Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Première partie. La visibilité en action (1854-1880)

Chapitre 1. La « nouvelle dynamique de l’ordre »

Texte intégral

« Une forte cohorte de sergents de ville, armés de lanternes, fit irruption dans la maison. »
P.-A. Ponson du Terrail, La Résurrection de Rocambole, ch. XXXIII

Le projet de réforme : civiliser Paris ?

1« Frappé de l’excellente organisation de la police de Londres, vous avez désiré que la police parisienne ne lui restât pas inférieure. » À lire le rapport à l’Empereur du ministre de l’Intérieur Billault qui présente en septembre 1854 la réforme de la police municipale, la source de l’inspiration ne laisse aucun doute. Dans sa « constante sollicitude pour le bien-être et la sécurité des citoyens », Napoléon III aurait importé à Paris la meilleure police qui existe au monde. Le fait, à vrai dire, est plausible : au cours de sa vie aventureuse, Louis Napoléon Bonaparte a pu découvrir le fonctionnement de la Metropolitan Police. Avant son élection à la présidence de la République en 1848, il fut en effet carbonaro, emprisonné au fort de Ham, puis exilé à Londres entre 1846 et 1848. Devenu empereur, il a alors tout le loisir d’apporter le fruit de son expérience. Cette histoire, qui emprunte au récit des « grands hommes », ne doit cependant pas imposer sa simplicité. Ce texte publié au Moniteur universel est destiné à être repris par les journaux et à promouvoir la nouvelle organisation policière auprès de la population parisienne. En jouant avec la logique implicite du genre qui assimile l’Empereur à la Nation, il est possible de suggérer que la réforme s’inscrit dans une histoire plus ample. Bien que la faiblesse de la documentation disponible rende difficile une restitution précise de la genèse de cette réforme, il semble en effet évident qu’elle répond à des raisons plus nombreuses et anciennes.

L’impossible recours aux polices juilletistes et républicaines

2Lorsque Napoléon III prend la décision de réformer la police municipale parisienne, il n’a en fait pas vraiment le choix : le régime s’est imposé par la force il y a trois ans à peine, avec le coup d’État de 1851, puis avec la proclamation du Second Empire en 1852. Ces deux bouleversements ont paradoxalement été réalisés au nom de la sauvegarde du suffrage universel, qu’avait amputé les parlementaires en mai 1850. Dès son acte de naissance, le régime paraît ambigu. Les premières années sont marquées par une forte répression, qui s’abat plus longtemps sur les républicains. Mais dès 1852, une fois les principaux foyers matés ou en passe de l’être, le régime doit construire sa légitimité. Les conditions sont favorables : la population a manifesté sa confiance, au moins le temps d’un plébiscite, en novembre 1852 et la reprise économique commence à se faire sentir. Dans cette perspective, Paris revêt une dimension stratégique : la capitale est à la fois le haut lieu des révolutions et la source de légitimité du pouvoir. La reprise en main militaire paraissant achevée, Napoléon III doit rapidement y montrer sa capacité à maintenir un ordre « normal » et « juste », aux yeux de la population bien sûr. Le discours d’investiture du préfet de police Pierre Piétri du 31 décembre 1852 affirme nettement cette ambition :

  • 1 Allocution publiée dans le Moniteur universel du 31 janvier 1852, p. 164.

il n’y a qu’à se laisser pénétrer de la pensée même du Président qui, après avoir affermi l’ordre par des mesures vigoureuses et nécessaires, veut aujourd’hui que l’on s’occupe surtout du bien-être de la population1.

3Le régime ne peut cependant pour cela revenir aux anciennes formes de police, qui sont complètement décrédibilisées depuis la Seconde République.

  • 2 P. Piasenza, « Juges, lieutenants de police et bourgeois à Paris aux xviie et xviiie siècles », Ann (...)
  • 3 Par imaginaire social, nous entendons un ensemble de représentations dynamique et relativement cohé (...)
  • 4 V. Milliot, « Police et peuple à Paris au xviiie siècle », communication inédite à la journée d’étu (...)
  • 5 J.-M. Berlière, « Le policier parisien, deux siècles de fantasmes », Jahrbuch für europäische Verwa (...)

4Un bref retour en arrière est nécessaire. La police, au sens « moderne » du terme apparaît à Paris au xviie siècle avec la création de la lieutenance générale de police. Une fonction autonome de police émerge, marquée par la mise en place d’institutions spécialisées, par la constitution de savoirs spécifiques, par la définition de catégories ciblées d’action (de population et de délits) ainsi que par l’usage d’agents en civil chargés de surveiller la population. Cette surveillance politique, frappée du sceau de l’ombre et du secret, s’ajoute plus ou moins aux anciennes formes locales de régulation, en un ensemble qui demeure en fait varié. Elle assure néanmoins le rayonnement du « modèle parisien » à l’étranger, tout en suscitant la méfiance de la population parisienne2. Le thème de la « mouche », avec ce qu’il suggère de pourrissement et de mort, fait alors son entrée dans l’imaginaire social pour désigner l’espion de police3. Face à cette crainte croissante, certains réformateurs de police, tels Jean-Charles-Pierre Lenoir ou Nicolas Delamarre, suggèrent dès le milieu du xviiie siècle de rendre visible l’action policière pour regagner la confiance des populations4. En dépit de quelques expériences, l’idée n’est pas réellement appliquée. La Révolution française, malgré l’affirmation essentielle du droit à la sécurité et à la protection contre l’arbitraire dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août 1789), reprend en grande partie les formes de police antérieures. La création en 1800 par Napoléon Bonaparte de la préfecture de Police, placée directement sous les ordres du ministère de l’Intérieur, accroît la centralisation et le caractère politique de cette police. Le système des espions, perfectionné par le ministre Fouché, prolonge l’angoisse face aux « mouches », de manière d’autant plus aiguë que la société post- révolutionnaire s’inquiète davantage du brouillage des repères sociaux. Les autres expériences, comme celle de Vidocq, n’améliorent pas le climat de méfiance qui s’installe. Cet ancien bagnard, on le sait, prend la tête du service de sûreté en 1811, au moment de l’émergence d’une police strictement judiciaire. Il compose le service à partir d’anciens criminels, ces derniers, connaissant mieux les milieux où ils devaient opérer, étant censés être plus efficaces. Ces agents interlopes ont surtout rapidement donné prise à une intense production journalistique, romanesque et iconographique qui, nouée au thème de l’espion, a assuré dans les esprits l’image d’un policier à la fois homme de l’ordre et du désordre, agent et malfaiteur5.

  • 6 C. Denys, Police et sécurité au xviiie siècle, Paris, L’Harmattan, 2002.
  • 7 Debelleyme, ex-préfet de police, Histoire de l’administration, Paris, L’Huillier, 1830.
  • 8 A. Lauck, Les représentations de la police parisienne sous la monarchie de Juillet, thèse sous la d (...)
  • 9 « On murmure autour de nous, on nous répète en face : Si les gendarmes portaient la moustache, ils (...)
  • 10 Lyon-Caen, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, op. cit.
  • 11 L. Huart, Muséum parisien, Paris, 1841.

5En réponse à cette lecture très sombre, dans la continuité des réflexions du xviiie siècle, le premier corps de police visible est créé en 1829, à côté des autres forces militaires ou policières qui assurent l’ordre de la capitale. Bien que des agents en uniforme existent déjà, tout comme la dénomination de « sergent de ville6 », il s’agit là de la première force de police moderne en uniforme, identifiée comme telle à l’époque. Ce corps d’agent, d’allure très libérale puisque fondée sur l’idée de transparence d’État et de soumission au regard public, peut surprendre dans le cadre du régime de Charles X, particulièrement après son tournant réactionnaire. Cette police « franche », selon le vocabulaire de l’époque, sert peut-être à atténuer le mécontentement de la population ; mais elle répond également à des déplacements plus amples : elle est indissociable d’après son créateur, le préfet de police Debelleyme, d’un « état constitutionnel7 » – c’est-à-dire d’un État doté de la charte de 1814. Cette exigence de visibilité, comme le laisse entendre la parution en 1831 du Guide des sergens de ville, le premier manuel du genre, accompagne également la plus grande réglementation de l’action policière. Elle peut aussi être liée à l’affirmation, encore timide, d’une opinion publique en cette période de prémices du « régime médiatique ». La fonction de ces policiers est en tout cas certainement d’abord symbolique, comme le suggère la faiblesse des effectifs. Le corps se compose alors d’une quarantaine d’inspecteurs, que l’on a habillés d’un uniforme et qui patrouillent dans Paris sous les ordres d’un officier de paix, depuis leurs postes (un par arrondissement). Ces agents semblent avoir été plutôt bien reçus par la population dans un premier temps8. Mais les perceptions négatives les rattrapent vite, l’uniforme étant rapidement dénoncé comme une façade destinée à masquer au public les coups bas qui se trament dans l’ombre. Le phénomène est d’ailleurs plus large et concerne aussi les gendarmes à la même période9 : si l’association est facilitée par la continuité de missions « en bourgeois » des agents, la réinterprétation tient sans doute à des liens plus profonds associant ombre, ordre et politique dans l’imaginaire social de la France du premier xixe siècle. La révolution de Juillet 1830, lors de laquelle les sergents de ville défendent le régime en place, achève leur discrédit : aux reproches précédents s’ajoutent le caractère politique d’une action qui devrait être « municipale » et surtout le thème de la brutalité militaire, selon une relation facilitée par le nom des agents et le port de l’uniforme. La monarchie de Juillet dissout le corps à son installation, mais elle le recrée quelques mois plus tard, le 8 septembre 1830, avec des effectifs agrandis, sans doute parce que la présence d’une police libérale dans la capitale paraît désormais nécessaire à la légitimité du régime. Le nombre de sergents de ville passe de 85 en 1830 à 300 dans les années 1840. À ce moment, les thèmes les concernant se structurent en un réseau cohérent de représentations, particulièrement efficace en cette période de construction des stéréotypes10. Élaborés en partie par les romanciers et les journalistes, circulant à grande échelle, ils servent alors à organiser un espace social qui continue d’apparaître brouillé. La littérature dite « panoramique » des tableaux de Paris et des études de mœurs est caractéristique de ce travail et l’article « Mouche » du Muséum parisien de Louis Huart, témoigne parfaitement de la fixation des discours ambiants en 184111 :

La mouche n’est pas une des plus belles créations de la nature, il y a beaucoup mieux. Votre précepteur a dû vous apprendre qu’un jeune homme doit se garder principalement de trois choses à Paris : des voleurs, des cabriolets et des mouches.

6Puis l’auteur évoque l’action de ces mouches, qui créent l’émeute pour intervenir ensuite au nom de la sauvegarde du gouvernement.

Donner le signalement de la mouche serait une chose impossible, attendu que la première qualité exigée de tout individu qui se met sur les rangs pour tenir cet emploi consiste à savoir se travestir […] Il est encore d’autres mouches qui se répandent chaque jour sur Paris, et qui partent de la même ruche, du quai des Orfèvres : mais ces mouches, sans être positivement mielleuses, ont un aiguillon qui les rend reconnaissables. Ces mouches de ville ne peuvent pas passer leur journée à butiner de fleurs en fleurs. Elles se contentent d’empoigner tout ce qui se rencontre sur leur passage : c’est ce qui leur a valu leur nom de serre-gens.

  • 12 Paris, Curmer, 1841. Sur ce sujet, voir L. Abelès, S. Le Men, Les Français peints par eux-mêmes, pa (...)

7L’auteur dépeint alors la surveillance d’abord politique de ces mouches qui se préoccupent peu des voleurs ou de l’ordre de la rue. Le récit s’accompagne d’une vignette qui montre, dans une rue sans doute parisienne, une mouche au torse bombé, affublée d’un tricorne de sergent de ville et armée d’un bâton. Très ironique, ce passage, en plus de suggérer l’association croissante entre la police et les sergents de ville, reproduit bien les différentes strates de discours décrites (une police duale, politique et violente). L’apparente contradiction des éléments (des sergents de ville à la fois à la fois visibles – violents – et masqués – trompeurs) ne doit pas surprendre : elle correspond au fonctionnement cumulatif des stéréotypes, qui forment un tout qui se suffit à lui-même. L’ensemble fait à ce moment office de véritable lieu commun. Sans doute ne faut-il pas exagérer la détestation des sergents de ville sous la monarchie de Juillet. Dans l’article « sergents de ville » des Français peints par eux-mêmes, autre exemple achevé de la littérature panoramique paru cette même année, Armand Durantin tâche par exemple de louer la « franchise » de ces agents « visibles » et leur utilité publique. L’ostentation conserve la promesse d’une meilleure police et sans doute une certaine normalisation des relations se dessine-t-elle sur le terrain. L’auteur reste toutefois obligé, après avoir brossé un tableau très sombre de la préfecture de Police, de mentionner ce discrédit et ces motifs, fût-ce pour les critiquer, tant ces thèmes apparaissent bien impossibles à éviter12.

8Cette méfiance s’intensifie avec la Révolution de 1848. La participation des sergents de ville à la répression des journées de Février les associe à nouveau avec le régime précédent et la dénonciation du despotisme. Les discours communs retrouvent une actualité inédite dans les journaux républicains, puis dans la version officielle du nouveau régime, en nourrissant la lecture des événements. Les sergents de ville, en bourgeois, auraient, selon celle-ci, infiltré les rangs des manifestants, excité la foule de l’intérieur, provoquant les heurts avec les sergents en tenue et la troupe qui peut alors les écraser. Il peut s’agir là de techniques bien réelles des agents de la préfecture, mais la vérification en archive est impossible.

9Ces récits retrouvent en même temps la palette des discours signalés : espionnage, tromperie, violence armée et fonction politique. Ils permettent de plus aux auteurs de dédouaner la foule, présentée comme sage et mesurée, de la responsabilité des violences, puis d’opposer le régime orléaniste (et les sergents de ville) au « peuple » – la monarchie de Juillet s’étant précisément appuyée sur cette figure, selon une définition certes abstraite. Qu’une telle version soit crue ou qu’elle fasse l’objet d’une stratégie ne change rien : cette perception de la police en tenue paraît plus « vraie » que jamais. Pour marquer sa différence avec les précédents régimes, la jeune République crée une nouvelle force de police visible, les « gardiens de Paris », clairement distincts des sergents de ville. Le changement de nom accompagne un changement de tenue (qui se caractérise notamment par un chapeau haut de forme appelé « tyrolien »). Surtout, les agents sont désarmés et censés exercer « une sorte de magistrature populaire ». Le projet prévoit deux mille huit cents agents, mais n’aboutira jamais, faute de moyens et d’organisation. Le tournant conservateur issu des élections de 1848 met un terme à cette expérience. Les anciens sergents de ville ressuscitent officiellement le jour de Pâques 1849 – la date n’est pas choisie au hasard – selon les mêmes dispositions qu’en février 1848, mais avec un effectif élevé à 750 agents. Leur retour est lent, mal organisé, et ces agents suscitent alors toujours une méfiance très vive.

10L’équation policière face à laquelle se trouve le régime impérial en 1854 est donc simple : l’existence dans la capitale d’une police civile dont l’action est soumise au regard public semble désormais nécessaire à la légitimité des gouvernements (peut-être les exigences nouvelles du maintien de l’ordre imposaient-elles aussi une force de police spécialisée). Mais en 1851, le corps des sergents de ville est complètement désorganisé par l’expérience républicaine en termes d’administration et de fonctions, tandis que les représentations négatives héritées du xixe siècle se cristallisent de manière inédite : restaurer ou réinvestir ces agents, c’est imposer l’idée d’un régime brutal et oppresseur, ce que veut précisément éviter Napoléon III.

Le bobby londonien, « modèle » de police métropolitaine

  • 13 C. Emsley, The English Police: a Political and Social History, London, Harvester Wheatsheaf, St Mar (...)
  • 14 E. Reynolds, Before the Bobby. The night watch and Police Reform in Metropolitan London, 1720-1830, (...)
  • 15 C. Emsley, « The English Bobby: an Indulgent Tradition », in R. Porter (dir.), Myths of the English(...)
  • 16 M. Deflem, « International Policing in 19th-Century Europe: The Police Union of German States, 1851 (...)
  • 17 C. Emsley, « The English Bobby », loc. cit.

11L’opportunité britannique s’affirme dans ce cadre. Bien que le rapport de Billault mentionne l’existence d’une étude comparative démontrant la supériorité internationale de cette forme de contrôle social, cette dernière n’est pas non plus inconnue en 1854. La police qui intéresse tant l’Empereur, la Metropolitan Police, est née d’une réforme du ministre de l’Intérieur Robert Peel en 1829. Elle substituait à un système lâche et ancré localement de watchmen une police en tenue soumise à une discipline plus sévère et mieux reliée au Home Secretary. Bien que réalisée quelques semaines après la création des sergents de ville13, il n’est pas sûr que l’expérience française ait joué un rôle dans cette décision. La réforme anglaise est surtout plus ambitieuse : en 1830, trois mille bobbies (du prénom de leur fondateur), inscrits dans leurs quartiers d’exercice, circulent sans discontinuer dans l’ensemble des rues de la capitale anglaise.14 En dépit des relectures « whig » qui ont fait de cette police l’indicateur de l’excellence politique britannique, de récents travaux ont nuancé son caractère innovant en rappelant que constable et watchmen circulaient déjà dans les quartiers de Londres : la réforme se caractérise surtout par la mise en uniforme et le meilleur contrôle des agents. Les nouveaux agents n’ont en outre pas fait immédiatement l’objet d’un consensus. Les ouvriers se seraient montrés plutôt méfiants, tout comme une partie de la bourgeoisie radicale et libérale qui voyait dans l’uniforme une militarisation très « française » des policemen, incompatible avec le respect des libertés civiles. Les critiques commencent toutefois à s’effacer devant les louanges à partir des années 185015. Le bobby apparaît peu à peu comme un personnage respectable et efficace contre le crime, ce que confirme, aux yeux de toute l’Europe, le « printemps des peuples » de 1848. Londres jugule en effet l’agitation chartiste en mai, quand Paris et Berlin ploient sous les insurrections. L’image du policier londonien non armé, non militaire, non politique, personnification idéale du système légal anglais devient alors un lieu commun que l’on retrouve dans les discussions politiques, les journaux et la littérature de grande diffusion britannique. Cette lecture s’impose donc elle aussi comme une référence partagée, en Angleterre et au-delà. Nous connaissons mal les modalités de diffusion de cette image. Il est toutefois certains que l’Exposition universelle de Londres en 1851 constitue une étape décisive du processus. Ce « festival de l’industrie et du travail », le premier du genre, devait, avec le succès que l’on sait, manifester aux yeux du monde la puissance industrielle de l’Angleterre, ainsi que le modèle économique, politique et culturel qu’elle prétendait incarner. Or la police métropolitaine, affectée à la surveillance de l’Exposition, était un élément à part entière de la démonstration. Le chef de la police, Richard Mayne, avait même demandé au Premier ministre Palmerston d’inviter pour l’occasion des représentants des polices de Paris, Bruxelles, Vienne, Berlin, Francfort et Cologne – ce qui fut fait par l’intermédiaire des ambassades16. Nous ne savons pas si la préfecture de Police a répondu à l’invitation. Mais la belle allure des agents ainsi que l’absence de troubles pendant l’événement auraient, d’après Clive Emsley, achevé aux yeux du monde leur association avec l’idée de perfection britannique17.

  • 18 A. Funk, Polizei und Rechtstaat. Die Entwicklung des staatlichen Gewaltmonopols in Preußen, 1848191 (...)

12La politique de promotion a en fait nourri en France, comme du reste en Allemagne18, une lecture depuis longtemps laudative de cette police. Le bobby s’est en effet, de 1830 à 1850, constitué comme le double positif du « sergent de ville ». Avec une efficacité renforcée par la volonté de construire des repères sociaux stéréotypés, celui-ci est apparu au fil des régimes d’autant plus admirable que celui-là semblait détestable. L’opposition s’inscrit dans la place symbolique particulière qu’occupe l’Angleterre dans la France du premier xixe siècle. Source de détestation ou d’admiration, cette référence incontournable joue ici dans son sens le plus positif. « Le sergent de ville en France remplit les mêmes fonctions que le policeman à Londres » explique Armand Durantin dans Les Français peints par eux-mêmes.

Mais là s’arrête la ressemblance. Le bâton des policemen ne sert qu’à la défense des citoyens, l’épée du sergent de ville s’est trop souvent rougie du sang français dans les émeutes. La mission du policeman est toute pacifique, celle du sergent de ville peut devenir hostile.

13Dès les années 1840, dans les traités administratifs, les articles de presse ou les romans grand public, on ne trouve pratiquement plus d’évocation du sergent de ville parisien qui ne soit accompagnée de celle du policeman londonien. Dans des versions touchant parfois au surnaturel, le bâton anglais est même investi de pouvoirs particuliers.

  • 19 E. Texier, Tableau de Paris, ouvrage illustré de 1 500 gravures, Paris, Paullin et Le Chevalier, ru (...)

Ces constables dont le bâton magique, emblème de la légalité, suffit pour réduire un malfaiteur à l’impuissance et transformer en défenseur actif de la loi tout citoyen qu’il touche, ce peu d’appareil et cette part immense laissée à la liberté individuelle, nous frappent de surprise et d’admiration19.

  • 20 H. Raisson, Histoire de la police de Paris, Paris, 1844.
  • 21 Voir D. Kalifa, « L’attaque nocturne », Société & Représentations, n° 4, 1997, p. 121-138 ; P. Chas (...)

14Cette description où se mêlent l’épée des agents français, la baguette magique des contes de fée et le geste médiéval de majesté royale, apparaît dans ce célèbre Tableau de Paris d’Edmond Texier paru en 1852 comme dans la très sérieuse Histoire de la police de Paris d’Horace Raisson20. La contre-image du policeman anglais réunit ainsi peu à peu un ensemble fixe d’éléments, exprimés de différentes manières, qui compose ce qui apparaît alors comme les vertus policières par excellence : en écho à la peur sociale qui frappe de manière croissante la France et l’Angleterre21, ces agents seraient efficaces dans la lutte contre le crime, certaines versions allant jusqu’à affirmer qu’ils auraient même débarrassé Londres du crime. Les policiers britanniques seraient par ailleurs caractéristiques de la grande métropole moderne. Leur visibilité et leur circulation renvoient au rêve hygiéniste qui s’empare des élites urbaines, sans compter que Londres apparaît aussi comme le haut lieu de la civilisation mondiale. L’agent londonien se distinguerait enfin par la mesure de son comportement, fait de retenue et de self-control. L’idée sous-jacente, sensible par exemple chez Edmond Texier, est que ce trait n’est pas tant celui des policiers que de la population : l’agent serait aussi la preuve de la sagesse du peuple anglais, retrouvant, selon une lecture néo-hippocratique typique de la période, l’opposition entre un tempérament britannique fait de déférence devant l’autorité et de respect des libertés, et un tempérament français brouillon et sanguin. Un véritable « modèle » français de police anglaise se constitue ainsi, au sens propre, dans les années 1840-1850 : s’opère en effet une « modélisation », en deux temps, à savoir une simplification de l’original en quelques traits saillants, ces derniers se chargeant ensuite de valeurs positives propres au cadre parisien. On assiste bien à la redéfinition française de la police londonienne (il n’est d’ailleurs pas impossible qu’elle ait contribué, en retour, à la perception progressivement élogieuse des bobbies en Angleterre même).

  • 22 C. Denys, V. Milliot, B. Marin (dir.), Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVII (...)
  • 23 APP, DB 31.
  • 24 Voir P.-Y. Saunier, « Maintien de l’ordre et contrôle de l’espace urbain au xixe siècle : le cas de (...)

15Cette relecture est facilitée par la proximité des attentes et des problèmes auxquels la police doit répondre de part et d’autre de la Manche : efficacité contre le crime, vaste espace urbain, grandeur nationale, police non politique, entente avec la population. Il est intéressant de noter qu’ils s’expriment parfois en des termes différents entre les deux pays. En Angleterre, la mise en uniforme a pour vocation d’installer une distance entre l’agent et la population, quand en France elle sert au contraire à la réduire. Dans les deux cas cependant, le thème de la visibilité policière s’impose au même moment, suivant des mutations sociales, culturelles et politiques communes. Cette conjonction facilite l’intérêt précoce de la préfecture de Police pour la Metropolitan Police. Les gouvernants et les chefs de police des pays européens sont à vrai dire habitués depuis le xviie siècle au moins à observer les innovations étrangères, pour s’en inspirer ou les rejeter. Paris fut d’ailleurs longtemps le centre des attentions22. L’inflexion des hiérarchies est cependant nette, et l’on retrouve dans les cartons de la préfecture une lettre de novembre 1848, dans laquelle un officier de paix au nom illisible explique au préfet Gervais qu’il s’apprête à achever un mémoire sur l’organisation de la police de Londres23. Il raconte qu’il a été envoyé dans ce but en 1838 par le préfet Delessert, que la rédaction de son texte a été retardée par la révolution de février, mais que le mémoire devrait arriver bientôt. Les pratiques administratives et l’intérêt préfectoral pour Londres franchissent donc les changements de régime. Il n’est pas impossible que les préfets n’aient pas cru à la pleine efficacité du « modèle » anglais et qu’ils voyaient aussi dans la perception positive de la Metropolitan Police une opportunité stratégique. L’influence, en tout cas, est réelle. Le désarmement des « gardiens de Paris » en 1848 s’inspire très certainement de l’exemple anglais. De même, en 1851, le « modèle londonien » a été éprouvé à Lyon, qui, comme souvent, a servi de laboratoire24. Les motifs de l’importation et les conditions précises de sa réalisation sont encore mal connus, et des modifications importantes semblent avoir été apportées dans la capitale rhodanienne à la référence initiale (les sergents de ville sont casernés). Il n’en demeure pas moins que l’exemple londonien a été expérimenté dès la Seconde République. Aussi, lorsque Napoléon prépare sa réforme, le modèle anglais existe déjà, dans les esprits de la population comme dans les tiroirs de la préfecture.

La police parisienne, rouage de la nouvelle « ère urbaine »

16L’idée de la réforme de 1854 n’est donc pas pleinement originale. Elle s’inscrit dans des pratiques d’État, des traditions administratives et des attentes à plus long terme. Le Second Empire joue toutefois un rôle décisif : comme souvent (ce fut le cas pour l’éclairage urbain ou la rationalisation de la capitale), il actualise ce qui n’était qu’un projet, l’accorde à ses propres besoins et rend possible sa réalisation. Ces rappels permettent alors de mieux comprendre mieux les objectifs de la réforme, tels qu’ils sont rappelés par Billault dans son rapport.

17La « nouvelle police » a d’abord vocation à prévenir de nouvelles émeutes ou insurrections.

La tranquillité de la ville où réside l’Empereur, où sont concentrés les ressorts du gouvernement, d’où l’autorité rayonne, précise d’emblée le rapport, […] est incontestablement un intérêt général de premier ordre.

18À l’évidence, la réforme s’inscrit dans le climat d’angoisse provoqué par la Révolution de 1848 et dans la méfiance du régime à l’égard de sa capitale. S’ajoute la croissance de la ville qui est passée de 0,55 million d’habitants en 1800 à 1 million en 1850. L’Armée est déjà en cours de réorganisation dans ce but, mais la présence continue d’une police visible sur l’ensemble du territoire parisien accroît bien sûr cette protection.

19Ils ont également pour mission de lutter contre le crime et les criminels, qui suscitent une crainte sociale croissante. La réponse policière, en la matière, est à la fois pratique et symbolique. La plus grande présence des agents entraîne une surveillance accrue et certainement une meilleure prévention. Mais cette ostentation nouvelle répond aussi au sentiment d’un accroissement du crime. S’ajoute à cela le bénéfice de l’efficacité symbolique liée au modèle londonien. Reprenant un autre poncif de la police londonienne, le ministre loue ainsi le système des rondes régulières, qui, « par ces allées et venues continuelles, ne laisse aux malfaiteurs ni le loisir de consommer, ni même de préparer sur place leur coupables projets ».

  • 25 M. Roncayolo, « La production de la ville », in G. Duby, M. Agulhon (dir.), Histoire de la France u (...)

20Les agents doivent aussi augmenter le prestige de la capitale française. Leur origine anglaise comme leur plus grande visibilité en font un indice tangible du haut degré de civilisation que la nation française doit désormais avoir atteint. De manière significative, l’Empereur exige que la réforme soit achevée pour l’Exposition universelle de 1855 qui, après Londres, doit se dérouler à Paris : les sergents de ville font à l’évidence partie de la réponse française à la démonstration anglaise, comme en témoigne la correspondance insistante sur ce sujet entre le ministère de l’Intérieur et la préfecture. Il n’est d’ailleurs pas anodin que cette nouvelle police coïncide avec le vaste chantier de rénovation urbaine entamé par le préfet Haussmann depuis moins d’un an, ni que les principes de l’une et de l’autre soient proches : rationalisation, circulation et mise en scène de l’espace urbain25. Les nouveaux sergents de ville, élément du décor de la capitale, font partie de la « nouvelle ère urbaine » rêvée par le Second Empire.

  • 26 E. Jaéglé, Instruction sur le service des sergents de ville, Paris, Beaule, 1857.

21Ces éléments laissent deviner un autre enjeu de la réforme, plus ambitieux : faire apprécier cette police par la population. « Faire aimer la police c’est faire aimer le gouvernement », aurait dit Billault, selon une sentence placée en exergue d’un manuel de police26. La nouvelle police renvoie certes à une modalité de contrôle social plus fine qu’auparavant, mais elle a également explicitement vocation à être plus « aimable ». L’enjeu est réel : il s’agit de mieux faire accepter le régime, la séduction étant aussi une technique de gouvernement. Elle s’inscrit dans un cadre plus vaste des politiques d’ordre public au tournant du xixe siècle, que l’on retrouve aussi pour la gendarmerie, que Jean-Noël Luc a résumé d’une formule : « surveiller et séduire ».

22Ces attentes ne sont pas contradictoires avec certaines des particularités du Second Empire. Elles correspondent bien à cet « l’esprit administratif » présenté par le ministre Morny à propos des candidatures officielles :

  • 27 Circulaire publiée au Moniteur universel du 20 janvier 1852 (cité dans P. Lagoueyete, La Vie politi (...)

Depuis longtemps les administrations locales […] s’occupaient bien plus à plaire à quelques hommes influents à Paris qu’à satisfaire les légitimes intérêts des communes et des populations. Ce temps est heureusement passé. Faites bien comprendre à tous les fonctionnaires qu’ils doivent s’occuper avec soin des intérêts de tous27

  • 28 Discours à la préfecture de Police, publié dans le Moniteur universel du 30 mai 1852 (p. 802).
  • 29 P. Rosanvallon, La Démocratie inachevée, Paris, Gallimard, 2000.

23Le préfet Piétri semblait lui faire écho, dès mai 1852, dans une exhortation aux agents : « Faites que chacun aille à vous avec confiance […]. Descendez au fond de toutes les misères, soyez les bienvenus dans la mansarde et l’atelier28. » Dans le cadre d’une « démocratie illibérale », c’est-à-dire une dictature qui maintient le suffrage universel et réduit le rôle des instances représentatives (chambres, presse29…), le caractère « démocratique » du régime procède pour partie d’une relation directe entre l’Empereur et la Nation. On peut alors se demander si dans l’esprit du régime les administrations ne sont pas un des éléments de cette relation. Cette exigence d’une écoute particulière à l’égard des populations semble en être un aspect et, en ce sens, les dispositions de la nouvelle police y correspondent bien.

24Cette précision renvoie vers l’enjeu plus global de la réforme : retrouvant un des espoirs de la préfecture de Police du premier xixe siècle, l’idée est aussi de changer le rapport des Parisiens à leur police, et, ce faisant, pour cette population jugée trop remuante, leur rapport à l’ordre et à l’État au sens large. La référence au peuple anglais comme l’ambition d’inaugurer une nouvelle ère urbaine confortent cette volonté de participer à ce qui se veut aussi un changement plus global de civilisation urbaine. Ces aspects, bien sûr, vont ensemble. Leur ambiguïté est d’ailleurs caractéristique du Second Empire : mélange d’autoritarisme, de gloire nationale et d’écoute particulière des populations.

Du point au plan : Les mutations du paysage de l’ordre parisien

25Ces ambitions expliquent la rapidité de sa mise en œuvre. Le Second Empire facilite, il est vrai, les possibilités de réalisation et le maintien des principes initiaux : la nature autoritaire du pouvoir court-circuite le processus de décision et impose les levées des fonds, au moins dans les premières années du régime. Moyennant ces efforts plus ou moins consentis et un zèle administratif certain, la réforme est réalisée dans les délais impartis, moins d’un an, pour l’Exposition universelle de 1855. Elle entraîne ce faisant un remaniement brutal du paysage de l’ordre parisien.

Le quadrillage de l’espace en 1850

26Au moment où la réforme est mise en œuvre différentes forces participent à l’ordre, quotidien ou exceptionnel, de la capitale, qu’il convient à présent de présenter. Elles ne sont pas faciles à appréhender ensemble, tant elles obéissent à des autorités, des rythmes et des définitions variés : c’est une marqueterie aux héritages multiples. Les années 1850-1851 constituent cependant un moment propice, dans la mesure où tous les acteurs de l’ordre du premier xixe siècle sont en activité.

  • 30 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle, étude politique et sociale, Paris, Economicos, 1985
  • 31 Consignes générales pour les postes de la place de Paris, Paris, Imprimerie militaire de J. Dumaire (...)

27La première de ces forces, dans le temps comme dans les effectifs, est l’armée30. La « place de Paris » regroupe en 1851 vingt-six mille hommes, répartis en corps d’infanterie et de cavalerie. Elle est sous l’autorité d’un général « commandant de la place de Paris », lui-même sous les ordres du ministre de la Guerre. Sa fonction première consiste à assurer la protection militaire de Paris contre d’éventuels agresseurs étrangers, mais surtout contre de probables émeutes internes. Les soldats, en ces cas, sont chargés en dernier ressort de la répression. Les casernes, disséminées dans la ville (cf. carte 1), sont des espaces de logement autant que des points d’occupation de l’espace. Toutefois, ces militaires ont aussi une mission de maintien de l’ordre quotidien. Aux heures fixées par l’état-major, la « garde montante », composée d’un officier et du nombre de soldats affectés à chaque poste, quitte les quartiers militaires et relève la garde précédente31. Une partie des soldats reste au poste sous les ordres du « chef de poste » ou assure une fonction de sentinelle. L’autre effectue des patrouilles selon un itinéraire fixé à l’avance, afin de mettre un terme aux rixes, aux troubles et de surveiller les cabarets, les militaires et les sentinelles. La garde terminée, le chef de poste opère les dernières vérifications, avant de rentrer à la caserne (c’est la « garde descendante »). Au cours du premier xixe siècle, cette activité est assez décriée, que ce soit par les militaires qui jugent cette attribution indigne de leur mission ou par l’opinion publique qui moque l’inefficacité comme la brutalité des patrouilles.

  • 32 Voir L. Girard, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Plon, 1964 ; pour la monarchie de Juillet, M. (...)

28Les gardes nationaux s’ajoutent à ce premier groupe. Instituée en 1791, la garde nationale répond pour sa part à un modèle « citoyen » de l’ordre. Symbolisant à l’origine la nation se défendant elle-même, elle fut longtemps l’instrument privilégié de l’ordre quotidien de Paris. Elle est répartie en « divisions » et s’organise selon un modèle militaire. Les citoyens qui la composent (appelés « bourgeois ») habitent leur quartier d’exercice. Armés, en uniforme, ils sont chargés de maintenir l’ordre public. Son rôle symbolique explique qu’elle ait connu des fortunes diverses au gré des événements et des changements politiques, et qu’elle ait expérimenté plusieurs formes d’organisation. Sans entrer dans cette histoire subtile, il est possible de préciser que l’institution possède son propre état-major et qu’elle regroupe virtuellement un effectif considérable : on compte près de deux cent trente mille inscrits en mars 1848, période certes particulière. Peu, cependant, font réellement leur service. Pour ceux-là, les missions sont semblables à celles qui viennent d’être décrites, à ceci prèsque les gardes viennent de chez eux et qu’ils exercent les fonctions de réserve, de sentinelle et de patrouille depuis des postes de garde nationale. D’après Louis Girard32, l’institution a d’ailleurs amorcé une phase de déclin dès la loi de mars 1851, au point que ces gardes ne peuvent plus vraiment être considérés comme des membres actifs de l’ordre parisien.

  • 33 F. Cardoni, La Garde républicaine. D’une République à l’autre, 1848-1871, Rennes, PUR, 2008. L’effe (...)
  • 34 Voir en annexe.
  • 35 Il faudrait mentionner ici également les gendarmes de la Seine, casernés dans Paris. Cependant, ils (...)

29De l’avis de tous les spécialistes, d’alors comme d’aujourd’hui, la garde républicaine, ex-garde municipale, est le corps le plus efficace dans l’ordre quotidien de la ville. Mieux connu depuis les travaux de Fabien Cardoni, ce corps de gendarmerie regroupe environ deux mille cinq cents hommes en 185033. Il est le plus professionnalisé à ce moment et, s’il sert de force d’appoint en cas d’émeute, est surtout plus impliqué dans les tâches de maintien de l’ordre ordinaire. Cet équilibre se reflète dans la complexité de ses autorités : il dépend du ministère de la Guerre, mais le conseil municipal de Paris a un droit de regard sur lui – notamment, c’est essentiel, en matière de budget. Réunis dans des casernes qui lui sont spécifiques34, le service est le même que pour les corps précédents, mais s’organise depuis des postes de garde républicaine. Là, les gardes servent de réserve en cas d’émeute, sont à la disposition des Parisiens qui viendraient les chercher et effectuent des patrouilles régulières, en uniforme, dans la ville35.

30Reste à évoquer le poids de la préfecture de Police, le noyau central du système, l’institution qui a réellement en charge le maintien de l’ordre de la ville. Son activité multiforme est répartie entre différents services dont l’organisation varie dans le temps. Selon le schéma présenté dans les budgets de 1850, la préfecture est alors scindée en deux pôles, les services généraux et les services spéciaux.

  • 36 Voir S. Kaplan, « Notes sur les commissaires de police à Paris au xviiie siècle », RHMC, 1981, p. 6 (...)
  • 37 Voir D. Kalifa, P. Karila-Cohen (dir.), Le commissaire de police au xixe siècle, Paris, Publication (...)

31Les services généraux de la préfecture de Police, eux-mêmes divisés entre l’administration centrale, le service des commissaires de police et la police municipale, nous intéressent en particulier. L’administration centrale est fondamentale, car elle a en charge toute l’organisation interne de la préfecture, mais elle nous intéresse moins ici que les deux autres qui traitent plus particulièrement l’activité de terrain. Les commissaires de police occupent une place à part dans cet ensemble. Ils incarnent en effet une très ancienne institution, issue directement du xviiie siècle et profondément ancrée dans l’espace social de la capitale36. Ils administrent une portion d’espace urbain appelée tantôt « section », tantôt « quartier ». À raison de quatre par arrondissement, Paris compte quarante-huit sections et autant de commissaires. La plupart des problèmes des habitants du quartier, qu’ils connaissent et dont ils sont connus (ils habitent en général dans leur commissariat), aboutit chez ces magistrats. Leurs fonctions sont donc nombreuses : ils résolvent les litiges, mènent les enquêtes, font le lien entre la population et la justice et surveillent leur quartier d’une autorité qui se veut toute « paternelle ». L’essentiel de l’activité se déroule au commissariat, où ils reçoivent les demandes du parquet, les circulaires de la préfecture, les plaintes des habitants, mais aussi les personnes arrêtées, puisqu’ils ont autorité sur chacune des forces de l’ordre37. Ils sont secondés dans leurs tâches par des secrétaires de commissariat qui assurent la permanence en cas d’absence et par des inspecteurs de police, au nombre de soixante-huit en 1854. Ces derniers effectuent diverses missions propres à l’activité du commissariat et font aussi des rondes en civil au sein de la population. Les implications de la fonction, on le voit, sont importantes. Elles sont même telles que beaucoup de ces magistrats s’absentent ou paraissent débordés : c’est du moins ce que laissent entendre les circulaires de la préfecture. Mais il s’agit aussi d’un topos de l’époque, véhiculé dans la presse et les caricatures.

  • 38 Lettre du secrétaire du préfet au ministre de l’Intérieur répondant à une demande de renseignements (...)

32Vient ensuite la police municipale proprement dite. Si l’on reprend la dénomination des services de 1851, elle comprend d’abord le service dit « local38 » : c’est le service d’arrondissement, composé de sergents de ville et de quelques inspecteurs, répartis en brigades. Ils sont sept cent cinquante en 1850. Les brigades, dirigées par des brigadiers, divisées en sous-brigades (dirigées par des sous-brigadiers), sont soumises aux ordres d’un officier de paix. Répartis dans les postes centraux situés généralement dans les mairies des arrondissements, les agents exercent les mêmes fonctions que les précédents corps : planton, réserve et patrouille d’au moins trois hommes soumise à un horaire régulier. La police municipale comprend aussi les services « centraux » qui réunissent quatre brigades centrales regroupant chacune vingt-cinq sergents de ville placées sous la direction de quatre officiers de paix. Situées à la préfecture de Police, sur l’île de la Cité (rue de Jérusalem), elles constituent une force d’appoint en cas de trouble et se tiennent prêtes à intervenir directement là où il est besoin. À ces deux services s’ajoutent les services « spéciaux » de la police municipale, qui comprennent le service des voitures, de sûreté (chargé de la recherche des criminels), des mœurs, des garnis et des recherches (chargé des questions politiques). Tous sont dirigés par des officiers de paix et, à l’exception du service des voitures qui est composé de sergents de ville, tous réunissent des inspecteurs en civil.

33Restent les « services spéciaux », mais de la préfecture de Police cette fois. Ils ont en charge des lieux ou des fonctions spécifiques de la capitale qui nécessitent une surveillance adaptée. Parmi eux, on peut mentionner le service « des halles et marchés », composé d’un inspecteur général et d’inspecteurs spécialisés placés sous ses ordres (inspecteur des marchés à bestiaux, inspecteurs de la boulangerie…), chargé du bon fonctionnement de l’approvisionnement. Existe aussi celui « de la navigation et des ports », de la Bourse ou encore celui du nettoiement et de l’éclairage, des voitures et fourrières, quoique ces deux derniers répondent à des impératifs un peu différents.

  • 39 La date de 1850 tient à la plus grande disponibilité des données cette année-là. La cartographie de (...)

34L’ordre parisien procède donc en 1850 d’un enchevêtrement de forces aux définitions et aux fonctions différentes. Cela explique la difficulté qu’éprouvent les contemporains à lire ce paysage, ainsi que les nombreux conflits qui émaillent la pratique de l’ordre : il n’est pas rare en effet que les rencontres entre des patrouilles de corps différents se terminent mal. L’ensemble dresse un portrait particulier de la capitale « sous le rapport de l’ordre », que l’on peut synthétiser dans une carte (carte 139).

  • 40 M. Levillain, Histoire de l’organisation des services actifs de la police parisienne, thèse dactylo (...)
  • 41 J. Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), Paris, Champion, 1976 ; J. Merriman, Aux marges de la vil (...)
  • 42 Voir les cartes en annexe.

35Bien que l’impression soit renforcée par les choix graphiques, la capitale apparaît comme un espace fermé et replié sur lui-même. Depuis 1800, le ressort de la préfecture de Police s’étend à l’ensemble du département, sans compter que Paris et sa banlieue sont si liés l’un à l’autre que les agents de la préfecture font de fréquentes incursions dans les communes environnantes (indiquées par les flèches sur la légende). Cependant, ses attributions réelles restent faibles dans le reste du département, au point que son rayon d’activité ne dépasse pas concrètement les limites d’octroi40. Une telle restriction correspond à la conception de la ville au premier xixe siècle, qui n’est pas perçue comme un espace en croissance appelé à se dilater, mais comme un lieu clos opposé à la campagne41. Autre caractéristique de l’administration urbaine des xviie-xixe siècles, l’accumulation dans le temps de politiques spécifiques, qui se traduit par la superposition complexe des forces de l’ordre, visible sur la carte. Émergent enfin des « espaces de l’ordre différenciés » : en rapportant les effectifs aux casernes42, une opposition se dessine entre les petites casernes enserrées dans le tissu urbain et les grosses casernes, plus regroupées. La Cité, les 4e et 7e arrondissements (anciens), sièges des lieux de commandement et de décision politique, s’affirment comme un centre de l’ordre parisien, le reste apparaissant plus périphérique. Exceptionnel par le nombre des acteurs et par l’importance des effectifs, l’espace de l’ordre parisien en 1850 apparaît également caractéristique des formes d’administration urbaine du premier xixe siècle.

36Il ne faudrait pas pour autant postuler a posteriori une inefficacité ou une anarchie de l’organisation des forces de l’ordre parisiennes. Des dispositifs comme la division administrative des sections au xviiie siècle ont constitué en leur temps des innovations majeures. Malgré la mosaïque des autorités, chaque groupe est de plus soumis en dernier ressort au préfet de police qui confère une relative cohérence à l’ensemble. Ces groupes obéissent surtout à une même logique spatiale de l’ordre : ils prennent en effet appui sur des points stratégiques de l’espace urbain organisés à plusieurs échelles (la caserne pour la ville, le poste pour les quartiers). Ces derniers s’avèrent des pôles de fixation, mais aussi des foyers émetteurs, les plus importants servant au déplacement des troupes en cas d’émeutes, les plus petits aux patrouilles régulières. La récurrence de cette modalité d’action et la pluralité des forces concernées aboutit à un quadrillage urbain à la fois global et local, adapté au quotidien comme aux cas exceptionnels. La confusion des situations sur le terrain est réelle, mais Paris apparaît malgré tout un espace assez tenu et maîtrisé. La réforme ne procède donc pas seulement d’une nécessité : elle relève du sentiment d’inefficacité qui fait suite à la révolution de 1848 et répond aussi au changement signalé dans la conception policière de l’espace.

1854 : l’« invention » policière de la rue

  • 43 J. Merriman, op. cit.

37La transformation de 1854 introduit en effet des décalages décisifs. Des mutations étaient en cours : la loi du 10-15 juillet 1853 avait déjà dessiné un nouveau cadre administratif qui étendait les capacités d’interventions de la préfecture de Police dans le département de la Seine. Elle provoquait en quelque sorte la création policière de la banlieue. La loi avait notamment créé un corps de « sergents de ville de banlieue », dont l’uniforme était proche de leurs collègues parisiens, mais l’organisation différente (ils furent intégrés, aux côté des inspecteurs, aux équipes des commissariats de banlieue). Parallèlement à leur tâche de maintien de l’ordre, ils semblent aussi avoir servi de marqueur physique de cette nouvelle attribution : cette visibilité rappelait que la « banlieue » était désormais sous la dépendance de la capitale. En ce sens, la loi de 1853 constitue un élément parmi d’autres de la « conquête des marches urbaines » des années 185043.

38La réforme de la police municipale s’inscrit dans ce cadre. Son importance se mesure déjà à la hausse du budget global de la préfecture, qui passe de 8 millions de francs en 1850 – dont 1, 5 pour la police municipale –, à plus de 12,3 millions en 1855 – dont près de 6 millions pour la police municipale. Cette dernière devient le service le plus coûteux de la préfecture. L’inscription de la hausse dans la durée (le budget conserve les mêmes proportions par la suite) confirme qu’elle ne correspond pas à une phase d’adaptation à la réforme, mais bien à une modification profonde du fonctionnement de l’institution. La charge devient telle que la répartition des dépenses doit être modifiée : alors que le budget de la préfecture incombait pour moitié à l’État et pour moitié à la ville, la part de l’État s’élève désormais aux 3/5 des dépenses (comme à Lyon). Cela montre d’ailleurs les enjeux politiques d’une police qui se veut pourtant plus « administrative » et « municipale ».

  • 44 Les documents de la préfecture ne donnent jamais exactement les mêmes chiffres, selon qu’ils compre (...)
  • 45 Chiffres tirés de F. Cardoni, La Garde républicaine, op. cit.

39Les changements les plus visibles ont bien sûr lieu d’abord sur le terrain. Ils sont d’abord d’ordre quantitatif. La mesure exacte des effectifs est malaisée44, mais en se concentrant sur ceux des seuls agents, il est possible d’apprécier les évolutions. Comme le montre le graphique 1, la réforme s’inscrit dans une croissance continue des effectifs, mais marque une rupture significative : les effectifs sont pratiquement multipliés par trois, passant de 769 agents à 2 876. L’augmentation se maintient par la suite : 3 876 agents avec l’annexion des communes suburbaines en 1859, plus de 4 000 pour la seconde Exposition universelle de 1866, plus de 6 000 enfin après la Commune. Rapportés au nombre d’habitants, les chiffres de la présence policière confortent la rupture de 1854, les hausses de 1859 et 1867 relevant plutôt d’adaptations à la croissance de la population. L’autre décrochage correspond à la réorganisation d’après-Commune, que nous analysons plus loin. La réforme inaugure bien une présence policière inédite, qui se maintient, voire croît sur un temps long, au-delà du Second Empire. Cette affirmation se confirme si l’on compare l’évolution avec celle des autres forces de l’ordre, notamment les gardes de Paris. En 1853, 769 sergents de ville (900 avec l’encadrement) sont en activité à côté des 2 400 gardes de Paris. En 1869, on compte 4 000 sergents de ville pour 2 900 gardes45. Les sergents de ville deviennent bien de plus en plus les acteurs principaux de l’ordre parisien.

40Mais la rupture de la réforme est surtout qualitative. La visibilité (militaires, gardes nationales et gardes de Paris) et l’interconnaissance (commissaire de police, garde nationale) ne sont pas, on l’a vu, des innovations à proprement parler. Elles sont cependant inédites dans le cadre de la police municipale et elles deviennent désormais les principes premiers de la pratique de l’ordre quotidien. La circulation continue sur un même îlot, de l’avis même des réformateurs, est pour sa part une vraie modification. À une organisation fondée sur des pôles à partir desquels patrouilles ou inspecteurs en civil font des incursions dans la ville, la réforme substitue le déplacement incessant d’un sergent de ville dans les rues parisiennes. Ce nouvel agent passe désormais l’essentiel de son service non dans un lieu qui lui est propre (poste, commissariat), mais dans les rues, non de manière intermittente (patrouilles régulières), mais de manière continue, non en faction (planton), mais en circulation. S’opère ainsi un véritable déplacement du centre d’activité depuis le poste vers la rue : les nouvelles dispositions inaugurent une nouvelle pratique spatiale de la police qui fait que l’on peut parler d’une véritable « invention » policière de la rue.

Graphiques 1 et 2. Effectifs et présence policière, 1833-1871.

41Cette nouvelle conception se lit aussi dans la manière dont la nouvelle police prend en main l’espace urbain. La distribution des effectifs de sergents de ville par arrondissement en rend compte à une échelle globale. En 1833 et en 1845, elle est sensiblement identique d’un arrondissement à l’autre, quelle que soit leur population ou leur taille. Il s’agit d’un dispositif rationnel qui correspond à une conception administrative et abstraite de l’espace. Après 1855, les effectifs tâchent en revanche de se répartir selon les superficies à parcourir et le nombre d’habitants à surveiller. Une compensation s’opère même entre le nombre de policiers par habitant et le nombre de policiers par hectare : la distribution des agents est plus équilibrée, et la présence policière désormais adaptée à son espace. De fait, si « invention » de la rue il y a, cette rue est une portion de ville avec des immeubles habités. La géographie des postes témoigne également, au niveau local des sections, de ce recadrage. D’après les atlas administratifs, postes et corps de gardes sont installés en des endroits précis en 1834 : carrefours, théâtre, bâtiments officiels… En 1857, la situation a changé : les nouveaux postes de police sont situés dans des rues plus anodines et cherchent plutôt, sans redoubler le commissariat, à s’installer au centre des sections. Postes et corps de gardes d’avant la réforme sont donc distribués en fonction des arrondissements et d’une lecture stratégique de l’espace urbain, quand ceux qui la suivent sont situés en fonction d’un territoire (la section) compris comme un morceau de ville à administrer. La description des intérieurs des postes confirme cette idée : si les bâtiments répondent dans les deux cas à des impératifs d’hygiène (évacuation des eaux, limite du taux d’humidité) et de contrôle des corps (disposition des violons), le corps de garde, avec son rideau flanqué de meurtrières, est une réserve d’arme fermée sur elle-même, quand le poste de police, avec sa simple porte et sa lanterne, est plus ouvert sur l’espace environnant et signalé aux passants. L’évolution reflète à nouveau ce passage de l’interstice au plein, du « point » au « plan », d’une logique d’occupation de la ville à une logique d’inoculation dans l’espace urbain.

42Une vaste reconfiguration des autres forces de l’ordre de la capitale s’organise parallèlement. Si la garde nationale poursuit sa phase de déclin, la garde de Paris comme les troupes militaires restent des pièces maîtresses du dispositif d’ensemble. Toutefois, pour éviter les risques de révolutions, les théoriciens de l’armée élaborent de nouvelles tactiques. Bien que cela soit plus manifeste pour les soldats, les deux groupes se destinent de plus en plus à la répression des émeutes ou des mouvements de rue. Le changement se traduit dans la concentration géographique et numérique des troupes. Le comte Henri Siméon, sénateur, explicite cette politique dans son « rapport à l’Empereur de la commission d’embellissement de Paris » de 1853. Les anciennes casernes de 1770, dispersées et aux effectifs trop minces, sont décrites comme des stocks d’armes faciles à prendre et donc appelées à disparaître. Le rapport recommande la création de casernes plus importantes. Le nouveau projet prévoit de regrouper une partie des militaires et les gardes de Paris dans trois grandes casernes déjà existantes (Champ de mars, Napoléon, Reuilly), en attendant la construction de cinq casernes de même envergure, aux emplacements adaptés au nouveau tracé des rues. Le processus est entamé avant l’arrivée de Napoléon III, puisque la caserne de Reuilly est bâtie dans les années 1840. Mais il s’accélère après la révolution de 1848 et l’avènement du Second Empire : des petites casernes sont abandonnées et la caserne Napoléon est édifiée dès 1853. Conformément aux attentes, elle regroupe des effectifs nombreux de militaires et de gardes, est dégagée du tissu urbain immédiat et se situe en arrière de l’Hôtel de ville, sur les nouveaux axes de circulation : les troupes peuvent intervenir rapidement et en nombre si besoin. Les deux changements décrits vont de pair : une partie des forces de l’ordre se concentre dans des lieux précis afin d’intervenir en cas de trouble, quand l’autre prend en charge d’une nouvelle manière l’ordre quotidien de la ville. Si Billault évoque le lien entre ces deux évolutions dans son rapport, il n’est pas certain que cela corresponde à une pensée d’ensemble. Le préfet de la Seine Haussmann, l’un des artisans de la réorganisation militaire de la capitale, était connu pour sa réticence à l’égard d’une police qu’il jugeait inutilement « douce » : sans doute est-il plus juste d’évoquer deux processus convergents qui se répondent l’un l’autre.

43La carte 2 propose une vue d’ensemble des changements pour préciser l’analyse. L’émergence policière d’une « banlieue », comprise comme territoire soumis à l’espace central mais détaché de lui, apparaît nettement. En ne concernant que Paris intra-muros, la réforme de 1854 a d’ailleurs accentué la différence entre les deux espaces. Cantonnés à leur ancienne organisation, les sergents de ville de banlieue, à la tenue proche des agents parisiens, expriment plus qu’auparavant le caractère « bâtard » de cette zone. Il relève également de la concurrence des autorités compétentes (préfecture de la Seine, armée, municipalités), puisque les anciennes ont conservé leur prérogatives : la « banlieue » se révèle un lieu de conflit d’attribution tout à fait spécifique. La situation dans « l’espace parisien » proprement dit (Paris intra-muros), s’est elle éclaircie. La nouvelle police ne se juxtapose pas aux anciennes, ce qui en ferait une réforme de plus dans l’accumulation des politiques de l’ordre. S’observe au contraire une réorganisation plus globale qui aboutit à la superposition de deux logiques de l’ordre distinctes, aux acteurs et fonctions bien définis. L’une, en point, s’occupe du contrôle général de l’espace, l’autre, en plan, de l’ordre quotidien de la ville. Le mouvement peut apparaître, en ce sens, comme une étape dans la spécialisation en cours des tâches policières et urbaines.

44Des retouches doivent néanmoins être mentionnées. L’opposition entre un centre où la présence policière est plus forte, le 4e arrondissement, et une périphérie, le 12e, persiste malgré le meilleur équilibre de la répartition policière. Les espaces spécifiques de l’ordre, comme le fleuve, demeurent également. Le rôle des commissaires de police ne doit enfin pas être négligé. L’effacement des commissariats de la carte tient surtout à une question de lisibilité : inscrits dans un temps long de la vie urbaine, intégrés aux habitudes des habitants, ces magistrats restent des personnages essentiels au sein de leurs sections, sans compter que l’activité des sergents de ville, chargés de rendre compte de chaque intervention, leur est subordonnée : avec leurs inspecteurs, ils demeurent la principale référence policière et judiciaire de la « circonscription vivante » qu’est la section. À partir de 1854 toutefois, l’agent le plus visible, le plus présent dans la rue, celui qui va au devant des habitants est bien le sergent de ville. Les carnets de rapports en témoignent à leur manière : les habitants viennent au poste de police pour porter plainte (alors que cela ne peut se faire qu’au commissariat), mais aussi demander des secours, et parfois même, pour les plus démunis, se réfugier.

Continuités et aménagements

45Ce « système de l’ordre » se prolonge après l’annexion des communes suburbaines en 1860 (qui comprend notamment celles de Passy, Auteuil, La Chapelle, Montmartre, Belleville, Bercy, Vaugirard, Issy…). La carte 3 en représente les principaux traits.

  • 46 Paris-Guide, par les principaux écrivains et artistes, Paris, Librairie internationale, 1867.

46La continuité, voire l’affirmation, de la « nouvelle dynamique de l’ordre » est nette : l’organisation policière s’est étendue aux nouvelles limites de la capitale, qui sont passées des barrières d’octroi aux fortifications de Thiers : les nouveaux sergents de ville circulent à Belleville comme au Louvre. Ce prolongement conforte la redéfinition de la banlieue et témoigne des ambitions métropolitaines du projet : tout le territoire parisien intra-muros doit être concerné. Parallèlement le mouvement de concentration des militaires et des gardes de Paris n’a pas cessé. L’annexion l’a même rendu plus visible, puisqu’aucune nouvelle caserne n’est construite hors des anciennes limites administratives : les bâtiments sont plus concentrés sur le centre de Paris. L’évacuation des petites casernes s’est également poursuivie : d’après le Paris-Guide de 186746, les casernes municipales des Minimes et des Célestins se préparent à être abandonnées à cette date. Quant aux nouvelles casernes « Haussmann », leur nombre s’accroît avec la création en 1858 de la caserne du Prince-Eugène, place du Château-d’eau, qui regroupe trois mille deux cents hommes. Le système se confirme : la juxtaposition des logiques de l’ordre et le partage des compétences sont de plus en plus clairs et mieux définis.

  • 47 Police. Programme des travaux pour les postes de police, Paris, C. de Mourgues, 1869 (BHVP, 8°AT152 (...)

47Des aménagements, là encore, ont eu lieu. Il reste par exemple en 1870 beaucoup de petites casernes de 1770 et seule une des cinq grandes casernes prévues en 1853 a été construite. La réalisation du projet a buté sur des obstacles très concrets : la destruction des anciennes casernes n’était pas évidente, la localisation de nouveaux emplacements était difficile, et la construction des bâtiments coûtait cher, même dans le cadre de la politique des grands travaux. Beaucoup des petites casernes ont toutefois été réaménagées, à l’intérieur (agrandissement, accueil d’effectifs plus nombreux) comme à l’extérieur (dégagement des voies), tout en étant mieux reliées entre elles par les nouvelles voies urbaines. En tenant compte du tracé des avenues et de la hiérarchie des casernes, les rédacteurs du Paris-Guide, forçant un peu le trait, proposent ainsi un découpage en six « centres militaires » situés à des carrefours stratégiques. C’est la répartition que nous avons retenue pour la carte, qui fait ressortir les convergences à l’œuvre. La politique des casernes qui accompagne la réforme a donc pris des détours insoupçonnés, mais elle a été menée. Les autres forces de l’ordre, quoique plus effacées, n’ont pas non plus disparu du monde de la rue. Des gardes nationaux arpentent encore la capitale. Les gardes de Paris conservent certaines de leurs activités antérieures : ils surveillent les bâtiments officiels, les sorties de théâtres, et peuvent encore procéder à des arrestations au cœur de l’espace urbain. Une carte de l’ensemble des postes de la capitale dressée en 1869 par la préfecture de la Seine précise la situation à cette date47. Elle montre la persistance des postes de gardes nationaux, de gardes de Paris et de l’armée, à côté des postes de police. Ces postes, que par commodité nous appellerons « militaires », se trouvent cependant dans les anciennes limites parisiennes, particulièrement autour de l’île de la Cité et des Tuileries, et sont situés à des endroits précis (halles centrales, préfecture de Police, Bourse, place de la Bastille…). Les postes de police quant à eux sont équitablement répartis sur l’ensemble de l’espace parisien. Installés dans des rues ordinaires, ils cherchent toujours à se situer au cœur des territoires administratifs qu’ils ont à surveiller. De cette manière les 80 postes de police, face aux 19 postes « militaires » (dont 12 de la garde nationale), confirment que les logiques spatiales sont bien en place. Ces chevauchements relèvent de l’inertie des anciennes formes d’organisation mais ne remettent pas en cause l’évolution dégagée.

48Des adaptations plus conséquentes ont été inévitables. L’annexion des communes suburbaines en 1860 et le passage aux vingt arrondissements ont notamment imposé un déséquilibre de la présence policière. À la fin des années 1860, le nombre des agents n’est plus corrélé à la population ou à la surface des arrondissements. S’oppose désormais, comme le montre la carte, une forte présence policière dans le centre et une plus faible dans les arrondissements périphériques, notamment au nord et à l’est, dans les quartiers plus populaires (11e, 12e, 18e, 19e, 20e). En 1858, à la veille de l’annexion, un projet de redécoupage des sections en fonction de la superficie et de la population cherchait encore à asseoir l’homogénéisation policière. Il semble donc bien que ce soit l’agrandissement de Paris qui ait mis un terme à cette volonté : l’augmentation de la superficie et de la population a rendu impossible, en particulier pour des raisons financières, le maintien du principe initial de distribution. Le déséquilibre procéderait d’une inadaptation policière à cette soudaine croissance – inadaptation qui révèle ensuite les priorités sous-jacentes de la surveillance policière. Cette inégalité spatiale dans la répartition des effectifs, tôt dénoncée, va marquer pour longtemps le paysage parisien.

49Par ailleurs les compétences des différentes forces de l’ordre demeurent variées, notamment celles des sergents de ville. Les « brigades centrales » sont toujours réunies à la préfecture pour intervenir en cas d’émeute. La procédure suit un ordre précis : les sergents de ville se déplacent en premier, puis sont soutenus en cas de problème par les gardes de Paris et enfin, en derniers recours, par les militaires. Les services spéciaux, notamment celui des voitures, conservent toute leur importance. De nouveaux services sont même mis en place au cours de la période, témoignant du renouvellement continu des lieux « à part » dans la capitale : en 1860 deux brigades de sergents de ville sont créées, l’une spécialement affectée aux halles centrales, l’autre au bois de Boulogne, tout juste rattaché à la capitale. Si les agents en tenue sillonnent en priorité les rues parisiennes, ils exercent un ensemble plus vaste de modalités de l’ordre et l’espace parisien reste pluriel. Cela dit, le fait que ce soient ces mêmes agents qui sont chargés de la surveillance des nouveaux lieux confirme aussi leur importance dans l’espace urbain.

  • 48 B. Lepetit, « Espace et Histoire », Carnets de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, Albi (...)

50La nouvelle organisation policière ne cesse donc de s’affirmer, mais elle doit en même temps s’adapter à un espace urbain qui n’apparaît ni neutre, ni inerte. La réorganisation des autres forces de l’ordre, les aléas financiers et urbains ou les redéfinitions administratives imposent des ajustements. On assiste ainsi aux effets croisés de l’implantation d’une nouvelle modalité de contrôle social dans un espace d’exercice dynamique. En ce sens, il est possible de suggérer que ces adaptations et ces reconfigurations expriment, au fond, l’ancrage de cette forme de police dans la capitale et son insertion profonde dans la vie urbaine. Suivant les analyses de Bernard Lepetit, l’espace parisien est ici à la fois produit et producteur48. Fixés, les principaux traits du paysage policier de la capitale se renforcent par la suite : bien qu’en plusieurs étapes, la réforme de 1854 provoque un changement de fond dans le rapport policier à la ville.

  • 49 E. Monkonnen, Police in Urban America, 1860-1920, Cambridge, Harvard University Press, 1981; C. Fij (...)
  • 50 Voir les travaux de M. Espagne et M. Werner (dir.), Transferts. Les relations interculturelles dans (...)
  • 51 La version londonienne avait également ses spécificités, comme la police de la City (voir R. Porter (...)

51Ce faisant, elle modifie la position parisienne à l’échelle nationale et européenne. La réforme contribue en effet à différencier plus encore la capitale du reste du pays. À l’exception de Lyon, aucune ville française ne possède de police « anglaise ». Encore l’expérience lyonnaise, plus militaire qu’à Paris ou Londres, est-elle particulière et limitée dans le temps : ses modalités d’action cessent en 1870, faute d’argent et de volonté politique. La capitale des Gaules concentrait peut-être aussi trop peu de population, de lieux de décisions et d’enjeux internationaux pour justifier un tel investissement. Le constat suggère que cette police est bien une police de grande métropole. Au niveau européen, la réforme aligne en effet la capitale française sur les grandes capitales européennes et occidentales. En 1854, le « modèle londonien » s’est déjà implanté à New York (1844), à Amsterdam (1844) et à Berlin (1848)49. On assiste ainsi avec cette réforme à un véritable « transfert » d’une forme de contrôle social d’un espace vers un autre, adaptée à ses logiques urbaines et à sa culture de l’ordre50. Ces mouvements d’inspiration et d’acclimatation, en structurant la circulation de cette forme de police, la détachent d’ailleurs progressivement du seul exemple londonien51.

Des agents au statut longtemps ambigu

  • 52 D. Gardey, La Dactylographe et l’Expéditionnaire, histoire des employées de bureau, 1880-1930, Pari (...)
  • 53 Nous reprenons à notre compte le terme suggéré par Alain Desrosières et Laurent Thévenot pour désig (...)

52Qui sont ces nouveaux agents ? La réponse n’a rien d’évident : la nature sociale des forces de l’ordre, on l’a suggéré, est incertaine. Les sources sont de plus lacunaires, tandis que les recherches sur le monde du travail ne cessent de signaler la difficulté à définir les groupes sociaux et leurs rapports avec leur environnement matériel, administratif ou social52. Même en poursuivant, pour l’instant, l’observation depuis la préfecture de Police, l’activité et l’acteur paraissent singuliers. Il a paru plus simple, pour les présenter, de procéder par points de questionnement, en allant du plus évident aux ressorts les plus particuliers de cette « occupation53 ».

Les sergents de ville sont-ils des militaires ?

  • 54 Sur les quarante et un gardiens entrés entre 1854 et 1880 dont nous avons pu retrouver le départeme (...)
  • 55 Données obtenues en comparant les informations tirées des archives judiciaires, des dossiers de vic (...)
  • 56 Ces derniers chiffres sont plus sûrs car ils s’appuient sur des informations tirées des archives ju (...)

53Les sergents de ville semblent à première vue proches du monde militaire. À lire les quarante et un parcours partiellement reconstitués pour les policiers entrés dans la police entre 1854 et 1875, la plupart des agents sont nés hors de Paris, illustrant l’aire d’attractivité de la capitale (ils viennent soit des départements limitrophes, soit des départements plus éloignés, aux frontières nationales54). Les milieux d’origine apparaissent modestes et variés. Les parents sont souvent cultivateurs, mais certains travaillent aussi dans les services (postillon, débitant de tabac) ou exercent un métier qualifié (tisserand), ces secteurs pouvant se combiner. Les futurs agents ont d’ailleurs en général suivi un apprentissage et débuté une activité (sabotier, horloger, boucher). Leur principal point commun est en fait le passage par l’armée, donnée sur laquelle la documentation est plus abondante. Les prescriptions officielles, qui exigent que 4/5 des postes soient réservés aux anciens militaires, semblent respectées : entre 75 et 80 % des agents des divers échantillons ont fait leur service. Conformément aux dispositions en vigueur, celui-ci fut long (entre sept et neuf ans en moyenne, d’après plusieurs croisements documentaires55). Le corps des sergents de ville, composé d’hommes mûrs (30,8 ans en moyenne au recrutement56), apparaît comme un prolongement de cette activité.

54Les modalités de recrutement confortent cette perception. Pour postuler, il faut en effet mesurer au moins 1,66 m, avoir moins de 30 ans (35 si on est militaire) et savoir lire et écrire, soit des critères très généraux qui indiquent la manière dont la préfecture entend la fonction (pas de compétences spécifiques, un corps en bonne santé et une capacité rédactionnelle). Ils sont surtout appliqués avec une grande souplesse : beaucoup de nouveaux agents ne correspondent pas aux critères de taille et les paraphes conservés dans certains dossiers de victimes du devoir témoignent de la faible maîtrise de la langue. Il suffit donc, pour 80 % des postes, d’être un ancien militaire pour devenir sergent de ville. La fonction policière peut certainement apparaître à ces recrues comme un dû, une continuation dans le civil de l’activité militaire. Cela n’étonne pas dans une France du premier xixe siècle marquée par cette référence, plus particulièrement encore dans le cas du maintien de l’ordre, assuré pour l’essentiel, et pendant longtemps, par l’armée. Les valeurs proclamées, que ce soit à l’intérieur de la préfecture ou en direction du public, insistent d’ailleurs sur les notions d’ordre, de discipline et de respect de la hiérarchie.

55L’uniforme assoit à son tour cette dimension. En 1856, il se compose d’une capote, d’un habit, d’un caban, d’un chapeau, d’un képi, d’un pantalon de drap bleu, d’un pantalon en coutil, d’une épée et d’un ceinturon. Les principes généraux de la tenue (de même que la séparation entre tenue d’hiver et tenue d’été) sont conservés par rapport aux sergents de ville de la monarchie de Juillet.

  • 57 Voir M. Pastoureau, Bleu : histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2000.
  • 58 L’expression est empruntée à Louis Hincker (Citoyen-Combattant. Paris 1848-1851, Lille, Presses uni (...)

56L’étoffe reste de drap, un matériau à la fois solide et léger, et de couleur bleue, nuance dominante en France depuis le xviiie siècle57. Les modifications sont légères. Le port de bicorne, d’abord de face, puis de côté, change sous la Seconde République, en 1849. La coupe de l’uniforme est plus resserrée à la taille et accompagne la mode masculine du Second Empire. La réforme introduit enfin le caban, un long manteau destiné à se protéger en cas de pluie, et le képi pour le service de nuit, le chapeau à corne semblant trop « pénible » pour ce service. Les changements paraissent comme des améliorations techniques liées au service inédit de la voie publique. L’aspect militaire de l’uniforme reste bien affirmé. Le vêtement et les coiffures sont l’expression d’une position hiérarchique (sous- brigadiers et brigadiers ont des galons exprimant leur rang). Surtout, le sergent de ville garde son arme, une épée longue et effilée, efficace en cas de trouble. Le fait est important : l’absence d’armement était l’une des caractéristiques essentielles de la police londonienne. Le maintien de l’épée tient peut-être au contexte impérial, qui prévoyait d’utiliser des agents armés en cas d’émeute. Mais la Seconde République avait tenté d’ôter leurs armes aux gardiens de Paris, sans succès. D’après les témoignages, les agents, rasés et vêtus d’un chapeau « tyrolien », n’étaient pas pris au sérieux et l’expérience a été arrêtée moins d’un an après sa mise en place : peut-être qu’en France, au milieu du xixe siècle, l’épée est nécessaire à l’expression de l’autorité, aux yeux de son dépositaire comme aux yeux du public. Il existerait ainsi des cultures nationales dans la manifestation de l’autorité, liées à des « cultures des armes » différenciées58. L’hypothèse reste à explorer, mais ce maintien illustre une autre adaptation de l’expérience anglaise à la situation parisienne.

57Restent évidemment les dénominations, explicites. Les agents sont des « sergents de ville », surveillés par des « brigadiers » ou des « officiers de paix » et travaillent même au sein de « sections »… Il est vrai que ces dernières voient leur désignation osciller avec le terme de « quartier ». L’hésitation n’est pas anodine : elle exprime l’hybridation qui, fondamentalement, caractérise en fait ces agents.

Les sergents de ville sont-ils des policiers ?

  • 59 Voir les précisions à ce sujet dans J. Le Bihan, Au service de l’État, les fonctionnaires intermédi (...)
  • 60 En 1840, un mineur touche 2 francs par jour en moyenne en 1840, un ouvrier très qualifié 4 à 5 fran (...)
  • 61 Délibération municipale du 20 janvier 1866.
  • 62 Voir R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard (...)

58La collusion entre la police en tenue et l’univers militaire a ses limites. Les sergents de ville sont également des « policiers », c’est-à-dire des agents intégrés à la préfecture de Police, qui s’identifient et sont identifiés à elle. Ce sont officiellement des « agents de l’administration préfectorale », même si ce statut demeure flou59. Concrètement, ils reçoivent leurs ordres de la préfecture et sont payés par elle. Les sergents de ville touchent entre 1 200 et 1 500 francs par an, ce qui fait un peu plus de 3 francs par jour, soit le salaire d’un ouvrier qualifié60. À cela s’ajoutent les primes et récompenses accordées en fonction du travail de l’agent et des « services payés », services supplémentaires effectués à la demande des municipalités et rétribués par ces dernières. Le traitement s’améliore au cours de la période, puisqu’à partir de 1866 l’agent touche 60 francs supplémentaires par an pour son logement61. L’essentiel tient surtout à la protection que lui assure sa position. Le traitement à l’année plutôt que la paie à la journée en est un aspect, mais le plus significatif est l’aide accordée après un long service dans la police municipale : la retraite d’abord, la pension versée à la veuve et aux enfants en cas de décès, les « secours » enfin (ces aides ponctuelles accordées par le conseil municipal sur demande du préfet). Être sergent de ville, c’est donc se garantir auprès de la préfecture de Police une forme de protection sociale – ce qui représente un réel avantage dans une France encore largement marquée en 1850-1880 par la « société du contrat62 ». Une fois agents enfin, les policiers doivent officiellement « tout leur temps » à la préfecture, qu’ils soient en service ou pas.

59La préfecture profite d’ailleurs de la réforme pour accroître la dimension plus « policière » de l’activité. Elle inaugure en 1854 un échelonnement des traitements : découpé en trois étapes allant de 1 200 à 1 500 francs, le système dessine des carrières policières qui permettent d’intéresser un peu plus l’agent à sa fonction (depuis 1829, le sergent de ville touchait toujours la même somme, 1 200 F/an). Les conditions d’accès à la retraite, corrigées par le décret du 23 novembre 1857, vont également en ce sens. D’après le précédent texte du 12 avril 1831, les agents devaient avoir effectué 30 ans de service actif (services militaires compris), dont au moins 10 dans la police municipale, pour prétendre à une retraite. Après le décret, la durée de service actif est ramenée à 25 ans et le temps nécessaire dans la police municipale allongé à 15 ans : la modification témoigne de cette volonté d’une plus grande implication des sergents de ville dans cette dernière activité.

60Cette intention se traduit également dans les uniformes, aux significations plus riches qu’il n’y paraît. Dès la création d’un corps de police visible, la présence des insignes de la ville de Paris sur les boutons, les ceintures et les galons des tenues indiquait une dimension plus urbaine. Le décret de 1829 précisait surtout, dès ce moment, que l’uniforme était adopté pour placer l’action policière sous le regard du public, empêchant ainsi les agents de déroger à leurs devoirs. Cet aspect est notamment renforcé en 1855 avec la mise en place, selon l’usage anglais, des numéros de collet. Cette carte d’identité policière, inscrite sur une partie vulnérable de l’anatomie, le cou, est censée permettre au public d’identifier l’agent en cas de problème et de porter plainte contre lui. Elle conforte l’idée que l’agent est comme « offert » à la population et qu’il doit rendre des comptes. Les deux tenues, militaire et policière, ont donc des significations et des fonctions différentes. Si l’uniforme militaire manifeste la soumission à la hiérarchie et l’autorité de celui qui le porte, l’uniforme policier y ajoute, dans la logique libérale de la transparence d’État, l’idée d’une plus grande justesse de son action.

  • 63 Répertoire des effectifs de la police municipale, 1855-1857 (non coté, je remercie les archivistes (...)

61La marche isolée et continue des agents, aux conditions très éloignées des classiques patrouilles militaires, conforte également l’idée d’une différence entre les deux fonctions, malgré le brouillage persistant des références. Cela explique peut-être la forte déception qui semble avoir saisi les nouveaux sergents de ville nommés en 185463. Si l’on s’en tient aux informations du registre d’entrée dans la fonction en 1854, malheureusement partiellement conservé, près de 30 % de ceux qui sont entrés dans la carrière en 1855 ont démissionné dans les deux ans (10 % ont été révoqués) : le « prolongement » d’une activité à l’autre n’est pas si évident.

Les sergents de ville ne sont-ils que des sergents de ville ?

  • 64 Répertoire des effectifs de la police municipale, 1856-1867 (APP, non coté). Il ne recoupe malheure (...)
  • 65 APP, dossier « Victimes du devoir » de Charles Delabre, inspecteur au commissariat de police de Pon (...)
  • 66 Voir G. Thuillier, Histoire de l’administration française, Paris, Perrin, 1984.
  • 67 Carnet de rapport du sergent de ville Rouch, 1863-1869 (conservation partielle), Archives de la vil (...)
  • 68 Des différents ensembles documentaires consultés (mains courantes, archives judiciaires, dossiers d (...)
  • 69 C’est le cas, notamment, des gendarmes. Voir A.-D. Houte, Le Métier de gendarme au xixe siècle, op. (...)

62Cette identité plus policière est toutefois elle-même fragile. L’insertion institutionnelle a ses limites. Assuré, l’avenir de ces policiers reste plat, les progressions de carrière dans le corps ou dans la préfecture quasi inexistantes. Au niveau des grades, les agents ne peuvent en effet qu’espérer devenir sous-brigadier. Or, d’après les règlements des cadres de la police municipale, on ne compte qu’un sous-brigadier pour dix sergents de ville en 1856, et un pour neuf en 1860. Les quelques situations documentaires permettant l’évaluation des carrières indiquent en outre que ces ascensions ne dépendent pas forcément du temps passé en service. La plupart, après vingt ans de carrière, finissent donc sergent de ville64. Chez les inspecteurs de police, qui peuvent espérer devenir secrétaire de commissariat, voire commissaire, la situation est différente. Les désarrois de la jeune recrue Charles Delabre révèlent bien l’écart entre les situations65. Lorsqu’il se présente en décembre 1863, ce jeune homme de 22 ans n’a jamais été militaire. Il est issu d’un milieu commerçant de Cambrai, a étudié au collège jusqu’à la classe de 5e, puis a été employé dans diverses boutiques et entreprises, avant de se décider à entrer dans la police parisienne pour répondre, selon l’expression de sa lettre de candidature, « à des revers de fortune ». Sa demande d’intégration, suivant une pratique courante dans l’administration française du xixe siècle66, est appuyée par une lettre de recommandation du receveur de la recette municipale de Cambrai adressée à son ami « Édouard », sans doute le préfet Édouard Boitelle. Peu de temps après sa nomination au poste de sergent de ville à Charenton en 1864, Delabre manifeste pourtant sa volonté de changer d’activité. « Les besoins de ma famille », explique-t-il dans une lettre du 8 février 1866 à l’Administration, « et l’instruction que j’ai reçue m’engagent à solliciter un autre emploi ». Il brigue le poste d’inspecteur de police, à l’avenir plus prometteur. Ses compétences scolaires lui permettent de répondre à cette ambition et en 1866 il réussit de justesse l’examen d’inspecteur de police, composé d’une épreuve de rédaction, de calcul, de dictée. L’origine sociale de Delabre, ses capacités d’écriture et son ambition paraissaient ainsi déplacées par rapport à l’activité des sergents de ville : tous les services au contact du public, rappelle ce choix, ne requièrent pas les mêmes conditions d’entrée et n’offrent pas les mêmes opportunités. Celui des sergents de ville semble à part au sein de la préfecture, du fait de son horizon occupationnel bloqué. Il en est de même de l’horizon géographique. Comme la préfecture veut améliorer les relations entre policiers et habitants dans les quartiers, les sergents de ville doivent, selon le règlement général de 1856, habiter dans leur section d’exercice et y rester longtemps attachés (chap. III, art. 83). Les exemples que nous avons pu relever indiquent que ces dispositions sont respectées. Le sergent de ville Rouch, dont les carnets de service sont conservés, reste par exemple attaché au quartier de la Roquette de 1863 à 186967 et selon un rapport il habite en 1866 rue de la Roquette, la rue même où est son poste. Si l’on recoupe les rues mentionnées lors des interventions (et que l’on sépare celles mentionnées le jour et la nuit), il semble bien affecté à un même îlot de 1863 à 1866, qui comprend les rues Popincourt, Charonne, Basfroi. La majorité des autres cas proposant ce type d’information conforte le tableau68. En tenant compte des écarts, précaution nécessaire vu la minceur de l’échantillon, les agents sont au pire affectés, le plus longtemps possible, dans le même arrondissement. Cet ancrage spatial n’est pas neutre. Au xixe siècle, les administrations préféraient souvent éloigner les agents de la société environnante, par le casernement ou par le roulement des effectifs, afin d’éviter les collusions trop fortes avec la population et de garder le contrôle des agents69. La logique est ici inversée et elle s’affirme également dans l’exigence selon laquelle les sergents de ville sont tenus de connaître les habitants de leurs sections et leurs habitudes (chap. III, art. 60 et 62). Le corps des sergents de ville se caractérise ainsi par sa stabilité temporelle et spatiale. Il semble autant orienté vers la préfecture que vers l’espace social dans lequel il doit s’insérer. Dernier maillon de la chaîne policière, il apparaît d’abord comme un point de contact entre l’institution et le public, stable dans le temps et l’espace, au statut indéfini.

  • 70 D’après le Répertoire des effectifs de la police municipale de 1856-1867. La comparaison des donnée (...)

63Cela est d’autant plus manifeste que les agents ne reçoivent pas de formation qui les identifierait à leur métier ou les aiderait dans sa réalisation. Il n’existe pas d’école de police, ni de période d’instruction contrôlée par la hiérarchie. Depuis les débuts du corps en 1829, et d’après le règlement général de 1856, l’apprentissage se fait « sur le tas », pendant une année au cours de laquelle la recrue est épaulée par un ancien. Une telle pratique est cependant inopérante après la réforme puisque les 900 anciens agents ne peuvent former les 1 976 nouveaux, sans compter que l’activité se modifie alors et que les connaissances accumulées par les « anciens » doivent être réadaptées. Il est possible en revanche qu’en 1860, comme en 1866, les 1 000 nouvelles recrues aient pu profiter des conseils de leurs aînés, ce qui expliquerait pourquoi le taux de démission dans les deux premières années diminue en 186570. En dix ans, un apprentissage pratique a pu avoir lieu et un savoir policier se constituer progressivement. Mais celui-ci demeure très empirique et informel, échappant à l’analyse.

  • 71 P. Truy, commissaire de police, Manuel-Roret, Nouveau manuel complet de la police de France, nouvel (...)

64Une codification de l’activité se profile pourtant. En la matière, les années 1850 introduisent une double nouveauté. Les publications se multiplient : manuel de la prestigieuse collection Roret en 1854-1855, Instruction sur le service des sergents de ville, rédigé par l’officier de paix Jaeglé en 1857, et Guide des sergents de ville réalisé par un employé de la préfecture de Police, Chaulieu, en 186271. De plus, la mise en place d’un tel outil est évoquée pour la première fois dans le règlement général. Selon une note griffonnée à la main par les archivistes de la fin du siècle sur un exemplaire, c’est le Manuel-Roret du commissaire Truy, dont l’édition de 1855 est adaptée à la réforme de 1854, qui aurait eu les faveurs de l’administration. Organisé comme ses prédécesseurs par ordre alphabétique, il proposait, par ses jeux de calligraphie et sa meilleure différenciation entre les références juridiques et les conditions de leur application, un instrument efficace. Contrairement aux dispositions du règlement général, l’ouvrage n’avait cependant pas été rédigé par une « commission » nommée par le préfet. Il n’a surtout pas été fourni par l’administration aux agents (vu sa qualité, il est sans doute trop cher pour un sergent de ville) et s’il emprunte son format au manuel (il est fait pour être tenu dans la main), ses six cent cinquante pages le rendent trop épais pour le terrain. Son action est toute conceptuelle et certainement cette publication doit-elle avant tout être insérée dans le cadre des prestigieuses encyclopédies Roret dont elle complète le catalogue. Avec cet ouvrage, le commissaire Truy cherche peut-être plus à participer à la constitution d’une connaissance pratique du xixe siècle (et il est intéressant que la police en fasse partie) qu’à la formation des sergents de ville. Compris ainsi, le manuel reflèterait plutôt le fossé entre cette nouvelle forme de connaissance et la pratique policière qui se met en place. Les deux autres guides, non commandés par l’institution, n’ont pas laissé plus de traces d’un usage effectif. Eux aussi témoignent du discours des autorités et en un sens de cette difficulté à formater l’activité policière.

65L’action des sergents de ville sur le terrain reste donc ouverte. La situation est reconnue par la préfecture lorsqu’elle résume de manière lapidaire les fonctions du policier en tenue : « le service ordinaire a pour but la surveillance habituelle de jour et de nuit dans les diverses divisions » (RG, art. 53). Suit, découpé en articles, l’exposé plus ou moins précis du contenu de cette surveillance : parcourir la section, connaître les habitants, surveiller les personnes aux allures suspectes, faire respecter les lois et règlements – notamment ceux qui concernent la sûreté et la salubrité publique –, renseigner les passants, s’attacher à la prévention des crimes et délits, dresser des contraventions, opérer des arrestations, secourir les personnes malades ou blessées, intervenir en cas d’incendie… Bref, il s’agit surtout de réagir à tous les éclats du monde de la rue.

Les sergents de ville sont-ils bien encadrés ?

66L’encadrement de l’activité des agents n’est pourtant pas absent. Il paraît même à première vue important. Les sergents de ville de chaque arrondissement sont répartis en trois brigades A, B, C, qui correspondent à des tranches horaires pendant lesquelles la brigade concernée fait le service de police. Cette dernière est partagée en autant de sous-brigades qu’il y a de sections (quatre en général), lesquelles s’organisent à partir des postes de police. Là, l’activité est soigneusement planifiée. Une partie des agents, nommément identifiés, reste en « réserve », pendant que la majorité de la sous-brigade effectue les tournées. Les parcours, distribués ou rappelés à chaque prise de service par le sous-brigadier, sont précisément fixés et l’agent doit couvrir son îlot dans les rues et dans le sens indiqués. Les horaires de service de chaque brigade sont scrupuleusement définis.

67Les modalités de surveillance ont de plus été perfectionnées pour s’assurer du bon déroulement du service. La police municipale proprement dite est dirigée par un commissaire de police, appelé « chef de la police municipale », qui gère l’ensemble des services grâce à une administration assez structurée, composée d’un sous-chef et de douze commis. Il supervise notamment le service des arrondissements qui concerne plus directement les policiers en uniforme. Ce service est placé sous les ordres d’un officier de paix, qui siège au poste central de l’arrondissement (généralement situé à la mairie). Lui sert de lien entre la préfecture et l’arrondissement et est responsable de la bonne marche du service. Il doit notamment vérifier le respect des dispositions, visiter les postes au moins une fois par jour et, parfois, faire des tournées de surveillance. L’officier de paix a sous ses ordres les brigadiers, qui assurent de leur côté la relation entre ce supérieur et les brigades. Ces derniers sont chargés d’un contrôle plus fin ; ils supervisent la relève dans chaque poste, surveillent le « zèle » des sous- brigadiers et parcourent au moins une fois tout ou partie de la division pour contrôler le service. La croissance brutale des effectifs de sergents de ville a imposé par ailleurs le renfort d’un des échelons hiérarchiques, auxquels les agents ont plus directement affaire, celui des sous-brigadiers. Eux sont désormais deux par sous-section : l’un reste au poste et s’occupe des affaires en cours, quand l’autre est chargé de la surveillance des îlotiers. Il parcourt l’ensemble de son territoire, pendant la durée du service, à la recherche des infractions commises par les agents. Cet encadrement propre à la police municipale est enfin complété par d’autres acteurs. Certains sont anciens, comme les commissaires de police. Ils peuvent requérir ou diriger à leur guise les sergents de ville de leur quartier et sont de surcroît le premier organe de contrôle, puisque toute personne arrêtée doit être déférée devant ce magistrat.

68D’autres instances naissent avec la réforme, comme le Contrôle général, créé en 1854 et composé d’un commissaire de police, d’un secrétaire, d’un officier de paix, d’un brigadier, de deux sous-brigadiers et de vingt inspecteurs.

  • 72 Décret impérial du 27 novembre 1859. Ils prennent le nom d’inspecteurs divisionnaires par le décret (...)

69Ce service est chargé, sur demande du préfet ou de manière aléatoire, d’enquêter sur n’importe quel service extérieur de la préfecture, à n’importe quel moment. Le dispositif de surveillance, autonome au sein de la préfecture, est redoublé par l’introduction en 1859 de quatre inspecteurs spéciaux, chargés de surveiller le fonctionnement ordinaire de portions de ville regroupant cinq arrondissements72.

  • 73 « État des diverses brigades composant la police municipale », 1856.

70L’activité des sergents de ville paraît donc enserrée dans un filet de contrôle institutionnel. Son efficacité est toutefois limitée. La diversité des autorités occasionne des oppositions : l’officier de paix et le commissaire de police sont souvent en conflit pour des problèmes de partage d’attributions, sans compter que les agents d’un même poste peuvent avoir affaire à plusieurs commissaires de police, alors en concurrence. Ces instances de contrôle n’ont surtout, semble-t-il, pas les moyens de leur ambition. Les 20 inspecteurs du Contrôle général paraissent peu nombreux pour les 3 546 agents des services extérieurs de la préfecture de Police, dont les 2 876 sergents de ville et inspecteurs. Leur efficacité se réduit même durant la période, puisque l’effectif demeure inchangé après l’annexion des communes suburbaines de 1860, quand celui des potentiels « surveillés » passe à 4 550. Les conditions mêmes du contrôle quotidien paraissent enfin insuffisantes (1 sous-brigadier pour 10 sergents de ville en 1856, puis 1 pour 9 en 1860.) L’exemple du 6e arrondissement, l’un des mieux pourvus, est éloquent : en 1856, il se compose de 172 sergents de ville, 24 sous-brigadiers et 3 brigadiers73, ce qui fait 2 sous-brigadiers pour 14 sergents de ville dans chaque sous-brigade. Sur les 14, 12 font le service d’îlotage, sous la surveillance d’un sous-brigadier. Dans un cas idéal, les agents sont contrôlés au mieux vingt minutes lors d’un service de quatre heures. Or, comme chaque agent ne va pas forcément à la même allure et que les tournées sont inévitablement interrompues par les interventions, les discussions, etc., on peut supposer que le sous-brigadier a peu de chance de croiser tous les agents en tournée et que ceux-ci lui échappent largement.

  • 74 D. Monjardet, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996.

71Autrement dit, lorsqu’ils ne sont pas chez le commissaire ou au poste, les sergents de ville restent seuls dans la rue pendant l’essentiel de leur service. Cet isolement administratif et hiérarchique laisse sur le terrain une grande marge de manœuvre à un agent qui circule seul et qui n’est pas formé. Le niveau d’« inversion hiérarchique » pour reprendre un concept de Dominique Monjardet, c’est-à-dire l’inévitable espace de liberté des policiers dans lequel l’institution est dépendante de leurs actions, est particulièrement important à cette période74.

Une présence ostensible de l’autorité

72Ce degré d’autonomie ne doit pas être exagérément grossi : on l’a vu, des cadres d’entrée dans le corps, d’organisation et de contrôle sont en place, sans compter que la faiblesse de la documentation accroît l’impression de délitement. Les primes de captures, inaugurées en 1840, ou encore le service médical de la préfecture jouent peut-être un rôle, sans compter, nous l’avons vu, que la réforme a été l’occasion de nombreuses innovations organisationnelles (sous-traitance de l’habillement avec l’augmentation du nombre de tenues, échelonnement des salaires, création du Contrôle général). Il n’en demeure pas moins que ces cadres semblent plus structurer l’organisation interne du service que l’activité sur le terrain.

73Cette dernière n’est pas totalement incontrôlée non plus, sa surveillance prend des formes particulières. La première est scripturale : la rédaction des rapports que les agents doivent continuellement produire peut être analysée dans ce sens. Les récits sont certes arrangés par le sergent de ville, mais le simple acte d’écriture, la formulation des événements et la synthèse d’une période donnée d’activité peuvent apparaître comme tels. De plus, comme ces rapports servent de traces matérielles en cas de litiges, les circulaires de la préfecture insistent sur leur fréquence et sur leur qualité de rédaction. Cette importance du geste d’écriture dans l’activité policière est confortée par une autre pratique. Le règlement général de 1856 informe qu’à chaque prise de service, le brigadier doit rappeler certains principes d’action et donner un ensemble précis de consignes, notées en temps réel par les agents sur des petits carnets. Les quelques exemplaires que nous avons pu retrouver sont éloquents : « saisir l’ancienne médaille de Ketty Jules, marchand des quatre saisons, qui en a obtenu une nouvelle en remplacement de celle qu’il avait perdue » (3 octobre 1868)… « Je remarque que les rapports de service faits dans les établissements publics sont généralement incomplets… » (4 octobre 1868). Ce catéchisme policier, digéré par l’oreille et par la main, conforte le rôle de l’écriture comme moyen d’imposition normatif. Il montre aussi une attitude spécifique de la préfecture, qui essaie de transmettre ses prescriptions et de s’assurer la maîtrise de l’action policière en insistant sur des interventions ponctuelles et ciblées.

74Un autre aspect de ce contrôle tient à la méfiance affichée de l’institution vis-à-vis du travail de ses agents. Un certain nombre de circulaires, dont la masse ne peut être évaluée, rappelle aux officiers de paix, brigadiers et commissaires les éléments sur lesquels ils doivent demeurer vigilants : respect des modalités d’arrestation, indication précise des injures reçues, mention exacte des circonstances de l’intervention… S’observe là aussi la lente construction des normes de travail. Ces rappels invitent en outre les supérieurs à la plus grande méfiance : à Belleville, le commissaire de police effectue de véritables contre-enquêtes pour les arrestations les plus litigieuses. Si l’attention varie sans doute d’un magistrat à l’autre, l’activité quotidienne semble contrôlée a minima, lors des contacts entre le sergent de ville et son institution. Pour le reste, la préfecture se contente d’exiger, dans la masse floue des interventions, la réalisation de demandes précises et peu nombreuses.

  • 75 APP, non référencés. Vu la masse des registres, découverts tardivement, nous avons choisi trois dat (...)

75Ce relatif relâchement ne relève pas nécessairement d’un déficit d’organisation. Il convient de se rappeler les attentes de la réforme : « l’action des sergents de ville consiste plus à prévenir les délits qu’à les réprimer » est-il inscrit au fronton de l’Instruction sur le service des sergents de ville. Pour la préfecture des années 1860, cet agent est en effet avant tout une présence et le nombre ou la précision des interventions comptent sans doute autant que la continuité de sa présence physique au sein des quartiers. L’étude des sanctions conservées dans les registres des arrêtés préfectoraux précise cet aspect75. Ne sont visibles dans ces documents que les punitions qui sont remontées jusqu’au préfet, ce qui permet néanmoins de dégager les pôles d’attention prioritaires de l’institution. Les motifs sont divers : le poids de la surveillance administrative apparaît dans les punitions pour irrespect de la hiérarchie ou pour mauvaise réalisation du service. Au-delà de ces aspects attendus, émerge la crainte du « scandale » ou des « scènes scandaleuses » : ivresse manifeste dans la rue, mauvais comportement en cours de service (avec ou sans tenue), « inconduite » de la vie privée tendant « à la déconsidération du corps ». Ces sanctions illustrent aussi ce que veut éviter en priorité la préfecture : que le policier se détache violemment du paysage de la rue et crée une rupture dans l’ordre quotidien. Il s’agit bien pour elle de s’assurer particulièrement de la présence du sergent de ville, une présence stable, visible et réactive au cœur de l’espace urbain.

  • 76 Voir, parmi d’autres : Y. Lequin, « Le métier », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. III, P (...)
  • 77 Pour un aperçu de cette complexité, voir la discussion proposée par G. Crossick à propos des artisa (...)

76L’occupation policière demeure ainsi difficile à définir. Bien qu’organisée et contrôlée, détentrice d’une autorité publique, elle ne peut être appréhendée ni comme un métier, ni comme une profession, au sens moderne du terme, en rappelant d’ailleurs l’extrême prudence avec laquelle les sociologues et les historiens ont utilisé ces notions76. Encore faut-il noter que les contours des mondes du travail du premier xixe siècle, particulièrement ceux de l’administration, sont encore assez mal connus77. Le policier apparaît au moins comme un mélange des références militaires et civiles, trace de la diffusion de la première dans la société et de son évolution : présente dès 1829, l’affirmation de la seconde franchit une étape après 1854, même s’il n’est pas possible d’établir des frontières fermes. Sans doute est-il plus sûr d’évoquer une présence policière, certes non anodine, en construction, caractérisée par une certaine confusion et incertitude.

77Cette situation tient pour partie aux circonstances de la réalisation de la réforme : elle provoque un changement brutal pour la préfecture de Police, manifestement mal préparée à l’afflux de nouveaux agents et aux problèmes qui se posent. La préfecture semble ainsi dans une phase de mise en place empirique des cadres de l’activité, au moins jusqu’au règlement général de 1887. Ce travail est d’autant plus compliqué que la réforme introduit un modèle extérieur de police, qui correspond à une culture de l’ordre étrangère aux cadres habituels de la préfecture (et aux Parisiens). L’institution doit donc composer avec une forme inédite de contrôle social qu’elle réinterprète à sa manière. On peut toutefois noter que cette indétermination correspond en même temps assez bien au projet initial du Second Empire, qui veut à la fois maintenir l’ordre et faire accepter ces nouveaux agents : peut-être ce flou est-il également une des solutions très empiriques permettant de concilier concrètement, sur le terrain, deux exigences qui semblent alors contradictoires. En ce sens, c’est une autre trace de l’ampleur du changement : la réforme de 1854 bouscule l’organisation parisienne des forces de l’ordre et transforme ainsi le rapport entre la police, la ville et ses habitants, au niveau le plus ordinaire.

Notes

1 Allocution publiée dans le Moniteur universel du 31 janvier 1852, p. 164.

2 P. Piasenza, « Juges, lieutenants de police et bourgeois à Paris aux xviie et xviiie siècles », Annales HSS, n° 5, 1990, p. 1189-1217 ; C. Denys, V. Milliot, « Espaces policiers, xviie-xxe siècle », numéro spécial de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 50, janv.-mars 2003.

3 Par imaginaire social, nous entendons un ensemble de représentations dynamique et relativement cohérent, produit par une société ou une large partie de celle-ci, ensemble dont les formes et l’efficacité dépendent en partie de leurs conditions de production, de diffusion et d’appropriation et qui varie en fonction des périodes.

4 V. Milliot, « Police et peuple à Paris au xviiie siècle », communication inédite à la journée d’étude « Police et peuple sous l’Ancien Régime. Réflexions historiographiques, » Centre d’Histoire Urbaine, ENS-Lyon, 30 janvier 2002.

5 J.-M. Berlière, « Le policier parisien, deux siècles de fantasmes », Jahrbuch für europäische Verwal tungsgeschichte, n° 6, 1994, p. 125-148.

6 C. Denys, Police et sécurité au xviiie siècle, Paris, L’Harmattan, 2002.

7 Debelleyme, ex-préfet de police, Histoire de l’administration, Paris, L’Huillier, 1830.

8 A. Lauck, Les représentations de la police parisienne sous la monarchie de Juillet, thèse sous la direction d’A. Corbin, université Paris-I, 1996.

9 « On murmure autour de nous, on nous répète en face : Si les gendarmes portaient la moustache, ils ne pourraient plus se déguiser » se lamente un « officier supérieur de gendarmerie » dans Le Journal de la gendarmerie de France en 1841.

10 Lyon-Caen, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, op. cit.

11 L. Huart, Muséum parisien, Paris, 1841.

12 Paris, Curmer, 1841. Sur ce sujet, voir L. Abelès, S. Le Men, Les Français peints par eux-mêmes, panorama social du xixe siècle, coll. « Les dossiers du Musée d’Orsay », n° 50, RMN, 1993.

13 C. Emsley, The English Police: a Political and Social History, London, Harvester Wheatsheaf, St Martin’s Press, 1991.

14 E. Reynolds, Before the Bobby. The night watch and Police Reform in Metropolitan London, 1720-1830, London, Mac Millan Press, 1998.

15 C. Emsley, « The English Bobby: an Indulgent Tradition », in R. Porter (dir.), Myths of the English, Oxford, p. 115-135; et B. Weinberger, The Best Police in the World. An Oral History of English Policing, Hants, Scholar Press, 1995.

16 M. Deflem, « International Policing in 19th-Century Europe: The Police Union of German States, 1851-1866 », International Criminal Justice Review, n° 6, 1996, p. 36-57.

17 C. Emsley, « The English Bobby », loc. cit.

18 A. Funk, Polizei und Rechtstaat. Die Entwicklung des staatlichen Gewaltmonopols in Preußen, 18481914, Frankfurt am Main, 1986.

19 E. Texier, Tableau de Paris, ouvrage illustré de 1 500 gravures, Paris, Paullin et Le Chevalier, rue Richelieu, 60, aux bureaux de L’Illustration, 1852.

20 H. Raisson, Histoire de la police de Paris, Paris, 1844.

21 Voir D. Kalifa, « L’attaque nocturne », Société & Représentations, n° 4, 1997, p. 121-138 ; P. Chas-saigne, « Popular Representations of Crime : the Crime Broadside – A Subculture of Violence in Victorian Britain ? », Crime, Histoire et Société, vol. 3, n° 2, 1999, p. 23-55.

22 C. Denys, V. Milliot, B. Marin (dir.), Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2009.

23 APP, DB 31.

24 Voir P.-Y. Saunier, « Maintien de l’ordre et contrôle de l’espace urbain au xixe siècle : le cas de Lyon », Cahiers de la sécurité intérieure, n° 17, 1994, p. 77-85 ; F. Prieur, « Une ville en ordre : l’étatisation de la police lyonnaise (1848-1862) », Histoire urbaine, n° 6, 2002, p. 87-113.

25 M. Roncayolo, « La production de la ville », in G. Duby, M. Agulhon (dir.), Histoire de la France urbaine, t. IV, La Ville de l’âge industriel, Paris, Seuil, 1980, p. 72-155 ; V. Schwartz, Spectacular Realities. Early Mass Culture in fin-de-siècle France, Berkeley, UCP, 1998.

26 E. Jaéglé, Instruction sur le service des sergents de ville, Paris, Beaule, 1857.

27 Circulaire publiée au Moniteur universel du 20 janvier 1852 (cité dans P. Lagoueyete, La Vie politique en France au xixe siècle, Paris, Ophrys, 1989).

28 Discours à la préfecture de Police, publié dans le Moniteur universel du 30 mai 1852 (p. 802).

29 P. Rosanvallon, La Démocratie inachevée, Paris, Gallimard, 2000.

30 J. Chagniot, Paris et l’armée au xviiie siècle, étude politique et sociale, Paris, Economicos, 1985.

31 Consignes générales pour les postes de la place de Paris, Paris, Imprimerie militaire de J. Dumaire, 1851.

32 Voir L. Girard, La Garde nationale, 1814-1871, Paris, Plon, 1964 ; pour la monarchie de Juillet, M. Larrère-Lopez, La Garde nationale de Paris, op. cit.

33 F. Cardoni, La Garde républicaine. D’une République à l’autre, 1848-1871, Rennes, PUR, 2008. L’effectif total (troupe à cheval et troupe à pied) passe de 3 244 hommes à 2 130 entre 1848 et 1852.

34 Voir en annexe.

35 Il faudrait mentionner ici également les gendarmes de la Seine, casernés dans Paris. Cependant, ils agissent dans le département, et en dehors d’interventions ponctuelles, ils ne nous intéressent pas ici.

36 Voir S. Kaplan, « Notes sur les commissaires de police à Paris au xviiie siècle », RHMC, 1981, p. 669686 ; A. Farge, Vivre dans la rue à Paris au xviiie siècle, op. cit., p. 197-208.

37 Voir D. Kalifa, P. Karila-Cohen (dir.), Le commissaire de police au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008.

38 Lettre du secrétaire du préfet au ministre de l’Intérieur répondant à une demande de renseignements pour la création d’un corps de sergents de ville à Lyon, 1851 (APP, DB 31).

39 La date de 1850 tient à la plus grande disponibilité des données cette année-là. La cartographie des postes de police était irréalisable vu l’incertitude des localisations ; quant aux services spéciaux, seule l’occupation du fleuve a pu être indiquée à cette échelle. La garde de Paris est enfin le nouveau nom porté par la garde républicaine, ex-garde municipale.

40 M. Levillain, Histoire de l’organisation des services actifs de la police parisienne, thèse dactylographiée, Paris, 1970.

41 J. Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), Paris, Champion, 1976 ; J. Merriman, Aux marges de la ville, faubourgs et banlieues en France, 1815-1870, Paris, Seuil, 1991.

42 Voir les cartes en annexe.

43 J. Merriman, op. cit.

44 Les documents de la préfecture ne donnent jamais exactement les mêmes chiffres, selon qu’ils comprennent ou non l’encadrement, les agents en bourgeois, les inspecteurs, etc.

45 Chiffres tirés de F. Cardoni, La Garde républicaine, op. cit.

46 Paris-Guide, par les principaux écrivains et artistes, Paris, Librairie internationale, 1867.

47 Police. Programme des travaux pour les postes de police, Paris, C. de Mourgues, 1869 (BHVP, 8°AT152).

48 B. Lepetit, « Espace et Histoire », Carnets de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, Albin Michel, 1999, p. 120-146.

49 E. Monkonnen, Police in Urban America, 1860-1920, Cambridge, Harvard University Press, 1981; C. Fijnaut, De geschiedenis van de Nederlandse Politie, Amsterdam, Boom Uitgever, 2007 ; A. Funk, Polizei und Rechtstaat, op. cit.

50 Voir les travaux de M. Espagne et M. Werner (dir.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècles), Paris, Recherches sur la civilisation, 1988. L’introduction rappelle que les objets du transfert sont bien plus variés que les formes littéraires et peuvent concerner des pratiques administratives. Pour une approche plus récente des problématiques, M. Werner, B. Zimmermann (dir.), De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Seuil, 2004 ; C. Douki, P. Minard (dir.), « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54-4 bis, 2007.

51 La version londonienne avait également ses spécificités, comme la police de la City (voir R. Porter, London, a Social History, London, Hamish Hamilton, 1994).

52 D. Gardey, La Dactylographe et l’Expéditionnaire, histoire des employées de bureau, 1880-1930, Paris, Belin, 2001 ; M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers, espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Paris, EHESS, 1987 ; C. Omnès, Ouvrières parisiennes, marché du travail et trajectoires professionnelles au xxe siècle, Paris, EHESS, 1997.

53 Nous reprenons à notre compte le terme suggéré par Alain Desrosières et Laurent Thévenot pour désigner une activité avant qu’elle soit définie plus précisément (A. Desrosières, L. Thévenot, Les Catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 1986).

54 Sur les quarante et un gardiens entrés entre 1854 et 1880 dont nous avons pu retrouver le département d’origine, un seul est né à Paris. Les autres dessinent l’aire d’attraction parisienne signalée.

55 Données obtenues en comparant les informations tirées des archives judiciaires, des dossiers de victimes du devoir (les seuls à conserver les dossiers personnels des agents) et des « propositions de pensions et de secours » dressées chaque année par la préfecture, qui concernent des effectifs plus amples, mais sont moins complètes.

56 Ces derniers chiffres sont plus sûrs car ils s’appuient sur des informations tirées des archives judiciaires, des dossiers de victimes du devoir et des « propositions de pensions et de secours » conservées dans les budgets de la préfecture de Police. L’âge peut être dit « mûr » car l’espérance de vie au vingtième anniversaire est alors de 40,4 ans en France. Le chiffre est plus faible pour le département de la Seine, où la population est plus jeune et où les hommes meurent plus vite : ces policiers sont bien d’un âge « avancé ». Reste à voir si leur espérance de vie n’est pas plus élevée et si cela suffit à les rendre plus « vieux » au regard des Parisiens. Voir J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, t. III, 1988.

57 Voir M. Pastoureau, Bleu : histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 2000.

58 L’expression est empruntée à Louis Hincker (Citoyen-Combattant. Paris 1848-1851, Lille, Presses universitaire du Septentrion, 2008).

59 Voir les précisions à ce sujet dans J. Le Bihan, Au service de l’État, les fonctionnaires intermédiaires au xixe siècle, Rennes, PUR, 2008, p. 22-24.

60 En 1840, un mineur touche 2 francs par jour en moyenne en 1840, un ouvrier très qualifié 4 à 5 francs. Le policier en tenue se situe donc dans la frange juste supérieure du monde du travail parisien. Voir A. Dewerpe, Le Monde du travail en France, Paris, A. Colin, 1996.

61 Délibération municipale du 20 janvier 1866.

62 Voir R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

63 Répertoire des effectifs de la police municipale, 1855-1857 (non coté, je remercie les archivistes de la préfecture de Police de l’avoir exhumé). Il recense par ordre alphabétique les noms des sergents de ville nommés en 1855, l’évolution de leur traitement sur deux années et quand elle a lieu, les motifs de leur sortie du corps.

64 Répertoire des effectifs de la police municipale, 1856-1867 (APP, non coté). Il ne recoupe malheureusement pas le précédent. Parmi les 447 nouveaux agents nommés en 1856, seuls 5 sont brigadiers onze ans plus tard (1,1 %). D’après les dossiers de « victimes du devoir » de la période, plus précis, 5 des 40 agents sont sous-brigadiers à leur mort. L’ascension intervient au bout d’un laps de temps variant de quatre à douze ans, sans qu’une logique précise se dessine : les plus vieux à l’entrée au corps et ceux qui ont fait un service militaire long ne sont pas forcément ceux qui deviennent plus vite sous-brigadiers.

65 APP, dossier « Victimes du devoir » de Charles Delabre, inspecteur au commissariat de police de Pont de Flandres, tué le 20 octobre 1878.

66 Voir G. Thuillier, Histoire de l’administration française, Paris, Perrin, 1984.

67 Carnet de rapport du sergent de ville Rouch, 1863-1869 (conservation partielle), Archives de la ville de Paris, VI1/1 « Police locale ».

68 Des différents ensembles documentaires consultés (mains courantes, archives judiciaires, dossiers de victimes du devoir), il a été possible d’identifier à onze reprises l’adresse de l’agent et de vérifier les affirmations préfectorales. Huit cas confirment l’hypothèse, deux concernent des agents qui habitent dans un autre arrondissement, mais près d’un poste situé à la limite des deux territoires. Dans un seul cas, l’agent habite dans un autre arrondissement, loin de son poste.

69 C’est le cas, notamment, des gendarmes. Voir A.-D. Houte, Le Métier de gendarme au xixe siècle, op. cit.

70 D’après le Répertoire des effectifs de la police municipale de 1856-1867. La comparaison des données, vu la nature du document, est malaisée : En 1856, 16 % des nouveaux agents démissionnent dans les deux ans (25 % dans les 4 ans) alors qu’en 1865, ils sont 3,6 % à le faire (- 77 %).

71 P. Truy, commissaire de police, Manuel-Roret, Nouveau manuel complet de la police de France, nouvelle édition, Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1855 ; E. Jaeglé, Instruction sur le service des sergents de ville, Paris, Typographie Baule, 10, rue Jacques-de-Brosse, 1857 ; F. Chaulieu, Guide de poche alphabétique à l’usage des sergents de ville de Paris, Paris, Imprimerie et lithographie Renou et Maulde, 144, rue de Rivoli, 1862.

72 Décret impérial du 27 novembre 1859. Ils prennent le nom d’inspecteurs divisionnaires par le décret impérial du 9 mai 1860.

73 « État des diverses brigades composant la police municipale », 1856.

74 D. Monjardet, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996.

75 APP, non référencés. Vu la masse des registres, découverts tardivement, nous avons choisi trois dates repères, 1865, 1885 et 1905, pour lesquelles a été dépouillé le 1er trimestre, et deux dates de vérification (1860 et 1900), pour lesquelles n’a été consulté que le mois de janvier. L’analyse ci-dessus s’appuie sur les années 1860 et 1865.

76 Voir, parmi d’autres : Y. Lequin, « Le métier », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. III, Paris, Gallimard, 1993, p. 377-419 ; A. Abbott, The System of Profession, Chicago, UCP, 1988 ; F. Champy, La Sociologie des professions, Paris, PUF, 2009 ; pour une discussion adaptée à la question policière, voir J.-M. Berlière, C. Denys, D. Kalifa, V. Millot (dir.), Métiers de police, être policier en Europe, xviiie-xxe siècle, Rennes, PUR, 2008.

77 Pour un aperçu de cette complexité, voir la discussion proposée par G. Crossick à propos des artisans urbains dans la longue durée : « Past masters : in search of the Artisan in European History », in G. Crossick (dir.), The Artisan and the European Town 1500-1900, Brookfield, 1997.

Table des illustrations

Légende Carte 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Graphiques 1 et 2. Effectifs et présence policière, 1833-1871.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Carte 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Carte 3.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540