Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Nostalgie, mémoires

Être Parisien et le rester

La résistance des Parisiens à la rénovation urbaine du Second Empire

Florence Bourillon

Texte intégral

  • 1 Pour un développement plus important sur le débat historiographique, voir Fl. Bourillon, « Travaux (...)

1« Être parisien et le rester... » signifie, pour les habitants des quartiers centraux, se maintenir sur place ou dans des zones proches malgré les bouleversements qu’entraînent les travaux de la transformation de Paris. L’observation des recensements et des changements d’adresse sur les listes électorales de la période impériale permettent, en effet, de nuancer le récit de l’expulsion et du déplacement massif de population. Restent à saisir les stratégies de résistance souvent peu perceptibles. Le propos consiste ici à considérer les changements du bâti comme l’une d’entre elles. Aménager de nouveaux locaux, modifier leur affectation, refaire les façades ou réhabiliter les immeubles constituent les indices d’une réaction à l’égard de la rénovation à ne pas négliger. Il s’agit dans les limites de cette contribution1 de tenter de placer l’étude des mouvements de population dans une histoire du changement urbain.

DÉPLACEMENTS DE POPULATION...

  • 2 Ed. About. « Dans les ruines », dans Paris-Guide, 1867.
  • 3 J. Ferry, Les comptes fantastiques d’Haussmann, 1868.

2On se souvient de la description qu’Edmond About donne dans Paris-Guide, en 1867, de l’exode d’une honorable famille d’artisans parisiens et la contemplation qu’ils font du vide laissé par leur maison détruite. L’auteur exprime alors une idée partagée par l’opinion devant l’ampleur des démolitions : « Cette fange des pauvres quartiers n’était-elle pas autrefois un engrais de civilisation ? Les plus beaux fruits de l’industrie parisienne ne sont-ils pas sortis de ce fumier ? »2 Le Paris ancien, « où il existait des groupes, des voisinages, des quartiers, des traditions »3, disparaît tout comme les « chères habitudes » : en laissant partir sa population industrieuse, Paris perd une part de son identité et de son équilibre. Ces thèmes de la dépossession et de la rupture d’un ordre ancien se retrouvent dans la plupart des écrits contemporains.

  • 4 Voir par exemple A. Cochin, Paris, sa population, son industrie, 1864, qui commente l’enquête sur (...)
  • 5 Parmi d’autres, Résultats statistiques du dénombrement de 1881 pour la ville de Paris et renseigne (...)
  • 6 Thème déjà évoqué sous la monarchie de Juillet et contre lequel s’élève A. Husson à propos du rece (...)
  • 7 L’ouvrage de B. Marchand (Paris, Histoire d’une ville xixe-xxesiècle, Paris, 1993) fait l’inventai (...)
  • 8 Pour la reconquête du Paris-centre lors de la Commune par les « vrais Parisiens » exclus par les t (...)

3S’y ajoutent de la part de commentateurs d’enquêtes ou de recensements la validité d’une réflexion qui se veut informée. En ce sens, leurs exposés se présentent comme des documents d’expertise destinés aux instances décisionnelles4. Les rapporteurs des recensements devant les conseils municipal et général5 usent ainsi d’un mode opératoire qui oppose aux dix premiers arrondissements, les dix derniers - plus tard à Paris même les communes des arrondissements de Saint-Denis et Sceaux - et soulignent un « mouvement centrifuge [qui] domine tous les autres ». Ce raisonnement revient à nourrir la thématique de l’éclatement de l’agglomération et de la désertification du centre, et révèlent les craintes récurrentes du développement de la grande cité6. Les mêmes éléments sont repris par les contemporains puis par les historiens dans la construction d’une sorte de triptyque fatal : une croissance démographique plus ou moins contrôlée, une somme de dysfonctionnements à laquelle on prête le nom de « crise urbaine », et des solutions, conduites au détriment d’une partie de la population7. La ségrégation dans l’espace urbain et l’exclusion des pauvres du centre en fournissent une représentation complémentaire et alimente en quelque sorte l’opposition des marges au centre8.

  • 9 Voir en particulier les analyses beaucoup plus nuancées que donnent dans leurs travaux Jeanne Gail (...)
  • 10 Est-il nécessaire de rappeler la disparition des documents en cours et des archives dans les incen (...)
  • 11 Les contours des arrondissements changent au 1er janvier 1860.
  • 12 Les conditions de réalisation du recensement de 1872 rendent celui-ci peu fiable.
  • 13 J. Gaillard, Paris, la ville..., op. cit., p. 31 et suiv.

4La force du récit littéraire ou de l’appréciation d’expert ne peuvent cependant masquer une réalité beaucoup plus complexe9, que les recensements et les renseignements de l’administration fiscale permettent d’aborder10. La cartographie des résultats des recensements sur une assez longue période (1841 à 1891) met en valeur un incontestable délestage du centre. Cette opération s’inscrit dans la poursuite de la croissance de la ville entamée depuis le début du siècle. Ainsi, entre les deux recensements de 1841 et 1846, Paris connaît une progression générale de sa population dans les limites des anciens arrondissements avec une croissance moins élevée dans les anciens 3e (Louvre) et 6e (Temple) arrondissements (annexes, fig. 1). La redistribution de la population prend dans ce contexte une signification particulière. Entre 1851 et 1856, les arrondissements du centre perdent une partie de leur population (le 4e perd 23 % ; le 7e : 6 %), cependant que d’autres « centraux » continuent à progresser. Plus tard, le même phénomène de desserrement se poursuit : entre 1861 et 1866, la population des premiers arrondissements (1er, 2e, 3e, 4e et 5e) diminue11. Et l’on remarque, entre 1881 et 1886 (annexes, fig. 2), les contours d’un centre élargi aux 10e et 11e arrondissements12. Les changements dans la répartition de la population sont généralement attribués aux travaux qui affectent à partir de la deuxième République le centre de la ville avec la croisée de Paris ou l’opération « d’exfusion-transfusion » de l’île de la Cité13. Les transformations imposent ainsi leur périodisation, au gré des démolitions et des reconstructions.

  • 14 Voir A. Husson, Rapport..., op. cit. L’auteur présente également les arguments des maires des arro (...)
  • 15 Voir Fl. Bourillon, « Un immeuble dans Paris », Cahiers d’histoire, t. 44, 1999, p. 591-613.
  • 16 Voir les réflexions de J.-L. Pinol, « La mobilité dans la ville, révélateur des sociétés urbaines  (...)
  • 17 G. Jacquemet, Belleville..., op. cit.

5Cette remarque, évidente à partir de la lecture des recensements, ne peut cependant se suffire à elle seule. Le délestage du centre semble, en effet, avoir antérieurement commencé, et les écrits de la fin de la monarchie de Juillet soulignent la nécessité des aménagements pour éviter la désertion du centre14… Mis à part l’écart censitaire entre 1851 et 1856, les pertes de population restent toujours inférieures à 10 %. Le débat appelle donc d’autres logiques qui relèvent à la fois des formes de mobilité intra-urbaine et de celles plus difficiles à cerner de l’appropriation de l’urbain. Une analyse fine des comportements individuels mettrait en valeur des facteurs de choix aussi divers que l’état de la maison, l’offre de logement, les possibilités d’aménagement et de transformation15, la proximité ou l’éloignement des lieux de travail, les marchés d’emploi, etc.16 S’en dégagent des temporalités multiples et quelques types de déplacement qui ajoutent à l’onde de choc provoquée par les démolitions du centre et propagée vers la périphérie, des couloirs de migration privilégiés tels que Gérard Jacquemet les avait repérés entre le faubourg Saint-Antoine et Belleville17.

  • 18 Arch. dép. Seine, Vbis 515.1, Commission d’hygiène du 12e arrondissement, séance du 13 avril 1853.
  • 19 Voir Fl. Bourillon, « La rénovation du quartier Saint-Victor sous le Second Empire », Recherches c (...)
  • 20 Le quartier des Arts-et-Métiers a été étudié pour notre thèse : La sociabilité dans un milieu pré (...)
  • 21 Les limites de ce type de sources sont bien connues : l’inscription sur les listes n’est pas oblig (...)

6L’examen quartier par quartier des recensements confirme ainsi le caractère limité des déplacements (annexes, fig. 3). La perte de population des quartiers touchés par la rénovation et pratiquement détruits par elle est considérable : le quartier des Marchés perd 50 % de sa population ; ceux des Arcis près de 70 % et du Palais de Justice 41,6 %. Elle s’accompagne dans le même temps d’une progression des quartiers proches. La pression devient considérable dans les quartiers de la Cité et de l’île Saint-Louis, sur la rive droite, de l’Hôtel de Ville, de Saint-Martin-des-Champs, de la porte Saint-Denis, et sur la rive gauche, de Saint-Jacques et du Jardin du Roi. Un vaste espace de récupération se dessine à l’est d’une ligne qui irait du Luxembourg à la porte Saint-Martin. À l’ouest, la progression démographique se poursuit dans des quartiers qui offrent des logements neufs. La commission d’hygiène du 12e arrondissement ancien qui comprend le quartier du Jardin du Roi, sur la rive gauche, décrit la situation de cette manière : « On s’aperçoit ici des améliorations récentes et des embellissements dont la ville se glorifie par un surcroît d’encombrement dans des demeures qui dès longtemps regorgeaient de malheureux »18. Le quartier du Jardin du Roi gagne près de 10 000 habitants entre 1851 et 1856, soit un tiers de population en plus19... Les déplacements limités aux rues ou aux quartiers proches représentent en quelque sorte une réponse aux expulsions. Le même comportement est révélé dans le quartier des Arts-et-Métiers20 par les changements d’adresse indiqués en marge des inscrits sur les listes électorales de 1861 et 186521. En 1861 (annexes, fig. 4), 60 % de ceux qui ont indiqué leurs adresses (589) à la suite de leur déménagement se sont installés dans le reste de l’arrondissement. Ils ont trouvé dans les rues situées à l’est de la rue Saint-Martin - principalement touchée au début des années 1860 par les travaux des abords du boulevard de Sébastopol -, y compris les portions de voies préservées jusque là, des logements qui leur conviennent. Les déménagements se font donc dans les rues voisines. Viennent ensuite les arrondissements proches, les 10e, 11e, et 4e arrondissements, et plus au nord (moins de 5 %) les 18e, 19e et 20e arrondissements. En 1865, les déménagements sont beaucoup plus nombreux (1826). Dans l’ensemble, les destinations restent à peu près les mêmes : 38,7 % de ceux qui déménagent restent dans le même arrondissement - 22 % sont dans les autres rues du quartier et 78 % dans le quartier Sainte-Avoie limitrophe - ; les autres traversent le boulevard Saint-Martin et s’établissent dans le 10e arrondissement - beaucoup moins dans le 11e et 12e qu’en 1861 - ; quelques-uns vont dans les arrondissements de l’ouest proche (9e, 2e et même 1er). Peu de différence donc, si ce n’est une légère dilatation du centre de gravité qui comprend maintenant à la fois le 3e et le 10e arrondissements.

  • 22 L’examen des mouvements de population a été fait à partir des renseignements des recensements et d (...)
  • 23 À partir de 1872, le quartier devient la zone d’accueil d’une population très différente qui s’ins (...)

7La même logique se retrouve dans le quartier Saint-Victor, à la différence que d’un lieu de passage dans les années 1850, le quartier est devenu une sorte de finistère, de zone d’échouage d’une population devenue en partie captive22. C’est à son propos que la commission d’hygiène suggère « qu’il faut retenir en la transformant la partie la plus pauvre de la population de peur qu’en se retirant dans un quartier plus reculé, elle ne s’isole de plus en plus du reste de la population parisienne et ne devienne à la fin, une race à part complètement étrangère à la civilisation »... Le localisme se renforce et l’analyse des lieux de naissance des conscrits des années 1880 (donc nés dans les années 1860) montre une véritable continuité d’une rive à l’autre entre le 9e et le 12e anciens, et l’absence totale des autres arrondissements de la rive gauche. Les migrations s’exercent dans un même ensemble urbain des quartiers pauvres et dégradés de l’Est parisien23.

... ET MODIFICATIONS DU BÂTI

  • 24 Des études d’une ampleur beaucoup plus considérable - les conscrits de la classe 80 sont suivis gr (...)
  • 25 Pour reprendre l’un des titres des chapitres de J.-L. Pinol, Le monde des villes au xixesiècle, Pa (...)
  • 26 Arch. dép. Seine, D7P2, État des démolitions et constructions. Les renseignements chaque année por (...)

8La propension à rester proche de son ancien lieu de vie est donc importante24. La proximité de leur lieu de travail, de leurs fournisseurs ou de leurs clients constitue, pour certains, une priorité dans une ville « où l’on se déplace à pied »25. Cette explication vaut pour les quartiers dans lesquels l’activité locale est forte - comme les Arts-et-Métiers - et concourt au renouvellement du bâti et en ce sens à la transformation de la ville. La nature des travaux effectués apporte un complément à cette appréciation. « L’état des démolitions et constructions », destiné à évaluer les pertes et les gains provoqués par les travaux d’aménagement pour l’impôt foncier, permet de connaître le type de modification du bâti26. Ce qui relève de modifications radicales (démolitions totales ou nouvelles constructions) correspond plutôt aux travaux de rénovation ; les additions de constructions ou les démolitions partielles indiquent les opérations de réhabilitation. Sans doute une partie d’entre elles correspondent à un entretien courant. Mais, la comparaison entre les aménagements radicaux et les autres est instructive (annexes, fig. 5) : la concomitance des opérations est visible, les additions de constructions suivent le mouvement des constructions nouvelles. Les travaux de percement des voies nouvelles exercent donc un rôle d’entraînement sur l’ensemble des constructions du quartier : les périodes les plus intenses sont aussi celles des aménagements partiels les plus considérables (en particulier l’année 1865). Il s’agit d’aménagements d’immeubles anciens dans les voies souvent très transformées comme la rue Saint-Martin (10 augmentations de construction pour la seule année 1865) ; ou la rue Phélipeaux dont un pan entier est conservé - et réhabilité - en retrait, à l’alignement de la future rue Réaumur.

  • 27 Voir, à propos de ce qui ressemble à une ségrégation spatiale, Fl. Bourillon, « Rénovation haussma (...)

9On peut alors difficilement faire la part des aménagements rendus nécessaires par la jonction avec les immeubles neufs de ceux qui constituent une mise en valeur supplémentaire. Plus généralement, il semble que la nature des nouveaux aménagements soit significative d’une nouvelle répartition des fonctions dans le quartier. Ainsi au cours des années 1860, les additions de construction concernent essentiellement, dans les petites rues du centre du quartier destinées à rester à l’écart de la rénovation, la création d’ateliers, d’entrepôts, bref de locaux professionnels. En revanche, dans les rues plus résidentielles, ce sont des logements neufs qui sont aménagés - la valeur locative qu’ils représentent est d’ailleurs considérable. Dans les rues qui comme la rue du Temple et la rue Saint-Martin associent ateliers et logements de grande valeur, et subissent directement la concurrence des voies nouvelles, le choix a plutôt été fait d’aménager des locaux d’habitation. La nature des aménagements participe donc de la vocation du quartier que les travaux haussmanniens vont plutôt renforcer : les ateliers de la Fabrique parisienne dans les rues de la « ville qui se cache », dans les portions urbaines épargnées par les travaux ; les bureaux des commanditaires et des marchands, les boutiques élégantes dans les voies nouvelles27.

  • 28 Arch. dép. Seine, D’P4, calepins de révision du cadastre en 1852, 1862, 1876, 1901, classés par ru (...)
  • 29 Fl. Bourillon, « Un immeuble dans Paris », art. cit.

10Ainsi, dès la fin des années 1850, sous la pression de la demande, des travaux d’aménagement se multiplient, y compris dans les voies anciennes. Les calepins de révision du cadastre lorsqu’ils sont conservés de façon continue permettent de faire l’historique des modifications du bâti28. Au 37 de la rue Volta, maison décrite par le contrôleur des Contributions directes comme une « maison jadis bourgeoise, avec sept boutiques, à grands et petits appartements » dont les locaux sont « affectés en tout ou partie à des industries ordinaires », le dernier étage des bâtiments sur la rue Volta et en aile dans la cour sont détruits et remplacés par « un quatrième carré sur la cour et un cinquième mansardé ». Ces travaux permettent la construction de petits appartements, pour le logement, composés pour la plupart d’une entrée, d’une cuisine et d’une ou deux chambres à feu, lambrissée, ou non, selon l’étage. Il est difficile de distinguer ce qui relève de locaux professionnels et de logements. En 1862, le calepin indique la présence de nombreux patentés, mais l’on sait que les modifications de la loi de 1844 sur les patentes exonèrent un nombre croissant d’ouvriers en chambre ou d’artisans travaillant seul ou à l’aide de leur famille. Les activités professionnelles sont donc plus importantes encore que ce que révèlent les calepins. De ce fait, l’immeuble est-il encore une « maison bourgeoise » ou est-il devenu un atelier de la Fabrique parisienne29 ?

11Le plus souvent, les travaux d’aménagement consistent à rentabiliser la surface construite existante en fermant les arrières des allées, en installant des « cabinets à lits » sous les escaliers, en lambrissant une partie des paliers, etc. Ou bien en densifiant les constructions situées à l’arrière de la façade sur rue. Des cours quelquefois extrêmement réduites sont recouvertes jusqu’au niveau du premier étage ; elles servent alors de magasin ou d’arrière-boutiques ou encore de chambres éclairées en second jour par les ouvertures sur la façade. Les commissions d’hygiène découvrent horrifiées ces aménagements. Le pire est atteint rue du Vertbois qui se fait une spécialité des garnis, des maisons closes et des magasins du quartier. C’est également là que se trouve le plus grand nombre des commerces appartenant aux basses classes des tableaux de patente. Certaines maisons sont totalement surpeuplées : on aménage des chambres dans les emplacements les plus inatteignables de l’immeuble. Le n° 12 est une maison de logeurs avec une boutique de marchand de vin et un vaste hangar servant d’écuries. Les constructions neuves sont faites dans la cour sur un terrain loué et ne doivent avoir d’autre durée que celle du bail. Ce sont des bâtiments en plâtre, presque aveugles ; les chambres ouvrent seulement sur un couloir et ne sont accessibles que par une échelle. La rue Aumaire, relativement moins touchée par les aménagements de raccord avec la rue Turbigo ou la rue Réaumur, accueille plus volontiers les activités de la Fabrique. Le poids des cotes artisanales et industrielles se renforce en même temps que des aménagements spécifiques sont consentis. Au n° 3/5, le propriétaire transforme les logements en ateliers et loue les services d’une « force motrice » installée dans la cour.

  • 30 Visibles par la diminution des basses classes du tableau A de la patente (classes 7 et 8). La répa (...)
  • 31 Sur la place des boutiques dans les transformations urbaines voir le dossier « Espaces des métiers (...)

12Les changements de nature et la localisation des boutiques complètent le tableau. A la période des travaux correspond une revalorisation des petits commerces du quartier30 et une nouvelle répartition dans l’espace urbain31. Restent en grand nombre, dans les voies épargnées par les aménagements, les commerces de bouche. La spécialisation extrême des commerces d’alimentation disparaît avec les échoppes ou la vente dans les portes cochères. La présence des fruitiers et épiciers, plus nombreux qu’au début de l’Empire, correspond à l’installation en boutique des ambulances, marchands de quatre saisons ou vendeurs de plats chauds, oignons frits, saucisses, fromages secs ou autres. Leur maintien à côté des gargotiers et des marchands de vin de plus en plus souvent sans billard correspond à la demande d’une population de gagne-petit et de consommation rapide. En revanche, on ne trouve plus de marchand de sous-produits alimentaires, regrattiers ou autres. Les belles boutiques, pâtisseries, confiseries sont maintenant installées dans les voies nouvelles, comme la plupart des glaciers ou des bouillons. Une modification particulièrement signifiante est celle de crémeries. En 1852, elles sont 40 dans tout le quartier, puis leur progression suit celle de la population (58 en 1858). Leur présence correspond non seulement à la fourniture de produits alimentaires indispensables mais aussi à un mode de distribution (on consomme sur place, debout, des aliments en partie cuisinés) qui convient à la clientèle locale. Par la suite, leur effectif baisse en même temps que leur aspect s’améliore.

***

13L’image souvent reprise de l’exclusion des Parisiens vers la périphérie est donc à nuancer. Il n’était pas dans notre propos ici d’évoquer la position des décideurs - ou plus exactement les débats au sein de l’opinion publique que suscite cette question - mais de tenir compte de l’efficacité de la résistance des habitants. Bien entendu, l’étude mérite d’être poursuivie et l’on remarquerait sans doute qu’à la diversité des situations correspond celle du fonctionnement urbain.

ANNEXES

Figure 1
Variation de la population par arrondissement entre les recensements de 1841 et 1846

Figure 1Variation de la population par arrondissement entre les recensements de 1841 et 1846

Figure 2
Variation de la population par arrondissement entre les recensements de 1881 et 1886

Figure 2Variation de la population par arrondissement entre les recensements de 1881 et 1886

Figure 3
Variation de la population par quartier entre 1851 et 1856

Figure 3Variation de la population par quartier entre 1851 et 1856

Figure 4
Les déménagements des inscrits sur les listes électorales du quartier des Arts et Métiers en 1861 et en 1865

Figure 4Les déménagements des inscrits sur les listes électorales du quartier des Arts et Métiers en 1861 et en 1865

Figure 5
Démolitions et constructions nouvelles dans le quartier des Arts et Métiers

Figure 5Démolitions et constructions nouvelles dans le quartier des Arts et Métiers

Construction et additions de construction par année pour l'ensemble du quartier des Arts et Métiers AD75 D7P2, État des démolitions et constructions

Notes

1 Pour un développement plus important sur le débat historiographique, voir Fl. Bourillon, « Travaux et spéculation immobilière : l’expulsion des habitants du centre de Paris sous le Second Empire ? », dans Les déplacements contraints de population. Travaux et recherches de l’UMLV, L. Feller dir., Marne-la-Vallée, 2003, p. 143-172 ; voir également A. Faure, « Urbanisation et exclusions dans le passé parisien (1850-1950), xxe siècle, Revue d’histoire, 1995, p. 58-69.

2 Ed. About. « Dans les ruines », dans Paris-Guide, 1867.

3 J. Ferry, Les comptes fantastiques d’Haussmann, 1868.

4 Voir par exemple A. Cochin, Paris, sa population, son industrie, 1864, qui commente l’enquête sur l’industrie de 1862.

5 Parmi d’autres, Résultats statistiques du dénombrement de 1881 pour la ville de Paris et renseignements relatifs aux recensements antérieurs, Paris, 1884. À noter que A. Husson cherche plutôt à démontrer l’augmentation globale de la population : A. Husson, Rapport sur les résultats généraux du dénombrement de la population opéré en 1846 dans la ville de Paris et les autres communes, Paris, 1847.

6 Thème déjà évoqué sous la monarchie de Juillet et contre lequel s’élève A. Husson à propos du recensement de 1846 : voir P. Lavedan, La question du déplacement de Paris et du transfert des Halles au Conseil municipal sous la Monarchie de Juillet, Paris. 1969.

7 L’ouvrage de B. Marchand (Paris, Histoire d’une ville xixe-xxe siècle, Paris, 1993) fait l’inventaire des mêmes propos. Pour une analyse critique, voir « Villes en crise », D. Voldman dir., xxe siècle, Revue d’histoire, oct.-déc. 1999, et notre contribution qui fait le point sur l’historiographie contemporaine à ce sujet : « L’haussmannisation, une solution à la crise urbaine ? dix ans après... », Historiens-Géographes, n° 379, 2002, p. 81-94.

8 Pour la reconquête du Paris-centre lors de la Commune par les « vrais Parisiens » exclus par les travaux haussmanniens, voir J. Rougerie, Paris libre, 1871, Paris, 1971.

9 Voir en particulier les analyses beaucoup plus nuancées que donnent dans leurs travaux Jeanne Gaillard, Gérard Jacquemet ou Marcel Roncayolo : J. Gaillard, Paris, la ville (1852-1870), Paris, 1997 ; G. Jacquemet, Belleville au xixe siècle, du faubourg à la ville, Paris, 1984 ; M. Roncayolo, « Logiques urbaines », dans Histoire de la France urbaine, G. Duby dir., t. 4, p. 25-75.

10 Est-il nécessaire de rappeler la disparition des documents en cours et des archives dans les incendies de l’Hôtel de Ville et du dépôt de l’avenue Victoria en 1871 ? L’histoire de Paris au xixe siècle met à profit des sources peu exploitées dans les régions et en particulier, les documents fiscaux établis par les agents des Contributions directes et les renseignements divers des Fonds de mairies.

11 Les contours des arrondissements changent au 1er janvier 1860.

12 Les conditions de réalisation du recensement de 1872 rendent celui-ci peu fiable.

13 J. Gaillard, Paris, la ville..., op. cit., p. 31 et suiv.

14 Voir A. Husson, Rapport..., op. cit. L’auteur présente également les arguments des maires des arrondissements concernés.

15 Voir Fl. Bourillon, « Un immeuble dans Paris », Cahiers d’histoire, t. 44, 1999, p. 591-613.

16 Voir les réflexions de J.-L. Pinol, « La mobilité dans la ville, révélateur des sociétés urbaines », Annales de démographie historique, n° 1, 1999, p. 7-15 ; et les contributions de l’ensemble du volume.

17 G. Jacquemet, Belleville..., op. cit.

18 Arch. dép. Seine, Vbis 515.1, Commission d’hygiène du 12e arrondissement, séance du 13 avril 1853.

19 Voir Fl. Bourillon, « La rénovation du quartier Saint-Victor sous le Second Empire », Recherches contemporaines, n° 2, 1994, p. 79-112. Le quartier du Jardin du Roi prend le nom de Saint-Victor en 1860. Â noter que ses contours n’ont été que partiellement modifiés.

20 Le quartier des Arts-et-Métiers a été étudié pour notre thèse : La sociabilité dans un milieu pré et post-haussmannien, le quartier des Arts et Métiers de 1850 à 1880, Université Paris X-Nanterre, 1986.

21 Les limites de ce type de sources sont bien connues : l’inscription sur les listes n’est pas obligatoire ; les commissions sont particulièrement vigilantes, etc. Leur comparaison avec le recensement de 1866, également conservé, permet cependant de les valider : à peu près 60,7 % de la population en âge de voter est inscrite ; les répartitions socioprofessionnelles de la population sont identiques. La seule limite de la source est le report en marge des retraits. En 1861, l’indication de retrait concerne 9,8 % de la population inscrite ; en 1865, 32,7 %. La différence est due à l’ampleur des expulsions liées aux expropriations beaucoup plus importantes pour le percement de la rue de Turbigo que pour les aménagements des abords du boulevard de Sébastopol. Là-dessus, la nouvelle adresse n’est donnée que dans 43 % des cas en 1861 et 20 % seulement en 1865.

22 L’examen des mouvements de population a été fait à partir des renseignements des recensements et des listes de conscription, voir Fl. Bourillon, « La rénovation du quartier Saint-Victor sous le Second Empire », art. cit.

23 À partir de 1872, le quartier devient la zone d’accueil d’une population très différente qui s’installe dans les voies nouvelles.

24 Des études d’une ampleur beaucoup plus considérable - les conscrits de la classe 80 sont suivis grâce aux registres matricules du contingent - ont été récemment menées par Alain Faure et Jean-Claude Farcy. Elles confirment à la fois la propension « parisienne » des migrations et leurs très nombreuses modalités ; voir J.-Cl. Farcy et A. Faure, La mobilité d’une génération de Français, Recherche sur les migrations et les déménagements vers et dans Paris à la fin du xixe siècle, Paris, 2003.

25 Pour reprendre l’un des titres des chapitres de J.-L. Pinol, Le monde des villes au xixe siècle, Paris, 1991, p. 73.

26 Arch. dép. Seine, D7P2, État des démolitions et constructions. Les renseignements chaque année portent sur les retraits de valeurs locatives dus aux démolitions de l’année précédente (voire des deux années précédentes) et sur les créations dues aux constructions trois ans auparavant.

27 Voir, à propos de ce qui ressemble à une ségrégation spatiale, Fl. Bourillon, « Rénovation haussmannienne et ségrégation urbaine », dans La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, A. Fourcaut dir., Paris, 1996, p. 218-239.

28 Arch. dép. Seine, D’P4, calepins de révision du cadastre en 1852, 1862, 1876, 1901, classés par rue.

29 Fl. Bourillon, « Un immeuble dans Paris », art. cit.

30 Visibles par la diminution des basses classes du tableau A de la patente (classes 7 et 8). La répartition des patentes est connue à la fois par les calepins de révision du cadastre par unité cadastrale ou « maison », et par les tableaux récapitulatifs reproduits tous les trois ans dans les Registres statistiques et administratifs des contrôles tenus par les agents des Contributions directes.

31 Sur la place des boutiques dans les transformations urbaines voir le dossier « Espaces des métiers dans les villes occidentales (xviie-xxe siècle) », Histoire Urbaine, n° 4. déc. 2001.

Table des illustrations

Titre Figure 1Variation de la population par arrondissement entre les recensements de 1841 et 1846
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1448/img-1.jpg
Fichier image/, 103k
Titre Figure 2Variation de la population par arrondissement entre les recensements de 1881 et 1886
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1448/img-2.jpg
Fichier image/, 109k
Titre Figure 3Variation de la population par quartier entre 1851 et 1856
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1448/img-3.jpg
Fichier image/, 121k
Titre Figure 4Les déménagements des inscrits sur les listes électorales du quartier des Arts et Métiers en 1861 et en 1865
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1448/img-4.jpg
Fichier image/, 215k
Titre Figure 5Démolitions et constructions nouvelles dans le quartier des Arts et Métiers
Légende Construction et additions de construction par année pour l'ensemble du quartier des Arts et Métiers AD75 D7P2, État des démolitions et constructions
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1448/img-5.jpg
Fichier image/, 168k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter