Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Fédération des sociétés historiques et archéologiques de paris et de l’Ile-de-France

Recommandations aux auteurs pour la présentation de leurs manuscrits

Béatrix de Buffévent

Texte intégral

1Les auteurs sont priés de lire attentivement les instructions ci-dessous et d’y conformer strictement leurs manuscrits, afin d’éviter des corrections coûteuses, de grands retards dans la publication des articles ou même de s’en voir refuser la publication.

2Tout projet de publication doit être accepté par la Commission de publication de la Fédération. La Commission confie l’examen du manuscrit à l’un de ses membres. Le refus de la Commission est sans appel. Elle se réserve le droit d’adapter les manuscrits aux normes scientifiques et typographiques qu’elle a déterminées pour ses publications et de procéder à toute modification ou suppression jugée utile, dans le texte, les notes, les illustrations. Elle peut demander aux auteurs de revoir, selon ses instructions, leur manuscrit.

3Un manuscrit est un texte définitif, déjà relu et parfaitement au point, non susceptible d’être remanié au stade des épreuves. Tout le travail de conception et de mise en page est, en effet, exécuté d’après le texte tel qu’il est remis à la Fédération et des modifications ultérieures peuvent avoir des répercussions importantes et coûteuses.

4Aucun texte, document, courbe, illustration, etc., ne peut et ne doit être utilisé sans l’autorisation expresse et écrite de son propriétaire (éditeur de livres ou de revues, musées, bibliothèques...) ou de son auteur, conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique.

5Les textes imprimés et publiés par la Fédération ne peuvent être reproduits dans une autre publication sans l’autorisation écrite de la Fédération.

6Afin de réduire les délais et les frais d’impression, les auteurs sont priés de bien vouloir respecter les normes suivantes de présentation de leur texte, la Fédération se réservant le droit de ne pas publier un texte dont les défauts de présentation entraîneraient un surcroît élevé d’impression.

7Les auteurs reçoivent un jeu de premières épreuves qu’ils doivent retourner, muni de leur « bon à tirer » dans les 15 jours suivants : seules sont admises les corrections des erreurs typographiques, à l’exclusion de toute modification par rapport au texte du manuscrit remis et approuvé par la Commission.

8L’envoi à la Fédération, par un membre de l’une des sociétés fédérées, d’une étude destinée à être publiée, implique l’acceptation, par l’auteur, des présentes conditions.

PRÉSENTATION DES MANUSCRITS

9Les auteurs doivent fournir, avec leur disquette, un tirage recto sur papier format 21 x 29,7 à double interligne avec marge de 3 cm pour correction et annotations. La page de texte doit comprendre 1 800 signes maximum soit 30 lignes de 60 signes et intervalles.

10On présentera séparément

  • les notes en bas de page, numérotées en continu et également en double interligne. Voir ci-dessous par. 3 ;
  • les textes de pièces justificatives ;
  • les illustrations, tableaux, graphiques, etc., même destinés à figurer dans le texte.

1. Dactylographie

11Selon les conventions en usage : tout ce qui est souligné dans le manuscrit apparaîtra en italique dans le texte imprimé ; souligné de 2 traits, en petites capitales et de 3 traits, en grandes capitales.

12Dans le texte :

  • Les noms propres de lieu et de personnes seront toujours laissés en minuscules ;
  • les citations (un seul mot, une phrase ou quelques lignes) seront indiquées par des guillemets et jamais soulignées ;
  • les citations plus longues ou les extraits de documents seront séparés du texte par un alinéa et seront composés par l’imprimeur en « petit texte ». (Cette indication à l’usage de l’imprimeur doit figurer dans la marge.). Il est alors nécessaire de rédiger de façon particulière, afin de lier l’une à l’autre les deux parties du texte. La citation en petit texte peut n’être pas le début d’une phrase ; dans ce cas, le premier mot est précédé de 3 points (...) et la lettre initiale en « minuscule » (dans le cas contraire, en majuscule.) On peut aussi reporter la citation dans les notes de bas de page. Ne pas oublier d’indiquer en note la référence de toute citation. Voir ci-dessous : « Notes de bas de page » ;
  • les courtes citations en latin ou en langue étrangère (à l’exception des mots passés dans l’usage courant) seront soulignées d’un trait ( = italique) ;
  • les titres d’ouvrages, de revues et journaux cités dans le texte ou dans les notes seront mis en italiques ( = souligné d’un trait) et jamais entre guillemets ;
  • en revanche, les titres des articles seront en caractères romains et mis entre guillemets.

2. Sources manuscrites

13Les sources manuscrites ne comportent jamais de soulignement ou d’italique : les titres de pièces justificatives doivent être cités entre guillemets. Pas de point dans les cotes d’archives. On notera clairement la désignation de la série, du fonds (ou la collection) :

14Exemples : Arch. nat., H1806

15Z1A 472 à 523

16AD IX 471, p. 957-959

17Arch. nat. Min. Central, X 127, 5 mars 1664

18Arch. dép. Yvelines, 4 M3 24

19Arch. mun. Versailles, D181, 15 févr. 1841

20Arch. des Quinze-Vingts, Registre semainier B 5 960 Bibl. nat., Ms fr. 24 802, fol. 180 v

21Si la référence à une source (archive ou manuscrit) a déjà été donnée et s’il n’y pas risque de confusion, on l’abrégera par ibid. ( = même fonds), ici. ( = même cote) ou au contraire autre cote.

3. Notes de bas de page

22Elles sont destinées aux références (sources et bibliographies), à certaines citations longues. Ne jamais aller à la ligne dans les notes, mais séparer les divers éléments d’une même note par un point-virgule.

23A. Pour un ouvrage : les références bibliographiques en note comprendront l’initiale du prénom et le nom de l’auteur en petites capitales (initiale en grandes capitales), le titre de l’ouvrage (souligné = italique), le lieu d’édition, l’année de publication, les pages concernées. Exemple : A. Terroine, L. Fossier éd., Chartes et documents de l’abbaye de Saint-Magloire, t. II, Paris, 1966, p. 121-123. [Ne pas indiquer le nom de l’éditeur.] Nota bene. L’usage abrège certains prénoms par leurs deux premières lettres : Ch. pour Charles ; Ed. pour Edmond ; Ph. pour Philippe ; etc. De même, pour les prénoms double : J.-L. pour Jean-Louis ; M.-T. pour Marie-Thérèse.

24Si l’ouvrage a déjà été cité dans l’article ou s’il figure dans une « Bibliographie » imprimée en tête de l’article, on abrégera la référence. Exemple : A. Terroine, L. Fossier, op. cit., t. I, p. 35 ; ou s’il n’y a pas de risque de confusion : Id. ou Ead. (pour l’auteur donc en petites capitales), ibid. (pour l’ouvrage donc en minuscule), p. ... S’il s’agit du même auteur, mais d’un ouvrage différent : Id. ou Ead. + Titre de l’ouvrage. Même remarque pour les fonds d’archives, mais : ibid. (même fonds), id. (même cote) ou au contraire autre cote.

25B. Pour un article de périodique : les références bibliographiques en note comporteront : initiale du prénom, nom en petites capitales ( = souligné 2 fois), titre en romain entre « », (virgule) et aussitôt après le nom de la revue en italique (donc souligné) puis tomaison, n° , date (éventuellement dates distinctes, l’une correspondant à la tomaison, l’autre à la date effective de publication), p. concernées. Exemple : J.-L. Bourgeon, « L’île de la Cité pendant la Fronde », Paris et Ile-de-France, Mémoires, t. XIII, 1962, p. ...

26Si l’article a déjà été cité en note ou s’il figure dans un chapitre « Bibliographie » et s’il n’y a pas de confusion possible, on peut y renvoyer par art. cit., p. ... ou par ibid. ( = même revue, donc souligne = italique), Id. ou Ead ( = même auteur, donc non souligné).

27C. Liste des principales abréviations utilisées dans les notes :

28n. – note

29ms [sans point] – manuscrit mss = manuscrits

30coll. – collection

31vol. – volume

32fol. – fol. donc : fol. 15 ( = recto)

33v – verso donc : fol. 15v ( = verso)

34et : fol. 15-v ( = recto-verso)

35p. – page

36col. – colonne

37pl. – planche

38fig. – figure

39ill. – illustration

40graph. – graphique

41Arch. nat. – Archives nationales

42Arch. Comm. – Archives communales

43Bibl. nat. de France – Bibliothèque nationale de France

44Bibl. mun. – Bibliothèque municipale = nom de la ville

45Ci-dessus et ci-dessous et non supra et infra (la plupart du temps, le mot « voir » n’est pas nécessaire). Cf. (Confer), d’usage exceptionnel, seulement dans le cas où il s’agit d’inviter à une comparaison.

4. Sources et bibliographie en fin d’article

46Les sources sont de trois sortes : les sources manuscrites conservées dans des dépôts d’archives, ou dans des bibliothèques et les sources imprimées. Ces dernières recouvrent des textes publiés : sources narratives de l’époque, ouvrages de l’époque considérés comme des sources (ex. Traité de la police... de Nicolas Delamare).

47La bibliographie mentionnera pour les ouvrages et dans l’ordre suivant :

  • le nom de l’auteur en petites capitales (initiale en grande capitale) ;
  • le prénom en entier ;
  • le titre de l’ouvrage en italiques (c’est-à-dire souligné) ;
  • la ville et la date d’édition ;
  • le nombre de volumes, éventuellement, le ou les tomes concernés ;
  • Le nombre de pages ou les pages (ou colonnes) concernées.

5. Quelques remarques sur majuscules/minuscules, traits d’union, etc.

48Les noms français des villes (Londres, Aix-la-Chapelle, etc.) ou des monuments (Saint-Pierre de Rome, etc.) seront conservés lorsqu’ils sont entrés dans l’usage courant.

49Le mot « saint » s’écrit en toutes lettres ; il sera dactylographié en minuscules ; s’appliquant à un personnage, il ne prend pas de majuscules (saint Paul) ; en revanche, il comporte une initiale majuscule s’il s’agit d’une œuvre d’art déterminée, par exemple « le Saint-Jacques du portail ». S’il s’agit d’un édifice religieux ou d’un nom de lieu, il comportera une initiale majuscule et sera suivi d’un trait d’union (Saint-Germain-des-Prés, Saint-Germain-en-Laye). De même, on ne mettra pas de capitales à : symboles des évangélistes, adoration des mages, crucifixion, etc. Sauf lorsqu’il s’agit du titre d’une œuvre d’art déterminée. En revanche, on mettra en capitales l’initiale des mots le Christ, la Vierge.

50Les titres complets d’œuvres d’art déterminées doivent être en italiques dans le texte. Ex. L’enlèvement des Sabines, par David.

51Les noms des points cardinaux et intermédiaires ou synonymes pris dans le sens de l’orientation, toujours écrits en toutes lettres, ne prennent pas de majuscule sauf lorsqu’ils désignent une région ou une étendue de territoire. Exemple : le mur nord de l’église, mais la bière du Nord ; à l’ouest de l’abside, mais le voyage dans le Sud-Ouest.

6. Illustrations, graphiques, tableaux, cartes...

52Chaque illustration, quelle que soit sa nature, sera annoncée dans le texte par un n° d’appel et accompagnée d’une légende claire et de toutes les informations utiles : sources, échelle graphique, orientation, cote du document...

53Les cartes et plans seront établis au trait, sur calque, sous forme d’original noir et blanc et directement reproductibles. Textes et chiffres figurant sur ces cartes ou plans ne doivent pas être manuscrits. Les différents éléments doivent être lisibles, même en cas de réduction ; différenciés par des trames ou des signes (jamais par des couleurs) et suffisamment claires.

54Les photographies d’œuvres d’art ou les photographies originales doivent être fournies soit sous la forme de clichés (ekta ou diapositive pour les couleurs et négatif ou positif sans trame pour les noirs et blancs), soit sous celle d’un tirage papier de bonne qualité. Mentionner éventuellement le crédit photographique : nom du photographe, provenance exacte du cliché.

55Pour la Commission de publication
Béatrix de BUFFÉVENT

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter