Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosophies de la nature

 | 
Olivier Bloch

Troisième journée

Richard Owen : paléontologie, embryologie et morphologie transcendantale vers 1840

Claudine Cohen

Texte intégral

  • 1 Voir Georges Canguilhem et al., Du développement à l’évolution, PUF, 1962.

1On a souvent souligné le rôle joué par la « Naturphilosophie » allemande dans la pensée biologique du XIXe siècle, notamment, à travers les concepts de la morphologie transcendantale1, dans la genèse d’une pensée de l’évolution du vivant.

  • 2 Voir Gode Von Aesch, Natural Science in German Romanticism, New York, 1941, p. 207.

2La pensée biologique inspirée de la Naturphilosophie allemande2 s’appuie sur la notion d’un ordre universel dont la validité n’est pas seulement métaphysique, mais aussi physique ; elle présuppose l’idée d’un développement, d’un devenir progressif de la nature : toute la nature est en flux, et c’est ce mouvement, et non les configurations momentanées de la matière, qui en est la propriété essentielle. De plus, ce flux s’oriente en une seule direction, du plus bas au plus élevé, du chaos initial à l’homme. Si donc l’homme est l’être le plus élevé sur la Terre, il est aussi indissolublement lié à tous les objets de la nature, car il incarne le but vers lequel tendent toutes choses. La nature et l’esprit, l’organique et l’inorganique, ne font qu’un. L’univers lui-même est un grand organisme ; les lois de la nature agissent de la même façon sur tous les processus et les objets. Il y a enfin une fraternité, voire même une identité de l’homme avec toute vie, et partant avec tout ce qui existe.

3Des auteurs tels que Schelling, Goethe, Oken, Carus, ont eu une influence décisive pour forger et diffuser ces représentations non seulement dans leurs œuvres philosophiques, littéraires, mais aussi dans leurs études d’histoire naturelle.

4La tradition de la morphologie transcendantale, née dans leurs travaux, s’appuyait sur l’idée que la diversité organique, présente dans une multitude d’espèces différentes, peut être subsumée sous un ou plusieurs types idéaux, qui constituent la logique de la variété morphologique. Ainsi est-il possible d’affirmer à la fois l’infinie diversité et l’unité de la nature — unité qui, transcendant la vision de l’œil, n’est perceptible que par l’esprit. C’est dans cette mouvance que se situent, par exemple, les travaux de Goethe sur l’« os intermaxillaire » : Goethe avait montré, en 1784, que cette structure osseuse, commune à tous les Vertébrés, existe aussi chez l’homme : il apporte ainsi une preuve nouvelle à la thèse d’une unité de type permettant de penser la structure du squelette de tous les Vertébrés, l’homme inclus. Dans son Versuch über die Gestalt der Thiere, publié en 1790-1791, Goethe proposait un « type fondamental » représentant le squelette de tous les vertébrés : de même que, selon lui, tous les organes d’une plante peuvent être considérés comme des modifications de la feuille, de même les différents éléments du squelette peuvent être représentés comme des vertèbres métamorphosées.

  • 3 Voir Nicolaas Rupke, Richard Owen, Victorian Naturalist, Yale University Press, 1994, p. 106-107.

5Les décennies du tournant du XVIIIe siècle voient un très important développement des recherches en anatomie comparée, d’abord en Allemagne puis en France et en Angleterre : la multiplication des travaux de recherche et des publications sur ces sujets est particulièrement sensible en Allemagne, où l’existence d’un grand nombre d’universités scientifiques et de facultés de médecine permettait l’élaboration et la diffusion de ces savoirs. Cet intérêt se traduit non seulement par la multiplication des publications spécialisées, mais aussi par celle de traités destinés à un large public3.

6Au cours des premières décennies du XIXe siècle, l’intérêt renouvelé pour l’ostéologie et l’anatomie comparée est lié au développement d’un nouveau savoir sur les fossiles, qui aboutira à la naissance d’une nouvelle discipline, la paléontologie des Vertébrés : aux cinq volumes des Leçons d’Anatomie comparée de Cuvier (1799-1805) s’adjoint la publication des quatre volumes des Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes (1812), qui constituent les bases scientifiques et conceptuelles de ce nouveau savoir. À cet ensemble de recherches s’attache aussi la création de musées d’anatomie comparée et de paléontologie.

7À partir de 1830, l’Angleterre devient un centre important où s’élabore la pensée anatomique et historique de la nature. Au milieu du siècle, Richard Owen (1804-1892) apparaît comme un des plus brillants représentant de l’école anglaise de naturalistes. Il est pourtant aujourd’hui une figure un peu oubliée, et en France un auteur méconnu : sans doute la prééminence de Darwin, qui fut son contemporain, est-elle pour quelque chose dans cette éclipse. Owen représente une génération qui, entre 1830 et 1860, inspirée des grands maîtres allemands du début du siècle, tenta de reformuler et de résoudre les questions qu’ils avaient laissées ouvertes, tout particulièrement celles liées aux modalités et aux processus d’un devenir des êtres vivants.

  • 4 Voir R. Owen, The Zoology of the Voyage of H. M. Beagle, under the Command of the Captain Fitzroy, (...)
  • 5 Voir T. H. Huxley, Owens position in the History of anatomical science, in Rev. R. S. Owen, The li (...)
  • 6 A History of British Fossil Mammals and Birds, Londres, 1846.
  • 7 Richard Owen, On the Anatomy of Vertebrates, 3 vol., Londres, 1868.

8Owen s’illustra surtout en zoologie, en anatomie comparée et en paléontologie des Vertébrés. C’est à lui qu’en 1836 le jeune Charles Darwin, au retour de son voyage sur le Beagle, confia, pour les faire étudier, les ossements fossiles qu’il avait recueillis en Amérique du Sud4. Owen est l’auteur de nombreux ouvrages monographiques et d’études de synthèse d’anatomie comparée et de paléontologie des Vertébrés. À partir de 1840, il joue le rôle d’une autorité scientifique de premier plan dans l’establishment scientifique anglais. Membre du Royal College of Surgeons, professeur de physiologie à la Royal Institution, conférencier à l’École des Mines, et surintendant des collections d’histoire naturelle à Bloomsbury, Owen s’affirmait l’héritier de Cuvier, allant jusqu’à se proclamer le Newton de la paléontologie qu’avait annoncé le Discours sur les Révolutions de la Surface du Globe. En 1858, Owen est élu président de la British Association de Leeds, et il fonde le Museum d’histoire naturelle de Londres en 1863. Toute sa vie durant, il poursuit un gigantesque travail de description et d’étude des fossiles, « qui ne peut se comparer, écrit Thomas Henry Huxley, qu’aux Ossemens fossiles de Cuvier »5. Son étude des Vertébrés fossiles d’Angleterre publiée en 18466 est complétée par la publication, en 1866-1868, des trois volumes intitulés Comparative Anatomy and Physiology of Vertebrates7 et par plusieurs ouvrages de « philosophie anatomique ».

9On lui doit notamment l’invention du nom des Dinosaures, en 1841, la première monographie sur le Gorille en 1849, et la première description de l’Archeopteryx en 1863. C’est lui qui organisa en 1854 la fameuse exposition de Crystal Palace, qui pour la première fois au monde exhibait des reconstitutions des monstres de la préhistoire, réalisées par Benjamin Waterhouse Hawkins.

10En 1831, Owen s’était rendu au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, lieu de pélerinage pour tout apprenti naturaliste à cette époque. Il y avait rencontré les deux naturalistes les plus en vue de ce temps, Cuvier et Geoffroy Saint Hilaire. Cuvier, fondateur en France de l’anatomie comparée et de la paléontologie des Vertébrés, avait fait ses études à l’Académie Caroline de Stuttgart, où il avait eu contact avec les travaux des grands naturalistes allemands. Il n’en était pas moins réticent aux thèmes de la morphologie transcendantale que professait Geoffroy.

11Le débat entre ces deux grands naturalistes — quels que fussent d’ailleurs leurs points de convergence — porte d’abord sur l’usage des concepts de fonction et de forme, et sur la notion même d’une unité du monde vivant. Tandis que Cuvier conçoit l’organisme de chaque être comme une structure close, une unité fonctionnelle, Geoffroy décèle l’existence d’un plan, d’une « forme » transcendante, qui a ses yeux fait correspondre entre eux les organes des différents êtres vivants. Au fonctionnalisme cuviérien (la structure de l’organisme s’explique par la corrélation des fonctions dirigée vers un but adaptatif particulier), s’oppose chez Geoffroy une approche morphologique qui fait correspondre, d’une espèce à l’autre, des structures homologues. Si la pensée de Geoffroy supposait, à travers la notion de « plan de composition », celle d’une unité de la nature, conçue comme une continuité linéaire, Cuvier, dans sa classification des êtres vivants, avait brisé la « chaîne des êtres » traditionnelle en quatre « embranchements » à ses yeux distincts et irréductibles à un « plan » unique.

  • 8 Voir Toby Appel, The Cuvier-Geoffroy Debate, French Biology in the decades before Darwin, Oxford U (...)

12Le débat se noue en 1830, à l’occasion d’une séance restée mémorable où les deux naturalistes s’affrontent à la tribune de l’Académie des Sciences de Paris. Geoffroy tenta de prouver sa thèse en montrant que les organes des animaux appartenant à des embranchements que Cuvier avait distingués étaient en fait homologues : selon lui, les organes digestifs des Coelentérés étaient homologues à ceux des Vertébrés supérieurs. Cuvier fit la preuve anatomique de l’impossibilité de cette homologie8. En ce débat c’est lui qui, au moins provisoirement, apparaît comme le grand vainqueur.

13Cependant, le problème de l’homologie et du « plan de composition » demeure, et à travers cette question se trouve posée celle de l’unité des êtres de la nature et de la continuité de son histoire.

  • 9 Voir Richard Owen, On the Archetype and Homologies of the Vertebrate Skeleton, Londres, 1848 ; tr. (...)

14Après la mort de Cuvier et de Geoffroy en 1832, Owen s’efforce de prendre le relais des deux grands naturalistes parisiens. Il se propose de réconcilier la forme et la fonction, l’anatomie fonctionnelle de Cuvier et le « plan de composition » de Geoffroy. Ses études d’anatomie comparée se situent dans le cadre d’une « philosophie anatomique »9 qui tente de concilier, tout en discutant certaines de leurs thèses, les conceptions adverses des « deux grandes lumières de l’école française » : comme Cuvier, Owen est un homme de cabinet, attaché à l’étude de spécimens fossiles conservés dans les musées ou les collections particulières. À Cuvier, il emprunte ses conceptions de l’unité fonctionnelle de l’organisme, l’idée d’une succession irréversible des faunes et la classification du règne animal en quatre embranchements. À Geoffroy, il emprunte la représentation, héritée de la morphologie transcendantale allemande, d’un « plan d’organisation » : mais ce « plan » selon lui peut être défini, non pour l’ensemble du vivant, mais pour chacun des grands embranchements qu’avait distingués Cuvier.

  • 10 Voir Phillip Sloan, Hunterian lectures, ibid., p. 191.

15Encore faut-il, remarque Owen, user des notions d’analogie et d’homologie à bon escient. Certains, par exemple, négligeant la « méthode inductive » et se laissant guider par des a priori métaphysiques, ont cru voir, dans la tête des Vertébrés, une représentation condensée du corps tout entier ; d’autres (Oken et ses disciples) ont affirmé que le crâne de chaque Vertébré est fait de cinq ou sept vertèbres, chacune d’elles étant composée de neuf éléments — ce qui n’est nullement vérifié ; d’autres enfin, « limitant les moyens à la disposition du Démiurge utilisés dans la construction de la charpente d’un animal à l’usage d’un seul élément, identifient comme vertèbres, non seulement chacun des os du corps des Vertébrés, mais aussi chacun des anneaux d’un Ver, chacune des articulations d’un homard »10.

  • 11 S. J. Gould, Ontogeny and Phylogeny, Harvard, 1976, p. 35.

16De la pensée « holistique » de la Philosophie de Nature allemande, Owen retient plutôt l’approche qui met en rapport le développement embryologique avec la hiérarchie des êtres. Au tournant du XVIIIe siècle, la question du rapport entre processus du développement embryonnaire et hiérarchie des espèces se trouve au centre des interrogations sur le vivant et son histoire. Pour Meckel, comme pour Kielmeyer, les stades successifs du développement embryonnaire récapitulent les formes adultes des animaux inférieurs. Un organisme, dans sa croissance ontogénétique, passe par toute la séquence taxinomique qui s’étend au-dessous de lui. Ainsi, l’histoire embryologique donne une clé pour penser la hiérarchie des êtres vivants11.

  • 12 J. Müller, Manuel de Physiologie, 4ème édition, 1844, trad. Jourdan, 1845, t. 2, p. 705.

17L’embryologiste Von Baer, à partir des années 1828, formule une loi quelque peu différente : selon lui, l’ontogénèse des êtres vivants supérieurs récapitule non la séquence des formes adultes, mais celle des fomes embryonnaires. Le développement ontogénétique est ainsi pensé comme processus de spécialisation successive, à partir d’une structure simple. Ainsi Johannes Müller résume-t-il la pensée de Von Baer : « Pendant les premiers temps de leur formation, les embryons des Vertébrés offrent, dans toute leur pureté, les traits les plus généraux et les plus simples du type d’un animal vertébré, et c’est là ce qui fait qu’ils se ressemblent à un tel point qu’on a souvent de la peine à les distinguer les uns des autres. Le poisson, le reptile, l’oiseau, le mammifère et l’homme sont d’abord l’expression la plus simple du type commun à tous ; mais ils s’en éloignent peu à peu, à mesure qu’ils se développent, et les extrémités, par exemple, après s’être ressemblées durant quelques temps, prennent les caractères de nageoires, d’ailes, de mains, de pieds, etc. »12.

  • 13 Richard Owen, « Lyell : on Life and Its Successive Development », Quaterly Review, 89 (1851).

18La pensée du devenir paléontologique des êtres est explicitement présentée chez Owen comme « une application de la loi de Von Baer » : « La proposition de Von Baer — selon laquelle une structure hétérogène et spécialisée naît d’une structure plus homogène et plus générale, et cela par transformation graduelle — (...) est un principe qui est illustré à un degré remarquable par la succession des formes animales sur notre planète », écrit Owen13.

19L’histoire de la vie sur terre doit être pensée comme un phénomène identique à celui que Von Baer avait observé dans le développement embryologique : progrès et divergence, à partir de formes plus générales communes à de grands groupes d’animaux, vers des formes plus spécialisées, de plus en plus éloignées de l’« archétype ».

  • 14 Richard Owen, Principes d’ostéologie comparée, p. 427.

20Dans un discours prononcé en 1846 devant l’Association britannique pour le Progrès des Sciences, Owen définit sa notion d’archétype, type idéal qui rend compte tout à la fois de l’unité et de la diversité du monde vivant. Dans cette définition, il se réclame explicitement de Platon : « Quel est l’animal, écrit-il, qui servit de modèle à celui qui a fait ce grand animal, le Monde ?... L’animal qui servit d’Archétype est celui qui contient en lui-même tous les autres animaux comme ses parties constituantes »14.

  • 15 Ibid.

21Un « plan », un « modèle », une « idée » unique préside ainsi à l’organisation anatomique de tous les Vertébrés. Cet exemplaire idéal, qui est à la base de l’organisation des animaux, peut être reconstitué à travers les homologies que l’on reconnaît dans leur organisation : ainsi, « les belles et nombreuses évidences d’unité de plan que l’étude de la structure des membres locomotifs a mises en lumière »15. L’archétype endosquelettique est, selon le terme même d’Owen, une généralisation : « la plus élevée à laquelle on puisse arriver ». L’archétype d’Owen, comme pour Von Baer, est un plan d’organisation commun aux représentants de chacune des quatre classes distinguées par Cuvier. De même que Von Baer, Owen pense que plus un animal est proche de l’archétype, moins il est parfait : l’archétype représente le degré le plus bas de développement à l’intérieur d’un type. Ainsi, le schéma qu’il dessine pour représenter l’archétype des Vertébrés ressemble grossièrement à un poisson : il est constitué d’une simple succession de segments vertébraux non spécialisés, indiquant la prédominance de ce que Owen appelle la « force végétative », principe de répétition. Dans l’organisation de chacun des Vertébrés « réels », la force répétitive est plus ou moins dominée par une force adaptative qui modifie les éléments de l’archétype, les rendant ainsi capables d’accomplir certaines fonctions.

  • 16 Ibid., p. 13.
  • 17 Richard Owen, Discours présidentiel à la British Association, 22 sept. 1858.
  • 18 Physiologie et anatomie, 1868, p. 808.

22Owen utilise ainsi le modèle embryologique de Von Baer pour penser la genèse successive des êtres à l’échelle géologique. S’il croit au devenir des espèces, il ne fait pas intervenir, dans sa conception de la « dérivation », comme Lamarck, l’habitude et la volonté, ni comme Darwin le mécanisme de la sélection naturelle : Owen croit à une « tendance innée » des êtres à se métamorphoser, au cours de l’histoire des espèces, sans qu’il soit possible de définir les causes de cette « dérivation » : « Sous quelles lois naturelles ou causes secondaires la succession des espèces vient-elle se ranger ? voilà une question dont nous n’avons point encore trouvé la solution (...). L’histoire du passé de notre globe nous enseigne qu’elle a avancé à pas lents et majestueux, guidée par la lumière de l’archétype, au milieu des ruines et des mondes antérieurs, depuis l’époque où l’idée vertébrale s’est manifestée sous sa vieille dépouille ichtyque, jusqu’au moment où elle s’est montrée sous le vêtement glorieux de la forme humaine »16. Les faunes se renouvellent successivement par l’action d’une puissance créatrice à l’œuvre de façon continue dans la nature : il y a ainsi un « devenir ordonné des choses vivantes » qui se traduit dans la succession des êtres : « La création de chaque classe animale, Reptiles, Oiseaux, Quadrupèdes, a été successive et continue depuis les temps les plus anciens »17. Cette création progressive d’espèces toujours bien adaptées à des environnements changeants ne peut se comprendre que par l’intervention d’une « intelligence anticipatrice », d’une puissance divine. Cette approche de la nature, qui mêle prédestination et morphologie transcendantale, représentation d’une « harmonie de la nature », continuité et fixité des espèces, est à la fois esthétique et théologique : « la dérivation (...) est une manifestation du pouvoir créatif vers la variété et la beauté du résultat »18.

23Owen apparaît ainsi comme un de ceux qui, en ce milieu du siècle, tentent de mettre en œuvre les concepts de la morphologie transcendantale dans l’histoire naturelle, en se fondant, non sur l’intuition et la spéculation, mais sur des études empiriques, sur une démarche « inductive ».

  • 19 Voir Adrian Desmond, Archetypes and Ancestors : palaeontology in Victorian London, 1850-1875, Chic (...)

24Devenu une autorité à la fois intellectuelle et institutionnelle dans le domaine des sciences de la nature, Owen avait participé aux grands débats intellectuels du milieu du siècle sur l’évolutionnisme darwinien. L’historien des sciences anglais Adrian Desmond a montré19 que les positions antidarwiniennes d’Owen et de certains naturalistes de sa génération reflètent celles du milieu politique et social auquel ils appartiennent : l’opposition à la représentation d’un devenir aléatoire du vivant, le refus de la sélection naturelle, la volonté de maintenir une place dominante de l’homme dans la nature, et tous les conflits qui s’en sont suivis — voir le célèbre débat sur l’hippocampe mineur qui oppose Owen à Thomas Henry Huxley en 1863 —, ces différentes positions auraient un sens essentiellement politique, celui de la défense des valeurs religieuses et conservatrices de l’aristocratie et de la bourgeoisie coloniale.

  • 20 N. Rupke, Richard Owen, Victorian naturalist, 1994, p. 210.

25Cependant, au-delà de ces controverses, il faut souligner que les thèmes présents dans son œuvre ont pu jouer un rôle essentiel dans la genèse de la pensée évolutionniste anglaise, et en particulier celle de Darwin lui-même. Dans l’œuvre d’Owen, pour la première fois, les conceptions de la morphologie transcendantale s’articulaient avec l’idée d’un devenir des êtres vivants et avec une œuvre paléontologique monumentale. Comme l’écrit son biographe Nicolaas Rupke, « il fut aisé à Darwin de transférer la masse des travaux d’Owen sur l’anatomie comparée des Vertébrés en une grandiose synthèse de l’évolution par voie de sélection naturelle : dans la réinterprétation de Darwin, l’homologie devenait une preuve de l’ancestralité, et, inversement, l’ancestralité devenait le critère de l’homologie »20.

Notes

1 Voir Georges Canguilhem et al., Du développement à l’évolution, PUF, 1962.

2 Voir Gode Von Aesch, Natural Science in German Romanticism, New York, 1941, p. 207.

3 Voir Nicolaas Rupke, Richard Owen, Victorian Naturalist, Yale University Press, 1994, p. 106-107.

4 Voir R. Owen, The Zoology of the Voyage of H. M. Beagle, under the Command of the Captain Fitzroy, R. N., during the Years 1832 to 1836. Edited and superintended by Charles Darwin, (...) Naturalist to the Expedition. Part I. Fossil Mammalia, Londres, 1840.

5 Voir T. H. Huxley, Owens position in the History of anatomical science, in Rev. R. S. Owen, The life of Richard Owen, 1894, t. 2, p. 310.

6 A History of British Fossil Mammals and Birds, Londres, 1846.

7 Richard Owen, On the Anatomy of Vertebrates, 3 vol., Londres, 1868.

8 Voir Toby Appel, The Cuvier-Geoffroy Debate, French Biology in the decades before Darwin, Oxford Univ. Press, 1987.

9 Voir Richard Owen, On the Archetype and Homologies of the Vertebrate Skeleton, Londres, 1848 ; tr. fr. (augmentée d’une préface) : Principes d’ostéologie comparée ou Recherches sur l’archétype et les homologies du squelette des vertébrés, Paris, Baillière, 1855.

10 Voir Phillip Sloan, Hunterian lectures, ibid., p. 191.

11 S. J. Gould, Ontogeny and Phylogeny, Harvard, 1976, p. 35.

12 J. Müller, Manuel de Physiologie, 4ème édition, 1844, trad. Jourdan, 1845, t. 2, p. 705.

13 Richard Owen, « Lyell : on Life and Its Successive Development », Quaterly Review, 89 (1851).

14 Richard Owen, Principes d’ostéologie comparée, p. 427.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 13.

17 Richard Owen, Discours présidentiel à la British Association, 22 sept. 1858.

18 Physiologie et anatomie, 1868, p. 808.

19 Voir Adrian Desmond, Archetypes and Ancestors : palaeontology in Victorian London, 1850-1875, Chicago University Press, 1982 et The Politics of Evolution : Morphology, Medicine and Reform in Radical London, Chicago, 1989.

20 N. Rupke, Richard Owen, Victorian naturalist, 1994, p. 210.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540