Version classiqueVersion mobile

À Paris sous la Révolution

 | 
Raymonde Monnier

Pratiques culturelles

La révolution des ancêtres à Paris : corps privés et corps publics, entre Panthéon et musée

Dominique Poulot

Texte intégral

  • 1 Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, « Folio », p. 170.

1On sait combien le culte des grands hommes est un élément essentiel de la représentation de la société des Lumières qui, à travers lui, « n’en finit pas de se raconter à elle-même son propre avènement ». En particulier, « vers 1760 et jusqu’à la Révolution, l’apologie de l’homme de lettres devient une véritable glorification, que l’on associe sur un ton grandiose à une doctrine générale d’émancipation et de progrès ». Ce dessein de forger un corpus de grands hommes s’inscrit dans un transfert de sacralité explicite. Stendhal s’en fait le témoin militant, lorsqu’il évoque chez son grand-père « une vénération et un amour pour les grands hommes qui choquèrent bien M. le curé » et qui comprenait « tous les grands hommes de France, de Clément Marot à Voltaire, Diderot et d’Alembert1 ».

  • 2 Voir, dans les perspectives que nous croisons ici, les travaux très différents d’inspiration de Ph (...)

2L’anglomanie mobilise alors l’image de Westminster comme monument de la nation, depuis Voltaire dans les Lettres philosophiques (1734), même si certains dénoncent l’incongruité d’une commercialisation du lieu pour le plus grand bonheur de divers parvenus qui s’y font ériger d’extravagants monuments2. Mais au-delà, c’est sans doute la littérature utopique, soucieuse de mettre fin au désordre d’institutions ridicules ou funestes, qui fournit les images les plus saisissantes de panthéons.

3La plus célèbre de ces élaborations demeure le Paris en l’an 2440 de Louis-Sébastien Mercier où le testament est devenu l’organe exclusif de la mémoire collective. Seuls les citoyens méritants y sont célébrés, au nom d’une « mentalité historique discriminatoire » (Bronislaw Baczko). L’espace public est meublé de toute une architecture fictionnelle : en particulier de galeries des grands hommes d’État, de toute une « file de héros, dont le front muet mais imposant, crie à tous qu’il est utile et grand d’obtenir l’estime publique ». Les statues de Voltaire, de Rousseau, de Buffon, forment « un livre de morale » et tous ensemble délivrent « une leçon publique aussi forte qu’éloquente ».

  • 3 Olivier Nora, « La visite au grand écrivain », dans Pierre Nora dir., Les Lieux de mémoire, II, La (...)
  • 4 De ce point de vue, Marc Augé, dans Domaines et Châteaux, décrit la visite aux châteaux en des ter (...)

4Le respect du génie conduit aussi à honorer les lieux de son exercice. L’Essai sur les règnes de Claude et de Néron, remarque Jean-Claude Bonnet, décrit le mieux cette mode nouvelle : « Une sorte de reconnaissance délicate, y affirme Diderot, s’unit à une curiosité digne d’éloge pour nous intéresser à l’histoire privée de ceux dont nous admirons les ouvrages. [...] Nous aimons à visiter leurs demeures. » Le culte des grands hommes dans la France du xviiie siècle engage donc un pèlerinage sur leurs tombes ou sur leurs lieux de création, dans un rapport complexe des affections privées à la religion publique du génie. On y trouve un premier avatar de la visite au grand écrivain3, qui connaîtra un développement considérable au xixe siècle, jusqu’à figurer une sorte de corps à corps que la lecture ne peut permettre, ou qu’elle n’autorise que de manière insuffisante4.

5À travers ces différents usages, la sanction de l’opinion devient nécessaire à la légitimité d’un hommage, fût-il prononcé par la république des lettres. Dès 1765, Laugier, qui traitait dans ses Observations sur l’architecture « Des monuments à la gloire des grands hommes », recommandait de faire appel au « vœu du public » pour en sélectionner les bénéficiaires.

  • 5 Sur le contexte du succès considérable des Éloges de Thomas au sein de l’espace académique et du c (...)
  • 6 Andrew McClellan, « La série des grands hommes de la France du comte d’Angiviller et la politique (...)

6C’est dans la tension entre cette révérence portée à des personnages spécifiques et l’hommage plus général rendu au génie humain que se dessine peu à peu la figure du Panthéon français. Au début du règne de Louis XVI, la France connaît, avec le comte d’Angiviller (1730-1809), nommé à la Direction des bâtiments, une nouvelle politique de la postérité : l’un des symboles en est, en 1775, la nomination de Thomas, auteur de célèbres Éloges, à la charge d’historiographe des Bâtiments5. Surtout, le directeur annonce, en décembre 1774 et janvier 1775, la commande chaque année de « tableaux d’histoire et de statues dont le sujet sera les grands hommes français6 ».

  • 7 Sur ce thème de l’art illustrateur de la vertu, voir la thèse toujours valable de Jean Locquin, La (...)
  • 8 Les Nouvelles de la République des Lettres et des Arts du 3 janvier 1787 remarquent que ce cimetiè (...)

7Le programme doit alimenter le projet de musée au Louvre déjà évoqué favorablement par l’Encyclopédie, et que les Bâtiments veulent mener à bien, en le dédiant « à la gloire des Rois de France et à celle des Hommes Illustres de la Nation ». Plus généralement, une série de projets architecturaux caresse l’idée d’un campo santo mêlant le culte des grands hommes à la religion dynastique dans une même exaltation de la morale publique7. Étudiant les plans de réaménagement de Saint-Denis des années 1780, John Mac Manners évoque une « idylle commerciale de tombes pittoresques au milieu des arbres et des parterres de fleurs, ornée de temples, colonnades et statues », mais aussi « une sorte de Panthéon national », construit à la faveur d’un « vandalisme patriotique » avant la lettre8.

La fonctionnalisation des morts

  • 9 Je suis ici Mark K. Deming, dans le catalogue d’exposition dirigé par Barry Bergdoll, Le Panthéon, (...)

8Au début du xixe siècle, apparaît ce que Reinhart Koselleck nomme « la fonctionnalisation de la représentation de la mort au profit des survivants9 ». La vente des biens du premier ordre aux premiers mois de la Révolution semble procurer l’opportunité d’une politique de la mémoire enfin morale et rationnelle. Certains mausolées disparaissent avec les cendres qu’ils renfermaient, d’autres subsistent au titre de monuments historiques, d’autres enfin sont érigés à neuf, à la place des trop modestes tombeaux jadis consacrés au génie, parfois loin du lieu de sépulture originel. Les interventions sur les restes des grands hommes afin de leur rendre un hommage solennel manifestent clairement que la Révolution entend comme fonder à nouveau le passé en ses monuments mêmes.

  • 10 Voir aussi Suzanne Clover Lindsay, « Mummies and tombs : Turenne, Napoleon and death ritual », Art (...)
  • 11 Je me permets de renvoyer à mon livre Surveiller et s’instruire : la Révolution française et l’int (...)

9Les transferts successifs des restes de Turenne dessinent en ce sens un parcours exemplaire10. La « momie » desséchée, tirée du cercueil de Saint-Denis, est d’abord montrée aux amateurs (environ huit mois durant), moyennant quelque argent au gardien. Elle est ensuite transportée au Muséum d’histoire naturelle et « placée entre le squelette d’un rhinocéros et celui d’un éléphant ». Le 15 thermidor an IV (2 août 1796) les Cinq-Cents observent que le corps de Turenne est déplacé dans ce lieu et le Directoire en ordonne le dépôt au Musée des monuments français. Après avoir été conservé comme curiosité de physique – pour son matériau – le corps de Turenne réintègre alors son tombeau, qui devient du même coup monument historique. Par la suite, Napoléon, instruit d’une destination jugée à son tour inconvenante, décide d’installer solennellement le mausolée aux Invalides, contre l’avis de Lenoir qui voulait dissocier les restes du monument – conserver le tombeau pour l’histoire, dans son établissement, et faire exécuter à neuf un autre mausolée, adapté à sa nouvelle destination comme au goût présent. Turenne a parcouru en quelque sorte l’arc complet des types et des valeurs de conservation, et a fini par illustrer un cas exemplaire de cette politique des nouvelles sépultures11.

  • 12 Voir Marie-Louise Biver, Le Panthéon à l’époque révolutionnaire, Paris, PUF, 1982, ainsi que Les f (...)

10La création du Panthéon découle du discours du marquis de Vilette, au club des Jacobins, le 10 novembre 1790 : « D’après les décrets de l’Assemblée nationale, l’abbaye de Sellières est vendue. Le corps de Voltaire y repose ; il appartient à la Nation. Souffrirez-vous que cette précieuse relique devienne la propriété d’un particulier ? Souffrirez-vous qu’elle soit vendue comme bien national ou ecclésiastique ? Si les Anglais ont réuni leurs grands hommes dans Westminster, pourquoi hésiterions-nous à placer le cercueil de Voltaire dans le plus beau de nos temples, dans la nouvelle Sainte-Geneviève, en face du mausolée de Descartes [...] C’est là que j’offre de lui élever un monument à mes frais12. » Les paradoxes ne manquent pas ici, d’un sacrifice personnel consenti au nom du refus, précisément, de l’appropriation privée.

  • 13 Pascal Hintermeyer, Politiques de la mort, Paris, Payot, 1979, p. 73 ; Michel Vovelle, La Mort et (...)
  • 14 Mark K. Deming, dans Barry Bergdoll, op. cit., p. 136-138.
  • 15 Mona Ozouf, « Le Panthéon, l’école normale des morts », dans P. Nora dir. Les Lieux de mémoire, I, (...)

11La question de la légitimité d’un Panthéon pour garantir l’immortalité devient vite un objet de disputes : la littérature contre-révolutionnaire trouve dans les « grands hommes » un matériau abondant de sarcasmes – voir Rivarol dans le Petit Almanach de nos grands hommes (1788). Même le camp révolutionnaire s’interroge : ainsi Louis Sébastien Mercier, à propos de la panthéonisation de Descartes. Surtout, une contradiction fondamentale demeure, comme le souligne Michel Vovelle, objet de l’attention des doctes lors du concours de l’Institut de 1800 sur les funérailles : entre « la mort menaçante, dégoûtante, dangereuse, dont ils organisent la gestion, et l’autre mort, abstraite, utile, récupérable au service de la vie13 ». Dans cette dernière perspective, le Panthéon, dont Quatremère de Quincy souhaitait qu’il fût entouré d’une enceinte boisée, rappelant l’enceinte sacrée des temples antiques14, tourne à l’« école normale des morts » (Mona Ozouf)15.

  • 16 Robert Harrison, Les Morts, Paris, Le Pommier, 2003, p. 107.
  • 17 Voir l’édition originale pour les notes, supprimées de la traduction française, Robert Pogue Harri (...)

12Ces différents cas illustrent le constat de Robert Harrison selon lequel « les lois culturelles du passage sont historiques et obéissent donc elles aussi à la loi du passage. Si de nouvelles lois ne viennent pas les remplacer, la transformation en valeur ne se produit pas, parce que, précisément, nous sommes désemparés sans un savoir du deuil16 ». L’enjeu de ce moment historique est d’attribuer aux tombes héritées une place dans la nouvelle sphère publique au nom de valeurs testamentaires héroïques – prélude à l’exigence commémorative telle que le romantisme la concevra17.

13Partout le réaménagement révolutionnaire veut dépasser ce que Mark K. Deming appelle « les ensembles confus et labyrinthiques de Saint-Denis ou Westminster » au nom d’une obligation impérieuse de classement. La pédagogie publique se substitue au statut différencié des morts, traditionnellement rangés par ordres et par états : le dessein didactique est désormais exclusif de toute autre préoccupation, et requiert un effort de clarté jusque-là incongru.

14La Révolution française, écrit Michelet, a ouvert « deux musées immenses », à la suite de la fête du 10 août 1793, qui ont légué « une impression ineffaçable » à leurs visiteurs. L’un est le Louvre, « musée des nations », qui réunit toutes les écoles artistiques nationales, et qui, à l’issue de démêlés complexes avec le programme d’un musée à Versailles, exposera aussi le meilleur de l’école française. On y voit, dans une perspective universelle, chaque peuple « représenté par son art, par d’immortelles peintures ». Mais il demeure comme privé de ce caractère intimement national qui marque au contraire, dès l’origine, celui des Petits-Augustins, musée de monuments – c’est-à-dire de tombeaux, et même, plus précisément, de corps historiques. Ces « monuments » conservés par la France régénérée illustrent une dimension fondamentale, celle que l’anthropologue Ernesto De Martino définit comme « la puissance formelle à transformer en valeur ce qui, dans la nature, nous conduit vers la mort ».

  • 18 Archives du Musée des monuments français, Paris, Inventaire général des richesses d’art de la Fran (...)
  • 19 Laure Beaumont-Maillet, « Les collectionneurs au Cabinet des estampes », Nouvelles de l’estampe, n (...)

15Alexandre Lenoir, jeune gardien d’un dépôt de monuments, alimenté par les églises parisiennes, a commencé par présenter au Comité d’instruction publique et à la Commission temporaire des arts un catalogue des œuvres d’art conservées. Il y expliquait avoir « eu soin, chaque fois que possible, de réunir tout ce qui peut donner des idées des anciens costumes, soit civils, d’hommes et de femmes, soit militaires, selon les grades. J’espère, ajoutait-il, que cette réunion sera intéressante par la suite, pour les artistes qui voudraient rendre des vêtements qu’ils auraient peine à trouver si la surveillance et les attentions de la Convention nationale n’eussent point autorisé ces conservations ». Bref, concluait-il, « ces monuments, réunis ainsi, ne doivent être regardés que comme un rassemblement de mannequins, vêtus selon les époques auxquelles ils appartiennent, et suivant les places qu’occupaient ceux qu’ils représentent18 ». La formule renvoie de manière exemplaire à la fois à une tradition des études antiquaires marquée par le genre du recueil de modes19, et à la désacralisation révolutionnaire, qui ne veut reconnaître dans le gisant qu’un mannequin, générique d’un lieu et d’une époque. En semblant ainsi métamorphoser la collection des rois en autant d’artefacts d’exposition, Lenoir entend rompre de façon brutale et concertée avec toute évocation de la personne défunte, et concentrer l’attention sur le dispositif de représentation antiquaire. Tout se passe comme si, alors que les iconoclastes révolutionnaires ignorent le médium lorsqu’ils regardent l’image, l’attention « professionnelle », celle de l’artiste et conservateur, en l’occurrence, ne voyait au contraire que le médium – le mannequin.

  • 20 Michelet, Cours du Collège de France, I, p. 524.
  • 21 Ibid., p. 524. Sur la conversation piece, voir Mario Praz, Conversation Pieces. A survey of the In (...)

16Cependant, cette muséographie imagine bientôt d’associer les membres d’une même famille, ou d’un même contexte historique. Comme le résume le baron de Norvins, il s’agit de grouper « des tombeaux selon la vie ou le caractère de leurs anciens habitants ». Michelet se fera l’interprète fidèle de ces dialogues mortuaires, écrivant dans sa leçon du 5 janvier 1843 au Collège de France que les monuments « avaient eu là ce bonheur qu’ils n’eurent jamais avant ni après, isolés dans les églises, le bonheur de se voir les uns les autres, de converser entre eux20 ». Il développe en somme, a posteriori, une nostalgie de la conversation piece qu’aurait incarné l’établissement : « Toutes ces figures isolées dans les églises ou réunies dans les musées ne parlent plus guère. Mais là, au Musée des monuments français, se trouvant entre elles, dans une société de leur temps et selon leur cœur, ayant un jour doux de vitraux, elles parlaient21… »

L’inscription nationale des corps

17En brisant avec l’ancienne France, la Révolution rendait possible une saisie inédite du passé national. Cela ne s’est pourtant pas réalisé de manière immédiate ou directe. Comme l’a démontré Lionel Gossman, c’est seulement avec le romantisme politique et religieux de la décennie 1830-1840 que le labeur des antiquaires de la fin du xviiie siècle, tel celui de La Curne de Sainte-Palaye, débouche sur le récit national qu’il paraissait appeler – rétrospectivement du moins. L’étonnement qu’éprouve la génération du premier xixe siècle devant l’indifférence de ses pères pour l’histoire nationale témoigne d’une sensibilité inédite : elle est une des figures de la rupture moderne. C’est qu’entre-temps il a fallu s’approprier les corps disparus : passer des cénotaphes et des fabriques du xviiie siècle, des ruines fictives, aux véritables tombeaux denses, pour ainsi dire, de présences diverses, de « couleur locale » et de « vérité historique ». La lecture du musée de Lenoir par Michelet est ainsi une lecture rétrospective, en forme d’esthétique de la nation, et son émerveillement date de 1846. Dans la jeunesse de Michelet, il n’y avait pas de discours approprié pour évoquer une relation vivante, affective, avec les images du passé, ce qui sera le cas ensuite avec la génération de Barante et de Walter Scott – dont l’épître dédicatoire d’Ivanhoé, en 1819, propose pour la première fois la métaphore de la résurrection comme travail de l’historien. Cette lecture du musée est une lecture fantasmatique, celle de corps du passé qui n’appartiennent plus à personne, mais qui peuvent s’appartenir enfin, dans l’invention d’un temps collectif, récapitulatif, en forme de résurrection.

  • 22 Musée, vol. 5, 1806, p. 192-193.

18En 1806, au cinquième volume de son grand catalogue du Musée, Lenoir citait le fameux passage de Condorcet dans l’Esquisse comme l’inspirateur de son « image d’un véritable Élysée » : « Le tableau de l’espèce humaine affranchie de toutes ses chaînes, soustraite à l’empire du hasard comme à celui de l’ennemi de ses progrès, et marchant d’un pas ferme et sûr dans la route de la vérité, de la vertu et du bonheur, présente au philosophe un spectacle qui le console des erreurs, des crimes, des injustices dont la terre est encore souillée et dont il est souvent la victime. [...] c’est là qu’il existe véritablement avec ses semblables, dans un Élysée que sa raison a su se créer, et que son amour pour l’humanité embellit des plus pures jouissances22. » Le musée illustrait ainsi une forme d’universel, propre aux philosophes des secondes Lumières.

19L’Empire, qui marque la restauration de l’État dans ses prérogatives de mémoire, condamne au contraire l’entreprise des Augustins comme une sorte d’excentricité individuelle qui doit céder à l’espace public légitime. Le dessein officiel est désormais de fonder une nouvelle mémoire dynastique et nationale, qui réalise l’amalgame des illustrations de l’ancienne France et des grands hommes de la nouvelle. Un décret de 1806 attribue à Sainte-Geneviève les tombeaux déposés au Musée, consacrant cette église à « la sépulture des Sénateurs, des Grands Officiers de la Légion d’Honneur et des Généraux et autres fonctionnaires publics ayant bien servi l’État. » On prévoit parallèlement d’installer à Saint-Denis la sépulture des empereurs.

  • 23 AMMF, tome I, pièce CCCCXXV.

20Le ministre Champagny justifie, au Moniteur du 22 février, la dissolution annoncée du Musée des monuments français par le souci de « rendre à la religion les mausolées que la religion fonda, (de) rendre à eux-mêmes leur caractère primitif, (de) les rétablir dans leur harmonie naturelle avec tous les souvenirs qu’ils doivent consacrer, et sans les dérober à l’admiration publique, (d’) associer leur présence aux cérémonies funèbres et au spectacle du culte divin. » Car on « gémit, poursuit-il, de les voir disposer dans une enceinte où tout leur est étranger, où semble éteinte la pensée qui les élève, où rien ne les explique, où devenus stériles et muets, ils ne transmettent qu’une impression incertaine à l’âme du spectateur23 ». Après les Cent-Jours la dissolution du Musée est résolue. Une ordonnance royale, prise le 24 avril, rend « les monuments de toute espèce qui ornaient l’église de Saint-Denis [...] à l’église royale pour y être replacés ». L’annonce de ce démantèlement amène alors Lenoir à formuler le principe d’un musée de moulages, annonçant, d’une certaine manière, la solution adoptée par le Musée de sculpture comparée de Viollet-le-Duc.

21Ce recours à la copie désigne comme propriété publique les doubles, les pièces authentiques revenant à leurs propriétaires (privés) d’origine. Mais le caractère révolutionnaire de l’établissement était trop présent dans les esprits pour permettre une telle stratégie. L’enjeu est bien, désormais, que les cénotaphes recouvrent leurs cadavres, niant le travail précédent de séparation ou d’occultation, et restaurant spectaculairement la place des corps défunts au sein d’un espace nouvellement (re)consacré au public, en vue de prophétiser un avenir qui renoue avec la tradition.

Notes

1 Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, « Folio », p. 170.

2 Voir, dans les perspectives que nous croisons ici, les travaux très différents d’inspiration de Philip Connell, « Death and the author : Westminster Abbey and the meanings of the literary monument », Eighteenth-Century Studies, 38, 4, 2005, p. 557-585, Matthew Craske, « Westminster Abbey 1720-1770 : a public pantheon built upon private interest », dans Richard Wrigley et Matthew Craske éd., Pantheons : Transformations of a Monumental Idea, Aldershot, Ashgate, 2004, p. 57-80, et David Bindman et Malcolm Baker, Roubiliac and the Eighteenth-Century Monument : Sculpture as Theatre, New Haven et Londres, Yale University Press, 1995, chapitre 2.

3 Olivier Nora, « La visite au grand écrivain », dans Pierre Nora dir., Les Lieux de mémoire, II, La Nation, vol. 3, Paris, Gallimard, 1986, p. 563-587.

4 De ce point de vue, Marc Augé, dans Domaines et Châteaux, décrit la visite aux châteaux en des termes révélateurs : « La perception de la maison comme corps s’effectue à deux niveaux. La maison est un corps en soi, elle a sa propre personnalité, son apparence, ses ouvertures, son intimité, et c’est parce qu’elle est un corps qu’elle peut être assimilée au corps de celui ou de celle qui l’occupe soit du point de vue de l’occupant lui-même, soit du point de vue d’un témoin extérieur que le ressort romanesque de la haine, de l’amour ou du souvenir poussera à confondre avec la personne d’un vivant ou d’un mort, l’enveloppe de pierre où se dissimule son corps ou son ombre », Paris, Hachette, 1992.

5 Sur le contexte du succès considérable des Éloges de Thomas au sein de l’espace académique et du champ littéraire, voir Georges Armstrong Kelly, « The history of the new hero : eulogy and its sources in eighteenth-century France », The Eighteenth Century, vol. 21, 1980, p. 3-24 ; Volker Schröder, « Entre l’oraison funèbre et l’éloge historique : l’hommage aux morts à l’Académie française », MLN, 116, 2001, p. 666-688.

6 Andrew McClellan, « La série des grands hommes de la France du comte d’Angiviller et la politique des parlements », Clodion et la sculpture française de la fin du xviiie siècle. Actes du colloque du musée du Louvre, 20-21 mars 1992, Paris, 1993.

7 Sur ce thème de l’art illustrateur de la vertu, voir la thèse toujours valable de Jean Locquin, La peinture d’histoire en France de 1747 à 1785, Paris, 1912, rééd., Arthena, 1978.

8 Les Nouvelles de la République des Lettres et des Arts du 3 janvier 1787 remarquent que ce cimetière réunit « autour de nos souverains, même après leur mort, ceux que leurs bienfaits ou le devoir leur ont attachés par les liens du sang, de la reconnaissance, de l’amour, du patriotisme, des vertus, des sciences et des talents, afin que les sujets dont les services ou les lumières ont fondé la gloire de nos rois servent encore à leur immortalité par l’hommage continuel que la postérité leur rendrait en commun dans ces vastes monuments » (cité par Richard Etlin, The Cemetery and the City : Paris, 1744-1804, Ph. D. Princeton University, 1978).

9 Je suis ici Mark K. Deming, dans le catalogue d’exposition dirigé par Barry Bergdoll, Le Panthéon, symbole des révolutions, Paris, CNMHS, Hôtel de Sully, et Montréal, CCA, Éditions Picard, 1989, « Le Panthéon révolutionnaire », p. 97-150. Cette représentation est évidemment l’héritière d’une longue tradition, dont l’une des étapes notoires est la publication de Titon du Tillet, Description du Parnasse françois exécuté en bronze à la gloire de la France et de Louis le Grand et à la mémoire perpétuelle des illustres poètes et des fameux musiciens françois, Paris, 1760. Sur ce projet de 1708, J. Colton, The Parnasse français. Titon du Tillet and the Origins of the Monument to Genius, New Haven et Londres, Yale University Press, 1979.

10 Voir aussi Suzanne Clover Lindsay, « Mummies and tombs : Turenne, Napoleon and death ritual », Art Bulletin, 82-3, 2000, p. 476-489.

11 Je me permets de renvoyer à mon livre Surveiller et s’instruire : la Révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, Oxford, Voltaire Foundation, 1996. Pour un état de la réflexion professionnelle contemporaine à ce propos voir notamment Gary S. McGowan et Cheryl J. LaRoche, « The ethical dilemma facing conservation : care and treatment of human skeletal remains and mortuary objects », Journal of the American Institute for Conservation, 35, 2, 1996, p. 109-121.

12 Voir Marie-Louise Biver, Le Panthéon à l’époque révolutionnaire, Paris, PUF, 1982, ainsi que Les fêtes révolutionnaires à Paris, Paris, PUF, 1979, p. 37-38, qui fournit un recueil de textes sur les panthéonisations successives.

13 Pascal Hintermeyer, Politiques de la mort, Paris, Payot, 1979, p. 73 ; Michel Vovelle, La Mort et l’Occident, de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983.

14 Mark K. Deming, dans Barry Bergdoll, op. cit., p. 136-138.

15 Mona Ozouf, « Le Panthéon, l’école normale des morts », dans P. Nora dir. Les Lieux de mémoire, I, La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 139-196.

16 Robert Harrison, Les Morts, Paris, Le Pommier, 2003, p. 107.

17 Voir l’édition originale pour les notes, supprimées de la traduction française, Robert Pogue Harrison, The Dominion of the Dead, Chicago, University of Chicago Press, 2003, p. 162-167.

18 Archives du Musée des monuments français, Paris, Inventaire général des richesses d’art de la France, 1883-1897, II, n° CXLII.

19 Laure Beaumont-Maillet, « Les collectionneurs au Cabinet des estampes », Nouvelles de l’estampe, n° 132, 1993, p. 5-27.

20 Michelet, Cours du Collège de France, I, p. 524.

21 Ibid., p. 524. Sur la conversation piece, voir Mario Praz, Conversation Pieces. A survey of the Informal Group Portrait in Europe and America, University Park, Pennsylvania State UP, 1971, et sa critique par Francis Haskell, Art Bulletin, 56, 2, ainsi que Simon Schama, « The domestication of majesty, Royal family portraiture 1500-1850 », Journal of interdisciplinary history, 17/1, 1986, p. 155-183.

22 Musée, vol. 5, 1806, p. 192-193.

23 AMMF, tome I, pièce CCCCXXV.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search