Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Géographies imaginaires

La géographie urbaine des chroniqueurs parisiens de Philippe le Bel à l’avènement de Charles V

Isabelle Guyot-Bachy

Texte intégral

  • 1 Voir, pour une approche globale, R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste à la mo (...)

1À la Pentecôte 1313, fut inauguré le nouveau Palais construit par Philippe le Bel pour abriter les institutions centrales de la monarchie. Paris était ainsi confirmée dans sa fonction de capitale et, par contrecoup, sa croissance et ses transformations s’accélérèrent jusqu’à la fin du règne de Philippe VI, où elles furent brusquement freinées sous les effets conjugués de la Peste noire et des offensives anglaises. Il fallut ensuite attendre les années 1360 et les travaux entrepris par Charles V pour que le paysage urbain parisien connaisse à nouveau une profonde modification1.

  • 2 Dans le cadre de la production dionysienne, ont été sollicitées les sources suivantes dont nous in (...)

2Parallèlement, au cours de cette première moitié du xive siècle, se développe une production historiographique aux perspectives moins universalistes, davantage centrée sur le royaume et sur sa capitale. A côté des productions de l’atelier de Saint-Denis, on note la multiplication de textes attribués ou anonymes qui ont pour point commun d’avoir été rédigés à Paris ou dans ses environs immédiats2. Dans ces sources narratives, la ville apparaît, à première lecture, comme familière aux auteurs qui portent sur elle un témoignage personnel. Se sentent-ils pour autant Parisiens ? En examinant la place de Paris dans leur récit et les repères de la géographie urbaine autour desquels sont organisés les épisodes parisiens de celui-ci, il est possible de saisir comment ces auteurs se représentent la ville, dans quelle mesure ils 1’« habitent » réellement et s’y identifient.

  • 3 Voir sa contribution dans ce même volume.

3Soulignons d’abord que Paris n’est jamais au cœur du projet historiographique. Aucun des chroniqueurs du corpus retenu n’a voulu écrire un éloge de Paris à la manière de ces auteurs universitaires ou bourgeois évoqués par Boris Bove3. On chercherait en vain chez eux ces images métaphoriques, ces descriptions marquées par le gigantisme ou l’accumulation. En revanche, plusieurs d’entre eux, il est vrai, participent au discours royal en rappelant l’antiquité prestigieuse de Paris.

4Mais, dans le cours de ces chroniques, le nom de Paris revient désormais sans cesse : 27 et 24 fois chez Rigord et Guillaume le Breton dans leur récit des quarante-trois ans du règne de Philippe Auguste ; 33 fois chez Guillaume de Nangis et ses continuateurs dans leur récit des vingt-neuf années du règne de Philippe le Bel, et 57 fois chez Jean de Saint-Victor dans son Memoriale historiarum pour la même période.

  • 4 A. Planche fait une observation similaire à propos des textes littéraires, « Présence et absence d (...)

5Néanmoins, si la fréquence élevée des vocables Parisius ou « Paris » consacre bien la place éminente de la capitale, elle ne signifie pas pour autant que les chroniqueurs aient à l’esprit une géographie précise de l’espace parisien. En effet, dans plus de la moitié des cas, ce vocable n’est accompagné d’aucun élément topographique ou descriptif permettant de situer le lieu où se déroule l’épisode4. En fait, le relevé systématique de tels détails, lorsqu’ils existent, aboutit à l’établissement d’une liste d’une quarantaine de lieux dans Paris (cf. tableau en annexe). Une dizaine d’entre eux est commune à presque tous les auteurs. Ce sont aussi ceux dont les occurrences sont les plus fréquentes. Vingt-trois lieux apparaissent entre deux et sept fois, les treize autres ne se rencontrent que chez un seul chroniqueur.

  • 5 CPA et PCF.
  • 6 J. Morsel, « Comment peut-on être parisien ? » Contribution à l’histoire de la genèse de la commun (...)

6La première impression qui se dégage est donc celle d’une relative indigence globale qui ne doit pourtant pas cacher une certaine hétérogénéité entre les différentes sources, sans que l’on puisse invoquer pour l’expliquer des critères de forme littéraire. La poésie n’est pas plus diserte que la prose et les 8 000 vers de la chronique métrique de Geoffroi de Paris font finalement bien peu de place à Paris. En revanche, le rapport personnel et institutionnel que le chroniqueur entretient avec la ville pourrait avoir un plus grand impact. Sur l’ensemble de la période, les chroniques rédigées à Saint-Denis sont incontestablement moins riches : en dépit de la présence d’un collège à Paris et des relations fréquentes entre l’abbaye et la capitale, les auteurs dionysiens ne sont pas et ne se sentent pas Parisiens. Sans doute éprouvent-ils une certaine réticence à mettre au premier plan de leur récit la ville qui s’est définitivement imposée comme capitale royale aux yeux du roi. A l’opposé, si les deux chroniqueurs parisiens anonymes qui achèvent leur texte respectivement vers 1339 et 13565 ancrent davantage leur propos dans les réalités urbaines, peut-être est-ce parce qu’ils appartiennent à un milieu qui prend progressivement conscience de son identité urbaine et trouve dans la langue vernaculaire une plus grande aisance pour se « mouvoir » par la plume dans le paysage urbain6.

  • 7 Rig., I. p. 105 et GB, I. p. 191.
  • 8 MH, p. 647, CGN, I, p. 355-356 et CPA, p. 19.
  • 9 CPA, p. 166.
  • 10 CPA, p. 28.
  • 11 CGN, I, p. 356, CPA, p. 20, PCF, § 28.
  • 12 CJV, p. 687.

7Il est possible d’esquisser les grands traits de ce paysage grâce à l’inventaire des éléments toponymiques et descriptifs évoqués plus haut. La ville est d’abord ceinte par des murs. Rigord et Guillaume le Breton avaient accordé une belle place à la réalisation de l’enceinte par Philippe Auguste et ils avaient décrit l’espace ainsi enserré7. Un siècle plus tard, ces murs matérialisent toujours les limites physiques de la ville et constituent l’un des plus sûrs repères pour la localisation : relatant l’émotion populaire de 1306 à l’encontre du voyer Etienne Barbette, les chroniqueurs précisent tous que l’on attaqua successivement son manoir extra urbem et son hôtel intra urbem8 ; le chroniqueur parisien anonyme, pour situer l’hôpital Saint-Julien, dit qu’il est « assis en la grant rue Saint-Martin dedens lez murs »9. Les portes ouvrent et ferment cette enceinte. Leur aspect monumental ne laisse pas indifférent : le chroniqueur parisien anonyme dit qu’en 1317, le nouveau roi Philippe V « fist toutez les portez de Paris, tant grandez comme petitez, de toutez lez entrées de la dicte ville, clorre de nouvellez portez de merveilleuse et coustable œuvre »10. Elles marquent l’horizon symbolique de l’espace urbain. On le voit lorsque, à la suite de l’émeute de 1306, le roi fait pendre les émeutiers à des ormes, près des quatre principales portes de la ville11. De ce sens symbolique, on peut aussi jouer. Ainsi fit Louis de Clermont qui en 1327, selon le propos moqueur d’un chroniqueur, pour manifester son désir d’accomplir son vœu de croisade, prit solennellement congé de la cour à Notre-Dame et à la Sainte-Chapelle, jura « que jamais à Paris n’entreroit jusques il eut parfait et enteriné le serrement, puis s’en alla camper dehors les portes, com au Temple ou au Louvre ou aus Trois Mors et aus Trois Vis près des Aveugles »12.

  • 13 CPA, p. 14 à propos de l’installation des Carmes à Paris (a. 1254) : « ... et leur fist faire leur (...)

8La ville n’est pas pour autant close sur elle-même et les mots prope, juxta Parisius, delez Paris, accolés à quelques noms de lieux ou d’établissements, soulignent moins la situation extra-urbaine de ceux-ci que leur lien, leur proximité avec la ville. Notre-Dame-des-Champs et l’abbaye Saint-Marcel au sud, la Chartreuse de Vauvert au sud-ouest, l’abbaye Saint-Antoine qui balise vers l’est l’espace séparant la capitale du bois de Vincennes où le roi et la cour séjournent de plus en plus souvent13, les Aveugles à l’ouest sont ainsi situés en raison de leur proximité des murs et des portes. Ils prennent alors un certain relief dans le paysage urbain et témoignent de son extension, avant même que celle-ci ne soit reconnue par l’érection d’une nouvelle enceinte sous le règne de Charles V.

  • 14 Jean de Jandun, Tractatus de laudibus Parisius, A. Leroux de Lincy et L.-M. Tisserand éd., dans Pa (...)

9Le fleuve est le second élément structurant l’espace urbain des chroniqueurs. Non pas cette rivière idéale que chante Jean de Jandun, dont le cours parfaitement harmonieux permet l’acheminement des richesses en provenance de toutes les parties du monde14. La Seine, dans nos chroniques, traverse simplement la ville, bordée par son port, enjambée par des ponts, scandée par ses îles que les Parisiens pouvaient facilement voir de ses berges.

  • 15 Cf. V. W. Egbert, On the bridges of mediaeval Paris. A record or early fourteenth-century life, Pr (...)
  • 16 CJV, p. 685-686 ; CPA, p. 102 ; CGN, p. 64 ; PCF, § 2 et 53 et GCF, VIII, p. 170 et IX, p. 48. H. (...)
  • 17 PCF, p. 29.

10Deux ponts principaux enjambent le fleuve. Qu’ils cèdent sous la pression des crues et les activités quotidiennes et commerciales sont désorganisées15 ! En décembre 1296, le fleuve en furie arracha deux arches de pierre du Grand Pont et détruisit le Petit Pont. Tous les chroniqueurs s’en souviennent et si aucun n’évoque les travaux de remise en état, tous en revanche peuvent dire que le terrible dégel du début de l’année 1326 eut de nouveau raison d’eux, parce qu’ils « n’estoient » depuis « que de boys » ou de « fust »16. Ces ponts, dont la présence paraît si vitale, sont-ils pour autant des traits d’union, reliant entre elles les différentes parties de la ville ? Rien n’est moins sûr : les chroniqueurs passent peu, semble-t-il, d’une rive vers l’autre et, lorsque pour signifier l’ampleur des secousses ressenties lors d’un tremblement de terre, la Petite chronique française dit qu’« il fut grant tumulte à Paris [...] tant en la cité que delà Grant pont et oultre Petit pont », elle insiste davantage sur une partition de la ville en trois éléments qu’elle ne décrit un ensemble géographique que les habitants se seraient uniformément approprié17.

  • 18 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme à Paris, Paris, 1976, p. 109.
  • 19 CPA, p. 88.
  • 20 R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste..., op. cit., p. 16 et J. Favier, Paris, (...)
  • 21 Richard Lcscot dit qu’en 1328, le roi fit un pèlerinage, ecclesias Parisius peditans visitabat (R (...)

11Le fleuve et les ponts constituent le noyau de la circulation urbaine. Le Grand Pont, via la rue Saint-Denis, relie le Palais, Notre-Dame et le Châtelet aux portes septentrionales de la ville18. C’est l’axe qu’emprunte le roi lors de ses entrées dans la capitale mais il mène également les condamnés vers le gibet de Montfaucon par la villette Saint-Laurent19. Sur la rive droite, les chroniqueurs mentionnent encore la rue Saint-Martin et, bordant la Seine, la rue de l’École Saint-Germain-l’Auxerrois. En dehors de ces axes principaux, l’espace urbain paraît dénué de tout réseau de circulation. Si les rues sont ainsi ignorées des chroniqueurs, alors même qu’elles sont devenues pour les Parisiens un moyen courant d’énoncer leur implantation20, c’est que les déplacements à l’intérieur de la ville sont en fait très peu pris en compte. Prenons les processions : elles vont « parmy Paris, par les sains lieux, en la cité de Paris, par les églises », sans que jamais leur itinéraire ne soit établi21. De ce fait, les églises, à l’exception de Notre-Dame, sont peu présentes. Seules deux d’entre elles apparaissent régulièrement dans les récits, en raison de la mode qui court chez les grands d’élire sépulture dans leurs murs : l’église des frères mineurs et celle des frères prêcheurs. Mais elles « flottent » paradoxalement dans l’espace, dépourvues de toute implantation topographiquement repérée.

  • 22 GCF, VIII, p. 305.
  • 23 CPA, p. 146. Cet hôtel, dont la construction avait été entreprise dès 1275, comprenait un donjon, (...)
  • 24 CPA, p. 140.
  • 25 GCF, VIII, p. 200. Sur les demeures des notables et leur place réelle dans le paysage urbain, B. B (...)

12Les constructions privées sont encore moins présentes. Dans l’ensemble du corpus, trois hôtels seulement sont situés et leur propriétaire connu : les deux maisons d’Etienne Barbette, celle d’Enguerran de Marigny, « en la rue que on appelle le Fossé Saint-Germain »22 et enfin, l’hôtel du comte de Flandre en bordure d’un champ s’étendant jusqu’aux Aveugles d’après le chroniqueur parisien anonyme23. Ce dernier connaît encore la maison « que l’en dist d’ardoise », mitoyenne du nouvel hôpital Saint-Jacques-des-Pèlerins24. Points de repère géographique dans le récit ou évoqués en raison de la notoriété de leur propriétaire, ces beaux ensembles qui ne devaient pourtant pas manquer d’impressionner le passant, ne font l’objet d’aucune appréciation esthétique. A l’occasion d’un incendie qui dévasta en 1302 les maisons de la rue de l’Ecole Saint-Germain, les Grandes chroniques de France se contentent de noter que les maisons dévastées par le feu étaient « hautes, fortes et garnies de moult de bien... »25

  • 26 Alors que le livre de la taille de 1292 mentionne vingt-six étuves réparties dans presque tous les (...)
  • 27 MH, p. 647 ; GCF, VIII. p. 253 et CPA, p. 124-125 qui évoque le marché au charbon.
  • 28 A quelques rares exceptions près : les GCF. VIII, p. 315-316 qui, relatant le transfert de la femm (...)
  • 29 B. Chevalier, « Le paysage urbain à la fin du Moyen Âge : Imagination et réalités », dans Le paysa (...)

13Les chroniqueurs livrent donc aux lecteurs une ville pour ainsi dire désincarnée, avec peu de rues et d’églises, sans cimetières, sans tavernes, sans collèges, sans bains26‘, pratiquement dépourvue de lieux consacrés à la marchandise, à l’exception peut-être du port de Grève27, une ville presque sans mémoire de sa croissance, de ses aménagements, de son embellissement28, une ville qui n’est, finalement, jamais décrite pour elle-même mais toujours comme le cadre d’une action. C’est à une conclusion tout à fait semblable que parvenait, il y a vingt ans, Bernard Chevalier lorsqu’il étudiait le traitement du paysage urbain par l’iconographie de la fin du Moyen Âge29. Il remarquait que les détails concrets dont elle fourmillait à partir du début du xive siècle ne cessaient de renvoyer à une réalité qui se situait au-delà des apparences. Comme les peintres ou les enlumineurs, les chroniqueurs usent souvent librement, semble-t-il, des monuments et des sites et il convient de se replacer dans la perspective idéologique qui est la leur, si l’on veut comprendre que le paysage urbain qu’ils dessinent est avant tout un espace dont le roi a su se rendre le maître.

  • 30 CPA, p. 122. Sur les entrées royales, voir B. Guenée et F. Lehoux, Les Entrées royales françaises (...)

14Le roi entre et sort de sa capitale. S’il est désormais devenu courant de noter l’entrée du souverain au retour du sacre de Reims, l’innovation réside davantage, semble-t-il, dans la mention plus fréquente de l’entrée du roi après une expédition militaire. Ainsi le chroniqueur parisien anonyme note-t-il que Philippe VI au retour de Cassel, « le jour de la feste saint Michel - en la grant rue Saint-Denys à Paris, Grant-pont, et la grant rue d’illec faisant droit chemin à l’église Nostre-Dame de Paris, encourtinés -, à trompes, timbres et nacaires, du peuple de Paris à grant joie fut recheu »30.

  • 31 Geoffroi de Paris, v. 7791-7795, relatant l’arrivée à Paris du comte de Poitics après la mort de s (...)
  • 32 PCF, p. 21-23.
  • 33 C’est le cas de la CPA, p. 44.
  • 34 CPA, p. 33 (a. 1318) et CPA, p. 55 (a. 1320).

15Que le roi soit présent ou absent de la capitale, son palais est devenu le lieu ordinaire de l’exercice du pouvoir. Appelé le plus souvent « palais de Paris », sans doute pour le distinguer de la résidence de Vincennes, il demeure un cadre de séjour de la cour, théâtre de la manifestation de la majesté royale31 mais aussi lieu privilégié pour qui veut accéder jusqu’au roi32. Certains désignent désormais ce palais comme « l’ostel du palaiz de France »33, car il est devenu le cœur des institutions et du gouvernement royal : on y trouve le roi concluant des trêves avec les Flamands ou visitant la toute jeune Chambre des comptes34.

  • 35 R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste..., op. cit., p. 160-166 et J. Borrelli (...)
  • 36 GCF, VIII, p. 289.
  • 37 Jean de Jandun, Tractatus de laudibus Parisius, op. cit., p. 49 : Pro inclite vero recordationis h (...)
  • 38 GP, v. 7800.
  • 39 Cf. MH, p. 641 (a. 1303).

16Situé à l’ouest de l’île de la Cité, nos chroniqueurs se rappellent qu’il a été agrandi et embelli par Philippe le Bel mais passent sous silence les travaux qui durèrent vingt-cinq ans35 et son inauguration à la Pentecôte 1313 dans le cadre des fêtes de la chevalerie des fils du roi, auxquelles tous accordent pourtant beaucoup d’intérêt. Les Grandes chroniques de France sont les seules à dire qu’en cette occasion les bourgeois « vindrent en la court le roy par devant son palais qu’il avoit fait faire nouvellement de très belle et noble et coustable œuvre »36. Les chroniqueurs ont-ils pénétré dans cet ensemble de bâtiments dont l’entrée était accessible au public ? Peut-être, mais on chercherait en vain sous leur plume une description équivalente à celle que Jean de Jandun donne de la splendide salle à deux nefs, dont les murs étaient ornés des statues des rois depuis Pharamond37. Seul, Geoffroi de Paris fait une rapide allusion à la galerie des Merciers38. Ils évoquent plus volontiers le jardin du roi, jouxtant le palais. Sa situation à l’extrémité de l’île en faisait un point de repère bien visible. C’est en ce lieu de rassemblement que Philippe le Bel fit entendre sa parole à l’occasion du conflit qui l’opposait à Boniface VIII, contribuant ainsi à faire pour la première fois de la ville un acteur de l’histoire politique39.

  • 40 CGN, I, p. 353 et MH, p. 646.
  • 41 Citation traduite par A. Lombard-Jourdan, « Montjoie et saint Denis ! », le centre de la Gaule aux (...)
  • 42 CPA, p. 22.
  • 43 CPA, p. 150.

17Enfin, la Sainte-Chapelle constituait le cœur spirituel de l’ensemble palatial. Sans en livrer de description, les auteurs se souviennent, à l’occasion de la translation de ses reliques en 1306, que saint Louis en avait été le promoteur40. Par cette cérémonie, Philippe le Bel entendait que la tête du saint roi soit gardée, selon les termes de sa lettre adressée alors à Clément V, « dans cette chapelle, chef de tout le royaume de France »41. Affirmation à laquelle les chroniqueurs, qui n’appellent jamais cet édifice autrement que la capella regis Parisius ou la « chapelle le roy », semblent adhérer totalement. Haut lieu de la dévotion royale, avec Saint-Denis et Notre-Dame, elle est aussi, par les cérémonies qui s’y déroulent, un cadre sacré du pouvoir et de l’idéologie capétienne : on y affiche la sentence d’excommunication contre les Flamands rebelles et parjures42 ; les reines y sont couronnées selon un rituel qui se précise ; en 1332, Jean, fils aîné de Philippe VI, y est déclaré majeur et fait chevalier par son père43.

  • 44 PCF, p. 16-18.

18Quittant le palais, on ne s’éloignait pas pour autant de la présence du pouvoir royal car celui-ci se prolongeait et s’étendait sur la ville par l’exercice de la justice. Une justice royale qui paraît ne plus devoir redouter de concurrence sérieuse de la part des autres justices, pratiquement absentes de nos sources. L’exceptionnelle apparition de la maison de l’official, dans la Petite chronique française allant jusqu’en 1356, est d’ailleurs significative : on y raconte en effet comment en 1344, le prévôt de Paris, qui avait dû concéder à l’évêque le procès et la garde du traître Henri de Malestroit en vertu de son statut de clerc, récupéra le cadavre de celui-ci et le fit porter devant la porte du Palais44.

  • 45 GP, v. 4273 et GCF, VIII, p. 305.
  • 46 Fonction marchande au contraire exaltée par Jean de Jandun, Tractants de laudibus Parisius, op. ci (...)
  • 47 CPA, p. 34-35.

19La justice royale semble avoir posé ses marques dans le paysage urbain. Parmi les dix lieux parisiens cités le plus souvent par l’ensemble des chroniqueurs, arrivent en tête le Châtelet et sa prison, suivis du Louvre, une autre prison, « inaugurée » comme telle par le comte de Flandre, Ferrant, en 1214 : un siècle plus tard, Geoffroi de Paris et le continuateur du texte de Primat s’en souviennent encore45. Puis, on trouve la place aux Pourceaux, où l’on fait bouillir les condamnés, le port de Grève où l’on dresse le pilori et surtout les Halles, où l’on décapite, où l’on écartèle, les Halles qui, notons-le, ne sont jamais mentionnées sinon comme lieu d’exécution de la justice, autrement dit totalement détournées de leur fonction de place marchande46. Le chroniqueur parisien anonyme en témoigne lorsqu’il relate l’érection d’une croix par les poissonniers pour célébrer le renoncement du roi à la « justice de mort » en ces lieux47. On mesure alors l’enjeu que les Halles représentaient dans la ville et la lutte d’influence entre le roi et les marchands.

  • 48 La CPA p. 53 donne ainsi tout le trajet fait par Henri Taperel, prévôt de Paris, de l’abbaye Saint (...)
  • 49 Cf. Cl. Gauvard, « Pendre et dépendre à la fin du Moyen Âge : les exigences d’un rituel judiciaire (...)

20Très friands d’exécutions capitales, les chroniqueurs n’omettent jamais de les localiser avec un degré de précision jamais atteint ailleurs dans le récit. Plus encore, sous leur plume, ces différents lieux d’emprisonnement, de jugement et d’exécution, loin d’être cités indépendamment les uns des autres, sont au contraire reliés par des trajets qui conduisent le prisonnier de la prison au lieu du procès, le ramènent à la prison, le conduisent ensuite au lieu de décapitation ou au gibet de Montfaucon avant de s’achever quelquefois par une sépulture dans une église de la capitale48. Ces parcours cérémoniels, parfaitement ritualisés, sont ici, à la différence de ce que nous avons pu noter plus haut à propos des processions, parfaitement connus et les haltes de la démarche infamante enregistrées avec soin49. Au bout du compte, ils tracent dans un paysage urbain des chroniques, jusqu’alors assez pauvre, un espace pourvu de repères et enfin animé par une circulation humaine.

  • 50 Cl. Gauvard, « De Grace especial », Crime, État et Société en France a la fin du Moyen Âge, t. 1, (...)

21A relire Rigord et Guillaume le Breton, on ne trouvait pas chez eux une telle prise en compte de la justice royale et de sa localisation dans la ville. Il s’agit d’un phénomène historiographique nouveau, témoin non seulement de l’exercice plus intense de la justice royale mais aussi peut-être, comme l’a suggéré Claude Gauvard, d’un idéal judiciaire dont la capitale du royaume doit donner l’exemple par un usage plus intense de la peine capitale50. La présence de ce thème contribue, semble-t-il, à situer l’image de Paris offerte par les chroniqueurs « parisiens » de la première moitié du xive siècle à mi-chemin entre l’abstraction ou l’idéalisation et la peinture réaliste que nous voudrions y trouver. Le regard relativement consensuel porté sur le paysage urbain est finalement moins myope que sélectif : il retient les éléments les plus significatifs d’une réalité politique en train de se construire : un royaume doté d’une capitale dont le roi veut être le maître, en particulier par l’exercice de sa justice.

Notes

1 Voir, pour une approche globale, R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste à la mort de Charles V, 1223-1380, Paris, 1972. Je remercie Monsieur Marc Nortier de la précieuse bibliographie sur le sujet rassemblée par ses soins et aimablement mise à ma disposition.

2 Dans le cadre de la production dionysienne, ont été sollicitées les sources suivantes dont nous indiquons les éditions : Rigord et Guillaume le Breton, historiens de Philippe Auguste, Œuvres, H.-FR. Delaborde éd., Paris, 1882-1885 [désormais respectivement Rig. et GB] ; Guillaume de Nangis, Chronique latine de 1113 à 1300 avec les continuations de cette chronique de 1300 à 1368, H. Géraud éd., Paris, 1843 [GN et CGN] ; Richard Lescot, Chronique (1328-1344) suivie de la continuation de cette chronique (1344-1364), J. Lemoine éd., Paris, 1896 [RL] ; Les Grandes Chroniques de France, J. Viard éd., t. 6-9, Paris, 1930-1937 [GCF], Sur l’historiographie à Saint-Denis, voir G.-M. Spiegel., The Chronicle Tradition of Saint-Denis : A Survey, Mass. et Leyde, 1978. En dehors de l’atelier de Saint-Denis, le corpus comprend les textes qui suivent : Geoffroi de Paris, Chronique métrique, A. Diverrès éd., Paris, 1956 [GP] ; Jean de Saint-Victor, Memoriale historiarum, J.-D. Guigniaut et N. de Wailly éd., dans RHF, XXI, Paris, 1855, p. 630-675 [MH] ; une continuation du Memoriale historiarum contenue dans le manuscrit BnF, fr. 10132, J.-D. Guigniaut et de N. Wailly éd., dans RHF, XXI, Paris, 1855, p. 677-689 [CJV] ; La chronique parisienne anonyme de 1316 à 1339, A. Hellot éd., dans Mémoires de la Soc. de l’histoire de Paris et de l’Ile-de France, t. 11, 1884 [CFA] ; Petite chronique française de l’an 1270 à l’an 1356, L.-A. Douët d’Arcq éd., dans Mélanges de littérature et d’histoire recueillis et publiés par la Soc. des bibliophiles français, Paris, 1867 [PCF].

3 Voir sa contribution dans ce même volume.

4 A. Planche fait une observation similaire à propos des textes littéraires, « Présence et absence de Paris dans la littérature jusqu’au milieu du xiiie siècle », Razo, t. 1. 1971, p. 60-70.

5 CPA et PCF.

6 J. Morsel, « Comment peut-on être parisien ? » Contribution à l’histoire de la genèse de la communauté parisienne au xiiie siècle », dans Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, P. Boucheron et J. Chiffoleau dir., Paris, 2000, p. 363-381. L’auteur explique (p. 371) comment à partir du règne de Philippe Auguste la référence à l’espace est devenue primordiale dans la construction de l’identité de bourgeois parisien.

7 Rig., I. p. 105 et GB, I. p. 191.

8 MH, p. 647, CGN, I, p. 355-356 et CPA, p. 19.

9 CPA, p. 166.

10 CPA, p. 28.

11 CGN, I, p. 356, CPA, p. 20, PCF, § 28.

12 CJV, p. 687.

13 CPA, p. 14 à propos de l’installation des Carmes à Paris (a. 1254) : « ... et leur fist faire leur moustier sur la riviere de Saine, entre l’abbaïe de Saint-Anthoine et les murs de Paris ».

14 Jean de Jandun, Tractatus de laudibus Parisius, A. Leroux de Lincy et L.-M. Tisserand éd., dans Paris et ses historiens, Paris, 1867, p. 52 : ... Cujus magnitudinis congrua mediocritas, silique flexus non procellosi sed tranquilli velocitas moderata, ex variis mundi partibus opulentias humanis usibus oportunas uberrime subministrat.

15 Cf. V. W. Egbert, On the bridges of mediaeval Paris. A record or early fourteenth-century life, Princeton, 1974.

16 CJV, p. 685-686 ; CPA, p. 102 ; CGN, p. 64 ; PCF, § 2 et 53 et GCF, VIII, p. 170 et IX, p. 48. H. Géraud (Paris sous Philippe le Bel d’après les documents originaux et notamment le rôle de la taille de 1292, Paris, 1837) dit qu’en 1305 le Grand Pont fut reconstruit.

17 PCF, p. 29.

18 P. Lavedan, Histoire de l’urbanisme à Paris, Paris, 1976, p. 109.

19 CPA, p. 88.

20 R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste..., op. cit., p. 16 et J. Favier, Paris, Deux mille ans d’histoire, Paris, 1997, p. 677.

21 Richard Lcscot dit qu’en 1328, le roi fit un pèlerinage, ecclesias Parisius peditans visitabat (R L, p. 5). Ce manque de précision peut s’expliquer par le relatif éloignement du chroniqueur de la capitale. Mais on retrouve la même imprécision dans la CPA, p. 62-63, qui, pour la seule année 1321, relate trois processions. Et pourtant, comme on l’a souligné plus haut, l’auteur de cette chronique est particulièrement attentif à la localisation des épisodes relatés surtout lorsqu’ils ont pour cadre la rive droite.

22 GCF, VIII, p. 305.

23 CPA, p. 146. Cet hôtel, dont la construction avait été entreprise dès 1275, comprenait un donjon, une grande salle, deux grosses tours, une grande et une petite chapelle, des galeries et des jardins, cf. R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste..., op. cit., p. 19 et J.-M. Richard, « Documents des xiiie et xive siècles relatifs à l’hôtel de Bourgogne (ancien hôtel d’Artois) tirés du Trésor des chartes d’Artois », Bulletin de la Société d’Histoire de Paris et de l’Ille- de-France, 1890, p. 137-147.

24 CPA, p. 140.

25 GCF, VIII, p. 200. Sur les demeures des notables et leur place réelle dans le paysage urbain, B. Bove, « La demeure bourgeoise à Paris au xive siècle : bel hôtel ou grant meson ? », Histoire urbaine, t. 3, 2001, p. 67-82. L’auteur conclut que la visibilité de ces maisons tient moins à leur architecture qu’à la supériorité sociale des propriétaires. Il évoque une toponymie de la ville faisant moins référence au paysage urbain qu’à la géographie sociale de la cité.

26 Alors que le livre de la taille de 1292 mentionne vingt-six étuves réparties dans presque tous les quartiers de la ville.

27 MH, p. 647 ; GCF, VIII. p. 253 et CPA, p. 124-125 qui évoque le marché au charbon.

28 A quelques rares exceptions près : les GCF. VIII, p. 315-316 qui, relatant le transfert de la femme d’Enguerran de Marigny du Louvre au Temple, précise que ce lieu était l’ostel des Templiers jadis. On retrouve trace d’une semblable mémoire du bâti chez la CPA. p. 89 qui, évoquant la procession des métiers accompagnant jusqu’au palais Charles IV et son épouse au retour du couronnement de celle-ci en 1323, dit que tous « vindrent en la court du roy et par devant son palaiz, que jadiz avoit fait faire Philippe le Beaux, roy de France, son pere [de Charles IV] par Enguerran de Marigny, son coagiteur et gouverneur du royaulme principal... » On doit d’ailleurs noter une fois encore la richesse exceptionnelle de la CPA qui est également la seule à enregistrer certains chantiers en les situant avec un certain degré de précision (p. 102 : fondation en 1325 d’un hôtel-dieu « en la ville de Paris, en la grant rue Saint-Denys, à Popposite de Champeaux ») ou en décrivant les conditions de leur réalisation (p. 172 : fondation en 1337 de l’hôpital Saint-Jacques-du-Haut-Pas entre Notre-Dame-des-Champs et Paris par « des frères du grant hospital Saint-Jacques-de-hault-pas d’Espaigne ; et achetèrent les terres et les vignes où le dist hospital est assis... »).

29 B. Chevalier, « Le paysage urbain à la fin du Moyen Âge : Imagination et réalités », dans Le paysage urbain au Moyen Age, Lyon, 1981. p. 7-21.

30 CPA, p. 122. Sur les entrées royales, voir B. Guenée et F. Lehoux, Les Entrées royales françaises de 1328 à 1515, Paris, 1968 et, pour Paris plus spécialement même si la période envisagée est un peu plus tardive, L. M. Bryant. « La cérémonie de l’entrée à Paris », Annales ESC, 1986, p. 513-542.

31 Geoffroi de Paris, v. 7791-7795, relatant l’arrivée à Paris du comte de Poitics après la mort de son frère Louis X : « A un jeudi fu la jomec / Qu’il vint [à Paris], et es sales se mist / Et comme roy se contenist / Et il disna ens el palais / Et avec clers et avec lais, / Mes au souper pas n’i soupas ». De même, Richard Lescot raconte qu’à son retour du couronnement à Reims. Philippe VI [...] apud Sanetum Dyonisium, patronum suum, recipitur cum honore, deinde Beate Marie Parisius ecclesia visitata, regale palatium est ingressus, ubi parato convivio magnifice a sui regni primoribus ut rex magnificus honoratur (RL, p. 4). Enfin, les GCF notent qu’avant de partir pour Cassel, Philippe VI fit ses dévotions à Saint-Denis, à Notre-Dame puis « s’en retorna au palais où le disner fu appareillié très sollempnellemcnt » (GCF, IX, p. 79).

32 PCF, p. 21-23.

33 C’est le cas de la CPA, p. 44.

34 CPA, p. 33 (a. 1318) et CPA, p. 55 (a. 1320).

35 R. Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe Auguste..., op. cit., p. 160-166 et J. Borrelli de Serres, « L’agrandissement du Palais de la Cité sous Philippe le Bel », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1911, p. 1 -106.

36 GCF, VIII, p. 289.

37 Jean de Jandun, Tractatus de laudibus Parisius, op. cit., p. 49 : Pro inclite vero recordationis honore, ydola cunctorum regum Francie, qui hactenus precesserunt, sunt ibidem adeo perfecte représentations proprietate formata, ut primitus inscipiens ipsa fere judicet quasi viva.

38 GP, v. 7800.

39 Cf. MH, p. 641 (a. 1303).

40 CGN, I, p. 353 et MH, p. 646.

41 Citation traduite par A. Lombard-Jourdan, « Montjoie et saint Denis ! », le centre de la Gaule aux origines de Paris et de Saint-Denis, Paris, 1989, p. 232.

42 CPA, p. 22.

43 CPA, p. 150.

44 PCF, p. 16-18.

45 GP, v. 4273 et GCF, VIII, p. 305.

46 Fonction marchande au contraire exaltée par Jean de Jandun, Tractants de laudibus Parisius, op. cit., p. 50 : Ista si quidem jocunditatis amenissime mansio letabitttda, sub inestimabilium preciosorum gazophilaciis permaximis, cunctas et universas jocalium species, in domo « Aule Campellorum » vocata, presentat. Ibi namque, si facultates tibi suppetunt et voluntas, emere poteris omnia genera ornamentorttm. que sagacissima factive rationis industria, ut lacune desideria compleantur, deproperat excogitare.

47 CPA, p. 34-35.

48 La CPA p. 53 donne ainsi tout le trajet fait par Henri Taperel, prévôt de Paris, de l’abbaye Sainte-Geneviève au Châtelet puis du Châtelet au gibet par la « grant rue Saint Denys ». Là, deux personnages qu’il avait fait pendre à tort furent alors dépendus et « dedens Paris apportez et en l’église Saint-Augustin en sepulture mis ».

49 Cf. Cl. Gauvard, « Pendre et dépendre à la fin du Moyen Âge : les exigences d’un rituel judiciaire », Histoire de la Justice, t. 4, 1991, p. 5-24. Voir aussi E. Cohen, « To Die a Criminal for the Public Good », dans Law, Custom, and the Social Fabric in Medieval Europe, Essays in honor of Bryce Lyon, B. S. Barach et D. Nicholas dir., Kalamazoo (Michigan), 1990, p. 285-304. L’auteur montre en particulier comment les pendaisons des émeutiers de 1306 (attaque des maisons d’Etienne Barbette) aux quatre portes de Paris fut pour le roi une façon de tenir symboliquement dans sa main l’ensemble de la ville.

50 Cl. Gauvard, « De Grace especial », Crime, État et Société en France a la fin du Moyen Âge, t. 1, Paris, 1991, p. 274.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter