Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Nostalgie, mémoires

Paris attendu, paris retrouvé

Les exilés communards et le peuple de Paris, de la nostalgie aux retrouvailles

Laure Godineau

Texte intégral

  • 2 Ibid., p. 354.
  • 3 Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis (I1SG), Amsterdam, collection L. Descaves.

1Tels sont les souvenirs du retour après l’exil que Lucien Descaves prête à son héros éponyme « Philémon Colomès » lorsqu’au début du xxe siècle il entreprend de retracer le destin des survivants de la Commune de Paris de 1871. Roman du souvenir, roman de l’amitié, celle qui se noue entre le narrateur et ces « vieux de la vieille », l’œuvre de Descaves est aussi un roman de Paris et des Parisiens. Comme pour mieux le souligner, les premières pages plantent minutieusement le décor de la rencontre, le 14e arrondissement, si parisien et si provincial à la fois, tandis que les dernières évoquent l’incinération de Colomès au Père-Lachaise. Et le narrateur ne manque pas de rappeler que la pensée d’être conduit dans le cimetière où l’insurrection avait « expiré » « devait sourire » à l’ancien  communard2. L’œuvre répond certes à de nécessaires exigences romanesques ; mais on sait qu’elle fut l’objet d’un important travail de préparation, comme en témoignent entre autres les notes, les correspondances, et les documents divers relatifs aux anciens de 1871, conservés à 1TLSG d’Amsterdam3. Et ce que présente Descaves est l’histoire de vieux Parisiens. C’est en même temps celle de leur relation, voire de leur identification, à Paris et de ses moments majeurs : l’insurrection, bien sûr, mais également, comme il l’a bien vu, l’exil qui a suivi et le retour dans la capitale. Les paroles de Colomès citées supra le montrent. Or, dans celles-ci, c’est l’écart entre, d’une part, la Ville et le peuple parisien rêvés et remémorés dans l’attente de l’amnistie et la nostalgie propre à l’éloignement, et, d’autre part, l’expérience concrète des retrouvailles que Descaves cherche à souligner. Au-delà du simple pathos propre au genre, l’œuvre nous invite donc, plutôt qu’à revenir une nouvelle fois sur la Commune de Paris, à nous interroger sur la période postérieure à 1871, et sur son rôle dans l’élaboration de la relation entre les communards d’un côté, et Paris et les Parisiens de l’autre.

2Les retrouvailles ne se firent le plus souvent qu’à la faveur du vote de l’amnistie, partielle en mars 1879, puis plénière en juillet 1880. C’est dire que l’attente fut longue pour les anciens communards, en particulier pour ceux qui avaient été déportés en Nouvelle-Calédonie, mais aussi pour ceux qui avaient trouvé refuge en Grande-Bretagne, en Suisse, en Belgique ou ailleurs. En 1875, plus de 10 000 condamnations avaient été prononcées contradictoirement ; plus de 4 000 condamnés à la déportation et aux travaux forcés embarquèrent pour la Nouvelle-Calédonie. Le nombre d’exilés à l’étranger ne peut être connu précisément. Aux condamnés par contumace - plus de 3 000, mais certains d’entre eux sont probablement restés cachés en France -, il faut ajouter les proches qui les ont suivis et les insurgés qui ont fui par crainte des poursuites. Pour tous les communards qui ne profitèrent pas d’une grâce individuelle, l’attente fut rythmée le plus souvent par l’évolution de la question de l’amnistie en France. Concernant plusieurs milliers d’exilés ou de déportés, longue et incertaine, cette attente est donc propice à l’élaboration d’une puissante relation affective avec la capitale devenue lointaine, et avec son « peuple », pour lequel et avec lequel les insurgés jugeaient avoir combattu en 1871. Certes, les témoignages qui nous sont parvenus sont loin d’embrasser toutes les situations et tous les sentiments des anciens de la Commune ; pour autant, on y retrouve ce que Lucien Descaves voulait rendre dans son roman. Et après les amnisties de 1879-1880, le retour est bien l’occasion de tester l’intensité de cette relation.

UNE VISION IDÉALISÉE DE PARIS ET DU « PEUPLE PARISIEN »

Paris rêvé dans l’exil

  • 4 Outre la correspondance de Jules Vallès dans J. Vallès, Œuvres complètes, L. Scheler éd., Paris [n (...)

3Les correspondances dont nous disposons comme les rapports d’indicateurs témoignent de l’alternance de l’espoir et de la déception quant au vote d’une amnistie, au gré de la situation politique intérieure de la France des années 1870 et des débats parlementaires. Les années de l’Ordre moral correspondent à une période d’abattement, tandis que l’année 1876 et la victoire des républicains aux élections législatives conduisent à un enthousiasme croissant, qui décline alors que la perspective d’une loi s’éloigne4.

  • 5 La très grande majorité des rapatriements des déportés entre mars 1879 et juin 1881 se fait ainsi (...)
  • 6 J. Allemane, Mémoires d’un communard (1906), réédition présentée par M. Winock, Paris, 1981, p. 51 (...)
  • 7 Lettre de Jules Vallès à Hector Malot, Londres, 12 mars 1876, dans J. Vallès, Correspondance avec (...)
  • 8 Lettre de Jules Vallès à Hector Malot, Londres, « Mardi » (printemps 1876), dans J. Vallès, Corres (...)
  • 9 Lettre de Jules Vallès à Arthur Arnould, Londres, fin novembre 1876, dans Le Proscrit..., op. cit. (...)
  • 10 Lettre du 29 avril 1880, Bibl. hist. de la Ville de Paris, Collection Claretie, Ms 1 140, p. 1.
  • 11 Lettre de Jules Vallès à Arthur Arnould, Londres, fin novembre 1876, dans Le Proscrit..., op. cit. (...)

4Or, pour beaucoup d’insurgés parisiens, l’attente de l’amnistie signifie les retrouvailles non seulement avec la Mère-Patrie mais aussi avec la capitale. C’est ce que montre l’importance des retours à Paris après les votes de 1879-18805. Dans ses Mémoires, Jean Allemane souligne à quel point cette arrivée à Paris cristallisait le rêve du retour en France : « Si le cri de la vigie [...] annonçant la terre avait fait battre fortement les cœurs, la vue de Paris, la joie de revoir les siens, les amis, [...] remuaient toutes les fibres », écrit-il après avoir évoqué rapidement le débarquement à Brest de son convoi de rapatriés6. Retrouver Paris, c’est retrouver les proches quittés des années auparavant, mais ce rêve premier s’est par ailleurs alimenté des souffrances générales et de la dureté des conditions de vie que les déportés ou condamnés aux travaux forcés ont connues en Nouvelle-Calédonie. Pour les proscrits, Péloignement et l’acclimatation difficile au pays-refuge ont également pu favoriser une vision magnifiée de Paris et du « peuple parisien ». « Que pensez-vous personnellement de notre retour en France ? Croyez-vous que nous pourrons y être dans 18 mois, nous les chefs comme on les appelle ? », écrit Jules Vallès à Hector Malot, dans une lettre datée de mars 1876, avant de conclure : « En tout cas, votre réponse peut me mettre du baume au cœur. J’en ai besoin. O Paris, Paris ! Je le regrette de toute la force de ma haine pour les Anglais - Oh ! quelle race ! -Tous les dimanches, il me prend envie de crier : aux armes, et de trouer ce silence horrible à coups de canon ! »7 Celui qui compare souvent son éloignement de Paris à une relégation en province fait encore de la capitale française la Terre promise d’un Moïse condamné à un mont Nébo « aride et morne »8. Londres, cité inhumaine, sombre et glacée, ville « lugubre » pour Jules Vallès9, lieu « affreux, triste et mortel » évoquant « une mine à ciel ouvert » pour Jean-Baptiste Clément10, permet ici de revivifier constamment l’attachement à Paris ; comme peuvent aussi le faire les cités suisses, petites communautés où manque cette fois la grandeur11. La comparaison se nourrit de la nostalgie de l’exil et l’entretient tout à la fois. Les sources montrent de plus la forte propension des différentes communautés de réfugiés à reparler constamment des événements de 1871, à revenir sur l’insurrection et sur les causes de la défaite, sur les responsabilités, sur les journées de combat pendant la Semaine sanglante et sur la répression ; or, celle-ci conduit encore à faire de la Ville un point d’ancrage.

L’idéalisation du « peuple de Paris »

  • 12 Lettre de Jules Vallès à Hector Malot, Londres, juin 1877, dans J. Vallès, Correspondance avec Hec (...)

5La Commune racontée et re-racontée, seule « parisiennerie », selon les mots de Vallès, dont disposent les réfugiés12, c’est en même temps le souvenir ou l’évocation du peuple parisien. Les exilés qui, dans l’absence, témoignent, écrivent et chantent la Commune et sa répression, mettent en avant les Parisiens sans lesquels elle n’aurait pu être, ceux qui ont fait front et qui, loin des bourgeois « francs-fileurs », forment le véritable « peuple de Paris ». On retrouve alors les caractères et les qualités archétypales, mythiques, de ce dernier, de son état d’esprit frondeur à la fierté de sa condition.

  • 13 J. Vallès, « Le 26 mars », dans Le Cri du Peuple, 28 mars 1871, repris dans J. Vallès, Œuvres, R. (...)
  • 14 « Lettre de l’exil », Londres, texte signé X, La Constitution, 25 mars 1872, dans J. Vallès, Œuvre (...)
  • 15 La Commune de Paris, pièce inédite, préface et notes de M.-C. Bancquart et L. Scheler, Paris, 1970 (...)
  • 16 M.-C. Bancquart, « Le mythe de Paris dans l’œuvre de Jules Vallès », dans Les écrivains français d (...)

6On peut ici s’arrêter de nouveau sur Vallès. Outre qu’il saluait déjà Paris, en 1871, comme « patrie de l’honneur, cité du salut, bivouac de la révolution »13, sa correspondance, ses articles et sa production littéraire des années d’exil offrent un riche matériau. Or, le tableau de la capitale anglaise qu’il dresse dans ses lettres tient aussi à ce que, pour lui, la population londonienne ne pourra jamais égaler « le peuple de Paris » : « Le peuple sain, courageux, plaisant, comme je l’ai connu à Paris avant qu’on le massacrât, où est-il ? », écrit-il en 1872, dans un article publié en France, à propos des ouvriers de Londres. Et d’évoquer la blouse parisienne : fierté vestimentaire de l’« enfant de Paris », elle tranche avec les frusques des travailleurs londoniens, dont la soumission se dévoile dans ce qu’« ils aiment à endosser l’habit qu’a fatigué le maître »14. C’est bien ce « peuple de Paris » que Vallès veut mettre en scène dans la pièce de théâtre qu’il rédige en exil, La Commune de Paris ; sa correspondance dévoile d’ailleurs qu’il envisagea d’intituler cette œuvre Le Peuple de Paris15. L’assimilation est alors totale entre la Commune de Paris et le « peuple de Paris ». Marie-Claire Bancquart a montré comment 1871 avait favorisé une mutation esthétique du Paris vallésien. Ville éclatée, désordonnée et inégalitaire sous le Second Empire, Paris est devenu un avec la Commune, topographiquement et socialement indivisible, sans clivage, et pourtant entièrement voué au mouvement et au bouillonnement. L’individu habitant la capitale s’est trouvé lui-même métamorphosé, devenant capable de s’accomplir, dans cette nouvelle communauté faite d’inspiration et de fraternité16. Et, pour Vallès, loin du Paris factice du Second Empire, le Paris de 1871 est le seul Paris réel, Paris en accord avec le peuple, Paris du peuple.

  • 17 La Commune de Paris s’ouvre sur les barricades de Saint-Antoine, le 24 juin 1848, et l’on retrouve (...)
  • 18 Rappelons juste le sentiment horrifié de Vingtras-Vallès vis-à-vis du peuple, devenu foule violent (...)
  • 19 « La Commune de Paris », New York, 18 mars 1876, dans E. Pottier, Œuvres complètes, P. Brochon éd. (...)
  • 20 « Le proscrit de 1871 », Windsor, 1877, dans E. Chatelain, Les Exilées de 1871. Poésies. Fables. C (...)

7Ce peuple, c’est celui des révolutions et des barricades. Aussi voit-on dans La Commune de Paris - comme on le verra plus tard dans L’Insurgé - une continuité historique sensible entre les acteurs de 1871 et ceux de Juin 184817. Il y aurait certes beaucoup à dire sur le cas particulier de Vallès, notamment sur sa relation avec les foules décrites dans ses œuvres18. Mais il n’est pas le seul exilé qui ait, dans l’absence, rendu hommage aux Parisiens. Il suffit ici de renvoyer à Eugène Pottier ou encore à un proscrit aujourd’hui moins célèbre, Eugène Châtelain. On trouve par exemple dans « La Commune de Paris » de Pottier la même mutation de la ville, qui renoue en 1871, après les années de l’Empire, avec sa vraie nature et son vrai destin, le même peuple, les mêmes faubouriens qui acclament la Commune derrière les « vieillards au front sévère » de Juin 48, avant de connaître la répression19. Quant à Eugène Chatelain, ses vers chantent les souffrances du « proscrit de 1871 », blessé, vaincu, condamné au « ciel gris de l’Angleterre », mais aussi le souvenir du secours trouvé auprès d’une famille qui le soigna et le sauva, et dont l’une des filles avait elle-même combattu20. Par-delà la réactualisation de l’allégorie féminine de la Liberté/République combattant sur les barricades de Paris, l’hommage s’appuie donc sur la transposition lyrique de l’entraide parisienne.

8Dans ces œuvres de l’exil, la remémoration et/ou la mise en scène du peuple parisien passent ainsi par le tableau idéalisé d’une proximité voire d’une communion de tous, révélée tout particulièrement lors des derniers moments de la lutte contre les « Versaillais ». Cette communion, des figures de la Commune aux anonymes, du combattant au Parisien qui le sauve par solidarité, rattache de près ou de loin le « peuple de Paris » - dans son intégralité - au mouvement communaliste. Dans cette logique, déportés et exilés ne pourraient-ils pas retrouver au retour dans la ville, si ce n’est cette fusion, du moins cette solidarité, ou encore les signes et les preuves de leur souvenir ?

Penser le retour comme une communion entre Parisiens

9Au-delà de cette vision littéraire, même si la mobilisation populaire n’a pas été toujours et partout généralisée, des milliers de Parisiens ont été effectivement concernés d’une façon ou d’une autre par la répression. De ce fait, l’amnistie pouvait être attendue comme la promesse de retrouvailles intenses avec la capitale, qui dépasseraient le seul accueil des parents et des proches.

  • 21 Voir P. Lidsky, Les écrivains contre Ici Commune (1970), rééd., Paris, 1999.
  • 22 Sur le thème des ruines, voir la communication, à ce même colloque, de É. Fournier, « Les Parisien (...)
  • 23 Chambre des députés, séance du 16 mai 1876, Journal officiel, 17 mai 1876, p. 3345-3346.

10Et ceci d’autant plus que les partisans de l’amnistie en France, au fur et à mesure qu’ils faisaient entendre davantage leur voix, soulignaient à quel point la répression avait touché le monde des ateliers parisiens. En effet, pour aller vite, dès 1871, les premiers adversaires d’une loi d’amnistie, qui retrouvaient les thèmes de la littérature anti-communarde21, dénonçaient une insurrection menée par des individus aigris et déclassés qui avaient conduit la capitale à sa perte, l’avaient mutilée, brûlée, ruinée22 ; ils avaient été à la tête d’une masse populaire qu’on rapprochait de la population des bas-fonds et des égouts. Moins que les ouvriers laborieux et honnêtes de Paris, la répression avait donc essentiellement concerné ces hommes hautement condamnables. Mais après la victoire républicaine aux législatives de 1876, les débats reprirent avec le dépôt de nouvelles propositions de lois d’amnistie et les parlementaires radicaux développèrent dans ce contexte une nouvelle image des insurgés. Ils les présentaient certes comme des égarés : on était loin de la littérature communarde. Toutefois, en avançant la nécessité économique de l’amnistie, en déclarant que la répression avait privé Paris d’une part importante de sa main-d’œuvre, et en particulier de la plus qualifiée, ces parlementaires en faisaient également des éléments de la richesse et de la renommée de la capitale. Parmi eux, Édouard Lockroy insistait en effet sur la perte que représentait cette situation pour les industries parisiennes demandant « le plus d’intelligence de travail, d’habileté, d’agilité », comme la lithographie et le meuble. Et il affirmait que ceux qui avaient occupé grades, fonctions et emplois en 1871, loin de constituer la lie de la population, se trouvaient parmi « les plus habiles et, par conséquent, les plus intelligents » des ouvriers parisiens23. Aussi, au terme de la longue attente des exilés et déportés et des débats français sur l’amnistie, l’identification de l’insurrection avec la population ouvrière de Paris se trouvait renforcée. Penser le retour, c’était donc bien penser à des retrouvailles entre Parisiens. Les absents étaient sans nul doute des « enfants de Paris », que Paris accueillerait comme tels.

LES « ENFANTS DE PARIS », DU RÊVE À LA RÉALITÉ

  • 24 Pour plus de détails, voir L. Godineau, Retour d’exil...., op. cit.

11Comment se fit donc ce retour rêvé dans l’absence et l’éloignement et dans l’écho des débats sur l’amnistie ? Doit-on suivre le constat désenchanté que Lucien Descaves attribue à ses « vieux de la vieille » ? Sur fond d’amertume, l’écrivain lui-même donne des pistes pour une vision nuancée, d’autant que les retrouvailles avec Paris peuvent renvoyer à la fois aux premiers moments et au temps plus long de la réinstallation, de la réintégration dans le cadre parisien et parmi les Parisiens, de la réappropriation de la ville. Pour ne pas trop entrer dans cette complexité, nous ne donnerons ici que quelques éléments rapides de réponse24.

Existe-t-il une solidarité parisienne ?

  • 25 Le Temps, 22 sept. 1879 ; voir aussi, par exemple, La Marseillaise, 30 sept, et 1er oct. 1879.
  • 26 APP, BA 469 et BA 470.

12En 1879, Paris s’apprête donc à recevoir de nombreux bénéficiaires de la loi d’amnistie partielle. Les mois de septembre-octobre correspondent à des arrivées massives d’anciens condamnés de Nouvelle-Calédonie, près de 2 000. Puis, entre mars et août 1880, 700 amnistiés sont encore rapatriés. La loi d’amnistie totale votée en juillet 1880, les derniers exilés, dont les grandes figures de la Commune, reviennent soit pour le premier 14 Juillet national, soit quelques jours ou semaines plus tard. Enfin, les dernières arrivées de Nouvelle-Calédonie ont lieu en janvier puis juin 1881. Or si les premiers retours massifs déplacent les foules parisiennes, la réception se fait de moins en moins importante, notamment après l’amnistie plénière. À l’automne 1879, Le Temps admet que c’est à Paris que l’émotion doit être la plus grande. Les journaux radicaux ou d’extrême gauche, quant à eux, soulignent que le grand Paris ouvrira ses bras à ses « enfants », et ne se lassera pas de les fêter25. Ils estiment jusqu’à 30 000 les Parisiens venus accueillir les différents trains de rapatriés, tandis que les agents de la Préfecture de police eux-mêmes évaluent à chaque fois le public, « considérable », à environ une dizaine de milliers. Mais, au printemps 1880, les observateurs reconnaissent une baisse de curiosité, de présence et d’enthousiasme ; elle est plus visible encore en 1881. Le personnel de la Préfecture ne compte maintenant, le plus souvent, qu’en centaines, et lorsque l’on dépasse le millier, les chiffres mentionnés restent toujours inférieurs à ceux de l’automne 187926. D’autre part, la réception de ceux qui s’étaient réfugiés à l’étranger, revenant généralement en ordre dispersé, est souvent bien loin des acclamations et de la sollicitude réservés aux premiers grands retours collectifs. Certes, les grandes figures qui rentrent en juillet 1880 bénéficient de leur notoriété, de l’allégresse provoquée par le vote de l’amnistie plénière et par la célébration du 14 juillet. Le retour à Paris de Rochefort, le 12, est grandiose et déplace à lui seul une foule estimée entre 100 000 et 200 000 personnes. Celui-ci reste cependant fort ambigu pour qui veut analyser l’accueil que font les Parisiens aux anciens condamnés de la Commune. D’un côté, c’est une célébrité nationale mais en même temps spécifiquement parisienne que le public est venu attendre. En quelque sorte, Rochefort est aussi un « enfant de Paris ». De l’autre, on ne peut rien conclure sur ce que les anonymes ont pu éprouver en retrouvant la capitale. Les communards de Lucien Descaves, qui doivent préparer plus longuement leur retour et arrivent donc après la fête, mettent l’accent sur cette différence de traitement. Tout dépend de la notoriété de celui - ou de celle - qui rentre, mais aussi de la date et des modalités du retour.

13La solidarité parisienne, rêvée et proclamée, a également été testée par le soutien matériel apporté à l’arrivée et dans les premiers temps. Derrière le patronage de Victor Hugo et de Louis Blanc, de nombreux radicaux parisiens étaient impliqués dans le Comité central d’aide aux amnistiés, créé en février 1879 pour pallier l’absence d’aide gouvernementale. Subdivisé en comités d’arrondissements qui permettaient d’enraciner la solidarité dans les quartiers, organisant fêtes et conférences, le Comité estimait en juin 1881 avoir recueilli près de 385 000 francs et secouru plus de 3 500 personnes. Les comités d’arrondissements avaient de plus été chargés de lancer des appels d’emplois. L’effort est réel, mais on en connaît peu les effets précis. En dehors du petit secours immédiat qu’ils recevaient à leur arrivée, combien d’amnistiés bénéficièrent, par exemple, d’emplois offerts par l’intermédiaire des comités ? L’entraide était de plus parasitée par des luttes politiques puisque radicaux et socialistes parisiens, qui créèrent un comité concurrent mais de bien moindre importance, en arrivaient à se disputer ceux qui revenaient. Dans ce contexte, correspondait-elle encore à ce qui avait été imaginé dans l’absence ?

De la complexité des situations

  • 27 Voir par exemple G. Renard, Un exilé, Paris, 1893 ; L. Michel, Mémoires de Louise Michel écrits pa (...)
  • 28 Lettre de Pottier à Paul Lafargue, Paris, 29 mai 1884, citée dans E. Pottier, Œuvres complètes..., (...)
  • 29 J. Allemane, Mémoires d’un communard, op. cit., p. 524-525.

14In fine, les communards et leurs proches qui ont laissé des témoignages (œuvres romanesques ou poétiques, mémoires, mais aussi correspondances27) ont dressé un bilan plutôt désabusé de ces retrouvailles avec Paris, en particulier lorsqu’ils ont évoqué le long terme. Mais là encore les situations ont été fort variables, faisant intervenir et se combiner un grand nombre de facteurs : âge, conditions connues en Nouvelle-Calédonie ou en exil, type de métier ou de situation professionnelle, amitiés et réseaux entretenus pendant l’absence et/ou retrouvés au retour, etc. Pour illustrer rapidement cette diversité, nous mettrons en regard deux destins de figures connues de l’insurrection. Eugène Pottier, qui était à la tête d’une maison de dessin industriel réputée dans le Paris de 1871, retrouve la capitale à plus de soixante ans, rentre d’exil « pauvre et vieilli » et constate à ses dépens les changements intervenus dans son « industrie »28. Jean Allemane revient, lui, de Nouvelle-Calédonie. Mais il est beaucoup plus jeune que Pottier - il est né en 1843, Pottier en 1816-, et retrouve ses amitiés dans le monde de la typographie. Ainsi se refait-il la main chez un de ses amis des années 1860 devenu imprimeur aux Batignolles et reçoit-il immédiatement une proposition d’embauché d’un imprimeur de la rue du Faubourg-Montmartre29. Chez Allemane, en somme, la réappropriation et la régénération de soi passent par le travail, les gestes et les réseaux des ateliers parisiens.

  • 30 L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 117.
  • 31 Voir J. Vallès, Le Tableau de Paris, M.-C. Bancquart éd., Paris, 1989 [articles publiés dans le Gi (...)

15Il faudrait enfin ajouter à ces évolutions perceptibles dans certains métiers celles de la capitale elle-même. En effet, il fallait se réapproprier une ville qui avait changé, ou qui était en train de le faire : les chantiers urbains toujours en cours et les travaux de reconstruction après les incendies de 1871 étaient là pour en témoigner. Les personnages de Descaves rappellent à ce propos la nécessité qu’il y eut pour eux de reprendre possession de Paris, si transformé en dix ans, la nécessité d’y faire « des voyages de découverte »30. Pour certains, le constat de ce changement intervenu pendant les années d’exil allait loin : Vallès va jusqu’à parler d’un déclin concomitant des figures pittoresques du petit peuple parisien (gamins des rues, saltimbanques...)31. Les témoignages qui nous sont parvenus suggèrent toutefois que tous les « retours » n’y étaient pas également sensibles.

***

16Au total, il faut donc nuancer une vision trop désespérée des retrouvailles des communards avec la capitale et avec son « peuple ». Mais l’attente a sans doute contribué à leur faire voir ces retrouvailles avant tout comme un aboutissement, qui devait clore les années de répression.

17Or, si Paris avait été attendu, dix ans ou presque s’étaient écoulés, modifiant les hommes et leur environnement. Les « retours » entraient ainsi dans une nouvelle ère sociale et politique, et dans une nouvelle relation avec Paris et les Parisiens.

Notes

2 Ibid., p. 354.

3 Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis (I1SG), Amsterdam, collection L. Descaves.

4 Outre la correspondance de Jules Vallès dans J. Vallès, Œuvres complètes, L. Scheler éd., Paris [notamment Correspondance avec Hector Mulot, préface et notes de M.-C. Banquart, Paris, 1968 et Le Proscrit. Correspondance avec Arthur Arnould, préface et notes de L. Scheler, Paris, 1950], et dans G. delfau, Jules Vallès. L’exil à Londres (1871-1880), Paris, 1971, on peut citer, parmi d’autres, celle de Victoire Tinayre (Bibliothèque Marguerite Durand, Fonds Victoire Tinayre), ou encore celle d’Henri Messager, dans H. Messager, Lettres de déportation. 1871-1876, J. Maitron éd., Paris, 1979 ; pour les rapports d’indicateurs, voir les Archives de la Préfecture de police de Paris, en particulier APP BA 430 et APP BA 464.

5 La très grande majorité des rapatriements des déportés entre mars 1879 et juin 1881 se fait ainsi à destination de Paris. Nous renvoyons ici aux données statistiques consignées dans les dossiers APP BA 469 et APP BA 470 (« Commune de Paris. Rapatriement des condamnés ») ; pour plus de détails, voir L. Godineau, Retour d’exil. Les anciens communards au début de la Troisième République, thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris I, 2000, p. 179-205 et M. Parlange, « Des pontons de France à la Nouvelle-Calédonie avec les insurgés de la Commune », Revue Maritime, n° 140, 1958, p. 70-118.

6 J. Allemane, Mémoires d’un communard (1906), réédition présentée par M. Winock, Paris, 1981, p. 517.

7 Lettre de Jules Vallès à Hector Malot, Londres, 12 mars 1876, dans J. Vallès, Correspondance avec Hector Malot, op. cit., p. 99 ; la même inspiration se retrouve dans La Rue à Londres, œuvre publiée en 1883, mais qui a son origine en exil.

8 Lettre de Jules Vallès à Hector Malot, Londres, « Mardi » (printemps 1876), dans J. Vallès, Correspondance avec Hector Malot, op. cit., p. 105.

9 Lettre de Jules Vallès à Arthur Arnould, Londres, fin novembre 1876, dans Le Proscrit..., op. cit., p. 116.

10 Lettre du 29 avril 1880, Bibl. hist. de la Ville de Paris, Collection Claretie, Ms 1 140, p. 1.

11 Lettre de Jules Vallès à Arthur Arnould, Londres, fin novembre 1876, dans Le Proscrit..., op. cit., p. 117.

12 Lettre de Jules Vallès à Hector Malot, Londres, juin 1877, dans J. Vallès, Correspondance avec Hector Malot, op. cit., p. 223.

13 J. Vallès, « Le 26 mars », dans Le Cri du Peuple, 28 mars 1871, repris dans J. Vallès, Œuvres, R. Bellet éd., Pans, t. 2 (1871-1885), 1990, p. 50 ; voir aussi la reprise de l’article dans L’Insurgé, XXVI, ibid., p. 1031.

14 « Lettre de l’exil », Londres, texte signé X, La Constitution, 25 mars 1872, dans J. Vallès, Œuvres, R. Bellet éd., op. cit., p. 71-72.

15 La Commune de Paris, pièce inédite, préface et notes de M.-C. Bancquart et L. Scheler, Paris, 1970 ; voir aussi la lettre de Jules Vallès à Hector Malot, Lausanne, 6 janvier 1873, dans J. Vallès, Correspondance avec Hector Malot, op. cit., p. 42.

16 M.-C. Bancquart, « Le mythe de Paris dans l’œuvre de Jules Vallès », dans Les écrivains français devant la guerre de 1870 et devant la Commune, Paris, 1972, p. 157-161.

17 La Commune de Paris s’ouvre sur les barricades de Saint-Antoine, le 24 juin 1848, et l’on retrouve cette filiation à travers le personnage de Pierre Beaudoin, forgeron parisien (inspiré du communard Malzieux) qui participe aux combats des deux épisodes révolutionnaires.

18 Rappelons juste le sentiment horrifié de Vingtras-Vallès vis-à-vis du peuple, devenu foule violente et déchaînée, lors de l’exécution des otages ; voir L’Insurgé, XXXIII.

19 « La Commune de Paris », New York, 18 mars 1876, dans E. Pottier, Œuvres complètes, P. Brochon éd., Paris, 1966, p. 116-119.

20 « Le proscrit de 1871 », Windsor, 1877, dans E. Chatelain, Les Exilées de 1871. Poésies. Fables. Chansons, Paris, 1886.

21 Voir P. Lidsky, Les écrivains contre Ici Commune (1970), rééd., Paris, 1999.

22 Sur le thème des ruines, voir la communication, à ce même colloque, de É. Fournier, « Les Parisiens confrontés à la destruction de leur ville en 1871 ».

23 Chambre des députés, séance du 16 mai 1876, Journal officiel, 17 mai 1876, p. 3345-3346.

24 Pour plus de détails, voir L. Godineau, Retour d’exil...., op. cit.

25 Le Temps, 22 sept. 1879 ; voir aussi, par exemple, La Marseillaise, 30 sept, et 1er oct. 1879.

26 APP, BA 469 et BA 470.

27 Voir par exemple G. Renard, Un exilé, Paris, 1893 ; L. Michel, Mémoires de Louise Michel écrits par elle-même (1886), rééd., Paris 1976, ou la correspondance de Victoire Tinayre.

28 Lettre de Pottier à Paul Lafargue, Paris, 29 mai 1884, citée dans E. Pottier, Œuvres complètes..., op. cit., p. 218.

29 J. Allemane, Mémoires d’un communard, op. cit., p. 524-525.

30 L. Descaves, Philémon..., op. cit., p. 117.

31 Voir J. Vallès, Le Tableau de Paris, M.-C. Bancquart éd., Paris, 1989 [articles publiés dans le Gil Blas et La France, 1882-1883] ; voir aussi M.-C. Bancquart, Paris « fin-de-siècle », 2° éd., Paris, 2002.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter