Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Paris - Parisiens

« Bourgeois, citoyen, habitant », la grammaire des républicains

Raymonde Monnier

Texte intégral

  • 1 Pour une évaluation mesurée de la place de la France dans l’espace européen des Lumières, G. Benre (...)
  • 2 Voir notamment J. Habermas, Vérité et justification, R. Rochlitz trad., Paris, 2001. Pour une synt (...)
  • 3 Les articles de Diderot ont été édités par J. Louch et J. Proust dans les vol. 5 et 6 des Œuvres c (...)

1Des dernières décennies de l’Ancien Régime à la Révolution, Paris exerce un rayonnement culturel et symbolique où l’intensité croissante du politique valorise son rôle de « patrie des Lumières », bien au-delà de la ville et des frontières de la France1. Les échanges et les pratiques culturelles multiples qui caractérisent le contexte dans lequel se construisent l’identité des individus et la conscience nationale sont inséparables de la philosophie politique et de l’espace public où le langage structure de nouvelles conceptions du monde2. A une époque où le poids de la capitale ne se démentit pas, il est divers modes d’« être » ou de « se sentir Parisien » à Paris ou ailleurs. On peut le voir en comparant les tableaux de mœurs de deux écrivains des Lumières, Jean-Jacques Rutlidge et Louis-Sébastien Mercier, à propos d’un parallèle entre Paris et Londres sur la liberté politique. De façon moins impressionniste, de l’individu à la cite, de l’État à la société dans son ensemble, la grammaire de l’Encyclopédie permet de croiser les notions sur le mode d’« être » en société. J’emploie le mot « grammaire », au sens large qu’il a au xviiie siècle, notamment dans l’Encyclopédie pour désigner non seulement le savoir grammairien mais aussi la définition des mots3. « Bourgeois, citoyen, habitant », est un article de synonymes de l’Encyclopédie qui est dû à Diderot. On verra comment Rousseau y répond dans une note du Contrat social, qui constate l’effacement chez les modernes du sens du mot « Cité » : tout dépend en effet du sens qu’on donne au mot « Cité » et par là de la valeur donnée au mot « citoyen ».

  • 4 Pour Mercier, l’élite de la littérature est concentrée à Paris, qu’elle y soit née, ou que la capi (...)
  • 5 Cité par J.-C. Bonnet, ibid., t. 1, p. lxxiv.
  • 6 Ibid., t. 2, p. 622.
  • 7 Sur la dynamique de l’usage de ces figures linguistiques, qu’il qualifie de concepts antonymes asy (...)
  • 8 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, op. cit., t. 1, p. 217. La base Frantext fournit une fréquence él (...)

2À lire le Tableau de Paris de Mercier, « être » Parisien ou « se sentir » Parisien semble relever plus du préjugé social ou de la conscience d’appartenir à une élite, que d’un véritable sentiment d’attachement à un territoire4. La fierté d’être un « vrai Parisien » traduit plutôt chez l’auteur le souci de se distinguer des classes populaires. Le peuple de Paris qu’il prend pour sujet est moins le peuple réel que celui qu’il met en scène avec un grand souci du trait pittoresque, un parti pris qui est aussi celui de l’auteur dramatique qui écrivait en 1773 dans Du théâtre : « J’avouerai que j’aime Paris uniquement, parce que c’est là que jouent : toutes les passions, et que leurs rapports multipliés enfantent plus de scènes originales »5. S’il se dit républicain, Mercier avait ses préjugés sur le peuple, et adopte le point de vue élitiste du républicain des Lettres, pour qui « naître à Paris, c’est être deux fois Français »6. Son identité de « vrai Parisien » se construit par opposition à des catégories - le bourgeois, le peuple, la populace - qui se voient attribuer des nuances péjoratives « à usage unilatéral et en contradiction inégale », selon un processus sémantique analysé par Reinhart Koselleck à propos de certains couples d’antonymes7. Mercier fait tout au long du Tableau un grand usage du mot « populace » et écrit à propos du faubourg Marceau que « c’est un peuple qui n’a aucun rapport avec les Parisiens, habitants polis des bords de la Seine »8.

  • 9 J.-L. Vissière, « La culture populaire à la veille de la Révolution d’après le Tableau de Paris de (...)
  • 10 A. Farge, Dire et mal dire. L ‘opinion publique au xviiiesiècle, Paris, 1992.

3Mercier donne du peuple une image pittoresque toute en contraste9. C’est un peuple naïf et superstitieux, inculte et paillard, mais qui a une certaine délicatesse de goût, des dons, et même parfois une sorte de génie créateur. Il est curieux de géographie et d’histoire, se passionne pour les premiers aéronautes. Mais il est surtout badaud, il aime ce qui brille, va contempler les richesses des monuments et s’anime au passage des processions. D’où l’opinion communément reçue que le Peuple est plus éclairé à Londres qu’il ne l’est à Paris. Nous verrons ce qu’en pense un écrivain républicain à la même époque. Les travaux sur l’opinion et la culture populaire à la fin de l’Ancien Régime corrigent en partie le point de vue pittoresque et élitiste de Mercier. Analysant « l’irruption de la parole » dans la capitale, Ariette Farge a montré comment tous s’y autorisent à dire et à penser : « La curiosité publique n’est pas un trait de caractère, mais un acte qui fait entrer chacun en politique ». Dans sa diversité, la parole populaire témoigne de la capacité d’information et de communication du petit peuple, dont la curiosité cherche ailleurs que dans l’ostentation du cérémonial monarchique la vérité d’un univers qu’il commence à s’approprier10.

LA GRAMMAIRE DES RÉPUBLICAINS

  • 11 N° 56, 20 déc. 1790, p. 176-177. Pétion était député de Chartres à la Constituante.

4Avec la Révolution, le peuple français a pris place au premier rang des nations libres. L’enthousiasme de la liberté conquise tend à effacer les préjugés distinctifs ; l’heureuse régénération fait que tout patriote, qu’il soit Parisien ou Marseillais, se sent vivre d’une nouvelle existence et se découvre homme libre et citoyen. L’esprit patriotique et républicain qui caractérise la Révolution à ses débuts ne se satisfait plus des identités particulières et voudrait voir naître ce peuple de frères dont la grande fête de la Fédération est le symbole. Commentant une lettre de Pétion, élu juge du Département de Paris en décembre 1790, Camille Desmoulins écrit dans les Révolutions de France et de Brabant : « En remerciant les électeurs parisiens, il a répondu comme Plutarque à ceux qui l’invitaient à quitter Chéronée, et à venir briller à Rome sur un plus grand théâtre : "C’est parce que ma ville est petite, que je ne veux pas l’affaiblir encore en lui ôtant un de ses habitants". Cependant Paris doit être regardé moins comme une ville particulière, que comme la patrie commune de tous les Français. Paris est à la France ce qu’est à une ville la maison commune »11.

  • 12 Fragment de l’histoire .secrète de la Révolution, Bibl. nat. de France. Lb40 754.

5Et en mai 1793, le même Camille, évoquant l’heureuse carrière ouverte à la liberté par la réunion de la Convention, voulait que Paris soit « moins un département que la ville hospitalière et commune de tous les citoyens des départemens, dont elle est mêlée et dont se compose la population »12. Mais l’heure était déjà aux divisions fratricides entre les républicains qui, s’ils partageaient des valeurs communes, ne pouvaient s’entendre sur les stratégies politiques, alors que les exigences de la guerre aggravaient les divisions et polarisaient les camps. Les années pré-révolutionnaires sont plus éclairantes pour comprendre la nature des tensions morales et politiques qui traversaient la société parisienne avec la promotion des individus, tandis que la crise de l’Ancien Régime précipitait l’avènement des droits de la nation L’aspiration à la liberté qui caractérise le langage des Lumières ne peut masquer les disparités conceptuelles sur le plan éthique et juridique.

  • 13 J. G. A. Pocock, Le moment machiavélien, L. Borot trad., Paris, 1997.
  • 14 J.-J. Rousseau, Œuvres complètes, 3, Dit Contrat Social, Écrits politiques, Paris. 1964 ; R. D. Ma (...)
  • 15 B. de Negroni, « Les vices et les vertus des gouvernements », dans Colloque Mably. La politique co (...)

6La critique de l’absolutisme se nourrit des théories du droit naturel moderne et de la tradition républicaine. Les études de John Pocock ont décrit la manière dont le langage de l’humanisme civique a traversé les révolutions anglaises en s’enrichissant de nouveaux thèmes, pour répondre à l’évolution de la société marchande, une progression qui se traduit dans les mots13. Les travaux sur la philosophie politique de Rousseau, ceux sur le républicanisme autour des historiens de l’école de Cambridge, montrent comment Rousseau a fait en France avec le Contrat Social la synthèse des théories modernes du droit et du républicanisme14. La promotion du vocabulaire républicain de Montesquieu à Rousseau et Mably associe de manière complexe la vertu à la politique pour dégager un modèle rationnel de gouvernement libre qui privilégie une conception individuelle de la morale15. La complexité de ces associations au xviiie siècle dans la « polyphonie » de l’Encyclopédie se vérifie à propos d’une remarque de vocabulaire dans le Contrat Social.

  • 16 Diderot s’écarte de l’usage républicain que donne l’abbé Girard, qu’il a pourtant largement utilis (...)
  • 17 Les articles « Droit naturel » (Diderot) et « Économie politique » (Rousseau) sont publiés en 1755 (...)

7Dans une note sur le sens du mot « Cité » (I, vi), Rousseau accuse les Français de n’avoir aucune véritable idée du nom de « citoyen », qui exprime chez eux une vertu et non un droit : « La plupart prennent une ville pour une Cité et un bourgeois pour un Citoyen. Ils ne savent pas que les maisons font la ville mais que les Citoyens font la Cité ». Après la définition resserrée des notions relatives à la société du contrat (« république », « corps politique », « État », « souverain », « peuple », « citoyen », etc.), la note ajoutée par Rousseau est caractéristique des modes d’écriture des Lumières. Sous couvert de dénoncer l’abus des mots entretenu par les Dictionnaires, la note vise les articles de l’Encyclopédie et son principal maître d’œuvre Diderot, responsable des articles « cité », « citoyen » et de l’article de synonymes « Bourgeois, citoyen, habitant »16. Rousseau poursuit de biais le dialogue avec Diderot, celui des articles « Economie politique » et « Droit naturel », auquel a répondu le chapitre II du Manuscrit de Genève17.

  • 18 Diderot, Œuvres complètes, op. cit., t. 7, p. 222.

8La critique porte sur la définition de Diderot de la « Cité », « première des sociétés de plusieurs familles », et du « Citoyen », « celui qui est membre d’une société libre de plusieurs familles » ; l’allusion à Bodin renvoie à leur controverse de 1754-1755 sur le fondement de l’autorité politique, qui pour Rousseau est d’une tout autre nature que celle établie dans la famille. Rousseau, en affirmant comme seule acception rigoureuse le sens politique et juridique, se situe dans un espace polémique ; refuser le flou sémantique c’est adopter le langage républicain et se situer dans la valeur d’usage de l’État libre, conforme à sa théorie de la souveraineté. L’œuvre de Rousseau questionne le programme général des Lumières dans sa conception du progrès et de l’histoire naturelle de la société. La « grammaire » philosophique de Rousseau en fait un défenseur éloquent du caractère prescrit par Diderot à tout bon dictionnaire et à l’Encyclopédie en particulier, qui est de « changer la façon commune de penser »18. Pour Rousseau, la notion de Cité n’a pas grand chose à voir avec la résidence ; elle concerne l’individu et la république, la notion d’être en société.

LE POINT DE VUE DU MORALISTE RÉPUBLICAIN : LE BABILLARD DE RUTLIDGE

  • 19 Transferts. Les relations interculturelles. xviiie-xixe siècles, M. Espagne et M. Werner dir., Par (...)
  • 20 O. Lutaud, « Emprunts de la révolution française à la première révolution anglaise », RHMC, 37, 19 (...)
  • 21 Son éloge de Montesquieu publié en 1786 souligne la filiation de Montesquieu avec les penseurs de (...)
  • 22 Le Chevalier Rutlidge « gentilhomme anglais » 1742-1794, par R. Las Vergnas, Paris, 1932. Rutlidge (...)

9En contrepoint du discours de Mercier et des théories de Rousseau, je voudrais évoquer les textes d’un écrivain des Lumières dont le vocabulaire se rattache à celui de l’humanisme civique. Jean-Jacques Rutlidge est un homme de lettres français parfaitement bilingue qui, par ses œuvres littéraires et ses théories sociales, est un médiateur engagé entre le milieu culturel parisien et le monde anglophone. Les transferts dans l’espace franco-allemand ont été bien documentés grâce aux enquêtes collectives dirigées par Michel Espagne et Michael Werner et, pour la période 1770-1815, par Hans-Jurgen Lusebrink et Rolf Reichardt19 Il n’en est pas de même des échanges culturels franco-britanniques, en dehors des travaux d’Olivier Lutaud sur l’édition de textes canoniques de la première révolution d’Angleterre à la Révolution française20. Rutlidge, dont les œuvres sont moins connues, développe sous la Constituante une conception originale du gouvernement civil et devient une personnalité en vue du club des Cordeliers. C’est un moraliste républicain, grand admirateur d’Harrington, et de l’œuvre politique de Rousseau et de Montesquieu21. Sa théorie républicaine libérale et humaniste n’est pas hostile au commerce ; il défend les valeurs de la communication dans un esprit ouvert et hospitalier qui imprègne ses essais périodiques22.

  • 23 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, op. cit., t. 1, p. 467-468. La pièce a été rééditée avec Les Comé (...)

10Dans le Paris des Lumières Rutlidge, qui est un ami de Mercier, représente le versant militant pour l’indépendance des auteurs et l’originalité des œuvres littéraires. Il ferraille avec humour contre tout ce qui brime ou bride l’expression des artistes et des poètes, défend Shakespeare contre Voltaire et soutient Mercier dans sa querelle avec les Comédiens français. Comme Rousseau, il le fait de manière paradoxale pour un auteur désireux de faire carrière dans les Lettres, en rompant les codes convenus du monde littéraire parisien. C’est à la notoriété de scandale d’une de ses pièces, Le Bureau d’esprit, que fait allusion Mercier dans le Tableau de Paris, à propos de la prétention des Encyclopédistes à vouloir juger de tout23. Cette comédie à clefs publiée à Liège en 1776, éclairait de l’intérieur pour s’en moquer le salon mythique de Mme Geoffrin. La mort peu après de l’héroïne principale fit juger l’ironie de fort mauvais goût et valut à Rutlidge d’être détenu au secret, ce qui dut l’inciter à plus de modération. Il reste que Rutlidge campe dans le Paris de l’Ancien Régime la figure de l’homme de Lettres républicain, adversaire déterminé du monopole de l’esprit, et soucieux de la liberté de ses choix dans une société qu’il voudrait plus ouverte aux idées et à la culture anglaises.

  • 24 Le Babillard, 5 janv. 1778- 30 avril 1779.

11Après le succès de sa Quinzaine anglaise (1776), qui peint les aventures d’un jeune lord dans la capitale, il lance un périodique « dans un moment où la politique occupe tous les esprits », en janvier 1778 quand la France s’engage aux côtés des États-Unis. Le Babillard est un journal inspiré du Tatler et du Spectator d’Addison et Steele, que Rutlige prend pour modèles24. L’auteur y met en scène divers correspondants fictifs qui discutent de questions d’économie politique, mais le journal traite aussi de critique théâtrale et littéraire et s’intéresse à des sujets d’actualité et aux mœurs. L’échange épistolaire de deux « Voyageurs », un Français en visite à Londres et un Anglais de séjour à Paris, qui font part de leurs impressions au Babillard, permet à celui-ci de composer un tableau vivant et contrasté des mœurs des deux capitales. Cette série de « Lettres », publiées de mai 1778 à février 1779, constitue un essai particulièrement réussi du périodique de Rutlidge. L’éditeur commente la peinture que se renvoient les deux Voyageurs en conservant une distance critique ; son but est de détruire les préjugés de part et d’autre sur les goûts et les mœurs des habitants de Londres et de Paris, pour instaurer un échange plus authentique : « Je veux plutôt arrêter l’œil de la raison, sur les motifs & la convenance d’une foule d’usages disparates, que nous copions les uns des autres avec fureur, & que d’autres fois nous sifflons sans examen » (n° 25).

  • 25 Le Babillard, n° 43. Allusion à Franklin qui est à Paris de 1776 à 1785.

12Le rejet de l’artifice et le jeu des apparences qui ruinent tout espoir de restauration des valeurs républicaines sont traités par l’ironie, qu’il soit question de la monotonie qu’engendre à Paris l’empire de la mode ou des travers du peuple caméléon des courtisans. Le dialogue du Voyageur anglais avec un Marquis qui illustre l’esprit français, permet de forcer le trait contre ceux qui « tantôt rampent comme des esclaves, & tantôt s’enflent d’une manière pitoyable, comme des parvenus », et de conclure en moraliste : « Comme en fait de mœurs, l’imitation prend toujours sa source d’en haut, je présume que je trouverai en descendant, beaucoup de copies des objets qu’il m’a fait connaître » (n° 40). La corruption progressive due à l’art des « perruques » rapportée au dénombrement des Friseurs de la capitale éclaire par contraste les mœurs simples des « Peuples nouveaux » qui font honneur au ministre qui en est à Paris l’incarnation, « à ce Philosophe justement respecté, & à ce Politique révéré, que nous possédons parmi nous »25.

  • 26 Voir l’article « Voyage » de D. Roche, dans Le monde des Lumières, op. cit.

13L’introduction de dialogues fictifs avec des Parisiens anonymes permet au Babillard d’avancer des arguments en conservant une certaine neutralité, tandis que ses correspondants poussent la critique sur les sujets de société, notamment en matière de politique et de religion. Le dialogue sur les mœurs joue sur les usages contrastés pour corriger ce qui est et suggérer ce qui devrait être : l’échange d’idées tend à perfectionner la société en aiguisant l’esprit critique et la conscience de soi. Le Parisien découvre ainsi sa propre culture et apprend à se connaître par comparaison en questionnant ses propres valeurs. Du sentiment patriotique des Français à l’amour-propre britannique, les pratiques sociales qui sont mises en scène reflètent une réalité qui donne matière à la réflexion morale et politique. La relation épistolaire des deux Voyageurs avec le Babillard est comme une métaphore de la vertu du commerce et de l’échange culturel. Le voyage est une « expérience » qui ouvre à la connaissance et à la conscience de soi et des autres26.

  • 27 « Paris a toujours été de la plus grande indifférence sur sa position politique », L.-S. Mercier, (...)
  • 28 Ibid., t. 1, p. 582-584.

14Mercier s’est inspiré du journal de Rutlidge pour certains chapitres du Tableau de Paris, ce qui n’a pas manqué de brouiller les deux auteurs. Mais ces emprunts ont le mérite de montrer ce qui les distingue : Rutlidge par exemple ne partage pas les préjugés de Mercier sur le peuple de Paris ou le caractère politique des vrais Parisiens27. On peut s’en convaincre en comparant le chapitre du Tableau intitulé « Plébéiens » à la Lettre du Voyageur Français qui l’a inspiré dans le n° 81 du Babillard. Mercier reprend les principaux arguments sur le peuple de Londres pour conclure au défaut de capacité et de patriotisme du peuple de Paris ; ce dernier n’a pas d’existence politique, parce qu’il manque d’instruction : « Il est peuple, populace ou bourgeois ! »28 On est tenté de lui répondre que c’est pourtant à Paris, en 1789, qu’est né le citoyen. Le plébéien anglais n’est évoqué par Mercier que pour produire un effet de contraste, opposer deux peuples ou plutôt deux images du peuple. L’intention de Rutlidge était tout autre ; voulant dissiper les « préventions gallicanes » contre le peuple londonien, il démontrait sa modération et son patriotisme éclairé.

  • 29 La base Frantext recense 29 emplois des formes chez Montesquieu, dont 24 dans l’Esprit des Lois ; (...)
  • 30 Holbach, La Morale universelle, 1776, p. 96.

15Comme « citoyen », le mot « plébéien » avait une valeur positive dans le lexique républicain. Il était à mi-chemin du registre technique pour désigner une catégorie socio-politique, et du registre affectif pour désigner l’appartenance. L’emploi classique en rapport avec « patricien » est fréquent chez Montesquieu, chez qui le terme désigne aussi une partie de la Cité (le corps des plébéiens)29. L’opposition est transposée dans le vocabulaire des Lumières sur le couple noble/ roturier, ainsi chez le baron d’Holbach dans La Morale universelle : « Il n’est pas douteux que le plébéien le plus obscur, dès qu’il est honnête et laborieux, ne soit un citoyen plus estimable que le noble inutile ou pervers, qui souvent se croit en droit de l’accabler de mépris : celui qui sert bien la patrie n’est jamais ignoble ou roturier »30.

16À propos du plébéien anglais, Rutlidge reprenait l’usage républicain du mot « plébéien », étendu au corps politique, qui en fait un synonyme de « peuple », opposé à « multitude ». Toute la Lettre du Voyageur Français visait à opposer les effets pervers du despotisme à ceux bénéfiques de la liberté civile et de la liberté d’opinion, en louant le caractère d’un peuple libre, injustement traité par les Français. « J’imagine, M. le Babillard, que rien même n’est plus propre à éteindre l’esprit de faction, à adoucir un Peuple & à le rendre équitable que la liberté civile. De l’aveu de tous ceux qui ont écrit sur ces profondes matières, on est bien plus à l’abri des commotions, quand on atteint ce point difficile de la législation, que lorsque l’équilibre de l’autorité & de l’obéissance se trouve détruit entre les Parties constituantes d’un État, par la coexistence d’un pouvoir abusif & illimité & une odieuse servitude ». On voit comment, à la veille de la Révolution, sur un sujet aussi brûlant que celui de la liberté politique, les arguments et l’usage du vocabulaire peuvent mener, à propos d’une même notion, à des jugements de valeur et à des tableaux contrastés.

***

  • 31 Le Dictionnaire critique de Féraud (1787-1788) souligne cette différence grammaticale, de même que (...)

17Que Rousseau ait été le promoteur de la nouvelle citoyenneté républicaine peut se vérifier dans les dictionnaires de la Révolution. Le Dictionnaire de la constitution de Gautier (1791) définit ainsi le terme de « citoyen » : « Titre de l’homme libre en société ». L’auteur se réclame de l’autorité du philosophe pour souligner l’évolution sémantique et la rupture dans le champ des synonymes : comme « noble », le mot « bourgeois » ne rappelait que des privilèges, accordés aux habitants de quelques villes ; depuis la révolution la qualité de citoyen suppose des droits et des devoirs ; le titre « décore maintenant tous les Français ». Le Nouveau Dictionnaire Français de Snetlage (1795) précise que le mot « citoyen » signifiait déjà sous le régime constitutionnel « tout membre de la Cité, non pas prise pour ville, mais pour l’État même (Civitas) ou la Société civile ». On peut dire que dans le discours révolutionnaire, l’expression Bourgeois de Paris a vécu. Tout citoyen est citoyen français, comme on était citoyen romain (et non citoyen de Rome), titre qui annonce des droits31.

  • 32 Sur l’image de Paris, R. Monnier, L’espace public démocratique, Paris, 1994, p. 17-30.
  • 33 H.-J. Lüsebrink, R. Reichardt, Die Bastille, Francfort-sur-le-Main, 1989.

18L’été 1789 a mis les Parisiens au cœur de l’événement révolutionnaire. Dans le concours national des villes républicaines, la capitale tient la première place, même si Marseille peut être qualifiée un temps de « Montagne de la république ». Pendant toute la phase ascendante de la Révolution, en dépit des violences et de la propagande girondine, les adresses des départements renvoient à Paris l’image de la Ville élue « berceau de la liberté »32. En s’en prenant aux signes du despotisme, le peuple de Paris a donné naissance à la Cité symbole de la liberté. Les processus et les récits qui font de la prise de la Bastille un « événement total », fondateur de l’identité nationale33 donnent aux Parisiens, avec la conscience d’appartenir au monde qui se construit à neuf, le sentiment d’être devenus les acteurs de leur propre histoire. D’une manière plus large, on peut dire que l’importance capitale attribuée aussitôt à l’événement, sa dimension symbolique universelle et le courant d’enthousiasme suscité par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ont fait qu’à l’été 1789 tout individu épris de liberté a pu un moment « se sentir Parisien ».

Notes

1 Pour une évaluation mesurée de la place de la France dans l’espace européen des Lumières, G. Benrekassa, dans Le monde les Lumières, V. Ferrone, D. Roche dir., Paris. 1999. p. 369-391.

2 Voir notamment J. Habermas, Vérité et justification, R. Rochlitz trad., Paris, 2001. Pour une synthèse récente sur Paris, Atlas de la Révolution française, t. 2, Paris, É. Ducoudray, R. Monnier, D. Roche, A. Laclau dir., Paris, 2000.

3 Les articles de Diderot ont été édités par J. Louch et J. Proust dans les vol. 5 et 6 des Œuvres complètes de Diderot (Éd. DPV, Paris, 1976).

4 Pour Mercier, l’élite de la littérature est concentrée à Paris, qu’elle y soit née, ou que la capitale l’attire et la retienne « comme par enchantement ». L.-S. Mercier, Tableau de Paris, J.-C. Bonnet éd., Paris, 1994, t. 1, p. 782-788.

5 Cité par J.-C. Bonnet, ibid., t. 1, p. lxxiv.

6 Ibid., t. 2, p. 622.

7 Sur la dynamique de l’usage de ces figures linguistiques, qu’il qualifie de concepts antonymes asymétriques, R. Koselleck, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, J. et M.-C. Hoock trad., Paris, 1990, p. 191-232.

8 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, op. cit., t. 1, p. 217. La base Frantext fournit une fréquence élevée du mot populace (47 occ). Sur le bourgeois, voir notamment le chap. XX (ibid., t 1, p. 61).

9 J.-L. Vissière, « La culture populaire à la veille de la Révolution d’après le Tableau de Paris de Mercier », dans Images du peuple au xviiie siècle, Paris, 1973 ; D. Roche, Le Peuple de Paris, Paris, 1981.

10 A. Farge, Dire et mal dire. L ‘opinion publique au xviiie siècle, Paris, 1992.

11 N° 56, 20 déc. 1790, p. 176-177. Pétion était député de Chartres à la Constituante.

12 Fragment de l’histoire .secrète de la Révolution, Bibl. nat. de France. Lb40 754.

13 J. G. A. Pocock, Le moment machiavélien, L. Borot trad., Paris, 1997.

14 J.-J. Rousseau, Œuvres complètes, 3, Dit Contrat Social, Écrits politiques, Paris. 1964 ; R. D. Masters, La philosophie politique de Rousseau, G. Colonna D’istria trad., Lyon, 2002 ; Q. Skinner, La liberté avant le libéralisme, M. Zagha trad., Paris, 2000 ; J.-F. Spitz, La Liberté politique. Essai de généalogie conceptuelle, Paris, 1995. D’un point de vue historique. R. Monnier, « Républicanisme et Révolution française », French Historical Studies, vol. 26/1, 2003, p. 87-118.

15 B. de Negroni, « Les vices et les vertus des gouvernements », dans Colloque Mably. La politique comme science morale, Bari, 1997, p. 107-123 ; Le Temps de Montesquieu, M. Porret et C. Volpilhac-Auger dir., Genève, 2002, chap. 3, « Le temps du droit et du politique ».

16 Diderot s’écarte de l’usage républicain que donne l’abbé Girard, qu’il a pourtant largement utilisé pour les synonymes. M. Leca-Tsiomis, Écrire l’Encyclopédie. Diderot : de l’usage des dictionnaires à la grammaire philosophique, Oxford, 1999.

17 Les articles « Droit naturel » (Diderot) et « Économie politique » (Rousseau) sont publiés en 1755 dans le t. 5 de l’Encyclopédie. R. Hubert a attiré l’attention sur cette controverse en 1928 dans Rousseau et l’Encyclopédie : essai sur les idées politiques de Rousseau. 1742-1756. Voir J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris, 1963; R. Wokler. « The influence of Diderot on the political theory of Rousseau, two aspects of a relationship », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 132, 1975, p. 55-111.

18 Diderot, Œuvres complètes, op. cit., t. 7, p. 222.

19 Transferts. Les relations interculturelles. xviiie-xixe siècles, M. Espagne et M. Werner dir., Paris, 1988 ; Kulturiransfer im Epochenitmbnich, H.-J. Lusebrink et R. Reichardt dir., Leipzig, 1997.

20 O. Lutaud, « Emprunts de la révolution française à la première révolution anglaise », RHMC, 37, 1990, p. 589-607.

21 Son éloge de Montesquieu publié en 1786 souligne la filiation de Montesquieu avec les penseurs de l’humanisme civique, de Machiavel à Harrington. Montesquieu dans la Révolution française, reprint Paris, Genève, 1990, vol. 1.

22 Le Chevalier Rutlidge « gentilhomme anglais » 1742-1794, par R. Las Vergnas, Paris, 1932. Rutlidge est né en France de parents français. Son père était armateur à Dunkerque, issu d’une famille catholique irlandaise et était lui-même jacobite.

23 L.-S. Mercier, Tableau de Paris, op. cit., t. 1, p. 467-468. La pièce a été rééditée avec Les Comédiens ou le foyer par P. Peyronnet (Paris, 1999).

24 Le Babillard, 5 janv. 1778- 30 avril 1779.

25 Le Babillard, n° 43. Allusion à Franklin qui est à Paris de 1776 à 1785.

26 Voir l’article « Voyage » de D. Roche, dans Le monde des Lumières, op. cit.

27 « Paris a toujours été de la plus grande indifférence sur sa position politique », L.-S. Mercier, Tableau de Paris, op. cit., t. 1, p. 75.

28 Ibid., t. 1, p. 582-584.

29 La base Frantext recense 29 emplois des formes chez Montesquieu, dont 24 dans l’Esprit des Lois ; il s’agit toujours du substantif, le plus souvent au pluriel.

30 Holbach, La Morale universelle, 1776, p. 96.

31 Le Dictionnaire critique de Féraud (1787-1788) souligne cette différence grammaticale, de même que celui de l’Académie (1798). S. Branca-Rosoff, « Les mois de parti pris », dans Dictionnaire des usages socio-politiques 1770-1815, vol. 3, Paris, 1988, p. 47-73.

32 Sur l’image de Paris, R. Monnier, L’espace public démocratique, Paris, 1994, p. 17-30.

33 H.-J. Lüsebrink, R. Reichardt, Die Bastille, Francfort-sur-le-Main, 1989.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter