Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Paris - Parisiens

Opportunisme parisien et influence capitale

Le cas de Guyenot de Châteaubourg

Anne Conchon

Texte intégral

  • 1 Arch. nat., T 112311, Lettres de Toutain à Guyenot, 1er juin et 4 sept. 1808.

1Dans la correspondance qu’il échange avec Guyenot en 1808, Jean Toutain, directeur de ses forges en Haute-Marne, brosse du Parisien une image guère flatteuse, où la morgue se mêle à la légèreté : « Je connais si bien les Parisiens pour dire d’abord oui, cela est faisable etc., ensuite toutes sortes d’observations voilà à quoi il faut s’attendre et très souvent à ne rien terminer ». Et quelque temps après, à Guyenot qui le sommait d’activer la production de ses usines, Toutain rétorquait : « Mettez-vous, dites-vous, en mesure de [...], voilà permettez-moi de vous le dire, parler en Parisien »1. Au-delà de la supériorité reprochée au Parisien, ces deux citations dessinent une figure qui serait collectivement façonnée par un même lieu. Or la réalité sociale de la capitale est faite d’une multitude d’expériences aux temporalités diverses, de systèmes de représentation qui trouvent leur sens dans des situations particulières.

2Si nombre de communications se sont attachées à saisir l’identité collective des Parisiens, j’ai souhaité pour ma part interroger le rapport qui lie identité et individu à travers la trajectoire d’un Parisien d’adoption, Jean-Jacques Guyenot (1743-1824), commis de la monarchie administrative et brasseur invétéré d’affaires. Cette démarche biographique se justifie principalement pour deux raisons : il est d’abord admis que la ville, et a fortiori la capitale, participe au xviiie siècle à l’émancipation de l’individu ; par ailleurs, l’aventure parisienne de Guyenot resta strictement individuelle ; elle ne se prolongea en effet pour aucun membre direct de sa famille.

3Réfléchir sur l’espace parisien dont Guyenot fait l’expérience implique de comprendre ce que représente la capitale pour lui. Les échelles telles que le quartier ou la ville constituent certes une dimension identitaire essentielle, mais en rien propres à Paris. La spécificité parisienne réside alors dans des pratiques identitaires qui spéculent sur l’hégémonie, la centralisation et le décalage avec la province.

4S’agissant de Guyenot, je me propose de saisir la construction d’une identité parisienne, qu’il ne revendique pas dans la présentation qu’il fait de lui-même, mais dont témoigne la gestion sociale de sa position dans la capitale : en rappelant d’abord les moyens par lesquels il s’approprie la ville de Paris, ensuite la conscience d’appartenir à un centre qui capitalise puissance et ressources, et enfin la qualité de Parisien que lui renvoient les réseaux d’obligés qu’il s’est créés en province.

***

  • 2 Arch. nat., T 112378-79.
  • 3 Cf. D. Roche, « Nouveaux Parisiens au xviiie siècle ». Cahiers d’histoire, n° 24, 1979, p. 1-20.

5Franc-comtois d’origine, Jean-Jacques Guyenot est âgé de vingt-cinq ans quand il arrive en 1768 à Paris, où un protecteur s’était engagé à le placer dans une administration. Il y restera presque sans discontinuer jusqu’à sa mort en 1824. Dans les notes autobiographiques qu’il a laissées, on réalise ce que peut signifier la montée à Paris pour un jeune provincial sans grande instruction et sans fortune : « Ce jeune homme n’étoit pas content de son caractère d’écriture ; il vint à Paris pour s’y former la main »2. Il fait partie de ces jeunes nouveaux Parisiens étudiés par Daniel Roche, « attirés par la même fascination de la ville, l’espoir d’un travail assuré et l’ascension sociale que permet la compétition des talents urbains »3. Paris, « ville promise », nourrit indéniablement un tropisme pour les ambitieux en quête d’identité sociale ; plus que toute autre ville, elle offre aux talents une pluralité d’expériences possibles. La réalité de l’itinéraire individuel de Guyenot rejoint ainsi le cliché littéraire, qui se développe précisément au xviiie siècle, de la montée à Paris comme moyen et marque d’ascension sociale.

  • 4 Arch. nat., T 112385, Lettre. 22 fév. 1773.

6Après son refus de partir comme feudiste « dans le fond de la Guyenne »4 sur les terres du marquis de Rastignac, il entra en décembre 1773 au service de Pierre-Faron-Benoît Guerrier de Bezance, procureur général de la commission des péages, dont la résidence et les bureaux étaient situés rue de Vaugirard. Devenu au bout de quelques mois le premier commis de cette institution, il profita indéniablement de sa place pour se constituer un portefeuille de relations. Fort de l’influence dont il pouvait se prévaloir au sein de l’appareil d’Etat, il se concilia la faveur de plusieurs propriétaires richement dotés en droits et sommés de justifier leur légitimité : le prince de Condé, les ducs de Villeroy, de Praslin, d’Orléans et de Croÿ, le marquis de Guerchy, la marquise de Sassenage, etc. Cette position lui permit de frayer dans les sphères de l’administration centrale et de se constituer de solides recommandations.

7De fait, dans une ville où résidaient au xviiie siècle les plus grands noms de la noblesse française, Guyenot sut étendre ces premiers patronages prestigieux en devenant l’homme d’affaires et le conseiller juridique de plusieurs nobles de la capitale : la vicomtesse de Rouault puis de son mari le comte de Bosé, la comtesse de Lordat (résidant à l’hôtel de la rue Saint-Dominique), le comte et la comtesse de Serrant (rue du Regard), la marquise de Cavagnac qui louait l’hôtel de Siry, rue Notre-Dame de Nazareth, etc. A ce titre, il fut amené à suivre les instances engagées auprès de différentes juridictions parisiennes et inversement à défendre en province les intérêts de ses patrons. Il intégra par ailleurs en 1778 la franc-maçonnerie parisienne avant de devenir le premier surveillant de la loge de Saint-Alphonse des amis parfaits de la vertu. Cette loge qui tenait séance rue Platrière, comptait parmi ses membres de nombreux provinciaux dont l’affiliation avait parfois été proposée par Guyenot lui-même.

  • 5 Arch. nat., T 112313B, Bail passé devant Maître Porlier, 14 messidor an X.

8De la même façon qu’il sut jouer de l’espace des positions et des ressources de la capitale, Guyenot intégra les logiques sociales de la ville dans sa mobilité résidentielle. Hébergé dans un premier temps à l’hôtel de la vicomtesse de Rouault (rue de Bagneux), il emménagea en 1779 rue Saint-Benoît, puis rue du Four, avant de louer en 1786 un appartement situé au deuxième étage du 743 de la rue Taranne (aujourd’hui disparue, depuis l’ouverture du boulevard Saint-Germain). Ce n’est que sous l’Empire qu’il s’installa dans une maison de l’île de la Fraternité (l’actuelle île Saint-Louis) au 2 rue Bretonvilliers5.

  • 6 Cf. D. Garrioch, Neighbourhood and Community in Paris. 1740-1790, Cambridge, 1986.
  • 7 Arch, nat., T 11237, Lettre, 21 thermidor an II.
  • 8 Arch. nat., T 112367, Lettre, 25 prairial an X.
  • 9 Arch. nat., T 1123 67, Lettre, 1er prairial an X.

9Les années passées dans le faubourg Saint-Germain et le quartier de Saint-Sulpice permirent à Guyenot de nouer de solides liens de voisinage6. En 1792, il rédigea ainsi pour le compte de Jeanne-Louise Rousselet-Card, qui tenait un commerce de comestibles au 762 de la rue Taranne, une pétition destinée à la commission de commerce, d’approvisionnement et de subsistances7 ; quelques années plus tard, c’est pour un certain Bally (domicilié au 743 de la même rue) qu’il écrivit au ministre de la Justice afin d’obtenir des précisions sur des démarches administratives8. Après la publication du mémoire que Guyenot consacra en 1802 à la navigation intérieure, Dalmas, un ancien voisin, lui adressa un billet pour le féliciter. Symétriquement, Guyenot fut sollicité pour intervenir auprès de quelques-uns de ses voisins influents. Ce fut le cas notamment auprès de M. Français, conseiller d’Etat demeurant au 26 de la rue Taranne, pour faire obtenir à un de ses amis francs-maçons une place d’inspecteur à la papeterie d’Épinal9. De telles interventions témoignent assurément de l’enracinement parisien de Guyenot et de son intégration.

  • 10 Arch. nat., T 112339-40, Lettre, 16 juin 1813.

10A l’évidence, pour lui, la capitale est un lieu non seulement d’opportunités de profits, mais aussi de promotion sociale pour lui-même et pour sa famille. C’est ainsi qu’il demanda à sa fille de faire venir ses petites-filles à Paris pour qu’elles y fassent un beau mariage10. Ses espoirs seront toutefois déçus dans la mesure où aucun de ses héritiers directs ne viendra prolonger sa conquête de Paris.

11L’identité parisienne de Guyenot ne peut toutefois se réduire à une qualité attachée à sa seule résidence. En effet l’expérience qu’il fait de Paris n’est pas exclusive d’autres appartenances et d’identités plurielles, qui constituent un éventail de ressources mobilisables au gré des circonstances. Si Guyenot se fixe à Paris et y noue la plupart de ses affaires, la province - où il acquiert successivement le château de Châteaubourg dans le Valentinois en 1782 et celui de Mareilles en Haute-Marne en 1791 - contribue en retour à lui conférer un supplément de respectabilité. Symétriquement, pendant la Révolution, tout en revendiquant sa qualité de maître de forge en Haute-Marne, il réside à Paris.

12Ce qui constitue l’identité parisienne de Guyenot c’est véritablement la conscience individuelle d’appartenir à un lieu qui rassemble toutes les composantes de la puissance. Siège des institutions centrales et capitale économique, Paris offre en effet à cette époque de multiples opportunités de carrière et de spéculation. L’économie d’agglomération y attire des flux de capitaux, y suscite des transferts d’informations et y stimule les secteurs de l’innovation ; c’est à Paris également que se négociait le crédit.

13Pour un spéculateur averti comme Guyenot, la place de Paris, lieu de résidence d’une population riche qui dispose de ressources à investir et d’émulation économique, offre des opportunités sans pareil d’affaires et de profits. Pour l’essentiel de ses spéculations et ses acquisitions, Guyenot eut ainsi recours au crédit parisien. Parmi les créanciers du canal de l’Essonne, dont il lança les travaux en 1807, figurent pêle-mêle des marchands, des banquiers (M. Gastinel, les frères Emerie, M. Schuchard entre autres) et des agents d’affaires (J.-B.-A. Lenoble et Sébastien Chaulet notamment) parisiens.

14Ses compétences juridiques et financières autant que son portefeuille de relations lui valurent par ailleurs de participer à plusieurs entreprises industrielles à Paris comme en province. On retrouve ainsi Guyenot engagé dans diverses spéculations proprement parisiennes, comme la nitrière établie au faubourg de Gloire près de Montmartre et la manufacture de savon au Cul de Sac Notre-Dame des Champs. Les contacts noués dans la capitale lui permirent également d’être associé à l’exploitation des mines de Montcenis et à une fabrique de colorants bleus dans les Pyrénées. Il servit alors d’intermédiaire pour mettre en relations d’affaires des nobles fortunés et des entrepreneurs soucieux de financer leurs opérations locales. Et, même quand la Révolution le contraignit de se reconvertir comme maître de forges en Haute-Marne, il comprit et utilisa, pour ses propres affaires, le bénéfice d’une résidence dans la capitale. En gérant à distance ses usines, il se consacra pour l’essentiel à négocier à Paris des contrats avec l’État et des marchands de fer locaux. Sa résidence parisienne, au plus près des sources d’information et des sphères du pouvoir, lui permit également de solliciter le soutien technique et l’aide financière d’institutions telles que le Conseil des Mines et la Commission des Armes et Poudres.

15La qualité de Parisien est aussi une signification sociale qui se construit et s’éprouve dans les transactions avec les autres. La dimension hégémonique de la capitale a contribué à structurer les représentations sociales, qu’il s’agisse de la conscience de l’homme d’affaires parisien d’être au cœur du creuset du pouvoir et de la richesse, ou symétriquement d’une certaine fascination de la province pour ce lieu propice aux profits faciles et aux réussites rapides.

  • 11 Arch. nat, T 112367, Lettre, 12 prairial an X.
  • 12 Arch. nat., T 112368, Lettre, 9 mars 1788.

16La mobilité géographique de Guyenot, couronnée par son installation à Paris, le capital de relations qu’il avait pu s’y constituer et sa position aux marges de l’appareil d’Etat contribuèrent assurément à le créditer auprès de ses attaches provinciales d’une influence certaine. Ses correspondants, conscients de l’ascendant de Paris, comprenaient l’utilité d’y disposer d’un correspondant susceptible de les conseiller ou de les recommander en cas de besoin. Et, à l’évidence, Guyenot spécula sur cette relation dissymétrique entre la province et la capitale, creuset du pouvoir et de la richesse, qui commence alors dans cette seconde moitié du xviiie siècle à imprégner fortement les mentalités collectives. Parce qu’on lui reconnaissait une influence - postulée ou réelle - dans les sphères du pouvoir, Guyenot fut sollicité à de nombreuses reprises pour recommander un ami ou une connaissance plus lointaine auprès d’une administration centrale ou d’un personnage en vue. Son propre beau-frère, François Breton, qui briguait sous le Consulat une charge d’huissier auprès du tribunal civil de première instance d’arrondissement de Dole, confessait ainsi les ressorts de la promotion administrative : un des juges de cette cour lui avait conseillé « de [s]’adresser à quelques-uns à Paris si [il] y avoit quelques connaissances »11. Cette recommandation parisienne était d’autant plus nécessaire que le requérant se trouvait éloigné de Paris. Dodun, ingénieur des Ponts-et-Chaussées à Castelnaudary, las de dix-huit années de service en Languedoc, aspirait ainsi à se rapprocher de Paris ; il s’adressa à Guyenot en ces termes : « Le but de cette lettre [...] est de vous prier, Monsieur, de faire la guerre à l’œil de voir autour de vous, ou dans les provinces voisines de la capitale s’il n’y aurait pas quelques postes que je puisse occuper et dont je pusse hasarder la demande avec quelque espérance de réussir [...]. Vous avez même voulu me faire espérer que vous pourriez vous-même me placer dans le voisinage de Paris d’une manière avantageuse »12. De fait, le nombre de sollicitations dont Guyenot fit l’objet, pour des postes à Paris comme en province, témoigne de cette image de la capitale où se négocie l’avancement et où se font les carrières. La réalité de l’influence effective de Guyenot dans les allées du pouvoir parisien reste cependant difficile à apprécier.

  • 13 Arch. nat., T 1 12 388, Lettre à Lapassa et Molin curés, 10 nov. 1808.
  • 14 Arch.nat.,T 112388, Lettre, 16 août 1811.

17Une part des interventions de Guyenot relève en outre du patronage du notable provincial qu’il était devenu, tout en bénéficiant du prestige de son installation parisienne. C’est ainsi qu’il se chargea en 1808 de transmettre au ministre des Cultes la pétition des habitants de Châteaubourg réclamant que l’église du village conserve son statut de succursale13. Il pouvait également s’agir de faire obtenir faveurs et distinctions à quelque connaissance locale. Augustin-François Fuzier, qui avait été déjà sur la recommandation de Guyenot nommé en septembre 1809 sous-directeur du dépôt de mendicité de La Voulte, le pria une nouvelle fois en août 1811 d’intervenir en sa faveur auprès de la chancellerie de la légion d’honneur14.

  • 15 Arch. nat., T 1 12385, Lettre de M. Villiers, 11 mai 1778.
  • 16 Ibid., Lettre de M. Jourdy, 20 déc. 1775.
  • 17 Arch. nat.. T 1123l5. Lettres des 20 vendémiaire et 27 brumaire an VIII.
  • 18 Arch. nat., T 112314, Billet, oct. 1780.

18Guyenot fut également sollicité par ses correspondants pour leur expédier des articles de Paris ou des fournitures difficiles à se procurer en province, comme des fourreaux de cuir bouilli et en galuchat15 ou des grains de cuivre16, dont lui avaient passé commande des connaissances francs-comtoises. Même si pour sa part Guyenot semble avoir peu goûté aux nouveautés parisiennes, il servit volontiers de commissionnaire pour des notabilités locales désireuses de se tenir au fait de l’actualité parisienne et des derniers succès littéraires. M. Bellefontaine, juge de paix de Reynel (Haute-Marne), pria ainsi Guyenot de l’abonner au Moniteur17 ; et le baron d’Ecrammeville, retiré sur ses terres normandes, lui demanda de passer chez les libraires du Palais-Royal lui acheter quelques ouvrages récemment parus18. L’importance que lui reconnaissaient ses correspondants provinciaux atteste bien la considération sociale attachée à sa qualité de Parisien.

***

19Le cas de Guyenot montre donc de façon exemplaire comment l’identité parisienne se construit au xviiie siècle, pour un provincial désireux d’ascension sociale, à travers son installation dans la capitale. Cependant, de même que le contexte parisien fait les fortunes, elle les défait tout autant. Emprisonné pour dettes en juillet 1810 à la prison de Sainte-Pélagie et libéré deux ans plus tard, Guyenot vit son crédit irrémédiablement entamé sur la place parisienne et se réfugia dès lors dans l’anonymat de la province du Boulonnais. Il ne conserva qu’un modeste pied-à-terre à Paris, rue de Bailleul, où il mourut en 1824. Être Parisien pour Guyenot, ce fut assurément une promotion individuelle, une occasion de profits multiples, et un moyen de jouer du rapport symbolique entre Paris et la province. Mais puisque sa faillite signifia la fin du crédit social du personnage, cette identité parisienne était plus une conquête qu’un état ; elle se révéla à terme n’être qu’une posture provisoire.

Notes

1 Arch. nat., T 112311, Lettres de Toutain à Guyenot, 1er juin et 4 sept. 1808.

2 Arch. nat., T 112378-79.

3 Cf. D. Roche, « Nouveaux Parisiens au xviiie siècle ». Cahiers d’histoire, n° 24, 1979, p. 1-20.

4 Arch. nat., T 112385, Lettre. 22 fév. 1773.

5 Arch. nat., T 112313B, Bail passé devant Maître Porlier, 14 messidor an X.

6 Cf. D. Garrioch, Neighbourhood and Community in Paris. 1740-1790, Cambridge, 1986.

7 Arch, nat., T 11237, Lettre, 21 thermidor an II.

8 Arch. nat., T 112367, Lettre, 25 prairial an X.

9 Arch. nat., T 1123 67, Lettre, 1er prairial an X.

10 Arch. nat., T 112339-40, Lettre, 16 juin 1813.

11 Arch. nat, T 112367, Lettre, 12 prairial an X.

12 Arch. nat., T 112368, Lettre, 9 mars 1788.

13 Arch. nat., T 1 12 388, Lettre à Lapassa et Molin curés, 10 nov. 1808.

14 Arch.nat.,T 112388, Lettre, 16 août 1811.

15 Arch. nat., T 1 12385, Lettre de M. Villiers, 11 mai 1778.

16 Ibid., Lettre de M. Jourdy, 20 déc. 1775.

17 Arch. nat.. T 1123l5. Lettres des 20 vendémiaire et 27 brumaire an VIII.

18 Arch. nat., T 112314, Billet, oct. 1780.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter