Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Nostalgie, mémoires

Les Parisiens confrontés à la destruction de leur ville en 1871

Éric Fournier

Texte intégral

  • 1 Sarrepont, Le Bombardement de Paris par les Prussiens en janvier 1871, Paris, 1871, p. 181.
  • 2 Le Guide Joanne, de 1876, recense 238 édifices privés et publics détruits. J. Adolphe, Paris illus (...)

1Considérablement dégradé, à partir du 5 janvier 1871, par les bombardements prussiens, dont 12 000 obus frappèrent essentiellement la rive gauche1, Paris est confronté pendant la Commune à une destruction sans précédent de son patrimoine2. La presse, l’abondante production lithographique et photographique, les mémoires, ainsi que les correspondances, de l’obscur boutiquier aux gloires littéraires de l’époque en passant par les Communards, révèlent un faisceau d’interrogations soulignant la difficulté de vivre dans une ville-mémoire où l’histoire s’élabore. L’attitude du Parisien, au moment même de la destruction, est particulièrement troublante, oscillant entre l’écrasement face à des événements le dépassant et le sentiment de vivre un moment historique. Une attention particulière doit être portée aux principaux destructeurs, les Communards, part non négligeable du peuple parisien. Après la destruction, les discours de déploration, les interrogations sur le devenir des ruines et les pratiques de promenade permettent d’esquisser la géographie sensible d’une capitale mutilée.

L’HÔTEL THIERS, PARADIGME DES DESTRUCTIONS

  • 3 Journal officiel de la Commune de Paris, Paris, 1871, décrets des 11 et 16 mai.
  • 4 Sous le terme générique de versaillais, il convient d’inclure tous ceux qui s’opposent à la Commun (...)
  • 5 C. Mendès, Les 75 jours de la Commune, Paris, 1871, p. 279.
  • 6 G. Bell, Paris incendié, histoire de la Commune de 1871, Paris, 1872, p. 54.

2La démolition de l’hôtel particulier de Thiers, situé place Saint-Georges, décrétée par la Commune de Paris le 11 mai 1871, en représailles au bombardement de Paris par l’armée versaillaise, mérite une attention particulière dans la mesure où cet événement résume en partie les différents enjeux de la destruction de Paris. A la veille de la Semaine sanglante, le bâti est réduit à une carcasse éventrée et l’intégralité du mobilier, de la bibliothèque et des nombreuses œuvres d’art ont été confisqués et dispersés conformément aux instructions très précises de Jules Fontaine, directeur général des domaines de la Commune de Paris3. Il est prévu à terme d’établir un « square public sur le terrain de l’hôtel du parricide ». Cette destruction souligne la volonté légaliste de la Commune et révèle l’ébauche d’un urbanisme communard, résurgence du vandalisme révolutionnaire, qui entend gérer la ville qu’elle s’est appropriée, jusque dans ses destructions purificatrices. La démolition de l’hôtel Thiers interpelle vivement le camp versaillais4, car elle résume les différentes facettes de la destruction de la mémoire parisienne : perte de la mémoire personnelle par le biais de la propriété privée, de la mémoire nationale et même du patrimoine de l’humanité du fait de la barbarie communarde. Catulle Mendès compatit au sens strict du terme en imaginant les Fédérés brûlant sa propre maison : « C’est à mon intérieur que j’ai songé devant le désastre de la place Saint-Georges. Cette grande ruine m’a surtout ému parce qu’elle éveillait en moi l’idée d’une autre ruine, bien improbable d’ailleurs »5. L’Illustration du 20 mai déplore la perte des archives privées de l’homme d’État, fustigeant « le coup de pioche impie de la Commune » ne respectant ni la propriété ni l’art. Georges Bell, un de ses rédacteurs, énumère scrupuleusement la richesse de la collection Thiers, comparable à un musée, autrefois visité par des élites européennes admiratives6.

3La destruction de l’hôtel Thiers révèle en partie la pluralité de regards déterminés par le milieu social, l’éducation, les aspirations politiques, l’intimité avec la capitale et l’implication dans les événements qui président à ses destructions. Comment les communards, acteurs de la destruction, perçoivent-ils Paris ? Quelle mémoire de Paris, quels quartiers, quels édifices sont privilégiés par les autres Parisiens, confrontés à ces événements exceptionnels, sinon grandioses, mais aussi opaques et angoissants ?

LES COMMUNARDS, PRINCIPAUX ACTEURS DE LA DESTRUCTION DE PARIS

  • 7 P. Citron, La Poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire, Paris, 1961, (...)
  • 8 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, 1971.
  • 9 Le Cri du peuple, 20 mai 1871.
  • 10 Ibid, 19 mai 1871.
  • 11 Journal Officiel de la Commune de Paris, décret du 13 avril relatif à la destruction de la colonne
  • 12 P. O. Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Paris, 1996, p. 334.
  • 13 G. Lefrançais, Étude sur le mouvement communaliste à Paris en 1871, Paris, 1969, p. 326.
  • 14 A. Corbin, « Préface », dans La Barricade, A. Cordin, J.-M. Mayeur dir., Paris, 1997, p. 12.
  • 15 R. Tombs, La Guerre contre Paris, 1871, Paris, 1997, p. 248 et liste du Guide Joanne de 1876.
  • 16 L. Godineau, « Les barricades de mai 1871 chez Jules Vallès », dans La Barricade, op. cit., p. 176
  • 17 F. Fort, p. 89.

4Sur les 300 000 Parisiens environ qui sont partisans de la Commune, beaucoup ne sont pas nés à Paris. Lissagaray estime que sur 35 000 prisonniers de la Commune seulement 2 000 sont Parisiens de naissance. Pourtant, les Fédérés connaissent parfaitement la geste des révolutions parisiennes, comme l’a remarqué Jacques Rougerie évoquant leur « prodigieuse mémoire séculaire » ; mémoire ravivée par l’expérience des combats urbains du siècle, de juin 1848 notamment. Lors de la Révolution française, matrice des représentations communardes, une des principales craintes du peuple parisien était l’anéantissement de Paris par le complot aristocratique au moyen du canon, de la poudre ou du feu7. De surcroît, cas unique des révolutions du xixe siècle, la Commune de Paris est initialement et avant tout, comme son nom l’indique, une révolution parisienne communale. Les communards s’approprient totalement la ville, la décapitalisant de fait en la transformant en commune autonome8. Comment les Fédérés, fidèles héritiers de 1793, ont-ils pu prôner puis accomplir la destruction d’un Paris approprié ? En effet, les destructions de la « semaine sanglante » ne sont pas seulement une contingence issue de la fureur des combats mais surtout le produit du rapport spécifique des Communards à Paris, d’une mémoire originale et sélective. En premier lieu, l’appropriation communale est totale. La presse communarde affirme constamment et unanimement que « Paris a le droit de se faire sauter plutôt que de se rendre à de pareils monstres. Il a le droit de se faire Saragosse ou Moscou devant les bombardeurs pour sauver son honneur mais ce droit n’appartient qu’à lui »9 et que « ce sera Paris qui se détruira lui-même et qui s’ensevelira sous les ruines plutôt que de laisser fouler le pavé de ses rues par les bombardeurs »10. La destruction de Paris relève bien d’une pratique communaliste exacerbée par la guerre, surtout par les bombardements versaillais. C’est l’ultime acte de souveraineté, déniant à Versailles le droit même de décider de la mort de Paris. En outre, ainsi que le montre le traitement réservé à l’hôtel Thiers, les Fédérés veulent gérer scrupuleusement Paris tout en purifiant l’espace public par le vandalisme révolutionnaire, politique dont la destruction de la colonne Vendôme est l’évidente illustration11. Lors de la Semaine sanglante, l’incendie des Tuileries par les communards s’inscrit pleinement dans cette volonté purificatrice : « Ces monuments monarchiques n’abriteront plus de monarchies »12. Il en est de même pour Gustave Lefrançais, élu de la Commune, qui estime « absolument moral de brûler ce palais essentiellement monarchique, symbole abhorré d’un exécrable passé »13. Par ailleurs, les communards ne se reconnaissent plus dans la ville haussmannienne, si différente du Paris populaire de 1789, facteur aggravant des destructions. Enfin et surtout, la mémoire communarde de Paris ne s’appuie pas sur un patrimoine architectural figé et abhorré mais sur des images très prégnantes d’émeutes, d’insurrections, bref d’une « ville barricade ». Or qu’est-ce qu’une barricade sinon le « résultat de la démolition, de l’écroulement, de l’arrachement [...]. Les débris s’y mêlant aux décombres »14. Donc, le Paris de la révolution, le Paris des barricades, ce qui pour le xixe siècle revient au même, c’est un espace urbain transcendé par ses propres destructions, par les démolitions du combat. L’incendie apparaît alors comme le prolongement de la barricade. En superposant la carte des bâtiments incendiés avec celle des lignes de front de la bataille de Paris15, on constate que les incendies servent souvent à protéger les barricades. Un décret du Comité de salut public du 24 mai stipule que toute maison servant de poste de tir contre une barricade sera incendiée. En juin 1848, les soldats contournaient les barricades en perçant les murs des maisons16. Le souvenir de 1848 impose l’incendie comme une poliorcétique de l’urgence. La mémoire parisienne des Fédérés est donc centrée sur le combat, la barricade, la destruction, dont l’incendie est la forme paroxysmique. Cette mémoire spécifique, assimilant Paris à un théâtre révolutionnaire, est complètement incomprise des versaillais qui s’étonnent que les communards n’aient même pas respecté leurs propres lieux de mémoire supposés, telle la maison natale de Voltaire, rue de Jérusalem : « Les flammes de la révolution ont passé sur ce berceau de la révolution », note Fort17. C’est une opposition complète entre la représentation du Paris révolutionnaire par les versaillais, flâneurs érudits, et par les communards eux-mêmes.

LA PERCEPTION INITIALE DE LA DESTRUCTION PAR LES AUTRES PARISIENS

  • 18 L. Halévy, Notes et souvenirs, 1871-1872, Paris, 1889, note du 24 mai 1871.
  • 19 E. Bersier, « Recueil de souvenir de la vie d’Eugène Bersier », Bulletin de la Société d’histoire (...)
  • 20 L. Le Verrier, Journal d’une jeune fille du Second Empire (1866-1878), Paris, 1994, p. 179.
  • 21 V. Desplats, Lettres d’un homme à la femme qu’il aime pendant le siège de Paris et la Commune, Par (...)
  • 22 L. Enault, Paris brûlé par la Commune, Paris, 1871, p. 4.
  • 23 S. Delattre, Les Douze Heures noires, la nuit à Paris au xixesiècle, Paris, 2000, p. 96.
  • 24 V. Fournel, Paris et ses ruines en mai 1871. Paris, 1872, p. 14.
  • 25 L. Hans, Second siège de Paris, le Comité central et la Commune, Paris, 1871, p. 241.
  • 26 L. Halévy, Notes et souvenirs..., op. cit., note du 27 mai.

5Comment les autres Parisiens subissent, perçoivent, analysent-ils la destruction de Paris ? Nombre de notables ayant quitté la ville insurgée observent les incendies des hauteurs de Saint-Cloud. Vision certes panoramique mais surtout pompéienne et apocalyptique qui entraîne le mutisme de l’observateur confronté à des événements le dépassant, auxquels ses lectures, de Volney à Du Camp, l’ont pourtant préparé. « Nous ne trouvons pas une parole à dire », avoue le 26 mai Ludovic Halévy18. L’observation muette est également l’attitude majoritaire chez les Parisiens restés à leur domicile : s’efforcer de se confronter à l’ampleur des destructions en montant pendant et immédiatement après la Semaine sanglante sur le toit de l’immeuble pour quitter le cadre étroit du quartier. Si le son ubiquiste du canon, auquel le Parisien s’est progressivement accoutumé, permet d’apprécier l’intensité des combats, seule la contemplation visuelle permet d’éprouver pleinement l’ampleur des destructions tout en s’efforçant de la cerner19, voire d’assister, sidéré, à un spectacle dantesque auparavant imprimé dans les classiques et dorénavant inscrit dans le bâti parisien. Si, après les combats, la plupart des lettrés ont recours à une grille de lecture mêlant poétique des ruines, romantisme et apocalypse, quelques témoignages prouvent que certains y ont confusément recours dès la Semaine sanglante. Appliquant spontanément les cadres stricts de leur éducation classique à la démesure de l’événement, ils se défendent toutefois de toute exaltation néronienne, défense qui sonne comme une confession. Ainsi un cousin de la jeune Lucille Le Verrier, logeant à Saint-Michel : « De mon balcon, j’aperçus tout l’horizon en feu. Depuis l’Hôtel de Ville jusqu’à la rue Royale [...], c’était un spectacle stupéfiant, inouï, incomparable. Au premier plan, le Palais de Justice formait un brasier gigantesque [...]. Je demeurais là longtemps à contempler ce prodigieux incendie, dévoré par l’angoisse et cependant incapable de détourner les yeux d’un spectacle si grandiose et si fascinant [puis il descend dans sa cave]. Les sentiments qui agitaient mon cœur étaient bien différents je vous l’assure de ceux d’un Néron devant son impérial feu d’artifice, ou d’Erostrate »20. Enfin, certains ont recours aux moments marquants de la mémoire de la « fête impériale » pour décrire les incendies. Ainsi, Victor Desplats, professeur à l’Ecole de médecine, écrit le 27 mai à sa femme que les ruines du ministère des Finances ressemblent aux décors d’une pièce de théâtre qu’ils ont vu ensemble : les Prophètes21. Louis Enault évoque le feu qui « prenait par intervalles les tons fantastiques que les chimistes de l’opéra excellaient à donner à leurs apothéoses de la fin »22. Mais l’image la plus prégnante pour décrire les incendies reste incontestablement les illuminations, « torrents de lumières »23 extrêmement appréciés des Parisiens. L’incendie des Tuileries, espace privilégie des illuminations parisiennes du siècle, devient « une illumination fantastique »24. Hans surenchérit encore : « Les fenêtres des Tuileries s’illuminèrent comme jamais aucune fête ne les avait éclairées [...] véritable féerie »25. Au pointillisme savamment dosé des illuminations succède un feu d’artifice dénaturé, barbare et démesuré. Notons que les milieux catholiques, à la suite de Veuillot, ont très fréquemment recours au registre de l’illumination afin de dénoncer la Babylone de la « fête impériale » châtiée par la volonté divine. De manière générale, la seule expérience pyrotechnique parisienne étant les illuminations festives, la population tend à juger les bombardements et les incendies selon ces souvenirs. Halévy, rentré dans Paris, entend des Parisiens, accoutumés aux combats depuis janvier 1871, parler de « bouquet final »26.

6Une fois passé le choc initial, si les Parisiens éprouvent les destructions selon leur sang-froid et leur culture, les illuminations, seule référence festive commune, sont convoquées par toutes les couches sociales pour jauger la catastrophe. Immédiatement après la Semaine sanglante, à nouveau libres de leurs déplacements, les Parisiens déambulent dans les ruines. Ces visites nous permettent d’évaluer les espaces les plus déplorés, les facettes de leur ville auxquels ils étaient le plus attachés : le quartier, la capitale ou Paris, phare de l’humanité.

ESQUISSE D’UNE GÉOGRAPHIE AFFECTIVE DE PARIS À TRAVERS LE PRISME DES DESTRUCTIONS

  • 27 V. Desplats, Lettres d’un homme..., op. cit. ; L. Halévy, Notes et souvenirs op. cit. ; E. Bersier(...)
  • 28 Recensement en cours portant actuellement sur 26 ouvrages, 275 photographies et 247 dessins.

7Les Parisiens s’efforcent très tôt d’apprécier l’ampleur des pertes subies. Mémoires et correspondances, en révélant la succession des promenades27 dans des ruines encore fumantes, permettent de reconstituer les parcours privilégiés. Le recensement des édifices apparaissant dans les discours de déploration et la production iconographique contribuent également à esquisser cette géographie sensible de la ville28.

  • 29 H. Dabot, Griffonnages quotidiens d’un bourgeois du Quartier latin du 14 mai 1869 au 2 décembre 18 (...)
  • 30 L. Hans, J.-J. Blanc, Guide à travers les ruines, Paris et ses environs, Paris, 1871 ; V. Fournel, (...)
  • 31 Les ruines du ministère apparaissent dans 89 % des discours de déploration, juste après l’Hôtel de (...)
  • 32 C’est notamment le cas des ruines du grenier d’abondance, boulevard Bourdon.
  • 33 Ces monuments apparaissent dans au moins 58 % des discours.
  • 34 Parmi les nombreuses photographies : Les Ruines de Paris en 1871, Paris, 1871 [100 photographies d (...)
  • 35 Paris-Guide, par les principaux artistes et écrivains de la France, préface de V. Hugo, Paris, 186 (...)

8Même si les Parisiens érudits sont assez prompts aux envolées lyriques sur Paris, microcosme de l’humanité frappé par une apocalypse rouge, ils parcourent prioritairement leur quartier, leur espace vécu, et s’éprouvent à la perte de leur paysage mémoriel personnel. Dès le premier siège, Victor Hugo consacre un important poème de l’Année terrible à la dégradation du couvent des Feuillantines, espace intime. Si certains citadins comme du Boys, modeste commerçant rue Saint-Denis, se contentent de visiter leur quartier, la plupart, après avoir visité leurs repères quotidiens, viennent regarder les principales ruines, les plus troublantes. Les promenades de Dabot29, avocat, vivant rue de la Sorbonne, sont exemplaires de l’attitude de la bourgeoisie parisienne. Il visite le Palais de justice, son lieu de travail, puis la colonne Vendôme, les Tuileries et l’Hôtel de Ville, qui font partie des lieux les plus visités. L’axe de la Seine, le plus durement touché, de la colonne Vendôme à la place de la Bastille est bien le parcours le plus fréquent des Parisiens, et celui mis en valeur par les guides touristiques de Paris en ruines30. À l’exception notable du ministère des Finances31, rue de Rivoli, aucun édifice n’acquiert après sa destruction une valeur supplémentaire, même si l’allure des ruines est objectivement proche des canons romantiques32. Les monuments les plus déplorés en 1871 étaient déjà très appréciés durant le Second Empire : l’Hôtel de Ville, puis les Tuileries, la colonne Vendôme, le Palais-Royal et le Palais de justice33. Inversement, certaines ruines spectaculaires mais situées dans les quartiers industrieux annexés en 1860 suscitent une relative indifférence comme les docks de La Villette. De surcroît, la composition des photographies, traitant des ruines du centre, insiste sur le côté romantique des ruines permettant ainsi à Paris de rejoindre fictivement Athènes et Rome, tandis que celles des quartiers annexés en 1860 ou de la proche banlieue, comme Asnières, ressemblent à un champ de bataille, plus comparable aux photographies de la guerre de Crimée qu’aux ruines antiques34. Il apparaît donc que, si de nombreux Parisiens érudits considèrent à la suite de Victor Hugo que Paris « est la somme de Jérusalem, Athènes et Rome [...], le point vélique de la civilisation »35, il s’agit du Paris historique d’avant 1860 à l’exclusion des arrondissements récents.

  • 36 Ibid., p. 36.

9Selon Hugo, Paris est en 1867 « une bible de pierre. Celle-ci n’a pas un dôme, pas un toit pas un pavé [...] qui ne donne une leçon, un exemple ou un conseil ». Il souhaite que « les peuples viennent dans ce prodigieux alphabet de monuments »36 pour s’instruire. Cette définition lyrique d’une « ville mémoire » internationale pose, dès juin 1871, le problème du devenir de ses ruines si soudaines. Doit-on reconstruire à l’identique ou intégrer les destructions au patrimoine parisien en en conservant les ruines les plus significatives ? Par quel processus les Parisiens, particulièrement les plus modestes d’entre eux, peuvent-ils s’approprier cet événement, l’intégrer à leur mémoire personnelle sans être submergés par sa démesure même ?

APPROPRIATION DE L’EVENEMENT PAR LES PARISIENS ET QUESTIONS SUR L’INTÉGRATION DES RUINES DANS LA « BIBLE DE PIERRE » PARISIENNE

  • 37 L’éditeur Dentu à Paris est alors le plus prolifique, avec plusieurs dizaines de publications cons (...)
  • 38 Sarrepont, Le bombardement de Paris..., op. cit., p. 231-232.
  • 39 E. et J. de Goncourt, Journal des Goncourt, mémoires de la vie littéraire 1851-1895, t. 4, 1870-18 (...)
  • 40 Sarrepont, Le bombardement de Paris op. cit., p. 231-232.
  • 41 Ibid.
  • 42 A. Corbin, « Coulisses », dans Histoire de la vie privée, P. Ariès, G. Duby dir., Paris, 1999, t.  (...)

10Nombre de Parisiens, pour s’approprier l’événement, écrivent à leurs proches ou achètent les nombreuses publications, lithographies et photographies parues en 187137. C’est un phénomène classique, commun à toutes les catastrophes, sur lequel il ne convient pas de s’attarder. En revanche, un point original, très spécifique à l’événement, mérite d’être souligné : la collection d’éclats d’obus et de fragments des bâtiments détruits. Une foule de Parisiens, souvent issus des classes populaires, adultes et enfants, s’empressent de récolter dès le siège prussien des éclats d’obus38. De même, le pasteur Bersier constate le 26 mai 1871 que « le concierge (de l’église de l’Étoile) montre fièrement sa corbeille d’obus ». La collection d’obus devient si importante que, fin juin, les frères Goncourt éconduisent un particulier venu leur acheter des éclats d’obus, le considérant comme un vulgaire « spéculateur ». Les mêmes Goncourt rapportent qu’un de leurs amis a ramassé un fragment de l’Hôtel de Ville, « scorie de pierre précieuse »39. Comment expliquer que les obus, qui ont failli détruire ou ont effectivement dégradé l’espace privé des Parisiens, trônent ensuite en bonne place dans le salon, sous la forme inoffensive d’éclats parfois transformés en dérisoires presse-papiers et autres bibelots40 ? En premier lieu, ces souvenirs sont le lien entre l’histoire personnelle, intime, de chaque Parisien et l’intégralité de « l’année terrible » parisienne. Ainsi, le concierge de l’église recueillant comme un trésor les éclats des obus qui ont frappé l’édifice dont il a la garde, ainsi Sarrepont qui conserve « le fragment du projectile qui faillit emporter notre très humble personne dans la nuit du 9 au 10 janvier »41. La démesure apocalyptique des destructions est réduite à un fragment manipulable qui intègre la collection des objets personnels résumant l’existence de chacun42. Osons l’hypothèse que l’origine de ces pratiques réside dans le développement, sous le Second Empire, de collections d’objets naturels variés, notamment pierres et coquillages fossiles glanés lors de promenades, qui seuls permettent d’appréhender les insondables temporalités géologiques. De même, les Parisiens, par la collecte des fragments, s’efforcent de lier leur vie à l’histoire incommensurable de cette ville hors norme frappée par la catastrophe.

  • 43 L. Halévy, Notes et souvenirs..., op. cit., 27 mai.

11Le devenir de ruines soudaines mais surtout a priori éphémères, intéresse beaucoup les Parisiens. Si l’on considère que, pour la majorité d’entre elles, on doit les reconstruire sans tarder, comme la colonne Vendôme, d’autres exemplaires ou magnifiques sont l’objet de propositions plus originales. L’Hôtel de Ville est ainsi unanimement considéré comme une ruine magnifique, troublante, féerique par tous ceux qui l’ont contemplée. Ludovic Halévy estime, comme beaucoup d’autres, qu’« on devrait les laisser là toujours en plein cœur de Paris, comme une éternelle leçon »43 contre toute dérive révolutionnaire. En bref, conserver quelques ruines exemplaires permettrait de montrer que Paris a failli connaître le sort des grandes cités antiques, façon d’accentuer le mimétisme, mais s’est relevé, conjurant ainsi le destin traditionnellement réservé aux cités exemplaires.

***

12Le Tableau de Paris, de Mercier, tout en contribuant grandement à fixer l’identité et la mémoire parisienne, a aussi favorisé l’éclosion d’un genre littéraire fécond, celui du récit de la destruction de Paris qui entre aisément en résonance avec la fascination romantique pour les ruines. Or, en 1871 la destruction et les ruines de la capitale basculent de l’identité rêvée, anticipée et fabulée de la ville connue seulement d’une minorité érudite à l’identité vécue, implacable et cruellement perceptible par tous. Confrontés à cette catastrophe, les Parisiens démontrent leur attachement à la ville en la réinvestissant immédiatement, d’abord par la promenade dans des ruines encore fumantes, puis par les discours et enfin par la reconstruction. Confrontés à la possibilité du déclin de leur ville, les Parisiens l’ont refusé. L’exposition universelle de 1878, mise en scène du progrès à l’échelle du monde dans un espace éphémère voué à la destruction, met en évidence le prestige retrouvé de Paris.

Notes

1 Sarrepont, Le Bombardement de Paris par les Prussiens en janvier 1871, Paris, 1871, p. 181.

2 Le Guide Joanne, de 1876, recense 238 édifices privés et publics détruits. J. Adolphe, Paris illustré en 1870 et 1786 guide de l’étranger et du parisien, Paris, 1877. préface, p. VI.

3 Journal officiel de la Commune de Paris, Paris, 1871, décrets des 11 et 16 mai.

4 Sous le terme générique de versaillais, il convient d’inclure tous ceux qui s’opposent à la Commune de Paris.

5 C. Mendès, Les 75 jours de la Commune, Paris, 1871, p. 279.

6 G. Bell, Paris incendié, histoire de la Commune de 1871, Paris, 1872, p. 54.

7 P. Citron, La Poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Baudelaire, Paris, 1961, vol. 1, p. 145.

8 J. Rougerie, Paris libre 1871, Paris, 1971.

9 Le Cri du peuple, 20 mai 1871.

10 Ibid, 19 mai 1871.

11 Journal Officiel de la Commune de Paris, décret du 13 avril relatif à la destruction de la colonne.

12 P. O. Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, Paris, 1996, p. 334.

13 G. Lefrançais, Étude sur le mouvement communaliste à Paris en 1871, Paris, 1969, p. 326.

14 A. Corbin, « Préface », dans La Barricade, A. Cordin, J.-M. Mayeur dir., Paris, 1997, p. 12.

15 R. Tombs, La Guerre contre Paris, 1871, Paris, 1997, p. 248 et liste du Guide Joanne de 1876.

16 L. Godineau, « Les barricades de mai 1871 chez Jules Vallès », dans La Barricade, op. cit., p. 176.

17 F. Fort, p. 89.

18 L. Halévy, Notes et souvenirs, 1871-1872, Paris, 1889, note du 24 mai 1871.

19 E. Bersier, « Recueil de souvenir de la vie d’Eugène Bersier », Bulletin de la Société d’histoire de Paris, n° 108-109, 1981-1982, notes des 22, 23 et 24 mai.

20 L. Le Verrier, Journal d’une jeune fille du Second Empire (1866-1878), Paris, 1994, p. 179.

21 V. Desplats, Lettres d’un homme à la femme qu’il aime pendant le siège de Paris et la Commune, Paris, 1980.

22 L. Enault, Paris brûlé par la Commune, Paris, 1871, p. 4.

23 S. Delattre, Les Douze Heures noires, la nuit à Paris au xixe siècle, Paris, 2000, p. 96.

24 V. Fournel, Paris et ses ruines en mai 1871. Paris, 1872, p. 14.

25 L. Hans, Second siège de Paris, le Comité central et la Commune, Paris, 1871, p. 241.

26 L. Halévy, Notes et souvenirs..., op. cit., note du 27 mai.

27 V. Desplats, Lettres d’un homme..., op. cit. ; L. Halévy, Notes et souvenirs op. cit. ; E. Bersier, « Recueil de souvenir... », art. cit. ; L. Le Verrier, Journal d’une jeune fille..., op. cit. ; P. Du Boys, Lettres écrites par Paul du Boys, commerçant, 303, rue Saint-Denis à son fils Sylvius pendant le siège et la Commune, Bibl. hist. de la Ville de Paris, Ms 1075 ; A. Malvina-Blanchecotte, Tablettes d’une femme pendant la Commune, Paris, 1872.

28 Recensement en cours portant actuellement sur 26 ouvrages, 275 photographies et 247 dessins.

29 H. Dabot, Griffonnages quotidiens d’un bourgeois du Quartier latin du 14 mai 1869 au 2 décembre 1871, Péronnc, 1875, notes du 31 mai au 2 juin 1871.

30 L. Hans, J.-J. Blanc, Guide à travers les ruines, Paris et ses environs, Paris, 1871 ; V. Fournel, Paris et ses ruines en mai 1871, Paris, 1872.

31 Les ruines du ministère apparaissent dans 89 % des discours de déploration, juste après l’Hôtel de Ville (98 %).

32 C’est notamment le cas des ruines du grenier d’abondance, boulevard Bourdon.

33 Ces monuments apparaissent dans au moins 58 % des discours.

34 Parmi les nombreuses photographies : Les Ruines de Paris en 1871, Paris, 1871 [100 photographies de Liebert].

35 Paris-Guide, par les principaux artistes et écrivains de la France, préface de V. Hugo, Paris, 1867, p. 25.

36 Ibid., p. 36.

37 L’éditeur Dentu à Paris est alors le plus prolifique, avec plusieurs dizaines de publications consacrées à la Commune parues en 1871.

38 Sarrepont, Le bombardement de Paris..., op. cit., p. 231-232.

39 E. et J. de Goncourt, Journal des Goncourt, mémoires de la vie littéraire 1851-1895, t. 4, 1870-1871, Paris, 1935, 28 mai 1871.

40 Sarrepont, Le bombardement de Paris op. cit., p. 231-232.

41 Ibid.

42 A. Corbin, « Coulisses », dans Histoire de la vie privée, P. Ariès, G. Duby dir., Paris, 1999, t. 4, p. 459.

43 L. Halévy, Notes et souvenirs..., op. cit., 27 mai.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter