Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Paris - Parisiens

Théodore Leclerc ou le regard d’un Parisien sur d’autres Parisiens sous la Restauration

Josiane Bourguet-Rouveyre

Texte intégral

  • 1 Les nombreuses éditions qui se sont succédé témoignent de ce succès : cinq éditions des Proverbes (...)

1Théodore Leclercq est l’auteur de Proverbes dramatiques qu’il créa et joua lui-même dans les salons et châteaux de la bonne société parisienne, et qu’il finit par publier, non sans quelques réticences, à partir de 1823. Bien oublié aujourd’hui, il eut en son temps une notoriété certaine, grâce au regard amusé et perspicace qu’il a porté sur la société1. C’était un Parisien, né en 1777, dans une famille de la bourgeoisie aisée. Son père, maître papetier, s’était retiré des affaires bien avant le début de la Révolution. La famille avait alors quitté le faubourg Saint-Antoine pour s’installer dans le quartier du Palais-Royal.

  • 2 Il avait monté en 1790 un opéra comique, d’inspiration anticléricale : Les rigueurs du cloître. Il (...)
  • 3 J. D. Popkin, « Joseph Fiévée, imprimeur, écrivain, journaliste : une carrière dans le monde du li (...)

2C’est sous le Directoire que, fréquentant le club de Clichy, le jeune Théodore rencontre Joseph Fiévée, avec lequel il devait former bientôt un « ménage masculin » qui fit un peu jaser dans les salons et cercles littéraires. Fiévée, qui se piquait d’être auteur dramatique2, s’était également fait une réputation comme journaliste en participant successivement à la Chronique de Paris, à la Gazette française, puis, après avoir été « fructidorisé » pour ses opinions royalistes, à la Gazette de France, grâce à la protection que Mme de Genlis et Roederer lui accordèrent sous le Consulat3. Mme de Genlis aurait alors initié Leclercq à l’art du proverbe ; auteur de quelques pièces, ayant elle-même pratiqué le théâtre bourgeois, elle était également l’éditrice de Carmontelle dont les proverbes dramatiques avaient été fort joués dans les maisons princières, dans les dernières années du règne de Louis XV.

3De l’art du proverbe chez Théodore Leclercq, Sainte-Beuve dit : « Le talent et l’art de Monsieur Théodore Leclercq est de saisir la comédie toute faite qui passe devant lui, de la décalquer et de l’encadrer dans des dialogues vrais, sans rien lui donner du grossissement et du relief propres au théâtre ». Tout en renouant avec une tradition, Leclercq est l’auteur d’une œuvre originale qui en fait un authentique témoin de son temps. La société qu’il a mise en scène était celle qu’il fréquentait à Paris et dans les résidences de campagne où il était invité.

THÉODORE LECLERCQ ET LE THÉÂTRE BOURGEOIS

  • 4 Cf. l’article nécrologique sur Théodore Leclercq, par P. Mérimée dans la Revue des deux Mondes, 1e (...)
  • 5 La maison de la rue Godot de Mauroy était pour Leclercq une importante source de revenu, puisqu’il (...)
  • 6 E.-J. Delécluze, Souvenirs de soixante années, Paris, 1862, p. 230.

4La vie de Théodore Leclercq étant étroitement liée à celle de Joseph Fiévée, sous le Consulat et l’Empire, il l’a suivi partout où ses missions le conviaient : en Angleterre en 1802, à Hambourg en 1810, enfin dans la Nièvre, au moment où Fiévée y fut nommé préfet, en 1813. Les premiers proverbes ont été créés à Hambourg, à l’époque où le port et sa région avaient été annexés à l’Empire. Leclercq y recrutait des acteurs parmi les militaires et les fonctionnaires français qui encadraient la vie locale, et dans la petite société française qui s’était organisée autour d’eux4. Puis ce fut dans les salons de la préfecture de la Nièvre qu’il exerça ses talents. Un théâtre de société y fut créé, réunissant une société nombreuse et diversifiée, attirée par la réputation du préfet et par la curiosité amusée que la présence de son ami suscitait. En 1815, les deux amis quittent définitivement la Nièvre et rejoignent Paris pour habiter d’abord rue de Verneuil, puis rue Godot de Mauroy, dans une maison dont Théodore Leclercq est propriétaire ; notre auteur vit d’ailleurs de ses rentes, avec un revenu annuel de plus de six mille francs5. En compagnie de Fiévée, il côtoie une société aristocratique, essentiellement composée de hauts fonctionnaires et de membres de l’ancienne noblesse revenue occuper ses hôtels et ses châteaux. Avant de rejoindre le parti libéral, Fiévée s’était dans un premier temps lié aux Ultras, de sorte que Leclercq avait pu collationner de très nombreuses observations sur le milieu des anciens émigrés, et bien saisi leurs rancœurs et leurs préjugés. Dans les années 1820, c’est désormais dans un milieu politique et littéraire influencé par le libéralisme que les deux amis évoluent. Fiévée étant devenu le critique littéraire et théâtral du Journal des Débats, Leclercq fréquente Armand Bertin, propriétaire du journal ; on le voit également aux « dimanches » de Delécluze et du journaliste Etienne, où il rencontre Duvergier de Hauranne, Mérimée, Stendhal, Rémusat, Dittmer. Lorsque Fiévée commence à fournir des articles au Temps ou au National, Leclercq fait la connaissance de Benjamin Constant, Casimir Périer ou Armand Carrel. Par exemple, en 1826, c’est devant un véritable cénacle invité chez lui qu’il lit quelques-uns de ses proverbes. Cependant, ordinairement, il se mêle peu des discussions qui animent les réunions du dimanche. Celles-ci ne constituaient pas pour lui une tribune, mais essentiellement un lieu d’instruction et d’investigation6. Bien des propos entendus là sont passés ensuite dans les proverbes, mais avec la distorsion qui s’impose, quand on passe de l’esprit de sérieux au ton de la dérision. La vie qu’il aimait vraiment était ailleurs : dans les salons où l’on faisait du théâtre, et où son talent pouvait pleinement s’épanouir, sous le masque de la comédie.

5Jouer des proverbes, ou monter chez soi un théâtre de société, est fort à la mode sous la Restauration. Ce divertissement, si prisé à l’époque de Louis XV, mais mis à mal pendant la Révolution, a repris vigoureusement son actualité sous le Directoire et connu un essor tout à fait exceptionnel jusqu’en 1807, date à laquelle le gouvernement impérial a cherché à en réglementer les usages, en même temps qu’il établissait un contrôle très strict sur les scènes publiques. Entre 1798 et 1806, on a pu compter à Paris jusqu’à deux cents théâtres de société, depuis ceux que des hauts fonctionnaires ou d’anciens nobles créaient dans leurs appartements parisiens ou leurs « campagnes », jusqu’aux boutiques des marchands de vin, les cafés, les caves, les greniers, les écuries, les hangars...

  • 7 N. Brazier, Chronique des petits théâtres de Paris, depuis leur création jusqu’à ce jour, E. Rouve (...)
  • 8 Le duc du Maillé, Mmes de La Briche et de La Bouillerie avaient créé des théâtres de société fréqu (...)
  • 9 Comtesse d’Agoult, Mes Souvenirs. 1806-1833, Paris, 1877, p. 124-126.

6Nicolas Brazier, l’auteur des Chroniques des petits théâtres de Paris et d’une multitude de comédies vaudevilles aujourd’hui tombées dans l’oubli, a décrit sans doute avec un peu d’exagération cette frénésie : « Toutes les petites boutiquières abandonnaient leur comptoir pour jouer la comédie ; les grisettes, les modistes, les couturières, les cuisinières même laissaient brûler le rôt pour aller à une répétition, toutes perdaient leur temps à apprendre des rôles qu’elles ne savaient jamais. [...] Les compagnons serruriers, les étaliers bouchers, les ferblantiers, les boisseliers quittaient leurs forges, leurs boucheries, leurs marteaux, pour courir chez le directeur ou le costumier »7. Sous la Restauration, en vertu de la réglementation impériale restée en vigueur, le théâtre de société a disparu des milieux populaires pour devenir l’apanage à peu près exclusif des milieux aisés aristocratiques8. C’est là que Théodore Leclercq trouve un auditoire accueillant, mais non dénué de préjugés à l’égard du bourgeois qu’il est. Les Souvenirs de la comtesse d’Agoult en témoignent. Née en Allemagne, dans une famille d’émigrés et rentrée en France avec ses parents en 1809, elle connut Leclercq à l’époque où, devenu leur voisin de campagne en Touraine, il venait jouer la comédie chez eux. Sa sœur l’accompagnait : « Pour compléter la troupe, écrit la comtesse d’Agoult, Mr Leclercq proposa sa sœur, très jolie femme, désireuse de paraître dans un milieu aristocratique où, sans l’occasion de la comédie, elle n’eût pas eu d’accès naturel [...]. On ne lui trouvait pas chez nous le ton de la plus haute compagnie, mais elle était empressée, spirituelle, avenante et bonne. Elle amusait ma grand-mère qui la protégeait contre les pruderies des femmes comme il faut ». Elle évoque également le couple que formaient Fiévée et Leclercq : « Tous deux, il avaient beaucoup d’esprit, avec une renommée d’écrivains qui leur assignait un rang à part, à la fois supérieur et inférieur, dans la compagnie d’ancien régime, assez peu lettrée, qui les accueillait en Touraine très gracieusement, mais sous la condition tacite, néanmoins, d’être par eux amusée »9.

7Cette réputation d’écrivain, Théodore Leclercq la devait en partie au fait qu’il avait su innover par rapport au genre du proverbe dramatique tel qu’il avait été créé par Carmontelle, au temps où celui-ci était directeur des fêtes du duc d’Orléans. Au début, les proverbes de Carmontelle tenaient plus du divertissement de salon que du théâtre proprement dit, dans la mesure où la courte comédie - en un acte, avec unité de temps et de lieu - laissait une large place à l’improvisation : les acteurs, à partir d’un simple canevas, devaient faire deviner au public un proverbe. Par la suite, Carmontelle écrivit de véritables comédies, mais le proverbe restait enveloppé dans l’action, en forme d’énigme. Chez Leclercq, l’énigme n’existe pas. Le proverbe est explicitement énoncé dans le titre et il est toujours prononcé à la fin par un personnage, par exemple : « Les Élections, obligez un vilain, vous n’aurez que chagrin », ou bien « Le Jury, dans le doute, abstiens-toi ». De sorte que jouer les proverbes de Leclercq, c’était bien faire du théâtre, au point que beaucoup de ses amis incitaient l’auteur à se produire sur des scènes publiques. 11 refusa toujours la mise en scène, mais consentit à les publier.

  • 10 « La Manie des proverbes » date de février 1823. Cf. T. Leclercq, Proverbes dramatiques par Monsie (...)

8Jouer la comédie en s’arrangeant des seules ressources qu’offraient les sociétés des salons où Leclercq était invité, était un plaisir pour lui, mais n’était pas sans présenter quelques difficultés. Leclercq se heurtait assez souvent à la difficulté de faire accepter aux acteurs des personnages qui exigeaient d’eux un trop grand effort de composition ou qui étaient ridicules. Il choisissait systématiquement d’interpréter lui-même ces rôles difficiles ou délaissés parce que peu flatteurs : paysans ou valets parlant mal le français, amants éconduits, députés inconditionnellement attachés au gouvernement, administrateurs corrompus. Il aimait aussi beaucoup se déguiser et se farder de manière à se rendre méconnaissable. S’est-il dépeint dans cette réplique prononcée par un personnage de La Manie des proverbes ? : « Mon cousin de Courcelles, lui, se déguisait toujours si bien qu’on ne le reconnaissait pas. Il s’était chargé aussi de mettre le rouge aux dames qui jouaient ; il s’enfermait pour cela avec elles et ils riaient tous, quelquefois comme des fous »10.

LES PARISIENS DANS TOUS LEURS ÉTATS

  • 11 Ibid.
  • 12 « La Société intime », ibid., t. 4.

9Dans ses diverses pérégrinations, et en particulier à l’époque de son séjour dans la Nièvre, Leclercq avait pu observer la société provinciale et la confronter à ce qu’il connaissait du milieu parisien. Aussi ses proverbes fourmillent-ils de notations sur les rapports ambigus qu’entretiennent provinciaux et Parisiens, car tout Parisien a au moins un cousin en province. Le Parisien est conscient d’habiter un lieu qui donne le mouvement aux départements et regarde volontiers les provinciaux comme des sortes d’attardés aux préoccupations terre-à-terre, sans conversation, ignorants. « On est trop heureux quand leur conversation s’élève jusqu’à traiter de la pluie et du beau temps », s’écrie un personnage de « L’Esprit de désordre »11. Dans un autre proverbe, une Parisienne donne pour consigne à ses domestiques de dire qu’elle n’est pas là, chaque fois que ses voisins de campagne montent à Paris, de peur d’avoir à souffrir leur visite12.

  • 13 Par exemple, dans le proverbe « L’Adjudication » (ibid., t. 5), une ancienne émigrée refuse de rec (...)

10Pourtant, les Parisiens campés par Leclercq aiment la campagne. Ceux qui possèdent un château y passent la belle saison. Même les moins fortunés y louent une maison, un étage ou une pièce. Mais on s’ennuie vite à la campagne et l’on est trop heureux, la mauvaise saison s’annonçant, de retrouver la cohue parisienne. De la même façon, Paris exerce un attrait sur les provinciaux, et rien n’est plus excitant, pour une provinciale, que d’exhiber quelque « mode » de facture parisienne, symbolisant le bon genre. Dans les proverbes, la vie en province est présentée comme plus contraignante, davantage soumise aux convenances. Pour acquérir une réputation, pour se faire accepter d’un milieu, il faut passer par des règles très précises13. À Paris, les mœurs sont plus libres. Une forme d’anonymat liée aux dimensions de la ville y favorise l’indifférence. Le nombre des activités et des plaisirs qu’on peut y trouver laisse peu de temps pour surveiller ses voisins. Les propos qu’on tient sur eux ne sont pas de même nature, visant la vie publique plus que la conduite privée.

  • 14 « Le Souper », ibid., t. 4.
  • 15 « L’Adjudication », « La Rancune », ibid., t. 6.
  • 16 « Le Désintéressement », ibid., t. 7.

11Comment les Parisiens de la Restauration ont-ils vécu les changements sociaux générés par la Révolution, selon Leclercq ? Une femme de l’aristocratie résume la perception qu’elle a de ces mutations, dans une formule lapidaire : « 11 n’y a plus de nuance, tout est confondu. La bourgeoisie s’est élevée, nous sommes descendus, et nous voilà face à face »14. Les nobles parisiens des proverbes se présentent sous des conditions diverses, mais rarement très avantageuses. La plupart ont connu une émigration laborieuse, donnant des leçons de danse, fabriquant et vendant des « modes » ou des fleurs artificielles pour subsister15. Au retour, des situations très inégales les attendaient. Certains ont pu retrouver un haut niveau de fortune grâce à l’intervention d’un parent bien placé au ministère. D’autres ont mené, pendant longtemps, une existence précaire et dû faire des concessions à des régimes dont ils ne pouvaient pas soutenir tous les principes. Monsieur de Girsac, par exemple, a dû fréquenter la cour de Napoléon, et comme on lui fait remarquer que c’était une entorse sérieuse à sa fidélité aux Bourbons, il s’écrie : « N’avais-je pas huit cent mille francs de bois à réclamer ? »16 Quand enfin ces anciens émigrés ont retrouvé une situation, ils se renferment souvent dans un ultraroyalisme farouche, tels les invités du « Souper » réunis un soir autour de la marquise de Valmer afin de ressusciter « le véritable esprit français ». Autour de la table arrangée comme sous l’Ancien Régime, on affirme bien haut que la tolérance n’est plus de mise : « A notre retour en France, nous avons malheureusement été obligés de faire une foule de concessions, d’accueillir tout ce qui nous était bon à quelque chose. Avant de reprendre nos anciennes habitudes, il fallait savoir si l’on aurait de quoi vivre. Aujourd’hui que nous sommes rassurés de ce côté-là, je ne vois pas pourquoi nous continuerions des politesses qui n’ont plus aucun but ».

  • 17 « Les Honneurs », ibid., t. 6.
  • 18 T. Leclercq, « Les Bals à domicile », Revue de Paris, janv. 1837.

12Par rapport à cette noblesse en perte de prestige, la bourgeoisie des proverbes s’affirme. Certes, quelques bourgeois, fascinés par les titres, s’efforcent de faire oublier leur origine, par quelques grimaces. C’est le cas d’une ancienne parfumeuse qui veut acheter un château en province et parle déjà de « ses » paysans17. On veut avoir son « jour » et recevoir comme les femmes de l’aristocratie ; ou encore on recherche par le mariage l’alliance tant espérée. Mais il y a aussi ceux qui expriment leur fierté d’avoir acquis l’aisance par leur travail ou leur talent. Ils s’amusent de voir la jalousie dont les couvrent quelques nobles faméliques, sans fortune et sans hôtel particulier, à l’affût de l’héritière providentielle ou du riche bourgeois qui acceptera de leur rendre quelques services. C’est ainsi qu’un ancien chaudronnier ayant fait fortune - ce dont il se vante publiquement - se trouve sollicité par une petite compagnie de fils de famille désargentés pour organiser chez lui et à ses frais un « bal à domicile »18.

  • 19 « Les Paysans », dans T. Leclercq, Proverbes dramatiques, op. cit. n. 10, t. I.
  • 20 « Le Savetier et le Financier », ibid., t. 1 ; « Les Interprétations », ibid., t. 4 ; « Madame Sor (...)
  • 21 « L’Intrigant malencontreux », ibid., t. 5.

13Dans la description que fait Leclercq des petites gens, on peut juger de certaines de leurs préoccupations. A la campagne, le retour des Bourbons a ressuscité les anciennes peurs. Aux velléités des anciens émigrés de ressaisir leurs droits, des paysans opposent la force de la loi qui leur garantit la possession de la terre. « Pourquoi qu’un seul a tout et qu’les autres n’ont rien ? Ousque c’est écrit ça ? », demande un paysan en procès contre son ancien seigneur19. A Paris, les soucis des plus humbles sont surtout financiers. Comment vivre au jour le jour pour le savetier, sans tomber dans la dépendance ? Comment s’enrichir pour les boutiquiers ? En jouant à la loterie ? En jouant à la Bourse ? En faisant un mariage qui permettra d’acheter une charge de notaire ? Beaucoup aimeraient s’élever au-dessus de leur condition : une limonadière rêve d’épouser un homme de lettres qui lui permettrait de ne plus être « assujettie au public »20. Les domestiques, très nombreux, sont parfois les personnages principaux des proverbes. Toute une hiérarchie se révèle en leur sein, hiérarchie réelle des grandes maisons où chacun a sa tâche assignée, qui devient plus floue au fur et à mesure que l’on descend l’échelle sociale, jusqu’à se dissoudre dans le factotum du petit bourgeois ou la servante fille de boutique de la fripière. Hiérarchie officieuse liée aux mentalités : le valet de chambre d’un duc vaut plus que celui d’un bourgeois ; quant à celui d’un ministre, c’est une véritable puissance. Monsieur Mitis, un bourgeois parvenu, voit avec une certaine appréhension l’ancien domestique d’un duc se présenter chez lui ; il lui demande : « Le service d’un bourgeois vous paraîtrait au-dessus de vous ? » - « Monsieur, lui répond le valet, je ne méprise personne. Quand on n’a pas les faveurs de la fortune, on mange le pain qu’on trouve »21.

  • 22 « Le Salon dans la cuisine », ibid., t. 2.
  • 23 « La Première représentation », ibid., t. 6.

14Les Parisiens au spectacle ont naturellement été aussi la cible de Leclercq. Il n’a jamais voulu écrire pour la scène publique, par prévention à l’égard du inonde des comédiens mais également du public. Dans ses proverbes, les comédiens apparaissent comme des gens infatués d’eux-mêmes, jaloux les uns des autres, excessifs, capricieux, indirigeables. Le public est versatile et trop facilement manipulé par la claque ou la critique, quand il n’est pas complètement indifférent. Ses personnages, la plupart du temps, ne se rendent au théâtre que par convenance ou pour se montrer. Monsieur de Saint-Bon, par exemple, regrette d’avoir été invité par des amis à Versailles, parce que cela lui fait rater la comédie où il est abonné ; mais ce n’est pas pour la valeur du spectacle : « Je trouve là des gens de connaissance qui m’apprennent les nouvelles, qui causent de toutes sortes de choses. Cela me divertit plus que la campagne où l’on ne parle de rien »22. Les dames vont au théâtre pour montrer leur toilette. Madame de Mérigny n’a pu se rendre à la première représentation d’une comédie, parce que sa modiste ne l’a pas livrée à temps et qu’« une femme qui sait le monde ne va pas à des représentations comme celle-ci, avec des modes qu’on lui connaît ». Elle a organisé une soirée chez elle, pour qu’on lui raconte la pièce ; mais les amis qu’elle a réunis sont incapables de dire ce qu’ils ont vu. Une espèce de vague discussion entre « anciens » et « modernes » s’esquisse. Un défenseur du théâtre classique prétend que les vers n’étaient pas bons. Un promoteur du nouveau théâtre lui rétorque que la pièce était en prose. Cette conversation finit par agacer l’hôtesse, qui pose enfin la seule question qui l’intéresse : « Y avait-il beaucoup de toilettes ? Quelles étaient les femmes de ma connaissance qui étaient là ? Avec qui étaient-elles ? »23

CRITIQUE DES MŒURS POLITIQUES ET ADMINISTRATIVES

  • 24 Dans sa préface aux Nouveaux proverbes dramatiques, publiés sous la monarchie de Juillet, en 1833, (...)

15Même si Leclercq s’est gardé de tout engagement public au côté des ultras ou des libéraux qu’il a fréquentés, les allusions à la vie politique sont nombreuses dans son œuvre. Malgré sa répugnance à se classer, il n’a pu se tenir à l’écart des courants de pensée qui agitent l’histoire politique de la Restauration. Ceux-ci s’incarnent dans des personnages au travers desquels les préférences de Leclercq transparaissent, même si le ton de la dérision et une certaine indulgence adoucissent les traits de la critique24. Ses proverbes se jouaient dans des milieux où l’hétérogénéité politique était de mise et où l’on avait suffisamment le sens de l’humour pour rire de soi.

  • 25 J. Fiévée, Nouvelle correspondance politique et administrative, Paris, 1828. Voir la lettre du 16 (...)

16La Restauration avait maintenu dans ses principales dispositions la centralisation napoléonienne. De sorte que l’un des thèmes favoris du parti ultra, entre 1815 et 1820, fut celui d’une décentralisation qui devait, à ses yeux, permettre la reconstitution de corps intermédiaires sur lesquels pourrait s’affirmer le pouvoir local des notables. Ce thème décentralisateur devait être ensuite repris par les libéraux, au travers de leur lutte en faveur des libertés communales, face à un État omnipotent dont les tendances absolutistes s’étaient renforcées sous Charles X. En tant qu’ultra, Fiévée avait cherché à disqualifier cette administration héritée de la Révolution et de l’Empire. Devenu libéral, il dénonçait sa politisation, en particulier à Paris, où elle se trouvait sous l’influence directe du ministère ; il s’en prenait aussi aux excès du parti ultra et à l’insidieuse et supposée domination des jésuites25.

  • 26 « L’Homme capable ». dans T. Leclercq, Proverbes dramatiques, op. cit. n. 10. t. 2.
  • 27 « L’Intrigant malencontreux », ibid., t. 5.
  • 28 « Le Duel ». ibid., t. 3.
  • 29 « Le Jury », ibid., t. 2 ; « L’Esprit de désordre », ibid., t. 1.

17Dans les proverbes de Leclercq, l’administration est dépeinte comme le refuge des incapables. Des bureaux aux effectifs pléthoriques sont remplis, au dire d’un de ses personnages, de « jeunes gens qui ne sont là qu’en attendant mieux »26. La plupart ont été placés sur la recommandation d’un ministre ou d’un député influent : « Tâchez donc de placer mon fils dans un bureau, demande un père de famille au directeur d’une administration. Vous me rendrez un grand service, il n’est bon à rien du tout »27. La course aux places semble être la grande affaire de la Restauration. Grâce au développement de la vie politique et au rôle grandissant de l’Etat, la fonction publique est devenue une source importante d’avantages matériels, de carrière et de prestige ; distribuer des places est un bon moyen de s’assurer une clientèle électorale. Les aspects lucratifs de la place sont très attirants et peuvent à eux seuls expliquer certaines évolutions politiques. Dans le proverbe « Le Duel », deux jeunes gens discutent de leur ancien professeur qui, jadis républicain et athée, ne jure plus désormais que par l’alliance du trône et de l’autel. L’explication de ce miracle est fort simple : « Lambert était logé aux frais de l’Etat ; il lui fallait changer d’opinion ou de logement ; il a préféré changer d’opinion, c’est moins coûteux »28. L’administration judiciaire est l’objet des traits les plus durs : les magistrats sont corrompus et immoraux ; le jury populaire n’est composé que de bons bourgeois pressés d’expédier les affaires pour retourner à leurs occupations ; les avocats sont des phraseurs qui accomplissent leurs fonctions mécaniquement. L’un d’eux résume ainsi le confort de sa situation : « On cherche dans les paperasses de quoi bavarder cinq ou six heures à une audience. Quand on s’est fourré dans la tête quelques phrases banales qui vont tant bien que mal à l’affaire dont on est chargé, on les coud ensemble comme on peut, tout en déjeunant ; puis on part pour le palais. Votre confrère adverse qui a fait le même travail de son côté, ne manque pas de vous rendre phrase pour phrase ; les juges décident, et l’on revient dîner chacun chez soi, quelquefois même tous ensemble »29.

  • 30 Voir en particulier le personnage de Tricard, dans « L’Adjudication », ibid., t. 5.
  • 31 « Avant et après », ibid., t. 4.

18En se faisant le critique acerbe des hommes de loi, Leclercq partageait-il l’opinion du milieu aristocratique qu’il fréquentait, pour qui la Révolution et l’Empire avaient étouffé la société sous le poids des institutions et des procédures ? Si certains ultraroyalistes sont bien campés dans les proverbes, avec leurs préjugés, c’est toujours avec une indulgence qui fait ressortir, dans leurs propos, bien plus la naïveté que la réaction : « Quand je pense, dit un personnage du « Souper », que Henri IV se vantait de conduire la France avec un connétable qui ne savait pas lire et un chancelier qui ne savait pas le latin, je ne vois pas la nécessité de recourir à des faiseurs de lois pour nous gouverner ». Un autre déclare qu’il faudrait supprimer toutes les lois, parce que celles-ci datent de 1789. Néanmoins, c’est le mouvement libéral qui a les faveurs de Leclercq. Dans son œuvre, le libéral apparaît souvent comme un personnage rejeté par les autres, parce qu’il dérange. Pour les ultras, il est le pur produit de la Révolution. C’est un homme qui croit en l’efficacité des lois, n’admire rien et n’envie personne. C’est un bourgeois aisé et instruit, exerçant une profession libérale, industrielle ou commerçante, et occupant socialement une place suffisamment élevée pour dédaigner la fonction publique, ce qui le rend suspect aux yeux de l’administration. Il se méfie de l’État et d’une trop grande extension de ses pouvoirs, il est partisan de la libre concurrence et du libre exercice des professions30. Au contraire, les Constitutionnels, ceux que les contemporains appelaient par dérision les « ventrus », sont fustigés pour leur asservissement au pouvoir et leur dépendance intéressée. Il en est ainsi de Monsieur Virlot, dont toute la philosophie politique se borne à faire élire les candidats du gouvernement. Sa profession de foi : « J’aime le gouvernement, tous les gouvernements. Je pense, avec les gens sensés, qu’on ne doit pas chercher à les entraver et qu’ils seraient tous excellents, s’ils pouvaient faire ce qu’ils veulent faire »31.

  • 32 Stendhal, « Lettres à Stritch », dans Courrier anglais, Paris, 1935-1936. t. 1, p. 149.

19Dans son Courrier anglais, Stendhal, qui avait bien connu Leclercq, soulignait ainsi l’importance de son œuvre : « Comme la censure ôte impitoyablement de toutes les comédies qu’elle laisse jouer à Paris ce qui ressemble à la société actuelle, les Proverbes de Monsieur Leclercq auront une importance historique. Aujourd’hui même, les étrangers qui désirent avoir une idée des habitudes sociales des Parisiens ne peuvent rien faire de mieux que de lire les volumes de Monsieur Leclercq »32. Ce qui frappe, en effet, dans l’œuvre de Théodore Leclercq et rend la lecture des proverbes si attrayante, c’est la gaîté qui éclate à chaque page et le détachement amusé avec lequel l’auteur traite les problèmes sérieux. Cette distance prise par rapport aux faits et aux personnes n’était pas de l’indifférence, mais inscrite dans le caractère même de Leclercq qui a observé ses contemporains avec beaucoup de perspicacité et d’intérêt. Sa situation d’oisif vivant de sa fortune, son caractère qui l’avait mis à l’écart de tout engagement profond, lui ont permis de se poser en observateur sinon impartial, du moins assez détaché, de la société de son temps. C’est plus un témoin qu’un juge de son époque. 11 avait pris la résolution de faire rire en peignant le vrai, et de donner à ses proverbes le cadre de la vie quotidienne, à ses dialogues le ton des conversations familières et à ses personnages les qualités, les défauts et les manières de ceux qu’ils côtoyaient. Aussi retrouve-t-on chez lui toute la saveur du temps passé, concentrée en de vivants tableaux qui sont l’un des avantages qu’offre la littérature sur les documents d’archives. Mais souvent, dans l’œuvre littéraire, c’est l’imagination qui prévaut et la perspective est faussée. Rien de tel n’est à craindre chez Théodore Leclercq. La société qu’il nous dépeint est bien sa représentation, c’est son regard qu’on pourrait juger subjectif. Mais la finesse de l’observation, la justesse du ton et ce parti pris de rire de tout garantissent que ce regard est distancié, éclaire la réalité sans la déformer.

Notes

1 Les nombreuses éditions qui se sont succédé témoignent de ce succès : cinq éditions des Proverbes dramatiques, entre 1823 et 1828 ; deux éditions de Nouveaux proverbes dramatiques, en 1830 et 1833 ; une nouvelle édition, en 8 volumes, en 1835-1836 ; enfin deux éditions des Œuvres complètes, posthumes, avec des notices par Sainte-Beuve et Prosper Mérimée, en 1852 et 1854.

2 Il avait monté en 1790 un opéra comique, d’inspiration anticléricale : Les rigueurs du cloître. Il s’essaya par la suite au roman, avec La dot de Suzette (1798) où il tournait en dérision les mœurs grossières des parvenus du Directoire, puis Frédéric (1800).

3 J. D. Popkin, « Joseph Fiévée, imprimeur, écrivain, journaliste : une carrière dans le monde du livre pendant la Révolution », dans Livre et Révolution. Mélanges de la Bibliothèque de la Sorbonne, F. Barbier, C. Jolly et S. Jouatic dir., présentés par D. Roche et R. Chartier.

4 Cf. l’article nécrologique sur Théodore Leclercq, par P. Mérimée dans la Revue des deux Mondes, 1er mars 1851.

5 La maison de la rue Godot de Mauroy était pour Leclercq une importante source de revenu, puisqu’il y avait douze locataires. Arch. nat., Min. central. Étude CXII 1204.

6 E.-J. Delécluze, Souvenirs de soixante années, Paris, 1862, p. 230.

7 N. Brazier, Chronique des petits théâtres de Paris, depuis leur création jusqu’à ce jour, E. Rouveyre et G. Blond éd., Paris, 1883, t. 2, p. 301-302.

8 Le duc du Maillé, Mmes de La Briche et de La Bouillerie avaient créé des théâtres de société fréquentés par de nombreux artistes. On y jouait des pièces de Scribe et de Germain Delavigne. Quant à Leclercq, c’était surtout le salon du baron Roger, secrétaire général des postes, qui avait les honneurs de ses proverbes.

9 Comtesse d’Agoult, Mes Souvenirs. 1806-1833, Paris, 1877, p. 124-126.

10 « La Manie des proverbes » date de février 1823. Cf. T. Leclercq, Proverbes dramatiques par Monsieur Théodore Leclercq, nouvelle édition ornée de gravures en taille-douce d’après les dessins de MM. Joannot et autres artistes distingués, Paris, 1835-1836, t. 1 [les références suivantes sont tirées de cette édition].

11 Ibid.

12 « La Société intime », ibid., t. 4.

13 Par exemple, dans le proverbe « L’Adjudication » (ibid., t. 5), une ancienne émigrée refuse de recevoir sa voisine, car celle-ci n’est que la veuve d’un riche financier, et parce que « il existe une hiérarchie à laquelle il est très impertinent de vouloir se soustraire » ; un autre personnage y fustige la monstruosité de Paris : « Ce sont les industriels qui tiennent le haut du pavé, c’est pénible à voir ».

14 « Le Souper », ibid., t. 4.

15 « L’Adjudication », « La Rancune », ibid., t. 6.

16 « Le Désintéressement », ibid., t. 7.

17 « Les Honneurs », ibid., t. 6.

18 T. Leclercq, « Les Bals à domicile », Revue de Paris, janv. 1837.

19 « Les Paysans », dans T. Leclercq, Proverbes dramatiques, op. cit. n. 10, t. I.

20 « Le Savetier et le Financier », ibid., t. 1 ; « Les Interprétations », ibid., t. 4 ; « Madame Sorbet », ibid., t. 1.

21 « L’Intrigant malencontreux », ibid., t. 5.

22 « Le Salon dans la cuisine », ibid., t. 2.

23 « La Première représentation », ibid., t. 6.

24 Dans sa préface aux Nouveaux proverbes dramatiques, publiés sous la monarchie de Juillet, en 1833, et contenant un certain nombre de pièces politiques, Théodore Leclercq écrit : « Sous l’ancien gouvernement, un parti me disait que mes proverbes politiques n’étaient pas seulement de bons ouvrages, mais de bonnes actions ; le parti opposé affirmait au contraire que je gâtais mon talent en croyant l’élever jusqu’aux grands intérêts de la société. Cela me rendait un peu soucieux, car je ne croyais pas faire de bonnes actions ni élever mon talent. Sous le gouvernement nouveau, le parti qui aurait voulu que je ne fisse pas de proverbes politiques m’a félicité de ce que je continuais à en faire, tandis que le parti qui m’avait applaudi sous l’ancien gouvernement m’a blâmé de ne pas m’être arrêté. J’en ai conclu que chaque parti aime assez qu’on mette en évidence les ridicules que sa position ne lui permet pas de se donner, à condition qu’on jettera un voile sur les ridicules qu’il se donnera aussitôt que les circonstances lui permettront d’en afficher ».

25 J. Fiévée, Nouvelle correspondance politique et administrative, Paris, 1828. Voir la lettre du 16 janvier 1828.

26 « L’Homme capable ». dans T. Leclercq, Proverbes dramatiques, op. cit. n. 10. t. 2.

27 « L’Intrigant malencontreux », ibid., t. 5.

28 « Le Duel ». ibid., t. 3.

29 « Le Jury », ibid., t. 2 ; « L’Esprit de désordre », ibid., t. 1.

30 Voir en particulier le personnage de Tricard, dans « L’Adjudication », ibid., t. 5.

31 « Avant et après », ibid., t. 4.

32 Stendhal, « Lettres à Stritch », dans Courrier anglais, Paris, 1935-1936. t. 1, p. 149.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter