Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Adam, la nature humaine, avant et après

 | 
Irène Rosier-Catach
, 
Gianluca Briguglia

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Olivier Boulnois est directeur d’études à l’École pratique des hautes études, membre du Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584 du CNRS), directeur de l’Institut d’études médiévales (Institut catholique de Paris). Ses travaux portent sur la philosophie médiévale et la métaphysique. Principales publications : Être et Représentation. Une généalogie de la métaphysique moderne à l’époque de Duns Scot ( xive siècle) (Paris, PUF [Épiméthée], 1999) ; Au-delà de l’image. Une archéologie du visuel en Occident (d’Augustin au concile de Trente) (Paris, Seuil [Des Travaux], 2008) ; Métaphysiques rebelles, Genèse et structures d’une science au Moyen Âge (PUF [Épiméthée], Paris, 2013).

2Alain Boureau est directeur d’études à l’EHESS. Il travaille sur l’histoire de la scolastique et est l’auteur, notamment, de La Raison scolastique (3 vol. parus, Paris, Les Belles Lettres, 2006-2008, vol. 4 sous presse), de L’inconnu dans la maison. Richard de Mediavilla, les Franciscains et la Vierge Marie (Lorette et l’Immaculée Conception) à la fin du xiiie siècle (Paris, Les Belles Lettres, 2010), d’En somme... Pour un usage analytique de la scolastique médiévale (Lagrasse, Verdier, 2011), du Désir dicté. Histoire du vœu religieux dans l’Occident médiéval (Paris, Les Belles Lettres, 2014). Il a réalisé l’édition critique des Lecturae super Pauli Epistolas de Pierre de Jean Olivi (Turnhout, Brepols [CCCM, 233], 2010), de la Lectura in Iob de Pierre de Jean Olivi (Turnhout, Brepols [CCM 275], 2015), des Questions disputées de Richard de Mediavilla (6 vol., Paris, les Belles Lettres [Bibliothèque scolastique], 2011-2014), des Quodlibets de Richard de Mediavilla (2 vol. parus, Paris, Les Belles Lettres, 2015-2016, vol. 3 sous presse).

3Gianluca Briguglia est maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’université de Strasbourg (EA2326 « Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine »). Il a enseigné à l’université de Vienne, à la LMU de Munich, à l’EHESS, à l’université de Milan. Spécialiste de philosophie politique, il est l’auteur, notamment, de Le pouvoir mis à la question. Théologiens et théorie politique à l’époque du conflit entre Boniface VIII et Philippe le Bel (Paris, Les Belles Lettres, 2016 ; Milan, 2010) ; L’animale politico. Agostino, Aristotele e altri mostri medievali (Rome, Salerno Editrice, 2015) ; Marsile de Padoue (Paris, Classiques Garnier, 2015 ; Rome 2013) ; Il corpo vivente dello Stato. Una metafora politica (Milan, Mondadori, 2006).

4Elisa Brilli est assistant professeur à l’University of Toronto. Docteur en philologie, linguistique et littérature (La Sapienza, Rome) et histoire et civilisations (EHESS, Paris), ses recherches portent sur trois axes principaux : Dante, l’histoire culturelle médiévale, la réception du De civitate Dei d’Augustin entre textes et images. Elle est l’auteur de Firenze e il profeta. Dante tra Teologia e Politica (Rome, Carocci, 2012) et a codirigé deux volumes collectifs, Faire l’anthropologie historique du Moyen Âge (Paris, Atelier CRH, 2010) et Images and Words in Exile (Florence, SISMEL-Galuzzo, 2015). Plus récemment, elle a édité le recueil d’Arnold de Liège, Alphabetum Narrationum (Turnhout, Brepols [CCCM 160], 2015).

5Delphine Carron est membre associé de l’Ethik-Zentrum de l’université de Zurich, au bénéfice d’un subside « Ambizione » du Fonds national de la recherche scientifique suisse. Elle a collaboré au sein de différentes équipes de recherche européennes (université de Pavie, université Paris 4-Sorbonne, université Goethe de Francfort, EHESS). Spécialiste des doctrines morales et de la pensée politique dans l’Italie médiévale, elle est l’auteur de nombreux articles et traductions, notamment « La République romaine comme modèle de la felicitas civilis chez Ptolémée de Lucques », Quaestio 15 (2015) et la traduction introduite et annotée, Thomas d’Aquin, La Royauté, au roi de Chypre, Paris, Vrin (Translatio), sous presse. Elle prépare une monographie sur la figure de Caton d’Utique chez Dante Alighieri et ses contemporains italiens.

6Carla Casagrande est professeur d’histoire de la philosophie médiévale à l’université de Pavie (Dipartimento di Studi umanistici). Elle est l’auteur de nombreuses études sur l’histoire des systèmes de valeurs et des règles de comportement au Moyen Age, et, notamment, avec Silvana Vecchio de Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale (Paris, Cerf, 1991 ; Rome, 1987), Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge (Aubier, 2003 ; Turin, 2000), Passioni dell’anima. Teorie e usi degli affetti nella cultura medievale (Florence, SISMEL-Galluzzo, 2015).

7Emanuele Coccia est maître de conférences à l’EHESS. Parmi ses publications : La trasparenza delle immagini. Averroè e l’averroismo (Milan, 2005, trad. espagnole 2008) ; La vie sensible (Paris, 2010 ; trad. anglaise, espagnole, italienne, portugaise et roumaine) et Le bien dans les choses (Paris, 2013 ; trad. espagnole et italienne ; trad. allemande, anglaise et portugaise en cours). Avec Giorgio Agamben, il a publié une anthologie sur l’angélologie dans le judaïsme, le christianisme et l’islam (Angeli. Ebraismo Cristianesimo Islam, Vicence, Pozza, 2009).

8Iacopo Costa est chargé de recherche au CNRS (Laboratoire d’études sur les monothéismes, Villejuif, UMR 8584) et membre associé de la commission Léonine (Paris). Il est l’auteur de Le questiones di Radulfo Brito sull’« Etica Nicomachea ». Introduzione e testo critico, Brepols, Turnhout, 2008 ; Anonymi Artium Magistri Questiones super Librum Ethicorum Aristotelis, Brepols, Turnhout, 2010. Il est également l’auteur d’une série d’articles portant sur la réception de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote au xiiie et xive siècle.

9Roberto Lambertini est professeur d’histoire médiévale à l’Università di Macerata (Italie), Dipartimento di Studi Umanistici – Lingue, Mediazione, Storia, Lettere, Filosofia. Spécialiste d’histoire intellectuelle du Moyen Âge tardif, il est l’auteur de nombreuses études sur les théories politiques médiévales et sur l’historie des ordres mendiants et, notamment, de Apologia e crescita dell’identità francescana (1255-1279) (Rome, Istituto Storico per il Medio Evo, 1990) ; La povertà pensata (Modène, Mucchi, 2000), ainsi que de travaux sur la réception de la Politique d’Aristote au Moyen Âge et sur la relation entre théorie de la pauvreté religieuse et pensée politique. Il a coédité (avec Leonardo Sileo) et introduit le volume collectif I beni di questo mondo. Teorie etico-economiche nel laboratorio dell’Europa medievale (Porto, FIDEM, 2010).

10Sylvain Piron est directeur d’études à l’EHESS. Ses recherches portent sur différents aspects de l’histoire intellectuelle de l’Occident médiéval, notamment sur la réflexion économique qui émerge de la théologie chrétienne, en publiant à ce propos une édition critique et une traduction du Traité des contrats de Pierre de Jean Olivi (Paris, Les Belles Lettres, 2012). Il s’intéresse également à différentes formes de dissidence religieuse, des franciscains radicaux à Marguerite Porete. Il a publié récemment : Dialectique du monstre. Enquête sur Opicino de Canistris (Bruxelles, Zones sensibles, 2015).

11Aurélien Robert est chargé de recherche au CNRS (Centre d’études supérieures de la Renaissance – UMR 7323). Il enseigne à l’université Paris 1 et à l’École pratique des hautes études. Il est l’auteur de nombreuses études sur la philosophie, la médecine et la poésie des xiiie et xive siècles. Il a notamment publié avec Christophe Grellard Atomism in Medieval Philosophy and Theology (Leyde/Boston, Brill, 2009) et, avec Joël Chandelier, L’anthropologie des médecins (Paris, 2013) et Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités (Rome, École française de Rome, 2015).

12Irène Rosier-Catach est directrice de recherches au CNRS (UMR 7597) et directrice d’études à l’École pratique des hautes études (section des sciences religieuses). Elle est l’auteur de nombreuses études sur les théories du langage et du signe au Moyen Âge, dans les arts du langage et la théologie, et, notamment, de La parole comme acte (Paris, Vrin 1994), La parole efficace. Signe, rituel, sacré (Paris, Seuil, 2004), la traduction annotée Dante Alighieri, De l’éloquence en vulgaire (Paris, Fayard, 2011), ainsi que des travaux sur Guillaume de Champeaux et Abélard. Elle a récemment coédité et introduit le volume collectif Le pouvoir des mots au Moyen Âge (Turnhout, Brepols, 2014).

13Luisa Valente est professeur en histoire de la philosophie médiévale, à la Sapienza-Università di Roma. Ses recherches concernent la pensée philosophique et théologique du xiie siècle. Elle a publié deux volumes : Phantasia contrarietatis. Contraddizioni scritturali, discorso teologico e arti del linguaggio nel De tropis loquendi di Pietro Cantore (Florence, Olschki, 1997) et Logique et théologie. Les écoles parisiennes entre 1150 et 1220 (Paris, Vrin, 2008), et plusieurs études sur la pensée de Gilbert de Poitiers et de l’école porrétaine ou sur la philosophie comme forme de vie chez Abélard et Jean de Salisbury. Elle a codirigé les volumes Medieval Theories on Assertive and Non-Assertive Language (Florence, Olschki, 2004), Sphaera. Forma, immagine e metafora tra medioevo ed età moderna (Florence, Olschki/CNR, 2012) ; Medioevo e filosofia. Per Alfonso Maierù (Rome, Viella, 2013).

14Silvana Vecchio est professeur d’histoire de la philosophie médiévale à l’université de Ferrare. Elle est l’auteur de nombreuses études sur l’éthique médiévale (vices, vertus, passions). Elle a notamment publié, en collaboration avec Caria Casagrande, Les péchés de la langue (Paris, Cerf, 1991) ; Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge (Paris, Aubier, 2003) ; et tout récemment Passioni dell’anima. Teorie e usi degli affetti nella cultura medievale (Florence, SISMEL-Galluzzo, 2015).

© Éditions de la Sorbonne, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540