Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À Paris sous la Révolution

 | 
Raymonde Monnier

Pratiques culturelles

Les transformations de la sociabilité intellectuelle à Paris sous la Révolution française

Jean-Luc Chappey

Texte intégral

  • 1 Hervé Leuwers, « Pratiques, réseaux et espaces de sociabilité au temps de la Révolution française  (...)
  • 2 Jonathan Mandelbaum, La Société Philomathique de Paris de 1788 à 1835 : essai d’histoire instituti (...)
  • 3 Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789(...)
  • 4 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècles, (...)
  • 5 Atlas de la Révolution française, vol. 11, Paris, Émile Ducoudray, Raymonde Monnier, Daniel Roche (...)
  • 6 Il n’existe pas encore de véritables synthèses sur l’histoire des sociétés savantes pendant la pér (...)
  • 7 Haim Burstin, L’Invention du sans-culotte. Regard sur le Paris révolutionnaire, Paris, Odile Jacob (...)

1L’analyse des différentes formes de sociabilités politiques et intellectuelles constitue depuis plusieurs années un des chantiers historiographiques les plus dynamiques de la période révolutionnaire1. S’écartant de l’histoire traditionnelle des idées, l’intérêt accordé aux transformations des modalités sociales et des pratiques de production et de diffusion des œuvres scientifiques ou littéraires a permis de préciser le rôle essentiel des institutions savantes dans les mutations profondes de l’ordre des savoirs qui caractérisent cette période. Or, à quelques exceptions près2, l’étude des sociétés savantes de Paris pendant la période révolutionnaire reste le parent pauvre de ce renouveau historiographique : entre le xviiie siècle des académies de Daniel Roche3 et le xixe siècle des sociétés savantes de provinces de Jean-Pierre Chaline4, la période révolutionnaire est traditionnellement présentée comme une véritable « cassure », un temps d’effacement d’une sociabilité savante dont la fameuse loi du 8 août 1793 « portant suppression de toutes les académies et sociétés littéraires patentées ou dotées par la Nation » aurait sonné le glas. Pourtant, et comme le montrent les nombreuses sources qu’elles ont laissées (procès-verbaux des séances, périodiques et recueils des mémoires, correspondances…), les sociétés savantes de Paris, loin de disparaître, continuent d’occuper une place majeure dans l’organisation du monde intellectuel5 qui ne saurait se réduire aux grandes institutions pédagogiques et personnalités éminentes. L’étude de ces institutions, dont le nombre varie durant la période (une dizaine entre 1789 et 1792, la moitié entre 1792 et 1794, puis une vingtaine entre 1795 et 1804, enfin de nouveau une dizaine sous l’Empire)6, permet de révéler et de comprendre certains des phénomènes essentiels qui caractérisent ce moment révolutionnaire, présenté comme étant celui d’une « rupture » entre l’« encyclopédisme » et le « positivisme » ou d’une transition entre l’âge « classique » et « moderne ». Appréhendée sous l’angle des sociétés savantes, l’étude des transformations des formes de sociabilité intellectuelle s’inscrit dans une interrogation plus générale sur les mutations de l’identité sociale du savant et de l’écrivain, et, sur les bouleversements de l’organisation épistémologique et institutionnelle des savoirs entre 1770 et 1820 ; les phénomènes qui suivent révèlent et renforcent les dynamiques qui traversent l’espace politique. En présentant ici quelques jalons de cette réflexion, il s’agit surtout d’attirer l’attention sur la richesse, encore trop peu exploitée, des sources liées à l’histoire des sociétés savantes de Paris et d’insister sur la nécessité de partir à la découverte de ces lieux de savoir qui peuvent, à l’instar de l’Observatoire étudié par Haim Burstin7, contribuer au renouvellement de l’histoire politique et sociale du Paris révolutionnaire.

Les sociétés savantes face aux « désordres » et aux « inquiétudes »

  • 8 Sur les espaces de sociabilité intellectuelle des années 1780, voir la synthèse récente de Stéphan (...)
  • 9 Marcel Dorigny, « Le Cercle social ou les écrivains au cirque », dans La Carmagnole des Muses, J.- (...)
  • 10 Je mène actuellement un travail de publication des procès-verbaux de cette société de naturalistes (...)

2Une des raisons du relatif désintérêt dont sont victimes les sociétés savantes créées dans les premières années de la Révolution doit être recherchée du côté des interprétations qui pèsent sur le statut et sur les motivations de leurs membres. Considérées dans la continuité des institutions qui émergent dans la géographie intellectuelle du Paris des années 17808, ces sociétés savantes (le Cercle social, la Société nationale des Neufs Sœurs9, la Société d’histoire naturelle de Paris, créés en 179010) ont en effet mauvaise presse aux yeux de la plupart des historiens des lettres et des sciences. Pour ces derniers, les sociétés savantes et littéraires de la Révolution auraient permis l’entrée dans le monde des sciences et des lettres de nouveaux acteurs (« exilés du Parnasse » et autres « Rousseau des ruisseaux ») souvent jeunes et victimes des « blocages » de l’Ancien Régime, dont l’engagement politique, plus que la compétence scientifique ou les talents littéraires, aurait ouvert la voie de la consécration intellectuelle. C’est là une interprétation à double tranchant puisque, d’un côté, elle permet de valoriser la figure du savant ou de l’homme de lettres « engagé », mais de l’autre fait peser de réels soupçons quant à la légitimité et la valeur scientifique ou littéraire des productions de ces nouveaux venus. Ainsi, les considérant plutôt comme des « clubs politiques », ces études justifient l’intérêt privilégié porté aux institutions, aux théories et aux acteurs dominants et « sérieux ». Or, réduire les sociétés savantes de la Révolution à des lieux de subversion mérite pourtant d’être nuancé.

  • 11 Carla Hesse, Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, Univers (...)

3Certes, de nombreux acteurs qui se réunissent au sein des sociétés savantes sont en quête de réputation, mais il convient de préciser leur statut et leurs motivations, et de comprendre les enjeux qui cernent ce mouvement de création des sociétés qui débute à partir de 1790. Si la Révolution est traditionnellement présentée comme une période de « libertés » susceptible d’offrir de nouvelles possibilités de carrière, elle a également pour conséquence de déstabiliser en profondeur les normes sociales et les règles institutionnelles autour desquelles s’étaient construits, depuis le xviie siècle, les fondements de l’identité collective et de la réputation des hommes de lettres et de sciences, ainsi que les différentes modalités de publication et de circulation des productions. En bouleversant, par exemple, le fonctionnement du monde de l’édition11, les Constituants déstabilisent l’ensemble des codes de comportements individuels et collectifs, de règles sociales et institutionnelles de consécration et de publication qui assuraient le fonctionnement de l’espace intellectuel. Ce processus se traduit par une remise en cause profonde des hiérarchies des acteurs et des genres des productions, plus généralement du statut de l’écrivain et du savant dont les attaques menées contre les académies ne sont qu’un des nombreux témoignages. En un mot, on peut estimer que 1789 ouvre une période de crise profonde dans l’espace intellectuel : qui peut se prétendre écrivain ou savant ? Quelle doit être la fonction des productions littéraires et scientifiques ? Il faudra finalement attendre l’Empire pour que ces questions soient évacuées.

  • 12 Gregory Brown, A Field of Honor. Writers, Court Culture, and Public Theater in French Literary Lif (...)
  • 13 Delandine [membre des académies de Londres, Dijon, Rouen, etc., bibliothécaire de celle de Lyon, e (...)

4En 1790, la question de l’identité individuelle et collective de l’écrivain et du savant provoque des tensions et des conflits. La crise touche particulièrement ceux que l’on peut définir, en suivant Gregory Brown12, comme des « outsiders établis » : bien qu’ils n’appartiennent pas aux académies royales, ces acteurs sont parvenus à se tailler une réputation littéraire ou scientifique dans les années 1780 en utilisant les ressources traditionnelles du patronage et de l’économie des faveurs, une réputation qui est mise en danger à partir de 1789, d’un côté, par la disparition progressive des formes de protection et des espaces de publication constitués autour des cercles aristocratiques ou mondains, de l’autre, par la concurrence d’acteurs qui entendent utiliser les nouvelles opportunités offertes en particulier par la presse pour s’approprier le titre de savant ou d’écrivain. Il n’est pas fortuit de constater que c’est durant l’année 1790, alors que les effets de cette déstabilisation profonde se font le plus sentir, que sont créées les premières sociétés savantes révolutionnaires, créées et animées par des outsiders établis (un Millin de Grandmaison par exemple). Pour leur fondateur, il convient de mettre en place de nouvelles modalités de publication et de diffusion des ouvrages, et ainsi de pallier les effets de la disparition brutale des règles de consécration et de légitimation littéraire et scientifique : plutôt que d’y voir les vecteurs d’une offensive menée par des acteurs « frustrés » et « revanchards », ces sociétés apparaissent plus comme des lieux de refuge et de résistance (voire de conservation) où leurs membres cherchent, entre héritages et innovations, à (re)construire un nouveau statut de savant et d’homme de lettres adapté au contexte, et à justifier la légitimité de leurs productions dans l’entreprise de régénération sociale et politique. On le voit, on aurait tort de transformer ces différentes sociétés savantes qui, en 1791, renforcent encore le statut de capitale scientifique de Paris (au point d’en inquiéter certains, qui mettent en garde contre une trop grande centralisation intellectuelle13), en fers de lance d’une déstabilisation générale de l’espace intellectuel. À travers l’invention d’une sociabilité hybride, leurs membres cherchent plutôt à construire un nouvel ordre des lettres et des sciences susceptible de participer à l’entreprise de régénération sociale et politique menée par les députés de l’Assemblée nationale.

Les sociétés savantes et la Terreur

  • 14 Signe de ces changements, la difficulté historiographique à présenter un tableau synthétique du mo (...)
  • 15 Patrice Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-18 (...)
  • 16 Dorinda Outram, « The ordeal of vocation : the Paris academy of sciences and the Terror, 1793-1795 (...)

5L’année 1792 marque une rupture dans ce mouvement d’ensemble caractérisé, entre autres, par l’effacement et la disparition progressive des diverses sociétés savantes créées en 1790 (c’est le cas du Cercle social ou de la Société nationale des Neufs Sœurs qui cessent à partir de l’été d’organiser des séances publiques et de publier leur journal, éléments qui accélèrent le départ de leurs membres). Ce processus témoigne de la mise en place d’une nouvelle organisation sociale et institutionnelle des savoirs. À bien des égards, et en dépit de la « légende noire » qui pèse sur elle, la fameuse loi du 8 août 1793, dans la continuité de la création du Muséum national d’histoire naturelle en juin 1793, répond aux attentes de nombreux savants et hommes de lettres en établissant de nouvelles règles de fonctionnement de l’espace intellectuel14. On sait que toutes les sociétés savantes ne disparaissent pas en août 1793 : la Société philomathique, la Société d’histoire naturelle, le Lycée des arts et le Lycée républicain sont autorisés à poursuivre leurs activités et deviennent des « espaces refuges » pour les ci-devant académiciens. Or, il convient de s’interroger sur le rôle et la fonction de ces sociétés. Pour dire vite, ces sociétés, si elles ne peuvent être ravalées au rang de « coquilles vides », perdent leur rôle d’espaces de carrière et de production des savoirs. En fait, ces sociétés sont intégrées à l’organisation nationale et étatique des savoirs caractéristique de la période de la Terreur15. Le modèle communautaire qui prévalait dans les premières années de la Révolution est battu en brèche : les critiques contre « l’esprit de corps » et « l’esprit de système » font écho aux transformations du monde intellectuel caractérisé par un processus de spécialisation et d’atomisation dans des réseaux individuels organisés autour de véritables « patrons » dont l’autorité est renforcée16. Ce processus s’appuie sur le déplacement des frontières entre l’administration et le monde intellectuel : sous la Terreur, le monde des sciences et des lettres est intégré au système administratif, un déplacement qui transforme le fondement de l’identité du savant et de l’écrivain ainsi que la fonction de leurs productions. Dans cette nouvelle organisation institutionnelle et administrative des sciences et des lettres, les sociétés savantes cessent de jouer un rôle majeur dans les logiques de carrière, de clientèle (qui s’organisent désormais dans d’autres lieux) et dans les modalités de production et de diffusion des savoirs.

  • 17 Sous le Directoire, l’appartenance multiple aux diverses sociétés savantes est la condition et le (...)

6Dès lors, les sociétés deviennent des courroies de transmission, les rouages d’une politique qui dépasse largement leurs frontières. Ce n’est pas pour cela qu’elles doivent être minorées : elles jouent encore un rôle dans la diffusion des savoirs, dans la circulation des informations entre Paris et les provinces, et dans la vaste entreprise d’inventaire des différents matériaux de connaissance que la vente des biens nationaux met à disposition de la nation. Elles servent par ailleurs d’espaces privilégiés vers lesquels les autorités se tournent pour recruter les membres des administrations employés à Paris ou envoyés dans les provinces. Alors que les réputations et les carrières dans le monde des lettres et des sciences se construisent, en dehors des sociétés savantes, par des réseaux de solidarités constitués autour des membres du Comité de salut public, on peut constater la construction, sous le gouvernement révolutionnaire, d’un nouveau système de représentation créateur d’une nouvelle identité de l’homme de lettres et de sciences : se détournant de la logique sociabilisée et communautaire, émerge sous la Terreur une nouvelle figure du savant et de l’écrivain qui valorise le travail solitaire, l’enthousiasme créatif et le caractère « non spéculatif » des productions intellectuelles. C’est là, il me semble, l’objet du discours de Robespierre du 18 floréal an II qui oppose, aux fondements corporatifs et communautaires de la reconnaissance scientifique et littéraire, ce que l’on peut définir comme des fondements « rousseauistes » (et « antimondains ») de l’organisation des savoirs. Ainsi, le relatif effacement des sociétés savantes n’est pas synonyme d’un « déclin » des productions intellectuelles, les travaux récents ont largement montré le contraire. En revanche, cet effacement marque une transformation de l’organisation sociale dans le sens d’une atomisation (autour de « patrons » liés aux structures de l’État) et d’une spécialisation aux dépens de l’idée de communauté intellectuelle. Cette nouvelle organisation de la science française et la promotion de la figure du savant constituent des héritages que le régime directorial saura utiliser pour asseoir et renforcer sa légitimité. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, en avril 1794, au moment où le gouvernement cherche à renforcer la « centralité législative », des représentants du monde des sciences, des lettres et des arts créent la Décade philosophique, journal qui doit répondre aux difficultés liées à l’éparpillement et à la spécialisation des savoirs et dont l’influence ne cessera de s’accroître sous le Directoire. C’est dans la perspective d’une réaction menée contre la politique intellectuelle de la Terreur qu’il faut inscrire le mouvement d’essor des sociétés savantes parisiennes qui caractérise la période directoriale : entre créations nouvelles et refondations, leur nombre passe de 5 à 17 entre 1795 et 179917.

Du « professeur » à « l’amateur » : essor et marginalisation des sociétés savantes

  • 18 Jean-Luc Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », Annales historiques de la Révol (...)

7Alors que la figure du « savant » fait l’objet d’une valorisation symbolique, on assiste à la reconstruction d’une communauté intellectuelle dont l’homogénéité est affirmée tant sur le terrain institutionnel, avec la création de l’Institut national, que sur le terrain épistémologique, avec le programme proposé par les idéologues qui cherchent à réunir toutes les productions intellectuelles autour de principes méthodologiques et théoriques communs. Les sociétés sont appelées à participer à la construction d’une véritable « encyclopédie vivante » et à œuvrer à la construction d’une science générale de l’homme susceptible de participer à la stabilisation sociale et politique de la République. Le mouvement de création des diverses sociétés savantes est fortement encadré par les autorités qui imposent, par le biais des règlements et des lieux de réunion qui leur sont attribués (la plupart des nouvelles sociétés siègent dans les locaux de l’Institut national au Palais national des sciences et des lettres), un modèle commun de sociabilité privilégiant, à l’encontre de l’érudition, de l’isolement et de la spécialisation, la nature encyclopédique de leurs travaux et le travail en commun18. Les enjeux politiques de cette entreprise sont évidents : à travers les sociétés savantes qui réunissent un personnel caractérisé par sa diversité sociologique, il s’agit de promouvoir un nouveau modèle de citoyenneté fondé sur l’usage de la « Raison » et sur des pratiques de sociabilité, un modèle dans lequel s’incarne une opinion publique « éclairée ». À travers les encouragements officiels dont elles sont l’objet, les sociétés savantes apparaissent sous le Directoire comme les supports essentiels de la vaste entreprise de républicanisation menée par le nouveau régime afin de prévenir le retour de la « barbarie ». Dès lors, la sociabilité (le mot fait son apparition en 1798) incarnée au sein des sociétés savantes fait l’objet d’une véritable entreprise de promotion politique et symbolique organisée, entre autres, par le personnel du ministère de l’Intérieur. En valorisant au sein des sociétés savantes l’idéal encyclopédique et communautaire, il s’agit de construire le bonheur individuel et collectif. Or, s’ils favorisent d’abord le dynamisme des sociétés savantes, les rapports entre les sociétés et l’entreprise politique du Directoire se retournent progressivement contre elles.

  • 19 Robert Fox, « The Savant confronts his peers : scientific societies in France, 1815-1914 », The Or (...)

8Dès 1799, les sociétés savantes sont en effet l’objet de critiques de plus en plus nombreuses et virulentes, des critiques qui, sous le Consulat, vont être utilisées par un Bonaparte soucieux de se prémunir contre toutes les formes de contre-pouvoir, en particulier celui issu d’une « communauté » intellectuelle, comme l’illustre l’offensive qu’il mène contre l’Idéologie et l’Institut national, pour imposer une nouvelle organisation de l’espace intellectuel qui marginalise le rôle des sociétés savantes et, par là, détruit l’idéal encyclopédique et communautaire des sciences et des lettres sur lequel était fondé le projet politique républicain. À partir de 1802, s’appuyant sur la mise en place d’un nouveau système de patronage qui permet à l’État de s’imposer comme l’organe central des carrières, la construction d’un nouveau partage entre les lettres et les sciences, la valorisation de la figure du « professeur » et du spécialiste, le nouveau régime, s’appuyant en partie sur les mêmes hommes (pensons par exemple à Fourcroy) qui avaient participé à l’organisation des sciences sous le gouvernement révolutionnaire, Napoléon Bonaparte impose une nouvelle organisation institutionnelle et épistémologique des sciences et des lettres qui rend progressivement « anachroniques » le statut et la fonction de la plupart des sociétés savantes. L’offensive menée en 1807 et 1808 contre les journaux qui défendent l’idéal d’une communauté intellectuelle (la Revue encyclopédique), la présentation des fameux Rapports sur les progrès des arts, des sciences et des lettres qui impose la figure de l’Empereur comme l’autorité centrale dans l’ordre des savoirs et des lettres, la création de l’Université, constituent autant d’étapes de l’offensive intellectuelle et politique menée, en dépit de quelques résistances, contre le modèle communautaire incarné par les sociétés savantes. Face à l’émergence de nouvelles sociétés spécialisées (Société d’anatomie, Société d’Arcueil en 1807-1808) et de nouveaux lieux scientifiques rattachés à l’espace de l’administration et de l’expertise, la plupart des sociétés savantes créées sous le Directoire disparaissent, celles qui subsistent étant ravalées au rang de succursales des grandes institutions scientifiques. Ainsi, la construction, sous l’Empire, du statut de Paris comme « capitale scientifique » en Europe est concomitante et s’appuie sur la marginalisation des sociétés savantes parisiennes qui, comme le souligne Robert Fox, sont progressivement déconnectées des dynamiques de l’espace de production scientifique au xixe siècle19. À l’inverse, ce processus rend possible et favorise l’essor des sociétés savantes de province qui, pour certaines, accueillent les acteurs et les domaines de savoirs qui sont progressivement exclus des institutions officielles et dominantes de Paris : face au « professeur » et au « spécialiste » parisien, figure officielle du savoir consacré, émerge la figure de « l’amateur » et de « l’érudit » de province, une distinction dont il conviendrait encore de suivre l’histoire.

Notes

1 Hervé Leuwers, « Pratiques, réseaux et espaces de sociabilité au temps de la Révolution française », dans La Révolution à l’œuvre, J.-C. Martin dir., Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 41-56.

2 Jonathan Mandelbaum, La Société Philomathique de Paris de 1788 à 1835 : essai d’histoire institutionnelle et de biographie collective d’une société scientifique parisienne, thèse de 3e cycle, EHESS, 1980 ; Pascal Duris, Linné et la France 1780-1850, Paris, Droz, 1993 ; Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’homme, Paris, Société des études robespierristes, 2002. On trouvera également des éléments de réflexion dans Antoine Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005 et dans Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005.

3 Daniel Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, Mouton, 1978.

4 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, xixe-xxe siècles, Paris, CTHS, 1995.

5 Atlas de la Révolution française, vol. 11, Paris, Émile Ducoudray, Raymonde Monnier, Daniel Roche dir., Éditions de l’EHESS, p. 87.

6 Il n’existe pas encore de véritables synthèses sur l’histoire des sociétés savantes pendant la période révolutionnaire. Pour le début de la période, on trouvera des éléments dans James McClellan III, Science Reorganized : Scientific Societies in the Eighteenth Century, New York, University of Columbia Press, 1985.

7 Haim Burstin, L’Invention du sans-culotte. Regard sur le Paris révolutionnaire, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 141 et suiv.

8 Sur les espaces de sociabilité intellectuelle des années 1780, voir la synthèse récente de Stéphane Van Damme, Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, 2005.

9 Marcel Dorigny, « Le Cercle social ou les écrivains au cirque », dans La Carmagnole des Muses, J.-C. Bonnet dir., Paris, 1986, p. 49-66 ; Jean-Luc Chappey, « La Société nationale des Neuf Sœurs (1790-1793). Héritages et innovations d’une sociabilité littéraire et politique », dans Réseaux et sociabilités littéraires en Révolution, P. Bourdin, J.-L. Chappey dir., Presses de l’université de Clermont-Ferrand, 2007, p. 53-85.

10 Je mène actuellement un travail de publication des procès-verbaux de cette société de naturalistes parisiens.

11 Carla Hesse, Publishing and Cultural Politics in Revolutionary Paris, 1789-1810, Berkeley, University of California Press, 1991.

12 Gregory Brown, A Field of Honor. Writers, Court Culture, and Public Theater in French Literary Life from Racine to the Revolution, Columbia University Press, 2002.

13 Delandine [membre des académies de Londres, Dijon, Rouen, etc., bibliothécaire de celle de Lyon, et député à l’Assemblée nationale constituante], De la conservation et de l’utilité politique des sociétés littéraires dans les départements, Paris, 1791.

14 Signe de ces changements, la difficulté historiographique à présenter un tableau synthétique du monde des savants pendant cette période : la préférence accordée à la biographie aux dépens de la monographie témoigne selon moi de cette évolution majeure.

15 Patrice Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

16 Dorinda Outram, « The ordeal of vocation : the Paris academy of sciences and the Terror, 1793-1795 », History of Science, (21) 1983, p. 251-273.

17 Sous le Directoire, l’appartenance multiple aux diverses sociétés savantes est la condition et le signe de l’autorité intellectuelle. De nombreux acteurs se plaignent du temps excessif voué à cet « impératif » de sociabilité : « C’est une bien singulière vie, mon ami, que celle que beaucoup de nous menons à Paris ; nos journées sont tellement pleines qu’à peine trouvons-nous le temps d’écrire une lettre, et lorsque nous récapitulons ce qui a employé une journée si occupée, nous trouvons avec étonnement que nous n’avons rien fait », « Lettre de Dolomieu à Pictet, 27 janvier 1798 », Marc-Auguste Pictet, Correspondance. Sciences et techniques, texte établi par R. Sigrist, t. II, Genève, Slatkine, 1998, p. 356.

18 Jean-Luc Chappey, « Les sociétés savantes à l’époque consulaire », Annales historiques de la Révolution française, n° 309, 1997, 3, p. 451-472.

19 Robert Fox, « The Savant confronts his peers : scientific societies in France, 1815-1914 », The Organisation of Science and Technology in France 1808-1914, R. Fox et G. Weisz éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 241-282.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540