Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Première partie. La visibilité en action (1854-1880)

Chapitre 3. L’école de la rue

Texte intégral

« Observez l’observateur observé »
W. S. Burrough, L’Ombre d’une chance.

1Que se passe-t-il dans le quotidien des avenues, rues et chemins qui composent le tissu de la ville ? La présence inédite des sergents de ville, même pour une population habituée au contact des forces de l’ordre, ne peut en effet laisser indifférent. Des policiers en tenue, visibles, porteurs d’une fonction et d’une image marquante, circulent désormais, seuls, au contact direct du monde urbain. Ces anciens militaires ne sont, de plus, pas formés, connaissent mal les contours de leurs fonctions et habitent dans leur quartier d’exercice. Ils instaurent donc sur le terrain une interaction tout à fait particulière.

  • 1 J.-P. Brodeur, « La police de proximité aux États-Unis : les incompatibilités des pratiques policiè (...)
  • 2 E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, t. I, La Présentation de soi, et t. II, Les rel (...)

2L’approcher n’a rien de simple. L’étude des statistiques de l’activité, si utile pour l’analyse du travail policier, ne peut aider ici. Il est impossible de composer des séries documentaires cohérentes et la démarche n’est pas adaptée à cette forme de police plus préventive : comment, rappellent les sociologues, évaluer les délits qui n’ont pas eu lieu1 ? De plus, ne nous intéressent pas ici les seules arrestations, mais bien les relations et les réactions qui se tissent avant ou à côté de celles-ci. Le plus simple peut alors être de recourir à la méthode d’analyse qui fait de ces interactions l’objet même de sa démarche, à savoir la sociologie interactionniste, telle qu’elle a été élaborée par Erving Goffman au cours des années 1960-19702. Il n’est bien sûr pas question d’importer tels quels des concepts et des démarches inscrits dans leur contexte de production, en un moment et un lieu très différents.

3Cette police semble cependant bien imposer ce type d’analyse. Les formes de son activité impliquent une attention aux échanges informels et aux rencontres en face-à-face. La correspondance est peut-être plus justifiée encore. Si l’on revient à 1829, l’arrêté de création des policiers en uniforme précise en effet que la tenue sert certes à manifester l’autorité, mais aussi à pousser l’agent, rendu visible, à ne pas déroger à sa fonction : en un sens, ce sont la mise en visibilité et le jeu des regards qui, seuls, sont censés faire ordre. On retrouve une réflexion courante des débats politiques chez les élites du premier xixe siècle, selon laquelle l’interconnaissance et le poids du regard de l’autre est un élément essentiel de l’ordre social. D’une certaine manière, on peut se demander si la mise en uniforme ne visait pas aussi à insérer une visibilité d’État au cœur de ces jeux de regards, pour agir sur la population comme sur les agents. Cela permet d’ailleurs de mieux comprendre certaines dispositions préfectorales comme la faible exigence de formation. En tout cas le policier illustre bien, littéralement, une police de l’interaction et l’analyse interactionniste apparaît un outil adapté. Ce ne sont cependant pas les conclusions proposées par cette sociologie qui nous intéressent, mais la démarche : observer ce qui se joue dans les relations en face-à-face, en prêtant attention au déroulement de l’action et aux ajustements plus imperceptibles que recèlent les paroles, les gestes ou les regards. Il devient à partir de là possible de voir ce qu’est le policier en tenue au quotidien, les personnes qu’il rencontre dans la rue, les éléments plus ou moins structurants qui pèsent dans ces interactions et ce qui s’y noue, sans en prédéterminer l’issue.

  • 3 Sur ces questions, voir H. S. Becker, « La théorie de l’étiquetage, une vue rétrospective (1973) », (...)

4Se pose immédiatement le problème des sources, d’autant que les travaux d’Erving Goffman se sont largement appuyés sur le principe de l’observation directe. Celle-ci n’est cependant pas non plus « transparente », et bien des auteurs utilisent aussi des sources imprimées pour leurs analyses3. Les archives policières et judiciaires offrent ici un moyen de saisir ces échanges. Nous avons présenté en introduction les précautions d’usage à leur propos. Rappelons que mobilisées avec prudence, en prêtant attention aux écarts de formulations, aux jeux entre la catégorisation et les faits indiqués ou au croisement des versions lorsque cela est possible, elles permettent d’approcher ces rencontres.

  • 4 C’est ce que Howard Becker appelle « l’induction analytique pas trop rigoureuse ». Pour des recherc (...)
  • 5 En ce sens, la démarche s’inscrit davantage dans les prolongements récents de la sociologie interac (...)

5Reste la question de la représentativité : les archives ne risquent-elles pas de focaliser l’attention sur des groupes que l’on pourrait qualifier trop vite de « populaires » (pour des raisons également contingentes, beaucoup des dossiers conservés traitant d’abord des 11e et 20e arrondissements) ? Elles portent de plus, par définition, la trace d’échanges qui se sont a priori mal déroulés. Dans le détail, la plupart des arrondissements sont néanmoins couverts et les situations comme les acteurs plus variées. Une double approche a été adoptée pour aborder le problème. Nous avons procédé en premier lieu à une « pensée par cas » : il s’agit d’étudier, dans ses limites documentaires, chaque échange ou morceau d’échange en tant que tel. Dans cette optique, les situations récurrentes avaient autant d’importance que les « cas négatifs » (qui contredisent les premières analyses) ou les cas exceptionnels (la faible présence dans les sources ne signifiant pas faible présence sur le terrain). En dégageant les éléments en jeu et en les articulant entre eux en des « réseaux de cas », il devenait possible, par ajustement constant, de préciser les phénomènes observés et de redéfinir les hypothèses élaborées4. Par ailleurs, nous connaissions certains éléments structurants de la relation (attentes hiérarchiques, organisation du service, structuration du corps, stéréotypes5…), ce qui permettait de mieux comprendre les situations de terrain, et, par comparaisons, d’affiner les analyses. La démarche demeure fragile, mais elle a permis ce faisant de pénétrer davantage au cœur de ces échanges et confrontations, qui sont un enjeu essentiel de cette relation.

Un ordre des apparences

Faire de la rue un espace fluide et sans relief

6Lorsqu’ils sont dans la rue, les agents appréhendent cet espace d’abord par les sens, le plus souvent, d’après les rapports, la vue et l’ouïe. Cette précision peut paraître inutile par son évidence. Son enjeu est pourtant réel. Le champ d’action des agents se limite de fait à leur environnement sensoriel : ils réagissent à ce qui s’y déroule ou aux informations de l’extérieur qui leur parviennent. Cette appréhension est de plus reconnue par la préfecture, qui insiste à plusieurs reprises sur l’attention dont doit faire preuve l’agent.

  • 6 ADVP, VI1/1.

Plus que jamais je recommande aux agents une surveillance des plus assidues, des plus exactes pour surprendre les malfaiteurs qui commettent des vols audacieux, je rappelle à cette occasion que pendant leur ronde les agents doivent se préoccuper du moindre bruit qu’ils entendent car souvent en recherchant la cause de ces bruits ils parviendraient à surprendre les auteurs de ces tentatives criminelles […]6.

7note le sergent de ville Rouch sur son carnet de rapport le 16 décembre 1866. Le rappel à l’ordre de l’officier de paix suggère que la surveillance laisse à désirer, mais il confirme aussi que les policiers en tenue, même pour la préfecture de Police, sont de véritables bornes sensorielles placées dans l’espace urbain. Le fait correspond à la nature même de leur activité. Juridiquement, comme le rappellent les règlements de police, le sergent de ville n’a en effet pas le droit de mener des enquêtes. Ses rapports n’ont pas valeur de procès-verbaux et sa mission consiste bien à surveiller la rue, à détecter tout ce qui a l’air « anormal » et à l’en évacuer le plus vite possible. C’est le commissaire de police qui, dans un second temps, fait un tri entre les interventions. L’ordre instauré par le policier en tenue est donc, plus que le fruit d’une stricte application des règlements qu’il connaît mal, un ordre des apparences sensibles et immédiates.

  • 7 Il est difficile de distinguer un seul « motif » pour des interventions qui relève d’un processus p (...)

8Cette police est ainsi avant tout réactive comme le montrent les dossiers des tribunaux correctionnels et les carnets de rapport des agents7. Ils interviennent le plus souvent pour des troubles qui perturbent avec évidence le « cours ordinaire des choses » : assassinats, incendies, rixes, rassemblements, chocs de voitures et accidents de toutes sortes. Le 24 septembre 1869, le sergent de ville Cantat, du 19e arrondissement adresse le rapport suivant au commissaire du quartier :

  • 8 ADVP, D2U6-3, Burch Joseph, blessures involontaires, 21 octobre 1869.

Nous avons l’honneur d’informer Monsieur Saguet Commissaire de police du quartier du Pont de Flandres que vers 4 h ½ de relevée rue d’Allemagne en face le n° 4 le nommé Burch Joseph, âgé de 34 ans […] a accroché et renversé sur la chaussée le nommé Diné Louis, âgé de 55 ans […] lequel conduisait une voiture chargée de plâtre attelée de trois chevaux dans sa chute il a été blessé à la jambe et au bras gauche. M. le commissaire de police informé directement par le sergent de ville Vincent […]8.

  • 9 M. Roncayolo, « La production de la ville », loc. cit.

9Le récit illustre les modalités d’intervention : arrivés sur les lieux, les agents informent le commissaire du quartier, distribuent les soins et libèrent la rue. Puis ils rédigent un rapport décrivant en termes parfois techniques le déroulement supposé de l’accident. Cette rédaction, nourrie des états-civils et de formules administratives plus ou moins adéquates, met un point final à « l’événement ». Elle aide bien sûr à l’évaluation postérieure des torts, mais elle achève aussi la normalisation symbolique après la remise en ordre concrète effectuée sur le moment. Plus nombreux, plus présents dans la rue, les policiers en tenue procèdent à une mise en mot des détails du quotidien qui est aussi un enjeu de pouvoir. Par ailleurs, ils facilitent l’évacuation des incidents, heurts et scories qui bousculent l’espace parisien. Ils participent ainsi à la plus grande fluidité de la vie urbaine, à une période où son rôle est croissant9.

  • 10 ADVP, VI1/1, op. cit.
  • 11 Ce terme (qui exprime tout ce qui est en dehors des définitions judiciaires) est peut-être préférab (...)
  • 12 La violation de domicile par un fonctionnaire est passible d’une peine de prison de six jours à un (...)

10L’ordre que l’agent doit faire respecter dépend aussi des perceptions des habitants. Souvent, c’est la population qui met le policier au courant des troubles. Il se doit d’être sensible aux bruits, cris, rumeurs de la rue. Les demandes peuvent se faire également plus précises, variées et explicites. L’agent est en effet tenu, selon le terme officiel, de répondre aux « réquisitions » de la population. On fait donc appel à lui pour des vols, des défauts de paiement, des agressions ou des menaces de morts, qu’elles soient réelles ou présentées comme telles à son arrivée. Les carnets de rapport et les mains courantes des commissariats, qui consignent l’ensemble des interventions « avant tri », montrent la plus grande ampleur du phénomène. Le 25 juin 1868, dans le quartier de la Folie-Méricourt encore, le sergent de ville Morand est par exemple requis « à 8 h 1/2 du matin » par le marchand de vin de la rue Sedaine n° 93 afin d’arrêter un enfant « pour insultes envers la femme du requérant chaque fois qu’il passe devant la porte10 ». La demande sort ici du strict champ de compétence de l’agent. En général, ces incidents, fréquents, se résolvent au poste, devant le commissaire, ou le plus souvent sur place. On observe en tout cas un véritable usage social, par les habitants, du policier en tenue, qui participe de cette manière aux micro-régulations sociales qui organisent la trame des quartiers. L’agent est ainsi littéralement noyé dans ce que l’on pourrait appeler l’extrajudiciaire11 – sachant qu’à son niveau, celui de la rue quotidienne, la distinction entre les domaines normatifs n’a pas de sens : tout est constamment mêlé. L’incompatibilité des divers systèmes normatifs s’impose cependant parfois, se révélant alors. Le 7 avril 1872, à 1 heure du matin, l’ouvrier forgeron Joseph Cambre demande aux agents Fort et Marchal de faire ouvrir la porte de son garni que le logeur tient close. La préfecture insiste cependant très fermement sur le respect de la propriété privée et du domicile12. Les deux agents expliquant qu’ils ne peuvent intervenir, Delcambre rétorque : « En voilà de sales sergots, pourquoi êtes-vous donc là ? » – injure qui justifie, pour les deux policiers, l’arrestation. Les logiques à l’œuvre dans la définition de ce qu’est l’« ordre » peuvent donc être concurrentes et dessiner d’inévitables hiatus. En même temps, l’exemple témoigne d’une pratique acquise, devenue « normale », du recours au policier en tenue.

La police des déviances ordinaires

  • 13 Voir H. S. Becker, Outsiders, op. cit.
  • 14 Selon Howard Becker, la déviance serait aussi une activité collective complexe, nécessaire à la vie (...)

11Le policier opère toutefois plus directement, ce qui fait d’ailleurs sa nouveauté : inséré dans le tissu urbain, dans la logique d’une police préventive, il doit repérer et sentir de lui-même ce qui « fait désordre » dans l’espace urbain, avant ou sans qu’on vienne le chercher, puis intervenir. Qu’est-ce qui, alors, engage le policier dans l’action ? Indépendamment des incidents, les occasions à vrai dire ne manquent pas. La rue a ses propres seuils de tolérance et ses modes de régulation. Variés, informels, plus ou moins intenses selon les personnes et les activités, ils constituent autant de normes, locales ou non, que l’agent peut avoir à faire respecter. Le nombre de lois et règlements que le policier est censé appliquer, par ailleurs, occupe des centaines de pages dans les manuels, sans compter que l’institution insiste plus particulièrement sur un ou deux points à chaque prise de service. Potentiellement, le nombre d’interventions est donc très vaste. Se pose ici le problème des « déviances » dans la rue, aux deux sens du terme, c’est-à-dire la transgression effective de la norme ou de la loi (une personne vole de l’argent), mais aussi la perception de la transgression par les personnes présentes (le vol est immédiatement visible ; telle personne, parce qu’elle a l’air anormal, est suspectée d’être le voleur). Ces deux définitions ne sont pas exclusives et la frontière qui les distingue n’est jamais nette13. Le policier en tenue s’occupe bien sûr des phénomènes de déviance dans leur ensemble, mais, dans la pratique d’un ordre des apparences, il a surtout affaire à leurs manifestations sensibles. Vu la pluralité des règles, les sans doute multiples et incertaines transgressions, les masques adoptés, les tolérances acquises, les attentes plus ou moins exprimées (sans oublier les propres seuils de tolérance de l’agent), les situations ne sont jamais limpides, comme le montre souvent l’indécision des termes (par exemple, la difficulté à qualifier de « rixe » deux personnes qui en sont venues aux mains, etc.). Les arrestations ne procèdent donc pas d’une simple équation fait – intervention, mais d’un processus qui consiste à repérer, dans une rue, parmi tous les faits incertains qui s’y déroulent, un élément précis parmi d’autres, à le sélectionner, l’identifier, intervenir puis en rendre compte par écrit. Ce faisant, l’agent est également pris dans les incessantes et multiples déviances, de tous niveaux, qui composent l’ordinaire de la vie urbaine : agissant dans un univers mouvant, ses interventions s’inscrivent au sein même de ce bruissement14.

12Cela ne signifie pas que sa présence ou son action ne modifient en rien ces jeux de la déviance et de la régulation. L’agent porte d’abord la loi et les règlements dans l’espace quotidien. De plus, son insertion au cœur de la rue altère l’équilibre entre sanction informelle et sanction formelle : il rend cette dernière plus facilement applicable, qu’il soit requis ou qu’il intervienne lui-même. Les Parisiens, on l’a vu, utilisent en diverses occasions la disponibilité du policier pour régler un certain nombre de micro-conflits (insultes, défaut de paiement, tromperies diverses…). Ces affaires trouvent à l’évidence d’autres formes de résolution, mais cet usage se comprend dans la mesure où la menace de l’intervention est efficace. C’est le second point. Ces interventions potentiellement plus nombreuses sont ensuite des événements marquants dans l’espace urbain. Il faut en rappeler le déroulement : un policier arrive, interrompt une action en cours, puis sous le regard de tous, soustrait une ou plusieurs personnes de la rue, les emmène au poste ou au commissariat, où elles sont tenues de donner leur état civil, avant de subir éventuellement une sanction. Qu’il n’y ait finalement pas d’amende ou de poursuite n’enlève rien au sens de l’événement. « Arrêter quelqu’un », cela signifie que le policier « arrête » le cours normal des choses, met une personne « hors-jeu » et la désigne comme telle au public présent. L’« arrestation » constitue une sorte d’humiliation : dans une société où l’honneur joue un rôle essentiel, surtout dans ce lieu d’exposition qu’est la rue, elle constitue sans doute un réel enjeu. C’est peut-être en ce sens qu’il faut comprendre le refus parfois exprimé d’un contact physique avec l’agent, ou le fait qu’on lui dise souvent, d’après les rapports, qu’il « a les mains qui salit » : la main policière salit effectivement les réputations et les identités sociales. Du fait de ces dispositions, la nouvelle présence policière provoque sans doute aussi une moindre visibilité des transgressions et un plus grand contrôle des dissimulations.

L’application des catégories de « grande déviance »

  • 15 Par exemple : M. Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975 ; D. Kalifa, L’Encre et le S (...)

13Les effets de la présence policière sont toutefois plus directs dans les cas de « grandes déviances ». Nous entendons par là la désignation d’une déviance qui suscite une intense inquiétude sociale et trouve une traduction juridique (vote d’une nouvelle loi ou réactivation de dispositifs légaux antérieurs), facilitant l’intervention policière. La période étudiée est précisément celle où commencent à se fixer, à des rythmes variés, des grandes catégories de déviances. Dans la lignée des travaux de Michel Foucault, les historiens ont étudié ce processus pour ce qui concerne le crime, le vagabondage, la jeunesse, l’homosexualité, la drogue, l’alcoolisme15… : entre la fin du xixe et le début du xxe siècle ces gestes, états ou statuts semblent perçus par le corps social comme déviants, ou plus déviants qu’auparavant, en regard de normes partagées ou en cours de reconfiguration. Ils suscitent une inquiétude renouvelée, investie par l’imaginaire collectif. Le phénomène varie selon les cas, mais une fois la menace définie, celle-ci implique une réaction des autorités, qu’elle soit policière, législative (ou les deux) et la préfecture de Police insiste alors particulièrement sur leur surveillance ou leur répression. Il convient donc de se demander comment ces normes et ces catégories sont appliquées dans la rue par les policiers en tenue, notamment pour les cas plus fréquents : le crime, le vagabondage et l’alcoolisme.

  • 16 ADVP, D2U83, Paquot Eugène, Paquot Ernest, Debouy Eugène, vols et violence, 23 mai 1867.
  • 17 D. Kalifa, « L’attaque nocturne », Société & Représentations, n° 4, 1997, p. 121-138.

14La peur sociale croissante à l’égard du crime au cours du xixe siècle est connue. Elle constitue la justification majeure de la « nouvelle dynamique de l’ordre » et la préfecture rappelle l’importance de cet enjeu jusque dans ses exhortations quotidiennes. Rien d’étonnant à ce que, au moment où s’affirme l’inquiétude face aux voleurs et aux jeunes rôdeurs, les policiers accordent une attention particulière à tout ce qui pourrait ressembler à un « criminel ». L’affaire ne fait parfois pas de doutes, comme ce soir du 16 février 1867 où les agents entendent, rue de Charonne, les cris « Au voleur ! à l’assassin ! » ; ils accourent et trouvent un homme, Bailly, étendu à terre. Celui-ci leur explique que trois hommes viennent de le frapper et d’essayer de lui voler son argent, puis désigne une maison où les agresseurs se sont cachés et où les agents vont les chercher16. Il s’agit d’une agression nocturne, dont la signification est sans doute d’autant plus forte pour les protagonistes qu’elle est un thème fort de l’angoisse sociale du temps17. Dans d’autres cas, les agents accordent une importance particulière à ce qu’ils appellent les « allures suspectes ». Le « coup d’œil » des sergents de ville, source de fierté professionnelle, ne s’avère ni totalement vain, ni totalement efficace. Les exemples abondent, mais ce que l’on pourrait appeler les « choix de Legrand » en illustre le mieux les modalités. Le 23 août 1871, une plainte pour vol est déposée par une veuve Guérin chez le commissaire de police. Disposant d’un mandat d’amener, le magistrat ordonne aux agents placés sous ses ordres d’être particulièrement vigilants. Le soir même, le sergent de ville Legrand rend compte d’une arrestation qu’il vient d’opérer :

  • 18 ADVP, D2U6-10, Provost Charles Louis, vol et infraction à la loi du 3 décembre 1849, 20 septembre 1 (...)

[…] J’ai arrêté vers les 7 heures du soir sur le pont du Canal deux individus de mines suspectes, les ayant conduit devant les témoins qui ont reconnu l’un d’eux, le nommé Provost comme étant auteur du vol susmentionné. L’autre m’ayant paru être complice et d’allure suspecte et sans domicile, je les ai consigné au dépôt de la Sûreté à la disposition de M. Le commissaire de police. Fouillés, rien en leur possession (etc.)18.

15L’exemple est éclairant, dans la mesure où l’agent arrête ces deux personnes sur la seule base de leur allure. Or il apparaît rapidement que si Provost est bien le coupable, l’autre est un chiffonnier, innocent et rapidement libéré. Dans sa perspective, Legrand a cependant fait son travail en arrêtant des individus qui n’avaient pas l’air « normal », et qui pouvaient être les voleurs recherchés. Les « choix de Legrand » témoignent des liens et des glissements qui unissent la suspicion et la transgression effective. Ils montrent également ceux qui associent la logique du policier en tenue, fondée sur l’apparence immédiate, et celle de l’enquête du commissaire, censée établir ensuite les culpabilités à partir de l’analyse d’indices : elles ne sont ni pleinement convergentes, ni pleinement divergentes – toutefois leur articulation pèse sans doute dans l’application des lois, en amont de l’activité judiciaire.

  • 19 J.-F. Wagniart, Le Vagabond à la fin du xixe siècle, op. cit.
  • 20 À ce sujet, voir A. Nugues-Bourchat, « Hors des rythmes urbains ? Aspects de la fragilité populaire (...)
  • 21 ADVP, D2U6/3, Harel Dominique, vagabondage, 1er août 1870, extrait de l’ordre de consigne du 28 jui (...)
  • 22 « Les vagabonds ou gens sans aveu sont ceux qui n’ont ni domicile certain, ni moyens de subsistance (...)
  • 23 J-J. Yvorel, « De Gavroche aux apaches, sources et méthodes d’une histoire des illégalismes juvénil (...)
  • 24 H.S. Becker, « La théorie de l’étiquetage », loc. cit.

16La question des arrestations pour vagabondage est elle aussi connue des historiens19. Leur importance dans les archives suggère qu’il s’agit bien là d’un problème crucial, dont la résolution est importante pour la préfecture de Police. Sur le terrain toutefois, le policier intervient d’abord pour un comportement qui semble « hors normes » dans la rue, suggérant de ce fait qu’il pourrait être celui d’un « vagabond ». Le fait d’être couché, la nuit comme le jour ; l’aspect extérieur, parfois suggéré (« a paru », « avait l’air »), parfois précisé par la description des vêtements ou plus rarement de l’odeur ; la démarche enfin, exprimée le plus souvent par les termes « vaquer », « rôder » sont autant d’indices, rappelés dans les rapports, qui amènent à de telles conclusions20. Le 28 juillet 1870, les gardiens de la paix Victor Sendron et Léon Douzoi, du quartier des Quinze-vingt arrêtent pour vagabondage Dominique Harel, car il « était couché et endormi vers 9 heures du soir sur la voie publique rue Rambouillet, sans asile ni moyen d’existence21 ». L’arrestation se révèle après coup justifiée, puisqu’il apparaît au procès que, selon les termes officiels, la personne est bien « sans asile ni moyen d’existence » (article 270 du Code pénal) et le reconnaît22. Les situations peuvent cependant être plus ambiguës. Le premier janvier 1872, Pierre Lequenne, 11 ans, est amené au commissariat de Belleville par un sous-brigadier pour « vagabondage23 ». La main courant afférente précise cependant qu’« il est en apprentissage chez M. Ozenfant, fabt d’encriers, rue du faubourg du Temple, 129, nourri et couché. Son patron l’a mis à la porte hier. Sa mère demeure passage St Pierre, 4 aux Batignolles », où il est finalement envoyé. Le vagabondage ne correspond ici qu’à un moment de transition entre le terme brutal de l’apprentissage et le retour chez les parents, et seule la présence (et sans doute l’allure) du jeune enfant la nuit, dans la rue, explique l’intervention policière. L’arrestation sur la base de l’apparence par les agents en uniforme n’est d’ailleurs souvent que la première étape d’un processus plus complexe, qui comprend aussi les parents (qui acceptent ou refusent de reprendre l’enfant). Des situations similaires concernent les adultes, les archives laissant alors percer, au fil des affaires, la fragilité des états et des identités dans la grande ville. Le sergent de ville ne s’embarrasse cependant pas de ces détails : il applique la catégorie juridique à des attitudes estimées « anormales » dans la rue et il joue ainsi un rôle dans l’« étiquetage » de comportements jugés « déviants24 ». Le 21 juillet 1872, à Belleville, Alphonse Torn est arrêté dans la soirée pour « vagabondage » par les gardiens de la paix Hilt et Desbrosses. Il a en effet « été trouvé couché à 2 heures du matin sur un banc Boulevard de Puebla. Prétend qu’il revenait de Bagnolet, voir ses amis, et qu’étant ivre il s’est endormi sur un banc. » Or l’état civil établi chez le commissaire précise que l’individu est âgé de 36 ans, qu’il est peintre chez un fabricant de voitures et qu’il demeure 72 rue de Rivoli. Il n’est donc pas « vagabond » et l’on a là un bon exemple d’un usage de la catégorie de « vagabondage » qui permet d’intervenir pour traiter un comportement jugé « déviant ». Il ne faudrait pas forcer le trait : les agents ne vont pas toujours dans le sens de la sévérité, et la méfiance à l’égard du vagabond est partagée par d’autres protagonistes : souvent ce sont les personnes dans la rue qui désignent les mendiants au policier. Les jeux entre la police et la société ne se font pas de manière unilatérale, de la police vers « la » société, mais bien à plusieurs, avec en particulier un « public » qui n’est de plus pas homogène.

  • 25 D. Nourrisson, Le Buveur du xixe siècle, op. cit. Cette angoisse n’était d’ailleurs pas dénuée de f (...)
  • 26 « Seront punis d’une amende de 1 à 5 francs inclusivement, ceux qui seront trouvés en état d’ivress (...)
  • 27 G. Jacquemet, Belleville au xixe siècle, du faubourg à la ville, Paris, EHESS, 1984.

17Mieux que toute autre, la question de l’ivresse et l’application du délit afférent à Belleville entre 1872 et 1873 montrent ces enjeux de la nouvelle présence policière. La pratique courante et ancienne de la consommation d’alcool tend vers 1870 à apparaître comme un véritable problème, sous les traits de l’alcoolisme25. Dans le contexte de « relèvement » physique et moral qui suit la Commune, les parlementaires votent la loi du 3 février 1873 sur l’ivresse publique. Cette loi, à vrai dire timide et contestée, est intéressante pour nous car elle ne concerne pas l’état d’ivresse lui même, mais la manifestation de l’ivresse. En termes d’ordre public, le problème la concernant n’est plus le scandale des cris, des rassemblements et des coups auquel l’ébriété finit par amener, mais son simple spectacle visuel, dont on craint qu’il choque ou n’encourage ensuite la pratique26. Le répertoire des mains courantes du quartier de Belleville couvrant la période 1871-1873 a par chance été conservé (c’est le seul avant 1885). Il s’agit d’un quartier « populaire », cible privilégiée de cette campagne de moralisation, où la consommation d’alcool est importante27 et où les agents en tenue sont mal perçus. Il offre donc un bon lieu d’observation pour saisir les logiques de l’application de la loi sur le terrain.

18L’analyse du registre témoigne d’un avant et d’un après-loi du 3 février 1873. Entre août 1871 et janvier 1873, l’ivresse ne justifie pas d’arrestation, mais elle est utilisée comme circonstance remarquable confirmant une arrestation pour un autre motif. Il s’agit en général des interventions pour prostitution (fille inscrite ou non), lors desquelles l’ivresse s’ajoute à un ensemble figé de critères, peut-être réels, mais qui permettent aussi d’arrêter ces femmes à discrétion : « était ivre, faisait du scandale, racolait ». L’autre motif concerne les arrestations pour injures à agents (ces deux éléments composent 78 % des cas faisant référence à l’ivresse), qui donne lieu à plus de discussion. Depuis le début de leur mise en service, et plus encore dans la période qui suit la Commune, la préfecture demande en effet aux agents d’être plus conciliants et de justifier leurs interventions. La lecture précise des rapides comptes rendus effectués au commissariat montre que dans nombre de cas, le gardien de la paix a d’abord repéré une personne en état d’ébriété, est intervenu pour lui demander d’être plus discrète, s’est ensuite fait insulter, ce qui a entraîné l’arrestation. Le 7 juillet 1872, Adolphe Quesnel, un ouvrier cordonnier de 47 ans, est amené chez le commissaire par les agents Claer et Blanchard pour « injures aux agents » :

Arrêté hier à 9 h 45 du soir rue d’Eupatoria. Était ivre et faisait du scandale. Invité quelques fois à se retirer, il a dit aux gardiens de la paix que cela ne les regardait pas, qu’ils n’étaient que des imbéciles. Emmené au poste il leur a dit « j’irai avec vous mais vous n’êtes que des mufles, je vous emmerde […] ».

  • 28 Il reste un autre cas où l’ivresse joue un rôle, mais qu’on ne voit pas dans les mains courantes, c (...)

19Le motif « pour injure » n’est que la conséquence d’une intervention première qui se voulait plus discrète, d’autant que l’agent semble bien avoir proposé plusieurs fois à l’ouvrier de partir avant que le contact ne dégénère. Il est évidemment difficile de savoir ce qui s’est réellement passé entre l’arrivée du policier et le moment où il se fait insulter, mais l’essentiel est que le fait d’être visiblement saoul (la définition demeurant délicate), dans la rue, peut nécessiter l’intervention du policier – qui risque alors de dégénérer. Deux faits peuvent être soulignés. L’ivresse apparaît d’abord comme un facteur aggravant dans certaines affaires, que les gardiens peuvent utiliser dans des interventions pour d’autres motifs. Ensuite, le fait d’être manifestement ivre dans la rue, que cela suscite ou non un scandale, constitue bien un comportement « gênant », qui trouble l’ordre des apparences et doit être mis hors de l’espace public. Cette exclusion se fait généralement, semble-t-il, sans recourir à l’arrestation, ce qui rappelle la diversité des modes d’actions de l’agent. En cas d’échec, l’arrestation nécessite d’invoquer d’autres catégories de délits (injures proférées, provoquées ou inventées, ou, comme dans le cas évoqué plus haut, vagabondage). Les policiers en tenue sont donc déjà habitués aux divers degrés d’ivresse dans l’espace urbain, et l’évaluation de celle-ci comme son traitement relèvent d’une culture professionnelle28.

20La donne change après le vote de la loi du 3 février 1873. Sans doute la préfecture encourage-t-elle l’application de ce qui est devenu un délit et il n’est pas étonnant qu’entre février et avril 1873 la moitié du total des arrestations concerne cet illégalisme. À lire les mains courantes se dégage l’impression d’une rue soudainement peuplée d’ivrognes. Des situations se distinguent, avec en premier lieu les arrestations pour ivresse publique proprement dite. Le 26 février 1873, les gardiens de la paix Blondel et Oudot arrêtent un doreur sur bois de 36 ans. La notice du commissariat indique :

Infraction à la loi du 3 févier 1873 […] Arrêté à 5 h 1/2 de relevée, rue Ménilmontant, en face le n° 18. Était complètement ivre et était tombé sur le trottoir, ne pouvant regagner son domicile. A été réclamé par sa mère demeurant rue de la cloche, 5.

  • 29 Loi du 3 février 1873, art 2. L’inculpé devient alors punissable d’un emprisonnement de six jours à (...)
  • 30 Au bout de deux arrestations pour ce motif, l’inculpé devient punissable d’un emprisonnement de six (...)

21Alors qu’ils l’auraient auparavant « invité à se retirer », les agents peuvent désormais l’arrêter et la loi stigmatise bien un comportement, qui de déplacé, devient illégal29. Certains sont amenés au poste à plusieurs reprises au cours du mois, la récidive aggravant même progressivement la peine30. D’autres usages sont néanmoins visibles. Le 3 mars, Victor Landais, un ouvrier passementier de 38 ans habitant le quartier, est amené au bureau du commissaire par les gardiens de la paix Boulanger et Fort. Ils l’ont arrêté la veille pour le motif suivant :

Infraction à la loi du 3 février 1873 […] Étant ivre, à deux heures du matin a fait du tapage scandaleux dans la maison Bd de Belleville, 84 et a même brisé la porte du logement d’une fille Laurent, chez laquelle il voulait s’introduire avec un de ses camarades. Avoue ses torts. Laissé libre après avoir justifié d’un domicile certain.

22Le délit retenu peut ici surprendre : à la lecture des faits, Victor Landais aurait aussi bien pu être arrêté pour « scandale », « tapage », voire « violation de domicile privé ». Ces choix ne sont sans doute pas le fruit du hasard : une violation de domicile privé peut conduire en prison, quand l’ivresse publique n’est punie que d’une amende de 1 à 5 francs. De plus, le premier délit justifie l’organisation d’un procès, quand le second ne dépasse guère le niveau du commissariat. Il permet de régler l’affaire au niveau du quartier, tout en restant dans un cadre « officiel ». La nouvelle catégorie élargit en fait les possibilités d’interventions du policier, qui en profite dans sa pratique quotidienne. Elle ne va pas forcément dans le sens d’un adoucissement : le policier continue d’agréger les catégories de délits et il peut mobiliser celle-ci pour des arrestations concernant des faits auparavant moins directement justifiables. Le reproche de l’ivresse permet par exemple de prendre en compte certaines injures qui semblent mineures à la lecture des récits et qui n’auraient pas suscité de suivi autrement. Le délit d’ivresse publique laisse donc plutôt au policier une plus grande marge de manœuvre sur le terrain, d’autant que la « publicité » de l’ivresse, par essence fugace, est difficile à définir. Lorsqu’il amène le contrevenant chez le commissaire, ce dernier est généralement dégrisé et le policier est le seul à pouvoir en rendre compte. Il engage alors avec lui l’ensemble du processus policier et judiciaire. Ses décisions sont certes atténuées par le tri des commissaires, mais ces arrestations conditionnent malgré tout la sélection : nous avons là un exemple concret de « l’inversion hiérarchique » abordée plus haut.

  • 31 De la même manière, au cours des mois de février et mars 1873, le secrétaire du commissariat de Bel (...)

23Prises ensemble, ces adaptations ne sont d’ailleurs pas dépourvues de logique. Une analyse globale des usages policiers de la catégorie d’ivresse à Belleville montre qu’elle est d’abord massivement mobilisée au cours du mois de février 1873, sans doute en raison de la pression préfectorale (mais il est également possible que les agents aient « testé » ce nouvel outil31). La pratique se normalise ensuite rapidement, dans un élargissement du panel des motifs d’arrestation. L’application de la loi permet ainsi aux agents de Belleville de répondre aux attentes de la préfecture (et de l’opinion publique), tout en accroissant leur répertoire d’action. Peut-être est-il d’ailleurs utilisé, comme le suggère le fléchissement des arrestations pour injures, pour moduler un peu leur action aux relations conflictuelles avec la population. L’action du commissaire va plus nettement ensuite dans le sens de l’arrangement : dans un cas sur deux (lorsque le devenir est mentionné), les personnes arrêtées pour injures et ivresse sont libérées le lendemain, si elles justifient d’un domicile ou d’une connaissance proche à Paris. Le jeu sur les catégories permet au commissaire, à son niveau, de faire tampon entre les arrestations des agents et le processus judiciaire, poursuivant ainsi l’effort d’atténuation de la tension au sein du quartier.

  • 32 Voir par exemple R. Morieux, « Des règles aux pratiques juridiques : le droit des étrangers en Fran (...)
  • 33 M. Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe siècle », Annales ESC, n° 1, 19 (...)

24L’étude montre ainsi comment, avec le policier en tenue, l’application de la loi pénètre bien au cœur de l’espace urbain – toujours sur la base des apparences extérieures. Elle dégage également la manière dont, sur le terrain, cette application répond à des considérations spécifiques, décalées par rapport aux proclamations des discours officiels32. Les faits rencontrés par l’agent ne correspondant jamais totalement aux cadres définis par la loi, l’application des catégories dépend de la récurrence des actes reprochés ou de la pression hiérarchique, mais aussi des intérêts professionnels des agents, des seuils de tolérance à l’infraction variables selon les lieux et de la nature des relations entre les policiers et les habitants dans les quartiers. Cela suggère l’importance de ce qui se déroule avant la désignation « finale » du délit par le commissaire (elle doit bien sûr être confirmée ensuite par la justice). En conséquence, si l’on suit les analyses de Michelle Perrot33, l’apparition des soixante-treize infractions pour ivresse dans les mois de février à mai 1873 permet bien de comprendre, non pas que les Bellevillois sont soudainement devenus des ivrognes, mais que l’activité policière s’est adaptée aux lois votées, aux attentes sociales et à une pratique sociale mouvante. La présente analyse suggère que tout n’est pas fini une fois la loi votée et la machine policière enclenchée : l’application sur le terrain de ces normes dépend aussi des formes du contrôle social en place et des ajustements nécessaires aux situations, reflétant les logiques particulières des usages de la loi au quotidien.

Les apparences normales

  • 34 E. Goffman, « Les apparences normales », in La Mise en scène de la vie quotidienne, t. II, Les Rela (...)
  • 35 Il s’agit d’un jeu de dés qui met face à face un « banquier » et des « pontes ». Les jeux faits, le (...)
  • 36 ADVP VI1/1, Cahiers de brigades, 30 octobre 1868, service de 7 à 8 heures. Cela signifie que depuis (...)
  • 37 ADVP, Carnet de rapport du sergent de ville Rouch.

25Le poids du policier dans l’espace urbain ne relève pour finir pas de ses seules interventions. Sa présence agit également de manière plus subtile et continue sur son environnement. Rappelons que lorsqu’il est en service, le policier est visible, objet d’une réelle attention sociale et capable d’arrêter les personnes. À son passage, les personnes en sa présence, ou plus exactement inscrites dans son champ sensoriel, adoptent sans doute ce qu’Erving Goffman appelle une « apparence normale34 » : ils vont avoir tendance à adapter leur comportement, ainsi que leurs regards, gestes, attitudes, propos – non parce qu’ils sont délictueux, mais tout simplement pour échapper à l’attention du policier. Ces ajustements n’émergent dans les archives que lorsqu’ils ont raté (puisque le policier est intervenu), mais ces échecs permettent d’apercevoir les tentatives en amont. Le meilleur exemple, récurrent dans les divers ensembles documentaires, est le jeu dit « à l’anglaise ». Il s’agit d’un jeu d’argent pratiqué dans la rue, interdit par la préfecture de Police, facile à réaliser et nécessitant peu de matériel35. Aussi, lorsque les joueurs voient arriver un policier en tenue, ils remballent les éléments et prennent la fuite. Le policier parvient parfois à en saisir un, et en rend compte ensuite en précisant comment, « à [sa] vue », les autres participants se sont enfuis. Une fois le policier passé, les joueurs reviennent souvent à leur place antérieure : le temps de la présence policière, ils font donc comme si rien d’illégal n’avait lieu à cet endroit. Ce « jeu social » est connu des agents eux-mêmes. Le sous-brigadier Godard et l’agent Barrot, finissent, en octobre 1868, par intervenir à cause de sa répétition : c’était la « troisième fois », disent-ils, qu’ils assistaient à ce manège36. D’autres cas, comme les ajustements lumineux et sonores des établissements de marchands de vin après l’horaire autorisé, révèlent cette mise en scène. Le 26 novembre 1865, le sergent de ville Rouch voit de la lumière et entend des chants dans un établissement qui, à cette heure tardive, devrait être fermé. À peine fait-il connaître sa présence qu’aussitôt le bruit cesse et le gaz s’éteint – comme s’il ne se passait rien. L’agent attend, ce dont il se montre assez fier dans son rapport car au bout d’un quart d’heure, pensant qu’il était parti, bruit et lumières s’animent à nouveau dans l’établissement – quoique l’intensité ait un peu baissé37. Là encore, les contrevenants potentiels modifient leur comportement le temps de la présence du policier (ou de l’impression de la présence) : au moment du face-à-face, chacun tend à créer une apparence de « normalité ». Certes, les cas tirés des archives judiciaires concernent des transgressions juridiquement ou règlementairement définies, mais de minces éclats suggèrent une plus grande étendue des attitudes. Le 22 novembre 1872, à Belleville, un ouvrier confiseur de 39 ans est arrêté par deux gardiens de la paix pour « injures à des gardiens de la paix » :

arrêté à 11 heures et demie du soir, rue de Belleville en face du n° 42, était avec ses deux fils et chantait. Un de ses enfants à l’approche des agents lui ayant dit de ne pas crier si fort, il a répondu j’emmerde les sergents de ville.

  • 38 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 22 novembre 1872. On peut supposer que la chanson en (...)
  • 39 Le terme est emprunté à Erving Goffman, et désigne l’ensemble des normes informelles qui règlent la (...)
  • 40 Ainsi les cahiers de la brigade de la Folie-Méricourt des années 1867 à 1870 (ADVP, VI1/1) ne compo (...)

26Ce n’est pas le motif final de l’intervention, l’injure, qui importe ici, mais ce qui s’est déroulé avant et que révèle ce court texte : en voyant le policier, l’enfant demande à son père de baisser le volume sonore38. Les ajustements en situation de face-à-face concernent ainsi, de manière diffuse, un ensemble vaste de comportements, qui relèvent d’un « ordre social tacite39 ». La présence policière est donc génératrice d’un ordre plus complexe, non seulement « juridique », mais également informel et implicite. Autrement dit, lorsque le policier est en service, chacun tend un peu, lors du contact, à adapter son comportement et à instaurer un « consensus temporaire » qui lui permet de poursuivre sereinement son activité. Lorsque les répertoires de commissariat ou les livres de brigades restent vides, cela ne signifie donc pas qu’il ne s’est rien passé, mais qu’il ne s’est rien passé de notable pour l’administration40. En amont, sur le terrain, ce jeu permanent subtil, parfois discret, se poursuit.

Résistances

Gammes : du silence aux foules en colère

  • 41 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 26 mars 1873.

27Le jeu d’influence n’est cependant pas à sens unique. Personnage à part dans la rue, le policier exerce généralement seul (du moins il doit l’être), fait l’objet d’une image sociale ambivalente et est censé se faire accepter par la population. Il doit lui aussi adapter son comportement pour faire accepter sa présence par le « public ». Ce « jeu » varie selon les lieux ou les personnes et l’attitude policière n’est pas la même au Palais Royal qu’à Belleville… Marcher d’un pas militaire, à Belleville (c’est-à-dire prendre son rôle trop au sérieux) attire immanquablement les quolibets. Passant pour la deuxième fois devant un groupe de jeunes ouvriers à Belleville, les gardiens Blondel et Bordel s’entendent par exemple dire, le 25 mars 1873, « voilà comment l’adjudant-major de mon régiment marquait le pas » – et cela, précise le compte-rendu, « sur un ton ironique41 ». Cette moquerie explique l’arrestation mais signale aussi un échec. Le policier en uniforme doit en effet savoir lire les corps en présence, les signes qu’ils renvoient et, par son attitude, son allure, ses expressions, désamorcer les situations tendues. La théâtralisation de la fonction policière est aussi un instrument du maintien de l’ordre dans la rue : ne pas la maîtriser gêne l’intégration dans la ville.

28La présence policière se heurte bien sûr à des résistances plus directes, particulièrement visibles dans les sources. Certaines semblent comme « gratuites » ou « absurdes ». Le gardien Faès l’explique au tribunal :

  • 42 ADVP, D2U6-10, Alexandre Rousseau, outrage aux agents, 21 septembre 1871.

vers le mois d’août 1870 une après-midi où j’étais de surveillance devant l’établissement de Rousseau, [celui-ci] sortit dans la rue et me traita de vache, canaille et d’assassin, sans autre motif, je pense, que mon uniforme et ma fonction42.

  • 43 APP, Répertoire de Belleville, 1872-1873.
  • 44 Le ridicule est une vraie forme de résistance au pouvoir (G. Balandier, Le Pouvoir sur scènes, Pari (...)

29Il est toujours possible de se demander si le policier n’a pas, par des actes plus ou moins discrets, provoqué l’affrontement, ou si le conflit n’est pas plus ancien. Souvent, comme ici, la personne arrêtée ne peut cependant pas justifier son geste devant le commissaire ou le juge d’instruction et dit « je ne sais pas » ou « j’étais ivre ». Elle laisse ainsi entendre que le récit policier correspond à peu près aux faits et que l’acte reproché exprime un moment de déraison. Sans négliger le rôle de l’alcool dans le déclenchement de ce comportement, ce « je ne sais pas » suggère peut-être aussi que les motifs qui ont présidé à ces faits ne peuvent être compris d’un tribunal ou être exprimés en termes juridiques. Leur fréquence invite alors à l’analyse. Les gestes et les « airs », qu’ils expriment une menace (le poing levé) ou l’ironie (le nez en l’air), sont parmi les cas les plus intéressants. Le 23 mars 1871, Louis Naze est arrêté sous le motif « d’infraction à la loi sur l’ivresse » (on sait maintenant à quoi s’en tenir) : ivre, il a suivi les agents « pas à pas, dans toutes les directions, pendant trois quarts d’heure, et cela malgré les injonctions réitérées des agents43 ». Ces jeux corporels sont signifiants. En mimant la marche ostensible des agents, Louis Naze en mime aussi, en quelque sorte, le sens implicite. La charge subversive de ces faits est d’ailleurs reconnue, par la loi qui inclut les gestes dans sa définition de l’outrage, puis par les agents qui jugent l’offense suffisante pour justifier une arrestation44. Les injures « gratuites » répondent aux mêmes principes. Offenses à un représentant de l’État, elles interrompent le « rôle » joué par l’agent en cours de tournée et déstabilisent les significations sur lesquelles s’appuie son pouvoir symbolique. Dans ce but, elles font en général référence à des thèmes courants de l’imaginaire social, qu’ils soient très connus ou en tout cas limpides pour les personnes en présence. Ces réactions faussement irraisonnées fournissent ainsi peut-être la meilleure preuve du charisme ordinaire des agents évoqué plus haut. Si celui-ci suppose que, le temps de l’interaction, les voix se baissent et les gestes se font plus discrets, alors la réaction contre lui consiste à faire exactement le contraire en une telle circonstance. Loin d’être absurdes, sans être pour autant réfléchis, ces actes révèlent ainsi cette densité de la présence policière sur son environnement et sont bien, en ce sens, une résistance. Ceux que nous voyons nous parviennent de plus après avoir suscité une arrestation, ce qui suppose qu’ils sont sans doute plus courants. On peut d’ailleurs imaginer que la tolérance du policier sera moindre dans les quartiers ou les situations où son image sociale est particulièrement menacée, c’est-à-dire où ces résistances font particulièrement sens. Sa réaction à de tels faits est essentielle : elle vise à préserver son image sociale et l’autorité qu’elle permet. L’importance des arrestations pour outrages à agents, au-delà de l’arbitraire qu’ils revêtent, laisse ainsi entendre qu’une part importante de la fonction consiste simplement à préserver, en situation, cette image sociale aux enjeux très concrets.

  • 45 APP, Répertoire de Belleville, 1871.

30Bien sûr, les réactions ont souvent lieu à l’occasion d’interventions policières directes, de la simple remarque à l’intention d’arrêter. Le 1er janvier 1873 Alphonse Gouillard, ouvrier ébéniste, est arrêté par les gardiens Huguet et Baudry rue des Couronnes parce qu’« il faisait du scandale, cherchant querelle aux passants. Invité par les gardiens de la paix à se retirer, il leur a répondu que cela ne les regardait pas, qu’il était plus honnête qu’eux, qu’ils n’étaient pas des hommes mais des propres à rien. Conduit au poste il leur a opposé une vive résistance, s’est couché à terre en poussant des cris et les a traités de lâches, fainéants, canailles, propres à rien, disant qu’ils lui avaient pris son porte-monnaie et qu’ils n’étaient que des voleurs et que pas l’un d’eux ne pouvait lever la tête. Il a fallu l’intervention des gardiens de la paix Féret et Henry45. »

  • 46 Le terme d’« ouvrier » est employé au sens large, mais concerne sans doute surtout les ouvriers qua (...)
  • 47 Lorsque les agents doivent se battre, il s’agit le plus souvent de cambrioleurs surpris qui cherche (...)

31La réaction peut sembler un simple éclat de violence. Mais elle joue aussi un rôle semblable à celui qui vient d’être décrit. L’injure tend en effet à inverser symboliquement les rôles, le temps de ce moment d’humiliation publique qu’est l’arrestation : l’agent devient l’agresseur, et la personne arrêtée l’agressée. Gouillard propose un échantillon des injures les plus récurrentes. Avec l’évocation de la malhonnêteté de l’agent, on retrouve, omniprésente, l’image vidocquienne de l’agent à la fois criminel et homme de l’ordre. L’insulte « fainéant » renvoie au fait que marchant toute la journée, les policiers ont l’air de ne rien faire. À Belleville ou dans les quartiers plus populaires, on leur reproche également souvent de n’« avoir pas d’ampoules aux mains », reproche lourd de sens dans les milieux ouvriers où la dépense au travail et ses stigmates physiques, associés aux notions de virilité et d’honneur, sont essentiels46. La suspicion de vol, enfin, fait également écho au souvenir de Vidocq, mais elle mérite une attention à part car elle donne lieu, à plusieurs reprises, à une pratique originale. La personne arrêtée fait en effet parfois semblant d’avoir été volée par l’agent et profite des pertes causées par l’arrestation pour appuyer l’accusation. Peut-être de tels vols existent-ils réellement, mais l’enquête évente en général la supercherie. Cette représentation théâtrale donne surtout de la crédibilité à ce stéréotype au moment de l’arrestation et jette plus encore le doute sur ses motivations réelles. Certes, il ne s’agit pas de savoir si les personnes croient ou non à ces lieux communs, mais de voir comment ils sont bien des acteurs sociaux, détournés et utilisés en situation. De même, ce ne sont pas non plus des actes rationnels et prémédités, mais plutôt des réactions adaptées qui permettent de renverser le sens initial de l’arrestation. Elles constituent ainsi une sorte de réparation symbolique, aux yeux de l’inculpé comme à ceux du public (qu’il partage ou non cet avis) visant à protéger le capital social que constituent l’honneur et la réputation. Une preuve en est que ce type de réaction ne se retrouve pas dans les affaires les plus graves, assassinats ou incendies volontaires (où l’inculpé se laisse en général appréhender sans problèmes47). Il a surtout lieu pour des affaires mineures, dans la rue, le plus souvent quand la personne a déjà attiré le regard du public ou de son groupe sur elle.

  • 48 Les archives induisent une forte distorsion : les traces de coups reçus par l’agent sont scrupuleus (...)

32Ces interventions s’accompagnent parfois de cris et de coups. Les gesticulations servent à faire, à leur tour, de l’arrestation un « scandale ». Les coups, parfois très durs, relèvent d’intentions plurielles. Ils peuvent bien sûr servir à empêcher l’arrestation, renvoyer à un mode éprouvé de résolution des problèmes dans la rue, mais ils sont aussi parfois une réponse à la brutalité des agents, toujours difficile à établir à partir des archives48. Certains s’inscrivent dans la logique d’inversion évoquée : ils s’accompagnent alors d’agressions contre le vêtement du policier, cette seconde peau qui assure à l’agent son autorité. Boutons, épaulettes, tout ce qui tombe sous la main est souvent arraché. Il ne faut pas non plus oublier la haine que le policier peut cristalliser. Interrompant un homme en train de frapper un enfant dans la rue, le sergent de ville Rouch rapporte :

  • 49 ADVP VI1/1, Carnet de rapports du sergent de ville Rouch, 4 octobre 1868.

il nous a traités de canailles et d’assassins et crié à son secours sans qu’on lui a fait le moindre mal (…puis) ce dernier a sauté sur moi en me donnant des coups de poing sans que je lui ai dit la moindre chose et après il a dit aussitôt qu’il rencontre un agent il lui donnerait un coup de poinçon49.

33La surprise de Rouch, sans doute forcée (l’extrait est tiré de son rapport), exprime bien ce qu’il estime être un écart entre le fait reproché et la réaction de l’homme contre « les agents », qui lui semble incompréhensible.

34Enfin ces résistances peuvent aussi prendre un caractère collectif. La foule apparaît comme un acteur à part entière du maintien ordinaire de l’ordre. Très souvent, comme dans l’exemple précédent, la personne arrêtée « crie à son secours » et en appelle à la rue pour s’opposer à l’arrestation. Il peut s’agir de connaissances, mais l’intervention provoque parfois un rassemblement plus large. Le 29 juin 1872, l’épicier « Lucas », rue de Palikao, « a des raisons » avec un de ses garçons qu’il vient de mettre à la porte.

  • 50 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 1871-1873

Un rassemblement s’étant formé, les gardiens Ginliani et (ill) sont intervenus pour faire cesser le scandale. La femme Douriez (femme de l’épicier) s’est écriée alors qu’elle les emm… et qu’elle n’avait pas peur des agents. Invitée de nouveau à se retirer, elle a opposé une vive résistance, a saisi l’agent Ginliani par sa tunique, l’a mordu à l’index de la main droite et les a traités de canailles, assassins et filous. Devant l’attitude menaçante de la foule, qui a cherché à délivrer cette femme, les gardiens ont dû mettre la main au sabre pour éviter d’être frappés. Lucas s’est jeté sur Ginliani et a cherché à le désarmer50.

35Cet exemple témoigne de la confusion entre ordre privé, ordre de quartier et ordre public dans la rue, mais il montre aussi la manière dont la foule va prendre la défense d’un des siens. L’agent, physiquement menacé, est alors contraint d’adopter une attitude plus musclée, éloignée du premier motif d’intervention.

  • 51 Farge, Vivre dans la rue à Paris au xviiie siècle, op. cit.

36Le policier peut donc s’opposer à un ordre de quartier. Nous avions vu plus haut qu’il s’immisçait dans les systèmes de régulation en place. Il apparaît ici qu’en fonction des situations, il peut aussi se heurter à ce qui s’affirme alors comme un véritable « ordre de la rue ». L’expression est empruntée à Arlette Farge qui en a dégagé le rôle pour la rue parisienne du xviiie siècle51 : ces ordres semblent de fait encore vivaces dans la deuxième moitié du xixe siècle. L’intérêt de notre démarche est de ne pas les saisir en soi, mais lors de leur résistance, dans la dynamique de l’action.

Variations : les ordres de la rue

  • 52 G. Jacquemet, Belleville au xixe siècle, op. cit. Sur la notion de quartier et ses lectures, voir P (...)
  • 53 APP, Répertoire de Belleville, 22 mars 1872.

37De fait, si ces résistances doivent beaucoup au hasard des rencontres, le croisement des archives permet de dégager des conditions spécifiques d’opposition. Ces ordres, ainsi, varient dans l’espace. Le policier n’a pas la même latitude d’action à La Villette et à Neuilly, et les quartiers populaires semblent bien des lieux où la présence policière est plus difficile, comme à Clichy, aux Batignolles, à la Villette ou encore à Belleville, sur lequel il est possible de s’arrêter davantage à présent. Ce dernier, Gérard Jacquemet l’a montré, est un quartier au sens plein du mot52 : la commune n’est rattachée à la capitale que depuis 1860, même si la population est assez ancrée dans l’espace parisien. Socialement homogène, elle se reconnaît dans une identité territoriale forte, attestée chez les Bellevillois comme dans l’opinion courante. Les sources, exceptionnellement disponibles on l’a dit, couvrent la période qui suit la Commune, dont la trace reste vive dans ce haut lieu de l’épisode. Rien d’étonnant à ce que l’immixtion des policiers en uniforme soit mal perçue : les réquisitions sont moins nombreuses et les oppositions plus fréquentes. On recense ainsi en moyenne cinq arrestations pour injures par mois en 1872, sachant qu’elles sont sans doute plus fréquentes (même si les policiers y sont peut-être plus sensibles qu’ailleurs). La foule s’oppose également souvent aux interventions, comme cela apparaît dans les dossiers de correctionnelle des années 1860 ou dans les mains courantes. Le refus local est d’ailleurs clairement exprimé par les habitants, et la haine du policier est un élément de la culture du lieu. « Voilà ceux qui mettent le désordre », dit, selon une formule fréquente, Aurélie Valancourt, jeune mécanicienne de 25 ans, aux agents Boulanger et Lénique en les voyant53. Au-delà de son ironie, elle exprime parfaitement que l’« ordre » du policier perturbe les manières de vivre et les régulations installées dans le quartier : il constitue, aux yeux des habitants, un réel désordre. Des échanges existent dans le quartier, mais cette dimension pèse de manière particulière sur la pratique des agents.

  • 54 Sur la mise en place de la zone et ces formes d’appropriations, voir J.-L. Cohen, A. Lortie, Des fo (...)
  • 55 Faure, « Paris au diable vauvert ou la fosse aux lions », Histoire urbaine, n° 2, décembre 2000, «  (...)
  • 56 Voir W. Scott Haine, The World of the Paris Cafe: Sociability among the French Working Class, 1789- (...)

38Ces résistances varient également en fonction d’endroits plus précis, croisements de rue ou espaces « à part ». Se révèlent des espaces particulièrement virulents dans leur rejet comme le quartier dit « des Italiens », à la jonction des rues Labois-Rouillon et de l’Escaut, dans le 19e arrondissement. Le plus connu des lieux d’opposition est toutefois la zone, cette surface laissée vide aux abords des fortifications et réappropriée par les habitants54. La résistance à l’intervention policière, au nom d’une possession affichée du lieu, y est fréquente dans les archives. Existent également des terrains, vagues ou abandonnés, qui font l’objet de telles appropriations puis de conflits (comme la célèbre « fosse aux lions », à Montrouge55). Les espaces concernés peuvent être plus petits encore, comme les débits de boisson et autres établissement de marchands de vin. Lieux à part de l’espace urbain, mi-publics, mi-privés, marqués par une sociabilité spécifique, ils sont un cadre récurrent des interventions les plus difficiles – même si l’agent peut aussi y être appelé à l’aide ou apparaître comme consommateur56. Une lecture attentive des archives suggère que, autant que leur intérieur, les abords de ces débits sont des zones de plus grande résistance, du fait de la présence du public de l’établissement.

  • 57 S. Delattre, Les Douze Heures noires, op. cit.

39Variables selon les lieux, les conditions de résistance dépendent également des moments. Un endroit calme le jour, comme le carrefour de l’Odéon, peut présenter un profil très différent la nuit, parce qu’il est un lieu de sorties nocturnes. L’influence des rythmes nycthéméraux est connue, et il est vrai que la majorité des arrestations pour injures ou rébellions ont lieu pendant les « douze heures noires57 ». C’est le temps des effractions et des ivresses, sans compter que les noctambules acceptent moins la présence policière dans un temps qui leur paraît le leur. De son côté, la préfecture exige une vigilance accrue des agents. Ils circulent alors sur de plus vastes territoires, à deux, constituant un groupe plus fermé. Comme les commissariats sont fermés, la moindre intervention entraîne une mise au violon jusqu’à la réouverture des bureaux – ce que savent les habitués de la nuit. Cette tension nocturne et le plus grand nombre d’arrestations sont donc aussi le fruit de conditions particulières. Un autre cycle de l’ordre concerne la balance entre le temps de l’ordinaire et le temps de la fête. Ce dernier est en effet par définition un moment de rupture avec les cadres habituels de la vie urbaine. Les séances de théâtre et surtout les bals publics sont en particulier des moments où l’action policière, même anodine, débouche sur des affrontements parfois durs et collectifs. En septembre 1871 par exemple, le sergent de ville Gréby est de surveillance devant le bal de l’établissement d’un certain Bidouillat. Un groupe de jeunes gens veut entrer au bal, s’ensuit une altercation avec l’agent. Les participants du bal s’en émeuvent et menacent celui-ci. Les contradictions entre les versions sont telles qu’il est impossible de savoir comment les faits se sont précisément enchaînés, mais il ressort clairement des dépositions que la simple présence du policier a participé à l’intervention du public. L’agent, expression de l’ordre et invitation à la mesure des comportements, est, en ces occasions, un trouble-fête au sens fort. Il convient de signaler aussi les temporalités exceptionnelles, opposant le temps de paix et le temps des troubles, guerre et leurs intermédiaires, comme la période du siège, puis de la Commune, que nous abordons au chapitre suivant.

  • 58 C’est ce que montre H. Becker, op. cit. : certains groupes développent une véritable « culture dévi (...)

40Les ordres dépendent enfin des groupes présents dans cet espace de sociabilité qu’est la rue. Il peut s’agir de groupes professionnels, les plus récurrents dans les archives étant les ouvriers, particulièrement les ouvriers de métiers (menuisiers, serruriers, etc.) Le 30 mars 1872, en voyant deux policiers en service rue de Tourtille, un ouvrier de Belleville crie « Enlevez les sergots. » Malgré leur insistance, les agents ne sauront pas de qui il s’agit : les autres ouvriers du chantier restent muets et le chef de chantier les défend : « Ils n’ont rien dit, je travaille pour vivre moi, je ne suis pas un fainéant comme vous. » D’autres solidarités de travail apparaissent au fil des archives : les prostituées, les militaires peuvent résister collectivement à l’intervention policière, tout comme les hommes de lettres ou les étudiants qui constituent aussi des ensembles potentiellement soudés face à elle. Le rôle de la famille, tous liens confondus (maris et femmes, parents et enfants, frères et sœurs, beaux-frères, cousins…), apparaît également essentiel. Beaucoup de ces relations se règlent dans la rue et l’immixtion policière est alors très mal perçue : les agents interviennent parfois pour arrêter une lutte entre « un homme et une femme », sans que l’on sache le lien qui les unit. Généralement, la femme s’enfuit à leur arrivée quand l’homme se retourne violemment contre eux, leur enjoignant au mieux de se « mêler de leurs affaires ». Il existe aussi, quoique leur présence soit plus rare dans la documentation, des groupes structurés, organisés et plus nettement opposés aux agents : ce sont alors de véritables « bandes », au sens où elles se composent de membres ayant développé une « culture déviante » et qui s’identifient comme tels58. Le 23 juin 1872, un garçon de magasin de 20 ans se fait accoster par une femme boulevard de Belleville. Il refuse ses services, et quelques instants après un homme se jette sur lui, lui donne un coup de poing puis s’enfuit vers un groupe de « jeunes gens ». Les gardiens, alertés, se lancent à sa poursuite avec l’aide d’un musicien du quartier. Ils suivent le groupe passage d’Isly, quand « les portes se sont refermées. Il y avait dans le passage 20 individus environ qui leur auraient fait un mauvais sort si le gardien Duval n’avait mis son revolver à la main et ne les en avait menacés. » Les agents sont ici confrontés à une opposition organisée et le déroulement des faits laisse entendre qu’il pourrait s’agir là d’un groupe délinquant se défendant contre les « représentants de l’ordre ». Il faut mentionner enfin le rôle des relations de voisinage, d’amitié, ou d’autre sorte plus difficile à discerner dans les archives.

41Ces divers éléments ne s’excluent pas les uns des autres : au contraire, comme le suggère la plupart de nos exemples, ils s’accumulent, créant des situations de plus forte potentialité de résistance. Ces ordres, souvent informels, ne rejettent pas non plus a priori le policier et on a vu comment ils pouvaient orienter son action : ils se manifestent et s’opposent à lui en fonction des circonstances, se révélant donc comme ordre au moment même du contact. Une autre géographie de l’ordre parisien s’esquisse alors, dans laquelle la rue n’est pas un endroit neutre ou uniforme, mais dessine un territoire intermittent, lieu d’usages et d’appropriations variant dans le temps et l’espace. De tels ordres constituent un véritable champ de force auquel les agents doivent constamment s’adapter, depuis le renoncement de l’intervention jusqu’aux aménagements les plus discrets. Autrement dit, l’ordre instauré par le policier en tenue est un ordre construit, partagé et constamment négocié.

Le « Petit Gustave »

42Ces négociations ne se déroulent pas dans le seul temps de son service. La séparation entre moment du service et moment du non-service apparaît factice, car la plupart du temps, le policier habite son quartier d’exercice. De plus, il rentre puis part de chez lui en uniforme : il est donc identifié en permanence comme un policier dans son voisinage. Dans cet au-delà du service, il occupe un statut particulier, hybride.

Le policier dans son quartier : un « entre-deux »

  • 59 Voir O. Roynette, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du xixe siècl (...)

43Le policier est-il un personnage à part dans son quartier ? L’appartenance à la préfecture, le port de l’uniforme, l’exercice de l’autorité publique et surtout la possession d’une arme suffisent à l’évidence à le distinguer. Comme le suggèrent les trajectoires reconstituées, il n’est de plus pas originaire de la région parisienne et son passage par l’armée accentue sa spécificité à une période où la conscription n’est pas nationale59. La garantie d’un traitement et la sécurité de l’emploi l’identifient enfin aux métiers de l’administration. Si ces derniers sont en pleine croissance, ils apparaissent encore comme un espace protégé : le statut le distingue aussi.

  • 60 D2U8 / 92, Prévost Victor, op. cit.

44Les archives manquent pour mieux connaître les cultures et les sociabilités professionnelles, essentielles dans l’identification à la fonction, tant pour le policier que pour les voisins ou les habitants. La documentation disponible suggère que les policiers partagent des savoirs particuliers : un savoir technique des véhicules en circulation dans la rue, et un savoir géographique de l’espace parcouru (dont témoigne la mémoire des noms de rue ou l’usage de « surnoms de lieux » dans les rapports). La vie de brigade, le rythme de travail scandé par les prises de service diurnes et nocturnes participent aussi de cette définition. Un dossier particulier, celui du « boucher de la Chapelle », le gardien de la paix Victor Prévost, permet de montrer plus directement cet aspect. Il s’agit d’une affaire célèbre, dans laquelle le policier a tué et découpé en morceaux sa première compagne, Adèle Blondin, puis un courtier en bijoux, un certain Lenoble. L’enquête, en pistant les moindres habitudes de Prévost, constitue un document d’une richesse exceptionnelle pour l’étude des interrelations entre agents, comme entre les agents et le quartier60. Elle permet alors de compléter par un cas cohérent les autres informations recueillies. Les collègues de Prévost témoignent par exemple, en plus de l’intensité de la vie de brigade, du rôle de la marche de nuit, à deux dans le quartier. Expérience à part de la ville, elle rappelle que l’appropriation de l’îlot se fait par les mots comme par les pas. Cette marche s’avère surtout un temps fort des relations professionnelles, fait de découverte de l’autre et de construction des amitiés comme des inimitiés. Ces expériences se prolongent dans les relations spécifiques en dehors du service. Un tel reproche à Prévost de ne pas payer le verre de vin à la fin du service comme cela se fait habituellement, témoignant de rituels de solidarité professionnelle, quand d’autres admettent des relations d’amitié avec lui. Il est difficile d’explorer plus avant la solidité de l’identité de travail, mais le policier en tenue paraît bien pris dans son univers professionnel.

  • 61 ADVP, D2U8-101, Richelet Simon, tentative d’assassinat, 20 juillet 1880.

45L’agent est enfin clairement désigné dans son quartier, en dehors de son service, comme quelqu’un de particulier. La distinction est sensible lors des audiences en correctionnelle ou en assises, lorsque les témoins évoquent un voisin « gardien de la paix ». Lors de l’affaire Richelet, où la sœur du gardien de la paix Leca manque de se faire assassiner par son mari en 1880, tous les voisins venus témoigner de l’état du couple Richelet parlent du mari comme de quelqu’un « dont le beau-frère est gardien de la paix61 ». Le fait est parfois même mentionné lorsque cela n’a rien à voir avec l’affaire en cours : le policier est bel et bien connu et identifié comme tel, que ce soit chez lui ou dans les endroits où il se rend régulièrement. Il est « quelqu’un à part » dans le regard ordinaire du voisinage.

  • 62 Emsley, « The Policeman as Worker: A Comparative Survey, c. 1800-1940 » International Review of Soc (...)
  • 63 J.-C. Farcy, A. Faure, La Mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et le (...)

46Il n’est pourtant pas si isolé que cela. Comme la plupart de ses collègues européens, le sergent de ville est issu de milieux sociaux plutôt modestes, mais variés : cultivateur, débitant de tabac, postillon, boucher, horloger62… Leur origine provinciale n’a de plus rien d’exceptionnel et se révèle conforme aux modes de peuplement de la capitale. La police serait l’un de ces emplois de l’administration qui, selon Jean-Claude Farcy et Alain Faure, sont vecteurs d’intégration à la ville63. Le mode de vie ne les distingue pas complètement non plus de celui de leur voisin. Les agents n’habitent pas ensemble en caserne, mais sont locataires de logements situés à proximité du poste. Prévost est conforme aux autres profils dégagés : d’après l’enquête, tous les agents du quartier de la Chapelle habitent dans le ressort de leur section en 1880. Prévost, lui, a déménagé cinq fois en sept ans, mais toujours dans le même périmètre, celui de son secteur (il habite même pendant deux ans, en 1874-1876, en face de son poste, au 22, rue de l’Évangile). Les loyers, d’après les quelques sources qui les précisent, varient de 150 à 250 F/an, ce qui rapproche les agents des couches élevées des milieux populaires, comme le confirment d’ailleurs les évaluations du voisinage immédiat qui ont pu être menées. Nombre de policiers semblent enfin prendre leurs repas, pendant ou en dehors du service, chez les restaurateurs et marchands de vin de leur quartier. Certains y prennent même pension, comme le sous-brigadier Charrier, du 2e arrondissement, habitué du marchand de vin Cornudet à deux pas de chez lui.

  • 64 Dossier « Victimes du devoir » de Bacom ; D2U8-92, Comiti ; D2U8-40, Charrier ; D2U6-4, Femme Cruss (...)

47Il n’est donc pas étonnant que les sergents de ville, puis gardiens de la paix, soient pris aussi dans le tissu d’interrelations qui compose la vie ordinaire de la ville. Des habitudes en témoignent, comme la consommation d’alcool ou le jeu de cartes dans les débits de boisson, après ou pendant le service. Des stratégies, révélées par les enquêtes du Contrôle général, peuvent même associer les agents et les habitants pour contourner les obligations de la fonction (le débitant prétend par exemple ne pas avoir vu l’agent, qui sort quelques instants après de son établissement). Les sergents de ville sont également pris dans les réseaux de micro-crédit qui structurent de manière plus discrète les espaces de quartiers, que ce soit chez le laitier, le boucher ou le marchand de vin. Ces dettes, qui abîment l’autorité de l’agent vis-à-vis de leur créancier, sont mal vues de l’administration. Mais elles semblent courantes et expriment une réelle immersion dans les rythmes et la vie du quartier, avec tous les aléas que cela suppose. L’environnement familial participe de ce processus d’interpénétration. La fratrie, elle-même insérée dans la ville, n’est jamais loin et reste en contact régulier avec l’agent. Les épouses exercent la plupart du temps une activité propre aux femmes des milieux populaires (lingère, couturière), ajoutant d’autres ensembles de relations ordinaires aux réseaux qui enserrent déjà le mari. On pourrait en dire autant des enfants et des amitiés ou des inimitiés qu’ils nouent avec ceux du quartier. Beaucoup d’agents, surtout, pratiquent la pluriactivité. Utilisant leurs apprentissages antérieurs (le gardien Prévost était garçon boucher…), ils pratiquent d’autres métiers, confection de sacs, de bijoux, de bottes ou élevage de poulet et de lapins64… Bien que cela soit formellement interdit, la situation est manifestement tolérée par l’administration, et parfois ouvertement signalée dans les communications internes. Ces activités tissent à l’évidence d’autres types de liens avec la population et supposent des définitions de soi plus complexes que la seule référence à la fonction policière.

  • 65 R. Hoggart, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.
  • 66 Une précision s’impose sur le terme de quartier que nous avons employé. Il peut à la fois exprimer (...)

48L’agent est donc à la fois à l’écart et intégré dans l’environnement social, économique et culturel des espaces où il habite et travaille. Il constitue une sorte d’hybride social et correspond mal à la séparation entre « eux » et « nous » que proposait Richard Hoggart à propos des travailleurs de l’administration au sein des quartiers populaires65. Il serait plutôt à la fois l’un et l’autre. Des indices, malheureusement trop rares pour faire réellement preuve, appuient cette description. Les agents qui ne sont pas mariés au moment de leur prise de fonction épousent ainsi, lorsqu’on en retrouve la trace, tantôt une personne qu’ils connaissent depuis longtemps, généralement originaire de leur région de naissance (ce qui les rend caractéristiques des formes d’intégration urbaine où le lien avec le lieu d’origine est fort) ; tantôt une fille du quartier, supposant alors une forte insertion dans le quartier. Le devenir professionnel des agents retraités aboutit à une même analyse. L’ancien agent peut devenir employé dans une administration commerciale ou d’État, suggérant que le passage par la police assure une pénétration dans le monde de l’administration. Mais il peut également reprendre son activité artisanale antérieure, ou bien, cela apparaît à quelques reprises, ouvrir un débit de boisson dans son ancien quartier d’exercice : dans ces cas, l’identité locale a clairement pris le pas sur l’identité policière. Le parcours des enfants, entre employé et ouvrier de métier, semble aller dans le même sens : ces « doubles voies », dont il faudrait pouvoir apprécier plus sûrement la fréquence, illustrent cet enchevêtrement indistinct des milieux sociaux et culturels au cœur duquel se situe cet agent. Les situations varient bien sûr d’un quartier à l’autre, mais les éléments qui permettent de saisir ce mélange concernent une vaste période et des quartiers très divers : contrasté géographiquement, ce principe d’hybridation et d’insertion distinctive est chaque fois à l’œuvre66.

Puissance sociale et dépendance symbolique

  • 67 D2U8-35.
  • 68 D2U8-92, Déposition de Mme Célina Cormonin.
  • 69 D2U8-92, Rapport du gardien de la paix Hardy du 18e arrondissement, 10 septembre 1879, puis déposit (...)

49Cette situation apporte à l’agent, en dehors de son service, avantages et inconvénients. Les premiers se traduisent par ce qui s’apparente à une puissance sociale aux yeux des habitants. En cas de problème, on se tourne vers lui, telles les marchandes du marché des Carmes qui, après la disparition d’un jeune garçon, Émile Maranne, vont chercher Théophile Elser, agent et père d’un des amis de l’enfant : le policier prolonge sa fonction, ou plus exactement le rapport particulier à l’ordre qu’elle suppose, jusque dans son espace privé67. Cette puissance s’exprime aussi dans la confiance qu’il inspire et qui rend de nombreux services, que ce soit à lui ou ses parents. Lors de l’affaire Richelet déjà évoquée, il apparaît que par deux fois, le gardien de la paix Leca a trouvé une place à sa sœur, comme domestique puis chez un marchand de vin, et que le prestige associé à la fonction a pesé. Cette confiance peut jouer lors de la recherche de logement, comme l’explicite une des propriétaires de Prévost : « nous nous sommes dit mon mari et moi : “Voilà un sergent de ville qui va faire un bon locataire68”. » L’agent touche un traitement régulier, appartient à l’administration, et tout se passe aussi comme si, dans l’esprit des propriétaires, son rapport à l’ordre public garantissait son ordre domestique. Cela influe sans doute aussi dans les crédits que les marchands lui accordent, encore qu’il s’agit d’une pratique courante à Paris. Il est possible enfin que ce statut pèse jusque dans les techniques de séduction. La virilité des agents est un thème récurrent de leur vie sociale. Les rumeurs sur les maîtresses des agents, fondées ou non, circulent au sein des familles et des brigades, au point d’émerger au cours de certains procès. Le meilleur exemple est fourni par Prévost qui, en huit ans, semble avoir accumulé les maîtresses, mariées ou non. Il est évidemment difficile d’évaluer le rôle de la fonction dans sa capacité de séduction, d’autant que d’après les témoins, qu’ils soient policiers ou civils, hommes ou femmes, c’était un « bel homme ». Le soir du meurtre, déguisé en garçon boucher, Prévost part en tout cas jeter les débris du corps de Lenoble dans les égouts. Un groupe de femmes, qui stationne devant une porte, est intrigué par cette activité et va prévenir un gardien de la paix en tournée, Hardy. L’une d’elles, Mme Thiry, ne peut décrire l’individu à l’agent autrement qu’en le comparant « à un homme du poste de l’Évangile », qu’elle qualifie de « bel homme ». L’agent lui demande alors s’il s’agit de Prévost, à quoi elle répond : « je ne sais pas, mais c’est le plus bel homme du poste69 ». Le témoignage, capital dans la découverte de l’assassin, montre d’une part qu’un policier peut difficilement se déguiser dans son propre quartier, mais aussi que la beauté de l’agent est un critère dans les discussions courantes des femmes du quartier. Peut-être a-t-on là une trace, inscrite dans la trame quotidienne de la ville, de l’association symbolique entre puissance publique et virilité au xixe siècle, signalée par de nombreux travaux.

  • 70 APP, Répertoire de Belleville, 1871-1873.
  • 71 D2U8-40, Charrier Marie, coups et blessures volontaires, 19 octobre 1880.
  • 72 Audition devant le juge d’instruction du sous-brigadier Antoine Charrier, ex-sous-brigadier des gar (...)

50Cette identité particulière aux yeux du quartier n’est pourtant pas dépourvue, on l’a dit, de désavantages. De même que l’agent prolonge la relation à l’autorité dans son espace privé, il en prolonge la détestation. La mésaventure de Claude Moyeux, 35 ans, gardien de la paix au 20e arrondissement, en est sans doute l’un des meilleurs exemples. Le 11 mars 1872, il rentre chez lui vers minuit, après son service et en uniforme. Il croise en bas de son immeuble deux personnes, dont un ouvrier marbrier appelé Charles Démat. À sa vue, ce dernier s’écrie : « Ah, c’est le petit Gustave […] il faut que je lui crève la gueule. » Le gardien lui demande de passer son chemin et rentre chez lui. Mais en arrivant au palier du premier étage, Démat lui saute dessus en le serrant violemment à la gorge, avant d’être arrêté par son camarade. Le registre du commissariat précise le lendemain que « Gustave » est « le prénom par lequel on désigne d’habitude ce gardien de la paix70 ». Cet usage ouvrier du surnom, à minuit, devant l’immeuble de Moyeux, paraît emblématique de l’interconnaissance qui peut caractériser les relations entre les agents et les habitants. Il exprime lui aussi la confusion entre temps du service et de non-service, et la difficulté pour un agent d’échapper, dans le regard des habitants, à sa définition policière, avec des effets ici plus brutaux. D’autres inconvénients caractérisent cette insertion particulière, comme la nécessité pour le policier en tenue de tenir compte des normes et des représentations qui régissent réputations et positions au sein des quartiers. Le cas le plus éclairant, mais non le seul, est sans doute celui du sous-brigadier Charrier71. Il apparaît dans les archives judiciaires car sa femme lui a jeté du vitriol à la figure en 1880, mais il est déjà démissionnaire de sa fonction à cette date. Comme il l’explique au commissaire puis au juge d’instruction, ce que confirme un rapport de son ex-officier de paix, sa femme le suivait en permanence pendant ses tournées de contrôle, mal habillée et mal coiffée. Elle « alla[it] même jusqu’à m’adresser publiquement des informations à haute vois sur ceci ou cela. J’ai finis par redouter un véritable scandale sur la voie publique. Vous voyez quel effet cela aurait eut produit de voir un agent en uniforme publiquement injurié par sa femme72. » (sic)

51Cette menace et ces « hontes » répétées l’ont poussé, précise-t-il, à abandonner sa fonction, sans que l’administration le lui demande, comme le rappelle son officier de paix. Subir les remarques à haute voix de sa femme, alors qu’on est en pleine rue et en uniforme, briserait la crédibilité nécessaire à l’action policière. De tels écarts contreviennent surtout trop aux normes de virilité en vigueur dans la rue, tout particulièrement lorsqu’il s’agit de représenter l’ordre. La démission de Charrier montre combien l’agent est soumis, tout autant qu’à celles de l’institution, aux définitions de l’ordre produites par les habitants (l’agent doit savoir tenir son intérieur). Vivant dans le quartier, pris dans le tissu social qui le compose, le policier tire une partie de son identité et de son pouvoir social du regard constant des habitants et des attentes, le plus souvent implicite, qui l’ordonnent. Il mélange ainsi les différentes définitions de sa fonction, qui se prolongent jusque dans son intimité.

52Vie privée et vie publique, univers professionnel et non professionnel, temps du service et du hors service semblent au final se mêler et se confondre sans cesse, sans constituer une identité stable, mais imposant au contraire de permanents ajustements. C’était dans une certaine mesure ce que voulait la préfecture de Police, mais elle n’avait sans doute pas prévu la complexité et la variété des liens qui allaient peu à peu se tisser. Cet aspect rappelle que l’efficacité symbolique liée à la fonction policière se prolonge, tamisée, adoucie, personnalisée, jusque dans les espaces privés. Il permet en outre de supposer le nombre d’arrangements, d’affaires et de résolutions, formelles ou informelles qui se déroulent en amont de nos sources et qui jouent un rôle dans l’ordre quotidien des espaces concernés. Enfin, il suggère que lors de ses interventions quotidiennes, il y a des chances pour qu’un agent connaisse, au moins de vue, une des personnes impliquées, ce qui modifie sans doute l’interaction qui en découle.

Espace policé, espace partagé, espace public

  • 73 E. Goffman, op. cit.

53Les différents points qui viennent d’être développés ne sont pas déconnectés les uns des autres. Lorsque le policier est dans la rue, pèsent donc tout à la fois l’organisation de l’activité, les attentes de la préfecture de Police, les représentations plus ou moins partagées du métier, la configuration sociale des quartiers, les relations privées de voisinage ou encore les ordres de la rue. Ensemble, ils composent un véritable « système social en miniature73 », qui agit constamment, sans pour autant prédéterminer l’issue des échanges. Celle-ci dépend ensuite des marges de manœuvres des protagonistes ou d’autres situations particulières à l’interaction.

54L’essentiel est que cette tension, tue ou manifeste, soit à l’œuvre à chacune des rencontres. Les conditions d’exercice de la réforme de 1854 lui donnent en effet une importance remarquable : si elle est fugace, ne durant que le temps du passage de l’agent, elle est nouvelle et se répète toute la journée, à chaque tour d’îlot, sur l’ensemble du territoire parisien. Ces contraintes, résistances et arrangements, mêmes infimes (surtout ceux-là, les plus courants) constituent ainsi un phénomène massif qu’il convient d’analyser comme tel.

  • 74 M. de Certeau, « Microtechniques et discours panoptiques », in Histoire et psychanalyse entre scien (...)

55Il correspond bien aux analyses de Michel Foucault sur la disciplinarisation de l’espace social. L’insertion d’un représentant visible de l’État au cœur de la rue parisienne est déjà révélatrice du processus. Importe aussi le fait que, plus que les interventions policières, ce qui compte est bien la coprésence des corps : elle entraîne une retenue des gestes, des regards, et des attitudes caractéristique des microtechniques de pouvoir. En ce sens, ces interactions sont un des lieux, parmi d’autres, de la diffusion des « essaimages disciplinaires » au xixe siècle74. Cependant, on l’a vu, si elle agit d’elle-même, la présence policière doit également s’adapter aux attentes et aux résistances de la rue. Les aménagements pèsent lors des actions quotidiennes, mais ils engagent aussi l’ensemble de l’institution. Sans doute est-il ici possible de reprendre l’analyse institutionnelle du premier chapitre : on comprend mieux la multiplication des circulaires précisant la pratique quotidienne, les tentatives avortées de réforme (comme un projet d’habitat collectif des policiers proposé en 1860, abandonné faute de moyens et d’intérêt des agents), ou encore la plus grande précision des numéros de collet en 1872 : ce sont autant d’adaptations institutionnelles a posteriori à une expérience de terrain inédite.

  • 75 Ils confirment en partie sa chronologie : selon elle, la rue du xviiie siècle se prolonge jusqu’en (...)

56Ne s’organise donc pas tant un espace discipliné ou policé qu’un apprentissage partagé de la rue. Le phénomène peut être précisé. Ce qui est en jeu dans ces échanges c’est de l’État, entendu au sens large, celui que le policier incarne dans le quotidien de la ville : un État négocié, qui se diffuse, s’adapte et se modifie en même temps. La présence policière met par ailleurs en place, le temps du contact, une interrelation et une expérience spatiale originale : elle produit aussi de la rue. On peut alors dire que se noue dans ces échanges une nouvelle configuration d’« espace public », dans le sens où de l’État s’immisce tout en se transformant dans les relations ordinaires qui composent le monde de la rue. Compris ainsi, les nouveaux agents sont une des traces de l’émergence d’une nouvelle rue parisienne du xixe siècle, distincte, comme l’avait suggéré Arlette Farge, de celle du xviiie siècle75.

  • 76 Piette, Éthnographie de l’action, Métailié, 1996.
  • 77 L’expression fait référence à un article de Guy Di Méo qui insiste sur les enjeux socio-spatiaux de (...)
  • 78 C’est la critique adressée par Luc Boltanski aux approches goffmaniennes (« Erving Goffman et le te (...)

57Des points restent à préciser. Il est possible de se demander si la tension à l’œuvre dans ces rencontres n’a pas été un peu forcée : du fait de la problématique et des sources mobilisées, l’analyse insiste particulièrement sur cette dimension. À force de répétition, ne se développe-t-il pas des habitudes et des routines qui rendent les interactions moins vives et plus ordinaires ? Il faudrait ajouter à cela le rôle des détails qui n’ont pas retenu notre attention, les détails « insignifiants », sans révélations, qui constituent selon Albert Piette un élément essentiel de la vie sociale et de sa fluidité76. Cette forme d’interaction est toutefois récente : elle existe depuis moins de trente ans en 1880 (elle n’a pas encore passé une classe d’âge) et son installation a été interrompue par l’expérience de la Commune. Elle reste donc vive à la période étudiée et le pas des sergents de ville orchestre une géographie du quotidien à la tranquillité tendue77. À l’inverse, l’analyse n’insiste-t-elle pas trop sur les aménagements ? Cela peut procéder d’un « effet de méthode », dans la mesure où les approches interactionnistes privilégient souvent l’examen des effets réciproques entre acteurs. Le policier n’impose-t-il pas plus fermement son autorité et n’est-il pas davantage l’homme de son institution78 ? Il convient en premier lieu de noter que l’attention aux interrelations ne signifie en aucun cas que la relation soit égalitaire et dépourvue de rapports de force. Le policier, expression armée de l’autorité, reste celui qui au final détient et exerce l’autorité – et le fait est manifeste dans les archives, qui en sont le résultat. L’activité policière ne renvoie par ailleurs pas à une profession ou même à un métier dans les années 1860-1880 et il n’existe pas de culture professionnelle qui les préparerait à ces rencontres et confrontations. Compte tenu des conditions de l’échange, les agents ont donc une grande marge de manœuvre sur le terrain, ce qui favorise l’arbitraire, mais elle est limitée par la densité des ordres de la rue. Si elle est asymétrique, l’interaction est alors bien particulièrement ouverte.

L’émergence d’une relation

58Il convient à ce stade de croiser les fils dégagés, tant ils paraissent dessiner un tableau cohérent. Les politiques institutionnelles, l’organisation de l’activité, les représentations sociales, les échanges et les conflits, chacun à leur rythme, se nourrissent donc les uns les autres et semblent pris dans un même mouvement. Le régime et la préfecture paraissent entraînés dans une voie qu’ils ont voulue, mais qu’ils ne contrôlent pas. Surtout, ce processus suggère bien que la relation police-société s’est profondément modifiée.

  • 79 Corbin, « L’arithmétique des jours au xixe siècle » in Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, Aubi (...)

59Pour comprendre le phénomène, il faut sans doute le réinscrire dans des évolutions plus générales, comme la plus grande rationalisation de l’espace et du temps urbain, le processus d’industrialisation, le développement de l’État et des administrations dans la vie sociale, l’affinement des seuils de tolérance à la violence ou encore l’affirmation d’un nouveau régime scopique qui fait de la rue un espace de spectacle79. Tous ces processus se croisent et expriment une mutation lente, d’ordre anthropologique, du rapport au monde social, dans laquelle s’insère cette nouvelle relation et à laquelle elle contribue en retour.

60L’étude du policier en tenue conforte ainsi l’idée d’un lien entre ces dynamiques et montre que ce changement se traduit aussi, dans la capitale, par une nouvelle forme d’ordre urbain. Elle suggère également que le mouvement n’est pas linéaire mais heurté, diffus, fait de permanentes tensions et ajustements. Elle en montre aussi les hésitations : cette relation police-société apparaît encore dans une phase de construction. L’ambigüité de la nature sociale de l’agent en est peut-être la meilleure expression : L’activité, ses représentations sociales et ses pratiques de terrain montrent qu’il ne semble pas avoir trouvé un rôle exact et il convient d’évoquer plus prudemment un « état social » du policier. Cette relation est en même temps déjà ancrée dans les manières de vivre parisiennes, comme en témoignent paradoxalement les événements de la Commune.

Notes

1 J.-P. Brodeur, « La police de proximité aux États-Unis : les incompatibilités des pratiques policières », Informations sociales, n° 92, p. 106-118.

2 E. Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne, t. I, La Présentation de soi, et t. II, Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit, 1973. Sur le choix de ces deux ouvrages en particulier, nous nous permettons de renvoyer à notre travail de thèse. Pour une discussion plus serrée des adaptations à l’analyse historique, voir Q. Deluermoz, « Goffman au xixe siècle : policiers, ordres sociaux et à Paris au xixe siècle », Carnets de bord, 14, 2007, p. 33-41.

3 Sur ces questions, voir H. S. Becker, « La théorie de l’étiquetage, une vue rétrospective (1973) », dans Outsiders, Paris, Métailié, 1985. L’observation, même la plus directe, reste toujours médiate (angle de vue, systèmes de références, sujet étudié, discours postérieur…), parfois même pour les acteurs.

4 C’est ce que Howard Becker appelle « l’induction analytique pas trop rigoureuse ». Pour des recherches où la documentation est éclatée, elle lui paraît bien l’une des voies d’analyse les plus sûres et prudentes (H. S. Becker, Les Ficelles du métier, Paris, La Découverte, 2002 (1re éd., 1998), p. 319-325). Sur la mise en réseau de cas, sa portée épistémologique et probatoire, voir P. Livet, « Les diverses formes de raisonnements par cas », in J. Revel, J.-C. Passeron (dir.), « Penser par cas », Enquête, Paris, EHESS, 2005, p. 229-254.

5 En ce sens, la démarche s’inscrit davantage dans les prolongements récents de la sociologie interactionniste, qui mettent plus nettement en rapport les analyses macro et micro. Voir par exemple, Abbott, The System of Profession, op. cit., et A. Cicourel, Le Raisonnement médical, Paris, Seuil, 2002 (sur cette question, voir notamment l’introduction de Pierre Bourdieu).

6 ADVP, VI1/1.

7 Il est difficile de distinguer un seul « motif » pour des interventions qui relève d’un processus plus vaste. Si l’on accepte de simplifier et que l’on se concentre sur les carnets de rapports et les dossiers de procédures de la période 1850-1880, on constate que les policiers interviennent d’abord pour un « événement extérieur » (accidents, rixes… 63 occurrences), puis à la suite de réquisitions (55 occurrences). Le policier intervient « de sa propre initiative » 63 fois, mais les motifs sont très variés et correspondent souvent à d’autres formes de « sollicitations extérieures » (insultes et « scandales »). Malgré les incertitudes des décomptes, il apparaît que les policiers s’occupent peu de réglementation et réagissent avant tout aux sollicitations, ce qui conforte l’idée d’un « ordre des apparences ».

8 ADVP, D2U6-3, Burch Joseph, blessures involontaires, 21 octobre 1869.

9 M. Roncayolo, « La production de la ville », loc. cit.

10 ADVP, VI1/1, op. cit.

11 Ce terme (qui exprime tout ce qui est en dehors des définitions judiciaires) est peut-être préférable à celui d’« infrajudiciaire », qui présuppose un regard porté depuis l’institution judiciaire, et l’idée qu’un des domaines serait plus légitime que l’autre. Considéré depuis la rue, cette lecture ne vaut pas.

12 La violation de domicile par un fonctionnaire est passible d’une peine de prison de six jours à un an, et de 16 à 500 francs d’amende (Code pénal, art. 184). Au-delà, il s’agit bien d’un des interdits majeurs de l’action policière, censé garantir sa légitimité et protéger les citoyens, ressassé régulièrement aux agents.

13 Voir H. S. Becker, Outsiders, op. cit.

14 Selon Howard Becker, la déviance serait aussi une activité collective complexe, nécessaire à la vie sociale, faite de constantes recompositions entre des acteurs souvent en désaccord (H. S. Becker, « La théorie de l’étiquetage », loc. cit.). Georges Balandier estime de la même manière que le désordre est une donnée anthropologique, constante et nécessaire, de l’existence sociale : celle-ci hoquetterait en permanence entre un ordre branlant et un désordre contenu (G. Balandier, Anthropologie politique, Paris, PUF, 1974). Pris au niveau de la rue, de telles analyses sont justifiées, quoique les « désordres » semblent souvent des « ordres » d’« autres » occupants de la rue.

15 Par exemple : M. Foucault, Surveiller et Punir, Paris, Gallimard, 1975 ; D. Kalifa, L’Encre et le Sang, op. cit. ; J.-F. Wagniart, Le Vagabond à la fin du xixe siècle, Paris, Belin, 1996 ; M. Perrot, « Quand la société prend peur de sa jeunesse en France, au xixe siècle », dans Les Jeunes et les Autres, M. Perrot (dir.), Vaucresson, Centre de recherches interdisciplinaires de Vaucresson, 1986, p. 19-28 ; D. Nourrisson, Le Buveur du xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1990.

16 ADVP, D2U83, Paquot Eugène, Paquot Ernest, Debouy Eugène, vols et violence, 23 mai 1867.

17 D. Kalifa, « L’attaque nocturne », Société & Représentations, n° 4, 1997, p. 121-138.

18 ADVP, D2U6-10, Provost Charles Louis, vol et infraction à la loi du 3 décembre 1849, 20 septembre 1871.

19 J.-F. Wagniart, Le Vagabond à la fin du xixe siècle, op. cit.

20 À ce sujet, voir A. Nugues-Bourchat, « Hors des rythmes urbains ? Aspects de la fragilité populaire dans le Lyon du xixe siècle », in O. Zeller, Les rythmes de la ville (xve-xxe siècle), à paraître.

21 ADVP, D2U6/3, Harel Dominique, vagabondage, 1er août 1870, extrait de l’ordre de consigne du 28 juillet 1870.

22 « Les vagabonds ou gens sans aveu sont ceux qui n’ont ni domicile certain, ni moyens de subsistance, et qui n’exercent habituellement ni métier ni profession. » L’article 269 précise que le vagabondage est un délit punissable de six mois d’emprisonnement. Cette définition juridique date de 1810, mais elle est en vigueur tout le xixe siècle, quoique diversement appliquée selon les périodes.

23 J-J. Yvorel, « De Gavroche aux apaches, sources et méthodes d’une histoire des illégalismes juvéniles », in L’Histoire contemporaine et l’usage des archives judiciaires, op. cit., p. 451-462.

24 H.S. Becker, « La théorie de l’étiquetage », loc. cit.

25 D. Nourrisson, Le Buveur du xixe siècle, op. cit. Cette angoisse n’était d’ailleurs pas dénuée de fonde ment puisqu’elle accompagnait une démocratisation de la consommation d’alcool, ainsi, semble-t-il, qu’une évolution des pratiques de plus en plus tournées vers une consommation solitaire et privée.

26 « Seront punis d’une amende de 1 à 5 francs inclusivement, ceux qui seront trouvés en état d’ivresse manifeste dans les rues, chemins, cafés, places, cabarets ou autres lieux publics. » (Loi du 3 février 1873, art. 1)

27 G. Jacquemet, Belleville au xixe siècle, du faubourg à la ville, Paris, EHESS, 1984.

28 Il reste un autre cas où l’ivresse joue un rôle, mais qu’on ne voit pas dans les mains courantes, celui des affaires plus graves qui se jugent au pénal. L’ivresse est souvent évoquée par l’accusé comme facteur déresponsabilisant. Les policiers en tenue peuvent alors, s’ils l’ont vu au moment de l’arrestation, témoigner pour évaluer le degré d’ébriété. Leurs dépositions manifestent (ou se donnent l’allure d’) un véritable savoir-faire en la matière (évaluation des démarches et des capacités).

29 Loi du 3 février 1873, art 2. L’inculpé devient alors punissable d’un emprisonnement de six jours à un mois et d’une amende de 16 à 300 F. En cas de récidive, les peines pourront être élevées jusqu’au double.

30 Au bout de deux arrestations pour ce motif, l’inculpé devient punissable d’un emprisonnement de six jours à un mois et d’une amende de 16 à 300 F (loi du 3 février 1873, art. 2).

31 De la même manière, au cours des mois de février et mars 1873, le secrétaire du commissariat de Belle ville écrit pompeusement « infraction à la loi du 3 février 1873 », puis à partir d’avril, la mention commence à devenir plus laconiquement « ivresse ».

32 Voir par exemple R. Morieux, « Des règles aux pratiques juridiques : le droit des étrangers en France et en Angleterre pendant la Révolution (1792-1802) », in P. Chassaigne, J.-P. Genet (dir.), Droit et société en France et en Grande-Bretagne, xiie-xxe siècles : fonctions, usages et représentations, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 127-147.

33 M. Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au xixe siècle », Annales ESC, n° 1, 1975, p. 67-93.

34 E. Goffman, « Les apparences normales », in La Mise en scène de la vie quotidienne, t. II, Les Relations en public, op. cit.

35 Il s’agit d’un jeu de dés qui met face à face un « banquier » et des « pontes ». Les jeux faits, le banquier met deux dés dans un cornet et le renverse. Si l’addition des deux dés amène du premier coup le nombre 7 ou le nombre 11, il rafle la mise. S’il fait un autre chiffre, le jeu continue, jusqu’à ce qu’il reproduise le numéro obtenu au premier coup. S’il fait 7 avant, il perd car ce nombre devient « celui des pontes ».

36 ADVP VI1/1, Cahiers de brigades, 30 octobre 1868, service de 7 à 8 heures. Cela signifie que depuis la prise de service (7 heures), soit en moins d’une heure, ils les ont vus trois fois – soit vraisemblablement à chacun de leur passage.

37 ADVP, Carnet de rapport du sergent de ville Rouch.

38 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 22 novembre 1872. On peut supposer que la chanson en question n’était pas séditieuse, sinon le policier l’aurait mentionnée dans son rapport (l’inculpé est d’ailleurs laissé libre par le commissaire de police qui juge le motif d’arrestation insuffisant).

39 Le terme est emprunté à Erving Goffman, et désigne l’ensemble des normes informelles qui règlent la vie sociale : politesse, évitement, bruits, mouvements… La présence de l’agent pèse aussi sur cet « ordre tacite ».

40 Ainsi les cahiers de la brigade de la Folie-Méricourt des années 1867 à 1870 (ADVP, VI1/1) ne comportent jamais plus de deux mentions par service de trois heures, qu’il s’agisse de celui de 7 à 10 heures ou de 10 à 2 heures (le matin). Certes tout n’est pas mentionné et il manque le temps de nuit, mais si l’on considère un des quartiers les plus turbulents, le Belleville des années 1871-1873, on constate que les policiers en tenue amène en moyenne une personne par 24 heures au commissariat du quartier. Cela fait beaucoup et, si l’on rappelle qu’une vingtaine d’agent circulent en permanence dans la rue, assez peu également : la plupart du temps, il ne se passe rien sur le terrain qui mérite d’être présenté ou même indiqué au poste ou devant le commissaire.

41 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 26 mars 1873.

42 ADVP, D2U6-10, Alexandre Rousseau, outrage aux agents, 21 septembre 1871.

43 APP, Répertoire de Belleville, 1872-1873.

44 Le ridicule est une vraie forme de résistance au pouvoir (G. Balandier, Le Pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1980).

45 APP, Répertoire de Belleville, 1871.

46 Le terme d’« ouvrier » est employé au sens large, mais concerne sans doute surtout les ouvriers qualifiés et les ouvriers de secteurs spécifiques (métallurgie…). Le système de valeur évoqué a été bien mis en valeur par Yves Lequin (« Le métier », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1986, p. 377-419) et par D. Cooper-Richet (Le Peuple de la nuit. Mines et mineurs en France, xviiie-xxe siècle, Paris, Perrin, 2002).

47 Lorsque les agents doivent se battre, il s’agit le plus souvent de cambrioleurs surpris qui cherchent à prendre la fuite. La lutte se déroule alors, semble-t-il, sans injures ni éclats. Ils viennent après l’arrestation.

48 Les archives induisent une forte distorsion : les traces de coups reçus par l’agent sont scrupuleusement décrites et indiquées par le commissaire, quand ce n’est pas le cas pour les personnes arrêtées.

49 ADVP VI1/1, Carnet de rapports du sergent de ville Rouch, 4 octobre 1868.

50 APP, Répertoire du commissariat de Belleville, 1871-1873

51 Farge, Vivre dans la rue à Paris au xviiie siècle, op. cit.

52 G. Jacquemet, Belleville au xixe siècle, op. cit. Sur la notion de quartier et ses lectures, voir P.-Y. Saunier, « Quelques éléments sur l’étude du quartier en histoire urbaine », loc. cit.

53 APP, Répertoire de Belleville, 22 mars 1872.

54 Sur la mise en place de la zone et ces formes d’appropriations, voir J.-L. Cohen, A. Lortie, Des fortifs au périph, Paris : les seuils de la ville, Paris, Pavillon de l’arsenal, 1992 ; M. Leveau-Fernandez, La Zone et les Fortifs, Pantin, Le Temps des cerises, 2006.

55 Faure, « Paris au diable vauvert ou la fosse aux lions », Histoire urbaine, n° 2, décembre 2000, « Peurs citadines », p. 149-170.

56 Voir W. Scott Haine, The World of the Paris Cafe: Sociability among the French Working Class, 1789-1914, Baltimore, John Hopkins University Press, 1996.

57 S. Delattre, Les Douze Heures noires, op. cit.

58 C’est ce que montre H. Becker, op. cit. : certains groupes développent une véritable « culture déviante ». W.F. White en propose un bon exemple en montrant ce qu’est une « bande » dans son étude classique d’une « street corner society » (W.F. White, Street Corner Society, Paris, La Découverte, 1995, 1re éd., 1943).

59 Voir O. Roynette, Bons pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du xixe siècle, Paris, Belin, 2000.

60 D2U8 / 92, Prévost Victor, op. cit.

61 ADVP, D2U8-101, Richelet Simon, tentative d’assassinat, 20 juillet 1880.

62 Emsley, « The Policeman as Worker: A Comparative Survey, c. 1800-1940 » International Review of Social History, vol. 45, part I, April 2000, p. 89-110.

63 J.-C. Farcy, A. Faure, La Mobilité d’une génération de Français. Recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du xixe siècle, Paris, INED, Cahier n° 151, 2003.

64 Dossier « Victimes du devoir » de Bacom ; D2U8-92, Comiti ; D2U8-40, Charrier ; D2U6-4, Femme Crussard Annette, arrestation illégale, vol, 6 juillet 1871.

65 R. Hoggart, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

66 Une précision s’impose sur le terme de quartier que nous avons employé. Il peut à la fois exprimer le « quartier administratif » dans lequel travaille le policier mais aussi signifier le réseau de sociabilité et d’identification qui définit comme tel une portion d’espace, ou traduire enfin le réseau de sociabilité et d’interconnaissance dans lequel l’agent est immergé. Le terme de « voisinage » serait peut-être plus approprié pour cette dernière situation. Mais le problème est qu’il est difficile de différencier un moment du quartier de police, un moment du « quartier » et un moment du voisinage. Les trois ne se recouvrent qu’imparfaitement, mais sont en même temps confondus aux marges. Nous préférons donc conserver l’ambiguïté que recouvre le terme.

67 D2U8-35.

68 D2U8-92, Déposition de Mme Célina Cormonin.

69 D2U8-92, Rapport du gardien de la paix Hardy du 18e arrondissement, 10 septembre 1879, puis déposition devant le juge d’instruction du 20 septembre 1879. Elle est confirmée par les deux autres femmes présentes (les trois sont alors voisines au 153, boulevard de la Chapelle.)

70 APP, Répertoire de Belleville, 1871-1873.

71 D2U8-40, Charrier Marie, coups et blessures volontaires, 19 octobre 1880.

72 Audition devant le juge d’instruction du sous-brigadier Antoine Charrier, ex-sous-brigadier des gardiens de la paix, 2 août 1880.

73 E. Goffman, op. cit.

74 M. de Certeau, « Microtechniques et discours panoptiques », in Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Seuil, 1987, p. 174-187.

75 Ils confirment en partie sa chronologie : selon elle, la rue du xviiie siècle se prolonge jusqu’en 1848 (A. Farge, Vivre dans la rue, op. cit.).

76 Piette, Éthnographie de l’action, Métailié, 1996.

77 L’expression fait référence à un article de Guy Di Méo qui insiste sur les enjeux socio-spatiaux de ces routines (« Les géographies tranquilles du quotidien », Cahiers de géographie du Québec, vol. 43, n° 118, 1999, p. 75-93). Dans cette perspective, la mise en place hésitante d’une routine correspondrait à une « territorialisation » en cours de l’espace parisien.

78 C’est la critique adressée par Luc Boltanski aux approches goffmaniennes (« Erving Goffman et le temps du soupçon », Information sur les sciences sociales, 12 (3), SAGE, 1973, p. 127-147).

79 Corbin, « L’arithmétique des jours au xixe siècle » in Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, Aubier, 1991, p. 9-22 ; C. Studeny, L’Invention de la vitesse, op. cit. ; J.-L. Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, t. II, De l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Seuil, 2003 ; G. Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001 ; M. Perrot, « De la Révolution à la Grande Guerre », P. Ariès, G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. IV, Paris, Seuil, 1997 ; J. Crary, L’Art de l’observateur, vision et modernité au xixe siècle, Nîmes, J. Chambon, 1994 ; V. Schwartz, Spectacular Realities, op. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540