Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À Paris sous la Révolution

 | 
Raymonde Monnier

Économie

Ateliers et manufactures : une réévaluation nécessaire

Jean-François Belhoste et Denis Woronoff

Texte intégral

  • 1 Bertrand Gille, Documents sur l’état de l’industrie et du commerce de Paris et du département de l (...)
  • 2 Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815), Paris, Société des études robespierristes (...)
  • 3 Pour les cartes de sûreté : Archives nationales, F7 4785-4824. Cette source a été exploitée entre (...)

1Paris est au xviiie siècle, et pour longtemps encore, une grande ville d’industrie. Pourquoi cette fonction de la capitale a-t-elle durablement échappé aux historiens ? Peut-être l’image convenue de l’industrialisation s’opposait-elle à la reconnaissance de cet état de fait. Peut-être aussi l’activité fabricante n’était-elle pas conforme au vouloir-être et paraître des élites parisiennes, dans la longue durée. Pour la période révolutionnaire, la marche des ateliers et des manufactures a été surtout envisagée d’un point de vue sociopolitique. Entrepreneurs, artisans et ouvriers ont fait l’objet d’études sans que les ateliers et les manufactures bénéficient d’un égal intérêt. S’il n’y a pas refoulement, il y a au moins évitement. Pourtant, dès 1963, Bertrand Gille, dans une plaquette à l’information dense et sûre, avait commencé à éclairer le terrain1. Puis des travaux sont venus, sur la base desquels on peut espérer que se bâtisse une histoire de l’industrie parisienne en Révolution2. Pourtant, nombreux sont encore les ouvrages et articles consacrés à une entreprise, à une branche d’activité à Paris dans une fourchette 1780-1820, qui font pratiquement l’impasse sur le moment révolutionnaire. Carence des sources ? Il ne nous est parvenu, il est vrai, que des bribes des premières enquêtes industrielles et l’on revient toujours aux dossiers cardinaux, celui des cartes de sûreté et celui de l’échange des grosses coupures d’assignats3. C’est plutôt du côté des archives privées que pourraient venir les bonnes surprises et surtout des archives notariales. Encore faut-il se convaincre au préalable de la légitimité de cette recherche.

État des lieux

Les secteurs dominants

  • 4 Parmi les travaux récents : Laurence Rouquier, « La consommation vestimentaire de la Maison Malon (...)
  • 5 Travaux inédits de Claude Maire, université du Québec à Montréal.
  • 6 Dans un domaine voisin, il ne faut pas sous-estimer l’importance de la fabrication d’instruments s (...)
  • 7 Jean-François Belhoste, « paris, carrefour de l’industrie et de la science mécaniciennes », dans N (...)
  • 8 Sur les Milne à La Muette, Serge Chassagne, Le Coton et ses patrons, France 1760-1840, Paris, Édit (...)
  • 9 Thomas Le Roux : « Les nuisances artisanales et industrielles à Paris, 1770-1830 », thèse soutenue (...)

2Le monde du textile et de l’habillement occupe à Paris peut-être 40 000 personnes, soit environ le tiers de la main-d’œuvre employée. Toutes les étoffes et les toiles sont fabriquées dans la capitale où, de la filature à l’impression, l’ensemble du cycle est présent. Paris habille de la tête aux pieds. Il n’est pas de vêtement ou d’accessoire qui n’y soit produit mais la bonneterie l’emporte sur les autres branches. Autre industrie citadine, le bâtiment. Par tradition, elle est bien implantée à Paris, dans la variété de ses métiers. Une fièvre spéculatrice s’est emparée de ce secteur à la fin de l’Ancien Régime, suscitant un contre-choc dans les dernières années. À côté de ces secteurs bien visibles, celui des industries du luxe paraît beaucoup plus difficile à saisir, sans doute parce que l’on peine à le délimiter. Arts précieux, « articles de Paris » (plumes, éventails, tabletterie, etc.), bijouterie et joaillerie bien sûr sont du lot mais ce groupe prend aussi appui sur l’habillement, par les dentelles, la couture ou la ganterie, ainsi que sur le bâtiment, dans la mesure où le décor de la demeure – meubles, miroirs, papiers peints – peut relever d’une consommation élitiste4. Les thèmes de la qualité, de la rareté et de la distinction définiraient ces produits que la mode et le prix déclassent et surclassent constamment. L’originalité de Paris tient aussi à la place décisive que s’y est faite la mécanique de précision. Au cœur du dispositif, les serruriers. On sait que cette profession n’était pas cantonnée dans la mise au point de serrures mais s’occupait aussi de ferrure spécialisée, telle que les systèmes d’ouverture/fermeture des fenêtres. Les serruriers sont en quelque sorte des proto-mécaniciens. Certains d’entre eux sont réputés, à Paris, au xviiie siècle, pour le montage des métiers à bas5. L’horlogerie a également acquis depuis longtemps un statut d’excellence et de fabrique innovante6. Ces deux ensembles professionnels forment le terreau de l’industrie mécanique qui s’imposera en ville au xixe siècle7. Cependant, dans les dernières années de l’Ancien Régime, les machines emblématiques de la première industrialisation – assortiments de filature de coton au château de La Muette et machines à vapeur à Chaillot – sortent d’entreprises nouvelles, manufactures et non d’ateliers artisanaux8. Cet équipement des filatures traduit la force de la « cottonmania ». L’industrie du coton proprement dite commence à s’installer dans la capitale et ses environs (ainsi à Saint-Denis ou à Melun) dans les années 1770-1780, préparant en quelque sorte l’apogée du Premier Empire. Stimulée en partie par les besoins de l’industrie textile, l’industrie chimique se développe dans l’agglomération, non sans provoquer des inquiétudes dans son environnement9.

Localisation

  • 10 Jean Tulard, Nouvelle histoire de Paris, la Révolution, Paris, Hachette, 1989. Raymonde Monnier, « (...)

3Deux éléments d’analyse doivent être tenus ensemble : la spécialisation relative des territoires et la mixité des travaux. De nombreux facteurs expliquent les positions fortes, localement, d’une industrie à la fin du xviiie siècle, tels que le besoin d’eau (pour les teintureries, entre autres), la disponibilité de l’espace (poudrerie), les réglementations de tradition ancienne (Faubourgs), la proximité des commanditaires (le vêtement au Centre) et des tutelles (l’imprimerie, dans le voisinage de la Sorbonne). Le faubourg Saint-Antoine a traditionnellement trois activités majeures, le meuble, les textiles et l’habillement (gaze, soie…), le travail des métaux (chaudronniers, armuriers). Le xviiie siècle y a ajouté le papier peint, les glaces, la porcelaine. L’autre grand faubourg, Saint-Marcel, est réputé pour le traitement des cuirs et peaux, pour la fabrication de couvertures, pour la bonneterie, la teinturerie et la blanchisserie. Il abrite aussi des effectifs importants employés dans le bâtiment. Au sud du faubourg Saint-Denis où dominent les fabricants d’étoffes, toutes sortes d’activités se juxtaposent, sans logique visible : horlogerie, fonderie, orfèvrerie, bijouterie à la Cité, étoffes, bonneterie, faïence et porcelaine aux Tuileries, quincaillerie, ferblanterie, serrurerie du Châtelet au Pont-Neuf10.

4D’un point de vue dynamique, deux traits sont à souligner. D’abord, une poussée vers l’ouest, à l’image de la ville elle-même. On citera comme implantations nouvelles dans la seconde moitié du xviiie siècle, Javel, Chaillot, Passy, l’Île aux cygnes. D’autre part, un phénomène d’industrialisation de la périphérie est sensible à cette même époque, surtout dans les industries du feu : la porcelaine et la faïence s’installent à Sèvres, Belleville, La Villette, Bagneux, Bourg-la-Reine, Clignancourt et le plomb laminé à Saint-Denis. Quant aux manufactures d’indiennes, on en trouve désormais à Saint-Denis et à Arcueil. Cela ne signifie pas que, dans les branches concernées, les créations ont cessé intra-muros. Mais il y a incontestablement un mouvement centripète, où se mêlent le besoin de terrains vastes et bon marché et des préoccupations en matière d’environnement. On voit qu’il est nécessaire de penser l’industrie parisienne en termes d’agglomération.

Organisation et division du travail

  • 11 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution fra (...)

5Les historiens se sont toujours préoccupés de l’organisation des métiers à Paris à la fin de l’Ancien Régime et de l’impact qu’a eu sur ce plan la Révolution. Ils ont sans doute porté moins d’attention aux formes même que revêt alors le travail. Le plus frappant est sans doute la coexistence des statuts et des tailles, loin de l’opposition primaire de l’artisanat et de l’industrie. L’atelier familial indépendant – ou croyant l’être – qui fournira la masse des sans-culottes domine, bien sûr, dans le paysage. À l’autre bout de la chaîne, se situe la grande manufacture dans laquelle travaillent des centaines d’ouvriers. Cette dernière est moins rare qu’on ne l’a cru et ne se limite pas aux entreprises nouvelles, comme celles des Périer ou de Réveillon. Ainsi, la fabrication de couvertures en compte plusieurs. En fait, cette grande manufacture associe souvent une manufacture concentrée et une constellation de petits ateliers à quoi s’ajoute le recours généralisé au travail à domicile. D’ailleurs, hormis les industries du feu ou de la mécanique lourde, toute activité fabricante peut être menée conjointement en manufacture concentrée et à domicile. Récemment, l’accent a été mis sur le travail des femmes, largement sous-estimé jusque-là11. Elles sont à l’œuvre à domicile, plus normalement que les hommes. On compte cependant des ateliers regroupant plus de cent ouvrières. Ces ouvrières parisiennes sont ordinairement employées comme couturières, bonnetières, dentellières, éventaillistes. Cela ne signifie pas qu’elles exercent toujours un monopole ; on le voit dans l’industrie de l’éventail où les hommes sont également actifs. En revanche, elles participent à des travaux en dehors du monde des textiles, comme en bijouterie, mais à l’étape peu valorisante des apprêts. Une telle variété de situations permet à l’industrie parisienne de suivre les fluctuations saisonnières des commandes et d’amortir, le cas échéant, les crises. S’il n’est pas possible de caractériser ces unités de production autrement que par leurs effectifs, il est utile de se souvenir que l’évaluation des journées de travail correspondrait mieux que celle des emplois à la réalité de l’industrie de ce temps.

Une industrie effondrée ?

Crises, abris, répits

  • 12 Nathalie Machetot, « Les ébénistes étrangers du faubourg Saint-Antoine dans la seconde moitié du x (...)
  • 13 Dans le cours d’économie politique qu’il présente à l’École normale de l’an III, Vandermonde disti (...)

6Les enquêtes de l’an IX et de 1807 montrent le repli, en termes de main-d’œuvre, de l’industrie parisienne pendant la Révolution. Le traumatisme apparaît sévère. Les ruptures dans l’histoire individuelle des entreprises, le comportement erratique de la monnaie qui pousse à « caler la voile » et à chercher d’autres occasions de s’enrichir, la guerre qui perturbe les approvisionnements et requiert beaucoup de bras, autant de raisons de crise. Les industries du luxe sont les plus durement touchées. Leur malaise a précédé de quelques années la Révolution mais celle-ci aggrave considérablement la situation, par l’émigration de la majeure partie (en termes de mode, sinon de dépenses) de leur clientèle. Il ne faut pas s’étonner que les ébénistes étrangers du Faubourg soient en difficulté dès la fin de 1789 et que beaucoup de ces ouvriers allemands et suisses regagnent leurs pays d’origine12. Bientôt, la vente du mobilier « national » (celui de la Couronne et celui des émigrés), qui s’apparente à un déstockage massif, pèsera négativement sur le marché. À la manufacture des glaces de Reuilly, le nombre d’ouvriers est passé de 962 en 1789 à 170 en l’an VII. La réquisition des jeunes est une des causes de cette hémorragie. Contre les malheurs du temps s’élaborent des conduites défensives. Artisans et entrepreneurs cherchent dans la consommation courante un substitut à la clientèle disparue. Dans la menuiserie comme dans l’habillement en tout cas, cela est possible ; qui peut le plus, peut le moins. Autre parade, la réparation. C’est le triomphe de l’économie du ravaudage. L’activité du Garde-Meuble en est un bon exemple et, à nouveau, le vêtement. Mais pour qui travaillait dans la plume et dans la perle, la reconversion est autrement difficile. La nouvelle élite des profiteurs de la Révolution et de la guerre, prête à la consommation ostentatoire, a-t-elle été une clientèle de rechange ? Jusqu’à Thermidor, le luxe avait mauvaise presse. Il est vrai que, ensuite, les nouveaux riches se sont rattrapés13.

  • 14 Henri Monin et Lucien Lazard éd., Sommier des biens nationaux de la ville de Paris, Paris, Imprime (...)

7Qu’en est-il des autres secteurs ? Celui des textiles et de l’habillement résiste en partie à la tourmente. Dans sa frange de luxe – soie, gaze entre autres – il souffre d’une carence de commandes et d’un déficit d’approvisionnement. En revanche, la production de couvertures, d’étoffes ordinaires progresse. On constate aussi le développement de la filature, en particulier pour le coton. Ce relatif essor, en amont de la chaîne, ne compense pas toutefois, en matière d’emplois, la crise de l’ensemble de la filière. Du côté du bâtiment, si les chantiers de construction souffrent de désaffection, une activité jusque-là marginale, la démolition, fait mieux que se défendre. De nombreux chantiers sont attribués à des entreprises de bâtiment ou plus rarement à des serruriers pour la destruction de « maisons nationales » vétustes ou dangereuses. Il arrive aussi que les autorités aient décidé de faire place nette pour élargir une voie ou redessiner une place. Les démolisseurs récupèrent les matériaux14. Il convient enfin de mentionner, pour son caractère spectaculaire, l’épanouissement de l’imprimerie porté par la multiplication des journaux. La période n’est pas uniformément sombre. La conjoncture est assez satisfaisante, sauf pour le luxe, de 1790 à 1792. La guerre, l’inflation, les tensions politiques et sociales ébranlent progressivement l’industrie parisienne, qui, entre l’an II et l’an IV, peine à survivre. Pendant cette période, seules les fabrications relevant des commandes militaires donnent le change. De l’an V à l’an VIII, un retour de croissance, encore hésitant, se manifeste, aussi bien dans les industries où Paris excelle de longue date (travail des métaux, textiles) que dans les secteurs récents du coton et de la chimie. Mais la tendance générale sur dix ans est un recul sévère de l’industrie.

L’encouragement de l’État

  • 15 Dominique De Place, « Le Bureau de consultation pour les arts, Paris, 1791-1796 », History and Tec (...)
  • 16 Catalogue détaillé des produits industriels exposés au Champ de Mars…, Paris (an VII).

8Seules les industries de guerre, qui seront présentées ci-dessous, ont bénéficié à Paris d’un appui énergique et durable de la part des autorités publiques. Cependant, des branches de fabrication diverses ont été au moins encouragées, au temps du dirigisme économique comme sous le Directoire. Par exemple, la capitale a été, de 1794 à 1797, le lieu d’implantation d’un atelier-école pour les faux et autres outils aratoires. L’objectif n’était pas de produire ces instruments sur place mais de former des ouvriers capables de diffuser ensuite les nouvelles techniques dans toute la France. La levée en masse devrait inciter à étendre l’emploi des faux qui économise la main-d’œuvre mais la guerre prive les fabricants de l’acier indispensable. Les inventeurs parisiens profitent, comme leurs collègues de province, de l’institution en 1791 d’un Bureau de consultation pour les arts qui soutient toutes sortes de procédés nouveaux et de mécaniques15. Une sociabilité scientifique et industrielle, dont Paris est le centre, se développe à travers un réseau de sociétés savantes, de cours publics et de journaux. Le gouvernement soutient ce mouvement, surtout sous le ministériat de Roland (1792), de Bénezech (an IV) et de François de Neufchâteau (an V et an VI). Il est difficile de mesurer l’effet de ces incitations sur les équipements des ateliers et les pratiques de travail. Reste que l’industrie parisienne en est la mieux informée, par un effet de proximité et de connivence qui n’est pas près de disparaître. On le voit dans l’exposition des produits de l’industrie nationale, qui se tient à Paris, en l’an VI16. Les fabricants parisiens, bien représentés dans les catégories de la mécanique, des arts des métaux, des textiles et de l’habillement reçoivent huit des douze médailles d’or décernées.

  • 17 Serge Chassagne, Le Coton et ses patrons, op. cit., p. 229-234.

9L’aide la plus concrète apportée par l’État à l’industrie parisienne a été certainement la disponibilité de « maisons nationales », essentiellement des couvents, pour être converties en bâtiments de production. Serge Chassagne a montré comment les filateurs de coton ont su économiser ainsi un montant significatif de capital fixe17. Certains, tels Bauwens, acquéreur d’un couvent à Passy en 1798, imagine combiner filature et construction de mécaniques. Un autre, comme Calla, se consacre aux seules machines. Ce brillant mécanicien a été installé par Bénézech dans l’ancien Hôtel des Menus plaisirs du roi, faubourg Poissonnière. Toutes sortes de métiers profitent de l’aubaine, soit en louant, soit plus souvent en achetant des maisons nationales. Les plus représentés au Sommier des biens nationaux de Paris sont les entrepreneurs de bâtiments, les serruriers et les charpentiers, la fabrication des armes formant un cas à part.

L’état de guerre

  • 18 Jean-François Belhoste, « Transports et fournitures militaires. Régies ou entreprises ? », La Révo (...)
  • 19 Haim Burstin, Le Faubourg Saint-Marcel, op. cit., p. 189.
  • 20 Ibid., p. 201.
  • 21 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, (...)

10Il est temps maintenant d’introduire dans le débat un fait d’importance considérable, qui ne doit pas être considéré comme surajouté, mais bien partie prenante des événements révolutionnaires, l’entrée en guerre de 1792 et les levées en masse successives qui portèrent les effectifs militaires à environ 900 000 hommes à l’été 1793. Les conséquences ne furent pas seulement politiques, elles furent aussi financières et économiques. Car il a bien fallu, et cela très rapidement, c’est-à-dire dès 1792 et à un rythme encore plus accéléré en 1793, nourrir, équiper, armer ces volontaires. Certes une bonne partie des approvisionnements fut trouvée en province, là où stationnaient les troupes, au plus près autant que possible des champs d’opération. Le principal d’ailleurs de ces fournitures, en tonnage comme en valeur, fut constitué par ce qui servait à nourrir les hommes et les chevaux – farine, viande, fourrage –, ce qui bien sûr concernait d’abord les campagnes18. Mais pour habiller les hommes, harnacher les chevaux, procurer fusils et artillerie, les industries urbaines furent aussi sollicitées. Certes la province fut largement requise, par exemple les villes lainières d’Elbeuf et de Lodève pour le drap des uniformes ; mais Paris eut sa part dans les secteurs où il était présent, mais aussi, lorsqu’il s’agissait de fourniture stratégique comme l’armement, pour rester au plus près du pouvoir et profiter également, lorsqu’il y avait des aspects techniques et scientifiques, de la proximité du monde savant. Un secteur, par exemple, où l’industrie parisienne était traditionnellement importante était la fabrication de couvertures. Installées quartier Saint-Victor dans la partie aval de la Bièvre, les entreprises Bacot, Martin et Pélissier, toutes déjà existantes en 1789 et qui employaient chacune 100 à 200 ouvriers, fournirent l’armée dès 179219. Autre secteur où Paris se distinguait, la tannerie – elle aussi installée principalement le long de la Bièvre, mais plus en amont dans le quartier Saint-Marcel, vers les rues du Fer à Moulin et de Lourcine – fut sollicitée très tôt pour fournir abondamment souliers, articles de sellerie et bourrellerie20. Il y eut, en outre, deux créations, celle des frères Coulon à Bercy et celle des Seguin à Sèvres (sur la fameuse île du même nom aujourd’hui à Boulogne). La première obtint, entre autres, la fourniture des chaussures pour l’armée d’Italie, la seconde, en l’an VI celle de « tous les cuirs tannés, corroyés et hongroyés nécessaires à la chaussure et à l’équipement de la totalité des troupes à pied et à cheval21 ». Leur succès était fondé sur l’utilisation de nouveaux procédés de tannage.

  • 22 Camille Richard, Le Comité de salut public et les fabrications de guerre sous la Terreur, Paris, 1 (...)
  • 23 Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine, op. cit., p. 66.
  • 24 Ibid., p. 64.
  • 25 Arch. dép. Seine, D5B6 3503.

11Quand il est question d’approvisionnements militaires, on pense cependant d’abord aux armes, armes portatives et artillerie. On connaît la décision un peu volontariste prise en août 1793 de faire fabriquer à Paris 1 000 fusils par jour, mais le plus surprenant c’est qu’elle ne fut sans doute pas loin d’être respectée, puisqu’on estime que la production journalière effective fut peut-être de 700 ou 8oo fusils22. Ce qui est intéressant aussi, c’est le mode d’organisation adopté pour tirer au mieux parti du potentiel existant en matière de travail du métal et du bois : petites forges dans les jardins publics, foreries sur des bateaux, ateliers d’assemblage dans les maisons nationales, le tout étant coordonné par l’ingénieur des Mines, Jean Henri Hassenfratz. En pluviôse an II, une partie de cette fabrication, comprenant forgeage, émoulage, confection de platines, fut installée aux Quinze-Vingts dans l’ancienne manufacture d’ouvrages d’acier poli qu’avait créée en 1786 Jean-Joseph Dauffe à qui fut naturellement confiée la direction du nouvel atelier23. La manufacture de boutons en métal qu’avait établie sur l’île Louviers le nommé Gérantel après un séjour de neuf ans à Birmingham, et qui, chose encore rare à l’époque, avait été dotée d’une machine à vapeur, devint aussi au même moment manufacture d’armes24. Une source spécifique, celle des dossiers de faillite, peut fournir occasionnellement des informations ponctuelles, permettant d’éclairer sous un jour différent cette même question. Voici par exemple le cas de Pierre Ambroise Ligier, fourbisseur rue Coquillière. Après avoir surtout fourni avant 1789 des épées dorées et des sabres d’acier à une clientèle aisée, il se mit pendant la Révolution à fabriquer des accessoires de scène pour des théâtres, tels ceux des Variétés, de la République et du Lycée des Arts tout en équipant les officiers des armées révolutionnaires25.

  • 26 Denis Woronoff, L’Industrie sidérurgique, op. cit., p. 384.
  • 27 Jacques Payen, Capital et machines à vapeur, op. cit. AN F12 2382.

12L’autre secteur à considérer est celui de la fabrication des canons, objet de toutes les sollicitudes de la part des ingénieurs et des savants, et qui donna lieu notamment à la parution dès l’an II de la fameuse « Description de l’art de fabriquer les canons » de Gaspard Monge26. Toutes sortes de fonderies furent créées en Normandie, Nivernais ou Périgord, mais l’une des principales du moment fut celle que Jacques-Constantin Périer établit dans son usine de Chaillot, déjà équipée, il est vrai pour produire de la fonte de seconde fusion. Dotée de six fours à réverbère, elle était en mesure de produire pratiquement tous les calibres, si bien que Périer, en l’an VI, pouvait prétendre s’y être « livré sans relâche à la fabrication d’artillerie et des armes de guerre en général27 ». Périer ayant été par ailleurs l’un des premiers industriels français à fabriquer dès 1789-1790 des machines à carder et filer le coton, voici un entrepreneur déjà présent sous l’Ancien Régime, qui put, grâce aux fabrications de guerre, maintenir son activité durant la Révolution et la poursuivre au-delà en la diversifiant, puisque Chaillot était encore l’une des plus grandes usines parisiennes sous la Restauration.

Quelle place donner aux grandes entreprises ?

  • 28 Raymonde Monnier, « Les structures du travail à Paris… », op. cit. Statistique des ouvriers de Par (...)
  • 29 Nathalie Montel, « Espaces et industries à Paris au xixe siècle. Les raffineries de sucre villetto (...)
  • 30 Travaux en cours de Benoît Dufournier.
  • 31 Gilles-Antoine Langlois, De la Salpétrière à la Bibliothèque nationale de France. Histoire d’un qu (...)
  • 32 Paul Smith, « L’industrie du tabac à Paris », Artisanat, industrialisation, op. cit., p. 237-254.

13C’est précisément sur cette question, celle des grandes entreprises que nous voudrions conclure ce tour d’horizon. Comme souligné plus haut, Paris n’était pas seulement une ville d’artisanat et de petites industries, même si dans les secteurs vitaux du bâtiment, de l’habillement, de l’alimentation, la petite taille était plutôt la règle28. Car à côté de cela existaient bon nombre d’entreprises qui employaient quelques centaines de salariés dans des secteurs traditionnels comme le textile ou la fabrication de papiers peints, ou plus récents comme l’industrie mécanique dont on vient de parler. Le problème, c’est que vu la discontinuité des sources, la Révolution est surtout envisagée comme un moment de coupure et d’effondrement, sans que l’on puisse discerner la filiation qui a pu, somme doute, exister en la matière, entre l’Ancien Régime et la Restauration. Sans avoir l’ambition d’un bilan exhaustif, nous voudrions simplement à partir de quelques exemples faire sentir cette continuité dont ont fait preuve certaines entreprises ou certains secteurs, après un temps de désorganisation qui a pu se traduire par des disparitions suivies de refondations. Le secteur de l’alimentation peut offrir une première série d’exemples. Commençons par le raffinage du sucre, activité qui deviendra majeure à Paris à la fin des années 1820 au quartier de la Villette29. Il existait depuis 1757 une grande raffinerie à Bercy qui recevait ses sucres bruts de Nantes par le canal d’Orléans. Lieu d’innovation et d’expérimentation dans les années 1780, fortement encouragée du reste par l’Académie des sciences, elle continua de fonctionner jusqu’aux années 1820, gérée pendant la Révolution par un frère d’Antoine Joseph Santerre, Théodore François30. D’autres raffineries entre-temps étaient nées, notamment celle créée en 1801 à Passy par Benjamin Delessert dont on connaît le rôle dans le développement du sucre de betterave. Mais disons pour simplifier que sans Bercy, il n’y aurait pas eu Passy. Autre exemple, la fabrication des bouteilles, plus précisément celle des bouteilles noires, produites dans des fours fonctionnant au charbon et servant à la conservation des vins dits de garde (lesquels étaient embouteillés dans les caves des particuliers qui achetaient leur vin en barrique). La plus grande de France, ce qui ne surprendra pas vu l’importance du marché parisien, était celle de Sèvres (au Bas-Meudon), fondée en 1755 par la marquise de Pompadour. Son activité se ralentit sous la Révolution, mais ne cessa pas. Un transfuge de l’entreprise, son ancien régisseur, Jean-André Saget, créa même en 1792 sa propre fabrique Quartier de la Gare, sur un terrain d’un hectare et demi provenant de l’abbaye Saint-Victor, en amont donc de Paris, là où arrivaient les charbons stéphanois, acheminés par le canal du Loing31. Il occupait une cinquantaine d’ouvriers, fabriquait, entre autres, des bouteilles à col large, ce qui prouve que les événements révolutionnaires n’avaient pas fait disparaître la consommation des bons vins. Disons encore un mot du tabac, dont la fabrication qui s’effectuait à l’hôtel Longueville, rue Saint-Thomas-du-Louvre, fut désorganisée par la suppression de la Ferme générale. Mais loin de disparaître, elle fut continuée dans ces anciens locaux par des particuliers, les Robillard, tandis que d’autres, Phélippon et Cie, créaient sur un terrain de 9 000 m2 acquis en juillet 1792 au Gros Caillou, en amont de la plaine de Grenelle, un nouvel établissement, appelé à devenir, avec près de 1 000 ouvriers et ouvrières, la plus grande usine parisienne de la Restauration32.

  • 33 Maurice Daumas, « Les mécaniciens autodidactes français et l’acquisition des techniques britanniqu (...)
  • 34 AN F12 2424. Jean-François Belhoste, Évelyne Lohr, Paul Smith, « paris, ville d’usines au xixe siè (...)

14Nos dernières remarques porteront sur deux secteurs, la mécanique et la chimie, dont l’essor avait commencé sous l’Ancien Régime. Là aussi, il n’est pas facile de voir en quoi la Révolution n’a pas été une simple rupture, mais un moment de réorganisation d’où sont sorties des choses nouvelles. Concernant la mécanique, on a déjà dit comment Périer à Chaillot avait su profiter des commandes militaires. Il faudrait voir aussi de plus près l’itinéraire des anciens fabricants de métiers à bas du quartier de Charonne, dans quelle mesure notamment ils ont pu participer au développement dans ce même quartier des fabriques de machines de cardage et filature de coton. L’exemple d’Étienne Calla est peut-être significatif. Sans doute formé chez Vaucanson à l’hôtel de Mortagne, il travailla ensuite chez Périer où il apprit sans doute le métier de fondeur avant de créer sa propre entreprise en l’an V dans la maison des Plaisirs nationaux, rue du Faubourg-Poissonnière, mise à sa disposition par le Directoire, puis de s’installer, un peu plus tard, sur un terrain voisin, mais plus vaste provenant de l’ancien Clos des Lazaristes33. On peut encore évoquer le cas d’Hildebrand, un mécanicien du faubourg Saint-Antoine, actif dès 1791, chez qui démarra vers 1815 François Cavé, l’un des plus grands mécaniciens de la monarchie de Juillet, qui fabriquait machines et bateaux à vapeur dans une grande usine, couvrant alors deux hectares et demi en haut du faubourg Saint-Denis34. La mécanique industrielle naissante, tenant, en fait, tout autant de la métallurgie que de la mécanique proprement dite, profita quoi qu’il en soit de l’effort de guerre, comme aussi des terrains et bâtiments mis à disposition par la vente des biens nationaux.

  • 35 Bertrand Gille, Documents sur l’état de l’industrie, op. cit.
  • 36 Pierre Vigreux, « Biographie d’Anselme Payen. Les professeurs du Conservatoire national des Arts e (...)
  • 37 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers, op. cit., p. 305.
  • 38 Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolut (...)

15Reste à parler d’un secteur mal connu et qui pourtant intéressa beaucoup les savants engagés dans la Révolution comme Berthollet, Fourcroy, Guyton-Morveau, ou encore Monge et Chaptal : la chimie, à une époque où, après les découvertes de Lavoisier on croyait beaucoup à la possibilité d’en tirer toutes sortes d’applications utiles. Le fait est qu’un certain nombre de créations intervinrent à ce moment. Existait certes déjà dans la plaine de Grenelle l’usine de Javel, fabricant surtout de l’huile de vitriol, c’est-à-dire de l’acide sulfurique35. Mais s’y ajoutèrent celle que Nicolas Leblanc, l’inventeur du procédé de fabrication de la soude artificielle (en attaquant le sel marin par l’acide sulfurique), créa en 1791 à Saint-Denis, celle établie à Grenelle en 1792 par Jean- Baptiste Payen, pour la fabrication de chlorure d’ammoniaque (par calcination de carcasses)36, enfin celle, très importante, qu’installa Chaptal aux Ternes en 179837. L’effort de guerre eut encore un effet entraînant, notamment pour tout ce qui concernait la fabrication des poudres. Fait symptomatique, enfin, la chimie fut choisie, en 1794, par Monge comme discipline fondamentale à enseigner dans la nouvelle École polytechnique. C’est qu’en effet on lui voyait de grandes vertus utilitaires, la considérant comme un domaine où pouvaient collaborer parfaitement théorie et pratique. En vérité, ces espoirs furent largement déçus38. Il reste cependant indéniable que c’est durant la Révolution que furent jetées les bases d’une industrie, qui bien que négligée par les historiens, joua un grand rôle à Paris durant la première moitié du xixe siècle. Elle est, en ce sens, particulièrement significative des ambiguïtés qui caractérisent l’histoire industrielle pour la période révolutionnaire.

Notes

1 Bertrand Gille, Documents sur l’état de l’industrie et du commerce de Paris et du département de la Seine (1770-1810), Paris, Imprimerie municipale, 1963.

2 Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815), Paris, Société des études robespierristes, 1980, Id., « Les structures du travail à Paris à l’époque de la Révolution », Études et documents, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 6, 1994, p. 459-488. Haim Burstin, Le Faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. Structures économiques et composition sociale, Paris, Société des études robespierristes, 1983, Id., « problèmes du travail à Paris sous la Révolution », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 44/4, 1997, p. 650-682.

3 Pour les cartes de sûreté : Archives nationales, F7 4785-4824. Cette source a été exploitée entre autres par Raymonde Monnier et par Haim Burstin. Frédéric Braesch a été le premier à utiliser l’épisode de l’échange des grosses coupures, « Essai de statistique de la population ouvrière de Paris vers 1791 », La Révolution française, t. 63, juillet 1912, p. 289-321.

4 Parmi les travaux récents : Laurence Rouquier, « La consommation vestimentaire de la Maison Malon de Bercy, 1734-1790 », mémoire de maîtrise, université Paris I, 2000. Christine Velut, Décors de papier. Production, commerce et usages des papiers peints à Paris, 1750-1820, Paris, Éditions du Patrimoine, 2006.

5 Travaux inédits de Claude Maire, université du Québec à Montréal.

6 Dans un domaine voisin, il ne faut pas sous-estimer l’importance de la fabrication d’instruments scientifiques, Maurice Daumas, Les Instruments scientifiques aux xviie et xviiie siècles, Paris, PUF, 1953.

7 Jean-François Belhoste, « paris, carrefour de l’industrie et de la science mécaniciennes », dans Natacha Coquery, Liliane Hilaire-Pérez, Line Sallmann, Catherine Verna, Artisans, industries, nouvelles révolutions du Moyen Âge à nos jours, Lyon, ENS Éditions-SFHST, 2004, p. 215-226.

8 Sur les Milne à La Muette, Serge Chassagne, Le Coton et ses patrons, France 1760-1840, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991, p. 191-194. Sur la manufacture de Chaillot, Jacques Payen, Capital et machine à vapeur au xviiie siècle : les frères Périer et l’introduction en France de la machine à vapeur de Watt, Paris, Éditions de l’EHESS, 1969.

9 Thomas Le Roux : « Les nuisances artisanales et industrielles à Paris, 1770-1830 », thèse soutenue à l’université Paris I (22 juin 2007).

10 Jean Tulard, Nouvelle histoire de Paris, la Révolution, Paris, Hachette, 1989. Raymonde Monnier, « Économie et ravitaillement », dans Émile Ducoudray, Raymonde Monnier, Daniel Roche et Alexandra Laclau, Atlas de la Révolution française, vol. 11, Paris, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 40-41.

11 Dominique Godineau, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988.

12 Nathalie Machetot, « Les ébénistes étrangers du faubourg Saint-Antoine dans la seconde moitié du xviiie siècle », mémoire de maîtrise, université Paris I, 1999.

13 Dans le cours d’économie politique qu’il présente à l’École normale de l’an III, Vandermonde distingue le luxe et le faste (qu’il condamne) et réhabilite « les besoins factices », Daniel Nordman dir., L’École normale de l’an III. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique, Paris, Dunod, 1994.

14 Henri Monin et Lucien Lazard éd., Sommier des biens nationaux de la ville de Paris, Paris, Imprimerie municipale, 1976.

15 Dominique De Place, « Le Bureau de consultation pour les arts, Paris, 1791-1796 », History and Technology, vol. 5, n° 2-4, 1988, p. 139-178.

16 Catalogue détaillé des produits industriels exposés au Champ de Mars…, Paris (an VII).

17 Serge Chassagne, Le Coton et ses patrons, op. cit., p. 229-234.

18 Jean-François Belhoste, « Transports et fournitures militaires. Régies ou entreprises ? », La Révolution française et le développement du capitalisme, Revue du Nord, numéro spécial, 1989, p. 255-268.

19 Haim Burstin, Le Faubourg Saint-Marcel, op. cit., p. 189.

20 Ibid., p. 201.

21 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1974, p. 155.

22 Camille Richard, Le Comité de salut public et les fabrications de guerre sous la Terreur, Paris, 1922. Denis Woronoff, L’Industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, Éditions de l’EHESS, 1984, p. 383-391.

23 Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine, op. cit., p. 66.

24 Ibid., p. 64.

25 Arch. dép. Seine, D5B6 3503.

26 Denis Woronoff, L’Industrie sidérurgique, op. cit., p. 384.

27 Jacques Payen, Capital et machines à vapeur, op. cit. AN F12 2382.

28 Raymonde Monnier, « Les structures du travail à Paris… », op. cit. Statistique des ouvriers de Paris au 1er mars 1807, AN F12 502.

29 Nathalie Montel, « Espaces et industries à Paris au xixe siècle. Les raffineries de sucre villettoises (1824-1885) », Artisanat, industrialisation, désindustrialisation en Île-de-France, Paris et Île-de-France. Mémoires, tome 51, 2000, p. 217-236.

30 Travaux en cours de Benoît Dufournier.

31 Gilles-Antoine Langlois, De la Salpétrière à la Bibliothèque nationale de France. Histoire d’un quartier de Paris, Paris, 2000, p. 42.

32 Paul Smith, « L’industrie du tabac à Paris », Artisanat, industrialisation, op. cit., p. 237-254.

33 Maurice Daumas, « Les mécaniciens autodidactes français et l’acquisition des techniques britanniques », dans L’Acquisition des techniques par les pays non initiateurs, Paris, Éditions du CNRS, 1973, p. 309 (Colloques internationaux no 538). Serge Chassagne, Le Coton et ses patrons, op. cit., p. 355.

34 AN F12 2424. Jean-François Belhoste, Évelyne Lohr, Paul Smith, « paris, ville d’usines au xixe siècle », dans La Modernité avant Haussmann, Paris, Éditions Recherches, 2001, p. 345.

35 Bertrand Gille, Documents sur l’état de l’industrie, op. cit.

36 Pierre Vigreux, « Biographie d’Anselme Payen. Les professeurs du Conservatoire national des Arts et Métiers », Dictionnaire biographique, tome 2, Paris, INRP, 1994, p. 357.

37 Louis Bergeron, Banquiers, négociants et manufacturiers, op. cit., p. 305.

38 Bruno Belhoste, La Formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Éditions Belin, 2003, p. 293.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540