Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Première partie. La visibilité en action (1854-1880)

Chapitre 4. 1870-1871 : brèche ou trait d’union ?

Texte intégral

« Le navire avait l’allure accablée et fourbue qu’ont les bateaux de retour du bout du monde »
J. Conrad, Typhon, 1903

  • 1 Il n’est en outre même pas sûr que cela soit possible (voir le constat de Jacques Rougerie, La Comm (...)

1Revenir sur la période qui comprend la fin de l’Empire, le blocus de Paris, la Commune et l’immédiat après-Commune peut sembler curieux dans la mesure où nous avons vu que les dynamiques impulsées en 1854 se prolongent au-delà du Second Empire. Il était toutefois difficile de diluer ces événements, tant ils se présentent comme un « moment » particulier. Mieux vaut sans doute les aborder comme tels : ils suggèrent alors d’autres temporalités et permettent de préciser l’analyse de ces relations. Il ne s’agit pas dans ce chapitre de traiter de « la police sous la Commune », ou même « du devenir des sergents de ville pendant la Commune1 », ce qui nécessiterait une recherche à part entière, mais bien de voir ce que l’expérience des événements de 1869 à 1872 révèle, poursuit ou transforme dans la relation étudiée. Il faut pour cela serrer le rythme de l’analyse sur la succession des jours, considérer ensemble discours, choix politiques et pratiques et oublier que l’on croit savoir « ce qui s’est passé ensuite ». Restituer aux acteurs le champ de leurs futurs possibles, craints ou espérés, constitue sans doute la clé d’analyse la plus sûre de cette succession d’épisodes confus.

Le retour des oppositions républicaines (juin 1869-janvier 1871)

  • 2 R. Price, The French Second Empire. An Anatomy of Political Power, Cambridge, CUP, 2001.
  • 3 Voir P. Nord, The Republican Moment. Struggles for Democracy in Nineteenth-Century France, Cambridg (...)
  • 4 Ces grèves ne peuvent cependant pas s’interpréter uniquement en termes d’opposition au régime, et r (...)
  • 5 Voir B. Ménager, Les Napoléons du peuple, Paris, Aubier, 1988.
  • 6 Journaliste et homme politique, Henri Rochefort (1830-1913) est l’un des principaux opposants au ré (...)
  • 7 Voir le travail essentiel de A. Dalotel, A. Faure, J.-C. Freiermuth, Aux origines de la Commune, le (...)

2L’analyse des dernières années du Second Empire pose encore problème aux historiens. Avec la libéralisation du régime à partir de 1868, d’abord concédée, puis contrainte2, on assiste à un retour de la critique républicaine sur la scène publique. Ses soutiens avaient d’ailleurs réussi, pendant la phase la plus répressive de l’Empire, à prolonger leur activité politique, dans des domaines et sous des formes inédites3 : en 1868, leur charge est actualisée et adaptée à la nouvelle situation. Ce renouveau, l’écho qu’il commence à susciter, ainsi que le développement des tensions sociales dont les grèves sont l’exemple le plus frappant4 ébranlent l’Empire. Le choc reste cependant circonscrit au niveau des villes, notamment Paris5. C’est en effet dans la capitale que s’exprime le plus nettement le rejet du régime impérial, rejet qui prend des formes diverses. Il est en premier lieu légal. En juin 1869, Paris envoie une majorité de républicains au corps législatif, dont Delescluze ou Rochefort6, ouvertement révolutionnaires. Paris offre de même le plus mauvais résultat du plébiscite en 1870 : 57 % des votants se sont prononcés contre le prolongement de l’Empire. Les formes du refus sont également plus directes : à partir de la loi du 18 juin 1868 autorisant, sous certaines conditions, les réunions publiques, la capitale est traversée de divers mouvements d’opposition, parfois ténus, parfois insurrectionnels7. Manifestations, mouvements et grandes émeutes font leur retour, dans une ferme résistance qui détonne face à l’acceptation plus tranquille des campagnes et des petites villes. La situation, même considérée au seul plan de la capitale, est pourtant plus complexe. L’enthousiasme spontané des Parisiens lors de la déclaration de guerre contre la Prusse le 19 juillet 1870 l’a suggéré aux commentateurs d’alors, pro- ou anti- bonapartistes, comme aux historiens : il est difficile de parler d’un climat pleinement révolutionnaire, tout comme de nier la force des tensions qui s’expriment alors. Les travaux évoquent en général un point qui paraît acquis, la détestation unanime de la police. La situation est là encore plus ambiguë, pour les sergents de ville du moins. Trois rapides éclairages permettent de préciser cette attitude et, peut-être, la texture particulière de cette période.

Manifestations, émeutes et répressions

  • 8 Voir A. Dalotel, A. Faure, J.-C. Freiermuth, op. cit. C’est d’ailleurs la thèse principale de l’ouv (...)
  • 9 T. Lindenberger, Straßenpolitik. Zur Sozialgeschichte der öffentlichen Ordnung in Berlin 1900 bis 1 (...)

3Le retour des émeutes et des manifestations lors des années 1869 et 1870, notamment celles de mai-juin 1869, de janvier-février 1870, ou de mai 1870, est la trace la plus visible du renouvellement des oppositions. La violence des affrontements ne fait pas de doute, bien qu’il soit difficile d’indiquer des chiffres précis vu la partialité des sources. Il est néanmoins certain que les émeutes du 8 février 1870 comme celles du Château d’eau le 10 mai ont fait des morts parmi les manifestants. Le nombre des arrestations, cent soixante-douze le 8 février, près de trois cents le 10 mai, témoigne aussi de la réactivation des oppositions. De tels heurts paraissent inévitables si l’on considère, en plus du contexte général qui vient d’être rappelé, la logique d’affrontement qui gouvernait les parties en présence. Le travail d’Alain Dalotel, Alain Faure et Jean-Claude Feiermuth sur les réunions publiques à Paris a montré que les foules, certes composites, comprenaient également des groupes aux effectifs difficiles à évaluer, politisés et déterminés dans leur opposition à la police et à l’Empire8 : ce sont eux qui lancent les fréquents appels à l’insurrection. De l’autre côté, il semble que l’Empereur ait voulu à certains moments profiter des affrontements pour écraser définitivement les tentations émeutières et les révolutionnaires. Les sergents de ville n’étaient pour leur part pas préparés à de telles manifestations (ils n’en avaient pratiquement pas connu, les seize années précédentes ayant paru plus calmes) : excédés par le climat ambiant et réunis en groupes, commandés par des chefs, ils ont pu retrouver leurs réflexes militaires. On comprend alors que les heurts aient été brutaux et plus ou moins contrôlés. La question de la provocation, omniprésente dans les débats du temps, est pratiquement insoluble et tient aux réactions-types d’une foule ou un groupe d’agents dans de telles conditions9 : chaque camp, dans un tel moment, émet des signes d’hostilité et se sent facilement provoqué. Il suffit d’une injure ou d’un coup, dont on ne peut savoir s’ils relèvent d’une tactique ou d’un geste spontané, pour que l’autre camp perçoive une agression et lance les hostilités. Les policiers retrouvent en tous cas un rôle ouvertement répressif, d’autant qu’ils constituent généralement la première force de l’ordre à agir. Dans ce climat où le souvenir des journées de février 1848 et de décembre 1851 est revigoré, les injures relevées dans les rapports témoignent aussi d’une réactivation de l’image noire et républicaine du policier en tenue, sous le thème de « La police nous assassine ».

  • 10 F7 12666, Rapports du préfet de police, 1870-1871.
  • 11 F. Cardoni, La Garde républicaine, op. cit.

4La situation paraît toutefois un peu différente si l’on déplace légèrement le regard. Les grandes vagues d’affrontements semblent faites de flux et de reflux et sont entrecoupées de brusques périodes de calme, qui surprennent les policiers eux-mêmes10. À suivre les analyses du travail précité sur les réunions publiques ou la recherche détaillée de Fabien Cardoni sur la garde municipale11, les pics correspondent bien aux vagues de mai-juin 1869 et de février-mai 1870, les 10 juin 1869, 8 février ou 10 mai 1870 se rapprochant même des « journées révolutionnaires ». Mais elles cessent subitement à chaque fois : les combats qui suivent le résultat des élections législatives du 6 juin 1869 se calment le 11, pour s’achever les 12 et 13 juin. Les luttes violentes qui opposent policiers et manifestants après la mort du journaliste Victor Noir, tué par le prince Bonaparte, les 7 et 8 février 1870 cessent dès le 9, tandis que les luttes provoquées par les résultats du plébiscite du 8 au 11 mai prennent subitement fin le 12. La pacification est si rapide que les républicains modérés croient y voir l’action des policiers provocateurs.

  • 12 Ibid.
  • 13 Dans un rapport du 11 juin 1869 à Rouher, Piétri évoque « le concours prêté spontanément par des ci (...)

5De plus, la population ne semble pas partager dans son intégralité le rejet de l’ordre impérial dont témoignent ces affrontements. Les premiers troubles de mai 1869 ont bien suscité une indignation générale face à la fermeté policière, jugée excessive. Mais l’attitude d’une partie des Parisiens se modifie ensuite, comme l’évoquent les travaux indiqués12 : à partir des événements de juin 1869, certaines fractions de la population refusent les nouvelles émeutes. Les actions des forces de l’ordre seraient même supportées par des habitants, notamment dans le faubourg Saint-Antoine où commerçants, employés, mais aussi ouvriers et artisans du quartier soutiennent les policiers. Les rapports évoquent des scènes où la population applaudit les forces de l’ordre venues disperser les manifestants13. Les commentaires insistants des agents de la préfecture doivent être pris pour ce qu’ils sont, mais ces manifestations existent. Elles ne signifient d’ailleurs pas forcément que ces habitants soient favorables à l’Empire, mais plutôt qu’ils sont, à ce moment, opposés à une certaine agitation révolutionnaire.

  • 14 L’Empereur surveille de près son image dans une phase de bouleversement comme celle-là. Vu les moda (...)

6Il faut enfin noter que les tactiques de maintien de l’ordre ont évolué depuis la Seconde République. Au lieu d’envoyer directement l’armée, les autorités graduent désormais les forces dont elles disposent : d’abord les sergents de ville, puis la garde de Paris, et enfin l’armée. La police en tenue sert de « tampon » entre les forces de l’ordre et les manifestants. Ce dispositif s’accompagne d’un encadrement plus légal, les autorités se montrant davantage soucieuses du respect des sommations. Cela ne contredit pas la logique de l’affrontement ou l’importance des débordements policiers signalés plus haut (d’autant que la tactique est d’encercler la foule puis de procéder à des arrestations plutôt que de la disperser). Mais comme le note Fabien Cardoni, sans nier les brutalités policières, il apparaît bien que le degré de violence recule et que le maintien « républicain » de l’ordre semble en germe dès le Second Empire. Le fait n’est pas totalement surprenant : dans le cadre d’un régime qui se libéralise, où la presse et les élections gagnent en importance, l’Empereur doit faire la preuve de la légitimité de son action, et le moindre débordement de violence conforterait la dimension autoritaire du régime14. Cette tendance elle-même n’est toutefois pas définitive non plus : en mai 1870, après que le plébiscite a renforcé la position de l’Empereur, Napoléon III, confiant en son « chiffre », décide non plus de résister aux manifestants, mais de les écraser. Cela explique que le 9 mai, Place du Château-d’eau, l’armée est cette fois envoyée en premier, et que les heurts provoquent de nombreux morts. Les sergents de ville sont intervenus ce jour-là dans un second temps, pour arrêter ceux qui auraient échappé à la première charge. La brutalité des arrestations est encouragée par la préfecture, comme le suggèrent les félicitations postérieures louant, selon les termes consacrés, le « zèle » et la « vigueur » des agents. Les positions demeurent bien fluctuantes et incertaines.

« Collision sanglante » : jeux de morts à Belleville (12-26 octobre 1869)

  • 15 La loi libérale du 11 mai 1868 supprime l’autorisation préalable, les avertissements et abaisse le (...)
  • 16 D’autres sondages ont été opérés en deux moments différents, la manifestation manquée du 26 octobre (...)

7Ces troubles ont également facilité, dans une période de relative liberté de la presse15, le renouvellement de l’image noire de la police parisienne, restée latente jusque-là. Dès juin 1869, le discours républicain sur la police fait son retour et gagne une audience inédite. La controverse médiatique qui a suivi la « collision de Belleville » le 11 octobre 1869 permet d’approcher les différents systèmes de représentation de la police en vigueur16. L’incident est connu : la multiplication des réunions publiques depuis la loi du 18 juin 1868 assure la diffusion d’un virulent discours contre l’Empire dans certains quartiers. L’obligation d’un programme défini à l’avance et la présence d’un commissaire et de quelques agents au cours des débats font de ces lieux des espaces de tension. Le 10 octobre 1869, une rixe éclate dans la salle de réunion la plus populaire et la plus active de l’époque, les Folies-Belleville. La confrontation entre les participants et les policiers est brève, confuse et brutale, même s’il est impossible de dresser un bilan exact du nombre de blessés. Les heurts sont cependant suffisamment graves pour provoquer un vif débat dans la presse, qui se cristallise autour de la question de la brutalité et de l’éventuelle existence d’un mort après la lutte. Nous ne savons pas ce qu’il en a été réellement, pas plus que les lecteurs d’alors. Mais la manière dont l’action a été mise en récit est, elle aussi, intéressante.

  • 17 La suspicion s’exprimera plus franchement deux jours plus tard lors du procès dit « des blouses bla (...)

8La presse républicaine, notamment Le Rappel, écho de l’aile radicale fondée par Hugo et Le Siècle, organe républicain plus modéré, est la première à réagir. Elle dénonce dès le lendemain 11 octobre la « collision sanglante » provoquée par les agents. Le discours républicain sur la police apparaît structuré autour de ses thèmes classiques. La référence aux « figures suspectes » qui font, selon la première version du Rappel, des clins d’œil aux agents en tenue avant le déclenchement des troubles mobilise ainsi l’image du policier espion, aux frontières de l’ombre et de la lumière, dans sa version républicaine de 1848 (qui dénonçait déjà les infiltrations et les provocations des agents17). Le thème de la brutalité policière est également présent. Cet élément ancien du discours sur la police, réapproprié par les républicains en 1848 et renouvelé avec l’arrivée des nouveaux sergents de ville, redevient un leitmotiv républicain avec les journées de juin 1869. Les policiers sont alors systématiquement désignés par le terme de « casse-tête ». Le récit des « troubles de Belleville » par Le Rappel est révélateur de cette appréciation. Après avoir décrit un déroulement très démocratique des débats, le journaliste raconte :

Tout à coup, le commissaire de police entre. Il est suivi d’un officier de paix et de nombreux sergents de ville. On veut s’opposer à cette invasion et fermer la porte. Mais porte, vitres et cloisons volent en éclat. Une masse d’agents pénètrent violemment dans la salle, tirent l’épée, occupent l’estrade et la tribune et veulent chasser le bureau. Alors s’engage une véritable bataille entre les citoyens sans arme et les agents armés d’épées. Un jeune homme – nommé Renaud, nous a-t-on dit – est violemment précipité au bas de l’estrade par plusieurs sergents de ville […]. Le citoyen Gaillard tranquillement assis sur un fauteuil est assailli par une demi-douzaine de sergents de ville et tombe ensanglanté.

  • 18 Voir A. Corbin, « Le sang de Paris, réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », in Le (...)

9Le récit oppose les victimes, isolées, désignées par leur prénom et vulnérables (Renaud est jeune, Gaillard est tranquillement assis), aux agents, masse sauvage écrasant tout sur son passage. La thématique de l’épée sortie, plus précisément de « l’épée nue » pour reprendre l’expression utilisée par Rochefort dans le procès-verbal de la réunion et reproduit par plusieurs journaux, est significative : l’arme vive, le fait de la tirer hors de son fourreau, constitue le baromètre de la mesure ou de la démesure policière. L’angoisse s’inscrit dans le temps long de l’image noire des agents, mais elle ressortit peut-être aussi à une moindre tolérance à l’épanchement sanguin, qui s’exprimerait en même temps18. Cela n’en rend l’ensemble que plus insoutenable et cette image saisissante est répercutée dans toute la presse.

  • 19 Nous mettons des majuscules au terme « Peuple », quand il est compris, dans les discours ou les rai (...)

10Le discours républicain compose une grille de lecture cohérente : retrouvant les thèmes de 1848, il permet de dénoncer la police de l’ombre qui trompe le peuple et fait croire à une émeute, puis la police visible qui l’achève dans le sang. De cette manière il excuse également le « Peuple » de la violence19, insiste sur sa maturité, et donc sur la nécessité d’une démocratie. La version suggère au passage l’illégalité du régime, qui prétend représenter ce même « Peuple » et est contraint de recourir à la violence. Une telle lecture revêt un intérêt stratégique (en rappelant qu’elle peut être sincèrement crue), mais elle fait également partie de la culture républicaine, alors culture d’opposition. Les références à 1830 et 1848 sont constantes, comme en témoigne le jeu sur les « journées de juin » (1848 et 1869). Insister sur la répression réactive sans doute un imaginaire républicain mythifié, permettant de souder dans une dénonciation commune un ensemble plus disparate d’opinions.

11Les versions proposées par d’autres journaux témoignent de la diffusion de cette critique en dehors du seul camp républicain. Ce n’est cependant pas la seule lecture possible de l’action policière. Des feuilles proposent une vision apaisée, comme Le Gaulois du 13 octobre ou le Constitutionnel du 14, tous deux bonapartistes, qui fustigent la volonté de « faire une nouvelle sensation » et préfèrent insister sur le lendemain de l’événement et sur le calme de la foule alors présente. Ces appropriations clivées de la sérénité des foules sont alors fréquentes. Elles confirment l’importance acquise de la légitimité politique du « Peuple » à la fin des années 1860. Enfin, des récits plus virulents des troubles sont proposés, dans une exacte inversion des récits républicains. Ainsi La Gazette des Tribunaux du 12, reprise par L’Univers le lendemain, est explicite : lorsque le commissaire, l’officier de paix et les agents sont entrés dans la salle, l’émotion a gagné les participants.

En les apercevant, quelques individus s’arment de bancs et se jettent sur les agents qui, l’épée au fourreau, poussent vers la porte. Les sergents de ville, très inférieurs en nombre […] sont entourés et maltraités. Plusieurs d’entre eux sont blessés, d’autres ont leur habit mis en pièces et se voient arracher leur épée.

12La sauvagerie est cette fois du côté des participants et frappe une police mesurée et respectueuse du droit : le transfert de l’épée du fourreau des agents aux mains des assaillants, décidément thème majeur, peut être lu comme l’indice d’un transfert de violence et d’illégitimité d’un groupe à l’autre. Un arrière-plan à peine voilé désigne ces « quelques individus » comme des révolutionnaires sauvages, autre figure inquiétante de la période. Chacun se renvoie ainsi la figure du barbare. Mais le plus intéressant tient à la question de l’éventuelle mort d’un des participants. Le cadavre retrouvé à l’issue des troubles est rapidement dénoncé dans ces versions comme un « faux cadavre » et un leurre grossier. La plupart des journaux non républicains parlent même d’une « mise en scène » cousue de fil blanc. Dans beaucoup de récits, les policiers dévoilent eux-mêmes le pot aux roses, retrouvant l’image, croissante depuis les années 1860, de l’agent capable de déjouer les tromperies du monde urbain. Les titres républicains ne demeurent pas en reste et les lectures se durcissent au fil des jours. Le Journal de Paris, puis Le Siècle dénoncent de leur côté un « piège policier » : les agents auraient simulé le mort pour frapper et arrêter plus de personnes que nécessaire. La controverse s’éteint ensuite rapidement, étouffée par l’accumulation d’événements à commenter. La dernière trace que nous ayons trouvée est un court filet du Figaro du 26 octobre qui adopte à son tour le thème du dévoilement policier. « À l’approche des agents, s’amuse l’auteur, le cadavre essaya de prendre la fuite. » Le récit reproduit plus directement encore le ton des faits divers policiers, tâchant de cette façon de ramener l’événement à l’état d’anecdote.

  • 20 « Il faut montrer au Peuple par un enseignement bien compris de l’histoire que la grandeur […] n’es (...)

13Du fait de sa confusion, la « collision de Belleville » s’offre aux interprétations et voit s’affronter divers systèmes de représentation de la police, certains héritiers d’images anciennes, d’autres des nouvelles manières de voir. Le discours républicain sur la police apparaît saillant. Mais son audience, ramenée au nombre de titres et aux tirages, semble limitée. La majorité des journaux hésite plutôt entre hostilité aux républicains, confiance en la police, ou indifférence amusée. Les thématiques sont toutefois moins circonscrites. La peur des infiltrations et surtout des brutalités policières dépasse en effet le seul champ républicain pour susciter un débat plus général. De son côté, la presse républicaine n’échappe pas totalement aux nouvelles représentations et aux attentes d’une police efficace contre le crime, comme le suggère un article paru dans le Rappel du 15 octobre demandant un poste de police supplémentaire dans le 20e arrondissement « où le casse-tête pourrait être employé à juste titre contre les malfaiteurs ». La presse d’opposition consultée demeure enfin légaliste. Si l’action des policiers est sévèrement critiquée, aucun appel à l’affrontement direct n’est lancé et les débordements de foule sont condamnés : les journalistes défendent l’idée que le Peuple doit faire la preuve de sa sagesse, se démarquer des « erreurs » de 1830 ou 1848 et triompher par le calme et le nombre d’un régime jugé vacillant20. La référence à 1848 est forte, mobilisatrice, mais semble aussi un souvenir un peu dépassé. Une fois encore, les lignes discursives se croisent dans un ensemble aux contours émoussés.

La rumeur de Pierre Mallet (11 mai 1870)

  • 21 ADVP, D2U8-10, Mallet Pierre, provocation des militaires à la désobéissance, 12 juillet 1870.
  • 22 D’après le rapport du procureur général, confirmé par les témoins et l’inculpé lui-même. Nous signa (...)

14Ces précisions se limitent toutefois aux médias, et encore les journaux républicains consultés sont-ils des journaux modérés. Sans doute les propos auraient-ils été différents dans Le Réveil ou La Lanterne, rappelant au passage les divisions du camp républicain. Ces perceptions négatives sont sans doute plus intenses aussi, et la détestation des agents plus vive, dans certains quartiers. L’affaire Pierre Mallet, jugée en assises le 12 juillet 1870, en montre certains aspects21. Elle trouve sa source dans la soirée du 10 mai 1870, après les terribles affrontements de la place du Château-d’eau que nous avons évoqués. Pierre Mallet, un peintre en porcelaine de 34 ans, s’approche ce soir-là d’un officier stationné près de la caserne du Prince-Eugène et lui demande de « ne pas tirer sur le peuple22 ». Un autre officier le repousse. Mallet se dégage alors, sort un pistolet et tire sur le premier militaire, qu’il blesse à la main. L’agresseur est immédiatement appréhendé par des sergents de ville et des passants. Les policiers affirment qu’il se préparait à tirer un deuxième coup, mais Mallet prétend qu’exalté, il a tiré par réflexe après avoir été agressé par le lieutenant. Lorsque le 3 juin, le juge d’instruction lui demande pourquoi il avait sur lui un revolver chargé, Mallet répond : « le 10 mai dans la matinée, j’ai appris qu’un jeune homme de mon quartier avait été assassiné par les sergents de ville et que ma famille et plusieurs autres personnes avaient été poursuivies l’épée à la main. Cela m’a exalté et au moment de partir à midi, j’ai chargé mon revolver. Je voulais me défendre si ma vie était menacée. »

  • 23 Voir F. Cardoni, op. cit.

15Le déroulement des faits laisse deviner l’atmosphère de ces grands rassemblements, marqués par une forte confusion qui, montrent les dépositions, frappe également des agents très hésitants dans leurs propos. Mais nous intéresse surtout la matinée du 10 mai et la construction puis la diffusion de l’information, décortiquée par l’enquête. Mallet décrit en effet dans sa déposition la violence des sergents de ville ce matin-là. Or, la répression des émeutes du Château d’eau du 10 mai, on l’a dit, a pour particularité de ne pas avoir eu recours au « tampon » des sergents de ville mais d’avoir mobilisé directement la troupe23. Les sergents de ville et la garde de Paris sont intervenus dans un second temps pour opérer les arrestations. Mallet n’a-t-il pas confondu, que ce soit dans le récit qui lui a été rapporté ou dans la version qu’il propose, l’action des militaires et celle des sergents de ville ? Il est difficile de trancher : dans cette atmosphère de lutte ouverte, les agents « zélés » ont bien pu utiliser leurs armes dans la poursuite. Cela dit, le récit de Mallet semble en même temps faire référence à la figure noire du sergent de ville : on retrouve même l’image du policier « l’épée à la main », très sensible on l’a vu. Cette figure est peut-être aussi efficace, dans un discours rapporté, pour suggérer l’idée plus générale d’oppression. En bref, les événements racontés par Mallet peuvent être vrais, mais ils correspondent également au discours républicain : le récit réarrange peut-être les faits pour mieux exprimer la répulsion. En retour, l’expérience des heurts et de leur violence donne sans doute chair, au sens propre, à cette idée qui devient encore plus crédible.

16Cette version n’est cependant que la dernière d’une longue série de récits élaborés entre le matin du 10 mai et la première déposition du soir. Le juge d’instruction, qui cherche à connaître le degré des « penchants révolutionnaires » de l’inculpé, fait témoigner les personnes rencontrées par Mallet les 9 et 10 mai. Le premier jour, le peintre en porcelaine est allé boire dans une brasserie de son quartier, la brasserie Salmon, 129, rue Poissonnière, où il a retrouvé des connaissances. Tous confirment – en prétendant bien sûr ne pas y avoir participé – que Mallet et au moins Lecuyer, son voisin, un tourneur de 40 ans, ont « discuté politique », en évoquant les noms de Flourens et de Rochefort. Le lendemain midi, le 10, Mallet est revenu, surexcité, dans la brasserie. Il raconte son histoire à Charles Hanocq, un ami d’enfance, dessinateur de 35 ans qui habite rue Poissonnière. Dans cette première version, il dit avoir seulement « vu » des sergents de ville l’épée à la main, poursuivre des femmes et des enfants. Au tenancier et à Lucien Pécout, un employé de 19 ans demeurant dans le quartier, il raconte un peu plus tard que les agents ont envahi le café où il se trouvait. Cette version mentionne cette fois la mort d’un « jeune homme » percé « à coups d’épée » et sa famille est directement touchée puisque « sa fille de 8 ans » est menacée. Mallet a enfin raconté l’affaire à Lecuyer, à qui il aurait alors dit « que sa femme et sa fille avaient été poursuivies par des sergents de ville ». L’agression, au fil des récits, devient ainsi plus personnelle, violente et injuste. On ne sait pas s’il s’agit là des récits de Mallet, ou de ceux reconstruits pour l’occasion devant le juge d’instruction, sans compter que la version finale de Mallet, elle, fait jusqu’à douter de sa présence sur les lieux (seul face au juge d’instruction, il dit en effet avoir « appris qu’un jeune homme de son quartier… »). Ce flou traduit bien le fonctionnement d’une rumeur, qui se modifie ou s’amplifie au fur et à mesure de sa circulation.

  • 24 A. Dewerpe, Le Monde du travail en France, op. cit.
  • 25 Peut-être cette identité concerne-t-elle d’ailleurs plus largement le Nord-Est parisien.

17Ces précisions, révélées par l’enquête, permettent d’observer certains aspects des modes de politisation de la période, assis ici sur trois éléments. Mallet est le premier. L’instruction dégage ses opinions « avancées », son comportement et sa présence aux manifestations. C’est un homme mûr, marié et implanté localement, comme le confirme une lettre de son père conservée dans le dossier qui fait valoir « l’estime dont (il) jouit de longue date dans le quartier ». Peintre sur porcelaine, il n’a pas de patron à ce moment et gagne assez bien sa vie. Il est caractéristique des mouvements ouvriers des années 1830-1870, dont les combats sont effectivement le plus souvent menés par des ouvriers qualifiés ou des artisans appartenant plutôt à la frange supérieure des travailleurs24. Le dossier signale ensuite le rôle des cafés dans la diffusion ou l’expression des opinions politiques. Quoi qu’en dise Salmon, les protagonistes semblent bien se retrouver régulièrement dans sa brasserie. La mention d’autres cafés, comme la brasserie Müller, où Mallet aurait exhorté une première fois les soldats à ne pas intervenir, confirme cette fonction politique. Joue enfin la forte sociabilité de quartier. Tous les protagonistes habitent dans un périmètre restreint, ont l’habitude de se voir, certains se déclarant même voisins ou « amis d’enfance » de Mallet. Même s’ils ne partagent pas ses opinions politiques (ou le prétendent), ils sont habitués à les entendre. Ces précisions montrent comment circule la détestation des sergents de ville dans certaines franges de la population. Les thèmes républicains insistant sur l’évidente brutalité et violence des agents, aiguisés par cette plus grande proximité avec les faits, sont à chaque fois présents, et toutes les versions contiennent les leitmotiv de l’épée sortie et de l’opposition entre les « sergents de ville » anonymes, et les « femmes et enfants », figures stéréotypées de la victime. Ce discours peut être sincère, qu’il concorde avec des opinions politiques arrêtées ou qu’il soit simplement cru, mais, même en cas contraire, il fait partie de la vie quotidienne du quartier. L’image noire de la police, déjà latente, nourrie par les événements en cours, devient bien dans certains endroits de plus en plus insistante. Elle y est au moins dans l’air du temps et sert de référent à une certaine cohésion et identité de quartier25.

18Reste la conclusion juridique de l’affaire : elle est abandonnée et Mallet est acquitté. Un homme estimé sain d’esprit, acquis aux idées révolutionnaires, avait pourtant tiré sur un officier. Les impératifs du jugement sont sans doute d’abord pragmatiques. À la suite des troubles, les tribunaux sont débordés d’affaires de ce type : pallier l’afflux est d’autant plus urgent que beaucoup d’arrestations ont été arbitraires, ce qui suscite de fortes critiques dans la plupart des journaux. Il faut donc réagir vite et il est tout à fait probable que Mallet, qui a une famille, un logement et un métier ait échappé à un tri qui vise à repérer (ou à définir) d’éventuels meneurs. Il est également possible de voir dans cette décision une forme de tolérance judiciaire, qui prolonge la dureté des affrontements de rue. Dans ce contexte de forte résistance, le tribunal servirait de lieu de pacification sociale et de retour à la normale. Les deux phénomènes, engorgement et pacification, ne sont d’ailleurs pas contradictoires et ont pu agir de concert. Ce dernier coup de sonde, en tout cas, ne lève pas l’ambiguïté de départ.

Le répertoire d’action en 1870 : un concentré des oppositions du xixe siècle ?

  • 26 Voir R. Price, The French Second Empire, op. cit.
  • 27 Alain Dalotel et Alain Faure notent avec justesse que les mouvements de rue les plus durs sont touj (...)
  • 28 S. Hazareesingh, From Subject to Citizen: the Second Empire and the Emergence of Modern French Demo (...)

19Sans doute de tels éclairages accroissent-ils cette impression. Mais le sentiment d’indétermination des années 1868-1870 est bien éprouvé par les contemporains. Si l’on résume, les mouvements de rue et le renouveau de la parole républicaine ont repolitisé la figure du sergent de ville et provoqué une actualisation de son image noire, sans doute plus latente que ce qu’il paraissait les années précédentes. En même temps, quelque chose semble bien avoir changé, comme un lien tissé en deçà : l’échange s’inscrit dans l’ordre du quotidien et la plupart des protagonistes ont intégré l’idée (pas forcément la pratique) que la police devait respecter un certain code. La relation aux policiers en uniforme est en fait peut-être révélatrice de la situation générale. Depuis la libéralisation du régime, il est devenu évident que le système politique est en train de se modifier, sans que personne ne sache quelle forme il est en train d’adopter, ni ce qu’il va en advenir26. Dans ce cadre, les Parisiens mobilisent alors plusieurs possibilités d’opposition. On retrouve des formes anciennes, d’ailleurs à forte charge mémorielle, comme les velléités révolutionnaires. Certaines émeutes entrent dans cette perspective, tout comme les appels réitérés aux « journées » et leur écho, qu’il soit craintif ou mobilisateur. D’autres formes d’opposition, plus récentes, se manifestent, tels les discours de presse. Après vingt ans de forte censure, alors que le régime médiatique s’installe, ils retrouvent leur vocation politique et leur capacité à alimenter le débat. Enfin, les Parisiens empruntent des formes plus neuves encore, qui traduisent une certaine intégration politique, comme le vote27. Les mêmes hésitations sont visibles dans les réactions du gouvernement (entre acceptation du jeu électoral, répression encadrée et action violente ou illégale). Le tout peut nourrir les analyses anglo-saxonnes selon lesquelles, par le biais du vote ou d’autres processus internes à la communauté nationale, un changement s’est opéré dans la culture politique au cours des années 186028. Mais il semble surtout plus juste de dire que, dans cette situation incertaine, les acteurs expérimentent l’ensemble du répertoire d’action politique hérité du xixe siècle, dans un certain flottement. Tout se passe alors comme si le retour d’une révolution était possible, et qu’en même temps quelque chose de plus profond avait changé.

L’ennemi des communards

Des sergents de ville aux gardiens de la paix (septembre-octobre 1870)

  • 29 S. Audoin-Rouzeau, op. cit.

20La meilleure preuve se trouve peut-être dans la suite des événements : le fait qu’il n’y ait pas eu de révolution à proprement parler au moment de la chute du Second Empire et que la mise en place de la Commune fut progressive. Les défaites militaires d’août 1870 ont surpris la population enthousiaste de juillet, ce qui n’a fait qu’accroître le sentiment d’incertitude ambiant. L’annonce de la défaite de Sedan et de la capture de l’Empereur, parvenue le 3 à Paris, voit dans la soirée la formation de nombreux mouvements de foule, qui se déplacent vers la Place de la Concorde et le Palais Bourbon. Le lendemain 4 septembre, une masse énorme de Parisiens se dirige de nouveau vers le Palais Bourbon, envahit l’Assemblée et demande la chute du régime. Les historiens ont montré le caractère ambigu de cette foule, animée par quelques groupes révolutionnaires, mais surtout nerveuse et globalement indéterminée. Le député républicain Jules Favre, qui avait tenté la veille une révolution légale, la fait refluer vers l’Hôtel de Ville pour éviter l’invasion du Palais Bourbon. C’est là que sont prononcés sous les acclamations de la foule la chute du régime, la République et le nouveau gouvernement de Défense nationale. Le changement de régime reste étonnant, notamment au regard de ceux de 1830, 1848, 1851 : pas de morts, peu de blessés, pas de vandalisme. Le calme général a surpris les acteurs eux-mêmes. Comme le dit Stéphane Audoin-Rouzeau, il s’agit moins d’un acte de naissance que d’un constat de décès29.

  • 30 S. Rials, Nouvelle histoire de Paris, t. X, De Trochu à Thiers, Paris, Hachette, 1985.

21Le nouveau gouvernement, fruit des tractations et de la course poursuite à l’Hôtel de Ville, est composé en majorité de députés républicains parisiens (Jules Favre, Léon Gambetta), même si quelques révolutionnaires en font également partie (Louis-Charles Delescluze, Félix Pyat). Dans cet exécutif dont Stéphane Rials rappelle qu’il est parisien, inexpérimenté et illégitime30, la préfecture de Police échoit au comte Émile de Kératry (1832-1904), un homme politique proche de l’orléanisme. Ses premiers actes sont symboliques. Dans une affiche qu’il fait placarder le lendemain, il appelle la population de la capitale au calme et rappelle que la mission première du gouvernement de Défense nationale est de protéger la Patrie face aux Prussiens. Puis il affirme qu’un changement fort a eu lieu à la préfecture de Police et licencie, dès le 4 septembre, tous les sergents de ville (l’arrêté est promulgué le 7). Les agents de la capitale, de plus en plus malmenés au cours de leur service, ramènent armes et insignes à la préfecture. Le nouveau gouvernement se débarrasse ainsi de ceux que les républicains avaient élevés, depuis deux ans, au rang de symbole de l’oppression bonapartiste.

  • 31 Un pantalon en drap de couleur bleu foncé, un gilet droit de même couleur, une casquette à visière (...)

22Quinze jours plus tard pourtant, le 19 septembre, le même préfet de police appelle les ex-sergents de ville à réintégrer leurs fonctions. L’uniforme est rendu plus neutre31, les nouveaux anciens policiers ne sont pas armés et leur moustache est un temps rasée. Cette dernière pratique était déjà attestée en 1848 : il semble, exprimant par là les liens qui unissent les idées de virilité, d’autorité et de puissance au xixe siècle, que les agents connaissent une période glabre à chaque révolution, à chaque affaissement de l’ordre. Le nom change, illustrant aussi les dispositions attendues : les « sergents de ville » deviennent des « gardiens de la paix publique ». Sans doute le fait de garder « la paix » est-il suggestif en temps de guerre ; quant au terme « gardien », il renvoie certainement au souvenir des « gardiens de Paris » de 1848, mais s’inscrit aussi dans l’évolution dégagée à la fin du Second Empire, qui tend à démilitariser le policier pour le rendre moins fruste et à lui assigner des fonctions mieux définies d’ordre public quotidien. Kératry procède donc à un dépouillement symbolique de la fonction, qui élimine toute référence au régime précédent et vise à atténuer l’idée de violence.

23Les principes comme les hommes restent cependant les mêmes et ces quinze jours constituent la plus petite interruption de service liée à un changement de régime du xixe siècle. Le fait est d’autant plus frappant que les républicains étaient les seuls, en 1848, à avoir tenté une transformation profonde du service de la police en uniforme. Sans doute le gouvernement manque-t-il d’hommes pour soutenir l’effort de guerre (le blocus est entamé depuis juillet) et il est nécessaire, dans cette période troublée, de maintenir l’ordre dans une capitale échauffée. La garde nationale, qui a manifesté dès 1869, par des tracts, sa volonté de s’occuper de l’ordre dans la capitale, suscite la méfiance des dirigeants et la préfecture n’a peut-être pas trouvé de candidats pour remplacer au pied levé ces agents très controversés : il est difficile de se passer dans cette situation d’hommes chevronnés et expérimentés en matière de maintien de l’ordre. On peut se demander s’il ne se manifeste pas aussi une certaine confiance des républicains au pouvoir, dont on a vu que beaucoup étaient légalistes, envers cette forme de police ou ces agents. En tout cas, presque tous les anciens sergents de ville sont revenus prendre leur fonction (entre 72 et 82 % de l’effectif initial), suggérant, au-delà des nécessités financières qui frappent alors, que leur fonction importait au moins autant que leur attachement au régime impérial.

24Le 19 septembre, le nouveau corps des « gardiens de la paix » est scindé en deux. Près de trois mille agents partent aux avant-postes soutenir l’armée, quand les autres s’occupent de l’ordre de la capitale, selon des modalités modifiées (l’ancien système des patrouilles est repris). D’abord moquée (les états-majors attendront longtemps avant de leur fournir un uniforme militaire), l’activité militaire des « gardiens de la paix mobilisés » est progressivement célébrée. Au fil des combats, les communiqués des officiers et des généraux sont relayés dans l’ensemble de la presse, notamment la plus radicale. Les rapports du général Vinoy, qui décrit le courage des « gardiens de la paix mobilisés » lors des combats de Châtillon, sont intégralement retranscrits dans des journaux comme Le Rappel, Le Réveil ou Le Combat, qui citent les gardiens morts au front et louent leur « dévouement ». Le baptême du feu au nom de la noble cause de la Défense nationale produit une certaine héroïsation de cette figure encore bâtarde. À Paris cependant, la situation empire. Au retour des troupes, après la signature de l’armistice fin janvier, il est sans doute déjà trop tard.

Le massacre du sous-brigadier Vincenzini (26 février 1871)

  • 32 Alfred Rey et Louis Féron en proposent une chronologie assez détaillée dans leur Histoire des gardi (...)
  • 33 APP, Dossier « Victimes du devoir », sous-brigadier Vincenzini, 26 février 1871.

25L’événement célèbre qu’est le massacre du sous-brigadier Vincenzini signale un changement de situation. Depuis 1869, et de plus en plus fréquemment par la suite, les policiers en tenue sont molestés et agressés par des groupes isolés32 ; le 25 novembre 1870 la garde nationale a même pris par la force le poste de Gesvres. Mais cet événement marque bien un tournant par la masse des participants concernés comme par l’écho qu’il a suscité, sur le moment puis dans la mémoire républicaine de la Commune. Le dossier de « Victimes du devoir » de Vincenzini33, qui contient des coupures de presse, des versions postérieures mais aussi les rapports de police dressés après les faits, est par chance bien documenté et permet l’analyse.

  • 34 Tous les bataillons de la garde nationale, « même des beaux quartiers », sont alors présents (J. Ro (...)

26Le 26 février 1871, place de la Bastille, la grande commémoration des journées de février 1848 se prolonge. Des masses de Parisiens, venus de tous les quartiers34, se déplacent depuis trois jours pour célébrer le glorieux souvenir au pied des Colonnes de Juillet, décorées de fleurs pour l’occasion. Sans doute leur semble-t-il nécessaire de se ressourcer dans la mémoire illustre de la République : le blocus de cinq mois a épuisé les forces et les nerfs de la capitale et la défaite, bien que la majorité des Parisiens ne veuille pas l’admettre, est inévitable. Le 28 janvier, prenant acte de la situation, le gouvernement de Défense nationale a demandé un armistice d’un mois, et lorsque les Parisiens commencent à se diriger vers la Bastille le 24 février, les Prussiens sont encore en train d’en définir les conditions. Avant de prendre sa décision, le chancelier Bismarck a surtout exigé l’élection d’une assemblée constituante qui puisse représenter le peuple français lors de la signature de l’armistice. Elle a eu lieu le 8 février, dans des conditions qui rendaient difficile la lisibilité des messages politiques, et a rappelé aux Parisiens le fossé qui perdure entre la capitale et le reste du territoire : Paris a voté massivement républicain, mais l’Assemblée reste aux mains de notables légitimistes, orléanistes ou bonapartistes qui ont su profiter de la demande de paix. Le 24 février, c’est donc une capitale et une jeune République qui se sentent humiliées, vaincues et honteuses qui se rendent à la Bastille. Par cet anniversaire, les Parisiens tentent sans doute de retrouver un peu de foi dans l’idée de Patrie républicaine en danger.

  • 35 Dossier « Victimes du devoir » de Vincenzini, Rapport du chef de la police municipale au préfet de (...)

27Soudain, en milieu de journée, un homme, peut-être en train d’écrire sur un carnet (les versions diffèrent à ce sujet), est désigné à la foule comme inspecteur en civil. Il s’agit en fait d’un sous-brigadier chevronné du service de sûreté, âgé de 46 ans, Bernardin Vincenzini, envoyé par la préfecture de Police pour évaluer les forces en présence et estimer la signification du mouvement. Des groupes, dont on ne peut évaluer le nombre, viennent à lui et commencent à le frapper sous les cris, corroborés par toutes les sources, de « C’est un sergent de ville ! Mort au sergent de ville ! » Sous les hourras de la foule exaspérée, la présence de Vincenzini se charge d’un ressentiment qui le dépasse. La journée est à son mitan, le temps est splendide, l’atmosphère surchauffée, pas tant par l’alcool (nulle mention n’est faite à ce sujet) que par les privations du siège et la ferveur de la célébration. D’après les rapports de police, « des forcenés se sont jetés sur cet employé et l’ont maltraité pendant plus d’une heure de la manière la plus cruelle ». Son chef de division évoque une véritable séance de « torture35 ». Il est difficile de savoir ce qui s’est exactement passé. Pris dans une foule massive (vingt mille personnes selon un chiffre sans doute exagéré du chef de la police municipale), le sous-brigadier a été en tout cas frappé plus d’une heure de suite dans une grande confusion. L’homme, encore vivant, a ensuite été traîné jusqu’au canal, aux cris de « À l’eau, à l’eau ». L’exhortation, à destination des sergents de ville, est courante en 1870. Mais elle est cette fois-ci mise en œuvre. L’homme est donc garrotté puis, bras et jambes liés, jeté dans la Seine depuis le quai Henri-IV. Le corps ne coulant pas immédiatement, les manifestants jettent des pierres pour l’empêcher de revenir sur la berge. Mort de noyade et de lapidation, Vincenzini disparaît dans l’eau. Son cadavre n’est retrouvé que plusieurs mois plus tard.

  • 36 A. Corbin, Le Village des cannibales, Paris, Flammarion, 1995 ; J.-N. Luc, « L’assassinat du gendar (...)

28Il s’agit, à notre connaissance, d’un des premiers massacres d’une foule parisienne à cette période. On retrouve le déroulement de ces rituels analysé par Alain Corbin36, ainsi d’ailleurs que l’idée d’une atténuation de leur violence au cours du xixe siècle : contrairement aux pratiques de la Révolution française, le corps n’est pas mutilé ou découpé, mais jeté à l’eau, l’immersion et le jet de pierres s’apparentant à une sorte de mise à mort distanciée. Les significations revêtues par ce corps sont surtout intéressantes pour notre propos. Lorsque Vincenzini est « découvert » place de la Bastille, il est ce qu’un Parisien, républicain de surcroît, déteste alors le plus : un mouchard. L’expression « sergent de ville » qui lui est immédiatement accolée montre aussi à quel point le policier en uniforme cristallise la détestation. On retrouve l’association presque cinquantenaire entre la police visible et la figure de l’espion trompant la population. Le terme renvoie en outre certainement aux agents du Second Empire, dont la condamnation est unanime. Mais sa signification est peut-être plus riche encore. Les nouveaux « gardiens de la paix » continuent en effet d’être appelés des « sergents de ville », dans la presse ou dans la rue, et l’expression fait peut-être aussi référence à eux. De plus, les 24 et 25 février s’étaient déroulés dans un calme parfait d’après les rapports de police eux-mêmes, mais le 26, les Parisiens venaient d’apprendre les conditions humiliantes de l’armistice imposées par Bismarck et l’entrée des soldats prussiens dans la ville. L’émotion était alors à son comble. Dans ce contexte de défaite militaire, Vincenzini symbolise sans doute aussi l’échec du gouvernement de Défense nationale, et, plus largement, le rejet d’un État depuis plusieurs mois en déliquescence, qui gâche la fierté et les espoirs patriotiques de septembre. Les appréciations portées sur le sergent de ville sont donc bien plus variées et profondes qu’une simple référence au régime déchu.

29La presse manifeste dès le lendemain un profond écœurement. L’affaire est particulièrement délicate pour ceux qui revendiquent le soutien du « Peuple parisien » : les journaux les plus à gauche suggèrent une provocation de l’agent, qui aurait sorti « un casse-tête », mais ils ne peuvent réprimer un mouvement d’horreur ; la presse plus modérée, la préfecture de Police ou le conseil municipal tentent pour leur part d’attribuer l’agression à « quelques misérables » ou « forcenés », identifiés selon les besoins de chacun. La justice n’aura cependant pas le temps d’intervenir (le procès se déroule en 1873, en pleine période d’ordre moral) et demeure avant tout un profond sentiment d’incompréhension et d’effroi. L’acte n’est pourtant pas dénué de significations : plongés dans l’incertitude depuis deux ans, déçus par le droit de vote, exclus de décisions jugées honteuses, les assaillants recourent sans doute, par ce massacre d’un agent sur l’autel de la République, à un dernier mode, désespéré, d’expression politique. Le geste est cependant inaudible en février 1871 et il indique surtout une rupture de plus en plus nette entre la population parisienne et les cadres politiques qui tentent jusque-là de se maintenir.

Les « haines secrètes »

  • 37 A. Rey et L. Féron, Histoire du corps des gardiens de la paix, Paris, Firmin-Didot, 1896. (La garan (...)
  • 38 J. Rougerie, op. cit.
  • 39 Pour cela, voir APP, DB 34 (op. cit.), et surtout le compte-rendu de Rey et Féron (ce sont eux qui (...)

30À partir de ce moment, à lire certains journaux conservateurs ou l’Histoire du corps des gardiens de la paix d’Alfred Rey et Louis Féron37, les « chasses aux sergents de ville » et les agressions collectives deviendraient de plus en plus courantes. Le 24 février, la fédération de la garde nationale, en voie d’organisation, avait officiellement fait savoir son désir de maintenir à tout prix la République, le suffrage universel, et d’instaurer la milice citoyenne comme la seule force de l’ordre. Certains quartiers sont peu à peu abandonnés à la garde nationale par la préfecture (les gardiens de la paix qui y étaient affectés se réfugient au campement du Champ-de-Mars). Prenant acte d’une situation générale de plus en plus tendue, le 10 mars, l’Assemblée décide de s’installer à Versailles, « décapitalisant » Paris38. L’échec, le 18 mars, de la récupération par l’armée des canons de la garde nationale, puis la contre-offensive parisienne qui s’organise dans la confusion, sont la conclusion d’un processus déjà installé. Face au mouvement parisien, l’Assemblée précipite son départ et quitte Paris le jour même, vers 16 heures, entraînant avec elle les troupes et l’ancienne administration de la capitale. La préfecture de Police, avec les gardiens de la paix, est concernée. À 8 heures, le matin du 18 mars, 900 gardiens de la paix réunis à la préfecture sont invités à se rendre au Champ-de-Mars pour rejoindre les campements des anciens « gardiens de la paix mobilisés » restés sur place. Les agents regroupés partent en fin d’après-midi pour Versailles. Combien sont-ils exactement ? Sur les 4 083 agents décomptés en 1870, près de 2 500 sont partis pour Versailles en mars d’après les archives de la préfecture. Ils seraient environ 3 900 en mai (les chiffres étant ici sujets à caution), sans que l’on sache ce qu’il est advenu des autres. Nous ne suivrons pas les policiers à Versailles, l’organisation du service, très particulière, nécessitant une recherche à part entière39. Nous restons à Paris, pour voir comment les communards se sont occupés des traces encore vives de l’ancienne présence policière.

  • 40 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Seuil, 2003 (voir notamment la nouvelle préface).
  • 41 ADVP, D2U6-5, Femme Crussard, arrestation illégale, vol, 26 juillet 1871. Lettre du sergent de vill (...)

31À partir du 18 mars, le comité central de la garde nationale prend l’Hôtel de Ville. Le 26, la Commune est proclamée. Nous connaissons bien, grâce aux travaux de Jacques Rougerie, la mise en place du gouvernement communal et ses évolutions, qu’il serait trop long de retracer ici40. Notons que malgré leurs divergences, l’Internationale, les comités de vigilance, le comité central ou les membres de la Commune sont d’accord sur deux points : l’ancienne police doit être supprimée (préfecture de Police, gendarmes, sergents de ville) ; et la sécurité urbaine doit être confiée aux citoyens en arme au sein de la garde nationale. Le 28 mars, les gardiens de la paix, les gardes de Paris et les gendarmes sont officiellement déclarés hors-la-loi. Dans ce cadre, les choses se simplifient en quelque sorte et la détestation qui couvait peut s’épanouir. Écoutons la description du gardien de la paix Amouroux dans une plainte envoyée au procureur de la République, après les événements, en juillet 187141. Certes partial, il rend bien compte du changement qui se joue :

C’est dans ces conditions qu’arriva la révolution du 18 mars. Alors toutes ces secrètes haines des malhonnêtes gens contre les sergents de ville se déchaînèrent contre ces derniers avec la plus extrême violence […]. Abandonnés au milieu d’une population hostile à tout ce qui de près ou de loin avait été une représentation du droit, n’avaient-ils pas [sa famille] à craindre toutes ces haines secrètes dont j’ai parlé tout à l’heure et qui éclatèrent au grand jour ?

  • 42 Cette liste est établie par Jacques Rougerie (op. cit.) et Robert Tombs (The Paris Commune, London, (...)

32La figure du sergent de ville rejoint une liste d’« Ennemis » de la Commune, dûment identifiés, qui comprend le prêtre, le propriétaire, le gendarme, le député42… Elle emmêle plusieurs références négatives, plus ou moins liées, qui expliquent sa densité. Les policiers en tenue symbolisent toujours les sergents de ville du Second Empire, auxquels sont associées les images de violence et d’oppression véhiculées par les républicains de la fin des années 1860. Mais ils représentent aussi les « Versaillais », c’est-à-dire de faux républicains opposés à la Patrie, à Paris et à la Commune et qui représentent la menace immédiate. Suivant le fonctionnement analogique propre aux stéréotypes, ces agents sont enfin associés aux Prussiens, ennemis par excellence, qui viennent d’humilier l’honneur patriotique. Des détails paraissent avoir facilité ces collusions : en octobre 1870, sur le front, lorsque l’armée refusait de donner des uniformes aux agents, une compagnie des gardiens de la paix a par exemple récupéré des uniformes prussiens dans un fourgon pour se protéger du froid. Leur allure a provoqué de nombreuses méprises, dont la presse s’est bien sûr fait l’écho. De tels incidents ont pu donner encore plus de corps à l’amalgame des stéréotypes. Il ne faut pas oublier non plus que pendant dix-sept ans cet agent a arpenté, tous les jours, les rues de la capitale. Le souvenir de cette présence quotidienne de l’ordre avive sans doute la défiance : le policier en tenue est bien un « Ennemi » à part entière, un symbole de tout ce que la Commune rejette (les Prussiens, Versaillais, le Second Empire, l’ordre ancien).

  • 43 ADVP, D2U6-9, Bourguignon Alexis, complicité d’arrestation illégale, 5 septembre 1871.
  • 44 Eugène Louis Protot (1839-1921), avocat, est délégué à la Justice sous la Commune. Son action s’est (...)

33Toutes les personnes restées à Paris ne partagent sans doute pas cette haine. Elle anime certainement les hommes au pouvoir, nombre de sympathisants révolutionnaires, ainsi que des Parisiens excédés (une part importante de la population parisienne a fui et ceux qui sont restés sont souvent les plus attachés à leur habitat ou les plus pauvres, peut-être plus revanchards à l’encontre de l’ancienne police). Pour le reste, entre surprise, inquiétude et engouement, une partie notable de la population a également pu être plus indifférente. L’image est cependant bien, au-delà, un lieu commun, une référence connue de tous et utilisée. Les agissements d’Alexis Bourguignon, un commis de bureau de 33 ans jugé en septembre 1871 pour « complicité d’arrestation illégale43 » l’illustrent bien. D’après sa déposition, Bourguignon était « dans son pays » lors des événements, puis est retourné à Paris, sur les conseils de son sous-chef de bureau, pour toucher sa dernière paie. Quelques jours après son arrivée, alors qu’il cherche un logement, il est arrêté « par des gardes nationaux au boulevard de Grenelle comme étant sergent de ville » et doit passer la nuit au poste. Rapidement libéré, on lui explique que la confusion vient de sa grande taille. Il semble surtout qu’étranger au quartier où il se rendait, il a paru suspect aux yeux d’une concierge. L’exemple, non isolé, montre comment, sous la Commune, les formes de la déviance se sont inversées. La suite des agissements de Bourguignon est plus intéressante encore. Arrêté une seconde fois pour le même motif (dénoncé par sa concierge qui a cru comprendre qu’il était un ancien employé), il est emmené à la préfecture. Là, il demande un emploi lors de son audience et obtient le service des portes de la préfecture. Le 6 mai 1871, il envoie une lettre de dénonciation « au citoyen Protot délégué à la justice44 » lui signifiant, entre autres, que certains de ses agents sont d’anciens sergents de ville. L’accusation est fausse comme il le reconnaît ensuite devant le tribunal, mais efficace : la simple suspicion provoque leur arrestation et il peut prendre leur place. Dans un courrier envoyé depuis la prison de Mazas après son jugement, il explique avoir « agi de représailles ». « Si j’ai parlé de sergent de ville pour Robert, de Versailles pour Delcambre, etc., précise-t-il, c’était pour donner plus de poids à ma demande. » L’acte de délation de Bourguignon témoigne ainsi de la fragilité des positions sous la Commune, mais aussi, par cet usage intéressé, de la présence et de la performativité de ce stéréotype policier à ce moment. On trouve ici la trace de l’effervescence et des peurs que connaissent les Parisiens, mais aussi celle du désir communard, à ce moment, d’éliminer de l’espace social tout résidu de l’ordre ancien.

Arrestations, viols domiciliaires et usurpations de fonction

34Les meilleures preuves de cette ambition se trouvent dans les actions menées directement contre les sergents de ville. Les arrestations de ceux qui n’ont pu ou voulu se rendre à Versailles, dont le nombre croît à partir d’avril avec la chasse aux réfractaires, sont les plus évidentes. D’après les registres d’écrou du dépôt de la préfecture de Police, soixante-quinze gardiens de la paix sont passés par le dépôt de l’ex-préfecture de Police, un chiffre assez important même si on ne sait pas s’il rend compte de toutes les arrestations. Certains agents ont été fusillés au cours de la Semaine sanglante, rue Haxo, mais aussi place du Panthéon le 23 mai. D’autres, au nombre difficile à établir, sont sortis saufs et viennent témoigner aux procès à partir de septembre.

  • 45 APP, Dossier « Victimes du devoir », Sonnet. La plupart des autres informations sont tirées de ces (...)
  • 46 E. Fournier, Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard, Paris, Imago, 2008.

35La chasse aux « sergents de ville », d’intensité variable selon les lieux, couvre toutefois un champ d’investigation plus vaste, puisqu’il concerne également les agents retraités : d’après les registres d’écrou, sept des soixante-quinze agents passés par le dépôt de la préfecture sont retraités. Comme le précisent les dossiers de victimes du devoir, la retraite est parfois ancienne et une nouvelle carrière peut même avoir été entamée. Sonnet est retraité depuis trois ans quand il est arrêté, Mertz employé dans l’administration des pompes funèbres depuis deux ans. Les proches sont également menacés. La femme du gardien Amouroux a par exemple dû se cacher chez une voisine pour échapper aux recherches des gardes nationaux, la fille du gardien Berjoan, moins chanceuse, a été arrêtée45… Même les familiers n’échappent pas à l’investigation et M. Denis, un marchand de vin, voisin et ami de Sonnet est aussi arrêté pour ce motif le 22 mai par les fédérés. Ce ne sont que quelques cas parmi d’autres : tout se passe comme s’il y avait une contagion de la fonction sur l’entourage. Les recherches concernent enfin jusqu’aux domiciles des agents. On a pu se demander pourquoi les communards ne s’en étaient pas pris aux postes de police, notamment pendant les destructions de la Semaine sanglante, alors qu’ils ont détruit beaucoup de lieux signifiant l’autorité46. En 1854, en plus des postes nouvellement créés, les sergents de ville avaient en fait occupé les locaux de la garde nationale alors en déclin. En 1871, cette dernière les investit et revient, en quelque sorte, « chez elle ». En revanche, et dès le début de la Commune, les habitats privés des policiers ont bel et bien été ouverts, détruits et pillés. Ces viols domiciliaires semblent avoir été nombreux. Six cas sont bien établis dans les archives judiciaires (dans les 7e, 11e, 12e, 14e arrondissements), ce qui est important proportionnellement au nombre de dossiers conservés, et les recherches d’Alfred Rey et Louis Féron, menées à partir de témoignages oraux de policiers, les mentionnent comme une pratique courante. Ils suivent en général un même schéma qu’illustre le cas du gardien Amouroux, déjà cité, dans le 14e arrondissement. L’intervention suit souvent la dénonciation d’un proche ou d’une connaissance avec laquelle l’agent était en conflit – ici, la propriétaire d’Amouroux, Mme Crussard, à qui il devait trois termes de loyers. La dénonciation déposée, les gardes nationaux, accompagnés généralement du nouveau commissaire du quartier, tout juste désigné ou auto-désigné, se déplacent jusqu’au domicile. Ils enfoncent la porte et perquisitionnent afin de prouver « l’intelligence avec Versailles ». Souvent des scellés sont même apposés sur les meubles. Puis les gardes saisissent un certain nombre d’affaires, certaines liées à l’enquête (papiers, armes, effets d’uniformes), d’autres non (chez Amouroux, du linge, une montre, une poule et un lapin). La « perquisition » opérée, la porte est laissée ouverte. Les meubles sont jetés dehors et l’intérieur est pillé par des habitants du quartier ou des gens de passage. Cette pratique, qui articule des résolutions de conflits privés et une action codifiée et légaliste, est intéressante. Le mime ou la réactivation de la procédure invite à s’interroger sur les formes de la légalité sous la Commune et à analyser comment, dans un univers où tout est incertain, se produit du droit, ou une impression de droit. Ces viols domiciliaires témoignent plus largement de l’ampleur du désir de purification spatiale des communards, puisque l’exemple policier suggère que cette volonté opère à un niveau très fin, dimension publique et privée comprises : il fallait, par le feu, le sang ou l’élimination des scories laver intégralement l’espace parisien de son ordre ancien. En même temps, cette pratique révèle, en négatif, le profond ancrage spatial des policiers dans leur quartier et confirme que le policier en tenue, plus qu’une « profession », incarne alors un « état social », à l’intersection de l’institution et du lieu de vie. Le souci de « purification anthropologique » exprime bien aussi, dans ses creux, le statut spécifique acquis depuis vingt-six ans par le sergent de ville parisien : c’était bien là, dans les espaces privés et les fréquentations des agents, qu’il fallait intervenir.

  • 47 Liste non exhaustive établie à partir des dossiers D2U6-4, D2U6-5, D2U6-9 (tribunal correctionnel, (...)

36Le cas des « usurpations de fonctions » propose un paradoxe similaire. Parallèlement aux conseils militaires, les tribunaux d’instance ont cherché à partir de juillet 1871 à juger les personnes ayant occupé (« usurpé » dans le langage des vainqueurs) une fonction publique pendant la Commune, témoignant de l’ampleur des recherches mises en œuvre, mais aussi peut-être d’une volonté de remise en ordre plus normalisée. Les archives donnent à voir ce marché aux fonctions que semble avoir été la Commune. Des peintres en bâtiments, agents d’affaires, hommes d’affaires, concierges, étudiants en droit, tailleurs d’habits, mécaniciens, métreurs vérificateurs, voyageurs de commerce, ciseleurs, personnes sans profession, employés de commerce, menuisiers, comptables, layetiers, professeurs… sont devenus chefs de bureau, sous-chefs de bureau, inspecteurs des mœurs, commissaires de police, commis greffier, juges de paix, percepteurs des impositions, contrôleurs d’octroi, commis, directeur général des tabacs47… Forcée, désignée ou autoproclamée, cette prise de fonction renvoie en partie à la dimension carnavalesque qui caractérise la Commune. Mais il ne faut pas oublier qu’elles apportaient un revenu, ni qu’elles conféraient du pouvoir : occuper un emploi administratif semble aussi avoir été, sous la Commune, un mode d’action politique (faire vivre la « Ville Libre »).

  • 48 Pour une première approche, nous nous permettons de renvoyer à notre article : « L’ordre public sou (...)
  • 49 D3U6-1, Renard Louis, usurpation de fonctions, 17 août 1871.
  • 50 D3U6-1, Bruma François, usurpation de fonction, 26 août 1871.

37Un examen approfondi serait riche d’enseignements48, mais pour ce qui nous intéresse ici il apparaît que dans la panoplie hétéroclite d’activités et de fonctions, certaines rappellent les policiers en tenue. Louis Renard, propriétaire d’une maison de tolérance, profitant de l’absence de commissaire de police, est devenu « fourrier d’ordre » dans le 14e arrondissement49. Dans ce rôle autoproclamé, il circulait seul dans le quartier, a procédé à de nombreuses arrestations, faisant peut-être fusiller certaines personnes. Pourtant, lors de son procès, en août 1871, le juge reçoit une grande pétition « des habitants du 14e arrondissement », qui le remercient d’avoir maintenu l’ordre dans les rues et d’avoir joué le rôle d’« agent de police » dans une période difficile. François Bruma, tailleur d’habit, aidait les sergents de ville depuis les troubles de 1869, puis, pendant la Commune, continue d’occuper ce rôle aux yeux des habitants de son quartier50. Le jeu est si convaincant qu’il est même arrêté par les gardes nationaux comme « ancien sergent de ville » et manque d’être fusillé. Un témoin, pourtant arrêté par Bruma sur dénonciation arbitraire, rapporte aussi au procès le soutien de nombreux habitants de son quartier, et demande l’indulgence en faveur de Bruma pour lequel il manifeste, dit-il, un vrai « respect ».

  • 51 R. Tombs, The Paris Commune, op. cit. p. 88-89.

38Ces situations sont difficile à comprendre : les références sont diverses, les statuts indicibles et les actions mal comprises. Elles confortent en tout cas les analyses de Robert Tombs sur la police sous la Commune51. Deux institutions existent en effet officiellement : la préfecture de Police, appelée « ex-préfecture de Police » depuis le 19 mars, et la Fédération de la garde nationale. Dans les quartiers, l’ordre est censé relever des nouveaux commissaires de police et des gardes nationaux que nous avons vus à l’œuvre. Mais Robert Tombs insiste surtout sur la variété des situations locales, toujours différentes. Des formes de police se sont ainsi spontanément organisées dans les quartiers, signalant la grande inventivité des Parisiens qui créent, avec l’accord tacite du voisinage (au sens large), des formes originales d’administration de la vie locale.

  • 52 Cette réappropriation des fonctions policières n’est pas neuve : Vincent Denis a montré ce processu (...)

39Elles procèdent apparemment d’un bricolage de divers modèles, et les policiers en tenue semblent en faire partie52. Cela est manifeste dans les termes (la référence au « sergent de ville » reste présente) comme dans les pratiques (les « agents » procèdent à des arrestations, s’appuient sur une proximité du quartier). Il faudrait une étude plus fournie, mais on peut se demander si, au-delà des significations politiques et des encadrements administratifs, la forme de police mise en place avec les sergents de ville ne fait pas désormais partie des modes de vie des habitants – au point qu’ils la réutilisent spontanément lorsqu’ils sont amenés à s’organiser seuls. La manière de faire serait, en quelque sorte, inscrite dans la pratique de la ville. La Commune, moment d’un rejet intense des sergents de ville, refléterait une fois encore combien, à la fin des années 1860, cette modalité policière était gravée dans l’espace parisien.

La sortie de la Commune, entre digestion et continuité

La « tunique de Nessus »

  • 53 R. Tombs, La Guerre contre Paris, Paris, Aubier, 1997 (1re éd., 1981).
  • 54 A. Corbin, « Le sang de Paris. Réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », loc. cit.

40L’expérience communarde, exceptionnelle et singulière, ne dure cependant que trois mois, de mars à mai 1871, sans jamais avoir pu s’installer réellement. Le « retour à l’ordre » est rapide, brutal. Robert Tombs a montré les modalités de ce massacre qui fut planifié par les généraux et mené par des soldats disciplinés, partis depuis l’ancienne capitale royale à l’assaut d’un ennemi fantasmé et diabolisé53. On en comprend peut-être mieux les enjeux, si l’on considère combien les éléments les plus quotidiens de la vie urbaine et administrative ont été détournés, modifiés et comme agressés en profondeur pendant ces quelques mois. Seul un massacre, retrouvant les formes d’une violence fondatrice ou purificatrice, pouvait peut-être, pour le nouveau pouvoir, arrêter net le phénomène54. La ville prise, les tueries durent une semaine et font en tout cas entre 15 000 et 20 000 morts. Suit le plus vaste processus judiciaire du xixe siècle qui fait passer près de 40 000 personnes devant les tribunaux militaires – sans oublier, à un degré moindre, le processus en correctionnelle que nous avons signalé. Le rôle des « gardiens de la paix mobilisés » dans cette réappropriation sanglante de la capitale est difficile à apprécier. Ils semblent avoir participé aux combats, accompagnant les troupes à l’intérieur de Paris, mais ils sont en même temps noyés dans la masse des militaires, ne représentant que 3 % des effectifs. Une fois Paris reconquise, leurs fonctions et significations sont extrêmement embrouillées : ils apparaissent comme les vestiges d’un Second Empire détesté, des héros du gouvernement légitime de Versailles, des ennemis des anciens communards, mais aussi des tueurs de la semaine sanglante, des militaires ou des policiers… Que faire de ces identités contradictoires ?

  • 55 Voir APP, DB 33 et 34.

41Les archives montrent d’abord une adaptation symbolique de cet agent. Associée au souvenir du régime déchu, la figure du sergent de ville du Second Empire concentre vite toutes les haines anciennes de la police, au point de servir de véritable défouloir. Ce policier est chargé de tous les défauts : l’agent bonapartiste manquait de tact, était brutal, violent, arbitraire, servait surtout des intérêts politiques et s’opposait aux citoyens… Ce souvenir à charge est omniprésent. Il est porté par les journaux républicains comme Le Siècle, Le Rappel ou Le Combat, qui prolongent une action discursive entamée dès 1869, mais on le trouve également, partagé ou regretté, dans des journaux plus proches de l’Ordre moral comme L’Ordre, ou bonapartistes comme Le Gaulois ou La Patrie. Un article de La Vie parisienne du 27 septembre 1872 signé « Ben » et intitulé « Pauvres sergents de ville » rend compte de son ampleur. Il s’agit du compte-rendu d’une représentation théâtrale, celle du Roi Carotte du dramaturge à succès Victorien Sardou55.

Le rôle qu’on fait jouer à certains personnages m’a révolté : ces sergents de ville grotesques, caricatures des sergents de ville d’autrefois, représentés lâches comme Basile, arrogants comme le Matamore de l’aventurière. Cela n’était ni juste, ni honnête […]. À ce qu’il paraît, les sergents de ville étaient odieux à l’héroïque peuple de Paris. C’est M. de Kératry qui l’affirme. Qu’ils fussent désagréables et détestés des assassins, c’est tout simple ; mais j’avoue que j’aimais fort, moi qui ne suis ni l’un ni l’autre, rentrant tard la nuit, rencontrer sur ma route ces braves gens faisant leur ronde. Leur épée n’était pas bien horrible, et quant à leur fameux casse-tête, je voudrais bien savoir qui ils ont assommé.

  • 56 V. Sardou, Le Roi Carotte, opéra féerie en 4 actes, sur une musique d’Offenbach.
  • 57 Le Siècle, 11 janvier 1879. « Quand le personnel aura été dix fois renouvelé, poursuit l’auteur, on (...)

42Le texte témoigne du climat de détestation du « sergent de ville d’autrefois », portée par la presse comme le théâtre56. Certes, « Ben » veut s’opposer à cette lecture, et se souvient d’autres images, comme l’efficacité dans la lutte contre les malfaiteurs, les rondes ou le caractère débonnaire, mais il confirme par cet effort qu’il se heurte bien à l’opinion la plus courante. La légende noire du sergent de ville du Second Empire, que l’on retrouve ensuite dans tous les historiques du régime déchu, se recompose et prend sa forme arrêtée dans les premières années d’après-Commune – au point qu’un journaliste du Siècle, journal républicain, la qualifie en 1879 de véritable « tunique de Nessus57 ». En opposition à cette figure honnie, un autre portrait, plus prescriptif, se dessine. Un article du Radical du 26 octobre 1871 en concentre les traits attendus. Pour lui,

la police dans les mains du conseil municipal perdra de sa grossièreté et de sa brutalité. Sachant qu’elle est faite pour nous, et non contre nous […] elle écoutera nos plaintes, y fera droit. Elle deviendra plus scrupuleuse à l’égard de la liberté individuelle ; elle sera plus polie dans ses bureaux, elle s’habituera à cette idée qu’elle doit avant tout servir le public. Elle sera l’agent de la loi, non d’un homme. Alors les habitants de la cité ne la considéreront plus comme une bande organisée contre la liberté des citoyens, mais comme une aide, un protecteur même, dont la moralité, la bonté et la politesse lui sont garanties. Et la police gagnera en respect ce qu’elle perdra en crainte et en haine.

43Explicites dans ce journal radical, ces exigences se lisent dans la plupart des autres titres. Elles n’ont à vrai dire rien de neuf et prolongent les discours qui émergeaient à la fin du Second Empire : la police doit être plus polie, moins brutale, faire preuve de tact, servir le public et se distinguer de la police politique. Mais elles s’affirment désormais plus ouvertement dans l’idée d’un « nouveau » policier.

44Ces deux versions, légende noire et attentes blanches, se nourrissent l’une l’autre et se développent conjointement au cours des années 1870, jusqu’à devenir des évidences du temps. À l’occasion de la mort d’un sous-brigadier des gardiens de la paix, Rocxin, Le Journal illustré, une feuille de divertissement à grand tirage, peut ainsi écrire dans son hommage, en 1880, que

  • 58 Le Journal illustré, 1er août 1880.

ces gardiens de la paix ne ressemblent pas aux sergents de ville de l’Empire ; ils sont polis et dévoués ; ils ne se servent plus de casse-tête et ils ont ordre d’accomplir doucement leur mission. Aussi le peuple, sentant en eux, non plus des ennemis mais des protecteurs, se plaît à leur rendre justice et à leur tendre la main58.

45L’idée est cette fois entendue. Elle peut faire l’objet d’usages politiques variés (on peut voir la trace des sergents de ville détestés partout, ou regretter l’inachèvement des attentes), mais elle sert de point de référence. Les mêmes thèmes et les mêmes images persistent donc avant et après la Commune, mais ils sont réagencés les uns par rapport aux autres (certains éléments, discrets auparavant, deviennent plus substantiels) : tout en prolongeant l’évolution précédente, la Commune semble avoir joué un rôle de catalyseur. Il s’agit surtout là d’un travail mémoriel, qui permet d’arranger un passé trop chargé et embrouillé. Cette redistribution des attributs exprime en effet un phénomène de digestion, en climat républicain, de la figure policière. Elle permet de cette manière l’intégration symbolique de ces policiers en tenue dans l’après-Commune, même si le regard sur la police devient plus prescriptif.

Persistances administratives et pratiques

  • 59 APP, DB 34. Elle est rédigée par le chef de la police municipale, M. Ansart.
  • 60 APP, DB 33. Il reprend très exactement, en ajoutant les nouvelles désignations, celui de 1869, qui (...)

46Ce processus de digestion symbolique est d’autant plus manifeste que l’organisation policière, de son côté, change peu. Les documents officiels d’après 1871 continuent de prendre la réforme de 1854 comme référence. Nous reviendrons plus loin sur la Note sur la réorganisation du corps des gardiens de la paix de septembre 1871, mais celle sur « le service de la police municipale » de juillet 187259 comme le règlement du service de cette même année60 montrent que le découpage administratif, la composition des brigades, le système des tournées et la surveillance des îlots sont maintenus dans les mêmes termes qu’avant septembre 1870. Le système londonien est également rappelé à chaque fois, tout comme les objectifs d’efficacité contre les malfaiteurs, ceux de prévention ou de protection des habitants. L’après-Commune poursuit même les évolutions entamées en 1854 : la garde nationale est dissoute ; l’armée se concentre de plus en plus sur une fonction de régénération nationale ; la garde de Paris devient la garde républicaine et ses missions se resserrent progressivement sur la surveillance des bâtiments officiels et sur un rôle d’apparat. Si elle s’occupe encore des théâtres et peut intervenir en cas d’émeute, elle délaisse les tâches de maintien de l’ordre quotidien qu’elle exerçait encore. En juin 1871, le président de la République exige d’ailleurs que tous les postes de garde nationale et de garnison de Paris soient désormais remplacés par des postes de police. La police en tenue devient nettement la seule force chargée du maintien quotidien de l’ordre parisien et le système de l’ordre se clarifie encore, achevant une évolution entamée en 1854.

  • 61 APP, DB 33.
  • 62 APP, DA 92, 93, 94 : « Budget et comptes de la préfecture de Police », années 1876, 1877, 1878.
  • 63 APP, DA 193 : « Police municipale, statistique des opérations, 1872-1900 ».
  • 64 Les agents ainsi partis entre 1892 et 1895 constituent virtuellement 30 % des mille cent agents rec (...)

47La continuité des agents accompagne celle de l’organisation. Il est beaucoup question à ce moment des épurations menées à la préfecture, mais ce thème participe aussi du travail de nettoyage symbolique que l’on vient d’évoquer. Comme le suggère l’inspecteur divisionnaire Archer dans un questionnaire remis aux archivistes Alfred Rey et Louis Féron en 1895, il semble que l’épuration ait touché les fonctions supérieures, mais pas les gardiens de la paix61. Des onze parcours de sergents de ville traversant la Commune que nous avons pu reconstituer, un seul a décidé de changer de métier. L’effectif est bien sûr trop mince, sans compter que les journaux évoquent une épuration qui se serait faite par le biais de retraites anticipées. Ces mises à la retraite, réelles, étaient néanmoins inévitables : en 1879, la génération nommée en 1854 a fait ses vingt-cinq ans de service et doit de toute façon céder la place. Par ailleurs, si les agents nommés en 1860 et 1866 ont pu partir après quinze ou seize ans de service comme cela se fait également (pour infirmité, maladie, etc.), beaucoup semblent être restés en poste malgré tout. En 1876-1878, la majorité des demandes de secours effectuée par des veuves des sergents de ville décédés après 1870 concerne des agents nommés sous le Second Empire62. Les registres recensant les opérations de la police municipale confirment le fait : en 1892 (ce type de données n’existe pas auparavant), cent sept gardiens de la paix partent à la retraite après vingt-cinq ans de service63. Cela correspond, à un an près, à la génération nommée en 1866, qui a donc continué son activité, sans compter que les chiffres s’élèvent encore à cent cinq en 1895. Il n’est pas possible, faute de sources, d’opérer une lecture plus fine du phénomène, mais il semble bien, confirmant d’ailleurs l’avis des administrateurs en place après 1871, que la préfecture ait largement conservé ses anciens agents, directement issus du Second Empire64.

  • 65 APP, DB 33, Mémoire de l’ex-sous-brigadier des gardiens de la paix Justin Jurand aux archivistes de (...)
  • 66 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 1871-1873.

48Reste à savoir s’ils ont exercé dans les mêmes quartiers. La question, essentielle, est difficile à aborder. Sur les onze parcours évoqués, un seul, Justin Jurand, auxiliaire en 1869, a changé. Sergent de ville dans le 15e arrondissement depuis 1870, il est à partir de 1871 gardien de la paix dans le 6e arrondissement. Devenu sous-brigadier, il y reste jusqu’en 189565. Le gardien Bier en revanche conserve la même adresse avant et après la Commune (1, cité des Fleurs, 17e). Ancien sergent de ville au poste des Moines en 1870, il est gardien de la paix à ce même poste en septembre 1871. Les cas des agents Abram et Angot sont plus intéressants encore : ces sergents de ville du quartier de Belleville sont en 1871 gardiens de la paix dans le même quartier, pourtant cœur chaud de l’insurrection communarde (ils conservent d’ailleurs leurs adresses). Si l’on perd la trace d’Angot, Abram apparaît en activité dans ce quartier au moins jusqu’en 187366 : des gardiens sont donc restés dans leurs anciens quartiers, quel que soit leur degré de participation à la Commune. Il est évidemment difficile de généraliser à partir de dix parcours qui ont une valeur plus exemplaire que représentative. Le plus sûr est de constater que, par choix politique et institutionnel, les principes, l’organisation et une partie du vocabulaire officiel ne changent pas, et que les agents, peut-être par nécessité, sont en grande partie restés les mêmes, parfois dans les mêmes quartiers. Qu’il n’arrive rien de particulier à ceux qui retrouvent leurs anciennes affectations, après des événements très violents, témoigne peut-être d’un désir plus ou moins partagé de retour à la « normale ».

  • 67 Voir F. Chauvaud, « L’élision des traces. L’effacement des marques de la barricade à Paris (1830187 (...)

49Les situations ordinaires le suggèrent. Dans les premières années qui ont suivi la Commune, comme par une inversion de l’expérience précédente, de nombreuses dénonciations d’anciens communards ou supposés tels ont pourtant eu lieu. Les habitants ont souvent eu recours aux gardiens de la paix, qui participaient ainsi aux négociations les plus infimes, locales et inavouables de la sortie de la Commune au sein des quartiers. Ces derniers ont également profité de la situation, se vengeant des agressions physiques ou symboliques subies au cours de la Commune, ou procédant à des arrestations justifiées par le seul qualificatif de « communard » (la plupart du temps, le commissaire ou le juge d’instruction relâchent les prévenus, signalant l’arbitraire d’un grand nombre de ces interventions). La Commune, de son côté, a au moins légué aux Parisien un stock d’injures suffisamment signifiantes pour provoquer des arrestations (« sergot », « Prussien », « Versaillais », « bonapartiste »). Ces références deviennent cependant plus rares dans les années 1875-1880. Très tôt par ailleurs, nous l’avons vu, les agents reviennent à leurs tâches « banales » et « habituelles ». Le retour des Parisiens ayant fui la capitale, la mort ou l’exil de nombreux communards jouent sans doute un rôle dans ce retour à la normale. À cela peut s’ajouter la volonté de tirer un trait sur un passé douloureux. Quoi qu’il en soit, les contraintes de la vie urbaine et les besoins des habitants imposent au final le retour des agents dans le rythme ordinaire de l’espace parisien, qui se recompose rapidement67. Les réquisitions d’agents restent par exemple aussi importantes avant et après la Commune. La persistance des dénominations est une autre trace de cette normalisation. Alors que ces agents sont désormais officiellement des « gardiens de la paix » et que la référence à l’Empire est accolée au terme de « sergent de ville », l’ancienne désignation continue d’être couramment utilisée. Elle l’est certes comme injure, mais également comme terme neutre. On la retrouve dans cette dernière acception dans les dépositions, dans la presse, au sein de l’Administration et même parmi les gardiens de la paix. Le terme résiste comme une désignation normale. Il décline, comme le montre une recherche en plein texte dans l’ensemble des sources consultées, dans les années 1880 (surtout dans la bouche des agents et sous la plume des institutions.) Mais d’ici là, en dépit des événements, des relectures politiques et des nouvelles dénominations, on continue d’utiliser l’appellation usuelle pour désigner cet agent et exprimer en un sens la continuité de sa présence quotidienne.

Les tentatives de militarisation et de municipalisation

  • 68 Voir J. Hélie, « Les Armes », in Les Lieux de mémoire, Nora P. (dir.), t. II, Paris, Gallimard, p.  (...)

50Les prolongements sont patents, mais quelques changements ou velléités de changements ont eu lieu. Le premier correspond à une tentative de militarisation. L’effectif policier est dans un premier temps considérablement augmenté. Par un arrêté du 20 juin 1871, le président de la République, Adolphe Thiers, le fait passer de 5 700 à 6 800 agents, provoquant, nous l’avions vu, un bond du rapport entre le nombre de policiers et celui des habitants. Sa signification est politique et doit être liée au rétablissement de l’ordre après la Commune et à la répression des anciens communards. Mais la mesure s’inscrit aussi dans une hésitation plus générale sur la nature de la police parisienne, comme l’indique la première Note sur l’organisation de la police municipale de juin 1871. Elle y affirme le prolongement des modalités de 1854, mais précise que les agents auront « une constitution plus militaire, et [seront] liés au joug d’une discipline plus sévère ». À Versailles, les gardiens de la paix ont été intégrés aux cadres de l’armée sous forme de « bataillons » et de « compagnies », et le préfet de police, le général Valentin, est un militaire. La perspective d’une militarisation est cette fois explicite. Cette orientation est cependant vite abandonnée, parce que semblant incompatible avec la nécessité d’un retour au calme. La presse a également vivement réagi, notamment à la phrase citée, suggérant que la militarisation correspondait mal aux nouvelles attentes et qu’elle contredisait l’idée, croissante depuis les années 1860, d’une police proche du public. Il faut aussi noter qu’en cette période d’Ordre moral, l’un des moteurs de la réaction a été l’honneur militaire. « Les gardiens de la paix ne sont pas liés au service : ils ne sont pas militaires », dit ainsi Le Français du 21 septembre 1871, une feuille pourtant libérale. « Nous savons bien que la plupart de ces hommes courageux sont d’anciens militaires ; mais, encore une fois, ils ne font pas partie de l’armée. […] Ils ne sont que des soldats de l’ordre. » Avec la perte de l’Alsace-Lorraine et l’épisode de la Commune, l’armée fait l’objet d’un surinvestissement symbolique68. La figure du soldat tend à cristalliser l’héroïsme, les valeurs viriles et les attentes nationales, renforçant l’écart entre domaine civil et domaine militaire. Le policier, au rôle ambigu, ne peut donc plus être associé à cette nouvelle image du soldat. La réaffirmation de son caractère civil va également de pair avec l’autonomisation de la figure du militaire après 1870.

  • 69 APP, Rapport du budget adressé au conseil municipal par M. Maublanc, 1874. La 7e commission, en 187 (...)
  • 70 APP, Rapport du budget adressé au conseil municipal par M. Murat, 1876.

51Ce changement est lié enfin à l’affirmation d’un nouvel acteur politique, le conseil municipal de Paris, qui va mener l’autre tentative de la période, la municipalisation. Le conseil municipal était complètement étouffé sous le Second Empire et ne servait qu’à entériner les propositions budgétaires du préfet de Police, dans une fiction de représentativité. À la sortie de la Commune, dans un cadre politique encore incertain, le conseil municipal cherche à exercer un rôle prépondérant sur la ville. Il s’oppose donc au projet de militarisation. Dès 1872, il se heurte à la préfecture de Police qui, avec la préfecture de la Seine avaient jusque-là la charge de l’administration parisienne. Un vif débat se déploie à coups de rapports au budget, de questions le concernant et de réponses de part et d’autre. Dans un premier temps, le Conseil demande la suppression pure et simple de la préfecture, résidu inutile selon lui du despotisme passé. Celle-ci n’ayant pas lieu, il exige ensuite une réévaluation des rôles dans les discussions sur le budget : entre 1872 et 1874, il demande régulièrement des précisions sur des points jugés « obscurs », refuse certains soutiens financiers, en discute le sens… Toutefois, si la préfecture est mise en cause, ce n’est pas le cas de la police municipale, à chaque fois épargnée. Les rapporteurs manifestent au contraire à plusieurs reprises leur adhésion à cette forme de police. En 1874, Maublanc, rapporteur de la 7e Commission, rappelle que cette police doit être faite par « des [agents] spéciaux qui connaissent personnellement les individus dans la vie publique et privée69 ». En 1876, Murat, souligne que « le système de la surveillance par îlots, que nous avons emprunté à la police de Londres, a habitué la population à compter sur l’aide et l’assistance de l’agent de police à tous les instants du jour et de la nuit70 ». Les conseillers, à gauche de l’échiquier politique et peu suspects de complaisance avec la préfecture, montrent ainsi l’acceptation parisienne de cette police visible.

52Ces soutiens expriment peut-être les effets politiques des relations nouées depuis 1854 dans les interactions quotidiennes. Plus largement, le projet du Conseil consiste à mettre en place une police civile, administrative et municipale. Il entend ainsi prendre le contrôle de la police municipale dans le cadre de la lutte de pouvoir qui oppose les deux institutions. C’est le second temps de l’opposition, de 1874 à 1878. La démonstration, répétée à chaque rapport, est simple. Si la police municipale reste sous la direction d’une institution dépendant du gouvernement, elle conservera une fonction politique. Pour devenir pleinement urbaine, elle doit être placée sous la direction de la municipalité. Ces arguments font écho à la reconfiguration du système de représentations que l’on a évoqué plus haut (la figure repoussoir du sergent de ville impérial est régulièrement convoquée). Les rapports de Murat, Cadet, Maublanc et Lacroix s’inscrivent dans cette ligne. Maublanc écrit ainsi en 1874 :

si la police municipale doit être la sûreté de la ville, sa garantie de travail et d’existence, elle peut être un agent brutal du despotisme et un moyen possible d’usurpation. De tristes et sanglants souvenirs peuvent faire naître sans exagération cette plainte.

  • 71 En 1877, le budget de la seule police municipale s’élevait à 13 858 800 F (APP, DA 183).

53Dans cette quête, le conseil municipal tente de résoudre le principal obstacle, la structure financière de l’énorme budget de la police municipale (une moitié est versée par l’État, l’autre par la municipalité71). Il demande donc systématiquement, pendant ces quatre années, une diminution des effectifs, généralement de moitié, qui correspond à ce que peut payer la municipalité (la moitié du total). L’exigence n’exprime donc pas un rejet de cette forme de police, mais au contraire la reconnaissance de son importance dans le fonctionnement urbain. Pour clarifier cette orientation, le rapporteur Cadet demande d’ailleurs au Conseil, en décembre 1876, de voter une augmentation du traitement des gardiens de la paix de 0,50 F par jour, qu’il obtient.

54La remise en cause de l’étatisation de la police municipale parisienne en resta pourtant là. À vrai dire, les conseillers municipaux peinent à concevoir des solutions alternatives : les rapports ressassent les principes de base, puis sont en général contraints, en guise de propositions, d’évoquer les débats qu’ils ont eus entre eux. De leur côté, les préfets de police et les gouvernements refusent de se priver du contrôle d’une telle force de police dans la capitale. La situation est donc bloquée. La tension entre les deux pouvoirs débouche sur une opposition ouverte : face aux silences préfectoraux, le conseil municipal décide en 1884 de ne plus voter les budgets. La somme est désormais directement inscrite sur le compte des dépenses par le ministère. Le conflit va durer neuf ans, maintenant au final le statu quo.

55L’épisode montre néanmoins que les questions qui touchent à cette police sont bien au cœur de la vie parisienne. Il présage aussi de l’affirmation du conseil municipal, comme en témoigne l’une de ses dernières interventions : en 1882, celui-ci demande une augmentation de 300 agents au préfet, qu’il obtient. Ce succès témoigne de la force de proposition dont le Conseil était en train de se doter, mais cette dernière requête, qui rompt avec la ligne politique suivie depuis dix ans, montre aussi que les affaires de police commencent, à ce moment, à se poser différemment.

1870-1871, un révélateur

  • 72 Le phénomène n’est d’ailleurs peut-être pas exceptionnel à ce moment. Voir l’analyse minutieuse de (...)

56L’organisation policière de 1854, ses modalités et ses représentations traversent donc la chute de l’Empire, la guerre de 1870, la Commune, et les débuts de la République. La guerre franco-prussienne et le moment communard apparaissent souvent comme un marqueur fort de changement, qu’il s’agisse du régime républicain, du mouvement ouvrier ou de l’affirmation de l’identité nationale. En matière de police municipale, c’est bien la continuité qui semble l’emporter72.

57Le poids des événements ne doit certes pas être négligé : la Commune rappelle que les évolutions décrites ne sont pas linéaires et que l’échange entre les policiers en tenue et les habitants, fort, n’allait pas nécessairement de soi ; la hausse des effectifs de mille cent hommes en 1871 est en outre substantielle, quand la période 1870-1880 voit s’affirmer de nouveaux acteurs et objets de débats, même s’ils n’auront d’effet qu’à partir des années 1880.

  • 73 Sur cette définition, voir G. Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, P (...)

58Que ce prolongement soit travaillé, adapté, n’en montre pas moins sa profondeur. Plus que tout autre exemple, cette traversée montre comment cette police visible, à l’interface de l’État et des Parisiens, relève certes des régimes et des politiques gouvernementales (la politique), mais qu’elle répond aussi à une évolution plus profonde et qu’elle est désormais incrustée dans les relations sociales quotidiennes (le politique73). Il faut néanmoins attendre les années 1880 pour que cette relation police-société commence à se fixer, de manière spécifique.

Notes

1 Il n’est en outre même pas sûr que cela soit possible (voir le constat de Jacques Rougerie, La Commune de 1871, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1988).

2 R. Price, The French Second Empire. An Anatomy of Political Power, Cambridge, CUP, 2001.

3 Voir P. Nord, The Republican Moment. Struggles for Democracy in Nineteenth-Century France, Cambridge, Harvard University Press, 1995.

4 Ces grèves ne peuvent cependant pas s’interpréter uniquement en termes d’opposition au régime, et répondent à des logiques plus variées (voir M. Perrot, Jeunesse de la grève, France 1871-1890, Paris, Seuil, 1984).

5 Voir B. Ménager, Les Napoléons du peuple, Paris, Aubier, 1988.

6 Journaliste et homme politique, Henri Rochefort (1830-1913) est l’un des principaux opposants au régime à la fin du Second Empire. Il fonde La Lanterne en 1868, est élu député de Paris en 1869. Arrêté le 7 février 1870 après avoir dirigé la manifestation du 22 janvier 1870 lors de l’enterrement de Victor Noir, il est incarcéré et libéré le 4 septembre. Louis Charles Delescluze (1809-1871) est une figure éminente de l’opposition républicaine. Clerc, puis journaliste, il participa activement aux révolutions de 1830 et 1848. Arrêté en 1853, il est emprisonné en Guyane jusqu’à son amnistie en 1859. Toujours aussi actif, il fonde à son retour Le Réveil, un journal qui défend les idées de la toute jeune Internationale.

7 Voir le travail essentiel de A. Dalotel, A. Faure, J.-C. Freiermuth, Aux origines de la Commune, le mouvement des réunions publiques à Paris, 1868-1870, Paris, Maspero, 1980.

8 Voir A. Dalotel, A. Faure, J.-C. Freiermuth, op. cit. C’est d’ailleurs la thèse principale de l’ouvrage : contre la thèse du vandalisme ou des provocateurs, ces mouvements révéleraient l’existence d’un ensemble décidé d’émeutiers, formés par les réunions publiques, révolutionnaires, travailleurs et fermement opposés à l’Empire.

9 T. Lindenberger, Straßenpolitik. Zur Sozialgeschichte der öffentlichen Ordnung in Berlin 1900 bis 1914, Bonn, 1995.

10 F7 12666, Rapports du préfet de police, 1870-1871.

11 F. Cardoni, La Garde républicaine, op. cit.

12 Ibid.

13 Dans un rapport du 11 juin 1869 à Rouher, Piétri évoque « le concours prêté spontanément par des citoyens à la force publique […]. On a entendu à ce moment des cris de “Vive l’Empereur !” et le lendemain, au ministre de la Guerre : “On applaudissait hier la garde de Paris, la troupe, les sergents de ville : un de ces agents a même été porté en triomphe […]” » (cité dans F. Cardoni, op. cit.).

14 L’Empereur surveille de près son image dans une phase de bouleversement comme celle-là. Vu les modalités de mise en place du régime et ses principes, c’est elle qui en définitive assoit réellement son pouvoir (voir B. Ménager, op. cit.).

15 La loi libérale du 11 mai 1868 supprime l’autorisation préalable, les avertissements et abaisse le droit de timbre. Le nombre de journaux politiques augmente alors fortement, même si le régime continue d’en interdire régulièrement un certain nombre (voir C. Bellanger, J. Godechot, P. Guiral, F. Terrou, Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 1969, t. II).

16 D’autres sondages ont été opérés en deux moments différents, la manifestation manquée du 26 octobre et l’enterrement de Victor Noir, pour conforter l’analyse.

17 La suspicion s’exprimera plus franchement deux jours plus tard lors du procès dit « des blouses blanches ». Le 12 octobre, au cours de l’instruction des manifestants de juin, la presse républicaine « invente » les « blouses blanches », selon Alain Dalotel et Alain Faure, c’est-à-dire les infiltrations policières (en fait, elle reprend un thème plus ancien). Pour les auteurs, il s’agit d’un « mythe » inventé par des républicains modérés pour nier le caractère réellement révolutionnaire des émeutes.

18 Voir A. Corbin, « Le sang de Paris, réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », in Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, Flammarion, 1998, p. 215-226. La fin du Second Empire aurait ainsi marqué une étape depuis 1850. L’exemple confirme ici l’idée d’un changement général des sensibilités et montre que la crainte du sang ne concerne pas les seuls débordements populaires, mais aussi ceux de la police. Il faut rappeler qu’exactement à cette période, les unes ressassent les crimes de Troppman qui viennent d’être découverts.

19 Nous mettons des majuscules au terme « Peuple », quand il est compris, dans les discours ou les raisonnements de l’époque, comme une entité à part entière et presque personnalisée.

20 « Il faut montrer au Peuple par un enseignement bien compris de l’histoire que la grandeur […] n’est jamais dans la force brutale. » (Le Rappel, 15 octobre 1869, à propos de la manifestation du 26 octobre.)

21 ADVP, D2U8-10, Mallet Pierre, provocation des militaires à la désobéissance, 12 juillet 1870.

22 D’après le rapport du procureur général, confirmé par les témoins et l’inculpé lui-même. Nous signalons si les versions discordent.

23 Voir F. Cardoni, op. cit.

24 A. Dewerpe, Le Monde du travail en France, op. cit.

25 Peut-être cette identité concerne-t-elle d’ailleurs plus largement le Nord-Est parisien.

26 Voir R. Price, The French Second Empire, op. cit.

27 Alain Dalotel et Alain Faure notent avec justesse que les mouvements de rue les plus durs sont toujours liés à un événement électoral, qu’il s’agisse de sa préparation ou de ses résultats. Tout se passe comme si les deux présentaient des options complémentaires de l’action politique.

28 S. Hazareesingh, From Subject to Citizen: the Second Empire and the Emergence of Modern French Democracy, Princeton, PUP, 1998.

29 S. Audoin-Rouzeau, op. cit.

30 S. Rials, Nouvelle histoire de Paris, t. X, De Trochu à Thiers, Paris, Hachette, 1985.

31 Un pantalon en drap de couleur bleu foncé, un gilet droit de même couleur, une casquette à visière carrée et une vareuse à capuchon, également bleu foncé.

32 Alfred Rey et Louis Féron en proposent une chronologie assez détaillée dans leur Histoire des gardiens de la paix, op. cit.

33 APP, Dossier « Victimes du devoir », sous-brigadier Vincenzini, 26 février 1871.

34 Tous les bataillons de la garde nationale, « même des beaux quartiers », sont alors présents (J. Rougerie, La Commune de 1871, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1988).

35 Dossier « Victimes du devoir » de Vincenzini, Rapport du chef de la police municipale au préfet de police, 27 février 1871, puis Rapport du chef de division au préfet de police, 28 février 1871.

36 A. Corbin, Le Village des cannibales, Paris, Flammarion, 1995 ; J.-N. Luc, « L’assassinat du gendarme Bidan à Clamecy en 1851 », Société & Représentations, n° 6, juin 1998, p. 396-404.

37 A. Rey et L. Féron, Histoire du corps des gardiens de la paix, Paris, Firmin-Didot, 1896. (La garantie de certaines des informations fournies dans cet ouvrage est expliquée au chapitre 8.)

38 J. Rougerie, op. cit.

39 Pour cela, voir APP, DB 34 (op. cit.), et surtout le compte-rendu de Rey et Féron (ce sont eux qui ont récolté les documents rassemblés dans ce carton).

40 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, Seuil, 2003 (voir notamment la nouvelle préface).

41 ADVP, D2U6-5, Femme Crussard, arrestation illégale, vol, 26 juillet 1871. Lettre du sergent de ville Amouroux au procureur général de la République du 11 juillet 1871.

42 Cette liste est établie par Jacques Rougerie (op. cit.) et Robert Tombs (The Paris Commune, London, Longmann, 1999).

43 ADVP, D2U6-9, Bourguignon Alexis, complicité d’arrestation illégale, 5 septembre 1871.

44 Eugène Louis Protot (1839-1921), avocat, est délégué à la Justice sous la Commune. Son action s’est concentrée sur la lutte contre l’arbitraire policier du délégué à la Sûreté Raoul Rigault, alors à la tête de la préfecture de Police.

45 APP, Dossier « Victimes du devoir », Sonnet. La plupart des autres informations sont tirées de ces dossiers ou des archives judiciaires.

46 E. Fournier, Paris en ruines. Du Paris haussmannien au Paris communard, Paris, Imago, 2008.

47 Liste non exhaustive établie à partir des dossiers D2U6-4, D2U6-5, D2U6-9 (tribunal correctionnel, 1871).

48 Pour une première approche, nous nous permettons de renvoyer à notre article : « L’ordre public sous la Commune », in V. Denis, B. Gainot (dir.), Un siècle d’ordre public en révolution, Société des études robespierristes, n° 11, 2009, p. 165-168.

49 D3U6-1, Renard Louis, usurpation de fonctions, 17 août 1871.

50 D3U6-1, Bruma François, usurpation de fonction, 26 août 1871.

51 R. Tombs, The Paris Commune, op. cit. p. 88-89.

52 Cette réappropriation des fonctions policières n’est pas neuve : Vincent Denis a montré ce processus à propos des commissaires de police pendant la Révolution française. En 1871, la pratique s’avère adaptée aux nouvelles formes de contrôle social (inspecteurs de la Sûreté, police en tenue), suggérant une réitération dynamique.

53 R. Tombs, La Guerre contre Paris, Paris, Aubier, 1997 (1re éd., 1981).

54 A. Corbin, « Le sang de Paris. Réflexions sur la généalogie de l’image de la capitale », loc. cit.

55 Voir APP, DB 33 et 34.

56 V. Sardou, Le Roi Carotte, opéra féerie en 4 actes, sur une musique d’Offenbach.

57 Le Siècle, 11 janvier 1879. « Quand le personnel aura été dix fois renouvelé, poursuit l’auteur, on verra encore passer la poignée des casse-tête par les poches des tuniques. »

58 Le Journal illustré, 1er août 1880.

59 APP, DB 34. Elle est rédigée par le chef de la police municipale, M. Ansart.

60 APP, DB 33. Il reprend très exactement, en ajoutant les nouvelles désignations, celui de 1869, qui était déjà la copie conforme de celui de 1856.

61 APP, DB 33.

62 APP, DA 92, 93, 94 : « Budget et comptes de la préfecture de Police », années 1876, 1877, 1878.

63 APP, DA 193 : « Police municipale, statistique des opérations, 1872-1900 ».

64 Les agents ainsi partis entre 1892 et 1895 constituent virtuellement 30 % des mille cent agents recrutés en 1866, ce qui est important compte tenu de la minceur des dates documentée et du temps passé.

65 APP, DB 33, Mémoire de l’ex-sous-brigadier des gardiens de la paix Justin Jurand aux archivistes de la préfecture de Police, 15 mai 1895.

66 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 1871-1873.

67 Voir F. Chauvaud, « L’élision des traces. L’effacement des marques de la barricade à Paris (18301871) » dans La Barricade, A. Corbin, Mayeur J.-M., (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 269-282. Ils sont organisés et voulus par les gouvernements vainqueurs, mais aussi, comme le montre l’article, par la population qui reprend très vite ses anciennes pratiques, comme la promenade sur les Boulevards.

68 Voir J. Hélie, « Les Armes », in Les Lieux de mémoire, Nora P. (dir.), t. II, Paris, Gallimard, p. 3235-3277 et surtout O. Roynette, Bons pour le service, op. cit.

69 APP, Rapport du budget adressé au conseil municipal par M. Maublanc, 1874. La 7e commission, en 1874, est chargée des questions concernant le domaine de la ville et la préfecture de Police.

70 APP, Rapport du budget adressé au conseil municipal par M. Murat, 1876.

71 En 1877, le budget de la seule police municipale s’élevait à 13 858 800 F (APP, DA 183).

72 Le phénomène n’est d’ailleurs peut-être pas exceptionnel à ce moment. Voir l’analyse minutieuse de l’armée menée par Jean-François Chanet (Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 1871-1879. Rennes, PUR, 2006).

73 Sur cette définition, voir G. Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540