Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philosophies de la nature

 | 
Olivier Bloch

Première journée

Les principaux concepts de la philosophie de la nature de Bernardin de Saint-pierre

Colas Duflo

Texte intégral

  • 1 Études de la nature, chez Aimé André éditeur-libraire, Paris, 1825, t. II, p. 50.

« Le système des harmonies de la nature dont je vais m’occuper est, à mon avis, le seul qui soit à la portée des hommes. Il fut mis au jour par Pythagore de Samos, qui fut le père de la philosophie et le chef des philosophes connus sous le nom de Pythagoriciens. Il n’y a point eu de savants qui aient été aussi éclairés qu’eux dans les sciences naturelles, et dont les découvertes aient fait plus d’honneur à l’esprit humain »1

1Dans les Études de la nature (1784), puis dans les Harmonies de la nature (post-hume, 1815), Bernardin de Saint-Pierre développe un grand système de la nature entièrement fondé sur l’idée de finalité généralisée, qui hérite à la fois d’un certain rousseauisme, d’un évident leibnizianisme et surtout d’une référence appuyée à la nécessité d’un retour à la philosophie antique. Ce système, qui aura une nette influence sur le premier romantisme français, n’a guère été étudié par les historiens de la philosophie. Il paraît pourtant intéressant de tâcher de comprendre comment peut fonctionner une philosophie de la nature totalement finaliste lorsqu’elle prétend rendre compte aussi de l’univers que décrit la science du dix-huitième siècle. On tâchera ici d’en exposer les principaux concepts tels qu’on peut les trouver dans l’Étude X puis dans les Harmonies de la nature.

I) LES LOIS PHYSIQUES DÉGAGÉES DANS LES « ÉTUDES DE LA NATURE »

A) La grammaire de la nature : convenance, ordre, harmonie

2Précisons d’abord ce que Bernardin de Saint-Pierre entend par le terme de « loi ». Les lois ne disent rien sur la nature elle-même mais bien plutôt énoncent les rapports que nous y percevons, ceux dont nous avons le sentiment. Il ne s’agit pas tant de savoir comment la nature procède (nous ne serons jamais à même de le faire) que comment elle nous apparaît. C’est d’une phénoménologie de la nature qu’il s’agit ici. Aussi ne faut-il pas s’attendre à trouver la gravitation universelle ou quelque autre principe auquel nul sentiment ne correspond parmi les lois physiques. Au contraire, c’est de façon significative une perception que Bernardin de Saint-Pierre met d’abord en avant, dans une phrase qui montre clairement ses intentions :

  • 2 Ibid., p. 56.

3« Quoique la convenance soit une perception de notre raison, je la mets à la tête des lois physiques, parce qu’elle est le premier sentiment que nous cherchons à satisfaire en examinant les objets de la nature2. »

4La raison n’étant d’ailleurs rien d’autre que la perception de convenances, toute convenance nous réjouit (même quand il s’agit d’un rapport d’utilité entre deux choses qui, par elles-mêmes ne nous intéressent pas) et toute disconvenance nous attriste.

  • 3 Ibid., p. 60.
  • 4 Ibid., p. 63.

5L’ordre est produit par un ensemble de convenances qu’une même fin regroupe3. Il est à la convenance ce que l’ensemble est au détail. Ceci peut d’ailleurs se poursuivre assez loin, car un ordre particulier (comme le corps d’un animal) n’est qu’une convenance au regard d’un ordre plus grand (son espèce, par exemple), et ainsi de suite. Toutes ces convenances finissent par donner l’idée d’un ordre général, que l’homme seul aperçoit parce qu’il en occupe le centre, cette idée elle-même le rappelant d’une part à celle de Dieu et d’autre part à celle de ses propres besoins. « Ces deux sentiments naturels sont les sources générales du plaisir que nous donne l’ordre de la nature4. »

  • 5 Ibid., p. 66.

6L’harmonie est la grande loi de la nature. C’est celle par laquelle la nature forme des convenances au moyen de contraires. « De l’opposition des contraires naît la discorde, de leur réunion l’harmonie5. »

7Cette définition de l’harmonie n’est pas neutre et ne se contente pas de reprendre simplement le glossaire courant du XVIIIe siècle. Dans le Dictionnaire de Trévoux de 1771, dans l’article de l’Encyclopédie comme dans le Dictionnaire de musique de Rousseau, les articles Harmonie ne font pas mention de cette idée d’accord des contraires. L’idée que la nature produit le beau par les mêmes moyens qu’elle produit le désagréable n’est pas une idée que Bernardin de Saint-Pierre est le seul à posséder. Mais c’est du moins par là qu’il se détache de la conception habituelle de son temps et revient à ces pythagoriciens dont il se réclame.

  • 6 Ibid., p. 68.

8« Lorsque deux contraires viennent à se confondre, en quelque genre que ce soit, on en voit naître le plaisir, la beauté et l’harmonie. J’appelle l’instant et le point de leur réunion expression harmonique. C’est le seul principe que j’aie pu apercevoir dans la nature6. »

9Mais pour bien comprendre cette notion, il faut d’abord comprendre l’alphabet sensible à partir duquel la nature forme ces harmonies qui, elles-mêmes, puisque la nature va toujours de perfections en perfections, se développeront en ces autres lois que sont consonances, progressions, contrastes, concerts, etc.

B) L’alphabet du sensible

  • 7 Ibid., p. 77.

10Les couleurs qui permettent de produire toutes les variétés sont au nombre de cinq : le blanc, le jaune, le rouge, le bleu et le noir. Il ne faut pas s’y tromper, il n’y a pas de l’une à l’autre une séparation radicale mais, au contraire, c’est par une progression aux nuances infinies que l’on peut passer de l’une à l’autre, selon une loi d’engendrement qui n’est rien d’autre que celle que la nature suit lors du lever du soleil. « Chacune de ces couleurs ne semble être qu’une teinte forte de celle qui la précède, et une teinte légère de celle qui la suit ; en sorte que toutes ensemble ne paraissent que les modulations d’une progression dont le blanc est le premier terme et le noir le dernier7. »

  • 8 Ibid., p. 70.

11Il est important pour Bernardin de Saint-Pierre de refuser en permanence l’idée d’une séparation radicale entre certains éléments de la nature. Au prisme analytique qui décompose et aveugle en présentant les couleurs dans un mauvais ordre et en ne montrant ni le noir ni le blanc, on préférera l’ordre naturel révélé dans la progression d’une aube. L’orgueil des savants s’observe dans la façon dont ils statuent que noir et blanc ne sont pas des couleurs puisqu’ils n’apparaissent pas dans la décomposition d’un rayon lumineux, et dans l’outrecuidance avec laquelle ils s’empressent d’appeler les couleurs qui leur restent des « couleurs primitives ». Bernardin de Saint-Pierre le dira : « J’ignore ce qui est primitif dans la nature8. »

  • 9 Ibid., p. 77.
  • 10 Ibid., p. 79.
  • 11 Ibid., p. 81.

12« Dans cet ordre où les deux extrêmes, le blanc et le noir, c’est-à-dire la lumière et les ténèbres, produisent en s’harmonisant tant de couleurs différentes, vous remarquerez que la couleur rouge tient le milieu, et qu’elle est la plus belle de toutes au jugement de tous les peuples9. » Il y a en effet une universalité naturelle du goût, qui n’est troublée que par les préjugés sociaux qui la corrompent10 et qui n’a rien de surprenant, dans la mesure où elle est le résultat d’une objectivité du beau11. Dans leur progression, toutes ces couleurs sont liées à des états psychologiques qu’elles produisent, dans le spectacle de la nature ou de l’art.

13Nous sommes donc en présence d’une esthétique qui permet à la fois d’énoncer une universalité du beau qui ne serait pas sans concept, et de montrer du même coup la grammaire de la nature. C’est le lien de la production naturelle à la production de la beauté qui est ici compris et, par là même, c’est la double relation de l’homme à la nature — il en est la fin, non pas en tant qu’extérieur à elle mais précisément en tant que partie — qui se trouve réaffirmée.

  • 12 Ibid., p. 87.
  • 13 Ibid., p. 90.

14Le modèle de l’entendement dans la progression permet aussi de rendre compte des formes, dont on trouvera ainsi dans l’ordre les cinq principales : la ligne, le triangle, le cercle, l’ellipse et la parabole12. Tout ce qui a été dit sur les couleurs peut se redire pour les formes, la nature procédant ici de la même façon. Ainsi le cercle est-il la plus belle des formes13.

15Il en est de même des mouvements, la rotation sur soi-même, le perpendiculaire, le circulaire, l’horizontal et le repos. Avec les couleurs et les formes, ils permettent de créer tout le visible. Si on y ajoute les sons et les saveurs (acide, doux, sucré, vineux, amer), c’est tout le sensible qui peut être ainsi produit. Ainsi la multiplicité des possibles ouvre-t-elle à l’infini la combinatoire de la nature.

II) FONDEMENTS DES « HARMONIES DE LA NATURE »

16Nous pouvons maintenant passer à la détermination des fondations des Harmonies de la nature, quand il ne s’agit pas des lois dégagées dans les Études de la nature, qui demeurent ici valables. Les Études de la nature ne donnaient que des éléments, les Harmonies de la nature vont donner la structure en son entier et former le véritable système dont le premier livre ne produisait que des esquisses.

A) « Les deux bouts du fil »

  • 14 Harmonies de la nature, in Œuvres posthumes (p. 49-377), Paris, Chez Ledentu, 1840, p. 51.

17Le système s’organise autour de deux pôles. L’un est principe premier et l’autre fin dernière. C’est en maintenant toujours présente l’idée de la recherche du rapport qui les unit que la théorie des harmonies sera sûre de ne pas s’égarer et d’être toujours sur la voie d’une vérité. « Les deux bouts du fil qui doit nous guider dans ce labyrinthe14 » seront le soleil et l’homme.

  • 15 Revue d’histoire littéraire de la France, sept.-oct. 1989, no 5, p. 831-837, Actes du colloque « B (...)
  • 16 D’où la théorie de l’habitabilité du soleil, conçu comme point de vue idéal pour contempler l’univ (...)

18Comme J.-M. Racault l’a bien montré15, on ne saurait minimiser l’importance du soleil chez Bernardin de Saint-Pierre, dont la théologie naturelle peut parfois sembler confiner à l’héliolâtrie. Le soleil est d’abord la puissance organisatrice de l’univers, le centre autour duquel tout tourne. Mais c’est aussi le lieu d’où toute l’énergie vient, qui apporte à la nature croissance et fécondité. C’est véritablement le principe de toutes choses dans notre univers16.

19À l’autre bout du fil, il y a l’homme, qui est fin de toute chose. De même que l’homme, en tant qu’intégré dans le cosmos, tourne autour du soleil, de même le soleil, en tant que principe harmonique, tourne autour de l’homme, en générant des harmonies qui toutes ont l’humain pour but.

  • 17 Harmonies de la nature, p. 51.

20« Il est évident que le soleil est la première cause de la végétation et que l’homme en est la dernière fin. L’homme seul, des êtres vivants, ramène à son usage toutes les latitudes, tous les sites, tous les végétaux, tous les animaux : telles sont les deux extrémités de la chaîne des puissances qui forme, par sa révolution la sphère des harmonies. Le soleil en est la circonférence et l’homme le centre : c’est à l’homme qu’en aboutissent tous les rayons17. » Entre les deux, on le voit, engendrées par le soleil et dirigées vers l’homme qu’elles prennent pour fin, il y a les harmonies. C’est elles qu’il faut décrire maintenant.

B) Puissances et harmonies

21« La puissance végétale présente, comme chacune des autres puissances, treize harmonies. La première est céleste ou soli-lunaire : six sont physiques et six sont morales. J’appelle la première soli-lunaire, parce que la lune influe sur elle conjointement avec le soleil. Dans les six physiques, trois sont élémentaires, l’aérienne, l’aquatique, la terrestre : trois sont organisées, la végétale, l’animale, et l’humaine. Dans les morales, il y en a pareillement trois élémentaires, la fraternelle, la conjugale, la maternelle ; et trois organisées ou sociétés, la spécifiante, la générique, et la sphérique.

  • 18 Ibid., p. 54.

22Ces harmonies vont en progression de puissance, de manière que la seconde réunit en elle et accroît les facultés de la première ; la troisième, celles de la seconde ; ainsi de suite, jusqu’à la sphérique qui non seulement se compose de celle des espèces et des genres, mais, par ses révolutions, tend sans cesse vers l’infini18. »

23On le voit, ce qui se décrit ici est un système total qui permet de rendre compte de la nature entière, dans ses moindres détails, non pas en tant qu’elle est un tout d’éléments isolés, mais en tant qu’elle se présente comme lieu de liaisons. La classification pourra même être encore plus fine lorsqu’on saura que chaque harmonie peut être positive ou négative, ce qui doublerait théoriquement le nombre de cases de ce tableau de Mendéléïev qui, en croisant harmonies et puissances, contiendrait toute la nature.

24Par « harmonie », il faut entendre ici, comme nous l’avons vu plus haut, « rapport naturel entre deux choses de nature différentes dont l’une est utile à l’autre ». Dès lors on voit clairement quelles peuvent être les harmonies physiques élémentaires. C’est-à-dire quels rapports entretient chaque élément naturel avec le soleil, la lune, l’air, l’eau et la terre, comme on voit aussi très bien quelles sont les harmonies physiques organisées, puisqu’il est très facile d’imaginer pour toute chose le rapport qu’elle entretient avec le végétal, l’animal ou l’humain (ne serait-ce que dans la relation manger — être mangé). Reste peut-être à comprendre ce que sont les harmonies morales.

  • 19 Ibid., p. 56.
  • 20 Ibid., p. 261.
  • 21 Ibid., p. 56.

25« Les lois physiques sont d’un ordre inférieur aux morales, puisque celles-ci constituent les puissances, les propagent, les spécifient, les engendrent, et les assemblent toutes par des harmonies semblables19 ». Ainsi les harmonies physiques disent ce qui est propre à tel ou tel objet, tandis que les morales signalent ce qui est commun à toute la nature dans tel ou tel objet (organisation symétrique, groupée, etc.). Le mot « morale » lui-même doit ici s’entendre en un sens bien précis dont l’ignorance pourrait être facteur de contresens : « J’appelle faculté morale celle qui constitue les mœurs20. » Ainsi l’organisation des parties sexuelles du blé et son système de reproduction feront partie des harmonies morales et, plus précisément, conjugales21.

26Ce système universel s’inscrit donc dans une classification organisée. Mais cette organisation a des modèles, qui sont ceux-là mêmes qui permettent de penser l’univers, et qu’il faut maintenant examiner.

C) Modèles

  • 22 Ibid., p. 255.
  • 23 Ibid., p. 236.
  • 24 Ibid., p. 285.
  • 25 Ibid., p. 284.
  • 26 Ibid., p. 346.
  • 27 Ibid., p. 369.
  • 28 Ibid., p. 347.
  • 29 Ibid., p. 276.

27Georges Poulet l’a bien vu, le cercle est le modèle d’organisation le plus généralement employé par Bernardin de Saint-Pierre. Ceci résulte bien évidemment de sa théorie selon laquelle la sphère est la forme la plus parfaite. C’est que toutes les formes géométriques sont contenues dans la sphère22 qui engendre les plus belles courbes, celles que l’on voit dans le corps humain23. La vie est une sphère24, le cosmos est une sphère, et même une série de sphères emboîtées25, dont le centre est le soleil, « sphère vivante et vivifiante26 », lui-même entouré d’une sphère de lumière27, qui contient en lui toutes les formes connues et à connaître (et même la quadrature du cercle28). C’est que la sphère est à la fois l’image d’un tout et la possibilité de tout. C’est une totalité en puissance de l’infini29.

  • 30 Reproduit dans Sylvio Baridon, Le Harmonies de la nature di Bernardin de Saint-Pierre, Studi di fi (...)
  • 31 Harmonies de la nature, p. 255.

28Les harmonies de la nature elles-mêmes forment une sphère, dont Bernardin de Saint-Pierre trace le schéma30. Mais ce dernier exemple nous dit bien ce qu’il en est en réalité de la sphère comme modèle. C’est que, plus encore que la sphère, le véritable modèle est le mouvement qui la parcourt, qui est, selon les lois de l’Étude X, le mouvement harmonique par excellence. C’est lui, en tout cas, qui permet de penser le vivant sur le modèle du cosmos : « la sphère de notre vie est comme celle du monde et sa révolution comme celle de l’année31 » (ce qui permet de penser son recommencement).

  • 32 Ibid., p. 302.
  • 33 Ibid.

29C’est ce modèle de la révolution lui-même qui permet de penser le second type d’organisation chez Bernardin de Saint-Pierre, qu’exprime l’idée que la nature va du simple au complexe et de perfections en perfections. « Si une révolution d’heures amène les diverses harmonies du jour, et une révolution de jour celles de l’année, une révolution d’année amène à son tour celles de la vie32. » Cette progression dans l’ordre des harmonies, engendrée par l’addition des mouvements sphériques eux-mêmes s’engendrant, est valable aussi pour les sociétés et le cosmos tout entier : « Un cercle de vies humaines produit, à son tour les harmonies des tribus, celui des tribus celles des nations, celui des nations celles du genre humain. Sans doute notre globe, avec tous ses habitants, a des relations avec les globes qui tournent autour du soleil, et l’astre du jour lui-même, avec sa sphère immense, en a encore avec les astres innombrables ordonnés dans l’infini et dans l’éternité, suivant des plans inconnus aux mortels.33 »

30Ainsi, on le voit, l’univers de Bernardin de Saint-Pierre se structure autour du modèle de la sphère, parce qu’elle contient tous les liens qui forment la nature. Mais cette sphère elle-même ne vaut comme modèle qu’en tant qu’elle ne signale pas un monde clos et fini mais bien plutôt en tant que le mouvement qui la parcourt est schème d’engendrement perpétuel de la perfection la plus grande dans la complexité la plus développée des liens universels. Ce sont ces modèles qui sont à l’œuvre dans les Harmonies de la nature.

CONCLUSION

Sur l’utilisation des principaux concepts des « Études de la nature » dans les « Harmonies de la nature »

  • 34 On notera, dans la mesure où un index des fréquences peut toujours donner une vague idée, que, dan (...)

31On l’a vu, les lois dégagées dans les Études de la nature sont largement utilisées dans les Harmonies de la nature dont elles constituent pour ainsi dire le fondement. Mais les concepts qu’elles utilisent connaissent un sort qui marque une évolution dans l’importance accordée à chacun par Bernardin de Saint-Pierre, et que même leur simple fréquence numérique suffit à montrer : le concept d’harmonie finit par absorber les autres et par prendre plus d’importance que dans les Études de la nature. Ainsi, on ne sera pas surpris de voir disparaître dans les Harmonies de la nature l’importance accordée aux deux éléments constitutifs de l’harmonie, la convenance et l’ordre, qui sont absorbés par ce qu’ils constituent. On sera peut-être plus étonné en s’apercevant que les termes qui signifiaient dans les Études de la nature des organisations d’harmonies (consonance, progression, contraste, concert) n’ont pas non plus dans les Harmonies de la nature l’importance que l’Étude X tendait à vouloir leur accorder34.

32Mais c’est que la définition de l’harmonie s’est insensiblement élargie, qu’elle n’est plus aussi précise que dans les Études et qu’à devenir le concept central du système de Bernardin de Saint-Pierre, elle a perdu la spécificité qu’elle avait lorsqu’elle n’en était qu’un élément.

33Là n’est pas, on s’en doute, la seule évolution de Bernardin de Saint-Pierre dans le passage des Études de la nature aux Harmonies de la nature. À se développer intégralement, le système de la finalité généralisée comprenait mieux ses propres exigences. C’est pour les satisfaire que les Harmonies de la nature vont présenter ce qui sera peut-être leur principale nouveauté : la théorie des cinq âmes (élémentaire, végétale, animale, intellectuelle, céleste). Pour devenir, de façon cohérente, entièrement finalisée, la nature se devra d’être intégralement pneumatique, intégralement animée.

34Ainsi le retour à « l’ancien temple de la science » opéré par la théorie des harmonies implique-t-il le retour à une conception de l’âme inspirée de l’antiquité, à un spiritualisme non chrétien. Le système de la finalité généralisée, même lorsqu’il s’inscrit dans l’univers décrit par Newton et Herschell, implique une théologie naturelle.

  • 35 Harmonies de la nature, p. 272.

35« On me dira peut-être que je renouvelle d’anciennes erreurs par des rapprochements forts éloignés ; mais je ne fais que suivre les ruines de l’ancien temple de la science, qui a été élevé bien plus haut que nous croyons. D’ailleurs tout est lié dans la nature35 ».

Notes

1 Études de la nature, chez Aimé André éditeur-libraire, Paris, 1825, t. II, p. 50.

2 Ibid., p. 56.

3 Ibid., p. 60.

4 Ibid., p. 63.

5 Ibid., p. 66.

6 Ibid., p. 68.

7 Ibid., p. 77.

8 Ibid., p. 70.

9 Ibid., p. 77.

10 Ibid., p. 79.

11 Ibid., p. 81.

12 Ibid., p. 87.

13 Ibid., p. 90.

14 Harmonies de la nature, in Œuvres posthumes (p. 49-377), Paris, Chez Ledentu, 1840, p. 51.

15 Revue d’histoire littéraire de la France, sept.-oct. 1989, no 5, p. 831-837, Actes du colloque « Bernardin de Saint-Pierre » de la Société d’Histoire Littéraire de la France du 26 novembre 1988.

16 D’où la théorie de l’habitabilité du soleil, conçu comme point de vue idéal pour contempler l’univers, (consulter C. Duflo, « Les habitants des autres planètes dans les Harmonies de la nature de Bernardin de Saint Pierre », Archives de Philosophie, Janvier-Mars 1997, t.60, cahier 1). (voir aussi « La Religion dans la philosophie de Bernardin de Saint Pierre », Cahiers de Fontenay, no 71/72, Septembre 1993).

17 Harmonies de la nature, p. 51.

18 Ibid., p. 54.

19 Ibid., p. 56.

20 Ibid., p. 261.

21 Ibid., p. 56.

22 Ibid., p. 255.

23 Ibid., p. 236.

24 Ibid., p. 285.

25 Ibid., p. 284.

26 Ibid., p. 346.

27 Ibid., p. 369.

28 Ibid., p. 347.

29 Ibid., p. 276.

30 Reproduit dans Sylvio Baridon, Le Harmonies de la nature di Bernardin de Saint-Pierre, Studi di filologia e di critica testuale, Milano-Varese, Instituto Editoriale Cisalpino, 1958, 2 volumes (t. I, planche 2).

31 Harmonies de la nature, p. 255.

32 Ibid., p. 302.

33 Ibid.

34 On notera, dans la mesure où un index des fréquences peut toujours donner une vague idée, que, dans les Harmonies de la nature, si le mot « harmonie(s) » apparaît 193 et 422 fois, il n’en va pas de même pour « convenance(s) » (2 et 31), « ordre(s) » (72 et 19), « consonance(s) » (26 et 34), « progression(s) » (26 et 1), « contraste(s) » (19 et 18), « concert(s) » (13 et 19). C’est dire s’ils ont perdu de l’importance en tant que concepts à discuter. Ici, la chose demeure, mais le nom tend à disparaître (je remercie le groupe de lexicométrie de l’E.N.S. Saint-Cloud et tout spécialement Annie Geoffroy pour m’avoir communiqué cet index).

35 Harmonies de la nature, p. 272.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.