Version classiqueVersion mobile

Philosophies de la nature

 | 
Olivier Bloch

Deuxième journée

La dialectique hégélienne de la nature

Jacques D’Hondt

Texte intégral

1Hegel a jugé nécessaire d’insérer dans son système une philosophie de la nature. De quelque manière qu’elle soit exposée et justifiée, il lui faut évidemment être dialectique, dans sa constitution même, et comporter un contenu dialectique. Mais l’idée d’une « dialectique de la nature » suscite en général de vives critiques, et parfois de l’indignation, surtout chez des savants qui se croient indemnes de toute présupposition philosophique et qui rejettent donc exemplairement celle-là. Comment Hegel pourrait-il répondre aux objections qui s’élèvent contre elle ?

L’OPINION DE HEGEL

2Une question préalable se pose, étrangement. Des commentateurs et des contradicteurs de Hegel contestent que celui-ci ait lui-même volontairement conçu une telle dialectique, ou qu’il ait eu simplement conscience d’étendre la dialectique à la nature, opération qu’ils estiment inconséquente.

3Il convient de rappeler que Hegel a pensé, et maintes fois répété, que la nature n’échappe pas plus à la dialectique que n’importe quoi d’autre. Tout est dialectique, et donc la nature aussi, de quelque manière que l’on délimite son domaine propre. Et ceci aux deux acceptions du mot dialectique. D’abord selon sa définition en quelque sorte étroitement technique : le moment de suppression ou de disparition des objets, des choses délimitées ou déterminées dans leur singularité. Toutes les caractéristiques de la réalité finie, toutes les « déterminations », cessent d’être, à un certain moment, et se renversent en leur contraire. Tout ce qui existe mérite de mourir, disait Goethe. Ce qui est dans un lieu le quitte, et passe dans un autre lieu...

  • 1 Hegel, Wissenschaft der Logik, Hambourg, 1963, I, p. 92.

4Hegel emploie aussi le mot dialectique en un sens plus englobant, où il s’identifie parfois au spéculatif. Il s’agit alors du moment positif de la dialectique, la production d’autre chose par la négation de ce qui était, le mouvement qui lie les deux moments, négatif et positif : le processus — ou encore « le mouvement rationnel supérieur dans lequel des termes en apparence tout à fait séparés passent l’un dans l’autre spontanément, en vertu même de ce qu’ils sont, et dans lequel la présupposition de leur séparation se supprime »1.

  • 2 Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophie, trad. P. Garniron, t. I, Paris, Vrin, 1971, p. 163
  • 3 Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques, trad. B. Bourgeois, t. I., Paris, Vrin, 1970, p.  (...)

5Nul doute : pour Hegel, la nature est un processus2. Comment pourrait-elle l’être sans participer de tous les moments du « dialectique » ? Le philosophe n’en fait nul mystère : « Appréhender et connaître le dialectique est de la plus haute importance. Il est en général le principe de tout mouvement, de toute vie et de toute manifestation active dans la réalité »3.

6La dialectique prétend donc à une présence universelle : « Tout ce qui nous entoure peut être considéré comme un exemple de dialectique (...). La dialectique se fait valoir dans toutes les sphères et formations particulières du monde naturel et du monde spirituel ».

  • 4 Hegel, Encyclopédie des Sciences philosophiques, op. cit., p. 514-515.

7Hegel la décèle dans les phénomènes les plus élémentaires : « Ainsi, par exemple, dans le mouvement des corps célestes. Une planète se trouve maintenant en ce lieu-ci, mais elle a en soi pour être, d’être aussi dans un autre lieu, et en se mouvant elle amène à l’existence cet être autre qui est le sien. De même, les éléments physiques se montrent comme dialectiques et le processus météorologique est l’apparition de leur dialectique »4.

8Si le simple mouvement implique ainsi la dialectique, qu’est-ce donc qui pourra échapper à celle-ci, dans la nature ?

9C’est en elle que Hegel prélève pédagogiquement tous ses exemples. Lorsqu’il s’efforce de faire saisir à ses lecteurs un développement spirituel difficile, il fait appel à des illustrations « naturelles » : le mouvement de la roue, le vol zénonien de la flèche, l’épanouissement de la fleur, la naissance de l’enfant...

  • 5 Hegel, Philosophie du droit et de l’État, trad. R. Derathé, Paris, Vrin, 1975, p. 341.

10Cette dialecticité universelle, quelque difficulté qu’elle présente en elle-même, ne provoque du moins aucun embarras dans la perspective hégélienne où « la vérité est une seule et même vérité dans ses trois manifestations complémentaires : l’État, la Nature et le Monde idéal »5.

  • 6 Encyclopédie des sciences philosophiques, op. cit., p. 614-615.

11Le fait que l’esprit se manifeste consciemment dans l’histoire et inconsciemment dans la nature n’y change rien. L’inconscient lui-même est dialectique. D’ailleurs la philosophie hégélienne tient tout pour spirituel, d’une manière ou de l’autre, en dernière instance, et elle ne craint pas d’avouer ce postulat idéaliste fondamental : « L’objectivité est ainsi en quelque sorte seulement une enveloppe (Hülle) sous laquelle le concept se tient caché (verborgen) (...), L’accomplissement du but infini consiste ainsi seulement à supprimer l’illusion (Täuschung) selon laquelle il ne serait pas encore accompli (...). C’est dans cette illusion que nous vivons, et en même temps elle est le seul facteur agissant sur lequel repose l’intérêt dans le monde. L’Idée en son processus se crée à elle-même cette illusion, s’oppose un Autre et son agir consiste à supprimer cette illusion »6.

  • 7 Ibid., p. 463.

12Immergé dans l’idéalisme hégélien, on ne croira donc pas que l’Idée « crée » la nature. La notion de « création » ne garde aucun sens dans l’hégélianisme. Mais, jouant à cache-cache avec elle-même, « l’Idée se résout à laisser librement aller hors d’elle-même le moment de sa particularité ou de la première détermination ou altérité, l’Idée immédiate, comme son reflet, elle-même, comme nature »7.

13Comment le reflet pourrait-il se dispenser de reproduire en quelque manière la dialectique de l’original ?

  • 8 Leçons sur l’histoire de la philosophie. Introduction, trad. J. Gibelin, Paris, Gallimard, 1954, p (...)
  • 9 Dernières lignes de la Philosophie de la nature de l’Encyclopédie, in Hegel, Sämtliche Werke (éd.G (...)

14L’Idée se pose elle-même comme Nature (sich als Natur) : l’idéalisme ne peut tolérer une nature radicalement extérieure et étrangère à l’esprit. « Il est esprit, mais comprend également en soi la nature (...). Son identité avec la nature est telle que la nature qui le nie, le réel, n’est posée que comme idéale »8. En fin de compte, nous n’avons « à trouver (finden) dans cette extériorité que le miroir de nous-même (den Spiegel unserer selbst) »9.

15Du point de vue hégélien, ce qui fait problème, c’est moins l’omniprésence de la dialectique que bien plutôt les apparences momentanées et localisées de son absence : la réification, la fixation, l’abstraction, la persévération des déterminations, la stagnation, la « positivité », etc. La responsabilité de ces phénomènes incombe à la pensée subjective, à l’activité « prodigieuse » de ce que Hegel y distingue sous le nom d’« entendement », un moment particulier de la raison dialectique, dont il est difficile de comprendre qu’il puisse s’autonomiser à ce point.

16La dialectique de la nature ne coïncide d’ailleurs pas entièrement avec les autres manifestations, telles que la dialectique de l’histoire. La dialectique générale se donne des modalités diverses. Dans la nature, elle n’atteint pas son plus haut niveau. Le concept ne s’y effectue pas intégralement. Précairement, mais effectivement présente dans le mécanique, elle s’élève, comme par degrés, au physique, au chimique, à l’organique, puis au gnoséologique et à l’historique, pour atteindre finalement ses formes absolues dans l’art, la religion, la philosophie.

17La liste serait longue des critiques qui concernent des détails scabreux de la philosophie hégélienne de la nature. Les objections de principe à la dialectique de la nature sont par contre peu nombreuses, catégoriques et répétitives. Elles ne varient guère depuis le temps où Hegel y ripostait lui-même. On doit se contenter, dans un espace limité, de ne rappeler que quelques-unes d’entre elles, et donc de n’envisager que certains aspects de la dialectique hégélienne de la nature : en particulier le rôle, en elle, de la contradiction.

LA CONTROVERSE

  • 10 Edmond Goblot, Traité de logique, p. 93.

18On objecte fréquemment à la doctrine hégélienne de la contradiction un objectivisme illégitime. Acte de pensée ou forme de langage, la contradiction, dit-on, ne saurait se présenter dans les choses. Comme le disait un logicien, porte-parole de beaucoup d’autres : « Il n’y a nulle contradiction là où il n’y a nulle assertion »10.

19Mais une telle conception restrictive du champ de la contradiction, limité au langage, ne résulte-t-elle pas d’un certain verbalisme : on s’attaque au mot, et à sa composition, plutôt qu’à la chose. Cette conception implique en effet que la contradiction n’est pas liée à la contrariété et à la différence, qu’elle ne peut consister en leur accentuation ou leur aiguisement. Or la différence est constatée par tous.

20Si, par contre, nous tenons les divers caractères d’un objet pour réels, indépendants de la conscience que nous en prenons, alors nous les voyons engagés dans des développements qui les conduisent de la différence à l’opposition, à la contrariété, à la contradiction, pour s’achever enfin dans une résolution. Il s’agit là de moments successifs d’un même processus dont le découpage, selon le principe d’un idéalisme objectif, ne dépend pas de l’activité subjective de l’observateur. La vache n’a pas besoin d’un témoin pour se distinguer de l’herbe qu’elle va brouter. Mais que serait une vache sans herbe ?

21Selon Hegel, l’opération de destruction, de consommation, de négation ne provient pas de l’extérieur de chaque chose. Déjà, globalement, c’est la substance elle-même qui pose, dépose, nie et renie ses propres déterminations, et ceci dans toutes ses instances.

  • 11 Wissenschaft der Logik, op. cit., II, p. 55.

22Beaucoup de penseurs inclinent à tenir pour subjectif tout ce qui paraît négatif et à ne considérer comme objectif que ce qui se présente positivement. Pour Hegel, l’universalité de la contradiction recouvre tout : « En général, on entend l’opposition (Gegensatz) entre le positif et le négatif comme ceci : le premier, le positif (et pourtant son nom exprime le fait d’être posé, le fait d’être établi — Poniertsein, Gesetztsein) devrait être quelque chose d’objectif, alors que le second, le négatif, serait quelque chose de subjectif, qui ne relèverait que d’une réflexion extérieure, ne concernerait pas ce qui est objectif en et pour soi, et qui, pour cet objectif, serait tout à fait inexistant. Et effectivement, si le négatif n’exprime rien d’autre que l’abstraction d’une subjectivité arbitraire, ou bien la détermination d’une comparaison extérieure, alors certes il n’est pas existant pour le positif objectif, c’est-à-dire que celui-ci, en lui-même, n’a pas de rapport avec une telle abstraction vide. Mais alors, la détermination selon laquelle il est un positif, lui est également extérieure »11.

23A l’appui de cette thèse, Hegel s’efforce de montrer, grâce à quelques exemples, que le positif n’est rien sans le négatif qui, d’ailleurs, participe de lui. Dans ces conditions le négatif ne peut être réduit à la subjectivité sans que le positif le soit aussi ! La chose, dans sa présence, ne saurait paraître éventuellement moins subjective que sa négation, qui l’habite et qu’elle implique. Pas d’identité sans contradiction, rien ne se pose sans s’opposer. La contradiction relève du devenir de la chose même, et donc, selon Hegel, de l’objectivité.

  • 12 Eugen Dühring, Cursus der Philosophie, Leipzig, 1875, p. 30. Voir à ce propos Engels, Anti-Dühring (...)

24Ses adversaires le contestent. Un auteur, parmi d’autres, a gagné une certaine notoriété en s’élevant contre ces propositions hégéliennes. Dühring se fait le porte-parole de nombreux autres critiques lorsqu’il écrit, par exemple : « La première et la plus importante des propositions sur les propriétés logiques fondamentales de l’Être concerne l’exclusion de la contradiction. Le contradictoire est une catégorie qui ne peut appartenir qu’à la combinaison de pensées (Gedankencombination), mais non à une réalité. Dans les choses, il n’y a pas de contradiction ou, en d’autres termes, la contradiction posée comme effective est elle-même le comble du non-sens (Widersinn)... L’antagonisme de forces qui se mesurent l’une en l’autre dans une direction opposée est la forme fondamentale de toutes actions dans l’existence du monde et des êtres qui le composent. Mais ce conflit entre les directions des forces des éléments et des individus ne se confond pas le moins du monde avec l’idée des absurdes contradictions »12.

25Ainsi l’identité, ou la correspondance, ou la similitude seraient-elles objectives, alors que la différence, la contrariété, la dissemblance resteraient subjectives.

26La thèse de Dühring dérive de prémisses philosophiques évidentes. Si la contradiction peut appartenir à la « combinaison des pensées » et non à la réalité, c’est donc que la pensée ne pense pas la réalité telle qu’elle est, et, plus radicalement, que la pensée n’est pas naturelle. Cela implique le rejet —justifié ou non — de tout monisme philosophique, idéaliste ou matérialiste.

27Du moins Dühring admet-il une dialectique de la pensée, la présence en elle de contradictions, à quelque titre que ce soit. Il semble bien difficile qu’un savant, après cela, soutienne que les procédés de la pensée sont complètement étrangers aux phénomènes naturels qu’elle prétend saisir.

  • 13 Jacques Monod, Le hasard et la nécessité, Paris, Seuil, 1970, p. 46.
  • 14 Kant, Introduction à la Critique de la faculté de juger : « eine unübersehbare Kluft ». Cf. Œuvres (...)
  • 15 Jacques Monod, op. cit., p. 51.

28Il faudrait pour cela croire que les uns sont inaccessibles aux autres, et que l’homme (sa conscience) est « séparé de la nature par un insondable gouffre », comme le dit Jacques Monod13. Kant s’était montré plus radical en évoquant un gouffre que l’on « ne peut pas embrasser du regard » (unübersehbar), mais les traducteurs édulcorent le sens de ce mot en le rendant par « immense »14. Du moins Kant n’était-il pas resté aveugle aux difficultés que le creusement d’un tel « gouffre » oppose à la science et à la recherche scientifique, et il avait tenté longuement, difficultueusement, précairement de les surmonter. Il faut bien essayer de rendre la nature « enfin déchiffrable »15. Quel autre sens donnerait-on à la recherche scientifique ? Et si ce déchiffrement ne va pas sans dialectique, pourquoi se cabrer ?

29Comment Dühring pouvait-il constater dans la nature des « conflits », des « antagonismes », et refuser d’employer, les concernant, le terme de « contradiction » ?

  • 16 Eugen Dühring, Kritische Geschichte der Philosophie, Berlin, 1873, p. 443-451 : très violente crit (...)

30Il se laisse aller à l’invective : « D’après la logique de Hegel ou plutôt sa doctrine du logos, le contradictoire se rencontre non pas, disons dans la pensée, que par sa nature on ne peut se représenter que subjective et consciente, mais présent objectivement, et pour ainsi dire en chair et en os dans les choses et les processus eux-mêmes, de sorte que le non-sens ne reste pas une combinaison impossible de la pensée, mais devient une puissance effective. La réalité de l’absurde est le premier article de foi de l’unité hégélienne de la logique et de la non-logique... Plus c’est contradictoire, plus c’est vrai, ou, en d’autres termes, plus c’est absurde, plus c’est digne de foi ; cette maxime, qui n’est même pas d’invention nouvelle, mais a été empruntée à la théologie de la révélation et à la mystique, est l’expression toute nue du principe dit dialectique »16.

31Il va pourtant de soi qu’aux yeux de Hegel le contradictoire n’est pas absurde, et que l’absurde (Widersinn) n’est pas contradictoire. Le nord ne constitue pas avec la pâte à papier une contradiction. Dans une contradiction, les termes opposés sont liés d’une manière essentielle, de telle sorte qu’ils s’excluent immédiatement, mais qu’ils ne peuvent ni exister, ni être pensés l’un sans l’autre, et que, sous certaines conditions, l’un passe dans l’autre : le nord et le sud.

  • 17 Wissenschaft der Logik, op. cit., II, p. 37-38.

32Les contradictoires que l’analyse découvre dans un objet sont tels que si l’on renonce à eux, ou à l’un d’eux, on renonce aussi à l’objet. Hegel proteste contre les tentatives de subjectivisation de la dialectique : « Habituellement on regarde la dialectique comme une activité externe et négative qui n’appartient pas à la chose même, qui a son fondement dans une envie subjective et pleine de vanité d’ébranler et de dissoudre ce qui est solide et vrai, ou qui, du moins, ne conduit à rien d’autre qu’à montrer la vanité de l’objet traité dialectiquement »17.

33Or, il ne faut pas douter de l’existence de l’objet uniquement parce que l’analyse le révélerait intimement contradictoire, ni renoncer pour cela à sa connaissance.

34Que les phénomènes naturels recèlent des contradictions internes, les philosophes et les historiens de la philosophie sont habitués à l’envisager sans émoi. Ils se souviennent des arguments fameux de Zénon contre la rationalité du mouvement : de quelque manière qu’on l’analyse, il se montre contradictoire.

  • 18 Bergson, Œuvres, publiées par A. Robinet, Paris, PUF, 1963, p. 1376.

35Mais Zénon concluait imprudemment à « la vanité de l’objet » qu’il traitait ainsi : du fait que le mouvement ou le changement est contradictoire, il est donc absurde, il n’a pas de vérité. La vérité ne se trouve pas dans la nature, où tout est mouvement et contradiction. Dans ce cas, si l’on refuse d’admettre une dialectique de la nature, on renonce aussi à toute connaissance authentique de la nature comme telle. Bergson le rappelait, après tant d’autres : « La métaphysique est née, en effet, des arguments de Zénon d’Elée relatifs au changement et au mouvement. C’est Zénon qui, en attirant l’attention sur l’absurdité de ce qu’il appelait mouvement et changement, amena les philosophes — Platon tout le premier — à chercher la réalité cohérente et vraie dans ce qui ne change pas »18. Adieu, nature !

36La métaphysique est née de la contradiction avec une doctrine qui découvrait la contradiction dans la nature, et la tenait pour une absurdité.

37Selon Hegel, c’est cette négation dogmatique de la contradiction qui conduit les « vieux métaphysiciens » à des comportements et des discours tout à fait absurdes. Ils combattent avec acharnement une contradiction dont ils prétendent qu’elle n’existe nulle part, ni dans l’esprit, ni dans la nature.

LES MÉTAPHYSICIENS

38Hegel s’en est pris lui-même à l’un d’entre eux, qui l’avait critiqué. En 1831, l’année même de sa mort, il publie un article polémique concernant le livre de A. L. J. Ohlert : Der Idealrealismus.

39Celui-ci avait affirmé que « la source des contradictions ne peut se trouver ni dans la nature ni dans l’esprit ». En particulier il avait déclaré : « Il ne peut pas y avoir de contradictions dans la nature, car ce qui se contredit se supprime et ne peut pas exister ».

  • 19 Hegel, Recension de Idealrealismus, in Berliner Schriften, Hamburg, 1956, p. 408.

40Mais, de même, toujours selon Ohlert, « l’esprit ne pense pas ce qui se contredit, et cette propriété, ajoute-t-il, « est précisément la raison pour laquelle on aperçoit les contradictions et cherche à les résoudre »19.

  • 20 Ibid.

41À de telles assertions, Hegel répond ironiquement : « Il faudrait attribuer à l’auteur beaucoup de chance, si aucune contradiction ni aucune existence se contredisant elle-même ne s’était encore jamais présentée à lui ni dans le monde, — dans la nature —, ni dans les faits et gestes des hommes, ni dans leur pensée »20.

  • 21 Ibid.

42Certes Ohlert estime à juste titre que « la contradiction se supprime (aufheben) » (nous pourrions dire : se résout). Mais, selon Hegel, il ne s’ensuit pas du tout qu’elle « n’existe pas ». Et il précise : « N’importe quel crime, n’importe quelle erreur, et plus généralement n’importe quel être fini ou n’importe quelle pensée finie sont des contradictions. Au point qu’il faut dire, même, qu’il n’y a rien en quoi n’existe une contradiction qui, bien sûr, également, se supprime »21.

43Et Hegel relève malignement la contradiction la plus piquante dans la pensée de Ohlert lui-même. Si l’on suit celui-ci, « la propriété qu’a l’esprit (...) de ne rien pouvoir penser de contradictoire, doit être la cause... de quoi ? Du fait que l’on aperçoit les contradictions, non pas avec les yeux du corps, car la nature ne doit pas comporter de telles contradictions, mais avec les yeux de l’esprit : c’est-à-dire que l’esprit en général a de telles contradictions dans sa conscience et que même il les pense. Cette propriété doit être aussi la cause du fait que l’on cherche à les résoudre : mais si elles n’existaient pas, où que ce soit, ni dans l’expérience extérieure, ni dans l’expérience intérieure de la pensée, on ne pourrait pas avoir la tentation de les résoudre ».

  • 22 Ibid., p. 408-409.

44Hegel insiste : « À l’égard de ce qu’il accomplit ici immédiatement et de ce qu’il a bien dû rencontrer auparavant un nombre incalculable de fois dans l’expérience et encore davantage dans la pensée, l’auteur s’est laissé pousser par un bavardage scolaire habituel à accepter aveuglément l’opinion la moins vraie de toutes : il n’y aurait pas de contradictions dans la nature ni dans la pensée »22.

  • 23 Ibid., p. 409.

45Hegel critique particulièrement le paragraphe du livre d’Ohlert qui commence par la thèse suivante : « C’est l’expérience sensible qui affirme que tout ce qui est se transforme. La pensée, au contraire dit que tout ce qui est reste le même, toujours et éternellement. Le changement est impensable »23.

46Autant dire que la nature est impensable !

47Mais quand Ohlert chasse la contradiction de la nature, elle vient le narguer dans l’esprit.

48La même mésaventure guette tous les contempteurs de la contradiction. On en trouve l’involontaire compte rendu chez des penseurs bien postérieurs à Hegel, et qui ne semblent guère s’être instruits auprès de lui. Voici un exemple du gâchis intellectuel qu’ils tolèrent. L’un d’entre eux explique :

49« Un concept est dit contradictoire en lui-même », « implique contradiction », quand l’analyse peut le décomposer en deux concepts contradictoires. Et il ajoute :

50« On a dit qu’un concept contradictoire est un pseudo-concept, un mot qui semble signifier quelque chose et ne signifie rien, car deux concepts contradictoires ne peuvent s’unir en un concept unique : on ne peut former une idée en posant et en excluant tout à la fois le même terme. Aucun concept ne répond au rapprochement de ces deux mots cercle carré. Contradictoire veut dire inconcevable.

  • 24 Edmond Goblot, op. cit., p. 96-97.

51Il faut se rappeler que tout concept est fait de jugements virtuels. Il peut arriver qu’à un concept qui ne recèle aucune contradiction ne correspondent pas plus d’éléments actuels qu’à un concept contradictoire. C’est précisément la raison pour laquelle la contradiction de nos concepts ne nous empêche pas toujours de les manier. Mais si on actualise les jugements virtuels impliqués dans un concept contradictoire, il arrive qu’on soit arrêté : on s’aperçoit alors que ce qui semblait un concept est un inconcevable »24.

52On manie donc efficacement et agréablement des concepts. Puis, on les analyse et l’on observe alors qu’ils impliquent des contradictoires. On décide que cette contradiction est absurde, qu’elle disqualifie ces concepts, et l’on abandonne ceux-ci, sans autre forme de procès.

53Mais il n’y a pas de concept qui ne puisse s’analyser en contradictoires, et déjà parce qu’il implique une multiplicité de jugements divers !

  • 25 Wissenschaft der Logik, op. cit., II, p. 58.

54De telles confusions résultent d’une tendance dont Hegel a dénoncé l’existence et l’efficacité : l’horreur de la contradiction. Il décrit ainsi ses méfaits : « Habituellement, la contradiction, on l’écarte d’emblée des choses, de l’être et du vrai : on affirme qu’il n’existe rien de contradictoire. Mais d’autre part on la refoule par contre dans la réflexion subjective, qui seule la poserait, par ses mises en rapport et ses comparaisons. Mais même dans cette réflexion elle ne serait pas présente à proprement parler, car on ne pourrait ni se représenter, ni penser le contradictoire. Alors, que ce soit dans la réalité ou dans la réflexion pensante, la contradiction n’est tenue que pour un hasard, ou même pour une monstruosité ou pour le paroxysme passager d’une maladie »25.

  • 26 Ibid., p. 59.

55Hegel nous assure au contraire que « l’expérience courante montre elle-même qu’il y a une foule de choses contradictoires, d’institutions contradictoires, etc. Et leur contradiction n’est pas présente dans une réflexion extérieure, mais bien en elles-mêmes ». Il précise encore : « Il faut accorder aux anciens dialecticiens les contradictions qu’ils décelaient dans le mouvement : mais il ne s’ensuit pas que le mouvement n’est pas. Au contraire, il s’ensuit bien plutôt que le mouvement est la contradiction existante »26.

56Y a-t-il une dialectique de la nature ? Chacun peut hésiter à répondre à une telle question. Mais pour Hegel il n’y a pas de doute. Tout ce qui est fini est périssable, engagé dans un devenir, soumis à la loi du naître et du périr, et déjà à la simple loi du mouvement, qui implique la contradiction.

57Reconnaître la contradiction, cela ne signifie toutefois pas s’en tenir à elle. On peut qualifier à juste titre la dialectique de « logique de la contradiction ». Mais on la définirait peut-être plus adéquatement comme une « logique de la résolution des contradictions » et donc une « logique de l’identité des contradictoires », de l’identité vivante.

58Hegel la voyait à l’œuvre dans la nature. Il ne semble pas que la discussion concernant la réalité et la validité de cette présence, capable d’inspirer des interprétations diverses, soit périmée ou inutile.

Notes

1 Hegel, Wissenschaft der Logik, Hambourg, 1963, I, p. 92.

2 Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophie, trad. P. Garniron, t. I, Paris, Vrin, 1971, p. 163.

3 Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques, trad. B. Bourgeois, t. I., Paris, Vrin, 1970, p. 513.

4 Hegel, Encyclopédie des Sciences philosophiques, op. cit., p. 514-515.

5 Hegel, Philosophie du droit et de l’État, trad. R. Derathé, Paris, Vrin, 1975, p. 341.

6 Encyclopédie des sciences philosophiques, op. cit., p. 614-615.

7 Ibid., p. 463.

8 Leçons sur l’histoire de la philosophie. Introduction, trad. J. Gibelin, Paris, Gallimard, 1954, p. 157.

9 Dernières lignes de la Philosophie de la nature de l’Encyclopédie, in Hegel, Sämtliche Werke (éd.Glockner), IX, Stuttgart, 1927, p. 722.

10 Edmond Goblot, Traité de logique, p. 93.

11 Wissenschaft der Logik, op. cit., II, p. 55.

12 Eugen Dühring, Cursus der Philosophie, Leipzig, 1875, p. 30. Voir à ce propos Engels, Anti-Dühring, trad. E. Bottigelli, Paris, Éditions Sociales, 1950, p. 151.

13 Jacques Monod, Le hasard et la nécessité, Paris, Seuil, 1970, p. 46.

14 Kant, Introduction à la Critique de la faculté de juger : « eine unübersehbare Kluft ». Cf. Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, coll. Pléiade, II, p. 929.

15 Jacques Monod, op. cit., p. 51.

16 Eugen Dühring, Kritische Geschichte der Philosophie, Berlin, 1873, p. 443-451 : très violente critique de Hegel. Cf. Engels, op. cit., p. 151.

17 Wissenschaft der Logik, op. cit., II, p. 37-38.

18 Bergson, Œuvres, publiées par A. Robinet, Paris, PUF, 1963, p. 1376.

19 Hegel, Recension de Idealrealismus, in Berliner Schriften, Hamburg, 1956, p. 408.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 408-409.

23 Ibid., p. 409.

24 Edmond Goblot, op. cit., p. 96-97.

25 Wissenschaft der Logik, op. cit., II, p. 58.

26 Ibid., p. 59.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search