Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’atomisme aux XVIIe et XVIIIe siècles

 | 
Jean Salem

Troisième partie. La foi peut-elle s’accommoder de l’atomisme ?

La “philosophie mécanique” de Boyle

Sophie Roux

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Robert Boyle on Natural Philosophy, Bloomington 1966, p. 57. — Dans les notes suivantes, T. B. ren (...)
  • 2 Voir par exemple : Clericuzio, “A Redefinition of Boyle’s Chemistry and Corpuscular Philosophy”, A (...)

1Boyle a longtemps fait figure de héros pour avoir réuni deux choses jusqu’alors séparées : la chimie et la théorie corpusculaire de la matière. Cette union aurait été fructueuse aussi bien pour la chimie, qui se serait enfin dégagée de sa gangue pré-scientifique, que pour la théorie corpusculaire, qui aurait enfin reçu un fondement expérimental. Ainsi Marie Boas-Hall pouvait-elle écrire que la philosophie mécanique de Boyle était a complete and well-developed theory, founded upon experiments, adequate to explain all the properties of matter, and both rational and empirical1. Plusieurs historiens des sciences se sont attachés ces dernières années à déconstruire cette image trop parfaite, et l’on tient maintenant pour acquis d’une part que Boyle devait plus aux théories alchimiques qu’il voulait bien le reconnaître et d’autre part que certains chimistes avaient avant lui conjoint pratique chimique et théorie corpusculaire de la matière2.

  • 3 The Origin of Forms and Qualities (T. B., ΙΠ, p. 3-13, p. 34 et 74) ; Physiological Essays (T. B., (...)

2Je me contenterai aujourd’hui de quelques mots sur une question élémentaire : qu’est-ce que Boyle appelle « philosophie corpusculaire ou mécanique » ? Ou plus exactement : un historien peut-il parler de la philosophie corpusculaire ou mécanique de Boyle comme il parle de la théorie de la matière cartésienne ou gassendiste ? Contrairement à Marie Boas-Hall, je crois qu’il n’y a pas chez Boyle de théorie au sens fort du terme, c’est-à-dire un ensemble consistant de thèses appelant selon les cas une argumentation conceptuelle, une analyse mathématique ou une confrontation à l’expérience. Ce qu’on trouve chez Boyle, ce sont des discours où précision tatillonne et indétermination philosophique vont de pair. Le flou de la terminologie de Boyle pourrait valoir comme signe de cette indétermination tatillonne : ce que les historiens ont pris l’habitude de nommer la « philosophie mécanique » ou la « philosophie corpusculaire », il l’appellait indifféremment « philosophie», « théorie », « notion », ou « hypothèse », « corpusculaire », « mécanique », « particulaire » ou « phénicienne »3.

3Il s’agira en général de montrer que cette indétermination a partie liée avec le fait que Boyle refuse de choisir son camp entre des partis opposés ; je procéderai plus précisément en quatre temps. 1°/ J’examinerai à titre préliminaire les critiques que Boyle adresse aux chimistes et aux scholastiques. 2°/ Je montrerai que la réunion des cartésiens et des gassendistes sous la bannière de la philosophie mécanique interdit de préciser la nature de la matière. 3°/ En associant les philosophes mécaniques et les expérimentateurs, Boyle a fait des principes mécaniques une forme vide, conciliable avec n’importe quelle expérience. 4°/ Enfin, la volonté de concilier la philosophie mécanique et la religion chrétienne a limité la valeur préventive de la philosophie mécanique, qui consistait à définir le domaine de la philosophie naturelle par l’exclusion des substances spirituelles.

1. La critique des entités scolastiques et chimiques

  • 4 Le phénicien supposé avoir inventé l’atomisme est Moschus (The Sceptical Chimist, T. B., I, p. 498 (...)
  • 5 Physiological Essays ; T. B., I, p. 355-356.

4Atomistes et cartésiens s’accordent selon Boyle sur un point fondamental : « non seulement ils se soucient d’expliquer les choses intelligiblement, mais alors que les autres philosophes rendent compte des phénomènes naturels seulement en général et superficiellement, […] ils expliquent ces mêmes phénomènes par de petits corps diversement figurés et diversement mus ». Une personne de tempérament conciliant devrait donc les réunir sous la bannière d’une seule et même philosophie qu’il s’agit de nommer. « Parce qu’elle explique les choses par des corpuscules, c’est-à-dire par des corps minuscules, elle peut être appelée corpusculaire, quoique je la dénomme parfois philosophie phénicienne parce que certains écrivains de l’Antiquité nous apprennent que non seulement avant qu’Épicure et Démocrite, mais même avant que Leucippe n’enseignent en Grèce, un naturaliste phénicien avait entrepris de rendre raison des phénomènes naturels par le mouvement et les autres affections de minuscules particules matérielles4. Et parce qu’elle est évidente et efficace dans le domaine des engins mécaniques, parfois je l’appelle aussi hypothèse ou philosophie mécanique »5. Ce texte fait d’emblée naître deux questions. Premièrement, qu’est-ce qu’expliquer intelligiblement les phénomènes, ou encore, pourquoi l’intelligibilité d’une explication en passerait-elle par des petits corps diversement mus ? En second lieu, étant donné que Descartes et Gassendi n’ont pas les mêmes principes ontologiques, qu’est-ce qui autorise Boyle à négliger leurs différences ?

  • 6 The Origin of Forms and Qualities (T. B., III, p. 13) ; On the Imperfection of the Chemists’ Doctr (...)
  • 7 On the Imperfection of the Chemists’ Doctrine of Qualities (T. B., IV, p. 273) ; The Excellency of (...)
  • 8 Spring and Weight of the Air ; T. B., I, p. 75.
  • 9 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 17 et 40.
  • 10 C’est une des idées centrales du Sceptical Chemist ; T. B., I, p. 458 sq.

5Boyle ne thématise pas ce qui fait le caractère intelligible d’une explication ; en fait, une explication intelligible, c’est simplement pour lui une explication plus intelligible qu’une autre explication moins intelligible. Montrer le bien-fondé d’une explication ne consiste ni à établir sa conformité à une norme a priori de l’intelligibilité, ni même exhiber son intelligibilité factuelle, mais à montrer qu’elle vaut mieux que d’autres explications possibles. Ainsi la défense de la philosophie mécanique qu’il propose consiste-t-elle principalement à mettre en lumière les déficiences des explications non-mécaniques, particulièrement celles des chimistes et des scolastiques. Les chimistes ont selon Boyle un mérite par rapport aux scolastiques : ils font des expériences. Mais d’un point de vue théorique, ils ne valent pas mieux ; se tourner vers les chimistes par dégoût des scolastiques c’est se précipiter de Charybde en Sylla, ou plus exactement de Charybde en Charybde6. Les défauts que Boyle relève chez les uns et les autres sont innombrables : les chimistes emploient un langage équivoque et inconstant7 ; les scolastiques confondent propriétés du corps et passions de l’âme8 et forgent des êtres chimériques qui sont à la fois substances et accidents9. La théorie chimique du mercure, du soufre et du sel, repose sur le présupposé que l’analyse des corps par le feu révèle leurs principes constituants, mais de nombreuses expériences indiquent que le feu n’est pas seulement un instrument de décomposition, mais un créateur d’artefacts10. Fondamentalement cependant, les explications des chimistes et des scolastiques souffrent de deux défauts structurels, qui résultent de leur incapacité à comprendre la nature même d’une explication physique.

  • 11 Boyle montre comment les explications mécaniques peuvent échapper à ce problème dans The History o (...)
  • 12 On the Imperfection of the Chemists’ Doctrine of Qualities ; T. B., IV, p. 279. — Également : The (...)
  • 13 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 13.
  • 14 On the Imperfection of the Chemists’ Doctrine of Qualities ; T. B., IV, p. 282.

6En premier lieu, prendre pour principes d’explication des substances concrètes comme les trois principes chimiques et les quatre éléments aristotéliciens conduit inévitablement à des contradictions. Etant donné la multiplicité des qualités phénoménales à expliquer, une même substance est chargée d’expliquer plusieurs qualités – par exemple le sel est pour les chimistes cause de salinité mais aussi de dureté, la terre est pour les aristotéliciens cause de lourdeur mais aussi d’opacité. Il est dès lors impossible d’expliquer que certains corps manifestent une seule des qualités associées à un principe, par exemple qu’il existe des corps très salés et pas du tout durs, ou des corps très lourds et pas du tout transparents11. En second lieu, les entités chimiques et scolastiques ne permettent pas de comprendre l’action des corps les uns sur les autres : « La manière qu’ont les chimistes comme les péripatéticiens de rendre compte des choses par leurs ingrédients, qu’il s’agisse d’éléments, de principes, ou d’autres corps […] frustrera les naturalistes. [… Il arrive en effet qu’]une qualité nouvelle émerge, différente de toutes celles qui étaient remarquables dans les ingrédients, et même contraire à elles ; ainsi, deux corps transparents font un composé opaque, un corps bleu et un corps jaune composent un corps vert, deux corps mous, un corps dur, deux corps froids, un corps chaud, deux corps fluides, un corps solide »12. Ces deux défauts sont structurels en ce sens qu’ils découlent de la manière même dont les chimistes et les scolastiques conçoivent la nature de l’explication physique. Ils croient expliquer un phénomène lorsqu’ils ont assigné une substance qui serait cause de ce phénomène. Mais, même lorsqu’ils réussissent à identifier cette substance, ils ne savent pas pour autant de quelle manière elle est cause : « Dire par exemple que toute solidité procède du sel […] nous apprend seulement dans quel principe matériel ou ingrédient cette qualité réside, mais non comment elle est produite »13 ; « dire qu’une forme substantielle comme celle du feu agit par une qualité nommée chaleur, dont la nature est de produire un tel effet […] revient à dire qu’elle produit un effet par le pouvoir qu’elle a de le produire. Mais ce qu’est ce pouvoir, et comment il opère, c’est ce qu’on nous laisse chercher, quoique ce soit ce que nous désirions le plus savoir »14.

  • 15 The Sceptical Chemist ; T. B., I, p. 556-559.
  • 16 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., ΙΠ, p. 15. — L’unité de la matière rend possible la tra (...)
  • 17 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 15. — Également : ibid., p. 30.
  • 18 The Excellency of the Mechanical Philosophy ; T. B., IV, p. 73.

7Cette analyse indique ce qu’est une bonne explication selon Boyle : expliquer un phénomène, c’est identifier, plutôt qu’une substance, le mécanisme d’une production : « Les différentes opérations [d’une horloge] ne s’accomplissent ni parce que ses roues sont de cuivre, de fer, ou d’un alliage de ces métaux, ni parce que ses poids sont de plomb, mais en vertu de la taille, de la figure, de la grosseur et de l’engrenage de ses différentes parties ; et elle accomplirait des opérations identiques, même si ses roues étaient d’argent, de plomb ou de bois, et ses poids de pierre ou d’argile, pourvu que l’assemblage et la disposition des parties demeurent identiques »15. Autrement dit, la matière n’a pas une fonction explicative, mais une fonction ontologique : c’est le substrat universel commun à tous les corps16. Ce qui a une fonction explicative, ce sont les affections mécaniques de la matière, à savoir la taille, la grandeur et le mouvement des particules. Le mouvement est le plus important de ces trois termes. D’une part, il peut rendre compte de la division de la matière en particules de forme et de grandeur variées : « Parce que la matière est une dans sa propre nature, la diversité qu’on voit dans les corps doit nécessairement provenir de quelque chose d’autre que de la matière dont ils sont constitués. Et comme on ne voit pas comment il pourrait y avoir un changement dans la matière si toutes ses parties […] étaient perpétuellement en repos les unes par rapport aux autres, il s’ensuit qu’[…] il doit y avoir du mouvement dans certaines de ses parties, […] et que ces mouvements doivent avoir diverses directions »17. D’autre part, tout changement suppose un mouvement : « Si un ange même voulait produire un réel changement dans la nature d’un corps, nous autres hommes pouvions difficilement concevoir comment il pourrait le faire sans l’assistance du mouvement local ; puisque, si rien n’a été déplacé, ou ne se meut autrement qu’il ne le faisait auparavant, […] on peut difficilement concevoir comment il pourrait être en lui-même différent de ce qu’il était auparavant »18. Toute charge d’explication revient finalement au mouvement, puisqu’il rend compte de la diversité des phénomènes et de leurs variations dans le temps. Ayant précisé ce qu’était pour Boyle une explication intelligible, je me tourne maintenant vers la seconde question soulevée par le texte que j’ai cité pour commencer : pourquoi Boyle juge-t-il négligeables les différences entre cartésiens et atomistes ?

2. Cartésiens et atomistes

  • 19 A Free Inquiry in the Vulgarly Received Notion of Nature ; T. B., V, p. 227.
  • 20 New Experiments Physico-Mechanical touching the Spring of the Air ; T. B., I, p. 37-38. — Égalemen (...)

8On sait que Boyle a construit une pompe à air permettant de produire un vide apparent. Il s’abstient pourtant d’en tirer une conclusion définitive en faveur des vacuistes : « Quoiqu’un grand nombre de gens, et parmi eux, certains de mes meilleurs amis, m’aient poussé à déclarer mon sentiment sur cette fameuse controverse, an detur vacuum, parce qu’ils voyaient avec plaisir que j’avais fait plus d’expériences que d’autres à ce propos, j’ai refusé de me déclarer dans cette dispute, soit pro, soit contra »19. Il s’agit « d’une question métaphysique plutôt que d’une question physiologique ; aussi nous n’en débattrons pas plus longtemps, trouvant très difficile soit de contenter les naturalistes avec la conception cartésienne du corps, soit de montrer par où elle est fausse et de lui en substituer une meilleure »20. L’attitude légitime selon Boyle consiste donc à s’en tenir à la constatation factuelle qu’il existe un vide apparent dans la pompe ; on ne peut argumenter pour ou contre un vide absolu sans présupposer une notion métaphysique du corps.

  • 21 A Discourse of Things above Reason ; T. B., IV, p. 408 sq.
  • 22 The History of Firmness ; T. B., I, p. 413.
  • 23 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 29.

9Il est difficile de cerner la position de Boyle sur la question des atomes. Il existe des textes où il semble prendre le parti des cartésiens, soit qu’il assimile la divisibilité à l’infini de la matière et celle de l’étendue géométrique21, soit qu’il souligne la légèreté avec laquelle les atomistes posent des corps indivisibles sans chercher à rendre raison de leur indivisibilité22. Il existe d’autres textes où il affirme l’existence de particules qu’aucun pouvoir naturel ne peut réellement diviser, même si elles sont divisibles en pensée ou par Dieu23. Son attitude la plus courante consiste à ne se commettre pour aucun parti et à employer indifféremment des termes issus de traditions opposées : quand par exemple il parle des particules, des corpuscules, des minima naturalia ou des prima naturalia qui constituent l’or, il peut se référer soit aux atomes indivisibles qui constituent l’or, soit aux plus petites particules telles que, si on les divisait, on n’aurait plus affaire à de l’or, soit à des agrégats de particules entre lesquels les réactions chimiques auraient lieu. Quoique, à ma connaissance, il n’existe pas de texte où Boyle déclare explicitement que la question des atomes est une question métaphysique, il me semble qu’on peut interpréter de la sorte la neutralité ou l'ambiguïté de son vocabulaire et de ses conceptions.

  • 24 A Requisite Digression concerning those that would Exclude the Deity from Intermeddling with Matte (...)

10Autrement dit, ce n’est pas pour avoir élaboré une théorie de la matière qui transcenderait l’opposition entre gassendistes et cartésiens que Boyle néglige leur différence, mais tout simplement parce qu’il juge que cette différence n’a pas de sens pour un philosophe naturel. Celui-ci devrait se contenter d’expliquer des faits expérimentaux sans se préoccuper des controverses qu’ils ne permettent pas de trancher. Si cependant la possibilité d’expériences constitue le critère permettant d’éliminer de la philosophie naturelle la question de la nature de la matière, la plus grande intelligibilité d’un ensemble de principes n’en constitue pas une défense suffisante. De fait, Boyle reproche aux atomistes antiques d’avoir confondu ce que nous pouvons comprendre et ce que sont réellement les choses : « L[eur] argument fondamental […] est que ou bien le phénomène doit être expliqué de la manière qu’ils indiquent, ou bien il ne peut pas du tout recevoir d’explication intelligible. [Mais…] ce à quoi ils voudraient acculer leurs adversaires comme à une absurdité, semble ne pas mériter ce nom. Car […] qui nous a démontré que l’homme peut expliquer tous les phénomènes de la nature ? […] Comment prouver que Dieu […] ne peut pas produire de phénomènes qui ne sont pas conformes aux procédés que la faible raison de l’homme peut expliquer ? […] Certains Épicuriens déclarent que la nature produit les choses de la manière qui est la plus facile à comprendre pour notre raison et la plus conforme à elle ; mais on peut répliquer que ce que nous cherchons, c’est la manière dont les choses ont été ou sont réellement produites, non si elles ont été produites de la manière qui est la plus aisée à comprendre pour nous »24. Cette critique vaut tout aussi bien à propos des principes mécaniques de Boyle lui-même : il ne pouvait se contenter de dire qu’ils étaient intelligibles, il se devait de les fonder expérimentalement.

  • 25 Physiological Essays ; T. B., I, p. 358.
  • 26 The Origin of Forms and Qualities ; T. B„ IIΙ, p. 13. The Sceptical Chemist ; T. B., I, p. 459.
  • 27 Physiological Essays ; T. B., I, p. 359. On the Reconciliableness of Specific Medecines to the Cor (...)
  • 28 Cette partie s’inspire de Larry Laudan, Science and Hypothesis, Dortrecht, 1981, et d’Alan Chalmer (...)

11C’est ce qu’il voulut faire en conciliant les philosophes mécaniques et les chimistes. A l’en croire, le désaccord entre les uns et les autres était extrême : les philosophes mécaniques regardaient les chimistes comme de « simples manipulateurs irrationnels dont les expériences ne servent qu’aux apothicaires et aux médecins », les chimistes considéraient les philosophes mécaniques comme de « vains spéculateurs extravagants qui prétendent expliquer le grand livre de la nature sans avoir seulement regardé […] les phénomènes »25. Les uns et les autres auraient cependant tout à gagner d’une fréquentation mutuelle : les expériences des chimistes seraient fructueuses pour la philosophie naturelle ; les chimistes auraient à prendre une leçon d’intelligibilité auprès des philosophes mécaniques26. Aussi Boyle se proposait-il de réconcilier les deux camps en montrant que « quantité d’expériences chimiques peuvent être heureusement expliquées par des notions corpusculaires et que quantité de notions corpusculaires peuvent être commodément, soit illustrées, soit confirmées par des expériences chimiques »27. Ce sont les difficultés d’une telle réconciliation que je soulignerai dans la troisième partie28.

3. Philosophes mécaniques et expérimentateur

  • 29 Dialogus Physicus ; W. M. L., IV, p. 247-249 et 254-255. — L’ensemble de cette controverse a été a (...)
  • 30 Some Considerations touching Experimental Essays in General (T. B., I, p. 309. Royal Society Boyle (...)

12L’illustration ou la confirmation de la philosophie mécanique par des expériences chimiques ne va pas de soi : les réactions chimiques ont lieu entre des corps concrets doués de qualités sensibles qui n’ont au premier abord rien à voir avec des mouvements de particules microscopiques. Ainsi, lorsque Boyle réalisa la décomposition du salpêtre en un acide et un alcali, Spinoza lui reprocha de décrire ces composants en termes chimiques sans chercher à en rendre compte mécaniquement. Le problème n’est d’ailleurs pas seulement celui de l’accord entre la philosophie mécanique et la pratique chimique, mais plus généralement celui de l’accord entre la philosophie mécanique et toute pratique expérimentale dont la description implique des termes non-mécaniques. Lorsque Boyle montra que l’air a un certain « ressort », c’est-à-dire qu’il est capable de revenir dans son état naturel après avoir été comprimé, Hobbes souligna l’obscurité d’une telle capacité : il n’existe en bonne philosophie mécanique ni mouvement spontané ni état naturel des corps29. Sans cesse confronté à ce problème général, Boyle choisit d’autoriser l’utilisation provisoire de causes non-mécaniques qu’il appelle des « qualités ou des états corporels plus évidents et familiers », des « théories, notions et règles intermédiaires», des « principes subordonnés », des « causes subordonnées », des « qualités plus générales et familières » ou des « causes intermédiaires »30.

  • 31 Some Considerations…, T. B., I, p. 308.
  • 32 Ibid., T. B., I, p. 309.

13Dans Some Considerations touching Experimental Essays in General, il défend le recours provisoire à des causes non-mécaniques de la manière suivante. Il commence par définir l’explication scientifique : « rendre raison d’un effet ou d’un phénomène, c’est en général le déduire de quelque chose d’autre dans la nature, plus connu que lui » et remarque conséquemment qu’il y a divers degrés dans l’explication d’un même phénomène. Or, « quoique les explications les plus satisfaisantes pour l’entendement soient celles où l’on montre comment l’effet est produit par les affections de la matière les plus primitives et les plus universelles, à savoir la masse, la forme et le mouvement, il ne faut pas mépriser les explications où les effets particuliers sont déduits de qualités ou d’états corporels plus évidents et familiers comme le chaud, le froid, le poids, la fluidité, la dureté, la fermentation, etc., même s’ils dépendent probablement à leur tour des trois principes universels nommés à l’instant. […] Si nous connaissons les qualités de tel ou tel corps et comment il est propre à agir sur d’autres corps, […] nous pouvons réussir des choses de grande importance sans avoir à remonter jusqu’en haut la série des causes »31. Savoir que l’or est le seul corps à avoir une plus grande densité que le mercure permet d’expliquer que tous les corps flottent dans le mercure à l’exception de l’or, quand bien même on ne sait pas expliquer mécaniquement la gravité ; de même, savoir que l’air a un ressort permet d’expliquer qu’une vessie gonflée d’air revienne à sa forme première après avoir été comprimée quand bien même on ne sait pas ce qu’est ce ressort32. Boyle suggère dès lors de répartir le travail : les esprits spéculatifs déduiront des « qualités premières universelles » (c’est-à-dire grandeur, figure et mouvement) les « qualités principales de la matière » (par exemple la fluidité, la dureté, etc.) ; les expérimentateurs chercheront les causes immédiates de phénomènes.

  • 33 Ibid., T. B., I, p. 308 ; Royal Society Boyle Papers IX, f. 40-41 (cité dans Laudan, 1981, p. 36 e (...)
  • 34 Ibid., VIII, f. 184, cité dans Laudan, 1981, p. 36.

14Cette seconde traversée légitime assurément la pratique expérimentale, mais compromet du même coup la philosophie mécanique. Voici en effet pêle-mêle les exemples ou les catégories de causes intermédiaires que donne Boyle : « le chaud, le froid, le poids, la fluidité, la dureté, la fermentation » ; « la gravité, la fermentation, le ressort, le magnétisme » ; « des causes cosmographiques, hydrostatiques, anatomiques, magnétiques, et chimiques »33. C’était précisément à propos de ces causes intermédiaires que Boyle dénonçait la manière dont scolastiques et chimistes tentaient de dissimuler leur ignorance par des noms. Prendre pour causes de tels principes, c’est revenir à un aristotélisme qui préfère l’évidence sensible du quotidien aux clartés parcimonieuses de l’entendement. Bien sûr, il soutient que ces causes sont subordonnées aux principes mécaniques ; mais il y a là seulement un postulat : tant qu’on ne connaîtra pas la chaîne des causes tout entière, on ne saura pas comment les causes intermédiaires se subordonnent aux premiers principes. La complémentarité des tâches des esprits spéculatifs et des expérimentateurs est elle aussi un postulat : une fois que les esprits spéculatifs ont déclaré que les causes premières étaient la matière et le mouvement, ils n’ont plus rien à faire que de laisser le champ libre aux expérimentateurs ; et les seconds peuvent toujours remettre à plus tard leur accord avec les premiers : « Nous devons tendre vers un savoir des choses qui soit immédiatement dérivé des premiers principes, mais non pas toujours l’exiger ou l’attendre »34. Cette dualité des principes est pour le moins insatisfaisante : d’un côté il y a une physique des anges, la théorie absolument vraie et légitime qui montrerait comment tous les phénomènes procèdent effectivement de la matière et du mouvement ; d’un autre côté, il y a la physique des hommes, un foisonnement d’expériences qui leur permet de déchiffrer tant bien que mal quelques syllabes du monde, et peut-être de vivre un peu plus confortablement. La certitude de Boyle, dirait Hegel, c’est la conciliation de la philosophie mécanique et de la philosophie expérimentale, mais sa vérité, c’est le triomphe de la seconde sur la première.

  • 35 The Excellency of the Mechanical Hypothesis·, T. B., IV, p. 78.

15En fait, Boyle ne surmonte la différence entre l’être expérimental et le devoir-être mécanique que par une pétition de principe dont il ne reconnaît pas la nature ; si on suppose, écrit-il en effet, d’autres agents corporels en physique que la matière et le mouvement, « ils doivent en fait soit [leur] être identiques, […] soit, en raison de la grande universalité et simplicité des nôtres, […] être moins généraux qu’eux et donc pouvoir se subordonner ou se réduire aux nôtres. […] De sorte que craindre qu’une nouvelle hypothèse physique renverse ou rende inutiles les principes mécaniques revient à craindre que l’on propose un langage qui soit discordant avec les lettres de l’alphabet et irréductible à elles »35. La métaphore est à double tranchant : si la philosophie mécanique est aux théories scientifiques ce qu’un alphabet est au langage, elle est assurément conciliable avec tous les principes possibles. Mais elle est tout aussi bien une forme vide qu’aucune expérience ne peut réfuter ou confirmer car elle est déclarée par principe compatible avec toute expérience. A titre de forme cependant, la philosophie mécanique garde encore une vertu préventive : en postulant que tout se fait par matière et par mouvement, elle interdit d’avance de recourir à des entités spirituelles. Qu’il existe ou non des âmes, des anges et des démons, le philosophe naturel doit procéder de la même façon : lorsqu’un ange soulève un caillou, il met de la matière en mouvement. Dans la quatrième et dernière partie, je montre que Boyle affaiblit cette vertu préventive en voulant faire du philosophe mécanique un chrétien.

4. Philosophes naturels et chrétiens

  • 36 The Excellency of the Mechanical Hypothesis ; T. B., IV, p. 68-69. — Également : The Origin of For (...)

16En associant atomistes et cartésiens, Boyle ne construit pas seulement un front commun contre les mauvais philosophes naturels que seraient les chimistes et les scolastiques. Il procède également à l’exclusion silencieuse du mécanisme matérialiste de Hobbes et assigne à la philosophie mécanique la tâche de défendre la religion chrétienne. De fait, tout un pan de son oeuvre est destiné à montrer les limites des explications mécaniques. La façon dont Descartes explique la formation d’un monde par l’instauration de quelques lois de la nature lui paraît par exemple aussi impie que l’idée épicurienne selon laquelle le monde s’engendre tout seul et par hasard ; dans les deux cas, on suppose une trop grande autonomie du monde par rapport à son créateur. « Lorsque je parle de la philosophie corpusculaire ou mécanique, je suis loin de penser à la manière des épicuriens que les atomes, se rencontrant par chance dans un vide infini, sont capables de produire le monde et tous ses phénomènes, ou à la manière de certains philosophes modernes que Dieu n’a qu’à mettre une certaine quantité invariable de mouvement dans toute la masse de la matière pour fabriquer le monde, les parties matérielles étant capables de s’assembler dans un tel système par leurs propres mouvements sans qu’ils soient guidés. […] Je plaide seulement pour une philosophie qui ne concerne que les choses purement corporelles, et qui, distinguant entre la première origine des choses et le cours subséquent de la nature, enseigne à propos de la première, non seulement que Dieu a donné du mouvement à la matière, mais que, au commencement, il a guidé les différents mouvements de ses parties pour former le monde qu’il avait prévu qu’elles composent (monde doué de structures et de principes séminaux, c’est-à-dire de modèles des créatures vivantes) et qu’il a établi les règles du mouvement et l’ordre parmi les choses corporelles, que nous avons l’habitude d’appeler lois de la nature. Et après avoir dit cela à propos de l’origine première de la nature, on peut se permettre d’enseigner à propos du cours subséquent de la nature que, une fois l’univers formé et les lois du mouvement établies par Dieu, toutes choses étant soutenues par son concours incessant et sa providence générale, les phénomènes du monde ainsi constitué sont physiquement produits par les affections mécaniques des parties de la matière et qu’ils opèrent les uns sur les autres conformément aux lois mécaniques »36.

  • 37 A Free Inquiry in the Vulgarly Received Notion of Nature ; T. B., V, p. 162-163. —La comparaison d (...)

17La distinction entre l’instant originaire de la création et son cours subséquent est associée par Boyle à la métaphore de l’horloge : Dieu n’a pas plus besoin d’intervenir dans le monde qu’un bon horloger n’a besoin de réparer son horloge. « C’est une bien meilleure illustration de la sagesse de Dieu qu’il ait disposé d’emblée toutes choses de telle sorte qu’on n’ait rarement ou jamais besoin d’une intervention extraordinaire de sa puissance. Et un mécanicien donne une meilleure peuve de son habileté s’il fabrique une machine élaborée qui, pour atteindre ses fins, a seulement besoin d’une certaine disposition de ses parties dépourvues de raison, que s’il lui fallait de temps à autre recourir à un serviteur discret pour prendre part à l’opération particulière de cette partie-ci ou de celle-là, ou pour empêcher l’engin de tomber en panne. […] Ils [dans ce texte, les aristotéliciens, mais cela vaut aussi pour les néo-platoniciens et leurs forces plastiques] semblent imaginer le monde à la façon d’une marionnette, dont la disposition est bien le produit de l’art, mais qui est cependant telle que, pour chaque mouvement particulier, l’artisan doit, en tirant tantôt un fil de fer ou une corde, tantôt un autre, guider les actions de l’engin et souvent les contôler ; mais il est selon nous comparable à une horloge perfectionnée, comme peut l’être celle qu’il y a à Strasbourg, où les choses sont si habilement disposées qu’une fois que l’engin est mis en mouvement, toutes choses se réalisent selon le premier dessein de l’artisan ; ainsi, les petites figures qui, à telle ou telle heure, accomplissent tel ou tel mouvement, n’ont pas besoin comme les marionnettes de l’intervention particulière de l’artisan ou d’un agent intelligent qu’il emploierait, mais elles remplissent leurs fonctions dans ces occasions particulières en vertu de la disposition générale et primitive de l’engin »37.

  • 38 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 12.
  • 39 A Free Inquiry in the Vulgarly Received Notion of Nature ; T B., V, p. 215-216.
  • 40 A Disquisition about Final Causes ; T. B., V, p. 392 sq.
  • 41 Of the High Veneration Man’s Intellect Owes to God ; T. B., V, p. 136. A Free Inquiry in the Vulga (...)
  • 42 Ces principes séminaux semblent aussi indispensables pour expliquer la formation de certaines conc (...)

18Les textes que je viens de citer appellent trois commentaires. Tout d’abord, non seulement les âmes humaines sont indescriptibles en termes mécaniques38, mais elles sont d’une certaine manière capables de modifier les lois générales du mouvement39. En deuxième lieu, la référence machinique est loin d’exclure les causes finales ; un tortueux essai défend, contre les cartésiens, leur usage en philosophie naturelle40. Les corps dont on peut rendre compte mécaniquement sont finalement assez peu nombreux : les animaux et les plantes en particulier seraient trop parfaits pour être produits par des causes seulement mécaniques41, aussi Boyle suppose-t-il que Dieu a initialement créé des « structures et des principes séminaux », entités spirituelles qui ordonnent leur croissance42. En un mot et pour conclure, Boyle fait partie des auteurs qui réduisent la portée du mécanisme pour laisser place à l’empire des âmes.

Conclusion

  • 43 Huygens à Leibniz, 4 février 1692 ; S. H. S., XII, p. 239.
  • 44 Leibniz (G. W. F.), Nouveaux essais sur l’entendement humain, IV, 12, § 13, éd. J. Brunschwig, p.  (...)

19Lorsque Boyle mourut en 1692, un des plus fameux de ses contemporains lui rendit un hommage funèbre assez cruel : « M. Boyle est mort, comme vous saurez déjà sans doute. Il paraît assez étrange qu’il n’ait jamais rien bâti sur tant d’expériences dont ses livres sont pleins ; mais la chose est difficile, et je ne l’ai jamais cm capable d’une aussi grande application qu’il faut pour établir des principes vraisemblables. Il a bien fait cependant en contredisant à ceux des chimistes »43. Celui auquel cette lettre était adressé avait depuis longtemps déclaré ce qu’il pensait de Boyle : « M. Boyle s’arrête un peu trop, pour dire la vérité, à ne tirer d’une infinité de belles expériences d’autre conclusion que celle qu’il pouvait prendre pour principe, savoir que tout se fait mécaniquement dans la nature, principe qu’on peut rendre certain par la seule raison, et jamais par les expériences, quelque nombre qu’on en fasse »44. Ces deux témoignages pourraient nous mettre en garde contre la tentation de lire Boyle comme on lit un théoricien. Quelle qu’ait été son importance dans l’histoire de la chimie et de la pratique expérimentale, on sera déçu si on attend de lui un traitement philosophique de questions comme celle de l’atomisme. A ce sujet, il n’a rien d’autre à dire qu’une banalité : tout se fait par matière et par mouvement. Et c’est précisément cette banalité qui devait garantir son acceptabilité par tous, cartésiens et atomistes, philosophes mécaniques et expérimentateurs, philosophes naturels et chrétiens.

Notes

1 Robert Boyle on Natural Philosophy, Bloomington 1966, p. 57. — Dans les notes suivantes, T. B. renvoie à : The Works of the Honourable Robert Boyle, éd. T. Birch, Londres 1772, réimp. : Hildesheim, 1966 ; je suis responsable des traductions des textes de Boyle.

2 Voir par exemple : Clericuzio, “A Redefinition of Boyle’s Chemistry and Corpuscular Philosophy”, Annals of Science, 47, 1990, p. 561-586 ; Newman (W. R.), “The Alchemical Sources of Robert’ Boyle’s Corpuscular Philosophy”, Annals of Science, 53, 1996, p. 567-585.

3 The Origin of Forms and Qualities (T. B., ΙΠ, p. 3-13, p. 34 et 74) ; Physiological Essays (T. B., I, p. 356 et 358-359) ; Essays on Gems (T. B., III, p. 415) ; Considerations on the Possibility of Resurrection (T. B., IV, p. 192) ; The Christian Virtuoso (T. B., V, p. 513 et passim).

4 Le phénicien supposé avoir inventé l’atomisme est Moschus (The Sceptical Chimist, T. B., I, p. 498). Cette attribution remonte à Poseidonus : « Si l’on en croit Poseidonus, l’ancienne théorie des atomes a pour origine Moschus, un Sidonien, né avant l’époque de Troie » (Strabon, Géographie, livre XVI, chap. II, 24 ; Loeb Classical Library, VII p. 271.) Sur la foi de ce passage de Strabon, Moschus fut accrédité comme inventeur de l’atomisme au XVIIe siècle, aussi bien par Sennert que par Gassendi, Charleton ou Bernier. La Philosophia Libera de Cardoso (1673) et surtout le True Intellectual System of the World de Cudworth (1678) furent à l’origine de l’assimilation de Moschus et de Moïse qu’on trouve par exemple chez Newton ; c’était laver par avance l’atomisme de tout soupçon d’impiété. L’article “Atomisme” de l’Encyclopédie cite encore le passage de Strabon, mais n’hésite pas à associer atomisme et athéisme.

5 Physiological Essays ; T. B., I, p. 355-356.

6 The Origin of Forms and Qualities (T. B., III, p. 13) ; On the Imperfection of the Chemists’ Doctrine of Qualities (T. B., IV, p. 282).

7 On the Imperfection of the Chemists’ Doctrine of Qualities (T. B., IV, p. 273) ; The Excellency of the Mechanical Philosophy (T. B., IV, p. 69).

8 Spring and Weight of the Air ; T. B., I, p. 75.

9 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 17 et 40.

10 C’est une des idées centrales du Sceptical Chemist ; T. B., I, p. 458 sq.

11 Boyle montre comment les explications mécaniques peuvent échapper à ce problème dans The History of Particular Qualities (T. B., IIΙ, p. 301).

12 On the Imperfection of the Chemists’ Doctrine of Qualities ; T. B., IV, p. 279. — Également : The Origin of Forms and Qualities (T. B., IIΙ, p. 18) ; ainsi que : The History of Particular Qualities (T. B., III, p. 295).

13 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 13.

14 On the Imperfection of the Chemists’ Doctrine of Qualities ; T. B., IV, p. 282.

15 The Sceptical Chemist ; T. B., I, p. 556-559.

16 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., ΙΠ, p. 15. — L’unité de la matière rend possible la transmutation (ibid. : T. B., III, p. 35).

17 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 15. — Également : ibid., p. 30.

18 The Excellency of the Mechanical Philosophy ; T. B., IV, p. 73.

19 A Free Inquiry in the Vulgarly Received Notion of Nature ; T. B., V, p. 227.

20 New Experiments Physico-Mechanical touching the Spring of the Air ; T. B., I, p. 37-38. — Également : An Examen of Mr. Hobbes Dialogus Physicus de Natura Aeris ; T. B., I, p. 191-193, p. 208-209 et passim.

21 A Discourse of Things above Reason ; T. B., IV, p. 408 sq.

22 The History of Firmness ; T. B., I, p. 413.

23 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 29.

24 A Requisite Digression concerning those that would Exclude the Deity from Intermeddling with Matter ; T. B„ II, p. 46.

25 Physiological Essays ; T. B., I, p. 358.

26 The Origin of Forms and Qualities ; T. B„ IIΙ, p. 13. The Sceptical Chemist ; T. B., I, p. 459.

27 Physiological Essays ; T. B., I, p. 359. On the Reconciliableness of Specific Medecines to the Corpuscular Philosophy ; T. B., V, p. 77.

28 Cette partie s’inspire de Larry Laudan, Science and Hypothesis, Dortrecht, 1981, et d’Alan Chalmers, “The Lack of Excellency of Boyle’s Mechanical Philosophy”, Studies in History and Philosophy of Science, 24, 1993, p. 541-564.

29 Dialogus Physicus ; W. M. L., IV, p. 247-249 et 254-255. — L’ensemble de cette controverse a été analysé par Steve Shapin et Simon Schaffer dans Léviathan et la pompe à air (trad. T. Piélat), Paris, 1993.

30 Some Considerations touching Experimental Essays in General (T. B., I, p. 309. Royal Society Boyle Papers IX, f. 28 et 40 - cité dans Laudan, 1981, p. 35-36) ; An Examen of Mr. T. Hobbes his Dialogus Physicus de Natura Aeris (T. B., I, p. 199).

31 Some Considerations…, T. B., I, p. 308.

32 Ibid., T. B., I, p. 309.

33 Ibid., T. B., I, p. 308 ; Royal Society Boyle Papers IX, f. 40-41 (cité dans Laudan, 1981, p. 36 et dans Chalmers, 1993, p. 557).

34 Ibid., VIII, f. 184, cité dans Laudan, 1981, p. 36.

35 The Excellency of the Mechanical Hypothesis·, T. B., IV, p. 78.

36 The Excellency of the Mechanical Hypothesis ; T. B., IV, p. 68-69. — Également : The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 48.

37 A Free Inquiry in the Vulgarly Received Notion of Nature ; T. B., V, p. 162-163. —La comparaison du monde à une horloge, et particulièrement à l’horloge de Strasbourg, revient sans cesse chez Boyle ; voir par exemple : The Excellency of the Mechanical Hypothesis (T. B., IV, p. 71-72) ; A Requisite Digression concerning those that would Exclude the Deity from Intermeddling with Matter (T. B., II, p. 39, 45-46 et 48) ; The Excellency of Theology (T. B., IV, p. 49) ; The Origin of Forms and Qualities (T. B., III, p. 24 et 34 et passim).

38 The Origin of Forms and Qualities ; T. B., III, p. 12.

39 A Free Inquiry in the Vulgarly Received Notion of Nature ; T B., V, p. 215-216.

40 A Disquisition about Final Causes ; T. B., V, p. 392 sq.

41 Of the High Veneration Man’s Intellect Owes to God ; T. B., V, p. 136. A Free Inquiry in the Vulgarly Received Notion of Nature ; T. B., V, p. 236.

42 Ces principes séminaux semblent aussi indispensables pour expliquer la formation de certaines concrétions minérales (A Requisite Digression concerning those that would Exclude the Deity from Intermeddling with Matter ;T. B. II p. 44).

43 Huygens à Leibniz, 4 février 1692 ; S. H. S., XII, p. 239.

44 Leibniz (G. W. F.), Nouveaux essais sur l’entendement humain, IV, 12, § 13, éd. J. Brunschwig, p. 403. — Voir également : A Frédéric Schrader, avril 1681 ; L.P., p. 147.

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site