Version classiqueVersion mobile

L’atomisme aux XVIIe et XVIIIe siècles

 | 
Jean Salem

Deuxième partie. La réhabilitation d’Épicure : gassendisme, pensée libertine

Atomisme et molécules dans les Animadversiones de Gassendi

José Kany-Turpin

Texte intégral

Je remercie Madame Monette Martinet d’avoir bien voulu lire les versions successives de cet exposé et de m’avoir permis ainsi de corriger diverses erreurs

  • 1 Selon B. Rochot (Les travaux de Gassendi sur Épicure et sur l’atomisme, Paris, 1944, p. 158 et note (...)

1Les Animadversiones in Librum X Diogenis Laërtii parurent en 1649, après bien des tergiversations. Gassendi s’en déclara mécontent et ce n’est pas là simple coquetterie1. On verra que certains chapitres ont été trop rapidement réécrits à partir de textes bien antérieurs ; d’où une certaine hétérogénéité. Ce traité est le fruit d’un très long travail dont les manuscrits conservés à Tours du De vita et Doctrina Épicuri rédigé entre 1633 et 1646 (inachevé et non publié) aident à reconstituer les étapes. Il comporte deux grands volumes, en tout 1768 pages. Il propose d’abord le texte d’Epicure, transmis par Diogène Laërce, et sa traduction latine en vis-à-vis (p. 9-81). Le commentaire de la Lettre à Hérodote qui m’occupera va de la page 159 à la page 751.

  • 2 Murr (S.), “Bernier et Gassendi : filiation déviationniste ?”, in Gassendi et l’Europe, Paris, 1997 (...)

2Le traité fut parfois mal jugé dès sa parution et il est souvent critiqué, pour ne pas dire vilipendé, par la critique moderne. C’est un fatras selon Bernard Rochot, qui affirme (p. 141) qu’il n’est même « pas besoin d’en feuilleter toutes les pages […] pour dégager l’état de la pensée de Gassendi sur l’atomisme en 1648 environ » et pour mesurer sur ce point les minces différences entre cette œuvre et le Syntagma, rédigé entre 1649 et 1655 et publié après la mort de Gassendi. Pourtant, « feuilleter les pages » (même toutes !) n’est pas la bonne méthode pour apprécier une œuvre de Gassendi… Il faut prendre du temps, mais à ce prix on peut découvrir l’originalité des Animadversiones et trouver un véritable plaisir à leur lecture. Si le terme de sensualisme appliqué à la philosophie de Gassendi recouvre, comme l’a montré Olivier Bloch, certaines ambiguïtés, il n’en reste pas moins vrai que Gassendi retient le caractère sensualiste de l’atomisme et se laisse séduire par la sensualité de Lucrèce. On trouve un beau témoignage de ce trait fondamental dans une lettre (28 février 1633 – citée par Rochot, p. 64). Après avoir écrit à son ami Luillier qu’il est parfois saisi comme lui d’une petite mélancolie, dont l’origine serait « certaines conditions de l’air qui nous environne et qui, humé, s’incorpore en nous et affecte nos espritz », Gassendi ajoute : « je me trouve parfois [aussi] dans une gaieté extraordinaire sans que j’en descouvre vraiment point d’autre sujet [que l’air], et je pense que si le vin qui est dans les tonneaux et sent une notable altération tandis que la vigne fleurist pouvait parler, il n’en dirait guère moins, estant vraysemblable qu’alors il sort du fonds de la terre, aidée qu’elle est par la constitution du soleil, une quantité d’espritz proportionnez à la nature de la vigne qui non seulement la rendent féconde, mais semez parmi l’air mettent en mesme humeur le vin. […] Il s’en pourrait dire de mesme de tous les autres fruictz qui ont leur saison de fleurir, de croistre, de meurir et de périr ». On découvre un lecteur passionné de Lucrèce, et c’est une certaine sensualité qui, dans les Animadversiones, d’apparence austère, dicte le choix et la paraphrase de passages de Lucrèce, cités à foison. Gassendi, comme Lucrèce, s’identifie par l’imagination aux choses et aux processus qu’elles recèlent. Il a le talent de faire voir. Malgré le caractère parfois touffu de ses démonstrations, il possède une sorte de simplicité. Ainsi, reprenant un exemple célèbre d’Aristote, celui de la maison, il le traite tout autrement pour réfuter la fonction de la forme que l’exemple servait, chez Aristote, à dégager. La maison n’est rien de plus qu’un amas de pierres, de ciment de bois, éléments auxquels elle retournera. De la même manière, conclut Gassendi, à la suite de Lucrèce, toute chose retourne aux éléments de la matière, les atomes. Mais aussitôt après, il prend l’exemple d’un vivant, le cheval, réécrivant un passage bucolique de Lucrèce où l’on voyait, parmi les prés, les troupeaux se nourrir des différents atomes d’herbe et d’eau pour les assimiler à leurs propres atomes. Cela devient chez Gassendi : « Quand d’un cadavre d’un cheval naît la terre, d’où naît l’herbe, cette herbe broutée par un autre cheval se transforme en semence, d’où naît un autre cheval ». Ce qui rend la lecture de Gassendi difficile aujourd’hui, c’est sans doute surtout son écriture complexe et tortueuse. Mais ce latin si particulier sert une esthétique d’ensemble qu’on peut qualifier de baroque, comme l’a bien montré Sylvia Murr2.

3Cet univers foisonnant a ses lois. Tout en considérant les Animadversiones comme un fatras, Rochot y décèle un ordre qu’on ne trouvait pas chez Épicure. Gassendi soumet le texte d’Épicure au crible de la critique tant ancienne que moderne et c’est ce qui fait l’un des intérêts majeurs de son travail. Il recherche si l’atomisme a une validité perenne. C’est un travail de philosophe, dans lequel la philologie ne joue qu’un rôle de servante. Si pour Gassendi l’atomisme d’Épicure est, au prix de quelques corrections, la théorie physique qui rend le mieux compte du réel pour la raison humaine, il n’en reste pas moins que celle-ci est bornée. Gassendi n’est pas dépourvu de traits sceptiques : la faiblesse de l’entendement des petits hommes ne leur permet pas de connaître les mécanismes divins, mais simplement d’en admirer les effets. Gassendi convoque toutes les autorités philosophiques que reconnaît son immense, son étonnante culture, des Présocratiques, à Copernic, à Galilée, aux chimistes ou alchimistes en passant par Hippocrate, Galien, les commentateurs d’Aristote, auteurs cités souvent en vrac et sans référence précise ; mais il fait appel aussi aux expériences les plus récentes, notamment celle du vide par Torricelli, longuement décrite, ainsi qu’à des « expérimentations » plus naïves de physique amusante, par exemple celle sur les couleurs (voir infra). Bref, l’expérimentation et la science de son temps stimulent son étude de l’atomisme. C’est sur cet aspect, un des plus intéressants des Animadversiones, que je voudrais insister dans mon exposé.

4Il ne s’agit pas d’évaluer l’intérêt et la portée de l’atomisme de Gassendi, ce qu’a fait magistralement Olivier Bloch dans le livre qu’il lui a consacré, mais, en choisissant un exemple, de préciser les caractères et les fluctuations de l’analyse textuelle de Gassendi. Avant d’en venir à l’objet précis de cet exposé : les atomes face aux molécules, je récapitulerai très brièvement les grands points de l’atomisme de Gassendi, dont on ne peut l’isoler sans en compromettre l’intelligence. Les atomes et le vide suffisent à expliquer toute chose, comme dans la physique d’Épicure, à une exception près : la deuxième âme de l’homme, immortelle, est introduite divinement dans la première âme, qui, elle, est purement matérielle et composée d’atomes, comme chez tous les autres êtres vivants ; mais cette question de l’âme n’est pas développée dans les Animadversiones. La rupture essentielle avec l’atomisme ancien, dans ce traité, consiste dans le fait que, selon Gassendi, Dieu crée les atomes. La thèse avait été élaborée dès 1642 (Bloch, p. 450, note 79). Dieu donne aux atomes le mouvement et la capacité de s’unir les uns aux autres ; sur ce point, les Animadversiones sont aussi brèves que possible : quelques lignes page 219, dans le chapitre Sur le mouvement des atomes : « les atomes ont été produits par Dieu et ils lui doivent toute leur énergie ». Page 648, dans le chapitre bien postérieur Sur la naissance du monde, l’action divine est plus importante : on peut accepter, dit Gassendi, « la génération telle qu’elle est expliquée par Épicure, moyennant une correction : la puissance générative (terme vague qui à cette étape de sa pensée peut correspondre aux molécules – voir Bloch, p. 454-455), marquée (impressam) par Dieu, a été la cause de la terre et de l’eau en sorte qu’en celles-ci pullulent les plantes et les animaux ». La thèse créationniste sera profondément transformée et alourdie dans le Syntagma, ce qui entraînera, comme nous le verrons, une trahison de la conception épicurienne des atomes. Pour en revenir aux Animadversiones, le nombre des atomes n’y est pas considéré comme infini parce que le monde lui-même est fini et que Gassendi n’accepte ni la pluralité des mondes ni l’infinité de l’univers (sinon comme potentialité, l’infinité actuelle étant l’attribut de Dieu). Pourtant, si les Animadversiones présentent ainsi des objections ou des corrections aux thèses d’Épicure, on ne trouve pas de graves distorsions dans l’analyse même du texte d’Épicure, mais des surinterprétations, notamment dans ce qui caractérise fondamentalement l’atomisme de Gassendi, le fait que la matière soit active. Le mouvement des atomes se trouve évidemment déterminé puisqu’il a désormais, non seulement une condition, le vide, mais encore une cause première et éternelle, Dieu. A l’inverse le clinamen, devenu inutile, intéresse peu Gassendi, mais il l’expose remarquablement. Il puise dans l’œuvre de Galien pour expliquer les mouvements incessants des atomes dans le corps d’un être animé, opposant plêgê et palmos (p. 215-216). Quant à la chute des corps, Gassendi admet, à la suite de Galilée, une accélération de la vitesse. Cela suppose notamment que le temps existe “par soi”, conception radicalement différente de celle des Épicuriens, pour qui le temps n’est qu’un accident des accidents. Inversant la formule d’Aristote, Gassendi va jusqu’à dire que le mouvement est le nombre du temps.

5D’une manière générale les modifications introduites pour concilier l’atomisme avec la foi chrétienne ou les critiques fondées sur des découvertes récentes ne nuisent pas à la rigueur et à la cohérence du développement sur l’atomisme ancien. Les objections sont généralement rejetées à la fin des chapitres ; les points fondamentaux de désaccord, qui touchent à la foi chrétienne, sont traités au terme de l’étude de la physique. Gassendi trouve alors des accents de prédicateur pour attaquer et pourfendre Épicure, notamment sur le thème de la Providence dans le monde, ce qui n’était jamais le cas dans le corps de l’ouvrage.

6Pour examiner plus en détail la méthode, j’ai choisi comme point de départ un texte de Lucrèce : il donne lieu à une interprétation qui, à ma connaissance, n’a pas été relevée et qui posera ensuite un problème à Gassendi sur un point majeur de l’interprétation de l’atomisme.

7La citation est extraite du chapitre : dari atomos seu corpuscula insectilia (p. 177-185), commentant Épicure, Hér., § 40 : sômatôn ta men esti sugkriseis, ta d’ex ôn ai sugkriseis pepoiêntai. Gassendi développe et paraphrase le texte grec, comme à son habitude, et montre pourquoi les atomes insécables doivent constituer la matière génératrice. Il s’appuie notamment sur Lucrèce. La citation est extraite du De rerum natura, I, v. 628-634 (p. 182). Les manuscrits portent le texte suivant :

Denique si minimas in partis cuncta resolvi
cogere consuesset rerum natura creatrix
iam nihil ex illis eadem reparare valeret
propterea quia, quae
nullis sunt partibus aucta,
non possunt ea quae debet genitalis habere
materies, varies conexus, pondera, plagas,
concursus, motus, per quae res quaeque geruntur.

8C’est la version adoptée par les éditeurs depuis la fin du XIXe siècle ; elle n’offre aucune difficulté. Les parties minimales insécables forment le plus petit composant indissociable de l’atome (Épicure, Hér., § 58). Lucrèce a présenté ces parties juste auparavant. Le passage cité signifie que, si la nature réduisait les corps à ces parties minimales, ayant toutes même grandeur et même poids, celles-ci ne pourraient avoir les mouvements, les chocs et les liaisons variés qui président à la génération dans le monde. Mais le meilleur éditeur de Lucrèce, Lambin (1e édition : 1563-1564), a fait deux corrections. Si est corrigé en ni = nisi et nullis en multis. Cela donne en résumé : Si la nature, créatrice des choses n’avait pas pour habitude (ici au sens de loi, comme le comprend bien Gassendi) de les réduire toutes à leurs parties minimales, elle ne pourrait rien refaire avec elles ; car ce qui est doté de multiples parties ne peut avoir les différents poids, mouvements, etc., par lesquels tout se forme. Le sens est donc exactement le contraire de celui du texte manuscrit. Lambin précise en note qu’il a corrigé les manuscrits. Gassendi suit Lambin et croit que les parties minimales désignent les atomes. La génération continue des choses, des composés, suppose donc une résolution de la matière aux éléments premiers, les atomes, et non, précise Gassendi, aux molécules. L’erreur sur les parties minimales de l’atome conduit donc Gassendi à introduire la conception d’un groupement d’atomes qu’il appelle molécules. L’explication qu’il donne de ces vers est très vague : « On pourrait objecter [à Lucrèce] que la nature ne va pas jusqu’à la résolution extrême [sc. jusqu’aux atomes] puisqu’il pourrait subsister des sortes d’ogkoi ou de molécules (moleculœ) ou de petites mottes (glebulœve) exemptes de dissolution. C’est pourquoi il [= Lucrèce] s’empresse de donner deux arguments. Le premier est que si les molécules de ce genre ne se résolvaient pas absolument, la matière des choses serait incapable des mutations et formes innombrables auxquelles elle doit se soumettre ». Suivent les vers cités plus haut. Si l’on admet que le mot-clé est ici les innombrables mutations et formes, le véritable sens de l’explication apparaît plus loin, dans un texte magnifique, où Gassendi, se référant à la création, montre qu’elle exige des principes simples comme des lettres ; il apparaît ainsi que dix lettres donnent 3.628.800 possibilités ! (p. 207). Avec des principes plus complexes (sur le modèle de combinaisons de deux, trois ou quatre lettres, etc.), il est évident qu’on n’obtiendrait pas une si grande diversité. La deuxième explication donnée à la résolution en atomes s’appuie sur Lucrèce, I, 577-583 : à la différence des atomes, les molécules n’auraient pu résister jusqu’à maintenant aux nombreux chocs auxquels elles auraient été soumises. Mais Gassendi n’en précise pas la raison, à savoir qu’elles comportent du vide. On notera surtout à propos de notre passage sur les molécules, que Gassendi, qui ne suit pas l’ordre du texte de Lucrèce, mais celui d’Épicure, n’a pas encore établi l’existence d’un minimum de l’atome, ce qui viendra dans un chapitre bien postérieur (p. 410-421). Cela suffit sans doute à expliquer le fait que Gassendi comprenne dans le texte cité de Lucrèce les minimae partes (v. 628) comme les atomes. En effet, l’étude très élaborée de la partie minimale ne faisait pas partie des recherches anciennes, exposées dans le manuscrit du De vita et doctrina Épicuri. Or le passage des Animadversiones qui nous occupe, celui qui comprend le commentaire des vers 628-634 de Lucrèce, s’inscrit dans un développement reproduisant le livre XV de ce manuscrit. Comme l’a montré O. Bloch, c’est dans ce livre XV, dont la rédaction se situe vers 1637, qu’apparaît pour la première fois la notion de molécule, en référence au même texte de Lucrèce. En note à cette page du manuscrit, on trouve la mention du médecin paracelsien Severinus le Danois, dont Étienne de Clave s’était inspiré (Bloch, p. 446, note 57). Cette mention est particulièrement instructive car, lorsqu’il résume les thèses de Severinus dans le Syntagma (II, p. 558-559), dans le chapitre consacré au tempérament selon les chimistes, ce que Gassendi reproche à Severinus, c’est précisément le caractère trop général de sa théorie des semina ou molécules. Pour cette raison, Gassendi la juge incapable de rendre compte d’aucune création spécifique (le terme specialis est repris avec insistance). Il lui manque précisément, ajoute Gassendi, le mouvement créateur des atomes. Et Gassendi de résumer comment les atomes permettent la composition et donc pourraient rendre compte du temperamentum. Cependant, Gassendi rejette in fine cette explication, sous le prétexte que nous sommes incapables de comprendre les merveilles de l’organisation vitale. On voit donc que Severinus (ou plus largement la recherche des chimistes ou alchimistes) est tout à la fois un révélateur de la molécule et un repoussoir, ce qui fait que Gassendi met parallèlement dans notre passage des Animadversiones l’accent sur le mécanisme fondamental des atomes. La conviction que la nature résout les corps en leurs atomes est du reste clairement exprimée par Gassendi dans une lettre à Jean Chapelain de janvier 1641 (voir Rochot, p. 104-105).

9Le caractère ancien de la rédaction de ce chapitre des Animadversiones explique la reprise de la même erreur sur les parties minimales de l’atome à la page 183 : le texte de Lucrèce qui définit ces parties minimales (I, 615-627) est référé par Gassendi aux atomes. Certes, Gassendi s’était déjà intéressé à la question du minimum, mais sous la forme de la différence entre un minimum sensible et un point mathématique, à partir du problème proposé par Poysson, sans donc lier ce minimum à la question de la semence et de la génération (voir Rochot, p. 97-98).

  • 3 Sur cette question, voir l’excellente mise au point de C. Bailey, The Greek Atomists and Epicurus, (...)
  • 4 Sur l’importance historique de Gassendi et le rôle de ses prédécesseurs immédiats, cf. Kubbinga (H. (...)

10La conception de la semence originaire comme un groupement déterminé d’atomes sous une forme déterminée ne se trouve ni chez Épicure, ni chez Lucrèce, pour qui les semina rerum représentent les divers atomes constituant chacune des espèces. Ni l’un ni l’autre n’isole clairement pour la génération des composés visibles une forme intermédiaire entre les atomes et ces composés, même si certains textes de Lucrèce “pointent” en cette direction3. C’est au XVIIe siècle, avec la renaissance de l’atomisme, que des philosophes, des médecins ou physiciens lient cette conception nouvelle de la semence comme un groupement d’atomes à l’atomisme ancien (sur les prédécesseurs, voir Bloch, p. 270). Gassendi la précise grâce au concept de molécule4. Notons au passage qu’il emploie le terme grec ogkos (masse) pour répondre au latin molecula et non sugkrisis ; ce dernier terme signifie chez Gassendi l’accroissement ou le composé, concretum, au sens où Épicure oppose les corps composés, c’est-à-dire les réalités sensibles, aux atomes.

11A la fin du chapitre suivant des Animadversiones : Atomos esse principia rerum, Gassendi affirme que la semence des choses consiste non pas en un nombre x d’atomes différents, qui composeraient directement ces différentes choses, lignum, ignis, le bois, le feu, etc., mais en des ensembles définis, formés d’atomes divers, auxquels il donne le nom de molécules (p. 195). Il se fonde sur les objections de Lactance. Celui-ci en effet objectait à Lucrèce dans le De ira que si tout se faisait directement à partir des atomes, « aucune chose n’aurait jamais besoin d’une semence de son espèce (sui generis), mais toute chose se ferait indistinctement à partir des atomes volant et se rencontrant de manières diverses ». Gassendi affirme que Lactance a mal interprété Lucrèce, et, prenant la parole à la place du poète – Sed diceret ille –, déclare que des molécules diverses sont les semences des diverses choses. Pourtant, il est évident que le concept de molécule n’a pas été élaboré par Lucrèce.

12Ainsi donc, alors que dans le premier texte se référant aux molécules Gassendi soutenait que les molécules qui formaient tel composé se désagrégeaient pour revenir aux éléments premiers, les atomes, lesquels se trouvaient donc à l’origine de la génération, ce dernier exposé suppose que ce sont les molécules qui sont à la base de la génération. Ce que Gassendi n’explicite pleinement que lorsqu’il présente les lois de la génération et de la corruption, dans un chapitre ultérieur, De ortu et exitu rerum (p. 389-407).

13Un texte de ce chapitre fondamental pour mon sujet fait état de deux niveaux de résolution des réalités sensibles (p. 402) : « Sur la question de savoir si dans la corruption la résolution se fait jusqu’à la matière première, il semble qu’il y a une réponse plus explicite : parce que les atomes sont la matière première, les molécules, la matière seconde tissée (contexta) à partir de ceux-ci, telles les molécules qui forment le feu, l’argent, l’or, et les autres choses, en conséquence, si la résolution se fait jusqu’aux atomes, comme cela peut arriver parfois, on peut dire alors que la résolution se fait jusqu’à la matière première, mais si ce n’est que jusqu’aux molécules, elle se fait jusqu’à la matière seconde ». Puis il cite audacieusement Lucrèce, II, 991-997 : « Tous enfin de semence céleste nous sommes issus,/ le ciel est notre Père, car ses gouttes limpides / fécondent la Mère accueillante et généreuse… », en prenant bien soin de préciser que cette génération à partir de la pluie, puis de la terre, met en œuvre la matière seconde et non la matière première. La seule illustration qu’il propose alors de la génération à partir des atomes est celle des « atomes courant dans le vide », discurrenteis per vacuum, en référence à la création première, et non plus à la génération et à la corruption continues dans un monde donné. Ce passage est lui-même supprimé dans le chapitre correspondant du Syntagma, De ortu et exitu rerum, qui pourtant reprend presque la totalité de ce chapitre des Animadversiones. Et lorsque, dans le chapitre susdit du Syntagma, Gassendi envisage l’hypothèse de la création du monde à partir du chaos, il introduit Dieu au principe de celle-ci. Surtout, il n’est plus question d’atomes errant dans le grand vide, mais uniquement de molécules. Que s’est-il passé ? L’atomisme a été réélaboré de manière plus complexe et tout à fait spécieuse pour devenir compatible avec la théologie chrétienne. Pour cela Gassendi a développé certaines intuitions animistes déjà attestées avant la rédaction des Animadversiones, mais auxquelles ce traité n’avait pas fait place. Dans cette étape ultime de son œuvre que constitue le Syntagma, Gassendi suppose que Dieu crée non plus simplement les atomes, thèse explicite des Animadversiones, mais les semina rerum, assemblages d’atomes « choisis spécialement et placés dans les lieux du monde qui leur conviennent, doués de propriétés mécaniques leur permettant de subsister, de s’assimiler les atomes extérieurs et de se reproduire » (Bloch, p. 447-448). Bref, Dieu crée et dispose des molécules avec une aptitude à se lier. On comprend que la résolution à l’atome devient, sinon impossible, puisque l’entendement humain est trop limité pour imaginer les possibilités et merveilles divines, du moins sans objet.

14Pourtant, il existe comme une sorte de repentir de Gassendi par rapport à l’élimination de la résolution en atomes. Bien qu’il ne s’agisse que d’une “trace” dans le Syntagma, puisque le passage que je vais examiner (I, p. 464 b) reprend pour l’essentiel un texte du chapitre De ortu et exitu rerum des Animadversiones (p. 392), sa présence jusque dans cette œuvre posthume mérite d’être soulignée. Pour illustrer la combinaison des principes dans les choses, Gassendi affirme que dans un mélange d’eau et de vin, eau et vin peuvent se résoudre en molécules ou même en atomes. Plus loin, il cite à l’appui de sa thèse un texte d’Épicure, d’après Alexandre d’Aphrodise (De mixtione = Usener 290) : dans ce mélange, l’eau et le vin « mêlent leurs atomes ». Or tout ce passage fait suite à une critique opposée par Gassendi à la théorie des homéomères d’Anaxagore. L’eau serait faite de particules (particulae) d’os, de chair, de bois, de pierre qui garderaient leur nature. Il y aurait donc simplement juxtaposition de particules dans un mélange. Au contraire, les différents atomes, dans la conception d’Épicure, explique Gassendi, composent, en raison de leur petitesse et de leurs formes complexes, une texture telle que leur “mélange” est absolument parfait (mistionem perfectissimam). Avec des molécules, ne risquerait-on pas de se rapprocher du modèle d’Anaxagore ? Même si Gassendi soutient que la résolution en molécules aboutit à un mélange “parfait”, en alléguant pour seule preuve le fait que les molécules sont elles-mêmes formées d’atomes, il semble bien que la perspective d’un tel risque explique ce recours exceptionnel à la résolution en la « matière première », les atomes. Pourquoi, dès lors, ce modèle atomique n’a-t-il pas été utilisé par Gassendi dans le cas de la réaction chimique ? Principalement, sans doute, pour la raison que les semina rerum sont progressivement devenus une “force séminale finalisée”, selon une conception animiste étrangère à l’atomisme d’Épicure. Il s’agit là d’une élaboration métaphysique absente des Animadversiones. On en trouve une application particulièrement saisissante dans le Syntagma : lorsque Gassendi s’interroge au chapitre III du livre De lapidibus ac metallis sur la génération des pierres (tome II, p. 114), il suppose qu’une agglomération de cristaux dans une roche qui forme leur matrice est analogue à un épi de blé, pour lequel on admet nécessairement l’existence d’une force séminale : on doit donc, selon Gassendi, admettre également pour les cristaux et les pierres l’existence d’une force séminale agissant dans une matrice. L’influence de De Clave est manifeste : en lui fournissant un autre modèle, c’est elle surtout qui éloigne Gassendi de la conception atomique des semina rerum. L’alchimie l’éloigne aussi, assez tristement, de la volupté et de la sensualité épicuriennes. L’exemple donné au chapitre VI du même livre pour expliquer que l’or puisse naître d’un autre métal (II, p. 142 a) est celui de la génération des abeilles à partir de la bête pourrissante, le veau sacrifié dans les Géorgiques de Virgile. La reprise d’un lieu commun de la littérature apologétique des alchimistes en dit sans doute assez long sur l’assombrissement de l’imagination de Gassendi.

  • 5 Dans ce passage-clé du chapitre des Animadversiones, non repris dans le chapitre correspondant du S (...)

15Pourtant, on peut se demander s’il n’y a pas eu d’abord une raison épistémologique à cette sorte d’aveuglement de Gassendi sur les possibilités d’appliquer aux transformations chimiques la résolution jusqu’en la matière première exposée par les atomistes. Le paradigme proposé par Lucrèce, celui des différents atomes constituant les choses, sur le modèle des lettres i - g - n – i - s, constituant le mot ignis, feu, pourrait en effet s’appliquer à la résolution chimique des trois principes paracelsiens, Sel, Soufre et Mercure. Mais ce paradigme ayant été référé, en raison d’une interprétation erronée, comme nous l’avons vu, non pas aux atomes, mais aux molécules, il n’est plus libre, il n’est plus opératoire pour constituer une nouvelle théorie, portant cette fois sur le rapport des molécules aux atomes, de la matière seconde à la matière première. La résolution des réalités sensibles avait été pensée par Gassendi en termes d’alternative : ou bien jusqu’au niveau des molécules, ou bien jusqu’au niveau des atomes. Bien que les deux termes ne soient pas exclusifs l’un de l’autre, Gassendi n’envisage pas le lien entre le premier et le deuxième processus. Il procède à deux expériences successives sur des feuilles de séné immergées dans de l’eau, pour observer les changements de couleur qui peuvent se produire. Il verse d’abord de l’huile de tartre, la couleur devient rouge ; dans la seconde expérience, de l’huile de vitriol (acide sulfurique concentré), la couleur ne change pas. S’inspirant de Lucrèce, il explique le changement de couleurs par le fait que la combinaison des « corpuscules » (terme vague qui ne désigne pas d’ordinaire, chez Gassendi, les atomes) a varié par échanges mutuels entre les deux substances. Voilà un texte des Animadversiones qui frappa Boyle et contribua à le mettre sur la voie d’une théorie préfigurant la chimie atomique moderne (Bloch, p. 275-276). Gassendi ne tire aucune conclusion en ce sens. Mais s’il applique indifféremment le modèle épicurien de composition et de résolution à toutes les substances en le décalant simplement des atomes aux molécules, c’est peut-être aussi parce qu’il a occulté le niveau spécifique mis en évidence par les Stoïciens, celui des composés chimiques. L’intrication même des raisonnements de Gassendi incite à ne pas rejeter cette dernière explication, mais à l’ajouter aux autres. En effet, dans le chapitre déjà mentionné du De ortu et exitu rerum des Animadversiones, Gassendi réfère par erreur la sugchusis des Stoïciens au mélange de l’eau et du vin – sans doute parce que le mélange d’eau et de vin est le seul pris en compte dans le texte d’Épicure que Gassendi cite en parallèle et qu’il y constitue le mélange « le plus parfait »-, alors que la sugchusis ou confusio est au contraire spécifique des « parfums et médicaments » (SVF, 471, lignes 25-26), c’est-à-dire des distillais dont la nature est différente de celles de leurs composants ; bref cet ultime degré de mélange est spécifique de ce que nous appelons des composés chimiques5. Si donc Gassendi avait tout simplement appliqué à ces substances spécifiques le niveau atomique de résolution proposé par Épicure pour le mélange de l’eau et du vin, il devenait le lointain précurseur de la chimie moderne. A l’époque de la rédaction de ce chapitre des Animadversiones, quand Dieu ne créait que les atomes, cette application était en tout cas encore possible !

  • 6 Dans un commentaire fort savant de la traduction de Gassendi ainsi que des notes critiques dont ell (...)

16Les Animadversiones révèlent donc différentes étapes de la pensée de Gassendi, avec quelques contradictions. C’est ce qui fait aussi leur intérêt historique : on y découvre une pensée à l’œuvre. Ce livre est plus “pur”, beaucoup plus rigoureux et conséquent vis-à-vis de l’atomisme ancien que le Syntagma. Il montre l’extrême acuité de Gassendi et son infinie ingéniosité, qui explique aussi certains de ses “bricolages”. Sur l’influence qu’il a pu exercer, je me contenterai de renvoyer à l’ouvrage collectif, dirigé par S. Murr, Gassendi et l’Europe. La traduction du texte grec et surtout son interprétation demeurent en général éclairantes, à condition de prendre en compte l’ensemble du projet de Gassendi et de ne pas les juger en fonction des acquis de la philologie moderne6.

17Le commentaire de Gassendi présente sans doute la meilleure manière d’aborder et d’interpréter à cette époque la pensée d’Épicure et celle de Lucrèce. On ne pouvait guère faire l’économie de certaines de ses interrogations relatives à l’atomisme. En guise de contre-épreuve, j’évoquerai très brièvement le travail de La Faye, qui publie Lucrèce en 1668, dans la collection Ad usum Delphini. Sa traduction latine, nommée interpretatio, double le texte original et prouve qu’il a très bien compris le mot-à-mot du texte latin. Mais ses notes, pleines d’absurdités dont ses successeurs se sont à juste titre moqué, montrent qu’il n’a pas compris de très nombreux passages de Lucrèce. Pour le passage dont j’ai rendu compte (I, v. 628-634), il reproduit le texte de Lambin, mais l’explique étrangement, glosant multis par infinitis pour en conclure que des principes formés de parties infinies ne pourraient avoir des poids et mouvements divers. Les autres éditeurs et commentateurs de Lucrèce ont suivi presque unanimement le texte de Lambin jusqu’à la fin du XIXe siècle. Certains, comme Creech, s’appuient sur le commentaire de Gassendi pour l’expliquer. Lachmann, dont l’édition de 1850 est considérée comme la première édition critique et philologique au sens moderne, reproduit lui aussi le texte de Lambin. L’un des premiers à rompre ce consensus est, en 1864, un philologue allemand, O. Hildebrandt. Dans un article intitulé : “Eine Wissenschaftliche Abhandlung über Lukrez”, il affirme qu’il faut rétablir le texte des manuscrits, mais il ne comprend plus la discussion sur la génération à partir des atomes qu’avait inaugurée Gassendi. La philologie tend alors à se séparer de la philosophie. Pourtant, malgré son contresens, l’interprétation de Gassendi avait été extrêmement féconde. Le vrai ferment de sa pensée fut la doctrine d’Épicure, au prix de quelques déviations. Or, comme tout épicurien le reconnaît, à moins peut-être qu’il ne soit chanoine, la déviation est nécessaire à la création.

Bibliographie

Ouvrages cités

Alberti (A.) : Sensazione e Realtà. Epicuro e Gassendi, Florence, 1988.

Bloch (O.) : La philosophie de Gassendi. Nominalisme, matérialisme et métaphysique, La Haye, 1971.

Kubbinga (H.), “La théorie moléculaire chez Gassendi”, in Pierre Gassendi, 1592-1655, Actes du Colloque international organisé par la société scientifique et littéraire des Alpes de Haute-Provence (18-21 mai 1992), Digne-les-Bains, 1994, vol. II, p. 283-302.

Rochot (B.) : Les travaux de Gassendi sur Épicure et sur l’atomisme, Paris, 1944.

Pour la bibliographie générale, cf. Murr (S.) éd. : Gassendi et l’Europe, Paris, Vrin, 1997.

Notes

1 Selon B. Rochot (Les travaux de Gassendi sur Épicure et sur l’atomisme, Paris, 1944, p. 158 et note 224), Gassendi « joue [la] comédie » quand il affirme qu’on lui a « arraché » divers morceaux de cette œuvre, rattachés ensuite sans ordre.

2 Murr (S.), “Bernier et Gassendi : filiation déviationniste ?”, in Gassendi et l’Europe, Paris, 1997, – en partic. : p. 105.

3 Sur cette question, voir l’excellente mise au point de C. Bailey, The Greek Atomists and Epicurus, Oxford, 1928, en particulier p. 344 et p. 577-579. — A l’issue de ma communication orale, Alain Gigandet m’a fait justement observer qu’au chant VI la formation des nuages se faisait à partir d’un groupement spécifique d’atomes (cf. M. Bollack, La Raison de Lucrèce, Paris, 1978, p. 317 et note 1, et p. 318). — Sur les groupements spécifiques d’atomes de l’âme, voir Kerferd (G. B.), “Epicurus’ doctrine of the soul”, Phronesis, 1971, p. 80-96, et Pigeaud (J.), “La physiologie de Lucrèce”, Revue des Études Latines, LVIII, 1981, p. 197-200. Pour autant la théorie même de la matière ne fait pas place chez Lucrèce au concept d’une unité intermédiaire entre les atomes et les composés que constituent les choses, ce qu’a bien relevé Lactance. Il semble en revanche qu’Asclépiade avait conçu des corpuscula, des particules spécifiques formées d’atomes, intermédiaires entre les atomes et les composés sensibles ; cf. Casadei (E.), “La dottrina corpuscolare di Asclepiade e i suoi rapporti con la tradizione atomista”, Elenchos, XVII, 1, 1997, p. 91-106.

4 Sur l’importance historique de Gassendi et le rôle de ses prédécesseurs immédiats, cf. Kubbinga (H.), “La théorie moléculaire chez Gassendi”, Actes du Colloque international Pierre Gassendi, 1592-1655 (colloque tenu les 18-21 mai 1992), Digne-les-Bains, 1994, vol. II, p. 283-302.

5 Dans ce passage-clé du chapitre des Animadversiones, non repris dans le chapitre correspondant du Syntagma, on remarquera qu’en guise d’introduction à cette discussion sur la mistio, Gassendi distingue deux genres de mélange : le premier, sôthesis, compositio ou appositio, par exemple dans le cas de grains de blé ; le deuxième correspond d’une part, précise-t-il « pour les Stoïciens, d’après Stobée, à la sugchusis, confusio », d’autre part, « pour les autres, à la krasis, coalitio ou temperatio ». La sugchusis des premiers, explique-t-il, est un mélange total, où les parties s’interpénètrent, alors que pour les autres (Démocrite et consorts, dont Gassendi partage le point de vue), il ne peut y avoir que contiguïté. Les trois genres stoïciens de mélange, mixis, krasis et sugchusis sont donc réduits à un seul par Gassendi : la sugchusis. C’est ainsi que son syncrétisme l’amène à obnubiler un point capital du texte de Stobée auquel il renvoie pourtant (SVF, II, 471) : seule la krasis des Stoïciens, et non la sugchusis, s’applique aux mélanges du type eau-vin.

6 Dans un commentaire fort savant de la traduction de Gassendi ainsi que des notes critiques dont elle est assortie, A. Alberti soutient que, du fait de son assujettissement à la notion aristotélicienne de substance, Gassendi n’a pas compris « la signification et la fonction de la dénomination de l’atome en terme de sperma chez Épicure » (p. 71-89). — Cependant, je crois avoir montré que cette notion de semence était pour lui fondamentale, mais qu’il la soumettait au crible des critiques anciennes et modernes, alliant la philologie à la philosophie. Il me paraît en tout cas étrange de lui opposer sur les parties minimales insécables de l’atome les arguments invoqués par Mau et par Furley, qui du reste sont supposés eux-mêmes n’avoir pas parfaitement compris le texte d’Épicure… Cette méthode, que précisément Gassendi appliquait à la doctrine des atomistes, n’est guère légitime aujourd’hui dans le cadre de l’histoire des textes et de la philologie. Si on replace dans son contexte le travail de Gassendi, le commentaire sur les parties minimales qu’il offre tardivement dans les Animadversiones (p. 410-421), après les tâtonnements que j’ai rappelés, est admirable ; il peut, même aujourd’hui, aider à comprendre les enjeux d’un des passages les plus difficiles de la Lettre à Hérodote.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search