Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Les autres et soi

Paris sur le pacifique

Parisiennes et Parisiens, réels et imaginés, en Californie aux xixe et xxe siècles

Annick Foucrier

Texte intégral

1Pour Louis Chevalier, être Parisien est un état d’esprit, et l’esprit parisien résiste au temps. On peut se demander s’il résiste aussi au déplacement. Qu’en est-il des Parisiens à l’étranger ? Conservent-ils leurs caractères ou bien se fondent-ils dans la masse de ceux que la société d’accueil appelle des « Français », souvent parce qu’ils parlent la langue française, qu’ils soient Belges wallons, Suisses francophones ou Québécois ?

2Louis Chevalier évoque fréquemment les villes des États-Unis, comme repoussoir, comme contre-exemple, comme négatif de Paris, pour souligner la différence entre leur évolution et ce qu’il considère être le caractère particulier de Paris et des Parisiens. Or des Français, dont des Parisiens, ont vécu et vivent à New York, Chicago, Los Angeles ou San Francisco. Qui sont ces « Parisiens » (certains nés en province) qui partent, et comment évoluent-ils dans un milieu différent, dans un monde anglophone où ils sont isolés ? Dans quelle mesure le déplacement dans l’espace les change-t-il ? On pourrait s’interroger à titre de boutade : l’esprit parisien est-il soluble dans le whisky ?

3Il s’agit ici de présenter d’une part des Parisiens transplantés à l’étranger, en l’occurrence la Californie, avec ce que l’on peut connaître d’un art de vivre « à la parisienne » (théâtre par exemple), et d’autre part les Parisiens vus par les autres, de l’étranger, entre réalités et représentations, du milieu du xixe siècle au xxe siècle.

LES PARISIENS DANS LA RUEE VERS L’OR

  • 1 A. Foucrier, Le rêve californien. Migrants français sur la côte Pacifique (xviiie-xxesiècles), Par (...)

4Si dès les années 1830 on trouve en Californie des individus nés dans le département de la Seine (Auguste Martin, Jean-Baptiste Mutrel), ce ne sont que des individus, dont il est difficile de définir les caractéristiques originales. Par contre la découverte d’or en janvier 1848 - et surtout la publicité faite autour de l’événement dans des pays où la situation économique et politique est troublée - suscite une « bulle migratoire »1, une vague de migration importante mais brève vers ces terres lointaines, mal connues et dépourvues des aménités communes dans une grande ville comme Paris. Divertissements, transports, réseaux de sociabilité et de solidarité sont presque inexistants. Face à une telle épreuve, comment vont réagir les Parisiens ?

  • 2 Arch. dép. Seine-Maritime, Inscription Maritime ; A. Foucrier, Le rêve californien..., op. cit. ; (...)
  • 3 Arch. Préfecture de Police de Paris, listes nominatives en cours de traitement statistique.

5Les premiers navires français armés à destination des mines d’or de Californie partent à partir de 1849. Ils transportent un nombre considérable de passagers. Pour mieux les connaître, une étude a été menée sur 2 171 passagers des premiers navires ayant quitté Le Havre entre le 24 mars 1849 et le 31 août 1851. Les listes nominatives conservées aux archives départementales de Seine-Maritime donnent entre autres les lieux de naissance et de résidence, les professions, ainsi que le lieu d’obtention du passeport. Elles ne sont pas exemptes de lacunes, mais elles permettent de dresser un tableau plus précis, plus nuancé, que les données agrégées ou les récits de voyageurs. Sur ces pionniers tels qu’ils apparaissent dans les listes de passagers, 1 186 (soit au moins 54,7 %) habitent dans le département de la Seine ou ont obtenu leur passeport à Paris. Ceux qui sont nés plus précisément dans le département de la Seine ne sont que 237, soit 20 % de ces résidents. Paris apparaît ici dans une fonction d’attraction et d’expulsion, comme une sorte de pompe aspirante et refoulante, comme un lieu de passage2. Notons que dans une vague de départs ultérieurs, gratuits ceux-là car financés par l’organisation d’une loterie autorisée par l’Etat (dite la Loterie des. Lingots d’Or), sur un échantillon de 2 913 partants dont seulement 25 n’habitent pas la région parisienne, 703 sont nés dans le département de la Seine (soit 24,3 %). Le pourcentage est du même ordre de grandeur3.

  • 4 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, 1985. p. 320.

6L’analyse des professions montre l’originalité de la capitale. Cultivateurs, artisans et petits commerçants sont sous-représentés, à l’inverse des marchands, négociants et employés de commerce, des propriétaires et rentiers, des professions libérales, intellectuelles et artistiques, de l’artisanat de luxe et du personnel de service. Leur participation à ce mouvement de migration contribue à nuancer l’image de pauvres hères habituellement associée à l’émigration. Ceux qui partent ont moins l’intention de manier la pioche que de servir un marché de consommation émergent. On pense à la remarque de Louis Chevalier : « La musique, le théâtre, la danse, la littérature, qui vont toujours où se tient la richesse, c’est-à-dire où les attend la gloire »4. La richesse attire le commerce de luxe, dont Paris est bien pourvu, et qui souffre en ces temps de crise économique et politique.

7Habitués à un mode de vie urbain, les Parisiens, même s’ils tentent comme les autres leur chance dans les mines, s’installent plutôt en ville. Le Daily Alla California du 13 mai 1853 remarque que les Français de San Francisco « sont venus de tous les points de la France : de Paris, de Marseille, de Lyon, de la Normandie, de la Bretagne, de l’Alsace, de la Suisse française, de la Louisiane, du Canada ». Leurs origines sociales sont mal connues, les nobles déclassés, vaincus de 1848, étant les plus remarqués par les voyageurs. Le recensement de 1852 offre une possibilité de mieux connaître ces Français de San Francisco. La constitution américaine exige un recensement de la population tous les dix ans, le nombre de sièges de chaque Etat à la chambre des représentants étant proportionnel à la population. Il y a donc eu un recensement fédéral en Californie en 1850. Mais, du fait de la situation démographique fluctuante et de la mobilité de la population, l’État de Californie a décidé d’organiser un autre recensement en 1852. L’originalité de ce document consiste en ce que l’on a demandé aux habitants le lieu de leur précédente résidence. L’analyse que l’on peut faire de ces déclarations suppose évidemment de tenir compte à la fois de la déclaration (quelle est l’échelle identitaire choisie, nationale ou locale) mais aussi de celui qui a recueilli la déclaration (si Paris ou Marseille peuvent être transcrits par un Américain, que peut lui évoquer le nom d’un village ou même d’une petite ville ?). 11 est cependant intéressant d’isoler ceux qui se sont déclarés précédemment établis à Paris.

  • 5 California Census 1852, listes nominatives. A. Foucrier, Le rêve californien, op. cit.. p. 150.

8Le recensement énumère 1 927 Français (hommes et femmes) demeurant à San Francisco, dont 660 illisibles5 ; 1 181 (93 % des 1 267 déclarations lisibles) ont déclaré que leur précédente résidence était en France, en incluant 171 individus (13,5 %), 42 femmes et 129 hommes, qui ont précisé venir de Paris. Ils sont certainement plus nombreux à venir de Paris, mais le fait de le déclarer signale une sensibilité particulière à cette résidence, à cet aspect de leur expérience de vie. Ils sont arrivés depuis un à trois ans et leurs déclarations de professions renseignent moins sur leur situation préalablement à la migration que sur la façon dont ils ont réussi ou non à s’adapter à de nouvelles conditions économiques. Trente-deux hommes n’ont rien déclaré, ce qui n’est pas forcément un stigmate de la misère mais sans doute l’indice d’une position incertaine, qu’ils soient en instance de départ pour les mines, par exemple, ou qu’ils cherchent un emploi. Les autres se répartissent quasiment pour moitié entre marchands et négociants (18), employés de commerce (7), artistes (9), professions libérales et intellectuelles (4) et rentiers (gent, 6) soit 44 d’une part, et ouvriers (22), barmen et cuisiniers (7), boulangers (9), artisans (6), bijoutiers-horlogers (4) et blanchisseurs (2), un métier encore peu pratiqué par les hommes, soit 51 d’autre part. C’est donc une société bipolaire, mi-populaire mi-bourgeoise.

  • 6 L. Chevalier, Les Parisiens, op. cit., p. 109.

9Quant aux 42 femmes, 27 sont mariées et leur occupation est rarement mentionnée, mais l’on sait par d’autres sources qu’elles travaillent en général avec leurs maris (dont une actrice), et 5 habitent avec leurs parents. Des 10 restantes, 2 sont des actrices de théâtre, une est domestique, une est blanchisseuse, 6 n’ont pas déclaré de profession. Ici encore, cela ne signifie évidemment pas qu’elles n’ont pas d’emploi. Les femmes sont alors si peu nombreuses en Californie qu’elles n’ont pas de mal à trouver une occupation. Aussi voit-on des femmes partout où il s’agit d’attirer des hommes privés de compagnie féminine. C’est le cas des croupières dans les salles de jeu, mais aussi des serveuses et chanteuses des restaurants et des demoiselles de comptoir des magasins. Louis Chevalier remarquait que dans les grands magasins parisiens les commis étaient presque exclusivement masculins, l’objectif principal étant de séduire la clientèle féminine6. La situation est inversée en Californie, tout au moins au début des années 1850.

  • 7 A. Bénard De Russailh, Journal de voyage en Californie à l’époque de la ruée vers l’or. 1850-1852,(...)

10La période de la ruée vers l’or, avec ses populations privées de vie familiale, est un âge d’or pour le théâtre. La présence dans les listes de passagers et dans les recensements d’acteurs et surtout d’actrices témoigne de ce que le théâtre parisien n’est pas absent de la vie culturelle de San Francisco, une distraction qui, comme le rappelle Louis Chevalier, n’était pas limitée aux couches bourgeoises. Les ouvriers parisiens en étaient eux aussi friands. Albert Bénard mentionne que Mme Munié, artiste dramatique partie avec son mari, a laissé ses trois jeunes enfants à Paris dans sa famille, consciente qu’elle ne pourrait pas s’en occuper convenablement, et avec l’espoir de revenir rapidement. Les trois directrices du premier théâtre français de San Francisco, 1’« Adelphi », Éléo-nore Florentin, Elisa Racine et Marie Wagner née Adalbert, font le voyage sur la Vesta, partie de France en mai 1850. Leur succès, les dons de leurs admirateurs leur permettent de rentrer assez rapidement en France. La première pièce jouée fut « La Dame aux Camélias ». Albert Bénard décrit des spectacles composés de vaudevilles, comédies, comédies-vaudevilles et petits drames, avec des intermèdes chantés. Quant aux bals organisés par les Français, il les compare à ceux de Paris, en particulier ceux de la salle Valentine, rue Saint-Honoré7.

  • 8 J. B. Barnhart, The Fair but Frail. Prostitution in San Francisco. 1849-1900, Reno (Nevada), 1986, (...)
  • 9 Exhibitor of high toned Parisian pictures, in a shop window on Clay street.

11La nouvelle richesse de la Californie attire les commerces, dont celui de la prostitution. Si l’on en croit certains auteurs, les Françaises et surtout les Parisiennes en étaient les plus beaux fleurons. Elles y ont certes participé, mais sans doute pas plus que d’autres. Cependant les Françaises, par leur élégance, échappent aux critiques acerbes formulées à l’encontre des prostituées communes, chiliennes ou chinoises8. La liberté d’allure et le goût de la parure des Françaises séduisent. Et les Parisiennes sont en ce domaine les plus françaises des Françaises. Hommage du vice au vice, le qualificatif « parisienne » est plus souvent attribuable à cette réputation d’élégance qu’à une origine réelle. C’est le cas de « The Parisian Mansion », maison de prostitution fréquentée par des notables vers 1860, qui aurait été tenue par Éléonore Dumant, elle-même née à Nemours (Seine-et-Marne). Mais malgré la réputation scabreuse de San Francisco et de la Barbary Coast (réputation en partie forgée à la fin du xixe siècle), les gardiens de la morale sont très puissants. Les mésaventures d’un certain Rosseau en témoignent. Le Daily Alta California du 27 juillet 1864 rapporte qu’il lui a été infligé une amende de 150 dollars (une somme élevée) pour avoir « exposé des photos d’un ton très parisien dans une vitrine sur la rue Clay »9.

  • 10 C. Fracchia, The Golden Dream. California from Gold Rush to Statehood, 1998.

12Assimiler les Françaises de la ruée vers l’or à des prostituées reste encore aujourd’hui une idée reçue banale. Dans un ouvrage publié pour célébrer le 150e anniversaire de la ruée vers l’or, un auteur américain écrit : « Après la révolution, un nouveau dirigeant apparut, Louis Napoléon. Il fut proclamé empereur en 1851. Pour débarrasser Paris de ses prostituées, il décida de les embarquer sur des navires à destination de la Californie »10. Si ce genre d’affirmation trahit une méconnaissance flagrante de l’histoire française, il est aussi l’effet d’un malentendu culturel entre les Anglo-Américains, héritiers des préjugés des Anglais, et les Français, longtemps perçus comme des hommes à l’esprit léger comme le Champagne et des femmes aux moeurs encore plus légères que les bulles de cette boisson.

IMAGES : SAN FRANCISCO « PARIS DU NOUVEAU MONDE » ?

13Nobles déclassés et révolutionnaires, femmes bien peu vertueuses, les Parisiens semblent apporter avec eux quelques-uns des vices du Vieux Monde que les Américains avaient voulu fuir. Mais le prestige de Paris contrebalance, et souvent éclipse, ces images inquiétantes. Le 3 décembre 1850, le principal journal de San Francisco, le Daily Alta California, affirme : « San Francisco est le Paris du Nouveau Monde ». Qu’est-ce qui peut justifier cette comparaison hardie, presque sacrilège : la ville ou ses habitants ? Comment les Français ont-ils influencé San Francisco ?

14Le nom choisi pour une ville répond aux aspirations des édiles. Il existe aux Etats-Unis au moins douze unités urbaines dénommées Paris - dans l’Arkansas, l’Idaho, l’Illinois, le Kentucky, le Maine, le Michigan, le Mississippi, le Missouri, l’Ohio, le Tennessee, le Texas et la Virginie -, ainsi qu’une Paris Valley en Californie, près de Salinas. Lorsque le journaliste de l’Alta California accole les noms de Paris et de San Francisco, il témoigne du prestige de Paris, mais aussi de la place occupée par les immigrants parisiens, et de la visibilité de ceux qui se réclament de cette origine.

  • 11 J. D. Borthwick, The Gold Hunters. A First-Hand Picture of Life in California Mining Camps in the (...)

15Les notables de San Francisco manifestent une ambition qui dépasse largement les conditions de vie locales encore rudimentaires en 1850. Paris est alors le centre mondial de la mode. San Francisco n’est qu’une ville de bois et de toile, de boue en hiver et de poussière en été. Mais cette ville est irriguée par l’or des montagnes, et sa nouvelle fortune lui permet de s’offrir les signes extérieurs de la culture. Tout ce qui est français est synonyme de luxe, d’élégance et de bon goût, et les meilleurs hôtels, malgré leurs cloisons ultra-légères, ont du mobilier français. L’Anglais Borthwick avait remarqué les blouses, vêtement des ouvriers et des provinciaux, mais les Français élégants de San Francisco se distinguent par leur souci d’être à la dernière mode de Paris, imités en cela par les Américains de New York ou du Sud11.

16Les Français installés à San Francisco s’emploient à profiter de la réputation flatteuse de Paris. Le savoir-faire parisien s’exporte bien, comme en témoignent les sources conservées. Paris est un argument de vente à destination des Américains et de plus en plus des autres Français, au fur et à mesure de l’augmentation de leur nombre, ce que montrent quelques publicités retrouvées dans des journaux, des annuaires et des almanachs - américains mais aussi français - publiés à San Francisco dans les années 1850.

  • 12 H. Payot, Almanach Français pour 1859 à l’usage de la population française de Californie,1"reannée (...)

17La référence à Paris dans les enseignes est associée à l’accueil et à la sociabilité des immigrants. Il s’agit d’attirer des compatriotes. L’« Hôtel de Paris » est tenu par A. Vignes en 1852. Un des premiers annuaires de San Francisco répertorie en 1850 le « Café de Paris », où officie Michael Buer. C’est aussi une façon de proclamer la qualité supérieure des articles et des services offerts. Le 31 octobre 1851, dans un journal américain, The Daily Evening Picayune, Bazille et Carnaud se présentent comme professeurs de musique de Paris. Le 10 juin 1853, dans L’Écho du Pacifique, Victor Allaire annonce un magasin à l’enseigne « Au gamin de Paris ». Les femmes se saisissent de cet argument publicitaire. Le 1er octobre 1854, toujours dans L’Écho, Mesdames Laurent et Michel se déclarent « premières de la maison Alexandrine de Paris ». En 1859 (Almanach français12) et 1863 (Daily Alta California du 1er octobre) elles tiennent un magasin de « Modes de Paris ». Dans les annonces de l’Almanach français de 1859, on trouve encore Madame Bazille, et ses « modes et fleurs de Paris » ; A. Kohler, Locan et Cie, A. Tiéroff, proposent des articles de Paris ; Alphonse Mathieu et son associé tiennent une « chapellerie parisienne » 167 rue Commercial, une rue où les commerces français étaient nombreux.

  • 13 H. G. Langley, San Francisco City Directory, San Francisco, 1867-1868.
  • 14 A. Mars, Les Pyrénées et la Californie, San Francisco, 1898.
  • 15 A. Delpirou, « Deux aventuriers auvergnats : les frères Péchaud (1823-1901) », Revue de la Haute-A (...)
  • 16 A. Foucrier, « Les exiles républicains français de 1848 et 1851 en Californie », dans Exilés et ré (...)

18Mais San Francisco a beau se proclamer le Paris d’Amérique, de nombreux Français ont la nostalgie de l’original. Dès les années 1860, des Français ayant réussi à amasser une fortune en Californie retournent en France, même s’ils conservent des intérêts économiques à San Francisco. L’annuaire de San Francisco de 1867-1868 signale que parmi bien d’autres les frères Adolphe et Joseph Godchaux, ainsi que Simon Lazard, tous trois originaires de Lorraine, résident à Paris13. Charles Barroilhet, né à Bayonne, propriétaire à San Francisco du salon de jeux « La Polka », repart pour la France dès 1852 et habite lui aussi à Paris où il meurt en 189314. Il est remarquable que, pour ces provinciaux enrichis, le chemin de la capitale fasse un détour inattendu - par la Californie. San Francisco les a préparés à vivre à Paris... non pas comme travailleurs, mais comme rentiers. Il faut dire que certains ont dû affronter les jalousies mesquines de retour dans leur petit village (comme les frères Péchaud dans le Cantal15), ou ont acquis des habitudes trop cosmopolites pour se satisfaire d’un mode de vie qui leur semble étroit, et même étriqué. D’autres émigrés rejoignent Paris dès les années 1860 : ce sont les opposants républicains au régime impérial qui veulent participer aux luttes politiques et dont certains, après l’échec de la Commune, repartent en exil16.

LES ANNEES 1920

19Les derniers participants à la ruée vers l’or disparaissent dans les années 1920. Certains, on l’a vu, sont retournés en France. Des notables, comme Raphaël Weill, propriétaire du grand magasin « The White House », ont deux résidences, à Paris et à San Francisco. Pour d’autres Français, pourtant installés depuis longtemps en Californie, la France demeure le lieu privilégié de leurs souvenirs.

20Le 6 août 1929, le docteur Phelan rend visite à Jules Auradou, alors âgé de 97 ans, et en Californie depuis 80 ans. C’est l’occasion de se remémorer des moments et des lieux jamais oubliés. Le docteur recueille un témoignage empreint de nostalgie. Auradou lui demande de lui lire le journal, s’enquiert s’il est parisien. Le docteur lui rétorque qu’il n’a pas cet honneur, mais qu’il connaît bien Paris car il y a habité plusieurs années. Mis en confiance, le vieil homme lui raconte sa vie, en français. Il est né en décembre 1832, au 7 rue du faubourg Saint-Denis où son père était hôtelier, près de la porte Saint-Denis. Il se rappelle qu’enfant, il faisait des courses pour son père, et qu’il s’amusait à fabriquer des pièges avec de la colle pour attraper les oiseaux. Les funérailles nationales qui traversaient Paris l’ont particulièrement impressionné : celles du retour des cendres de Napoléon Ier en 1840, parcourant les Champs-Elysées dans un carrosse tiré par seize chevaux ; celles du duc d’Orléans suivies d’une cérémonie à Notre-Dame.

21Paris est le lieu du pouvoir politique, où se déploie le culte royal et impérial, et aussi un lieu privilégié d’action républicaine et révolutionnaire. Les événements de la révolution de février 1848, et le soulèvement de juin 1848 restent très clairs dans les souvenirs de Jules Auradou. Des barricades ont été érigées près de la porte Saint-Denis. Le 23 juin, il s’y trouve, mêlé à la foule, quand son père l’aperçoit et l’appelle. A peine a-t-il quitté le boulevard que la fusillade éclate. Elle ne dure que trente minutes. Mais lorsque les combats ont cessé, il compte 63 corps, juste là où il se trouvait peu auparavant. Il observe les impacts de balles sur les murs des casernes de la garde au Palais Royal. Après les trois jours de combats, le gamin a la curiosité d’aller voir à la morgue les cadavres qui y sont conservés pour identification. Mais il bat rapidement en retraite devant l’odeur pestilentielle.

Almanach des français en Californie — 1925

Almanach des français en Californie — 1925

Publicité pour le grand magasin City of Paris à San Francisco

  • 17 J. Auradou, Excerpts from art interview between Jules A. Auradou and Dr Henry R. Phelan. August 6"(...)

22En 1849, il quitte Paris avec son père et embarque en mars au Havre sur la Meuse, le premier navire qui transporte des prospecteurs français vers la Californie. Il a seize ans. A San Francisco, son père et lui fabriquent du charbon, puis ils prospectent dans les mines près de la rivière Yuba pendant neuf ans. Après de multiples péripéties, son père retourne en France en 1858 et s’installe à Sens, en Bourgogne. Jules Auradou rend visite à sa famille, mais il fait le choix de ne pas rester en France. Il préfère retourner en Californie et s’installe à San Francisco où il épouse une Française. Pourtant, le grand âge ravive des rêves non réalisés. Il s’exclame : « Je veux revoir Paris. Penser que je suis un Parisien et que je n’ai jamais vu ni la Tour Eiffel ni le pont Alexandre III ! Je doute que je vive assez longtemps pour le voir. Il faudra que l’on vienne me chercher ». Phelan le décrit allongé sur le lit, les yeux clos. Soudain le vieil homme s’assied, lève la main droite, et le sourire aux lèvres, il ajoute : « J’ai idée qu’un jour je retournerai en France. Je veux tellement revoir Paris »17.

  • 18 J. Kahn, Histoire de San Francisco. 1776-1906, Paris, 1927, p. 150.

23La nostalgie attend les Parisiens émigrés au bout du chemin. Dans le recueil de récits qu’il a consacrés à la Californie, Jules Kahn décrit un autre vieux pionnier français qui, ayant perdu tout espoir de revoir la France, lui « avait demandé de lui rapporter de Paris un petit sac de terre de la place de la Concorde, qu’il voudrait être placé dans son cercueil »18. Paris évoque des souvenirs d’enfance parfois violents, mais aussi des monuments célèbres : la tour Eiffel, le pont Alexandre III, la place de la Concorde.

  • 19 G. Lanson, Guide des Français en Californie, San Francisco, 1916.

24Les pionniers de la ruée vers l’or ont été suivis par des migrants arrivés par des chaînes de migrations de régions souvent montagneuses, Béarn, Champsaur, Aveyron. En 1916, la liste des commerces français à San Francisco publiée dans le Guide des Français en Californie reflète les activités de ces immigrants récents et leurs origines provinciales et rurales (l’hôtel d’Oloron par exemple)19. Les magasins qui font explicitement référence à Paris sont des hôtels (« Tour Eiffel Hotel, Bar and Restaurant »), des magasins d’alimentation (on trouve en particulier des « Parisian Bakery » à San José, Petaluma, Sacramento, San Rafael), des blanchisseries (ces « French laundries » devenues un nom commun, synonyme de haute qualité et de finition à la main, par exemple « Le Louvre Laundry » ou « City of Paris French Laundry ») et des grands magasins (« The City of Paris », « Le Printemps », « La Samaritaine »). Les propriétaires et les gérants ne sont évidemment pas obligatoirement parisiens, mais l’appellation a un effet d’annonce.

  • 20 G. Lanson, Almanach des Français en Californie, San Francisco, 1925.

25Une nouvelle vague d’immigrants, plus urbains, arrive après la Première Guerre mondiale. En 1925, les cafés ont disparu, prohibition oblige, mais les restaurants sont encore nombreux (dont le « Tour Eiffel Restaurant », le « Trocadéro Restaurant » et le « Parisian French Restaurant »). Fait notable, les magasins qui intègrent la référence à Paris sont plus liés à la mode et au raffinement : salons de coiffure et manucure (« Salon of Paris Beauty Parlor »), broderie (« La Parisienne »), fourrures (« Paris Fur Company », « Parisian Fur Co »)20.

  • 21 J. Biétry-Salinger, Notre centenaire. Le guide franco-californien du centenaire. San Francisco, 19 (...)

26Un grand magasin au nom emblématique, « The City of Paris », a longtemps été un des plus prestigieux symboles de la communauté française de San Francisco, un de ces lieux que l’on faisait visiter aux voyageurs de marque. Sa fondation remonte aux premiers temps de la ruée vers l’or, lorsque Emile Verdier, originaire de la région parisienne, a transporté une cargaison de marchandises françaises à travers l’isthme de Panama, puis sur le navire Ville de Paris. Ce bâtiment a été le premier lieu de vente et a donné son nom au magasin installé ensuite sur la terre ferme. Après la mort de Félix Verdier en 1869, son fils Gaston, âgé de 20 ans, redonne un nouvel élan à l’affaire. Ses activités s’organisent autour de trois villes, Paris, New York et San Francisco21. Situé au coin de Union Square, le magasin est resté une des fiertés de la colonie française durant tout le xxe siècle, jusqu’à ce que dans les années 1980 il soit racheté par la société Neimann Marcus. Les façades ont été démolies, mais ceux que navrait la disparition du bâtiment ont réussi à obtenir que soient conservés l’escalier intérieur et la très belle verrière sur laquelle figure l’écusson de la ville de Paris.

***

27La ruée vers l’or est la grande époque de l’émigration française et particulièrement parisienne vers la Californie. L’émigration parisienne est bien différente de l’image convenue des masses misérables européennes, persécutées par les pouvoirs politiques et religieux, cherchant désespérément un refuge sur une terre nouvelle, image véhiculée par une historiographie cherchant à expliquer l’attraction exercée par les Etats-Unis. Les Parisiens sont dans l’ensemble qualifiés (dans l’artisanat comme dans les professions intellectuelles) et plus instruits que la moyenne des migrants de la même époque. Leur arrivée groupée favorise leur visibilité et leur affirmation d’identité. Ils apportent en Californie certaines formes de la vie parisienne par le théâtre et les commerces. La réussite s’accompagne de retours vers Paris, et certains qui étaient partis pauvres et provinciaux reviennent riches et Parisiens.

28L’exemple des Parisiens en Californie montre aussi l’ambivalence des représentations et des réputations. On trouve dans le tiroir aux clichés aussi bien l’aristocrate aux belles manières et la Parisienne élégante dont la démarche est suivie dans les rues par les regards admiratifs, que le révolutionnaire prêt à en découdre et la coquette dont les toilettes coûteuses trahissent l’immoralité et tentent la jeunesse. Mais en fin de compte sont-ils si différents ? Si les Américains cultivés sont souvent francophones et francophiles, pour d’autres Américains, derrière Paris et ses magnifiques monuments, il y a tapie la grande ville du Vieux Monde et sa corruption. Cette réputation ambivalente persiste pendant tout le xixe siècle. Dans le souvenir de la participation française à la ruée vers l’or, il reste essentiellement les images de prostituées et de nobles déchus (le rôle de la littérature et du cinéma dans cette sélectivité de la mémoire est encore à analyser).

29Les Parisiens de Californie réels illustrent les relations très fortes qui unissent le cadre urbain et la population qui y vit. Les monuments jouent un rôle symbolique fort, celui de points d’ancrage de la mémoire, et sont aussi utilisés comme argument publicitaire. Ils suscitent l’admiration et la fierté, cristallisent la nostalgie, et sont le support d’une affirmation d’identité.

Notes

1 A. Foucrier, Le rêve californien. Migrants français sur la côte Pacifique (xviiie-xxe siècles), Paris. 1999.

2 Arch. dép. Seine-Maritime, Inscription Maritime ; A. Foucrier, Le rêve californien..., op. cit. ; A. Foucrier, « La prémigration par Paris au xixe siècle : les pionniers français dans la ruée vers l’or de Californie (1849-1851) », dans Migrations, Cycle de vit familial et marché du travail, D. Barjot et O. Faron dir.. Cahiers des Annales de démographie historique, n° 3, 2002, p 159-174.

3 Arch. Préfecture de Police de Paris, listes nominatives en cours de traitement statistique.

4 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, 1985. p. 320.

5 California Census 1852, listes nominatives. A. Foucrier, Le rêve californien, op. cit.. p. 150.

6 L. Chevalier, Les Parisiens, op. cit., p. 109.

7 A. Bénard De Russailh, Journal de voyage en Californie à l’époque de la ruée vers l’or. 1850-1852, S. Chevalley éd.. Paris. 1980. p. 86, 202-204. 207.

8 J. B. Barnhart, The Fair but Frail. Prostitution in San Francisco. 1849-1900, Reno (Nevada), 1986, p. 52-56.

9 Exhibitor of high toned Parisian pictures, in a shop window on Clay street.

10 C. Fracchia, The Golden Dream. California from Gold Rush to Statehood, 1998.

11 J. D. Borthwick, The Gold Hunters. A First-Hand Picture of Life in California Mining Camps in the Early Fifties, New York, 1929.

12 H. Payot, Almanach Français pour 1859 à l’usage de la population française de Californie,1"re année, San Francisco, 1859.

13 H. G. Langley, San Francisco City Directory, San Francisco, 1867-1868.

14 A. Mars, Les Pyrénées et la Californie, San Francisco, 1898.

15 A. Delpirou, « Deux aventuriers auvergnats : les frères Péchaud (1823-1901) », Revue de la Haute-Auvergne, t. 61, a. 100, 1999, p. 439-455.

16 A. Foucrier, « Les exiles républicains français de 1848 et 1851 en Californie », dans Exilés et réfugiés politiques aux États-Unis, 1789-2000, C. Collomp et M. Menendez dir., Paris, 2003, p. 51-63.

17 J. Auradou, Excerpts from art interview between Jules A. Auradou and Dr Henry R. Phelan. August 6"th 1929, San Francisco, 1929 (Ms Society of California Pioneers).

18 J. Kahn, Histoire de San Francisco. 1776-1906, Paris, 1927, p. 150.

19 G. Lanson, Guide des Français en Californie, San Francisco, 1916.

20 G. Lanson, Almanach des Français en Californie, San Francisco, 1925.

21 J. Biétry-Salinger, Notre centenaire. Le guide franco-californien du centenaire. San Francisco, 1949.

Table des illustrations

Titre Almanach des français en Californie — 1925
Légende Publicité pour le grand magasin City of Paris à San Francisco
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 497k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter