Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Les autres et soi

Jeanne Marie le manach une bretonne à Paris (1875-1876)1

Bruno Bertherat

Texte intégral

  • 1 Cet article a bénéficié d’une lecture critique de Catherine Demone. Jean-Philippe Meyssonnier et S (...)

1À regarder la chronologie, on peut se demander quel est l’intérêt d’un tel sujet par rapport à l’objectif du colloque. En effet, Jeanne Marie Le Manach, jeune Bretonne originaire des Côtes-du-Nord, ne passe qu’une année et quelques mois de sa vie à Paris. Elle arrive dans la capitale sans doute pendant l’été 1875. Elle y meurt, de mort violente, en novembre 1876. Dans ces conditions, comment peut-on être Parisien ?

  • 2 L. Chevalier, La Formation de la population parisienne au xixesiècle, Paris, 1950 ; A. FAURE, « Co (...)
  • 3 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixesièc (...)
  • 4 F. Raison-Jourde, La Colonie auvergnate de Paris au xixesiècle, Paris, 1976 ; A. Corbin, « Les Pay (...)

2Une telle étude se situe à la croisée de trois perspectives. L’histoire de Jeanne Marie Le Manach fait d’abord partie d’une histoire de l’immigration, qui est aussi celle de l’intégration. L’immigration est un phénomène fondamental, abordé par toutes les études sur la capitale2. C’est aussi un phénomène complexe, sujet à débat3. On relève quelques monographies, mais il n’existe aucun travail récent sur l’importante immigration bretonne4.

  • 5 A. Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu. 1798-1876, Pa (...)
  • 6 Par exemple. J.-M. Déguignet (1834-1905), Mémoires d’un Paysan Bas-Breton, Kerhuon, 2000 (la versi (...)

3En second lieu, l’histoire de Jeanne Marie Le Manach est une histoire individuelle, qui s’inscrit dans la lignée du livre d’Alain Corbin sur Pinagot5. L’étude du « peuple », dès lors qu’elle tente de quitter les statistiques, se limite traditionnellement à des autobiographies de destins exceptionnels par des « inconnus de l’histoire »6. Le parti pris d’Alain Corbin est inverse : étudier un inconnu, choisi au hasard, à partir de l’« assemblage de traces dont aucune n’a été produite par le désir de construire [son] existence [...] en destin, ni même de le désigner comme un individu susceptible d’en avoir un ». Il existe néanmoins de multiples différences dans l’approche de ces deux personnages ; la plus importante étant d’ordre méthodologique.

  • 7 Les Victimes, des oubliées de l’histoire ?, B. Garnot dir., Rennes, 2000.
  • 8 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du xi (...)
  • 9 Le crime constitue un des grands faits divers de la fin du siècle : A. MITCHELL. « The Paris Morgu (...)

4En effet, l’histoire de Jeanne Marie Le Manach fait aussi partie d’une histoire des victimes7. Elle s’inscrit plus largement dans le prolongement des multiples études sur la pathologie et la criminalité urbaines8. Jeanne Marie Le Manach est tuée par son compagnon, Joseph Billoir. Son corps, coupé en morceaux, est jeté dans la Seine. Il est identifié quelques jours plus tard. Quant à Billoir, il est arrêté et condamné à mort au terme de son procès aux assises de la Seine, les 14 et 15 mars 1877. Jeanne Marie Le Manach n’est donc pas une inconnue et elle n’a pas été choisie au hasard9.

  • 10 Arch. de Paris. D2U8 59. dossier Billoir Sébastien. 15 mars 1877 (homicide). Il comporte 730 pièce (...)

5Une telle étude est rendue possible par la grande richesse des sources. Celle-ci s’explique par l’horreur et la relative rareté du crime ainsi que par l’anonymat temporaire de la victime. Il faut distinguer en premier lieu le volumineux dossier d’instruction aux archives de Paris10. Des recherches complémentaires ont été effectuées dans les archives des communes et départements fréquentés par la victime, dans la presse.

  • 11 A. CORBIN, Le Monde retrouvé..., op. cit., p. 9.

6Cette diversité des sources permet une lecture à deux niveaux. Si Jeanne Marie Le Manach est un destin construit par d’autres, il est néanmoins possible d’y retrouver « l’atonie [d’une] existence[...] ordinaire... »11 A ce sujet, le dossier d’instruction constitue une collection hétéroclite. On y trouve à la fois des sources banales (état civil, lettres) et des sources propres à la procédure judiciaire (dépositions, expertises, réquisitoire), qui procèdent à une construction de la victime. On peut tenter alors de répondre à la question initiale : comment peut-on être Parisien ?

7Le statut d’immigrée de Jeanne Marie Le Manach impose en fait de répondre à deux questions : pourquoi la jeune femme vient-elle à Paris ? Quelle vie y mène-t-elle ou comment se déroule son intégration ? La disproportion temporelle des séquences est justifiable du point de vue de la logique du sujet et de la disproportion des sources. Cette vie ne serait pas complète sans une ultime interrogation sur les auteurs et le contenu du portrait de Jeanne Marie Le Manach en victime.

POURQUOI PARIS ? LES ORIGINES DE L’IMMIGRATION (1849-1875)

  • 12 P.-A. ROSENTAL, « Peurs et statistiques : l’exode rural est-il un mythe ? », dans Les Sentiers inv (...)

8La question, nécessaire, est ambiguë. Elle laisse supposer un attrait irrésistible pour la grande ville, pour Paris, et un parcours sinon rectiligne, du moins prédéterminé vers le point d’arrivée. Il s’agit, au contraire, de renverser la perspective et de se placer au point de départ12. Il faut donc partir du milieu d’origine, de la parenté, du groupe social et du territoire dans lesquels s’inscrit Jeanne Marie Le Manach. Une certitude : la vie de Jeanne Marie Le Manach est placée sous le signe de la mobilité. Son parcours est marqué par une alternance de périodes d’errance et de stabilisation.

Le milieu d’origine : une communauté paupérisée

  • 13 Arch. com. Pédernec, Acte de naissance, n° 12, Le Manach Jeanne Marie, 16 février 1849. On a bénéf (...)

9Jeanne Marie Le Manach est issue d’une communauté frappée par la pauvreté. Cette communauté, c’est la Bretagne rurale du milieu du siècle. Jeanne Marie est née le 16 février 1849, à Pédernec, dans le département des Côtes-du-Nord (les Côtes d’Armor depuis 1990), arrondissement de Guingamp13. Pédernec est une commune de l’intérieur.

  • 14 En témoignent les noms et prénoms de Jeanne Marie Le Manach, comme ceux de ses parents : A. Deshay (...)

10Le milieu familial, typique du monde rural breton14 est marqué par une forte homogénéité. Le père de Jeanne Marie Le Manach est laboureur et sa mère filandière. L’alliance est fondée sur la complémentarité des activités. Elle se retrouve chez les grands-parents. Jeanne Marie est le deuxième enfant d’une famille nombreuse (six frères et sœurs). Sa mère s’est mariée jeune (20 ans).

11Alain Corbin a montré l’importance du réseau villageois pour Pinagot. En ce qui concerne Jeanne Marie Le Manach, ce réseau est à peine ébauché. Pédernec, comme toutes les communes rurales de l’Ouest, est caractérisée par l’éparpillement de son habitat. Toutefois, éparpillement ne signifie pas isolement. Les Côtes-du-Nord sont un des départements les plus densément peuplés de France. La population rurale est l’une des plus fortes de France, voire de Bretagne. Quant à Pédernec, c’est une des rares communes de l’arrondissement qui dépassent les 3 000 habitants.

  • 15 Selon les gendarmes, enquêtant sur la famille de Jeanne Marie Le Manach après son identification, (...)

12Dans ce monde plein, la religion tient une place essentielle. Les premières années de la jeune femme ont sans doute été marquées par la pratique religieuse. Celle-ci constitue l’essentiel d’une éducation sommaire, caractérisée par l’usage du breton et par l’analphabétisme. Ce sont les multiples composantes d’une identité rurale, dont Jeanne Marie Le Manach est le « produit vraisemblable ». La cohérence sociale du réseau villageois, voire paroissial, est indissociable d’un contrôle social particulièrement vigilant, où la réputation est une donnée essentielle. Or, rien n’indique une quelconque forme d’ostracisme, dont pourrait être victime Jeanne Marie Le Manach ou sa famille15.

  • 16 E. Gautier, Un siècle d’indigence..., op. cit., p. 56-67 ; Ch. Brunel et alii. La Bretagne au xixe(...)

13La contrainte qui pousse Jeanne Marie Le Manach à partir est sans doute la pauvreté. Le métier de son père se situe en bas de l’échelle sociale. Il est assimilable à celui de journalier. Or, cette population de journaliers est caractérisée par des salaires très faibles, même par rapport au reste de la France. Le métier de la mère est frappé par une crise encore plus profonde16. L’industrie de la toile (lin ou chanvre) est concurrencée par les filatures du Nord et le coton. Les filandières constituent une forte proportion des mendiants.

  • 17 Il faudrait aller aussi loin qu’Alain Corbin pour Pinagot en consultant les listes d’indigents don (...)
  • 18 Une précision : la pauvreté, l’indigence ne sont pas des données immuables. Alain Corbin l’a montr (...)

14Ces conditions de vie permettent de supposer que la famille Le Manach est pauvre, peut-être même indigente17. Dans le meilleur des cas, elle se situe dans la moyenne rurale bretonne, une moyenne très basse. Jeanne Marie Le Manach connaît sans doute des conditions matérielles difficiles18. Cette situation précaire est accentuée par un drame familial. En 1867, Jeanne Marie perd sa mère. Son père se remarie deux mois plus tard. Quelles qu’en soient les raisons, cette nouvelle alliance rend peut-être son départ plus irréversible.

Une première immigration : errances et tentatives d’intégration

  • 19 P.-A. ROSENTAL, « Des villages bien peu sédentaires : la mobilité rurale et ses avatars », dans Le (...)

15Jeanne Marie Le Manach quitte sa famille vers l’âge de 15 ans pour se placer comme domestique. C’est une pratique courante. Les recensements de 1866 et 1872 indiquent qu’elle n’est plus à Pédernec. Ce parcours individuel témoigne d’une mobilité rurale traditionnelle, qui ne s’exerce pas forcément sur de longues distances19. A ce sujet, il faudrait vérifier si la même logique s’applique aux frères et sœurs de la jeune fille. Toutefois, comme le montre la stagnation de la population de la commune, cette mobilité est peut-être aussi le symptôme d’un exode rural, qui s’intensifie à la fin du xixe siècle.

  • 20 E. GAUTIER, La Dure existence..., op. cit., p. 104-110.

16En milieu rural, une domestique est surtout une domestique de ferme20. Nourris et logés par les employeurs, les domestiques sont considérés comme moins malheureux que les journaliers. Ce qui explique sans doute que leur nombre finisse par dépasser celui des journaliers entre le milieu et la fin du siècle. Toutefois, le métier est servile, mal payé et dur. On ignore quelle a été l’attitude des employeurs de Jeanne Marie Le Manach et si elle a souffert de sa situation.

  • 21 Renseignements, pièce 599.
  • 22 G. HAUDEBOURG, Mendiants et vagabonds en Bretagne au xixesiècle, Rennes, 1998.

17On retrouve Jeanne Marie Le Manach dans un couvent de Laval, en Mayenne, entre l’automne 1870 et le printemps 1871. Un rapport de police précise qu’elle est une habituée du vagabondage21. La pratique est répandue en Bretagne22. Elle souligne une déchéance sociale, qui s’accompagne d’un éloignement géographique. C’est la première fois, à notre connaissance, que la jeune femme est signalée hors de Bretagne.

  • 23 Le Mans semble plus attractif que Laval. La ville (45 000 habitants en 1866) a profité de la prosp (...)

18Cette déchéance prend fin avec deux événements : l’installation et le mariage dans la ville du Mans. L’installation au Mans, située à l’est de Laval23, confirme l’éloignement de Jeanne Marie Le Manach. On peut se demander si la jeune femme y connaît quelqu’un, si elle obéit à une stratégie familiale. On peut aussi se demander si elle a déjà l’intention d’aller à Paris. Les sources indiquent qu’elle fait un séjour à l’hospice, qu’elle est logée chez différentes personnes et exerce l’emploi peu qualifié d’ouvrière en chiffons. C’est encore la précarité.

  • 24 Arch. dép. Sarthe, 5MI 191/352, Acte de mariage, n°435, Bellengé Louis-François & Jeanne Marie Le (...)
  • 25 Arch. dép. Sarthc. 3Q 13565, n° 12. Succession entre époux de Bellanger François décédé au Mans le (...)

19À la fin de l’année 1873, Jeanne Marie Le Manach épouse Louis François Bellanger, un serrurier, veuf et beaucoup plus âgé qu’elle24. L’entourage du couple est constitué d’amis de l’époux. Quant à la famille de Jeanne Marie, on sait seulement que son père consent au mariage. Cette union est brève : Bellanger meurt en mars 1875. Sans enfant, la jeune femme hérite de meubles et d’un titre de rente25. Le mariage et la succession constituent donc une promotion sociale.

  • 26 La belle-mère de Jeanne Marie déclare : « Elle avait plein une malle de vêtements et paraissait d’ (...)

20La période qui précède son installation définitive à Paris est marquée par des voyages. Mais il ne s’agit plus ici de vagabondage. Jeanne Marie Le Manach suit d’abord son beau-frère, marchand forain, qui parcourt les campagnes, puis elle va passer quelques semaines à Pédernec chez son père, ce qui montre qu’elle n’a pas perdu le contact avec son milieu d’origine. On y remarque sa relative aisance matérielle26. Reste à comprendre pourquoi Jeanne Marie Le Manach se rend à Paris.

Le départ vers Paris

21Pourquoi ce départ du Mans vers Paris ? Le chagrin est une des causes avancées par les sources pour expliquer le départ du Mans. Il faut également relever que le veuvage est un statut ambigu. Jeanne Marie Le Manach a peut-être perdu sa place dans le micro-réseau urbain, dans lequel elle s’était insérée par son mariage.

  • 27 J.-M. Déguignet, Mémoires d’un Paysan Bas-Breton, op. cit., p. 91-92. En breton, le mot « Paris » (...)

22Pour une Bretonne comme Jeanne Marie Le Manach, le départ vers Paris semble logique. Paris est l’étape finale d’un nombre grandissant de migrants bretons. Il faudrait évaluer sa place dans l’imaginaire des Bretons. Un proverbe dit : « Depuis que la ville d’Ys est noyée [allusion à la légende de la ville d’Ys engloutie par l’océan], il n’y a aucune ville pareille à Paris »27. Peut-être aussi le séjour au Mans a-t-il donné à la jeune migrante le goût de la grande ville. Encore faut-il trouver un point de chute, une filière.

  • 28 Déposition de Marie Briand. pièce 403. On ne sait pas combien de temps la jeune migrante compte re (...)
  • 29 A. Martin-Fugier, « Le placement », dans La Place des bonnes. La domesticité féminine à Paris en 1 (...)

23On connaît avec précision les raisons pour lesquelles Jeanne Marie Le Manach se rend à Paris. Elle a l’intention de retrouver son oncle, Guillaume Guézennec, et de lui demander de chercher pour elle une place de domestique ou de la prendre chez lui28. La jeune Bretonne attend que la solidarité familiale joue à son encontre. Il s’agit d’une des filières traditionnelles de placement des bonnes à Paris29, qui est par ailleurs la capitale de la domesticité. Toutefois, à la différence des migrants limousins par exemple, le départ pour Paris est ici une initiative individuelle.

  • 30 Déposition de Guézennec, pièce 389.

24Guillaume Guézennec a 45 ans ; il est rentier et habite 4 rue du Delta, au nord de Paris, dans le 9e arrondissement, à la frontière du 18e (voir plan). On sait seulement qu’il a quitté Pédernec depuis trente ans30. Son statut semble attester une réussite sociale. Il n’a plus de relation avec sa famille bretonne et ne connaît pas sa nièce. Sa nièce, elle, connaît son adresse, sans doute transmise par sa famille de Pédernec. Il est alors possible que l’initiative de Jeanne Marie Le Manach s’inscrive dans une stratégie familiale, dans laquelle le parcours de l’oncle fait figure de modèle, même lointain.

25Quant aux conditions du voyage vers Paris, on reste dans l’incertitude. Jeanne Marie Le Manach serait arrivée avec son beau-frère, dans sa voiture. Cette manière de parvenir à la capitale est-elle courante ? Le parcours de la jeune femme montre la longueur et la complexité du processus de décision. Le processus d’intégration est plus court, mais plus riche.

Plan partiel du 18e arrondissement (Allas municipal des vingt arrondissements de la ville de Paris d’après la nouvelle édition du Plan général de Paris et de ses environs, Alphand dir., [Paris], 1876, pl. 6 et 14, Bibl. nat. de France, GE CC 1386)

LE PROCESSUS D’INTÉGRATION OU LA VIE PARISIENNE (ÉTÉ 1875-NOVEMBRE 1876)

26Avec le séjour de Jeanne Marie Le Manach à Paris, on entre dans le fait divers et au cœur de la procédure judiciaire. D’où une très grande précision des sources. La vie parisienne de Jeanne Marie Le Manach est un processus d’intégration en trois temps : l’arrivée, la vie quotidienne et la mort. Chronologiquement inégales, ces trois étapes fournissent des réponses différentes et ambiguës à ce processus d’intégration.

Le choc de l’arrivée ou la quête de l’autre

27Jeanne Marie Le Manach arrive à Paris sans doute en juillet 1875. L’arrivée, quoique brève, est une étape capitale. Ce sont les premiers contacts avec un monde nouveau, dont dépendent les conditions de l’intégration. Dans le cas de Jeanne Marie, il s’agit de savoir comment l’oncle accueille sa nièce.

  • 31 Ibid.
  • 32 D’autres sources confirment le peu de chaleur de l’oncle : Déposition de Marie Briand, pièce 403 e (...)

28Guillaume Guézennec déclare : « Elle est arrivée inopinément chez moi [...]. Je l’ai fait déjeuner à la maison et conduire ensuite dans un garni de mon voisinage »31. La solidarité familiale est toute relative. D’ailleurs, à peine nouées, les relations prennent fin32. L’épisode que vit la jeune Bretonne n’est pas exceptionnel. L’accueil du parent de province est un thème récurrent de la littérature. La rupture avec le milieu familial est cette fois-ci définitive. Une lettre envoyée à son père en septembre 1875 constitue l’ultime contact. A Paris, Jeanne Marie Le Manach est devenue une inconnue.

  • 33 A. Martin-Fugier, La Place des bonnes..., op. cit., p. 48-67.

29Les véritables contacts se nouent au sein du monde du travail. Dès son arrivée, Jeanne Marie Le Manach se rend dans un de ces bureaux de placement qui jouent un rôle considérable pour les domestiques33. Il est situé 88 faubourg Poissonnière (10e), non loin du domicile de son oncle et du garni où elle loge, 50 boulevard Rochechouart (18e). Elle sympathise d’abord avec une Bretonne des Côtes-du-Nord, qui habite dans le même garni. Néanmoins, au bout d’une semaine, elles se perdent de vue.

  • 34 Réquisitoire définitif, pièce 56, p. 9-10. Sur le milieu d’origine de Billoir, voir Rapport de pol (...)
  • 35 Il participe notamment à la campagne d’Italie. Sa carrière est entrecoupée par de brefs retours à (...)
  • 36 Le cas de Billoir n’est pas inédit. A notre connaissance, il n’existe pas d’études pour le xixe si (...)

30La rencontre avec Joseph Billoir est décisive. Âgé de 56 ans, Billoir est issu du département du Nord34. Comme beaucoup de Nordistes, Billoir vient à Paris pour travailler avec ses deux frères. Il consacre toute sa vie professionnelle à l’armée. En 1869, il est retraité comme sous-officier, avec deux médailles35. Célibataire, Billoir a un retour difficile à la vie civile36. Ses frères l’hébergent et lui procurent du travail. Il finit par s’établir chez son deuxième frère, 36 rue Feutrier, dans le 18e arrondissement, dans le quartier de Clignancourt, à côté de Montmartre, où il continue d’habiter après le décès de celui-ci. Billoir accumule les emplois de courte durée. Enfin, il travaille dans le bureau de placement du faubourg Poissonnière, comme courtier. C’est là qu’il fait la connaissance de Jeanne Marie Le Manach. Presque aussitôt, il l’installe chez lui, lui faisant quitter son premier travail de domestique.

  • 37 Rapport du chef du service de la Sûreté, pièce 351 ; J. Guillais, La Chair de l’autre..., op. cit. (...)
  • 38 Procès-verbal de la gendarmerie de Bégard, pièce 334.

31Joseph Billoir et Jeanne Marie Le Manach présentent des points communs : l’immigration, l’isolement, la fréquentation du même quartier, la recherche d’emploi. Leur rencontre dans un bureau de placement est somme toute logique. Cependant, Billoir est plus âgé et il a plus d’instruction. La jeune femme a des ressources, alors que Billoir a tout dilapidé (sauf sa pension de retraite). Pour l’accusation, l’appât du gain est l’unique raison qui pousse Billoir à vivre avec la jeune Bretonne. Billoir fournit une autre explication : l’attirance physique37. Chez Jeanne Marie Le Manach, l’attrait pour Billoir et l’espérance d’un mariage sont des motivations plausibles38. On reste néanmoins frappé par la rapidité de la rencontre. Commence alors la vie commune.

La vie quotidienne ou la vie à deux

32La vie quotidienne de Jeanne Marie Le Manach jusqu’à sa mort est celle d’une vie de couple. On peut en dégager trois aspects : le milieu géographique, le milieu socio-culturel et l’évolution des rapports au sein du couple.

  • 39 Pour un modèle d’étude sociale sur des rues parisiennes, voir par exemple B. M. Ratcliffe, « Lieux (...)
  • 40 Des boulangers, des marchands de vins, un magasin de lingerie et modes, etc. (Annuaire-almanach du (...)

33La partie sud du quartier Clignancourt délimite le cadre de vie (voir plan)39. Toutefois, le couple déménage à trois reprises. Quittant la rue Feutrier, il habite dans un immeuble de la rue de Clignancourt (au 43), puis dans un autre situé 14 rue Christiani et 17 rue Myrrha. La proximité de ces domiciles peut s’expliquer par la sociabilité de voisinage. Il est possible que chaque nouvelle adresse soit fournie par un voisin, un concierge. Début octobre 1876, le couple emménage au 51 de la rue des Trois-Frères. Le domicile, à l’extrémité occidentale du quartier, est plus éloigné que les précédents. Il se situe dans une petite rue montante et courbe, adossée à la butte Montmartre. La rue est populaire et animée, à l’image du quartier. On y trouve de nombreux commerces40.

  • 41 La Goutte d’Or : faubourg de Paris, M. Breitman et M. Culot dir., Paris-Bruxelles, 1988, p. 77-97, (...)
  • 42 Les archives de la préfecture de Police possèdent un plan de leur chambre (Arch. de la préf. de Po (...)

34L’immeuble, qui possède cinq étages, contient une centaine de personnes et une concierge. Il peut être comparé à ceux du quartier voisin de la Goutte-d’Or, le quartier de Gervaise, l’héroïne de L’Assommoir41. La banalité et l’absence de monumentalisme sont le signe d’un habitat populaire. La typologie de la façade présente les caractéristiques d’un immeuble de rapport pré-haussmannien. Le couple habite au deuxième étage. Son domicile, dont la fenêtre donne sur la rue, consiste en une chambre42. Le mobilier est modeste (lit, table, chaise, cheminée, miroir et divers objets).

  • 43 L. Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime, Paris, 1980.
  • 44 Ils boivent tous les deux du vin, Billoir de l’absinthe aussi. Sur la culture du boire, voir D. No (...)
  • 45 Deux fois, l’oncle de Jeanne Marie l’aperçoit au bras d’un homme dans le quartier (pièce 389). Le (...)
  • 46 F. Laroulandie, Les Ouvriers de Paris au xixesiècle, Paris, 1997, p. 155-158.

35Le couple ne travaille pas. En revanche, ses loisirs semblent correspondre aux pratiques populaires de la grande ville dans un quartier, Montmartre, qui devient un des hauts lieux de la vie parisienne43. Le couple fréquente les cafés (notamment un marchand de vin, 36 rue de Clignancourt, et le café Charles, 2 boulevard Ornano), à l’initiative de Billoir. A cette consommation d’alcool sur place, il faut ajouter les achats de bouteilles de vin pour le domicile44. Cette pratique est-elle une nouveauté pour Jeanne Marie Le Manach ? On ne leur connaît pas d’autres loisirs, à l’exception de promenades, autre activité particulièrement prisée. Ces promenades semblent se limiter au quartier et peut-être à ses environs45. Enfin, les sources sont silencieuses sur une éventuelle pratique religieuse. Est-ce le signe que Jeanne Marie Le Manach rejoint la relative indifférence des milieux populaires parisiens au fait religieux46 ?

  • 47 Une épicière, habitant 92 rue Myrrha, témoigne que Jeanne Marie Le Manach venait souvent chez elle (...)

36Ayant rompu avec le monde du travail, sans famille ou ami et changeant souvent de domicile, Jeanne Marie Le Manach et son compagnon s’inscrivent superficiellement dans les réseaux de la sociabilité citadine. Les relations ne sont guère suivies avec voisins, concierges et commerçants, même si Jeanne Marie paraît plus communicative. Au café Charles, le couple, connu des habitués, a peu de fréquentations. Billoir lit le journal, fait parfois des parties de cartes ; Jeanne Marie reste effacée. Le couple est donc relativement isolé. La jeune femme tient le rôle de la ménagère. Elle se charge des courses47 et prépare les repas. C’est peut-être dans cette routine conjugale que Jeanne Marie a pu trouver des moments de bonheur.

  • 48 Ces remarques sur l’apparence correspondent à la « culture somatique » du soldat (0. ROYNETTE, « B (...)

37Mais la situation du couple se détériore peu à peu. La première raison tient au caractère de Billoir. Avec le retour à la vie civile, celui-ci évolue dans un sens négatif. Le contraste entre son apparence (prestance, propreté, décorations) et son comportement (paresse, ivresse, voire violence) est souligné par plusieurs témoins48. De plus, l’oisiveté a un coût. Les dépenses au café diminuent et les premières dettes apparaissent. Au printemps 1876, le capital de Jeanne Marie Le Manach est épuisé. Les habitués du café remarquent sa tenue de plus en plus négligée. Billoir pousse sa compagne à travailler. Elle trouve à deux reprises une place de domestique en dehors du quartier, qu’elle perd rapidement. De son côté, Billoir affirme avoir exercé des petits métiers.

  • 49 Certains couples se désignent comme mariés (A. MARTIN-FUGIER, La Place des bonnes..., op. cit., p. (...)
  • 50 Déposition de Jean Conrad Cramer, pièce 503.

38Des témoignages de voisins et d’habitués des cafés fréquentés par le couple permettent de connaître les sentiments de Jeanne Marie Le Manach. Le caractère illégitime du concubinage semble mal vécu, même s’il est un phénomène non négligeable dans les milieux populaires à Paris49. La jeune femme désigne parfois Billoir comme son « oncle »50, comme si elle voulait donner une forme légale, voire morale à leur relation. Avec la dégradation des conditions matérielles, la jeune femme alterne des phases de joie et de tristesse. Enfin, certains témoins décrivent des moments de tension dans le couple.

39Le bilan de l’intégration de Jeanne Marie Le Manach est donc mitigé. D’un côté, une vie de couple, un logement, une oisiveté voulue. De l’autre, un mariage sans cesse repoussé, des déménagements répétés, des relations sociales superficielles et surtout une dégradation des conditions de vie et des problèmes de couple.

La mort : un échec du processus d’intégration

  • 51 J. Guillais, La Chair de l’autre..., op. cit., p. 100-104.

40Le 8 novembre 1876 au matin, le corps de Jeanne Marie Le Manach est découvert au bord de la Seine dans la commune de Clichy. Cette fin dramatique apparaît comme un échec du processus d’intégration, parce que l’enquête et le procès mettent en évidence qu’il s’agit d’un assassinat commis par son propre compagnon. Billoir a tué sa compagne à leur domicile, le soir du 2 novembre, suite à une dispute. Jeanne Marie Le Manach vient grossir les rangs des victimes de « l’alcoolisme ordinaire »51, de la violence conjugale et plus généralement de la violence urbaine.

  • 52 Pour les rapports d’expertise, voir les pièces 313-318; B. Bertherat, La Morgue de Paris au xixesi (...)

41Les conditions du crime accentuent le sentiment d’échec52. L’expertise médico-légale souligne que la mort de la jeune femme est causée par son dépeçage. Le dépeçage a pour but de faciliter la disparition du corps. Le corps, coupé en deux morceaux, est lesté par des pierres, tandis que les intestins et les cheveux sont jetés dans la fosse d’aisance de l’immeuble. L’atrocité du crime se combine donc à un processus d’élision du corps.

  • 53 Déclaration de la dame Lefaure, pièce 453.
  • 54 Arch. de la préf. de Police, Registre des disparus, vol. 7, 1871 à 1878.

42Tout aussi significative est la réaction des Parisiens qui connaissent Jeanne Marie Le Manach. Sa disparition ne passe pas forcément inaperçue. Ainsi, interrogée par les enquêteurs, une voisine affirme avoir remarqué sa disparition, parce qu’elle ne l’entend plus marcher dans sa chambre avec ses sabots, ne la voit plus vider ses eaux sales et remonter de l’eau propre53. En revanche, Jeanne Marie Le Manach ne manque à personne. Personne ne s’inquiète de sa disparition au point de la signaler à la Morgue, qui dispose d’un registre des disparus depuis de nombreuses années54. Ce type de réactions montre tout l’écart avec le contrôle social exercé dans le monde rural.

  • 55 La Morgue est située à la pointe orientale de l’île de la Cité, derrière le chevet de Notre-Dame. (...)
  • 56 En 1876, sur les 614 corps ou portions de corps déposés, 367 sont identifiés (B. Bertherat, La Mor (...)
  • 57 La reconnaissance officielle a lieu le 25 janvier 1877. L’acte de décès est rédigé le lendemain, d (...)
  • 58 Parmi les périphrases utilisées pour la désigner, « la femme qui vivait avec Billoir » (pièce 423) (...)
  • 59 Il faut souligner que Jeanne Marie Le Manach est enterrée avant son identification (à cause de la (...)

43Le traitement du cadavre de Jeanne Marie Le Manach confirme l’échec de son intégration. Dès le jour de sa découverte, le corps est déposé à la Morgue pour y être identifié ; il est exposé au public le lendemain55. Certes, il réintègre de tous les corps déposés à la Morgue56. Cependant, l’identification ne survient qu’au bout d’une dizaine de jours, malgré la visite d’environ 200 000 curieux57. Des différents témoins, issus notamment du voisinage, des débits de vin et du bureau de placement qu’elle a fréquentés, peu connaissent son identité58. Enfin, son corps n’est pas réclamé59.

  • 60 A. Lacassagne, « Du dépeçage criminel », Archives de l’anthropologie crimi-nelle et des sciences p (...)

44La célébrité posthume de Jeanne Marie Le Manach est ambiguë. Elle se résume à un cas remarquable dans les annales criminelles, à un fait divers sensationnel60. Son portrait, esquissé au moment de l’instruction et du procès, confirme son altérité.

LE PORTRAIT D’UNE IMMIGRÉE : UN PROCESSUS DE DÉVALORISATION

45Le portrait de Jeanne Marie Le Manach est tout sauf un autoportrait. Le réalisme des sources n’évite pas les clichés. Derrière la mise en scène de la victime, se cache un processus de dévalorisation. Il s’agit d’en voir les auteurs et les enjeux, puis les grands thèmes.

Les auteurs et les enjeux du portrait

  • 61 Une précision : dans la presse, le portrait de la victime est moins détaillé que celui de l’assass (...)
  • 62 A. CORBIN, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 200.

46Les auteurs du portrait de Jeanne Marie Le Manach sont nombreux. Il y a d’abord tous les témoignages des personnes qui l’ont côtoyée. Ces témoignages sont d’une grande diversité en ce qui concerne leurs auteurs et leur contenu. Toutefois, il y a un déséquilibre entre Paris, Le Mans et Pédernec, au détriment de cette dernière. Les policiers, les magistrats, les médecins légistes, voire les journalistes, sont les auteurs ultimes, puisqu’ils collectent les témoignages et les utilisent pour dresser le portrait de la victime61. Autrement dit, la vision dominante émane de la ville et de ses élites. A propos des migrants limousins, Alain Corbin souligne que les sources « nous renseignent davantage sur la mentalité de l’enquêteur que sur la réalité vécue par les migrants [et] nous permettent surtout discerner les fantasmes des notables »62. Tel est le cas ici.

  • 63 Les témoignages laissent passer quelques indices : sa facilité à parler avec ses voisins, sa passi (...)
  • 64 A. Corbin, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 207-214.

47Parmi les auteurs du portrait, il manque un auteur essentiel : la victime elle-même. Comment Jeanne Marie Le Manach a-t-elle perçu Paris et les Parisiens ? De ses réactions, de ses étonnements, de ses déceptions ou de ses émerveillements, nous ne savons presque rien63. Rien n’indique que Jeanne Marie ait cherché à résister à la culture et aux pratiques urbaines, à la différence de certains groupes de migrants64. A cet égard, on peut se demander comment la jeune Bretonne a réagi par rapport au relâchement du contrôle social si sensible dans son milieu d’origine.

  • 65 A. Corbin, « Coulisses », dans Histoire de la vie privée, t. 4, De la Révolution à la Grande Guerr (...)

48Significativement, les seules photographies de Jeanne Marie Le Manach sont posthumes. A notre connaissance, Jeanne Marie Le Manach ne s’est jamais fait prendre en photo. Une explication plausible est qu’il s’agit d’une pratique citadine, qui témoigne du sentiment grandissant de l’identité individuelle65, auquel est étrangère a priori une jeune immigrée. Un miroir figure parmi les objets de la chambre de la rue des Trois-Frères, mais il ne fait pas partie de la succession de la jeune femme.

  • 66 B. Bertherat, La Morgue de Paris au xixesiècle, op. cit., p. 187-196.

49Par ailleurs, la construction du portrait s’inscrit dans deux logiques successives. Dans un premier temps, Jeanne Marie Le Manach est inconnue. Le portrait qui en est dressé se limite à une description physique, à une photographie et à une autopsie. La jeune femme inaugure à son insu la pratique de la photographie judiciaire sur les cadavres déposés à la Morgue66. Après l’identification et l’arrestation de l’assassin présumé, les sources se multiplient et permettent de faire un portrait physique et psychologique.

50Apparaît alors un discours dominant, dont il faut démonter la logique interne. Malgré quelques dissonances, il semble que le portrait de la jeune Bretonne s’articule autour de deux stéréotypes majeurs : la campagne primitive et la ville corruptrice.

La campagne primitive

  • 67 L’évolution négative de l’image du Breton et de la Bretagne est une réalité à la fin du siècle : C (...)
  • 68 « L’originalité de la race bretonne s’est surtout conservée dans les campagnes [...]. Toute cette (...)

51Le premier thème qui transparaît dans le portrait de Jeanne Marie Le Manach est le poids de ses origines rurales et bretonnes, malgré son séjour manceau. Il y a un mélange de faits et d’imaginaire67. La Bretagne des campagnes est perçue comme une terre d’exotisme et d’archaïsme, un monde traditionnel, voire un monde primitif avec ses « bons sauvages »68, assimilation qu’on pourrait élargir dans une certaine mesure à l’ensemble du monde rural, voire au peuple au sens large. Ici, l’étonnement va de pair avec la dévalorisation. Que reste-t-il du bon sauvage dans la ville ? Jeanne Marie Le Manach n’échappe pas au poncif au travers de trois aspects : son apparence, son comportement et son caractère.

  • 69 Réquisitoire définitif, pièce 56, p. 10.
  • 70 Gazette des tribunaux, 15 mars 1877, p. 256.
  • 71 A. Corbin, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 204-205. « A partir des ann (...)
  • 72 G. Flaubert, « Odeur (des pieds) », dans Dictionnaire des idées reçues, op. cit., p. 103.
  • 73 J. Léonard, Archives du corps. La santé au xixesiècle, Rennes, 1986. p. 115-135.
  • 74 A. Corbin, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 210-211.

52Son apparence est d’une grande médiocrité. Elle touche à la caricature, notamment dans le réquisitoire définitif : « C’est une petite femme, grasse, gênée par son embonpoint, [...] malpropre, négligée dans sa tenue [...] »69. En fait, dans ces critiques sur le physique (des sources évoquent son absence de grâce), le manque d’hygiène (l’odeur des pieds revient parfois70) et la façon de se vêtir (Jeanne Marie Le Manach possède peu de vêtements, usés et reprisés), le poids des préjugés citadins pèse lourd. Ainsi, la malpropreté est vue comme un archaïsme, un défaut, voire un danger71. Or, les vertus de la crasse sont louées en milieu rural. L’odeur des pieds est « signe de santé »72. Cette conception est liée à une vieille méfiance vis-à-vis de l’eau, parce qu’elle symbolise les deux grands rites de passage, la naissance et la mort, mais aussi parce qu’elle est identifiée à ramollissement et à la dépravation des étuves73. D’une manière générale, « le migrant [...] manifeste à l’égard de l’hygiène une désinvolture paysanne »74.

  • 75 Billoir déclare au sujet des jambes de Jeanne Marie Le Manach : « Elle les avait faibles, elle les (...)
  • 76 Gazette des Tribunaux, 15 mars 1877. p. 256.

53La lourdeur et la maladresse marquent la façon de bouger et de travailler de la jeune femme. Elle éprouve des difficultés à marcher75. Il est possible qu’il s’agisse d’un problème de hanches dû à une luxation, à une origine congénitale, voire à l’alimentation. En outre, la jeune femme est incapable d’accomplir des tâches demandant de la dextérité. Il faut sans doute y voir l’influence de la formation d’une domestique de ferme habituée aux lourds travaux. En fait, le discours dominant évoque une sorte de fatalité, d’atavisme, amalgamant au passage physique et psychologique : « Lourde de corps et d’esprit, [...] elle était de celles qui semblent destinées à gagner péniblement sa vie », assène l’acte d’accusation76. Jeanne Marie Le Manach est une sorte de Jean Valjean avant sa rédemption par monseigneur Myriel.

  • 77 Procès-verbal de la gendarmerie de Bégard, pièce 334.
  • 78 Lors de l’acte de donation mutuel des époux, Jeanne Marie Le Manach déclare ne pas savoir signer ( (...)

54Certes, elle parle français (mal selon certaines sources). Interrogés par les gendarmes, son père, sa belle-mère s’expriment en breton77. Où, quand et comment Jeanne Marie Le Manach a-t-elle appris à parler français ? Les témoignages montrent qu’elle s’exprime en français lors de son arrivée au Mans. En revanche, elle ne sait ni lire ni écrire, sinon à peine78. C’est Billoir qui lui rédige sa correspondance. Dans l’arrondissement de Guingamp, le taux de scolarisation des enfants est un des moins élevés du département, qui est déjà en retard par rapport à la moyenne française. Le travail est un obstacle à la scolarisation. Le cas de Jeanne Marie Le Manach est donc loin d’être isolé.

  • 79 Gazette des Tribunaux, 15 mars 1877, p. 256.
  • 80 N. Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, 1976.

55Un dernier exemple montre que Jeanne Marie Le Manach ne possède pas les bons « codes ». Au café, on remarque qu’elle s’assoit comme un homme, c’est-à-dire qu’elle se tient les jambes écartées79. Autrement dit, elle ne respecte pas les règles de la civilité urbaine80. Plusieurs hypothèses permettent d’expliquer ce décalage : le problème de santé décrit plus haut ou mieux encore une habitude acquise en milieu rural, qui permet de pratiquer plusieurs activités domestiques, grâce à la longue robe souvent équipée d’un tablier, qui forme une sorte de petite table (couture, cuisine...).

  • 81 Ainsi, cette remarque de la marchande de vin de la rue de Clignancourt : « Elle ne paraissait pas (...)
  • 82 G. de Maupassant, Une Vie, Paris, 1974, p. 36. De son côté, J.-M. Déguignet, plein de ressentiment (...)
  • 83 M.-A. Couderc, Bécassine inconnue, Paris, 2000.
  • 84 Ibid., p. 162.

56Le seul point positif pourrait être sa gentillesse, son dévouement, y compris pour son futur meurtrier, ce qui fait ressortir l’horreur du crime. Toutefois, l’apathie, la passivité, la bêtise ne sont jamais loin81. Maupassant, décrivant le monde des ruraux normands, souligne la « songerie animale des gens du peuple »82. C’est dire la force des stéréotypes. Même après son arrivée à Paris, Jeanne Marie Le Manach garde une part d’animalité. S’impose alors la comparaison avec le personnage légendaire de Bécassine, créé en 190583. On y retrouve disgrâce, lourdeur et gentillesse. Comme Jeanne Marie Le Manach, Bécassine est une « brave idiote »84, un cœur simple. Toutefois, Bécassine apparaît comme un personnage sympathique. Elle n’est pas victime, comme Jeanne Marie La Manach, des effets de la ville corruptrice.

La ville corruptrice

  • 85 A. Corbin, « Paris-province », art. cit., p. 808-811.

57À la différence de Bécassine, Jeanne Marie Le Manach ne reste pas à sa place. En vivant sans travailler et en concubinage, la jeune femme contrevient à une sorte de morale populaire, défendue sinon créée par les élites. Elle subit la corruption de la grande ville et de son hédonisme85.

  • 86 Gazette des tribunaux, 16 mars 1877, p. 259.

58Pour l’accusation, en arrivant à Paris, Jeanne Marie Le Manach perd ses repères, et notamment l’habitude du travail. « [...] Elle était venue à Paris où il semble, par un mirage trompeur, qu’il suffise d’arriver pour y trouver des ressources », affirme l’avocat général lors de son réquisitoire86. Apparaît à l’arrière-plan un discours idéologique de la part des élites : l’oisiveté du peuple ne peut être que vicieuse, voire dangereuse pour lui-même et les autres. A titre de comparaison, Bécassine est intégrée à un réseau professionnel, qui est présenté comme une seconde famille et qui maintient l’ordre social. C’est oublier les raisons profondes de l’immigration de Jeanne Marie Le Manach et ses tentatives pour trouver du travail.

  • 87 Gazette des tribunaux, 15 mars 1877, p. 255.
  • 88 Pièce 313. Cette allusion disparaît au moment de sa déposition aux assises (Gazette des tribunaux, (...)
  • 89 Bergeron arrive à cette conclusion, parce que l’examen révèle un « vagin large avec d’épais bourre (...)
  • 90 Au ce moment de l’autopsie, le corps n’est pas identifié ; mais selon le médecin légiste « l’appar (...)
  • 91 J. Guillais, La Chair de l’autre..., op. cit., p. 62-63. À l’inverse, A. Corbin invite à nuancer l (...)

59Quant au concubinage et à la sexualité illicite qu’il implique, les discours sont moins abondants. Toutefois, l’acte d’accusation laisse échapper une formule crue sur Jeanne Marie Le Manach : « Elle se décida promptement à partager sa chambre et son lit »87. Mentionnons aussi le rapport d’autopsie du docteur Bergeron, qui évoque « la trace de fréquents rapports sexuels »88. L’observation de Bergeron correspond peut-être aux conceptions scientifiques de l’époque89. Mais ces conceptions renvoient aussi aux fantasmes suscités par les pratiques sexuelles hors mariage des classes populaires90. Les critiques émanent des conservateurs, mais aussi d’un romancier social comme Zola91.

  • 92 A. Croix et Ch. Douard, Femmes de Bretagne..., op. cit., p. 128-129. On retrouve le même regard do (...)

60A la fin du siècle, les dangers de l’émigration sont dénoncés par un vaste courant conservateur, notamment par les régionalistes bretons. Les jeunes femmes, jugées particulièrement vulnérables, sont les principales destinataires de cette approche moralisante. Une brochure, intitulée précisément « Les méfaits de l’émigration », a pour sous-titre « Marie-Jeanne à Paris ». On y décrit la déchéance d’une jeune paysanne travaillant à la ferme, chez ses parents, fréquentant assidûment l’église. « Un jour la folle idée d’aller à Paris s’est emparée d’elle. Se croyant sûre de gagner beaucoup d’argent dans un travail moins dur que les travaux des champs, elle s’est entêtée à partir ». A Paris, Marie-Jeanne, qui ne connaît personne, change de place à de multiples reprises, s’enfonce dans la pauvreté, puis se laisse entraîner dans la prostitution. Sa courte vie se termine à l’hôpital, où elle meurt seule92. Entre Marie-Jeanne et Jeanne Marie, les similitudes sont frappantes.

  • 93 A.-C. Ambroise-Rendu, Les faits divers dans la presse française..., op. cit., p. 523.

61Mais ce qu’on reproche à Jeanne Marie Le Manach n’est-ce pas aussi une sorte de liberté que lui accorde la grande ville ? Autrement dit, la ville corruptrice n’est-elle pas aussi la ville émancipatrice ? « Aux femmes plus autonomes ou plus fortes - compagnes et maîtresses - est réservée la suspicion », souligne Anne-Claude Ambroise-Rendu à propos du traitement des victimes dans les faits divers93. Il semble qu’on puisse ranger Jeanne Marie Le Manach dans cette catégorie.

62Au final, la mort dramatique de Jeanne Marie Le Manach fournit une sorte de morale. Son portrait posthume lui ôte son statut de Parisienne et la renvoie à sa condition d’immigrée au travers d’une ségrégation symbolique.

***

  • 94 Une biographie de Jeanne Marie Le Manach est en préparation.

63Une telle étude -à peine ébauchée94- montre que l’approche biographique est complémentaire de l’approche quantitative dès lors qu’il s’agit de comprendre comment on peut être Parisien. Toutefois, la méthode n’est pas valable pour tous les individus. Les sources sont une limite importante. Les sources judiciaires et plus largement celles du fait divers nous paraissent fournir un éclairage d’une grande richesse, même si elles ne suppriment pas les zones d’ombre. Une autre approche demeure possible, celle d’Alain Corbin. 11 est possible de faire un Pinagot des villes.

64La microhistoire, voire la microbiographie, permet de souligner la singularité des logiques individuelles et d’enrichir les débats historiographiques sur les notions de déracinement et d’intégration. Le destin de la grande ville se joue en partie à la campagne, voire dans les réseaux urbains secondaires. De ce point de vue, l’histoire urbaine est aussi une histoire rurale. Toutefois, entre le point de départ et le point d’arrivée, on observe une grande complexité du cheminement.

  • 95 La Morgue porte témoignage de cette solitude urbaine, dont l’anonymat définitif est la forme ultim (...)

65Par ailleurs, il y a de multiples façons d’être Parisien. Méritent d’être soulignés la place du hasard, une certaine liberté des pratiques par rapport aux logiques du groupe, la mise en place d’un territoire et en même temps un certain isolement, une solitude urbaine, dont il faudrait retracer l’histoire95. Finalement, le phénomène de l’intégration apparaît ici comme un dégradé subtil, amplifié par le décalage entre la réalité vécue d’une personne et la perception d’une victime.

Notes

1 Cet article a bénéficié d’une lecture critique de Catherine Demone. Jean-Philippe Meyssonnier et Stéphanie Sauget. Le plan partiel de Paris a été élaboré avec la collaboration de Jean-Luc Nègre.

2 L. Chevalier, La Formation de la population parisienne au xixe siècle, Paris, 1950 ; A. FAURE, « Comment devenait-on Parisien ? La question de l’intégration dans le Paris de la fin du xixe siècle », dans Paris le peuple, xviiie-xxe siècle, J.-L. Robert et D. Tartakowsky dir., Paris, 1999, p. 37-57.

3 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, 1999.

4 F. Raison-Jourde, La Colonie auvergnate de Paris au xixe siècle, Paris, 1976 ; A. Corbin, « Les Paysans de Paris. Histoire des Limousins du bâtiment au xixe siècle », dans Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, 1991, p. 199-214.

5 A. Corbin, Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu. 1798-1876, Paris, 1998, p. 7-15. Notre réflexion ne s’inscrit pas dans le courani de l’histoire des femmes. On en trouve un bilan dans Vingtième siècle (vol. 75, 2002), qui comporte notamment un entretien avec A. Corbin et M. Perrot (« Des femmes, des hommes et des genres », p. 167-176). L’entretien n’évoque à aucun moment l’étude sur Pinagot. Pourtant, celle-ci nous paraît fondamentale. Une version régionale de l’histoire des femmes : A. Croix et Ch. Douard, Femmes de Bretagne : images et histoire, Rennes, 1998.

6 Par exemple. J.-M. Déguignet (1834-1905), Mémoires d’un Paysan Bas-Breton, Kerhuon, 2000 (la version intégrale est parue l’année suivante chez le même éditeur).

7 Les Victimes, des oubliées de l’histoire ?, B. Garnot dir., Rennes, 2000.

8 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du xixe siècle (1958), Paris, 1984. Voir aussi le traitement de la victime dans la grande presse de la fin du xixe siècle : A.-C. AMBROISE-RENDU. « Victimologie », dans Les faits divers dans la presse française de la fin du xixe siècle. Étude de la mise en récits d’une réalité quotidienne (1870-1910), thèse de doctorat d’histoire. Université Paris I, 1997, p. 491-524.

9 Le crime constitue un des grands faits divers de la fin du siècle : A. MITCHELL. « The Paris Morgue as a social institution in the nineteenth century », Francia, vol. 4, 1976, p. 590-595 ; J. Guillais, La Chair de l’autre. Le crime passionnel au xixe siècle, Paris, 1986, p. 100-104; B. Bertherat, La Morgue de Paris au xixe siècle (1804-1907) : les origines de l’institut médico-légal ou les métamorphoses de la machine, thèse de doctorat d’histoire. Université Paris 1, 2002.

10 Arch. de Paris. D2U8 59. dossier Billoir Sébastien. 15 mars 1877 (homicide). Il comporte 730 pièces. Pour des raisons de commodité, on ne mentionnera que la pièce dans les notes suivantes.

11 A. CORBIN, Le Monde retrouvé..., op. cit., p. 9.

12 P.-A. ROSENTAL, « Peurs et statistiques : l’exode rural est-il un mythe ? », dans Les Sentiers invisibles..., op. cit., p. 28-40.

13 Arch. com. Pédernec, Acte de naissance, n° 12, Le Manach Jeanne Marie, 16 février 1849. On a bénéficié de l’aide de Serge Falézan et de Jean-Louis Lintanf. Sources sur le département : V. A. Malte-Brun, « Les Côtes-du-Nord », dans La France illustrée. Géographie, histoire, administration et statistique, Paris, [1853-1859]. vol. 3, 16 p. ; J. Verne, « Les Côtes du Nord », dans Géographie illustrée de la France et de ses colonies, Paris, [1867], p. 177-192. Bibliographie: R. de Saint-Jouan, « Pédernec », dans Dictionnaire des communes : éléments d’histoire et d’archéologie. Département des Côtes-d’Armor, Saint-Brieuc, 1990, p. 396-398 ; E. Gautier, La Dure existence des paysans et des paysannes. Pourquoi les Bretons s’en vont..., Paris, 1950, et Un Siècle d’indigence. Pourquoi les Bretons s’en vont..., Paris. 1950 ; Ch. Brunel et alii, La Bretagne au xixe siècle (1780-1914), Morlaix, 1989.

14 En témoignent les noms et prénoms de Jeanne Marie Le Manach, comme ceux de ses parents : A. Deshayes, Dictionnaire des noms de famille bretons, Douardenez, 1995. p. 277 (pour Le Manach, nom paternel) et p. 46 (pour Guézennec, nom maternel).

15 Selon les gendarmes, enquêtant sur la famille de Jeanne Marie Le Manach après son identification, le père, Yves Le Manach, « jouit [...] d’une très bonne réputation dans la commune » (Procès-verbal de la gendarmerie de Bégard, pièce 334). Les « fautes », qu’elles s’inscrivent dans une logique judiciaire (vol, rixe, meurtre, infanticide) ou dans celle des valeurs du monde rural (façons de vivre, « mauvaise réputation »), sont autant de marques qui restent dans la mémoire familiale et villageoise. Sur le contrôle social dans la Bretagne rurale, voir A. Tillier, « Le village et la paroisse : les instances du contrôle social », dans Des Criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes. 2001, p. 245-291.

16 E. Gautier, Un siècle d’indigence..., op. cit., p. 56-67 ; Ch. Brunel et alii. La Bretagne au xixe siècle..., op. cit., p. 64.

17 Il faudrait aller aussi loin qu’Alain Corbin pour Pinagot en consultant les listes d’indigents données par le conseil municipal.

18 Une précision : la pauvreté, l’indigence ne sont pas des données immuables. Alain Corbin l’a montré pour Pinagot. D’après le recensement de 1866, le père de Jeanne Marie Le Manach perd son statut de laboureur et devient garçon laboureur. Cependant, au moment de la mort de sa fille, il est décrit par les gendarmes qui l’interrogent comme un « cultivateur [qui] jouit d’une médiocre aisance [...] » (pièce 334).

19 P.-A. ROSENTAL, « Des villages bien peu sédentaires : la mobilité rurale et ses avatars », dans Les Sentiers invisibles..., op. cit., p. 41-51.

20 E. GAUTIER, La Dure existence..., op. cit., p. 104-110.

21 Renseignements, pièce 599.

22 G. HAUDEBOURG, Mendiants et vagabonds en Bretagne au xixe siècle, Rennes, 1998.

23 Le Mans semble plus attractif que Laval. La ville (45 000 habitants en 1866) a profité de la prospérité impériale, dans le sillage de l’arrivée du chemin de fer, qui conforte son rôle de nœud commercial et l’importance de son industrie textile. Mais son rayonnement reste régional et la crise, accentuée par la défaite contre la Prusse, commence à toucher ses activités industrielles. Références : P. Bois et M. Auffret, « Tradition politique et espoirs de novation économique » et « La Troisième République », dans Histoire du Mans et du pays manceau, F. Dornic dir., Toulouse, 1988, p. 233-277 et p. 279-307.

24 Arch. dép. Sarthe, 5MI 191/352, Acte de mariage, n°435, Bellengé Louis-François & Jeanne Marie Le Manach, 31 décembre 1873. L’orthographe du nom est fluctuante. Les archives sur Le Mans nous ont été communiquées par Philippe Charon. directeur des archives départementales de la Sarthe.

25 Arch. dép. Sarthc. 3Q 13565, n° 12. Succession entre époux de Bellanger François décédé au Mans le 14 mars 1875, 23 mars 1875.

26 La belle-mère de Jeanne Marie déclare : « Elle avait plein une malle de vêtements et paraissait d’ailleurs dans une position aisée » (Déposition de Marie Briand, pièce 403). D’autres témoignages ont la même tonalité.

27 J.-M. Déguignet, Mémoires d’un Paysan Bas-Breton, op. cit., p. 91-92. En breton, le mot « Paris » signifie exactement « pareil à Ys ».

28 Déposition de Marie Briand. pièce 403. On ne sait pas combien de temps la jeune migrante compte rester à Paris.

29 A. Martin-Fugier, « Le placement », dans La Place des bonnes. La domesticité féminine à Paris en 1900, Paris, 1985, p. 43-76.

30 Déposition de Guézennec, pièce 389.

31 Ibid.

32 D’autres sources confirment le peu de chaleur de l’oncle : Déposition de Marie Briand, pièce 403 et Procès-verbal de la gendarmerie de Bégard. pièce 334. L’oncle l’aperçoit à trois reprises dans le quartier, mais sans lui parler (pièce 389). Il faut noter que le ton employé par l’oncle, alors qu’il connaît les circonstances horribles de la disparition de sa nièce, est dépourvu de toute trace d’émotion. Л moins qu’il ne s’agisse d’un style épuré propre aux procès-verbaux et aux dépositions.

33 A. Martin-Fugier, La Place des bonnes..., op. cit., p. 48-67.

34 Réquisitoire définitif, pièce 56, p. 9-10. Sur le milieu d’origine de Billoir, voir Rapport de police. Cambrai, pièce 359.

35 Il participe notamment à la campagne d’Italie. Sa carrière est entrecoupée par de brefs retours à la vie civile. Sources : États de service, pièce 327 et Certificat de bonne conduite, pièce 328.

36 Le cas de Billoir n’est pas inédit. A notre connaissance, il n’existe pas d’études pour le xixe siècle sur le retour des militaires à la vie civile. Deux exceptions notables, mais qui portent sur des périodes charnières : N. Petiteau, Lendemains d’Empire. Les soldais de Napoléon dans la France du xixe siècle, Paris, 2003, et B. Cabanes, La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldais français (1918-1920), Paris, 2004.

37 Rapport du chef du service de la Sûreté, pièce 351 ; J. Guillais, La Chair de l’autre..., op. cit., p. 61-63.

38 Procès-verbal de la gendarmerie de Bégard, pièce 334.

39 Pour un modèle d’étude sociale sur des rues parisiennes, voir par exemple B. M. Ratcliffe, « Lieux en images - lieux imaginés à Paris au milieu du xixe siècle : déconstruction de photographies anciennes de la montagne Sainte-Geneviève ; reconstruction d’espaces vécus », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 26-27, 2003, p. 17-64.

40 Des boulangers, des marchands de vins, un magasin de lingerie et modes, etc. (Annuaire-almanach du commerce, de l’industrie, de la magistrature et de l’industrie ou almanach des 500 000 adresses Didot-Bottin, 1875, p. 1872, et 1876, p. 1959).

41 La Goutte d’Or : faubourg de Paris, M. Breitman et M. Culot dir., Paris-Bruxelles, 1988, p. 77-97, et plus particulièrement F. Loyer: « Naissance et beautés d’une physionomie populaire », p. 40-51 ; « Restitution d’édifices de la Goutte d’Or décrits par Emile Zola dans L’Assommoir », p. 77-97. A l’arrière-plan, le roman d’É. ZOLA, L’Assommoir, Paris, 1983, notamment p. 52-55.

42 Les archives de la préfecture de Police possèdent un plan de leur chambre (Arch. de la préf. de Police, BA 81, dossier Veuve Le Manach par Billoir en 1877). On peut le compléter par des gravures montrant l’intérieur et l’extérieur de l’immeuble, ainsi que par des photos de la rue (Bibl. nat., Département des estampes et de la photographie, VA 389, t. 9, H 93141 et H 93142). L’immeuble subsiste encore aujourd’hui.

43 L. Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime, Paris, 1980.

44 Ils boivent tous les deux du vin, Billoir de l’absinthe aussi. Sur la culture du boire, voir D. Nourrisson, Le Buveur du xixe siècle, Paris, 1990.

45 Deux fois, l’oncle de Jeanne Marie l’aperçoit au bras d’un homme dans le quartier (pièce 389). Le Petit Journal évoque des promenades quotidiennes du côté de Saint-Ouen, commune limitrophe du 18e arrondissement (27 novembre 1876. p. 2). Sur la déambulation urbaine, voir J. Csergo, « Extension et mutation du loisir citadin », dans L’Avènement des loisirs, A. Corbin dir., Paris, 1995, p. 135-145.

46 F. Laroulandie, Les Ouvriers de Paris au xixe siècle, Paris, 1997, p. 155-158.

47 Une épicière, habitant 92 rue Myrrha, témoigne que Jeanne Marie Le Manach venait souvent chez elle chercher sel, poivre, bougies, vinaigre, huile, qu’elle consommait peu et payait comptant (Déposition de la fe Régnier, pièce 498).

48 Ces remarques sur l’apparence correspondent à la « culture somatique » du soldat (0. ROYNETTE, « Bons pour le service ». L’expérience de la caserne en France à la fin du xixe siècle, Paris. 2000, p. 280-296) que Billoir n’a pas oubliée après son retour à la vie civile. L’oisiveté et l’alcoolisme font également partie de vie quotidienne de la caserne contre lesquels luttent les autorités militaires.

49 Certains couples se désignent comme mariés (A. MARTIN-FUGIER, La Place des bonnes..., op. cit., p. 312 ; F. Laroulandie, Les Ouvriers de Paris..., op. cit., p. 153-155).

50 Déposition de Jean Conrad Cramer, pièce 503.

51 J. Guillais, La Chair de l’autre..., op. cit., p. 100-104.

52 Pour les rapports d’expertise, voir les pièces 313-318; B. Bertherat, La Morgue de Paris au xixe siècle..., op. cit., p. 527-529 et 561-569.

53 Déclaration de la dame Lefaure, pièce 453.

54 Arch. de la préf. de Police, Registre des disparus, vol. 7, 1871 à 1878.

55 La Morgue est située à la pointe orientale de l’île de la Cité, derrière le chevet de Notre-Dame. L’exposition publique des cadavres est le principal mode de reconnaissance des cadavres au xixe siècle. Les corps sont exposés dans une grande vitrine installée au cœur du bâtiment et qui donne sur une vaste salle réservée au public. Les archives ont conservé une trace du passage de Jeanne Marie Le Manach (Arch. de la préf. de Police, Registre de la Morgue, 1876, n° 533, 8 novembre).

56 En 1876, sur les 614 corps ou portions de corps déposés, 367 sont identifiés (B. Bertherat, La Morgue de Paris au xixe siècle, op. cit., p. 826).

57 La reconnaissance officielle a lieu le 25 janvier 1877. L’acte de décès est rédigé le lendemain, dans la mairie du 4e arrondissement, dont dépend la Morgue (Arch. de Paris, 5Mi3 80, n°263, 26 janvier 1877). Quant à l’affluence, elle est exceptionnellement comptabilisée par la police (Arch. de la préf. de Police, BA 81 et BA 87).

58 Parmi les périphrases utilisées pour la désigner, « la femme qui vivait avec Billoir » (pièce 423), « la femme du médaillé » (pièce 425).

59 Il faut souligner que Jeanne Marie Le Manach est enterrée avant son identification (à cause de la décomposition qui la rend méconnaissable) au cimetière d’Ivry, dans la section réservée aux suppliciés, aux corps de la Morgue et des hôpitaux non réclamés, après une cérémonie religieuse dans une chapelle de Notre-Dame. Dans la vitrine de la Morgue, son corps est remplacé par un moulage en cire du visage. L’enterrement a lieu le 19 ou le 20 novembre, tôt le matin pour éviter la foule ; seuls les employés de la Morgue suivent le corps (Le Petit Journal, 21 novembre 1876, p. 3).

60 A. Lacassagne, « Du dépeçage criminel », Archives de l’anthropologie crimi-nelle et des sciences pénales, t. 3, 1888, p. 240-241. Deux signes de l’importance du fait divers dans la presse (dans Le Petit Journal ou L’Audience par exemple) : sa couverture et sa durée. On y retrouve, outre le récit de l’enquête, une description complaisante du crime et du corps martyrisé de la jeune femme, qui correspond aux « canons » de l’époque (D. Kalifa, L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Epoque, Paris, 1995, p. 53-59 ; A.-C. Ambroise-Rendu, Les faits divers dans la presse française.... op. cit., p. 294-303). On n’a pas étudié ici les réactions provoquées par la mort et l’identification de Jeanne Marie Le Manach dans sa région d’origine. Au sein de la parentèle et du village, on peut supposer l’importance d’un tel événement dans les discussions. Ce thème s’inscrit d’ailleurs dans un thème beaucoup plus vaste, celui de la mémoire que la famille et le village conservent de l’émigrant. Dans la presse bretonne (Le Progrès des Côtes-du-Nord par exemple, qui retranscrit le procès, 18 mars 1877, p. 3), l’événement connaît un certain retentissement.

61 Une précision : dans la presse, le portrait de la victime est moins détaillé que celui de l’assassin. C’est la figure du monstre qui focalise l’attention.

62 A. CORBIN, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 200.

63 Les témoignages laissent passer quelques indices : sa facilité à parler avec ses voisins, sa passion pour les défilés et la musique militaires, ce qui est une explication supplémentaire de son attachement pour Billoir (Déposition de la f Guérin, pièce 447) et, d’une manière générale, sa curiosité pour les spectacles de la rue. Ainsi, son oncle déclare l’avoir aperçue seule place Saint-Pierre à Montmartre, alors qu’elle regardait des saltimbanques. (Déposition de Guezenec, pièce 389). Rappelons ses promenades avec Billoir.

64 A. Corbin, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 207-214.

65 A. Corbin, « Coulisses », dans Histoire de la vie privée, t. 4, De la Révolution à la Grande Guerre, M. Perrot dir., Paris, 1987, p. 419-426.

66 B. Bertherat, La Morgue de Paris au xixe siècle, op. cit., p. 187-196.

67 L’évolution négative de l’image du Breton et de la Bretagne est une réalité à la fin du siècle : C. Bertho, « L’invention de la Bretagne. Genèse sociale d’un stéréotype », Actes de la recherche en sciences sociales, n°35, 1980, p. 62 ; A. Croix et Ch. Douard, « Le mépris et le chagrin. De la Belle Époque à la Grande Guerre », dans Femmes de Bretagne..., op. cit., p. 125-135. Cette réflexion doit être liée à celle concernant les rapports entre Paris et la province : A. Corbin, « Paris-province », dans Les Lieux de mémoire, t. III, Les France, t. 1, Conflits et partages, P. Nora dir., Paris, 1992, p. 528-565.

68 « L’originalité de la race bretonne s’est surtout conservée dans les campagnes [...]. Toute cette population, sans distinction de race, est affable, hospitalière, simple cl pure dans ses mœurs, facile dans son existence. Les agriculteurs sont de complexion nerveuse, plus entêtés dans leurs coutumes et leurs opinions, plus violents dans leurs passions que les habitants des villes ; ils sont querelleurs, batailleurs, quand leur colère est surexcitée, et cependant, patients, doux, prévenants, dans le commerce ordinaire de la vie ; d’ailleurs très attachés à leur pays, au foyer domestique, à la famille, à la religion de leurs pères, à leurs curés, dont l’influence est dominante » (J. Verne, « Les Côtes du Nord », dans Géographie illustrée de la France et de ses colonies, op. cit., p. 179). « Tous braves gens mais entêtés », résumé lapidaire de G. Flaubert, « Bretons », dans le Dictionnaire des idées reçues (Naples-Paris, 1966, p. 58). Précisons que, dans toutes nos sources sur Jeanne Marie Le Manach, la référence à un archétype breton ou rural est le plus souvent implicite.

69 Réquisitoire définitif, pièce 56, p. 10.

70 Gazette des tribunaux, 15 mars 1877, p. 256.

71 A. Corbin, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 204-205. « A partir des années 1880, les nouvelles normes d’hygiène contribuent à déprécier l’image de l’homme de la terre », note A. Corbin (« Paris-province », art. cit., p. 810). Sur « l’odorat et l’imaginaire social », voir A. Corbin, Le Miasme et la jonquille. Odorat et imaginaire social, xviiie-xixe siècles, Paris, 1982.

72 G. Flaubert, « Odeur (des pieds) », dans Dictionnaire des idées reçues, op. cit., p. 103.

73 J. Léonard, Archives du corps. La santé au xixe siècle, Rennes, 1986. p. 115-135.

74 A. Corbin, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 210-211.

75 Billoir déclare au sujet des jambes de Jeanne Marie Le Manach : « Elle les avait faibles, elle les tenait écartées » (Gazette des Tribunaux, 15 mars 1877. p. 256).

76 Gazette des Tribunaux, 15 mars 1877. p. 256.

77 Procès-verbal de la gendarmerie de Bégard, pièce 334.

78 Lors de l’acte de donation mutuel des époux, Jeanne Marie Le Manach déclare ne pas savoir signer (Arch. dép. de la Sarthe, 4E 65/220, Donation par Madame Bellangé, 6 mars 1875).

79 Gazette des Tribunaux, 15 mars 1877, p. 256.

80 N. Elias, La Civilisation des mœurs, Paris, 1976.

81 Ainsi, cette remarque de la marchande de vin de la rue de Clignancourt : « Elle ne paraissait pas avoir la moindre méchanceté » (Déposition de la fe Raydon, pièce 477).

82 G. de Maupassant, Une Vie, Paris, 1974, p. 36. De son côté, J.-M. Déguignet, plein de ressentiment contre son milieu d’origine, évoque la vie « exclusivement physique et animale » ou la « vie sauvage » des Bretons (Mémoires d’un Paysan Bas-Breton, op. cit., p. 31 et 261).

83 M.-A. Couderc, Bécassine inconnue, Paris, 2000.

84 Ibid., p. 162.

85 A. Corbin, « Paris-province », art. cit., p. 808-811.

86 Gazette des tribunaux, 16 mars 1877, p. 259.

87 Gazette des tribunaux, 15 mars 1877, p. 255.

88 Pièce 313. Cette allusion disparaît au moment de sa déposition aux assises (Gazette des tribunaux, 15 mars 1877, p. 255-256).

89 Bergeron arrive à cette conclusion, parce que l’examen révèle un « vagin large avec d’épais bourrelets caronculaires ». « Caronculaires » vient de « caroncules myrtiformes », définis par É. Littré comme de « petites tubercules rougeâtres, plus ou moins fermes, de forme variable, en nombre indéterminé (2 à 5), situés à l’orifice du vagin, et formé par la membrane muqueuse de ce conduit ». Certains auteurs, poursuit Littré, pensent que ces caroncules sont des débris de l’hymen (« Caroncule », dans Dictionnaire de médecine, de chirurgie et de pharmacie, de l’art vétérinaire et des sciences qui s’y rapportent, Paris, 1886. p. 227-228). Toutefois, il y a une différence entre la réalité d’un rapport sexuel et la fréquence de ces rapports.

90 Au ce moment de l’autopsie, le corps n’est pas identifié ; mais selon le médecin légiste « l’apparence est celle d’une femme appartenant aux classes inférieures, journalière ou servante ».

91 J. Guillais, La Chair de l’autre..., op. cit., p. 62-63. À l’inverse, A. Corbin invite à nuancer le stéréotype de la moralité des migrants limousins, érigés en modèles du contrôle social (« Les Paysans de Paris... », dans Le Temps..., op. cit., p. 202-204).

92 A. Croix et Ch. Douard, Femmes de Bretagne..., op. cit., p. 128-129. On retrouve le même regard doloriste porte par les notables ruraux du Limousin (A. Corbin, « Les Paysans de Paris... », dans Le Temps.... op. cit., p. 204-205). Ce danger ne se limite pas aux classes inférieures et aux adultes. Voir la comtesse de Ségur, Les Deux nigauds (1863), Paris, 1999.

93 A.-C. Ambroise-Rendu, Les faits divers dans la presse française..., op. cit., p. 523.

94 Une biographie de Jeanne Marie Le Manach est en préparation.

95 La Morgue porte témoignage de cette solitude urbaine, dont l’anonymat définitif est la forme ultime. Sur ce point, voir B. Bertherat, La Morgue de Paris au xixe siècle, op. cit., p. 224 et p. 246-247.

Table des illustrations

Légende Plan partiel du 18e arrondissement (Allas municipal des vingt arrondissements de la ville de Paris d’après la nouvelle édition du Plan général de Paris et de ses environs, Alphand dir., [Paris], 1876, pl. 6 et 14, Bibl. nat. de France, GE CC 1386)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1480/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site

Acheter

Volume papier

leslibraires.fr