats49 et traduit chez les gardiens de la paix une volonté d’indépendance. Elle est avant tout, souligne Jean-Marc Berlière, une source de solidarité qui permet de dépasser les divisions et les débats internes, c’est-à-dire un lieu de construction d’une fragile conscience professionnelle.

  • 50 Sur le sens et les limites de ce type de demande, voir A.-D. Houte, « “Tous pour un, un pour tous  (...)
  • 51 Lettre anonyme (« un habitant de Neuilly »), 14 juillet 1901, 22 juillet 1901. Rapport du commissa (...)

88Les revendications des gardiens de la paix, quel que soit le canal par lequel elles passent (lettres anonymes, journaux associatifs…) sont instructives50. S’y retrouvent des thèmes classiques, telles la haine des supérieurs, des propositions techniques ou encore la demande de revalorisation des conditions de travail (modalité de service, traitements, retraites…). D’autres exigences sont plus spécifiquement policières : certains s’opposent à leur utilisation comme rempart contre les ouvriers en grève, d’autres insistent sur ce qu’ils estiment être l’extrême dangerosité de la fonction, d’autres encore se plaignent du fossé persistant entre la population et sa police. Existe enfin une dernière pratique, récurrente, dans laquelle les agents jouent le « public » contre l’« administration ». En des termes fleuris, nourris des formules d’usage, ils dénoncent les fausses apparences de la préfecture et se posent en défenseurs, les seuls fondés parce qu’à son contact quotidien, de la « population ». Dans une affaire de vengeance interne à la brigade de Neuilly en 1904, des agents envoient même de fausses lettres de soutien des habitants, écrites en faveur « des honnêtes agents prêts à tous les sacrifices pour la sauvegarde de la population » et qui « se plaignent surtout du surmenage51 »… Si le cas est exceptionnel, les gardiens savent bien jouer des contradictions entre les nécessités administratives et le dévouement supposé au public. L’agent en tenue se situe par définition entre État, institution policière et habitants, mais la clarification des uns et des autres clarifie paradoxalement aussi sa marge de manœuvre, ses moyens d’en user et son autonomie.

89Ces multiples appropriations sont riches de sens : en même temps que le gardien de la paix se professionnalise et devient l’agent des Parisiens, tout se passe comme si la propriété de ce policier se diffusait dans les autres pouvoirs pour lesquels la question de la police est essentielle – ces derniers étant eux-mêmes en pleine structuration – (municipalité, presse, représentation professionnelle). L’idée d’une police qui appartienne à la fois à la préfecture et à ses usagers est bien une fiction. Proclamée et partagée, elle est certes essentielle. Mais concrètement, les intérêts des différents acteurs se croisent mal. Surtout, la préfecture veut garder jalousement le contrôle de « son » gardien de la paix. L’institution policière doit donc aménager en permanence ces différentes tensions, dans l’affirmation des principes comme dans la pratique quotidienne. Ce travail d’ajustement, continu, finit par devenir une dimension à part entière de la nature administrative de la préfecture, mais aussi par faire corps avec les autres pouvoirs. L’élaboration d’un service plus « public » se fait sans doute dans cette tension constante entre principes, intérêts, pratiques et recherche d’autonomie.

Au cœur de la machine policière ?

90Du fait des potentialités ouvertes par la réforme de 1854, des transformations du corps social ou des politiques délibérées des états-majors (étatiques et préfectoraux), la préfecture accompagne l’évolution des perceptions sociales, les alimente et contribue à leur insertion. Elle tend ainsi à réaliser la nouvelle relation et produit en même temps une nouvelle forme de contrainte, plus intégrée. Ces deux mouvements n’agissent toutefois pas sur le même plan. La préfecture répond à des intérêts propres (perdurer, conserver son autonomie, gagner en efficacité, maintenir l’ordre). Ses transformations engendrent donc des contradictions, des décalages, et des luttes d’un nouveau type. Malgré ces discordances, la grille de lecture des policiers en tenue s’est bien modifiée, tout comme leurs missions, les formes concrètes de leur activité ou les positions de la préfecture : l’environnement matériel et symbolique a profondément changé. Reste à savoir ce qu’il en est au niveau des pratiques quotidiennes.

Notes

1 Le terme « institution » renvoie à des acceptions diverses. Il peut désigner : soit des organisations, avec leurs acteurs, leurs règles et leurs fonctionnements ; soit leur fonction, la capacité à créer et à faire appliquer des normes ; soit, en dehors des organisations, l’ensemble des règles acquises qui fixent les relations sociales ordinaires. Nous l’employons ici d’abord au premier sens, et évoquerons ensuite cette question de la fonction et des règles sociales.

2 Les dossiers de victimes du devoir proposent trente-trois cas pour la première période, vingt-sept pour la seconde. Pour le croisement, les autres données viennent en priorité des archives judiciaires (à partir de 1884, les budgets de la préfecture de Police ne conservent plus les demandes de secours).

3 J.-M. Berlière, Le Préfet Lépine, op. cit.

4 A. Dewerpe, Le Monde du travail en France, op. cit. Proche des mondes de l’administration, un facteur de ville non parisien touche entre 1 300 et 1 400 F par an, un commis ordinaire entre 1 500 et 1 300. Le policier en tenue se situe donc dans la couche supérieure des petits métiers de l’administration.

5 D2U8-285, Auteran Alfred, tentative d’assassinat et de vol, 31 août 1891.

6 Nous avons consulté les premiers trimestres de 1865 et 1905, complété par les mois de janvier 1860 et janvier 1900. Nous nous sommes également assuré qu’il n’y avait pas de trop grandes variations au cours de l’année. Sans exprimer parfaitement les données de l’année, les deux périodes (25 % du volume de l’année) sont toutefois comparables.

7 D’après l’Histoire du corps des gardiens de la paix, ce que confirment les mentions indiquées dans les dossiers de victimes du devoir.

8 « Règlement général du service ordinaire de la police municipale », Arrêté de la préfecture de Police du 30 avril 1887, signé Gragnon.

9 Coeuille, Manuel du gardien de la paix, Paris, Journal des commissaires de police, 1906.

10 C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, Les Courants historiques en France, XIXe-XXe siècles, Paris, A. Colin, 1999.

11 A.-M. Thiesse, La Création des identités nationales en Europe, op. cit.

12 J.-F. Chanet, L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

13 Voir les travaux en cours de Philippe Artières sur la question. Un tour d’horizon des usages de l’injonction autobiographique a été réalisé lors d’une journée d’étude organisée par cet historien en octobre 2002, « Tu écriras ta vie. L’injonction autobiographique. »

14 Voir O. Ihl, « Gouverner par les honneurs. Distinctions honorifiques et économie politique dans l’Europe du début du xixe siècle », Genèses, n° 55, 2004, p. 4-26.

15 C. Dubar, P. Tripier, Sociologie des professions, Paris, A. Colin, 2003.

16 Cette analyse policière semble en effet nourrir une lecture « processuelle » du phénomène. Pour Andrew Abbott, la professionnalisation en Occident débute dans ces années 1880 du fait de mutations sociales particulières (développement de l’État, affirmation de l’écrit, rationalisation des procédures de travail, notamment salarial, etc.), même si pour chaque groupe le phénomène s’opère sous la forme d’une concurrence dynamique pour la reconnaissance et la stabilisation d’espaces de compétences (A. Abbott, The System of Profession, op. cit). Cette approche a été discutée par des travaux insistant davantage sur les structurations de plus longue durée (L. Karpick, Les Avocats, Paris, Gallimard, 1995), ce que suggèrent aussi les études de la gendarmerie. En fait, les gardiens de la paix semblent conserver certains attributs de leur passé militaire (la retraite proportionnelle est une caractéristique de ce type), s’aligner sur le monde de l’administration, structuré dès le début du xixe siècle comme sur la professionnalisation à partir de 1880. Tous ces changements rejouent dans un même mouvement et la structuration du métier de gardien de la paix dans les années 1890 résulte d’un bricolage entre ces différentes références, mené concurremment par l’État, la préfecture, le conseil municipal et l’opinion publique. Loin d’une uniformisation des modes de travail et d’organisation, s’observerait alors plutôt dans ces années une traduction organisationnelle et administrative partagée de groupes singuliers. La « fin du processus » (en fait jamais achevée) avec la standardisation des statuts et des modèles, serait postérieure. La « professionnalisation » apparaît donc ici comme un mouvement en train de se faire, et identifié comme tel.

17 Le projet de loi déposé à la chambre le 17 mai 1892 prévoyait ainsi qu’il faudrait 8 000 gardiens pour la population désignée par le recensement, soit un gardien pour 300 habitants (ou 3,3 gardiens pour 1 000 habitants).

18 L. Girard, La Garde nationale, op. cit. ; J. Héliée, « Les armes », loc. cit. ; O. Roynette, Bons pour le service, op. cit. ; J.-N. Luc (dir.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherche, Maisons-Alfort, Service historique de la Gendarmerie nationale, 2005.

19 Arrêté du 1er avril 1895 (parmi les Considérants).

20 Rapport au budget du conseiller Achille, 1912.

21 Voir notamment J.-M. Berlière, Le Monde des polices en France, op. cit.

22 M. Kaluszynski, « Alphonse Bertillon et l’anthropométrie », dans Maintien de l’ordre, op. cit., p. 269-286, ou encore I. About, « La construction d’un système national d’identification policière en France (1893-1914). Anthropométrie, signalement et fichiers », Genèses, n° 54, mars 2004, p. 26-52.

23 J.-M. Berlière, Le Préfet Lépine, op. cit.

24 APP, DB 30

25 O. Roynette, Bons pour le service, op. cit. ; et J. Hélie, « Les armes », loc. cit.

26 M. Pastoureau, Bleu, op. cit.

27 J.-M. Berlière, « L’impossible police parisienne », Politix, n° 31, 1993, p. 33-51.

28 Sur le trafic viaire à la fin du xixe siècle et ses perceptions, voir S. Barles, A. Guillerme, « Gestion des congestions : seculum miserabilis », Annales des Ponts et Chaussées, n° 94, avril-juin 2000, p. 4-12.

29 C. Studeny, L’Invention de la vitesse, op. cit. ; M. Flonneau, Paris et l’automobile, un siècle de passions, Paris, Hachette, 2005.

30 Le Journal, 21 juillet 1896 ; « Le nouveau bâton des gardiens de la paix », L’Éclair, 8 juillet 1896 L. Marle, « L’innovation de M. Lépine », La Petite République, 13 juillet 1896.

31 La référence au chef d’orchestre est révélatrice des formes de cette « meilleure » manière de main tenir l’ordre (organiser une symphonie à partir d’éléments variés…) : Voir E. Buch, « Le chef d’orchestre. Pratiques de l’autorité et métaphores politiques », Annales HSS, n° 4, 2002, p. 1001-1030.

32 La mise en place des télégraphes et téléphones est lente. Dès 1876, la préfecture prévoit que les postes centraux soient reliés par le télégraphe, mais l’équipement prend du temps et il faut attendre 1887 pour cela. Concernant le téléphone, la préfecture organise des cours de téléphonie en 1901, directement dans les postes. L’année suivante, la plupart sont bien équipés.

33 Peut-être des États-Unis ? (Voir É. Monkonnen, Police in Urban America, 1860-1920, Cambridge, Harvard UP, 1981.)

34 L. Achille, Rapport du budget de la police municipale de 1912, 1913.

35 Revue municipale, 15 novembre 1902 et 21 mars 1903.

36 G. Vigarello, « Le corps travaillé. Gymnastes et sportifs au xixe siècle », in J.-J. Courtine, A. Corbin, G. Vigarello (dir.), Histoire du corps, t. II. De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 2005, p. 313-375. Situé à Montrouge, le vélodrome Buffalo est déjà un haut lieu du cyclisme. Quant au vélodrome d’hiver, inauguré en décembre 1903, il connaît dès ses débuts une ascension fulgurante. Y organiser de tels concours n’est donc pas anodin.

37 Voir A. Piette, « Entre l’homme et le chien, pour une ethnographie du fait socio-animal », Socio-Anthropologie, n° 11, 2002, p. 87-104.

38 Ce travail de l’institution est bien connu depuis les travaux de Georges Duby (G. Duby, Les Trois Ordres ou l’Imaginaire du féodalisme, Gallimard, 1978).

39 J.-C. Chesnais, Histoire de la violence, Paris, Robert Laffont, 1981 ; J.-C. Farcy, « La ville contemporaine est-elle criminogène ? », in Y. Marec (dir.), Villes en crise ?, Paris, Créaphis, 2005, p. 20-31.

40 J.-P. Brodeur, « Le chant des sirènes (sur la symbolique policière) », in Politique, police et justice au bord du futur, Y. Cartuyvels, F. Digneffe, A. Pirès, P. Robert (dir.), Paris, L’Harmattan, 1998, p. 301-311.

41 J.-M. Berlière, « Maintien de l’ordre républicain ou maintien républicain de l’ordre ? Réflexions sur la violence », Genèses, n° 12, 1993, p. 6-29.

42 D. Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998. Pour les grèves : E. Shorter, C. Tilly, « Le déclin de la grève violente en France de 1890 à 1935 », Mouvement social, n° 76, 1971, p. 95-118.

43 Voir C. Emsley, Hard Men, Violence in England since 1750, London, Hambledon Press, 2005.

44 P. Casselle, Paris républicain, 1861-1914, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 2003.

45 APP, DB 41.

46 E. Le Ray, « Hippolyte Auguste Marinoni (1823-1904) », Cahiers Gutenberg, n° 43, 2003 ; p. 33-99.
M. Martin, « La réussite du Petit Journal ou les débuts du quotidien populaire », Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, n° 3, 1982, université Paris-X-Nanterre, p. 35-36.

47 Voir en annexe.

48 Tout ceci est tiré de J.-M. Berlière, « “Quand un métayer veut être bien gardé, il nourrit ses chiens”. La difficile naissance du syndicalisme policier : problèmes et ambiguïtés : 1900-1914 », Le Mouvement social, n° 164, juillet-sept. 1993, p. 25-51 ; M. Bergès, Le Syndicalisme policier en France (1880-1940), Paris, L’Harmattan, 1995.

49 En 1909, l’organisation des tournées est modifiée ; en 1912, l’AGPPP réussit à éviter le licenciement de son chef et à permettre au personnel de prendre en main la Société amicale et de prévoyance jusque-là contrôlée par la hiérarchie.

50 Sur le sens et les limites de ce type de demande, voir A.-D. Houte, « “Tous pour un, un pour tous !” Les comités de retraités de gendarmerie à la Belle Époque », in D. Tartakowski, F. Têtard (dir.), Syndicats et associations en France : concurrence ou complémentarité ?, Rennes, PUR, 2006, p. 27-37.

51 Lettre anonyme (« un habitant de Neuilly »), 14 juillet 1901, 22 juillet 1901. Rapport du commissaire de police de Vincennes, 22 décembre 1886 (APP, Dossier « Victimes du devoir », « Fleurant »).

Table des illustrations

Légende Graphique 4. Présence policière, 1833-1913.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Document 8. Extrait du Temps, 21 juillet 1896.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 890k

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540