Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Géographies imaginaires

Porter le dais du Saint-Sacrement à Saint-Jacques-de-la-Boucherie au xvie siècle

Jean-Marie Le Gall

Texte intégral

  • 1 J. Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois. Paris, 19 (...)
  • 2 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la socié (...)

1L’époque moderne a été qualifiée par Jean Delumeau de civilisation de la procession1. Ordinaire ou occasionnelle, générale ou locale, cette manifestation exprime publiquement la foi, l’action de grâce et la supplication des fidèles. Elle peut être déploratrice, expiatrice, purificatrice ou réparatrice. Mais les processions jouent aussi un rôle essentiel dans ce que Habermas a qualifié de sphère publique structurée par la représentation, où le public, acteur et spectateur, assiste et participe à un spectacle où s’exprime à la fois l’unité et la hiérarchisation du corps social2.

  • 3 Fête-Dieu : 1264-1996, A. Haquin dir., Liège, 1999. Voir aussi sur l’adoration de l’eucharistie, M (...)
  • 4 Voici la définition donnée par André Vauchez de la religion civique : « L’ensemble des phénomènes (...)
  • 5 Dumoutet, Le désir de voir l’hostie, Paris, 1926.

2Apparue dans les années 1320 à Liège, instituée par le pape Urbain IV en 1264 et introduite dans le droit canon en 1317, l’adoration de l’hostie lors de la Fête-Dieu a très vite été accompagnée de processions qui sont devenues l’un des temps forts de l’expression de la cohésion urbaine dans un certain nombre de villes d’Europe3. Au point qu’on a fait de cette cérémonie un des éléments constitutifs de la religion civique4. De même que les populations éprouvent le besoin grandissant de voir le corpus Christi, à la fois unique et indéfiniment multiple, présence visible de l’invisible, de même la société urbaine éprouve le besoin de se montrer soudée et hiérarchisée dans sa diversité5. Ce souverain triomphant qu’on exhibe dans une cérémonie parfois appelée sacre, doit toutefois être protégé et honoré par un ciel ou dais. La position de ceux qui le soutiennent a été convoitée et disputée car elle place les porteurs au plus proche du mystère, du secret et du sacré.

  • 6 Sur les processions générales à Paris au xvie siècle voir M. FOGEL, Les cérémonies de l’informatio (...)
  • 7 M. Sluhovsky, Patroness of Paris: Rimais of dévotion, Leydc-Ncw York-Cologne, 1998. La liste des p (...)

3A Paris, cette union mystique du corps social ne s’exprime pas tant lors de la Fête-Dieu, instituée en 1318 dans le bréviaire, qu’à travers 178 processions générales organisées par la ville et le roi dans la capitale entre 1494 et 1574 et notamment lors des processions des reliques de sainte Geneviève, où défilent toutes les instances politiques et sociales de la ville au côté de la sainte tutélaire et protectrice6. Une étude récente a montré que l’inscription dans la confrérie des porteurs de la châsse de la sainte, dans la seconde moitié du xvie siècle, était fort recherchée par tous ceux qui dans l’espace urbain prétendaient à la notabilité citadine, provoquant une modification significative du recrutement confraternel, jusqu’alors composé du milieu artisanal et marchand du quartier Sainte-Geneviève7. Faut-il alors dénier aux innombrables autres processions, non organisées par le corps de ville, moins générales et plus locales, toute capacité à cristalliser cet unanimité urbaine ?

  • 8 J’ai laisse de côté le second xve siècle car on ne peut croiser l’information avec des registres d (...)
  • 9 Sur la représentation corporative complexe d’une société urbaine dans la procession de la Fête-Die (...)
  • 10 Cette source présente bien des difficultés. L’orthographe des noms n’est pas stable et un Le Conte (...)

4Durant toute l’année, les Parisiens sont invités par la liturgie à déambuler dans les églises, vers des sanctuaires réguliers ou dans leur paroisse, et notamment lors de la Fête-Dieu, qui est la principale fête paroissiale à Saint-Jacques-de-la-Boucherie. Cette dernière est l’une des plus importantes églises du centre de Paris par la densité de sa population comme par la présence de riches paroissiens, les marchands de la rue Saint-Denis et les orfèvres du Pont-au-Change. Nous disposons d’un cérémonial qui décrit non seulement l’itinéraire de la procession mais aussi le nom, le prénom et le métier de ceux qui ont été invités à porter le dais entre le milieu du xve siècle et 16118. Plutôt que l’analyse des processions par les itinéraires et la rhétorique symbolique qui s’y déploie, ou par les représentations et les conflits de préséances9, cette source permet d’aborder sociologiquement la signification du geste assurément honorifique que constitue l’invitation à porter le dais10. Si toute procession produit une vision ordonnée et hiérarchisée de la société, encore faut-il établir le profil, évolutif, de ceux qui bénéficient intrinsèquement de cette projection fixiste et coutumière d’un univers intemporel.

  • 11 Ce cursus honorum n’est pas établi par la loi et n’est pas d’une rigidité absolue. Mais il ne s’ag (...)

5Cette approche permet également de se demander si la procession paroissiale est un facteur de dilution, d’émiettement et de partition de la société urbaine ou participe au contraire de l’insertion dans la ville. Au-delà de leur paroisse, les porteurs ont-ils eu des responsabilités dans leur métier, dans la juridiction consulaire et même dans le fonctionnement politique de la ville ? Nous allons montrer que ces porteurs du dais, au-delà d’une insertion paroissiale très forte, visualisent et publient aussi l’ordre juridique des métiers et s’insèrent pour certains dans la notabilité parisienne au point qu’on peut se demander si porter le dais ne constitue pas un jalon préliminaire à une sorte de cursus honorum de l’édilité marchande11.

L’INSERTION PAROISSIALE DES PORTEURS DU DAIS

6Processionner à la Fête-Dieu est d’abord la preuve d’une inscription dans la paroisse et ce, parce qu’une fonction essentielle de cette déambulación est de marquer les limites territoriales de la juridiction du curé.

  • 12 Sur les rues et la carte de la paroisse, J. Meurgey, Histoire de la paroisse Saint-Jacques de la B (...)
  • 13 A l’est, Saint-Gervais et Saint-Merri, au sud Saint-Barthélémy, qui possède une part des maisons d (...)
  • 14 Sur le caractère englobant des itinéraires processionnels de la Fête-Dieu d’Aix, voir N. Coulet, « (...)

7Cette vieille paroisse de la rive droite, inscrite dans un quadrilatère formé par les rue Saint-Martin à l’est, Saint-Denis à l’ouest et au nord par la rue Aubry-le-Boucher offre la singularité de déborder sur l’île de la Cité par le Pont-au-Change, la rue de la Vieille-Pelleterie et la rue de la Drapperie12. Saint-Jacques-de-la-Boucherie est cernée par neuf autres paroisses13. La procession de la Fête-Dieu est la plus longue de l’année, la plus englobante, celle qui sillonne le plus de rues et elle est surtout la seule à franchir la Seine pour emprunter le Pont Notre-Dame et la rue de la Vieille-Pelleterie. Par cet itinéraire qui balise les confins paroissiaux, se trouvent symboliquement rappelées et réappropriées les limites territoriales de la paroisse14. L’itinéraire est une invitation à la communion.

  • 15 Sur la topographie paroissiale, voir J. Meurgey, Histoire de la paroisse Saint-Jacques de la Bouch (...)

8Quelques soixante-six adresses de porteurs de dais identifiées semblent accréditer l’idée qu’ils habitent presque tous dans la paroisse15. Être invité à porter le dais peut même être une forme de réception dans la communauté chrétienne paroissiale. L’orfèvre Pierre Cain a fait baptiser tous ses enfants à Saint-Germain-l’Auxerrois entre 1555 et 1576. Il n’est donc pas de la paroisse Saint-Jacques. Mais en 1590, on sait qu’il en est devenu un paroissien puisqu’il réside au Pont-au-Change. Le déménagement s’est-il effectué vers 1585, date à laquelle il a été invité à porter le dais à la Fête-Dieu ?

  • 16 On peut rajouter le cas de Denis Ncrct. Il porte le dais à Saint-Jacques en 1595. Or à cette date (...)
  • 17 Épilaphier du vieux Paris, H. Verlet éd., Paris, t. 7, 1994, p. 113-115.

9Toutefois, pour certains porteurs, il est légitime de douter de leur origine paroissiale. Raoul Le Fèvre qui processionne en 1545 habite dix ans plus tard dans la rue Madeleine de la Cité. Il ne semble pas qu’il s’agisse d’une rue de la paroisse. Deux hypothèses sont alors possibles. Soit il a déménagé, soit l’aire de recrutement des porteurs du dais s’étend au-delà des limites paroissiales. Il ne semble pas non plus que Claude Nicolas habitant au marché aux poires, porteur du dais en 1555, soit de la paroisse16. Mais hormis ces incertitudes, toutes les autres adresses identifiées sont bien localisées dans la juridiction ecclésiastique de Saint-Jacques. Sans grande incertitude, on peut affirmer que la plupart des porteurs de dais sont des paroissiens. L’épitaphier nous montre qu’un certain nombre d’entre eux ont été inhumés dans l’église de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, après y avoir réalisé une fondation17.

  • 18 Arch, nat., LL 788, fol. 59 v, 62.

10L’invitation à porter le dais émane de la paroisse, mais de qui ? les responsables de la vieille confrérie du Saint-Sacrement ou les marguilliers, c’est-à-dire les administrateurs laïcs de l’œuvre (ou fabrique) paroissiale ? Le registre mentionne que pour les octaves de la Fête-Dieu de 1556, « il n’y a que les membres du Saint-Sacrement » parmi les porteurs du dais. Mais cette remarque semble suggérer un fait exceptionnel. Donc en temps ordinaire, les porteurs ne sont pas seulement issus de cette ancienne confrérie médiévale sur laquelle on ne sait presque rien. En outre, la confrérie du Saint-Sacrement donne depuis 1553 de l’argent à la fabrique paroissiale, comme les autres porteurs du dais18. Toutes inscrites au demeurant dans un cérémonial paroissial, ces remarques laissent penser que les marguilliers désignent les porteurs du dais, mais qu’à partir de 1553 la confrérie tient à prendre part, d’une manière plus grande, mais mal cernable, à cette cérémonie. Confrérie et fabrique ne sont en tout cas nullement concurrentes, car elles sont toutes deux l’organe des laïcs dans la vie paroissiale.

  • 19 Ce peu d’empressement de quelques-uns à s’insérer dans le cérémonial processionnel est à souligner (...)
  • 20 Rappelons que l’un des privilèges des Six-Corps est justement de porter le dais lors de l’entrée d (...)
  • 21 Arch. nat.. LL 788, fol. 57 v.
  • 22 Arch. nat, LL 788. fol. 62.

11Tous ceux invités à porter le dais n’y répondent cependant pas favorablement19. À partir de 1556, on recense dix-neuf refus de participer à un rituel pourtant fort honorifique20. Si une des personnes sollicitées ne prend même pas la peine de répondre, les autres s’excusent le plus souvent, sans donner toutefois de raisons particulières. En 1607, le sieur Grandhomme, pourpointier, se permet même de décliner l’invitation qui lui a été déjà lancée par deux fois. Cependant, quelques-uns se justifient. Sieur Jean Cahier, marchand demeurant rue Saint-Denis à l’enseigne de la clé d’argent devant l’église des Saints-Innocents, est retenu en 1575 par des affaires urgentes. Il remet toutefois quatre écus à la fabrique paroissiale21. Deux ans plus tard, François Bellot agit de même car il part en Flandre. Un autre, Pierre Amiry, épicier, décline la proposition en 1583 car il est « trop faible »22.

  • 23 Arch. nat., LL 788, fol. 51 v.
  • 24 Arch. nat., LL 788, fol. 55.
  • 25 A noter que certains ont pu processionner avant de rallier l’hétérodoxie. L’orfèvre Guillaume Bine (...)
  • 26 B. Diefendort, Beneath the cross, Catholics and Huguenots in Sixteenth-Cen-tury Paris, New York-Ox (...)

12Mais à ces refus polis, voire gênés, liés aux circonstances professionnelles ou médicales, s’ajoutent des refus plus essentiels. Ainsi en 1564 la femme de Denis Robert, orfèvre, « n’a pas voulu que son mari aict porter le ciel à cause qu’il estoit huguenot »23. En 1570 un boucher qui avait accepté de porter le dais s’est excusé le matin même en « disant qu’il avoit affaire à vendre sa chère, chose déraisonnable », estime le copiste24. On peut donc se demander si les refus de participation qui se multiplient après 1553 ne sont pas liés à l’essor de sympathies inavouables et inavouées pour la Réforme25. Dès lors, l’invitation lancée par les marguilliers ne doit pas toujours être reçue comme un honneur mais plutôt comme un piège visant à démasquer publiquement le sentiment de certains paroissiens suspectés de tiédeur vis-à-vis de ce dogme central du catholicisme qu’est la présence réelle. Dans sa forme publique comme dans son objet, la cérémonie vise alors moins à réconcilier le voisin égaré qu’à contraindre le déviant à rallier l’essentiel du dogme catholique ou à s’exclure26.

  • 27 C’est notamment le cas dans l’univers ibérique où la Fête-Dieu sert d’assise symbolique à la socié (...)
  • 28 Arch. nat., LL 788, fol. 38 v.
  • 29 Sur la définition des confréries du Saint-Sacrement, voir M. Venard, « Qu’est-ce qu’une confrérie (...)
  • 30 B. Diefendorf, Beneath the cross, op. cit.. p. 111-113.

13Au-delà de l’appartenance paroissiale, la Fête-Dieu est en effet l’occasion de manifester son attachement au catholicisme et un hommage au Christ souverain. Dès sa création, puis dans son développement, ce culte a revêtu un caractère conquérant et combatif27. La procession locale est une inclusion dans une Eglise catholique qui prétend à l’universalité. Cette cérémonie de la Fête-Dieu a fait l’objet au cours du xvie siècle d’une solennisation croissante en réponse à la négation de la transsubstantiation par les protestants. L’accentuation de la dévotion commence par l’augmentation du nombre des porteurs du dais, passés de quatre à six en 1537, soit deux ans après les affaires des placards qui virent les huguenots brocarder publiquement la messe. Surtout la procession a aussi été dédoublée. A celle du jour de la Fête-Dieu s’est ajoutée une autre à l’octave, soit une semaine plus tard. Une première occurrence de cette pratique apparaît en 1522 mais elle n’est systématiquement établie qu’à partir de 153728. Là encore, six porteurs, et non plus quatre comme en 1522, sont sollicités. En 1553 Henri II imposera à toutes les paroisses de solenniser l’octave du Saint-Sacrement par une procession. Les marguilliers de Saint-Jacques et peut-être la confrérie du Saint-Sacrement ont donc été précoces dans leur manifestation militante d’attachement à un dogme central du catholicisme29. Du reste cette vieille paroisse du centre de la capitale semble peu gagnée aux idées nouvelles30.

  • 31 J.-M. Goulemot et alii, Le voyage en France, Paris, 1995, p. 131.
  • 32 Outre M. Venard (dans Le catholicisme à l’épreuve, op. cit.), voir aussi A. Talon, La Compagnie du (...)

14Au xvie siècle, la procession est encore la principale forme de dévotion à un Saint-Sacrement qu’on est loin alors d’honorer quotidiennement, par exemple lorsqu’on le porte à un mourant. Comme le souligne, indigné, le Vénitien Lippomano en 1577, « lorsqu’on porte le saint sacrement dans les rues, on ne le fait avec le respect convenable : personne ne l’accompagne et l’on s’agenouille à peine en passant »31. Il faut attendre l’essor des nouvelles compagnies du Saint-Sacrement et de leur pédagogie dévote pour que le corpus Domini soit honoré non seulement dans le cadre paroissial le jour de la Fête-Dieu mais quotidiennement par des adorations et des expositions32.

15Outre l’exclusion volontaire des protestants, les marguilliers écartent systématiquement du dais honorifique les femmes même les plus notables, ce qui est paradoxal lorsqu’on sait que cette dévotion est apparue dans le milieu de pieuses laïques. Quant au clergé, s’il n’est jamais appelé à porter le ciel, c’est parce qu’il est dessous, à la place la plus honorable, puisque c’est toujours un prêtre qui porte l’ostensoir. Plus qu’aucune autre fête religieuse, celle-ci consacre l’altérité radicale de l’homme du sacrifice, l’homme du sacré, le prêtre, par rapport aux laïcs. Porter le dais est un honneur laïc, être dessous, un privilège ecclésiastique.

  • 33 Arch, nat., LL 788, fol. 68.
  • 34 Voir l’article 13 du statut des bouchers confirme par Henri III (N. Delamare, Traité de la police, (...)

16Les plus insignes ou plus dévotes paroissiennes sont cependant explicitement représentées par leur gendre ou leur fils. Ainsi lors d’une procession exceptionnelle le 19 juillet 1592, cinq des six des porteurs de dais sont des fils de veuve33. Il est vrai que certains métiers comme les bouchers reconnaissent à la femme durant son veuvage les privilèges et le statut professionnels de son défunt mari, jusqu’à un éventuel remariage34. Dans quelle mesure le fils ne défile pas par procuration, pour sa mère ?

  • 35 Arch, nat., LL 788, fol. 58.

17Ces restrictions faites, porter le dais est cependant loin d’être un honneur inaccessible. Ce n’est tout d’abord pas une charge trop onéreuse puisque les sommes en argent remises librement et individuellement par les porteurs à la fabrique oscillent selon les personnes entre deux et six livres dans le second xvie siècle. De même cette charge n’est pas accaparée par quelques-uns. Sur 889 personnes ayant porté le dais au xvie siècle, trente-six seulement l’ont fait deux fois. Une seule l’a fait trois fois. Cette rotation de l’honneur évite tout monopole. Il n’est même pas nécessaire d’être Parisien ou même Français de vieille souche pour être invité près du dais. Ainsi en 1576 un Italien nommé Capel demeurant au logis de monsieur de Cosigny est sollicité. Certes, comme son hôte quelques années plus tôt, il ne pas prend part à la procession, mais envoie néanmoins de l’argent à l’œuvre35.

18Cependant, la répétition de certains patronymes et les mentions de filiations montrent que les fils et surtout les gendres des principales familles depuis longtemps implantées dans la paroisse accèdent tout naturellement à cet honneur. La première mention d’une filiation apparaît en 1541 lorsque défile monsieur Bailly, parce qu’il est « fils du commissaire ». Mais on trouve surtout la mention de gendre - elle figure à dix reprises dans le registre - comme si le beau-père honorait son allié en obtenant qu’il porte le dais, comme en 1551 Jacques de Bèze, gendre de Pierre le Jay, ou en 1557 François Servant, gendre de Claude de Fresne. Monsieur Boursier a aussi fait défiler ses gendres Claude Vivan en 1573 et Roland en 1575. Porter le dais est un geste qui n’échappe pas aux puissantes déterminations sociales de l’hérédité.

  • 36 Aucun édit de tolérance n’a jamais permis la pratique officielle du culte protestant dans la capit (...)
  • 37 Sur 82 noms de marguilliers repérés à partir de J. Meurgey (Histoire de la paroisse Saint-Jacques (...)

19Porter le dais est donc une forme de reconnaissance de l’insertion dans la communauté catholique et paroissiale. Et c’est une condition préalable et indispensable à la construction de l’identité parisienne dans une ville qui au xvie siècle se proclame, plus que jamais, nouvelle Jérusalem, considérant l’hérétique comme une souillure dont il faut expurger la ville, même par la violence, et dont il ne faut pas tolérer le culte intra muros36. Il n’est donc pas étonnant de constater que les principaux notables laïcs de la paroisse, les marguilliers, ont pour les trois quarts d’entre eux, au xvie siècle, été un jour invités à porter le dais, avant de désigner à leur tour les porteurs37.

20Mais la paroisse n’est pas qu’un territoire sur lequel s’exerce la juridiction spirituelle du curé. Elle héberge aussi des confréries dont le bassin de recrutement est parfois plus large que l’espace paroissial.

LES PORTEURS DU DAIS ET L’ORDRE SOCIOPROFESSIONNEL

  • 38 Notons que la titulature portée dans le registre est celle que décline la personne au moment où el (...)

21Les professions des porteurs de dais semblent s’être diversifiées entre la première partie du siècle et la seconde. Si on laisse de côté le monde bigarré des officiers pour ne s’en tenir qu’aux métiers jurés et non jurés, la source indique seize métiers durant le beau xvie siècle et le double durant les guerres de religion. La création de la corporation des passementiers en 1558 coïncide avec la promotion de ce métier dans le groupe des porteurs du dais. Il est vrai que certaines activités sont cependant représentées avant leur incorporation comme les plumassiers, érigés en métier juré en 1577. En fait cette diversification est une illusion d’optique qui ne tient qu’aux lacunes de notre document pour le premier xvie siècle. En effet sur les 323 porteurs de dais de cette époque, nous ignorons la qualité socioprofessionnelle d’un tiers d’entre eux alors que le rapport tombe à un cinquième entre 1550 et 1600 (131 professions inconnues sur 602 porteurs). Mais cette précision accrue dans la qualification atteste du rôle croissant de la détermination socioprofessionnelle dans l’invitation à porter le dais38.

  • 39 On peut du reste discuter de l’appellation stricte d’officiers de finance pour ces hommes de petit (...)
  • 40 Sur 159 épitaphes de paroissiens inhumés dans l’église entre le xive siècle et le xviie siècle, on (...)
  • 41 Le prévôt des marchands accuse en 1606 la politique fiscale de faire disparaître les marchands des (...)
  • 42 Sur l’évolution de la composition politique de la ville, voir B. Diefendore, Paris city concillors (...)
  • 43 Voir l’article de D. Richet dans Représentations et vouloirs politiques, Paris, 1982, p. 70.

22Il faut tout d’abord souligner la stagnation du nombre des gens du roi entre le premier et le second xvie siècle, et ce malgré l’essor des officiers de finances surtout issus de l’élection, du trésor ou du grenier à sel39. Sur 925 personnes ayant porté le dais, on ne compte que soixante-seize officiers, soit 8 %40. Ce taux s’affaisse même à 7 % des porteurs dans la première décennie du xviie siècle, alors même que la marchandise semble affaiblie dans le quartier41. On notera l’absence de conseillers au Châtelet, alors que cette institution est localisée dans la paroisse, et le déclin des notaires. Cette tendance contraste nettement avec leur présence croissante dans l’édilité parisienne chargée de gérer la ville42. La procession reflète bien la résistance de la rive droite marchande à l’ascension des gens du roi dans la capitale. Comme le précise l’article 29 des cahiers de doléances de 1614, il faut mettre en honneur la marchandise et tout particulièrement les marchands des six-corps ou pratiquant un trafic honorable (vin, sel, blé, laine) qui sont passés par l’échevinage, le consulat ou qui ont été marguilliers ou garde de leur corporation. Pour les honorer, il faut les convier davantage aux assemblées publiques et, dans ces réunions, ou dans les églises lors des processions et des enterrements, ils doivent avoir préséance sur les commissaires du Châtelet et les notaires43. Les gens de lois ne bénéficient guère de cette faiblesse des gens du roi. Souvent privés de la perspective d’accéder à des offices prestigieux de plus en plus héréditaires et vénaux, les avocats, procureurs et autres membres de la basoche ne sont guère visibles.

Les porteurs du dais 1500-1600

Les porteurs du dais 1500-1600
  • 44 Nous appelons parquet, les huissiers, greffiers et leurs clercs. Mcd = marchand.

23Note44

  • 45 Robert Descimon a bien démontré les variations sociales dans l’appropriation de certaines responsa (...)

24La procession veut avant tout manifester publiquement le poids de la marchandise dans la paroisse45 Le nombre de marchands parmi les porteurs ne cesse de croître, passant de trente-six à cent seize personnes. Mais ce monde foisonnant des métiers est hiérarchisé, économiquement, ce qu’il est ici difficile de mesurer, et honorifiquement. Les métiers jurés dominent largement et, en leur sein, les six-corps pèsent 45 % des métiers connus dans la première moitié du xvie siècle et 38 % dans la seconde moitié. Le poids respectif de chacun de ces six-corps ne correspond cependant pas à l’ordre des préséances cérémonielles, il est vrai largement contesté dès le xvie siècle.

  • 46 J.-B. Le Masson, Calendrier des confréries de Paris, Paris, 1621.

25Les métiers les plus largement représentés sont les bouchers (113) et les orfèvres (114), puis les merciers (55), les drapiers (34), les épiciers (25) et enfin les bonnetiers (19). Cette répartition reflète en partie la forte présence sociologique des orfèvres et des bouchers dans la paroisse. Mais on aurait tort de chercher à corréler trop étroitement la composition socioprofessionnelle de ce territoire et celle des porteurs. En effet, l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie abrite plusieurs confréries de métiers : les armuriers, les bouchers, les bonnetiers, les éperonniers, les cloutiers. Sur le territoire paroissial, l’église de l’hôpital Sainte-Catherine abrite aussi la confrérie des pourpoinctiers46. Ces associations, au recrutement parisien, et pas exclusivement paroissial, expliquent la présence de certains métiers parmi les porteurs de dais.

26La Fête-Dieu visualise donc l’ordre corporatif et confraternel de la marchandise et de l’artisanat. Mais surtout elle le hiérarchise, notamment par le biais du dédoublement de la procession entre Fête-Dieu et octave. Les gens du roi, conseillers au parlement, généraux des monnaies, commissaires au Châtelet, gens des comptes, huissiers, greffiers et notaires ne se commettent pas dans la procession de l’octave, pas plus que la cohorte des avocats et procureurs ou que les pelletiers et les médecins. Tous ces métiers, peu représentés en nombre, tiennent à se réserver dans le double système processionnel de la Fête-Dieu, celle qui est la plus honorifique du fait de la présence des grands officiers du roi et de la solennité du jour. A l’inverse, les bouchers, les armuriers, les chapeliers, les cloutiers, les chaudronniers, les passementiers et les pourpoinctiers ne défilent qu’à l’octave. Enfin certains métiers se distribuent entre les deux processions comme les orfèvres, avec parfois une préférence pour la Fête-Dieu pour les merciers et les joailliers, et en général pour ceux qui se disent marchands. Le système processionnel de la Fête-Dieu contribue donc à la fois à maintenir la forte représentation du monde de la marchandise et des métiers, contre l’empire croissant des gens du roi en même temps qu’il distingue et discrimine nettement l’honneur attaché à chaque état socioprofessionnel. La signification socioprofessionnelle de cette cérémonie religieuse explique qu’un certain nombre de porteurs du dais sont aussi des hommes gratifiés dans leur métier, soit par l’exercice de fonctions corporatives, soit par l’appartenance à la juridiction consulaire établie en 1563 par Charles IX à la fois pour répondre au besoin d’une juridiction rapide spécialisée dans les litiges commerciaux et pour honorer la notabilité marchande parisienne. Si l’on considère la corporation des orfèvres, vingt-neuf porteurs du dais ont aussi été gardes de leur corporation. Quarante porteurs du dais ayant processionné au xvie siècle sont aussi devenus consuls entre 1564 et 1634 ; 14,2 % des 280 personnes qui ont exercé cette charge entre ces deux dates ont participé à la procession de la Fête-Dieu de Saint-Jacques-de-la-Boucherie. C’est dire l’importance marchande de cette paroisse et l’importance de ses cérémonies dans la formation de la notabilité marchande de l’ensemble de la capitale. Vingt des consuls issus de Saint-Jacques sont merciers, quatre joailliers, un orfèvre, quatre épiciers, trois apothicaires, deux drapiers, deux passementiers, deux teinturiers et un marchand. Or sur 168 consuls entre 1564 et 1599, dix-neuf ont aussi occupé des fonctions municipales. On peut alors se demander si porter le dais n’est pas aussi un moyen d’inscription dans la gestion politique de la ville.

L’INSCRIPTION DANS L’ESPACE CIVIQUE

27À une exception près, celle de Denis Neret signalé en 1595 comme échevin de la ville, le copiste n’a jamais mentionné les fonctions politiques des porteurs du dais, dizennier, quartinier, bourgeois mandés, échevins. C’est l’appartenance corporative qu’a voulu rendre mémorable le rédacteur de cette liste. Comme si elle était encore au xvie siècle davantage source d’honorabilité et de définition de l’individu que l’exercice d’un office municipal.

  • 47 Douze porteurs du dais ont été, dans le premier xvie siècle, conseillers de ville (6) et/ou échevi (...)
  • 48 Voir le dictionnaire fourni par R. DESCIMON, « Qui étaient les Seize ? », Paris et Ile de France. (...)
  • 49 Sur le concept de bonnes villes, voir B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xvieau xviesièc (...)

28On constate ensuite que le nombre des échevins ou de conseillers de ville ayant un jour porté le dais à Saint-Jacques décline fortement dans le second xvie siècle47. Il est vrai que le corps des conseillers de ville se ferme de manière héréditaire par la résignation in favorem puis par la vénalité. Les membres les plus éminents de l’édilité parisienne sont de moins en moins issus du vivier des paroissiens actifs et dévots de Saint-Jacques. Même durant la Ligue, pourtant férue de processions, les Seize du quartier Saint-Jacques ne semblent pas s’être beaucoup servis de la Fête-Dieu pour manifester leur puissance politique de manière militante et publique. Sur vingt-deux ligueurs radicaux habitant la paroisse, seuls Jacques Boursier, Etienne Douille et Jacques Duruble se sont affichés lors des processions de La Fête-Dieu entre 1588 et 1594, alors que Paris opère une révolution, en partie nostalgique, contre l’autorité royale, afin de rétablir une plus grande participation des marchands et des avocats dans une gestion plus délibérative de la capitale48. Au détriment des officiers du roi, accusés d’avoir brisé le consensus social auquel étaient parvenues les « bonnes villes »49. Pas un seul officier ne processionne effectivement à Saint-Jacques entre 1588 et 1594. Mais cela ne change guère de la situation ordinaire et antérieure. La procession paroissiale de la Fête-Dieu semble ici échapper aux agitations de l’histoire politique de la ville. C’est surtout dans les processions exceptionnelles plus que dans les processions coutumières que s’exprime la Ligue. Prisonnière d’une vision fixiste du monde, elle préfère innover plutôt que d’attenter aux rites et équilibres coutumiers, surtout lorsqu’ils sont, comme à la Fête-Dieu de Saint-Jacques, si étroitement liés à l’ordre socio-politique marchand qui sous-tend et que défend la Ligue.

29Enfin, les limites de la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie ne coïncident pas avec le découpage administratif de la ville en quartiers. Une partie de la paroisse est située dans le quartier du Sépulcre (rue Troussevache) et la partie insulaire relève du quartier Notre-Dame. Quant au quartier que l’on va appeler Saint-Jacques-de-la-Boucherie après 1588, il s’étend sur les paroisses de Saint-Germain l’Auxerrois et sur celle de Saint-Barthélemy. On pourrait donc en déduire une dissociation, voire une autonomie, de la paroisse vis-à-vis de l’administration municipale. Faut-il alors choisir entre les fonctions civiques et l’engagement religieux ? Rien n’est moins sûr.

  • 50 R. Descimon, J. Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au xviiie siècle : évolution d’un esp (...)

30L’examen sociologique des porteurs du dais montre en effet que ces processions locales et paroissiales n’échappent pas à l’enjeu plus global qu’est la gestion de la cité, via l’administration du quartier. Les porteurs du dais sont loin d’avoir négligé les fonctions municipales. Quatre-vingt-trois d’entre eux ont été bourgeois mandés des quartiers de Saint-Jacques, du Sépulcre ou de Notre-Dame dans les assemblées générales de la ville et neuf sont devenus quarteniers. Ces personnages chargés d’administrer un quartier qui porte leur nom jusqu’en 1588 sont à la fois les représentants d’un territoire auprès du prévôt et des échevins et les agents de la centralité prévôtale et royale dans leur quartier50. Et parmi ces fonctions, on n’a pas décompté les porteurs du dais devenus capitaines, colonels, dizeniers, cinquanteniers, centeniers, bref une foule de responsabilités locales plus ou moins importantes.

  • 51 Je remercie vivement Robert Descimon de m’avoir transmis la liste des bourgeois mandés du quartier (...)

31Aussi peut-on affirmer qu’il semble souhaitable de processionner pour tous ceux qui aspirent à administrer le bien public du voisinage. Sur soixante et un bourgeois mandés identifiés dans le quartier Saint-Jacques au xvie siècle, on est certain que trente-huit ont porté le dais51. De même sur les sept quartiniers de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, on est assuré que quatre ont processionne, et qu’un seul n’a pas processionné, les deux autres l’ayant probablement fait, mais l’identification de leur nom n’est pas certaine du fait des homonymies.

32Ainsi donc, une partie de ces porteurs du dais ont été aussi marguilliers, consuls, bourgeois mandés. Dès lors porter le dais dans une procession locale n’est pas seulement significative sur le plan religieux et paroissial. C’est aussi une étape dans la notabilité et l’honorabilité commerciale et municipale. Il faut donc en définitive essayer de cerner comment s’emboîtent ces responsabilités. A quelle étape de la vie localiser cet honneur ?

PORTER LE DAIS, UNE ETAPE DANS UN CURSUS HONORUM PARISIEN ?

  • 52 Arch, nat., LL 788, fol. 36.

33La question se pose tout d’abord en termes démographiques. On pourrait penser que le fait de porter le dais constitue une étape initiatique franchie par de jeunes hommes. Lors de la procession de 1506, tous les porteurs sont « à marier »52. De fait, quelques jeunes gens ont effectivement processionne : Mathieu Marcel a 21 ans, Pierre Nicolas a 24 ans. Nous avons même pensé un temps que ceux pour lesquels le copiste n’avait pas porté de qualité professionnelle étaient trop jeunes pour en avoir une. Mais ces conjectures ne résistent pas l’analyse des cas bien documentés. Et nous préférons raisonner sur des certitudes que sur-investir les lacunes de la source.

34Nous n’avons pu identifier l’âge que de quinze porteurs de dais. Ils ont entre 21 et 61 ans, mais la moyenne est de 36 ans. Sur quinze, huit ont en effet porté le dais entre leur 27e et leur 38e année. On ne peut donc pas dire que porter le dais soit un passage initiatique juvénile puisqu’il intervient le plus fréquemment durant la maturité. Un autre paramètre confirme cette assertion. Nous possédons la date de décès de soixante-six porteurs du dais. En moyenne, ils décèdent vingt et un ans et demi après avoir processionné. Ce qui confirme que cette participation rituelle n’est pas très précoce dans l’existence. 11 ne faut donc pas se laisser abuser par les mentions de « Le jeune » qui ne disent rien de l’âge mais distinguent seulement deux homonymes dans une même généalogie.

  • 53 M. Bimbenet-Privat, Les orfèvres parisiens..., op. cit., p. 41 et 51.

35Ces porteurs de dais ont donc déjà commencé à s’insérer dans la vie socioprofessionnelle. On le mesure assez bien pour les orfèvres. Pour quarante-deux d’entre eux, on peut évaluer l’écart entre l’accès à la maîtrise et la participation à la procession. Ils sont en moyenne déjà maîtres depuis quatorze ans. Cela n’en fait plus des jeunes gens, quand on sait que l’apprentissage dans ce métier dure en moyenne jusqu’à vingt ans et que l’accès à la maîtrise est soumise à un numerus clausus qui fait dépendre la création de nouveaux maîtres du nombre de décès d’anciens53. Parmi les orfèvres porteurs du dais, trente ont aussi exercé la fonction de garde de la corporation. Or les deux tiers ont déjà rempli cette fonction corporative avant de processionner, en moyenne huit ans avant de porter le dais. En revanche le tiers pour qui la charge de garde de la corporation interviendra ultérieurement à la cérémonie du dais attendront onze ans. Bref la participation à la Fête-Dieu ne signe pas l’entrée dans la vie professionnelle. Mais ce qui vaut pour les orfèvres vaut-il pour les autres métiers ?

  • 54 A. Lapeyre, R. Schfurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI. Charles V (...)
  • 55 C. Trani, « Les officiers du Grand Conseil au xvie siècle », dans Paris et Ile de France. Mémoires (...)
  • 56 E. Maugis, Histoire du parlement de Paris, Paris, 1977, t. 3, p. 146.

36Chez les notaires la participation à la Fête-Dieu ne correspond presque jamais avec l’ouverture de leur étude. Dans le monde des officiers, en revanche on assiste parfois à des coïncidences entre une promotion et la participation à la Fête-Dieu. Jacques Antonis devient notaire et secrétaire du roi en 1508, juste un an avant de processionner54. François Boucher qui porte le dais en 1504 n’est conseiller au parlement que depuis trois ans. Jacques Regnard porte le dais en 1595 l’année où il entre au grand conseil55. Jean Lescalopier défile en 1598 un an après être devenu conseiller du roi au parlement. Dans tous ces cas, l’invitation à porter le dais entérine une promotion qu’elle ne crée pas. Mais Louis de Besançon attend six ans entre l’achat de son office de conseiller au parlement et sa participation à la Fête-Dieu56. Quant à Jean Barthélemy, il est notaire et secrétaire du roi depuis dix ans lorsqu’on l’invite à porter le dais. Certains même, comme Jacques Potier, processionnent neuf ans avant d’accéder à l’office de conseiller au parlement. Porter le dais n’épouse donc pas systématiquement les scansions d’une carrière professionnelle.

  • 57 Ibid., t. 3, p. 166.

37Une autre piste consiste à mettre en rapport la participation à la procession et la constitution d’une famille. On a déjà évoqué l’honneur fait aux gendres. Jean Charron le Jeune, reçu au parlement en 1522, se marie en 1540. Or c’est aussi l’année où il porte le dais57. De même Jean Chazelle convole en mariage quelques mois après avoir porté le dais à l’octave de 1576. L’orfèvre Jean Langlois processionne en 1552 l’année où il commence à faire baptiser ses enfants. Pierre Nicolas engendre depuis deux ans lorsqu’il est invité en 1571 à porter le dais. Toutefois, on pourrait citer tout autant d’autres exemples qui montreraient que l’on peut processionner après que le dernier enfant né du ménage eut été baptisé. Si porter le dais peut honorer un nouveau père ou un nouvel époux, voire marquer la disparition du père et la promotion du fils comme chef de famille, c’est loin d’être toujours le cas. Les circonstances personnelles dans lesquelles ces hommes portent le dais sont multiples mais l’on ne peut exclure un rapport avec ces articulations des âges de la vie que sont l’entrée dans un emploi, en mariage, ou en paternité. Et pourquoi pas l’accès à la grand-parentalité ?

38Mais porter le dais me semble moins une cérémonie redoublant et célébrant un événement biographique qu’elle n’est, en soi, un événement, un honneur et une étape, inaugurale ou consécratrice. Porter le dais n’est pas tant la représentation et la publication d’un rang acquis ailleurs qu’un enjeu stratégique, qu’une étape dans le cursus honorum de ceux qui visent à l’édilité dans le quartier voire dans la ville. Ceux qui portent le dais ne le font pas parce qu’ils sont consuls, marguilliers ou quartiniers mais parce qu’ils aspirent à le devenir. La procession n’est pas seulement visualisation des dignités mais aussi des aspirations individuelles et familiales.

39Certes, tous ceux qui portent le dais ne sont pas destinés à devenir notables ; pour la plupart, les origines familiale et sociale restent dirimantes pour accéder à des emplois municipaux, consulaires ou paroissiaux, fermés à l’artisanat. Pour ces artisans, porter le dais est l’ultime consécration sociale dans un espace public structuré par des rituels de représentation. Mais si l’on se place parmi les notables, consuls, marguilliers, bourgeois mandés et quartiniers, nous avons vu que la plupart d’entre eux avaient déjà un jour porté le dais. Reste alors à mesurer à quel moment intervient ce geste par rapport à ces autres honneurs.

  • 58 Rappelons que tous les marguilliers et tous les consuls n’ont pas été bourgeois mandés.

40Si l’on prend trente-huit bourgeois mandés de Saint-Jacques-de-la-Boucherie repérés au xvie siècle pour avoir porté le dais, principalement à la Fête-Dieu plutôt qu’à l’octave, on constate que dix sont devenus consuls, et seize marguilliers. En moyenne, ils ont été appelés à devenir bourgeois mandés treize ans et demi après avoir porté le dais. Entre le moment où ils processionnent et celui où ils deviennent marguilliers il s’étend dix-sept ans, et vingt ans avant qu’ils ne deviennent consuls. Porter le dais a donc pour eux rétrospectivement acquis une dimension inaugurale. Ces écarts calculés sur l’échantillon des seuls bourgeois mandés du quartier Saint-Jacques correspondent avec les calculs effectués sur l’ensemble des marguilliers et des consuls à avoir un jour porté le dais58. Entre porter le dais et devenir marguillier il y a environ quinze années dans le premier xvie siècle et seize années dans le second. Quant aux consuls ayant processionne à la Fête-Dieu de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, ils l’ont en général fait vingt ans et demi avant d’accéder au consulat.

41Dans ce cursus honorum qui emboîte et déroule chronologiquement les étapes suivantes - porter le dais, devenir bourgeois mandé, puis peut être marguillier et enfin pour quelques rares élus, consul - la sélectivité croissante de ces charges coïncide avec une attente accrue de leur obtention. Notre cursus lie, dans une même reconnaissance accumulée dans le temps, les charges paroissiales et politiques locales avec le rayonnement dans l’espace marchand parisien. Cooptation et ancienneté conduisent à ces charges temporaires.

42Or deux types de charges, celle de quartiniers et d’échevins échappent à cet étalement chronologique des honneurs d’une carrière. Il ne s’étend en effet que sept années entre le moment où des hommes ont porté le dais et le moment où ils sont devenus échevins de Paris. Et huit seulement avant de devenir quartinier. Ce décrochage qui ne fait pas l’économie d’une participation de ces notables à la Fête-Dieu montre toutefois l’autonomisation croissante des carrières de quartiniers et d’échevins par rapport au cursus honorum produit par la société marchande de Saint-Jacques-de-la-Boucherie. La désignation par le roi, les résignations familiales, la vénalité enfin interfèrent pour soustraire ces dignités à un cursus d’honorabilité marchande, fondé sur la cooptation et la promotion à l’ancienneté.

***

  • 59 Dans d’autres villes, c’est moins au travers la participation à la procession que l’on cerne les l (...)

43Événement religieux, la procession de la Fête-Dieu est l’occasion pour un groupe social d’exhiber sa structure hiérarchique dans l’espace paroissial. L’avantage que procure la liste documentée des porteurs du dais est de permettre d’appréhender le contenu social effectif d’une cérémonie qui représente un ordre qui se veut immuable. Instance de légitimation et de consécration sociale, la procession est un lieu et un enjeu disputé car elle est une étape dans un cursus honorum de l’honorabilité marchande qui combine des responsabilités dans trois espaces qui ne se superposent pas, le quartier, le métier et la paroisse59. Cette procession locale est donc aussi un lieu du politique. Ecartée des charges de conseillers de ville, progressivement marginalisée dans le monde des bourgeois mandés qui sont désignés au terme de complexes procédures changeantes où se combinent désignation, cooptation voire hasard, la marchandise fort présente à Saint-Jacques s’attache à ce cursus pour exister dans la ville. Nous ne pouvons qu’inviter d’autres à suivre notre intuition en traquant, notamment dans les livres de raisons, les stratégies sociales individuelles et collectives mises en jeu lors de la participation à certains rites religieux.

  • 60 Voir le premier chapitre de R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, 1979.
  • 61 Bibl. nat., res. G-F-15 (1653, fol. 223). Cette affiche de 1653 est de nouveau publiée en 1654, 16 (...)

44Cette sociographie des porteurs du dais permet aussi d’évaluer l’autonomisation du politique que l’on dit s’être produite dans le second xvie siècle60. Face à la négation de la présence réelle par les réformés, la Fête-Dieu est devenue un moment essentiel de manifestation triomphante du catholicisme. Mais elle n’est pas pour autant désertée par ceux qui aspirent à exercer des fonctions politiques dans une ville, où certes le culte protestant est interdit, mais où vit une forte communauté protestante et qu’il faut bien tolérer, avant comme après la Saint-Barthélemy. Le crieur juré au xviie siècle continue d’annoncer aux habitants de la capitale de nettoyer les rues pour la procession du Saint-Sacrement et de l’octave61. Dès lors se pose un double problème, historique et historiographique. Comment combiner Koselleck et Habermas, c’est-à-dire penser l’autonomie du politique dans un univers où tout est structuré par des cérémonies publiques pour la plupart d’essence catholique ?

  • 62 Le premier xviie siècle voit ainsi la raréfaction des processions à Sainte-Geneviève. La diminutio (...)
  • 63 Arch. nat., LL 788, fol. 73.

45Ce problème s’est posé aux contemporains. Comment concilier respect d’un ordre politique qui n’est plus celui dont rêve les catholiques avec la proclamation réitérée à chaque Fête-Dieu de l’absolue souveraineté du Christ ? Dans la foulée d’un concile de Trente fort attaché à dissocier profane et sacré, la réponse mystique et dévote recentre la vénération des fidèles pour l’hostie dans le secret de la conscience et dans le cadre sacré de l’église, avec l’adoration au Saint-Sacrement ou la dévotion des Quarante heures. Peut-être certains ont-ils alors été moins enclins à processionner62 ? C’est peut-être ce dilemme qu’exprime en 1602, un avocat au Châtelet, monsieur Pignet, lorsqu’il décline l’invitation de porter le dais car « à cause de son estat il estoit empêché par la ville lesdict jour »63. Mais quelle obligation municipale pouvait bien détourner un avocat de porter le dais un jour de Fête-Dieu ?

Les itinéraires des processions dans la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie

Les itinéraires des processions dans la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie

Pentecôte Fête de la Saint-Jacques Translation de saint Jacques Assomption Fête de la dédicace de l’église

Notes

1 J. Delumeau, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois. Paris, 1989, p. 90.

2 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, 1978.

3 Fête-Dieu : 1264-1996, A. Haquin dir., Liège, 1999. Voir aussi sur l’adoration de l’eucharistie, M. RUBIN, Corpus christi, The Eucharist in Late Medieval Culture, Cambridge, 1991, p. 164-211.

4 Voici la définition donnée par André Vauchez de la religion civique : « L’ensemble des phénomènes religieux, cultuels, dévotionnels ou institutionnels dans lesquels le pouvoir civil joue un rôle déterminant, principalement à travers l’action des autorités locales et municipales » (dans La religion civique à l’époque médiévale et moderne, A. Vauchez dir., Rome, 1995. À Angers, à Tours, à Marseille, à Naples, à Saint-Omer, à Perpignan, à Aix, à Amsterdam, à Valence, à Séville, les processions de la Fête-Dieu sont générales. Voir, outre J. Delumeau, Rassurer et protéger..., op. cit., p. 125, 135, 136, 139, 148, 168 : sur Valence, J. Hadzhiossif, « L’ange custode de Valence », dans La religion civique, op. cit., p. 140 ; sur Tours, B. Chevalier, « La religion civique dans les bonnes villes », ibid., p. 342 ; sur le sacre d’Angers, J.-M. Matz, « Le développement tardif d’une religion civique », ibid., p. 364-366 ; sur Scville, V. Lleo Canal, « La Fête Dieu à Séville du Moyen Âge à l’ère romantique », dans Le corps de Dieu en fêtes, A. Molinié dir., Paris, 1996, p. 65-82. Les confréries chargées d’organiser la procession de la Fête-Dieu regroupent souvent le patriciat urbain comme à York, Lciccster, Cambridge, Conventry, Lincoln.

5 Dumoutet, Le désir de voir l’hostie, Paris, 1926.

6 Sur les processions générales à Paris au xvie siècle voir M. FOGEL, Les cérémonies de l’information, Paris, 1989, p. 434. Il faut noter que la ville de Londres a aussi été incapable d’organiser une procession générale en raison de l’abondance et des rivalités des guildes. M. Rubin, « La Fête Dieu. Naissance et développement d’une célébration médiévale », dans Le corps de Dieu en fêtes, op. cit., p. 41.

7 M. Sluhovsky, Patroness of Paris: Rimais of dévotion, Leydc-Ncw York-Cologne, 1998. La liste des processions est aussi publiée dans I. Brian, J.-M. Le Gall, La vie religieuse en France, xvi-xviiie siècle, Paris, 1999, p. 147-151. À Rouen, c’est à la Sainte-Anne qu’a lieu la grande procession urbaine. Voir M. Venard, « Les confréries dans l’espace urbain : l’exemple de Rouen », dans Le catholicisme à l’épreuve dans la France du xvie siècle, Paris, 2000, p. 221-237.

8 J’ai laisse de côté le second xve siècle car on ne peut croiser l’information avec des registres de la ville dont la publication ne commence qu’en 1498. Entre 1500 et 1600. on compte 925 porteurs de dais : 323 pour le premier xvie siècle, 602 pour le second xvie siècle. Nous avons établi une base de données en croisant cette liste avec le répertoire des orfèvres, des consuls, des marguilliers et les registres du bureau de ville de Paris. Pour les orfèvres. M. Bimbenet-Privat, Les orfèvres parisiens de la Renaissance, 1506-1620. Paris. 1992 ; pour les consuls, voir M.-G. Denière, La juridiction consulaire de Paris. 1563-1792. sa création, ses luîtes, son administration intérieure, ses usages et ses mœurs, Paris, 1872 ; pour les marguilliers, outre le registre LL 788 des Archives nationales, j’ai utilisé J. Meurgey. Histoire de la paroisse Saint-Jacques de la Boucherie, Paris, 1926.

9 Sur la représentation corporative complexe d’une société urbaine dans la procession de la Fête-Dieu à Montpellier au xviiie siècle, voir R. Darnton, Le grand massacre des chats, Paris, 1984. p. 122-141.

10 Cette source présente bien des difficultés. L’orthographe des noms n’est pas stable et un Le Conte peut réapparaître sous un Le Compte. On n’a pas toujours le prénom surtout lorsque la personne est suffisamment notable pour être seulement appelée monsieur. Mais cette notabilité, qui rend l’identification évidente pour les contemporains, est un problème pour l’historien. Qui est le monsieur Spifame qui processionne en 1531 : est-ce le général des finances Gaillard ou Jacques Paul conseiller au parlement ? Les problèmes d’homonymie dans une onomastique fort itérative sont aussi nombreux. Ainsi on sait qu’un orfèvre Pierre Pijart processionne en 1549. Or il en existe deux. Pierre, né en 1502 et mort en 1567 et un autre qui ne devient maître qu’en 1568. Nous avons ici retenu le premier car il nous semble répondre davantage au cursus que nous avons cru dégager. Mais il est parfois impossible de trancher. Ainsi lorsqu’il y a deux notaires qui répondent au nom de Jacques Joyeux et qui exercent au moment où l’un d’eux processionne en 1559. Devant ces problèmes d’indétermination, nous avons préféré ne pas choisir afin de raisonner sur des données peut-être moins nombreuses mais plus certaines.

11 Ce cursus honorum n’est pas établi par la loi et n’est pas d’une rigidité absolue. Mais il ne s’agit pas là de conditions impératives pour employer le terme de cursus honorum. Il nous suffit de constater qu’un certain nombre de charges spécialisées, temporaires et de plus en plus honorifiques, sont successivement exercées dans le temps, Les charges de marguilliers et de consuls ne durent que quatre et deux ans. En revanche quartiniers et bourgeois mandés ont des offices à durée indéterminée.

12 Sur les rues et la carte de la paroisse, J. Meurgey, Histoire de la paroisse Saint-Jacques de la Boucherie, op. cit., p. 42-77 ; sur le rituel du cérémonial processionnel, voir L. Fritsch-Pinaud, « La vie paroissiale à Saint-Jacques de la Boucherie », dans Paris et Ile de France. Mémoires, t. 33, 1982, p. 7-97.

13 A l’est, Saint-Gervais et Saint-Merri, au sud Saint-Barthélémy, qui possède une part des maisons du Pont-au-Change et la paroisse Marie-Madeleine qui détient les maisons occidentales du pont Notre-Dame, à l’ouest par les paroisses des Saints-Innocents, de Sainte-Opportune et de Saint-Germain-l’Auxerrois. Au nord, Saint-Jacques-de-la-Bouchc-rie est bordée par les paroisses Saint-Josse et Saint-Leu-Saint-Gilles.

14 Sur le caractère englobant des itinéraires processionnels de la Fête-Dieu d’Aix, voir N. Coulet, « Processions, espace urbain, communauté civique », dans Cahiers de Fanjeaux, t. 17, 1982, p. 381-397.

15 Sur la topographie paroissiale, voir J. Meurgey, Histoire de la paroisse Saint-Jacques de la Boucherie, op. cit., chap. 2.

16 On peut rajouter le cas de Denis Ncrct. Il porte le dais à Saint-Jacques en 1595. Or à cette date il est bourgeois mandé du quartier Saint-Honoré et habite dans la paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois entre 1590 et 1592. En 1601, il réside rue Saint-Denis dans la paroisse Saint-Leu. Il est bourgeois mandé du quartier du Sépulcre en 1601. Que fait-il donc parmi les porteurs du dais de Saint-Jacques en 1595 ?

17 Épilaphier du vieux Paris, H. Verlet éd., Paris, t. 7, 1994, p. 113-115.

18 Arch, nat., LL 788, fol. 59 v, 62.

19 Ce peu d’empressement de quelques-uns à s’insérer dans le cérémonial processionnel est à souligner, tant les historiens sont plutôt habitués à rencontrer surtout des conflits de préséances entre les participants à ces manifestations.

20 Rappelons que l’un des privilèges des Six-Corps est justement de porter le dais lors de l’entrée des légats et de la reine.

21 Arch. nat.. LL 788, fol. 57 v.

22 Arch. nat, LL 788. fol. 62.

23 Arch. nat., LL 788, fol. 51 v.

24 Arch. nat., LL 788, fol. 55.

25 A noter que certains ont pu processionner avant de rallier l’hétérodoxie. L’orfèvre Guillaume Bineau processionne en 1560, il est arrêté comme suspect en 1569 et relâché à condition de quitter la ville. Son enracinement et peut-être son catholicisme non confessionnel expliquent qu’il ait pu revenir ultérieurement dans la capitale.

26 B. Diefendort, Beneath the cross, Catholics and Huguenots in Sixteenth-Cen-tury Paris, New York-Oxford, 1991, p. 33-35. Elle insiste pour voir dans la procession un phénomène de réconciliation et pas seulement de distinction et d’exclusion.

27 C’est notamment le cas dans l’univers ibérique où la Fête-Dieu sert d’assise symbolique à la société de la reconquista puis à la société coloniale américaine (Le corps de Dieu en fêtes, op. cit. ).

28 Arch. nat., LL 788, fol. 38 v.

29 Sur la définition des confréries du Saint-Sacrement, voir M. Venard, « Qu’est-ce qu’une confrérie de dévotion ? Réflexions sur les confréries rouennaises du Saint-Sacrement », dans Le catholicisme à l’épreuve, op. cit., p. 237-249. Les vieilles confréries du Saint-Sacrement ou du corpus Domini, élitistes sur le plan social et fort indépendantes du clergé, ont été très actives dans la lutte contre le protestantisme des le premier xvie siècle. M. Cassan, « Confréries et ordres religieux XVIe-XVIIe », dans Les mouvances laïques des ordres religieux, Saint-Etienne, 1996, p. 316-318.

30 B. Diefendorf, Beneath the cross, op. cit.. p. 111-113.

31 J.-M. Goulemot et alii, Le voyage en France, Paris, 1995, p. 131.

32 Outre M. Venard (dans Le catholicisme à l’épreuve, op. cit.), voir aussi A. Talon, La Compagnie du Saint-Sacrement 1629-1667, Paris, 1990, p. 81-86.

33 Arch, nat., LL 788, fol. 68.

34 Voir l’article 13 du statut des bouchers confirme par Henri III (N. Delamare, Traité de la police, t. 2, p. 1223).

35 Arch, nat., LL 788, fol. 58.

36 Aucun édit de tolérance n’a jamais permis la pratique officielle du culte protestant dans la capitale qui se trouve ainsi sanctuarisée.

37 Sur 82 noms de marguilliers repérés à partir de J. Meurgey (Histoire de la paroisse Saint-Jacques de la Boucherie, op. cit.) et du manuscrit LL 788 (Arch. nat.), 19 seulement ne sont pas signalés dans notre liste. Et ce chiffre est probablement inférieur car des marguilliers du début du xvie siècle ont probablement processionné au xve siècle.

38 Notons que la titulature portée dans le registre est celle que décline la personne au moment où elle processionne, ce qui ne préjuge pas des évolutions ultérieures. Ainsi Jacques Potier qui processionne en 1527 est sans titre. 11 est probablement l’avocat qui deviendra en 1536 conseiller au parlement. De même François de Mailly qui processionne en 1554 est dit alors premier huissier au parlement. Il ne deviendra conseiller que deux ans plus tard.

39 On peut du reste discuter de l’appellation stricte d’officiers de finance pour ces hommes de petite robe surtout chargée du contentieux fiscal. Mais, en matière d’impôts, collecte et contentieux sont très liés.

40 Sur 159 épitaphes de paroissiens inhumés dans l’église entre le xive siècle et le xviie siècle, on compte 44 officiers. Mais sur les 58 épitaphes du xvie siècle, on ne compte que 6 officiers.

41 Le prévôt des marchands accuse en 1606 la politique fiscale de faire disparaître les marchands des rues Saint-Denis et Saint-Martin (Registre des délibérations du bureau de l’Hôtel de Ville, t. 14. p. 93).

42 Sur l’évolution de la composition politique de la ville, voir B. Diefendore, Paris city concillors in the Sixteenth century, Princeton, 1981 ; R. Descimon, « Les assemblées de l’Hôtel de ville », dans Paris et Ile de France. Mémoires, t. 38, 1987.

43 Voir l’article de D. Richet dans Représentations et vouloirs politiques, Paris, 1982, p. 70.

44 Nous appelons parquet, les huissiers, greffiers et leurs clercs. Mcd = marchand.

45 Robert Descimon a bien démontré les variations sociales dans l’appropriation de certaines responsabilités municipales selon les quartiers. Sur la rive gauche, dans le quartier des Halles, les marchands occupent ainsi en nombre les emplois de capitaines de la milice (« Les capitaines de la milice bourgeoise à Paris, 1589-1651. Pour une proso-pographie de l’espace social parisien », dans L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, 1996, p. 189-211).

46 J.-B. Le Masson, Calendrier des confréries de Paris, Paris, 1621.

47 Douze porteurs du dais ont été, dans le premier xvie siècle, conseillers de ville (6) et/ou échevin (9). Après 1550 trois seulement des porteurs du dais sont devenus échevins (3) et/ou conseiller de ville (1).

48 Voir le dictionnaire fourni par R. DESCIMON, « Qui étaient les Seize ? », Paris et Ile de France. Mémoires, t. 34, 1983.

49 Sur le concept de bonnes villes, voir B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xvie au xvie siècle, Paris, 1982.

50 R. Descimon, J. Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au xviiie siècle : évolution d’un espace plurifonctionnel », Annales ÉSC, 1979, p. 956-983

51 Je remercie vivement Robert Descimon de m’avoir transmis la liste des bourgeois mandés du quartier Saint-Jacques ainsi que celle des quartiniers.

52 Arch, nat., LL 788, fol. 36.

53 M. Bimbenet-Privat, Les orfèvres parisiens..., op. cit., p. 41 et 51.

54 A. Lapeyre, R. Schfurer, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI. Charles VIII et Louis XII. Paris, 1978. t. 1. p. 8.

55 C. Trani, « Les officiers du Grand Conseil au xvie siècle », dans Paris et Ile de France. Mémoires, t. 42, 1991, p. 201.

56 E. Maugis, Histoire du parlement de Paris, Paris, 1977, t. 3, p. 146.

57 Ibid., t. 3, p. 166.

58 Rappelons que tous les marguilliers et tous les consuls n’ont pas été bourgeois mandés.

59 Dans d’autres villes, c’est moins au travers la participation à la procession que l’on cerne les liens entre gestes religieux et cursus honorum qu’à travers l’exercice d’autres responsabilités. À Rodez, 60 % des bassiniers de la cathédrale deviennent par la suite consuls (S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville. Les consuls de Rodez sous l’Ancien Régime, Toulouse, 2000, p. 259-261).

60 Voir le premier chapitre de R. Koselleck, Le règne de la critique, Paris, 1979.

61 Bibl. nat., res. G-F-15 (1653, fol. 223). Cette affiche de 1653 est de nouveau publiée en 1654, 1655. 1657. 1661...

62 Le premier xviie siècle voit ainsi la raréfaction des processions à Sainte-Geneviève. La diminution des processions est aussi attestée à Rodez (S. Mouysset, Le pouvoir dans la bonne ville..., op. cil., p. 204). M. Fogel (Les cérémonies de l’information, op. cil.) a vu dans ce déclin l’effet conjugué, mais pour des raisons divergentes, de l’action de la monarchie et de l’Eglise. Mais à Paris, la Fête-Dieu reste accompagnée de processions.

63 Arch. nat., LL 788, fol. 73.

Table des illustrations

Titre Les porteurs du dais 1500-1600
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1470/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1470/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1470/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Les itinéraires des processions dans la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie
Légende Pentecôte Fête de la Saint-Jacques Translation de saint Jacques Assomption Fête de la dédicace de l’église
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1470/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Rameaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1470/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fête-Dieu
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1470/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Ascension
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1470/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter