Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Policiers dans la ville

 | 
Quentin Deluermoz

Première partie. La visibilité en action (1854-1880)

La visibilité en action (1854-1880)

Texte intégral

1Placé à la charnière du xixe siècle, le Second Empire, fasciné par la visibilité et la rationalisation, impose la police en tenue au cœur de l’espace parisien. Comme pour d’autres innovations impériales, sa réalisation modifie brutalement et durablement l’ancienne organisation. Elle installe dans les rues un sergent de ville inspiré du modèle londonien, aux modalités d’action inédites. Cet agent omniprésent et offert au regard public ne passe pas inaperçu. À une période où la police est objet de méfiance et où la visibilité de l’espace social est une attente majeure, il entraîne une modification des représentations héritées de la police en tenue. Mais l’action des sergents de ville se situe surtout au niveau de l’ordinaire de la grande ville. Les interactions quotidiennes entre ces agents et les Parisiens, dans la diversité de leurs aspects, transforment peu à peu la nature des échanges et des conflits comme les modes d’appropriation de la ville, pour les uns et les autres. Ces divers aspects dessinent, en tension, une nouvelle relation police-société. Celle-ci demeure toutefois incertaine jusque dans les années 1880 : durant cette première période, la visibilité est bel et bien « en action », c’est-à-dire qu’elle est efficace, mais également instable. Le retour sur le moment de la transition politique, entre la fin du régime bonapartiste, la Commune de Paris et les débuts difficiles de la Troisième République, illustre ce caractère particulier.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540