Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Deuxième partie. La cristallisation d’un ordre public

La cristallisation d’un ordre public

Texte intégral

1À partir des années 1880 s’amorce une période de structuration de la relation entre police et population. Les dates ne sont qu’indicatives, tant le mouvement se fait de manière lente et imperceptible. Mais c’est bien à partir de 1880 que les faits divers présentent un autre visage policier ; en 1887 que le service de la police municipale connaît ses premières modifications d’envergure ; après 1885 que le terme de « gardien de la paix » se substitue, dans le langage ordinaire, à celui de « sergent de ville »… Une inflexion a lieu dans cette décennie 1880-1890, qui s’épanouit au début du siècle suivant.

2La présence des agents s’accroît alors dans les discours sociaux et ses significations sont profondément reconfigurées. Le thème de la puissance perd de sa vigueur pour camper un agent plus « parisien ». Il est vrai qu’en même temps, le corps des gardiens de la paix se professionnalise et que ses fonctions sont plus variées. Accompagnant davantage les transformations, des politiques préfectorales inédites s’élaborent, même si leur efficacité est restreinte. Les interactions quotidiennes paraissent, elles, plus constantes, mais de nouvelles pratiques de part et d’autres traduisent l’incorporation de codes qui débordent les seules institutions.

3Ensemble, ces aspects signalent, malgré des limites et des tensions persistantes, la stabilisation d’une relation, qui correspond à la mise en place d’un ordre public particulier. L’analyse non plus d’un moment, mais d’une pratique, les funérailles des policiers élevés au rang de « victimes du devoir », invite alors à mieux comprendre la profonde évolution qui s’est jouée.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540