Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Les autres et soi

« À nous deux paris ! »

Devenir Parisien dans les feuilletons télévisés français (1961-1967)

Myriam Tsikounas

Texte intégral

1Comment, durant les Trente Glorieuses, à un moment de plein emploi mais de crise persistante du logement, la télévision, qui connaît un essor rapide et commence, à l’aube des années soixante, à surpasser la radio et le cinéma, montre-t-elle aux Français l’installation du provincial à Paris ?

  • 1 En 1959 est tourné le premier feuilleton français, Le Tour de France par deux enfants. En 1963, le (...)
  • 2 Selon ces grandes enquêtes, plus le niveau d’instruction est élevé et plus l’audience est faible. (...)
  • 3 Ils ont souvent été rediffusés sur l’autre chaîne nationale et dans un format différent. Par exemp (...)

2Pour tenter de répondre à cette question, j’ai choisi d’observer le « feuilleton français ». En effet, quand on compulse le courrier des téléspectateurs et les enquêtes de satisfaction commandées par les services de l’ORTF, on s’aperçoit que ce genre, apparu en 1959 et en constante progression1, est non seulement très suivi mais majoritairement regardé par les provinciaux, ouvriers et cadres moyens2. En outre, les feuilletons, programmés entre les actualités régionales et le journal télévisé ou en prime time, sont plusieurs fois rediffusés dans les trois années qui suivent leur premier passage à l’antenne et toujours à des heures d’audience maximale3. 11 a donc été difficile d’y échapper et l’on peut penser qu’ils ont laissé une empreinte sur leurs destinataires. En raison de leur format (treize minutes), de la complexité et de la lourdeur des systèmes de droits d’auteur et de la cherté des doublages - les acteurs y sont extraordinairement volubiles - ces fictions sont également une spécificité française. Aussi peut-on risquer l’hypothèse qu’ils renseignent plus finement sur les préoccupations des Français, leurs craintes et leurs espoirs, que des œuvres conçues pour l’exportation.

  • 4 « Décidé à faire du théâtre, il a quitté sa ville natale pour monter à Paris où il a trouvé à se l (...)
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

3Ces documents présentent une autre particularité : ils présupposent un engagement du public spécialement important. Tout d’abord, le téléspectateur attend impatiemment la suite de l’histoire, le lendemain ou la semaine suivante : il y songe, il en parle... Ensuite, les vedettes des feuilletons sont, au départ, des inconnues. Elles sortent du Conservatoire et n’ont pas encore joué ou seulement les utilités. De fait, leur popularité est de nature différente de celle d’un acteur de grand écran. Dans les déclarations qu’ils accordent à la presse, les comédiens entretiennent d’ailleurs la confusion entre personne et personnage, vie à la scène et à la ville, afin de renforcer la participation du destinataire. Comme les êtres de papier à qui ils prêtent leur corps, ils sont des provinciaux. Sophie Agacinski, l’interprète de Seule à Paris, explique dans les trois hebdomadaires de télévision d’alors qu’elle est née dans le Jura puis a grandi à Lyon. A l’instar de Lucien Gonfaron, l’un des trois « copains », Henri Tisot est méridional et cultive soigneusement son accent du midi. Henri Serre, qui vient de Sète et habite au Quartier latin, se confond avec le rôle qu’il endosse dans Chambre à louer. Sa partenaire, Dominique Lacarrière, rappelle elle aussi aux journalistes qu’elle est Niçoise et loge à proximité de la place de la Contrescarpe, comme dans le feuilleton4. Tel Lucien de Rubempré, qu’il incarne, Yves Rénier, né à Berne, a emménagé dans une mansarde (de la rue Saint-André-des-Arts et non de la Clef) depuis laquelle il découvre « un paysage de toits et de cheminées avec, au-delà, la Seine »5. Très impliqués, les téléspectateurs, qui voient de soir en soir des débutants vivre sur écran une aventure qui pourrait être la leur, écrivent aux chaînes, conseillent les héros, devenus des familiers, contestent un dénouement et finissent par intervenir sur le récit, voire imposer une réécriture constante comme ce fut le cas pour Une chambre à louer dont le scénario a été modifié sept fois6.

4Au départ, je souhaitais examiner la période qui s’étale de 1960 à 1974. Je pensais m’acheminer de la naissance du feuilleton français, qui coïncide avec le début de l’équipement massif des ménages français en téléviseurs, à l’éclatement de l’ORTF, en 1974, chant du cygne d’un service public soucieux non seulement de distraire mais d’instruire. Une simple navigation dans la base de consultation informatisée fournie par l’INAthèque m’a suffi pour comprendre que je faisais fausse route. Le thème du provincial à Paris, très présent dans la première moitié des années soixante, disparaît au début de la seconde, ou, plus exactement, ne revient que par le biais des rediffusions. Dès 1967, les feuilletons s’évanouissent aussi, relayés par des « séries à héros récurrents ».

  • 7 Les résumés fournis par Télé 7 jours, Télérama et Télé magazine sont très souvent de simples repri (...)
  • 8 Les Illusions perdues, dont l’adaptation a demandé plus de huit mois à Maurice Cazeneuve. a coûté (...)
  • 9 Lors de leur premier passage, Belphégot et Les Illusions perdues sont diffusés chaque samedi soir, (...)

5Comme pour les fonds antérieurs à 1986 la base de données de l’INAthèque n’est pas complète, j’ai constitué mon corpus en compulsant les magazines consacrés au petit écran et les bulletins des chefs de chaîne7. J’ai dénombré sept feuilletons centrés, tout ou partie, sur l’installation d’un provincial à Paris. L’échantillon étant de dimension modeste, J’ai choisi, après hésitation et parce que ce travail ne s’inscrit pas dans une perspective esthétique, d’inclure deux productions qui s’écartent de l’ensemble, deux adaptations littéraires réactualisées (Belphégor) ou non (Les Illusions perdues) - mais toujours transposées en fonction des besoins du temps présent -, deux œuvres plus ambitieuses8 que les autres et diffusées à une fréquence, à des heures et dans un format différents9.

  • 10 Marcel Bluwal prend la décision de confier la fabrication des feuilletons au secteur privé car « l (...)
  • 11 Une copie de ce feuilleton a été vendue au Forum des Images où l’on peut également le consulter.
  • 12 Un épisode, « Le prix du silence », diffusé le dimanche 21 janvier 1962 de 19h25 à 19h55 m’intéres (...)
  • 13 Beaucoup de réalisateurs et de scénaristes sont aujourd’hui décédés et les survivants n’ont pas né (...)
  • 14 La voix off annonce simplement : « Le père de famille, pour assurer une meilleure scolarité à ses (...)

6Lors de cette recension, j’ai sous-estimé les difficultés de visionnage. Dès 1959, pour des raisons de prix, malgré le monopole de production, la plupart des feuilletons sont confectionnes dans le secteur privé10. De fait, leur copie n’est pas nécessairement déposée à l’INA. Lorsqu’elle l’est, elle se trouve rarement sur le bon support car ce genre, considéré comme mineur, n’a pas encore suscité l’engouement des chercheurs. Trois documents étaient directement consultables. L’INAthèque possède une vidéo des Illusions perdues11 ; Le Temps des Copains et Belphégor sont disponibles en cassettes dans la collection « Mémoire de la télévision ». L’Inspecteur Leclerc enquête, réalisé par Marcel Bluwal mais confié à une maison de production qui n’existe plus, est introuvable12. L’INA possédait, en film seize millimètres, Une chambre à louer, Seule à Paris et Vive la vie. Compte tenu du coût financier de l’opération, je n’ai réussi à faire recopier sur support VHS que quinze épisodes de chaque série qui en compte en moyenne cinquante-deux. J’ai évidemment tenté de me faire une idée des chaînons manquants à partir de la documentation écrite. Mais, en raison de ces systèmes de coproduction, la documentation écrite est également bien mince. A l’amont, il est très difficile de connaître les conditions de production, car les projets initiaux et les scénarios n’ont pas été déposés à l’INA qui possède seulement les budgets, les contrats des techniciens et des vedettes, les autorisations de tournage13. A l’aval, concernant la réception, les archives contemporaines de Fontainebleau disposent, en revanche, d’un substantiel courrier des spectateurs et des principales enquêtes de satisfaction. Un dernier problème s’est posé : Vive la vie, contrairement à ce que laissaient penser les résumés, s’est avéré décevant. En effet, après un dernier épisode consacré à la mise en vente de la maison provinciale - pour que les trois enfants puissent poursuivre leurs études à Paris -, la deuxième série rouvre directement sur la famille établie depuis deux ans dans un appartement parisien14.

7Évanoui l’espoir non seulement de confectionner un corpus homogène mais de saisir, sur une période aussi courte, des variations, je me suis limitée à observer ces feuilletons a priori disparates en synchronie, comme une sorte de vaste récit, pour déceler des récurrences symptomatiques. J’ai tenté de voir, à l’arrivée de la génération du baby boom sur le marché du travail, dans les universités et les grandes écoles, quelle province on quitte, qui émigré et dans quel but, de suivre les pérégrinations dans Paris du migrant, de comprendre qui s’installe définitivement dans la capitale et qui doit renoncer à son projet.

LE DÉPART

Quelle province quitte-t-on ?

  • 15 Gare qui exprime non seulement la « montée » à Paris mais aussi, peut-être, avec sa grosse horloge (...)

8Alors qu’au cinéma, dans les années soixante, les migrants viennent de la France entière, sur le petit écran, ils sont tous originaires d’une région située au sud de l’Ile-de-France. De la sorte, ils « montent » à Paris au sens propre et commencent leur périple - excepté bien sûr dans le feuilleton historique Les Illusions perdues et dans Belphégor où les héros sont déjà arrivés dans la capitale - à la gare de Lyon15. Presque tous habitent une assez grande ville - Saint-Etienne, Avignon, Nîmes, Angoulême, Limoges, Châteaudun, Bourges...-, parfois même une agglomération qui possède grande école et université (Lyon, Dijon, Bordeaux).

9De cette localité, moyenne ou grande, on ne voit quasiment rien. D’un feuilleton à l’autre, le téléspectateur découvre les mêmes vues censées caractériser la province : une gare, l’intérieur d’un café qui s’opposera aux terrasses parisiennes, une vaste demeure qui contrastera avec la minuscule chambre de service. Lorsque, d’aventure, la caméra accompagne le héros qui revient temporairement dans sa famille (Le Temps des copains) ou l’inspecteur qui enquête (Belphégor), l’itinéraire mène au cimetière via le franchissement d’une rivière au bord de laquelle on discerne quelques pêcheurs. Cette absence d’images n’est pas imputable au budget car les téléastes ont l’habitude, dans ces années, d’insérer au banc-titre des cartes postales de villes. Robert Guez recourt d’ailleurs à ce procédé pour montrer très furtivement Clermont-Ferrand dans Seule à Paris.

  • 16 Le Temps des copains.
  • 17 Ibid.

10L’action s’enferme immédiatement dans une maison où tout exprime la rusticité : pierres de pays, mobilier massif, cheminée, horloge, bassinoire. Les propos tenus par les personnages accentuent encore la désolation de ce non-lieu que les autochtones qualifient de « sale patelin », « insipide », « triste à mourir, et dont les Parisiens se moquent à cause de ses « clerc de notaire et petit huissier ». Les habitants sont, en effet, caricaturaux. Ils portent des noms ridicules ou spécialement imagés : Gonfaron fanfaron, Chantournelle ritournelle (Le Temps des copains), Bellegarde (Belphégor), Duroc (Une chambre à louer)... Les pères, peu nombreux, et les fiancés sont maladroits, sans ambitions et dominés par des femmes : mère, compagne ou sœur dont la province semble le royaume. Les plus âgées de ces actrices s’apparentent à des commères qui épient, médisent et se montrent méfiantes envers Paris, « miroir aux alouettes »16, qu’elles ne connaissent pas mais qui leur a « enlevé leur petit »17.

11Cet univers fade semble coupé de tout. A l’exception du maraîcher (Le Temps des copains, Belphégor) qui approvisionne les Halles et de l’homme politique qui vient « à la chambre » personne ne se rend régulièrement dans la capitale. Toutefois, ce « calme » n’est qu’apparent et la ville de province se révèle trompeuse : le respectable moutardier de Dijon cache un député véreux (Le Temps des copains), la morte sur la tombe de laquelle on se recueille est bien vivante (Belphégor) alors que le fils à qui l’on garde une chambre à été tué en Algérie (Chambre à louer).

12En fait, pour les téléastes des années soixante, la province commence en Ile-de-France, dans les actuelles Seine-et-Marne, Seine-et-Oise et Yvelines. Le Vésinet découvert dans Belphégor se résume à un plan d’étang sur coassements amplifiés de grenouilles, une voie ferrée et petit pont. Et le pavillon spacieux dans lequel crépite un feu de cheminée ressemble comme un jumeau à ceux d’Enghien-les-bains (Une chambre à louer) et de Melun (Vive la vie).

Qui émigré et pourquoi ?

  • 18 Le Temps des copains, Belphégor.

13Dans ces feuilletons, les migrants, majoritairement des garçons, sont tous issus de milieux culturellement et /ou financièrement favorisés. Les garçons viennent à Paris pour commencer ou poursuivre des études supérieures, généralement médicales, philosophiques ou artistiques. Ils partent aussi pour se libérer d’une province trop féminine car, comme l’explique Jean, l’un des « copains » : « Tout plutôt que de rester dans le jupon des mères, des sœurs, et des grands-mères ». Ambitieux ou seulement poussés par une sœur qui, elle, est sacrifiée, ils partent avec l’espoir de « devenir célèbre », « devenir n’importe quoi mais quelqu’un »18... Les filles, en revanche, ne quittent pas leur famille pour la gloire et l’argent mais, plus modestement, pour apprendre un métier toujours en rapport avec la mode. Elles rêvent de devenir mannequin, étalagiste, couturière ou dessinatrice sur étoffes. Elles veulent également échapper à un avenir tout tracé de maîtresse de maison, mariées à un voisin choisi par leur mère et qu’elles n’aiment pas.

  • 19 Le Temps des Copains.
  • 20 Le Temps des Copains, Vive la vie.

14Si la plupart de ces jeunes quittent le foyer avec le consentement résigné de leurs parents, d’autres fuguent. Cette escapade est alors mieux tolérée pour les garçons que pour les filles. Qu’ils aient déjà visité la capitale quand ils étaient enfants ou qu’ils la connaissent uniquement par le cinéma, tous s’en font la même idée. Ils assimilent Paris à un « astre qui étincelle », à un « soleil qui illumine », « éblouit » tant il est « éclatant ». Cette « ville lumière », « Merveille des merveilles » est anthropomorphisée. Elle a « un ventre », « un gigantesque cerveau », « un corps » « un cœur ». Elle « vibre », « s’énerve », « s’assoupit », « s’alanguit ». Elle, ou plutôt il, car pour les réalisateurs des années soixante, Paris est masculin. A une époque où, comme le rappelle une figurante, il se visite encore à l’occasion du voyage de noces, les filles doivent le séduire au point de rendre jaloux leur fiancé provincial (Seule à Paris, Le Temps des Copains). Les garçons, quant à eux, voient dans Paris un rival à qui se confronter pour briller autant que lui, d’où les deux expressions répétées inlassablement de feuilleton en feuilleton « A nous deux Paris ! », « Paris, à nous deux ! ». Pour les héros des deux sexes, la capitale est également la seule ville de tous les possibles : « Y paraît qu’on peut tout faire ! », « On peut y chambouler tout l’univers ! », « Y’a qu’à Paris qu’on peut vivre ses rêves ! »19, « tenter sa chance », « conquérir la gloire et la fortune »20.

L’ARRIVÉE À PARIS

La découverte de la ville

15Dans chaque feuilleton, le provincial, qui « monte » au sens propre dans la ville rêvée, voyage de nuit de telle sorte que son train entre en gare de Lyon, au matin, quand Paris est totalement éveillé. La grosse horloge indique 9h30. C’est le moment du café crème et des croissants que la plupart commandent immédiatement dans la brasserie la plus proche.

  • 21 Deux des trois « copains » annoncent qu’ils vont prendre le métro mais la trajectoire est éludée. (...)

16Le migrant, que l’on ne voit jamais prendre le métro21, hèle ensuite un taxi G7, sur une musique allègre. La première découverte de la capitale se fait donc à travers le verre d’une vitre et la vitesse. L’opérateur, installé dans le véhicule, prend en gros plans et de trois quart dos, le héros qui regarde. Quelle que soit la destination du personnage, le trajet, composé de faux raccords est toujours identique. La voiture longe les quais de la rive gauche, puis passe devant Notre-Dame. Le trajet est dilaté par des pauses descriptives sur la Seine qui scintille, le transept et les dentelles de pierre de la cathédrale. Au besoin, quand il a roulé complètement dans la mauvaise direction (Seule à Paris, Le Temps des Copains), le taxi revient à son point d’origine, gare de Lyon, et repart en sens inverse ou rive droite. Paris est donc actant : il impose une écriture particulière, faite non seulement de narration mais de monstration. Il exige également un sens, une circulation d’est en ouest, comme son fleuve.

  • 22 Seule à Paris.
  • 23 Une chambre à louer.

17Quand le provincial est attendu à la gare, il permet à son guide parisien de redécouvrir sa ville « avec des yeux neufs »22 de prendre conscience que « dès qu’on croit connaître on ne regarde plus »23.

Les épreuves

18Les déconvenues du provincial sont rapides. Tout d’abord, il ne trouve pas à se loger. Le parent ou l’ami de la famille qui devait l’héberger n’en fait rien ; le CROUS n’a plus de chambre à louer depuis longtemps. Pour ne pas déplaire à son mari dont elle dépend financièrement, la cousine Gisèle, qui avait invité « plus de cent fois » Cécile à s’installer chez elle, la met immédiatement à la porte (Seule à Paris). Un homme pousse la cruauté jusqu’à faire visiter la magnifique chambre qu’il ne donnera pas au jeune Delabre, le fils de son meilleur ami avec lequel il vient de se fâcher (Le Temps des copains).

  • 24 Le Temps des copains.

19À l’issue de sa première journée parisienne, le nouveau venu se retrouve donc seul et sans toit, parfois sans argent, telle Cécile, à qui la cousine Gisèle a laissé régler une grosse facture et a « oublié » de rendre la somme prêtée (Seule à Paris). Il erre alors dans les quartiers ouest de la capitale, 7e, 8e ou 16e arrondissements, c’est-à-dire dans le Paris d’Haussmann. Ces quartiers inhospitaliers peuvent devenir encore plus impitoyables quand le provincial se trouve pris dans une affaire de crime (Belphégor, Seule à Paris), de contrôle d’identité ou de tapage nocturne (Le Temps des copains) et passe la nuit en prison ou au poste. Comme le constate un très parisien professeur de médecine, « A peine arrivé, (le migrant) se retrouve déjà au violon »24.

20Dès le premier jour, les héros sont également victimes de harcèlement sexuel. Mais les conséquences ne sont pas les mêmes pour les filles et pour les garçons. Quand Lucien Gonfaron, alias Henri Tisot, est importuné par une jolie logeuse alors qu’il n’est pas beau, la situation est drolatique. Lorsque Cécile est séduite, elle est immédiatement chassée par un cousin qui la croit « légère » et pense à tort qu’elle a « cédé ». D’ailleurs, si les parents de province s’enorgueillissent des expériences sexuelles de leurs fils, ils renient la jeune fille-mère. Et la sœur provinciale qui a failli « commettre l’irréparable » est âprement disputée par son frère et l’ami de ce dernier (Le Temps des copains).

  • 25 Les Illusions perdues. Le Temps des copains.
  • 26 Les Illusions perdues.

21Réfugié provisoirement dans un hôtel bruyant du Quartier latin - par deux fois l’Hôtel des grands hommes (Le Temps des copains, Chambre à louer) - le provincial, face à lui-même, tombe de haut. Lui qui cherchait une ville à sa mesure, s’aperçoit que « Paris n’est pas Angoulême », que « ce qui resplendit en province perd assez souvent de son éclat à Paris »25 Il ravale son péché d’orgueil, ne croit plus à ses « dons multiples » mais doute de ce qu’il vaut. Il se sent subitement misérable et comprend qu’il ne possède pas les codes. En premier lieu, il n’a pas la bonne tenue vestimentaire. Il a honte de son sac de marin (Le Temps des copains), il décide de se rhabiller intégralement car il faut « d’abord songer à l’apparence »26. Elle a eu beau se confectionner de nouvelles robes pour Paris, elle prend conscience qu’elle est accoutrée (Le Temps des copains). Le provincial n’a pas non plus les usages linguistiques. Il a un accent prononcé et le directeur d’une modeste troupe de théâtre lui impose de s’en débarrasser et de revenir quand il l’aura perdu (Le Temps des copains). Il émaille ses phrases de « coquin de sort » ou de « pleurer comme la fontaine du Vaucluse » mais ne comprend pas les expressions parisiennes. Il ignore, par exemple, ce que signifie « porter un toast » et croit que Bobigny et Champigny sont des noms de personnes (Le Temps des copains). Ses blagues ne font pas rire les Parisiens qui le jugent « terne », « fade », « ennuyeux », et surtout trop direct et mal élevé. En effet, le migrant ne trouve pas le ton juste. Il est rustre ou, au contraire, précieux. Si, à l’Opéra, Lucien de Rubempré montre du doigt un homme installé dans la loge d’en face, à l’inverse. Jean (Le Temps des copains) manie une canne de gommeux dans les brasseries pour appeler « taverniers » et « gentilshommes ».

22Dès son arrivée dans la capitale, le provincial s’aperçoit aussi qu’il ne va pas au bon rythme. Alors que Lucien de Rubempré manque de se faire renverser car il traverse trop lentement et qu’un piéton le met en garde : « À la moindre inattention, les choses vont si vite ! » (Les Illusions perdues), Etienne (Le Temps des copains) se désole : « A Paris tout va si vite ! ». Cécile (Seule à Paris) arrive en retard à la place qu’elle convoite et le gardien morigène : « Il faudra se lever plus tôt la prochaine fois ! » Quant au héros de Chambre à louer, il ne se réveille pas à temps pour aller chercher sa fiancée à la gare.

23Prenant conscience de son altérité le migrant se met à penser négativement la capitale, à la trouver « bien effrayante », « terrible » et « cruelle ». Il passe alors de cadrages conquérants en contre-plongée, qui plaçaient son visage à la même hauteur que le faîte des monuments, à des plans en plongée qui accentuent son écrasement et prouvent qu’il est happé, aspiré par un décor trop grand pour lui.

SE MAINTENIR DANS PARIS

Une quête contrariée

  • 27 Cf. Ch. Charle, « Situation sociale et position spatiale », dans Paris fin de siècle, Paris, 1999, (...)

24Plus que Paris, ce sont les Parisiens qui sont féroces car ils tentent immédiatement de chasser l’intrus ou de lui faire oublier ce pour quoi il est venu. Pour les étudiants, les maîtres s’avèrent décevants. Souvent maintenus hors-champ, ils débitent, d’une voix monocorde, des propos si ennuyeux qui font bailler leur auditoire (Le Temps des copains, Chambre à louer, Vive la vie). L’un va même jusqu’à conseiller à un « première année » de médecine de sécher les cours et de se procurer des polycopiés (Le Temps des copains). Ceux qui voulaient entrer en apprentissage n’ont pas plus de chance. Le gérant d’une boutique de haute couture propose à la Clermontoise de la salarier mais sans lui procurer d’ouvrage (Seule à Paris). Les éditeurs persuadent les apprentis romanciers ou poètes (Chambre à louer, Les Illusions perdues) de devenir journalistes. Les directeurs de galerie exhortent l’étudiant des Arts déco qui n’apprécie que la peinture classique de s’engager dans l’art abstrait... Pour parler autrement, chacun suggère au nouveau venu de réussir dans un secteur déjà peuplé, majoritairement, de provinciaux27.

25Certains offrent à l’allochtone le travail de ses rêves mais... à l’extérieur de Paris. Gonfaron va peindre ses décors de théâtre en banlieue avant d’obtenir un poste dans le Midi (Le Temps des copains). Cécile a la possibilité de devenir secrétaire (et épouse) d’un architecte en Afrique ou étalagiste à Londres (Seule à Paris).

La difficulté de rester au centre

26Même quand le provincial refuse de s’expatrier, il a bien du mal à rester au centre de la capitale. Pour les téléastes français des années soixante, les acteurs se trouvent au cœur de Paris quand le fond du champ est occupé par Notre-Dame ou, à défaut, par le Panthéon ou par l’imposant Louvre. En général, celui qui arrive loge d’abord au Quartier latin. Mais, très vite, on lui impose de prendre une chambre dans une maison de banlieue qui ressemble étrangement à celle qu’il vient de quitter. A la demande de sa fiancée, jalouse des étudiantes de la Sorbonne, le héros accepte de louer une chambre à Enghien (Chambre à louer). Les copains ne voulaient pas quitter « le quartier » (latin) mais le CROUS ne leur offre des chambres qu’en grande banlieue. Et, par la prise de vue et le montage, le pavillon de Champigny est décrit absolument de la même manière que les environs de Lyon où habitait Etienne. On le voit traverser le pont de la Marne, s’engager dans un sentier bordé de champs, analogue à celui qu’il avait pris pour aller chercher son train à Lyon, arriver devant une maison qui ressemble à la ferme familiale (Le Temps des copains).

27Les filles sont encore attirées plus loin du vieux Paris que les garçons puisque Ginou, qui voulait découvrir la « ville lumière », est emmenée par son guide séducteur dans sa gentilhommière, située à cent cinquante kilomètres de là (Le Temps des copains) et que, dès son arrivée dans la capitale, Cécile est encouragée à partir en Sicile (Seule à Paris).

28Ceux qui résistent et finissent par trouver une mansarde au Quartier latin connaissent une difficulté suprême : la solitude. Le nouveau venu se sent si seul que Lucien de Rubempré va jusqu’à quémander l’amitié d’un chat de gouttière (Les Illusions perdues). Pour les garçons, la situation s’arrange rapidement car ils rencontrent un aide qui leur offre non seulement le gîte et le couvert mais des amis non parisiens. Ces adjuvants, que les héros comparent à « Dieu le père » ou au « père nourricier », offrent tous les mêmes caractéristiques : ce sont des hommes, souvent des aubergistes, qui viennent eux-mêmes de province, ont l’âge d’être père mais n’ont pas d’enfants (Michel-Ange dans Le Temps des copains, Flicoteaux dans Les Illusions perdues) ou ne les élèvent pas (Espanet dans Le Temps des copains, Dulac dans Une chambre à louer). C’est Michel Ange, un sculpteur premier prix de Rome reconverti en aubergiste de la rue Mouffetard, qui trouve une chambre aux trois « copains ». Le personnage vient d’Avignon, comme Lucien, en qui il a détecte un véritable artiste, et qu’il empêche de se lancer dans une peinture « facile ». Il ne reçoit dans son établissement, véritable lieu de bohème, que des provinciaux et des étrangers de toutes origines sociales, à qui il fait crédit quand il ne les nourrit pas gratuitement.

29Plus subrepticement, les garçons sont aussi aidés dans leurs démarches par des femmes actives qui exercent un bon métier et « vivent comme des hommes », c’est-à-dire fument, portent des pantalons et collectionnent les aventures amoureuses en faisant les premiers pas. C’est la fille « libérée » du professeur de médecine qui soutient dans ses études le timide Chantournel (Le Temps des copains) ; Lucien vend sa première toile grâce au concours d’une dessinatrice enjôleuse (Le Temps des copains).

  • 28 Dans l’adaptation télévisuelle des Illusions perdues, le peintre n’est plus Joseph Brideau mais, a (...)
  • 29 Les Illusions perdues.
  • 30 Ibid.

30Ces nouveaux venus qui se sont regroupés vivent en parfaite harmonie puisque tous se complètent : le futur médecin soigne le philosophe, lequel encourage l’artiste28. Ils se qualifient continuellement de « frères » et les plus forts deviennent les « directeurs de conscience » des plus faibles. Ils s’avouent « sans hypocrisie sociale », « même les pensées mauvaises »29 et partagent tout, l’argent, un bébé qui n’est pas le leur, une adolescente adoptée... « Aujourd’hui les épreuves mais plus tard les victoires ! »30

31Les jeunes femmes n’ont pas accès à un tel « cénacle ». Est-ce la raison pour laquelle, dans les sept feuilletons télévisés qui composent le corpus, toutes, à l’exception de la fille-mère qui rejoint les « copains », quittent la capitale avant la fin de la narration, après avoir été continuellement repoussées dans ses quartiers ouest : Champs-Élysées, grands magasins, patinoire Molitor, Bois de Boulogne ou Neuilly-sur-Seine.

32Pour les filles comme pour les garçons, les retours temporaires en province sont également lourds de menace. Les héros sont déçus car ils constatent que « vous avez changé et c’est eux qui ont changé, on ne sait plus ». Surtout, lorsqu’ils regagnent Paris où « la vie va si vite », tout est à recommencer. A leur retour des vacances de Noël, les trois « copains » ne retrouvent pas leur caravane qui était installée rue du Bac et la jeune fille aimée d’Étienne est repartie définitivement en province.

Les trois Paris

33Une fois véritablement installé, qui réussit et qui s’abîme dans la « ville lumière » ? Les téléastes français des années soixante offrent à leur public trois grands types de provincial.

34Le personnage sans ambition, qui doute continuellement de lui et se résigne à faire le même métier que son père pour être agréable aux siens, ne se maintient pas à Paris après la fin de ses études. La capitale n’a été qu’un lieu d’apprentissage où il a d’ailleurs vécu comme en province. Tout au long de l’année universitaire, le modeste Chantournel (Le Temps des copains) est rentré déjeuner chez lui. Étudiant en médecine, il ne semble connaître de l’agglomération parisienne que ses universités et l’hôpital Bichat ainsi que les espaces verts. La caméra ne l’a filmé qu’au Luxembourg, au bois de Vincennes et en bord de Marne. Les rares fois où elle l’a suivi la nuit, il se rendait en des lieux que l’on trouve en province : restaurant de proximité et cinéma de quartier. Ce migrant trop réservé s’est épris d’une provinciale à Paris car, comme le lui reprochent ses copains, « il a sur les demoiselles les idées les plus surannées ». Tout au long du récit, il a présenté une autre particularité : il a moins vécu au présent que dans le passé ou le rêve et les réalisateurs nous ont fait partager ses perceptions. Nostalgique, il revit - en flash-back - son départ, la sœur et la mère abandonnées. Il s’est imaginé à trois reprises, dans des songes éveillés ou non, à la campagne avec l’être cher. Hors de l’espace-temps parisien, il n’a rien vu de la ville à l’exception de ses sites les plus touristiques : funiculaire de Montmartre, tour Eiffel et avenue des Champs-Elysées.

35Le dandy qui fait du parisianisme quitte lui aussi Paris au terme de son année universitaire. Étudiant à Science Po ou avocat stagiaire, il se montre pourtant à l’aise dans l’espace mais uniquement dans l’Ouest parisien - des tennis du bois de Boulogne à l’Elysée Matignon - et à Saint-Germain-des-Prés. Flâneur, il s’enthousiasme pour le « Paris pittoresque et inattendu » et « admire les cours admirables » du 7e arrondissement. Plus Parisien que nature, il fait découvrir aux nouveaux arrivants la ville historique, monumentale et poétique en s’exclamant à toute occasion : « Ça c’est Paris ! » Mais, de fait, il ne vit lui aussi que dans le passé, non pas le sien mais celui de la capitale qu’il imagine au grand siècle, au long de séquences oniriques (Le Temps des copains).

  • 31 Le Temps des copains.

36Le troisième type de migrant, le plus fréquent sur le petit écran, est le conquérant. Celui qui se hâte de briller dans un métier facile, qui n’est pas celui pour lequel il était venu dans la capitale, échoue. En fait, à y regarder attentivement, cet emploi, qui procure rapidement la gloire, l’amour et l’argent, éloigne aussi du centre, oblige à quitter le Quartier latin pour le Palais-Royal ou le 16e arrondissement. Les seuls ambitieux qui s’établiront définitivement dans la ville lumière sont ceux qui y font l’expérience de l’humilité et de la patience. Alors qu’ils étaient pressés d’arriver, ils prennent conscience que « quinze jours n’épuisent pas Paris », que « sa mesure, ce sont les années »31. Ils refusent de se commettre dans la peinture moderne, le journalisme fait-diversier ou les plagiats. Ces jeunes gens, prêts à « sacrifier leur jeunesse », dans un long apprentissage, persuadés que « le talent est mûri par la souffrance », ne s’aventurent pas plus vite dans l’espace que dans le temps. Durant leurs premiers mois dans la capitale, ils ne vont que du Luxembourg à Notre-Dame. Ils tracent autour d’eux des cercles successifs, de plus en plus larges, jusqu’à ceinturer enfin tout Paris. A son arrivée dans la capitale, en septembre, pour faire les Arts déco, Lucien refuse de prendre une chambre « en galère » (en banlieue). Jusqu’aux vacances de Noël, l’Avignonnais ne se rend que là où Notre-Dame le surplombe et semble le protéger : bords de Seine, fontaine Saint-Michel, Tour d’argent, terrasse d’un café de l’île Saint-Louis, dernier étage panoramique d’un immeuble de la rue Mouffetard et, bien sûr... cathédrale dont il admire l’architecture. Il ne s’aventure dans les autres quartiers de Paris que durant le second trimestre : d’abord les Halles et le Trocadéro, ensuite le Père-Lachaise et les Champs-Elysées, enfin la banlieue. Il maîtrise alors complètement le temps et l’espace puisque, quand il va chercher à la gare de Lyon un ami provincial, il est filmé en accéléré.

***

37Mon objectif, en observant en synchronie sept feuilletons diffusés à une heure de grande écoute, entre 1961 et 1967, était modeste : je souhaitais comprendre comment le petit écran montrait à son public, sans cesse grandissant, l’installation du jeune provincial dans une capitale qui offrait certes du travail et des distractions mais pas de toit. Cette approche a révélé la façon, subreptice, dont les équipes de réalisation mettaient en garde les garçons et leur prodiguaient des conseils pour réussir leur intégration, dissuadaient les parents de laisser leurs filles s’aventurer dans Paris.

  • 32 D’un feuilleton à l’autre, les allusions à Balzac sont extrêmement nombreuses. Par exemple, dans L (...)

38Je me suis limitée ici à une étude de contenu des œuvres et bien d’autres investigations restent à mener. Des entretiens avec les téléastes, les scénaristes et les comédiens survivants aideraient à mieux apprécier leurs intentions, à voir comment leur propre trajectoire et le déroulement des tournages ont influencé les propos. Il serait utile de regarder si les concepteurs d’autres programmes télévisuels tiennent les mêmes discours que les feuilletonistes ou si les commentaires varient en fonction des destinataires supposés : les femmes l’après-midi, les élites citadines en fin de soirée... Il faudrait également s’interroger sur la pesanteur des stéréotypes puisque, dans chaque feuilleton, un récitant vient rappeler au téléspectateur qu’il connaît la vie et l’œuvre des artistes qui, depuis Balzac, se sont intéressés au thème du provincial à Paris32. Enfin, un dépouillement systématique des courriers des téléspectateurs permettrait de mieux comprendre la manière dont ces historiettes, consommées entre les jeux et le JT, ont été appropriées ou rejetées par les spectateurs, lesquels, par leurs suggestions et critiques mais aussi par leurs pratiques, ont contribué à faire exister ces images.

Annexes

ANNEXES

Liste des feuilletons visionnés (classement chronologique)

Belphégor : scénario de Claude Barma et Jacques Armand, d’après l’œuvre d’Arthur Bernède, diffusé à partir du 6 mars 1965, le samedi à 20 heures 30, sur la Première chaîne, en quatre épisodes de soixante minutes. Rediffusé à partir du 15 août 1968, à 20 heures 30, sur la première chaîne, en quatre épisodes de soixante minutes. Troisième diffusion à partir du 18 décembre 1978 sur Antenne 2, à 13 heures, en treize épisodes de dix-huit minutes.

Chambre à louer : scénario d’Hélène Misserly, réalisation de Jean-Pierre Desagnat, diffusé à partir du 4 janvier 1965, du lundi au vendredi, à 19 heures 40, sur la Première chaîne, en vingt-six épisodes de treize minutes.

Les Illusions perdues : scénario et réalisation de Maurice Cazeneuve, d’après l’œuvre d’Honoré de Balzac, diffusé à partir du 5 mars 1966 sur la Première chaîne, le samedi à 20 heures 30 ou 21 heures, en six épisodes de soixante minutes. Rediffusé à partir du 29 avril 1966 sur Antenne 2 à 21 heures 30, en six épisodes de soixante minutes.

Seule à Paris : scénario d’Hélène Misserly, réalisation de Robert Guez, diffusé à partir du lundi 11 octobre 1965, sur la Première chaîne, du lundi au vendredi, à 19 heures 40, en cinquante-deux épisodes de treize minutes trente.

Le Temps des Copains, scénario de Jean Canolle, réalisation de Robert Guez, diffusé à partir du 16 octobre 1961, sur la Première chaîne, du lundi au vendredi, à 19 heures 40, en deux séries (de cinquante et de soixante-cinq épisodes de treize minutes). Début de la deuxième série, 26 mars 1962.

Vive la vie : scénario de Jean-Charles Tachella et C. Choublier, réalisation : Jean Drimal, diffusé à partir du 3 avril 1966, sur Antenne 2, du lundi au vendredi, à 20 heures 15, en trois séries (de cent six épisodes au total de douze minutes), rediffusé à partir du 25 juin 1997, sur Antenne 2, en trois séries de cinquante-deux épisodes.

Notes

1 En 1959 est tourné le premier feuilleton français, Le Tour de France par deux enfants. En 1963, les feuilletons français couvrent 136 heures de programmation annuelle, soit 4,6 % du volume global de la télévision. En 1966, ils représentent 167 heures sur la première chaîne et 152 heures sur la seconde, soit 8,5 % du volume global. Ils dépassent alors largement la dramatique (5 % du volume global en 1966).

2 Selon ces grandes enquêtes, plus le niveau d’instruction est élevé et plus l’audience est faible. Soixante-six pour cent des personnes qui suivent assidûment les feuilletons n’ont reçu qu’une instruction primaire. A la campagne et dans les villes de moins de dix mille habitants, deux personnes sur trois suivent les feuilletons quotidiens de 19h40. A Paris et en région parisienne, ils ne sont qu’un sur deux et le public est essentiellement composé de femmes et de jeunes.

3 Ils ont souvent été rediffusés sur l’autre chaîne nationale et dans un format différent. Par exemple, Belphégor passe d’abord le samedi à 20 heures 30 sur la première chaîne, en quatre épisodes de soixante minutes chacun. Il revient sur la même chaîne trois ans plus tard (à partir du 15 août 1968) à la même heure, au même format, mais en semaine. Il est diffuse une troisième fois cinq mois plus tard (à partir du 18 décembre 1978) sur Antenne 2, en treize épisodes de dix-huit minutes.

4 « Décidé à faire du théâtre, il a quitté sa ville natale pour monter à Paris où il a trouvé à se loger rue des Fossés-Saint-Bernard », Télé 7 jours, n° 250, semaine du 2 au 8 janv. 1965, p. 60.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Les résumés fournis par Télé 7 jours, Télérama et Télé magazine sont très souvent de simples reprises des notices proposées par les chefs de chaîne.

8 Les Illusions perdues, dont l’adaptation a demandé plus de huit mois à Maurice Cazeneuve. a coûté sept millions de francs, ce qui en fait « le feuilleton le plus cher de la télévision française », avec ses cent trente comédiens et six cents figurants.

9 Lors de leur premier passage, Belphégot et Les Illusions perdues sont diffusés chaque samedi soir, après le journal télévisé et durant soixante minutes. Les autres feuilletons sont diffusés chaque soir de semaine, à 19h25 ou 19h40, avant le JT. et ne durent que treize minutes.

10 Marcel Bluwal prend la décision de confier la fabrication des feuilletons au secteur privé car « l’office RTF ne pouvait produire sans recruter de nombreux personnels et sans, par là, renforcer le bloc des salariés » (M. Bluwal, Un aller, Paris, 1974, p. 246). Dans Le Temps des certitudes (Paris, 1982, p. 274), Yves Guéna confirme que. dans un souci d’économie, il a fait commander des séries dans le privé, mais que Paul-Marie de la Gorce n’était pas d’accord car il craignait la médiocrité de certaines productions extérieures.

11 Une copie de ce feuilleton a été vendue au Forum des Images où l’on peut également le consulter.

12 Un épisode, « Le prix du silence », diffusé le dimanche 21 janvier 1962 de 19h25 à 19h55 m’intéressait tout spécialement. L’inspecteur Leclerc doit héberger sa petite cousine. Françoise, « montée » à Paris sans prévenir. Il lui fait visiter « Paris by night » mais elle est victime d’une tentative d’assassinat.

13 Beaucoup de réalisateurs et de scénaristes sont aujourd’hui décédés et les survivants n’ont pas nécessairement gardé leurs archives. Il existe néanmoins à Bry-sur-Marne un intéressant fragment de scénario. Celui du 105e et dernier épisode du Temps des copains, intitulé « Les copains sept ans après », tourné mais non diffusé. Je remercie Christine Barbier-Bouvet de m’avoir permis de le consulter.

14 La voix off annonce simplement : « Le père de famille, pour assurer une meilleure scolarité à ses enfants, a vendu la maison familiale et tout le monde s’est installé dans une grand appartement neuf à Paris ».

15 Gare qui exprime non seulement la « montée » à Paris mais aussi, peut-être, avec sa grosse horloge bien visible, le temps précis de la capitale auquel le migrant devra s’adapter.

16 Le Temps des copains.

17 Ibid.

18 Le Temps des copains, Belphégor.

19 Le Temps des Copains.

20 Le Temps des Copains, Vive la vie.

21 Deux des trois « copains » annoncent qu’ils vont prendre le métro mais la trajectoire est éludée. En 1961, la « caméra stylo » Coulant permettait pourtant de tourner en sous-sol.

22 Seule à Paris.

23 Une chambre à louer.

24 Le Temps des copains.

25 Les Illusions perdues. Le Temps des copains.

26 Les Illusions perdues.

27 Cf. Ch. Charle, « Situation sociale et position spatiale », dans Paris fin de siècle, Paris, 1999, p. 49-85.

28 Dans l’adaptation télévisuelle des Illusions perdues, le peintre n’est plus Joseph Brideau mais, avec un zeste d’anachronisme, Théodore Géricault que l’on voit achever L’Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant (1812).

29 Les Illusions perdues.

30 Ibid.

31 Le Temps des copains.

32 D’un feuilleton à l’autre, les allusions à Balzac sont extrêmement nombreuses. Par exemple, dans Le Temps des copains, non seulement l’ambitieux Gonfaron s’appelle Lucien, mais, faute d’argent, son ami Jean, comme Balzac dans sa maison de Sèvres, dessine au fusain sur les murs blanchis à la chaux de sa mansarde, un cadre vide dans lequel il écrit « ici tableau de Delacroix ». Robert Guez emprunte à Balzac non seulement des prénoms mais des situations. À la pension Vauquer du Père Goriot cohabitent déjà un peintre, un studieux étudiant en médecine et le brillant Eugène de Rastignac.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter