Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Vivre la capitale

Prêcher à Paris, de la fronde aux lumières

Isabelle Brian

Texte intégral

  • 1 Madame de Sévigné, Correspondance, lettre du 26 mars 1671, Paris, 1971, t. 1, p. 200.
  • 2 Sur l’origine des stations et sur la distinction entre stations et missions voir M. Vénard, « Du c (...)
  • 3 Le titre exact est : La liste véritable et générale de tous les prédicateurs, avec les noms et qua (...)
  • 4 Je n’entre pas ici dans les débats actuels entre historiens de la littérature sur la notion de pub (...)

1En 1671, Madame de Sévigné se rend à la chapelle de l’Oratoire pour écouter le sermon du vendredi saint du P. Mascaron1, car, écrit-elle à sa fille, elle a « toujours honoré les belles passions ». Elle n’est pas la seule à goûter les sermons. Chaque année, lors des temps liturgiques de l’Avent et du Carême, dans tout Paris, des prédicateurs, célèbres ou obscurs, prêchent une « station »2, un ou deux grands sermons de une à deux heures par semaine. Ces sortes de « conférences » sur le dogme et la morale sont assez recherchées des Parisiens, du moins des plus dévots d’entre eux, pour que dès 1646 et jusqu’à la Révolution, soit publiée, deux fois par an, « pour la commodité du public » la liste des lieux où l’on peut entendre la parole sacrée3. Si Paris n’est pas la seule ville où se déroulent de telles prédications, nulle part ailleurs elles ne sont l’occasion d’une telle publicité. En partant des quelques feuillets de cet « imprimé utilitaire » dont la série quasi complète nous est parvenue, il est possible de rendre compte de l’investissement progressif de la ville par les orateurs : églises paroissiales, chapelles des couvents mais aussi collèges universitaires dessinent un espace de la parole religieuse et révèlent une entreprise de moralisation et de sanctification de la capitale. Dans ces différents lieux, les hommes qui prennent la parole obéissent à des motivations diverses, personnelles ou collectives, mais il est possible de retracer des itinéraires individuels pour tenter de cerner ce que représente le fait de prêcher une station à Paris. Enfin cette éloquence sacrée, destinée aux Parisiens, subit, entre Fronde et Lumières, de multiples inflexions, du sermon baroque au discours raisonné ou enthousiaste, peut-on, à travers ces transformations, relever ce qui trahit l’influence d’un public spécifique4, celui des Parisiens ?

OÙ PRÊCHE-T-ON ? LES LIEUX

2Je reviendrai brièvement sur la source utilisée pour ce travail et connue depuis longtemps par les historiens de la littérature. C’est un mince cahier de cinq à six pages intitulé La liste véritable de tous les prédicateurs, avec les noms et qualités de ceux qui doivent prêcher l’avent et le carême. Une première liste de ce type existe pour l’Avent de 1633, mais il faut attendre 1646 pour que la parution en devienne régulière, et ceci jusqu’en 1789. La série complète ne comporte qu’une lacune de deux années pour le xviiie siècle. Le privilège en est concédé à un imprimeur-libraire, ce dernier n’hésitant pas à rappeler régulièrement que les orateurs doivent se faire connaître à temps pour que leur nom soit indiqué sans erreur. En l’absence d’information ou lorsque le choix n’est pas encore arrêté au moment de l’impression, on se contente de signaler qu’il s’agit d’un « prédicateur célèbre ».

  • 5 Le fond de carte utilisé est celui du plan de Paris accompagnant le Traité de Police de Delamare, (...)

3Ainsi, pendant quatre à cinq semaines, un ou plusieurs prédicateurs se voient assignés à un lieu précis, mais tout fidèle est libre de venir assister au sermon qui lui plaît. Et le choix est vaste : pour l’Avent 1633, 70 stations sont indiquées, une vingtaine d’années plus tard, leur nombre a plus que doublé, même si on considère que les prédications se sont aussi multipliées aux alentours de la capitale : à Montmartre, Charonne, Saint-Germain-en-Laye ou encore Versailles. Jusqu’à la Révolution, le nombre des stations d’Avent et de Carême reste stable dans la capitale, même si leur répartition change. Pour mieux rendre compte de cet investissement de la ville par les clercs, quatre dates ont été retenues pour dresser les cartes correspondantes. L’Avent 1633 fournit ainsi un point de départ qui facilite la comparaison avec les Carêmes ultérieurs, celui de 1652 donne l’image d’un premier développement alors que s’éteint la Fronde, celui de 1692 correspond à une sorte d’« apogée classique » sous Louis XIV, enfin 1752 clôt une série, au moment où certains observateurs déplorent un affadissement de l’éloquence sacrée5.

  • 6 La part des lieux réguliers est toujours notable, même si elle a tendance à baisser quelque peu en (...)

4Une première constatation : la multiplication des lieux de prédication dans les dernières années du règne de Louis XIII. Parmi les 70 stations indiquées pour l’Avent de 1633, essentiellement au cœur de la ville, plus de la moitié se déroulent dans des églises ou des chapelles paroissiales. Monastères et couvents d’hommes et de femmes accueillent à part égale les prédicateurs mais les établissements féminins apparaissent nettement plus périphériques, reflet d’une implantation plus tardive. Cependant dès cette date, les maisons récentes implantées le long de la rue Saint-Jacques (ursulines et visitandines) ou récemment réformées s’ouvrent au public le temps d’une station6.

  • 7 Voir liste de 1672.

5Le Carême de 1652 apparaît différent de l’Avent de 1633 à bien des égards. Non seulement le nombre de stations a plus que doublé, mais celles-ci ont en outre investi des lieux d’une autre nature. Les prédicateurs sont ainsi beaucoup plus présents dans les faubourgs, notamment le faubourg Saint-Marcel où ils sont accueillis par des communautés a priori assez modestes de filles séculières. Mais ils sont aussi beaucoup plus nombreux dans le quartier Saint-Honoré et le faubourg Saint-Germain. Les lieux choisis révèlent les populations qui sont la cible de ces prédications. Ainsi, les pauvres et les malades des hôpitaux se voient appelés à écouter des sermons, de même que les prisonniers de la conciergerie du Palais qui sont exhortés par les carmes des Billettes, tandis que jésuites et barnabites se relaient auprès des prisonniers du Châtelet7. Autres âmes égarées ou susceptibles de l’être, celles des jeunes gens qui se livrent aux études dans les collèges ou les académies d’équitation ou d’escrime. Ainsi, les bretteurs qui fréquentent les établissements de M. de Mesmon rue du Jour, ou celui de M. de Poix non loin de Saint-Honoré, se voient rappeler quelques principes de morale chrétienne. On nous permettra de nous arrêter un peu plus longuement sur cette carte de 1652 pour souligner ce que peuvent révéler ces prédications de carême. Tout d’abord, elles reflètent l’« invasion conventuelle » qu’a connue la capitale lors des précédentes décennies : une partie des maisons religieuses présentes en 1652 n’apparaissaient pas en 1633 parce qu’elles n’existaient pas encore ou qu’elles venaient à peine de s’installer. Cette invasion de la parole sacrée révèle aussi l’ampleur de l’entreprise de christianisation en profondeur et de moralisation de la société urbaine ; du pauvre renfermé au gentilhomme, de la fille pénitente à la religieuse, nul ne peut, en théorie du moins, rester sourd aux sermons. Il faut enfin rappeler qu’en ces années, les protestants parisiens peuvent se rendre au prêche au temple de Charenton, on ne peut ignorer l’effet d’émulation, d’autant qu’en dehors des stations ordinaires, sont plusieurs fois mentionnés expressément des « sermons de controverse » et que les prédicateurs de toutes robes se succèdent auprès de ces ouailles très particulières que sont les nouveaux et nouvelles catholiques.

  • 8 Ce n’est pas le seul lieu où sont mentionnées des prédications en langues étrangères, les auditeur (...)
  • 9 Elle est mentionnée par un billet manuscrit inséré dans les listes conservées à la Bibliothèque na (...)

6Quarante ans plus tard, en 1692, le nombre des lieux de prédication n’a guère changé, mais leur répartition s’est modifiée : académies et collèges ont presque entièrement disparu, à part l’établissement des jésuites de la rue Saint-Jacques, on assiste à une sorte de repli sur l’espace sacré proprement dit : églises, chapelles, monastères, couvents. En effet, les académies mentionnées régulièrement de 1647 à 1662 disparaissent par la suite. En revanche un nouveau lieu apparaît : la manufacture des Gobelins. Située dans le faubourg Saint-Marceau, elle figure pour la première fois dans la liste en 1681, année où il est annoncé qu’Antoine de Boisleduc, religieux pénitent du couvent de Picpus, entretenu par sa Majesté, « preschera pour les Flamands et les Allemands »8. Le même religieux remplit le même office jusqu’en 1693 puis disparaît. Le but est clair : il s’agissait d’édifier, voire peut-être de convertir les artisans étrangers employés à la manufacture, ceci alors même qu’on révoquait l’édit de Nantes dans le royaume. Il reste à éclaircir si la prédication s’interrompt en 1693, faute de prédicateur, parce qu’elle s’est révélée inefficace ou faute d’auditoire. Soixante ans plus tard, la carte de 1752 reste très proche de la précédente. L’espace des stations semble ainsi fixé dès les premières décennies du xviie siècle. Dans le contexte parisien, la prédication se déroule avant tout à l’intérieur d’un espace clos et sacré, église ou chapelle. La station obéit à un cérémonial radicalement différent de celui de la procession, voire de la mission qui l’une et l’autre investissent la rue. A Paris, le seul espace en plein air, encore est-ce très relatif, qui accueille un prédicateur pour le Carême est celui du cimetière des Saints-Innocents et la capitale n’a connu tout au long du xviie siècle qu’une seule mission9.

7Désormais, l’espace est assez exactement repéré : alors qu’en 1633 la liste des lieux obéissait à une organisation rudimentaire, mentionnant à la suite les lieux paroissiaux suivis des établissements d’hommes puis de femmes où qu’ils se trouvent dans la ville, les listes ultérieures utilisent les divisions traditionnelles de l’espace urbain : la Cité, la Ville, l’Université, plus les faubourgs ; Saint-Germain, Saint-Jacques et Saint-Marcel. Dès 1648, une nouvelle subdivision apparaît avec le faubourg Saint-Antoine. Mais lorsqu’il s’agit de plus d’une centaine de lieux à situer et à repérer dans l’espace bâti, une précision plus grande peut être utile. Aussi, dès le Carême de 1694, l’énorme espace de la « ville » regroupant à lui seul plus de la moitié des stations fait l’objet d’une présentation plus affinée : neuf rubriques subdivisent cet ensemble, organisées soit suivant des aires repérables autour d’un monument remarquable (quartier Saint-Honoré, Saint-Eustache, du Temple, près de l’hôtel de ville), soit selon des axes de circulation le long desquels s’égrènent les lieux de l’éloquence sacrée : rue Saint-Denis et rue Saint-Martin par exemple. Cette présentation demeure ensuite quasi immuable, même si les lieux changent. La mutation essentielle est l’adjonction de lieux « hors la ville », de plus en plus nombreux. Ils dessinent un espace de la retraite, du détachement vis-à-vis de la foule et de la ville. En 1752, ils sont ainsi 31 lieux répertoriés en plus des quelques 150 lieux strictement parisiens, maisons religieuses ou églises de village.

8Afin de préciser les caractères de cette prédication proposée aux Parisiens en temps d’Avent et de Carême, il est nécessaire d’évoquer les caractères des prédicateurs, leur mode de nomination, leur circulation dans cet espace afin d’évoquer les relations entre les Parisiens et les représentants de l’Église.

LES PRÉDICATEURS PARISIENS

  • 10 Mise au point dans S. DA Campagnola, « La predicazione quaresimale. Gestione, evoluzione, tipologi (...)
  • 11 Cette ordonnance porte « défense à tous prédicateurs de traiter dans leurs prédications et catéchi (...)
  • 12 Dorsanne, Journal, cité par J. Candel, Les prédicateurs français dans la première moitié du xviiie(...)
  • 13 G. Guéret, La guerre des auteurs anciens et modernes, Paris, 1671, cité par P. Jacquinet, Des préd (...)

9Prêcher dans une église parisienne requiert l’autorisation préalable de l’ordinaire, en l’occurrence l’archevêque. L’obligation de cet aval a été rappelée par le concile de Trente10. Elle s’applique aux réguliers comme aux séculiers et permet à la hiérarchie ecclésiastique d’exercer un contrôle sur le prédicateur avant même que celui-ci ne monte en chaire. L’archevêque de Paris tient tout particulièrement à faire respecter son autorité et son droit de contrôle sur le contenu de la prédication. En 1651, il prend une ordonnance rappelant aux prédicateurs de la capitale qu’ils doivent s’abstenir de tout commentaire public sur des questions litigieuses, en l’occurrence celles qui touchent au jansénisme11. Quelques décennies plus tard, en avril 1715, le cardinal de Noailles, justement favorable aux jansénistes, interdit aux jésuites, en majorité partisans de la bulle Unigenitus, de continuer à prêcher hors de leurs chapelles ; pendant quinze ans, jusqu’à l’Avent de 1730, seront ainsi réduits au silence certains des meilleurs orateurs de la capitale : « On etoit surpris, écrit un témoin, de voir enlever les prédicateurs au milieu de leurs carêmes, [...] accrédités et estimés dans Paris »12. L’orateur potentiel doit également être engagé par une église le temps d’une station. S’il appartient à un ordre religieux il sera choisi par son supérieur ou désigné par le chapitre. Dans les églises paroissiales, ce sont les marguilliers qui, en accord avec le curé, désignent et rémunèrent le prédicateur. Le résultat n’était pas toujours à la hauteur des espérances des commanditaires : dans les années 1640, le P. André, un augustin connu pour son « art de mordre en riant », prêche avec énergie dans une des églises de la capitale, un observateur narquois remarque : « Demandez aux marguilliers de Saint-Estienne (du Mont), comme il les a traitiez sur leur chaire de dix mille francs »13.

  • 14 En 1672, la liste annonce à la suite des stations de la Cité : « Les Révérends pères carmes des Bi (...)

10C’est ainsi que le paroissien parisien a le choix entre différents styles de prédicateurs de toutes robes. Le grand nombre des stations permet en effet à de très nombreux ecclésiastiques de prendre la parole. Il n’y a jamais exclusivité de tel ordre ou congrégation. Certaines grandes paroisses, telle Saint-Germain-l’Auxerrois, n’hésitent pas à faire appel à un frère récollet, un père barnabite ou de la doctrine chrétienne ou à un prêtre séculier renommé. Même les jésuites et les oratoriens, présentés parmi les meilleurs orateurs au tournant des xviie et xviiie siècles, n’occupent jamais à eux seuls plus d’un quart des chaires de la capitale. Même s’il est vrai qu’ils prêchent souvent dans des églises renommées, Saint-Germain-l’Auxerrois ou Saint-Louis-en-l’Ile par exemple ou encore, pour les jésuites, en des lieux requérant un apostolat particulier : prisons14 et hôpitaux, délaissant les petites paroisses ou les églises des faubourgs.

  • 15 Les mendiants de toutes obédiences sont toujours les prédicateurs les plus nombreux, préchant non (...)

11Une évolution d’ensemble se dessine cependant : la progressive prise en charge par les séculiers et surtout par le clergé paroissial des stations d’Avent et de Carême. Les curés ne sont jamais en nombre négligeable, mais à partir du milieu du xviiie siècle, les séculiers forment la seconde cohorte des prédicateurs juste après l’ensemble des mendiants15, en revanche, les évêques ont disparu.

  • 16 A. Albert, J.-F. de Court, Dictionnaire portatif fes prédicateurs françois, Lyon, 1757.
  • 17 Pour 43 sur 167, leur passage par Paris est expressément mentionné.
  • 18 Chiffres établis à partir de E. Griselle, Bourdaloue, histoire critique de sa prédication, Paris, (...)
  • 19 Op. cit., p. 12.
  • 20 C’est en particulier le cas du P. Mongin qui, grâce à la protection des Condé et après avoir prêch (...)

12L’attrait des stations parisiennes semble ainsi décroître alors qu’avant la décennie philosophique, prêcher à Paris pouvait paraître comme une étape décisive dans la carrière d’un jeune ecclésiastique. De ce point de vue, les congrégations régulières bénéficiaient de leur implantation à l’échelle nationale. Il n’était pas rare qu’un jeune talent provincial soit ainsi repéré par ses supérieurs et invité à se produire dans les chaires parisiennes. Le Dictionnaire portatif des prédicateurs, publié en 175716, rappelle ainsi les débuts de Jean-Baptiste Massillon, né en Provence : celui-ci « entra chez les pères de l’Oratoire où il se distingua par ses talents ; ce qui le fit appeler à Paris. Il y prêcha pendant vingt ans avec un applaudissement universel ». Moins connu, Dom Sensaric, bénédictin de Saint-Germain-des-Prés a un itinéraire semblable. Né à La Réole, après « avoir fait à Toulouse et à Bordeaux les premiers essais de ses talents, il vint à Paris en 1739 par ordre de ses supérieurs, il a exercé le ministère de la parole dans les principales églises de cette capitale pendant 18 ans ». L’étape parisienne est donc importante pour une carrière. Mentionnés par ce même dictionnaire, environ un quart des prédicateurs français des xviie et xviiie siècles que leurs sermons ont rendu célèbres ont prêché dans les chaires parisiennes17. Prêcher à Paris régulièrement dans des stations peut même, à la longue, transformer un provincial en Parisien. Prenons les jésuites du temps de Bourdaloue : de 1632 à 1707, 139 prédicateurs jésuites ont pu être recensés dans la capitale, 40 parmi eux ont prêché plus de quinze stations, sur ces quarante athlètes de la chaire, vingt-six sont nés en province et morts à Paris18. Même si la capitale ne jouit pas de l’exclusivité des bons orateurs, elle tend à en regrouper le plus grand nombre. Les carrières exclusivement provinciales deviennent assez rares au xviiie siècle pour que les auteurs du Dictionnaire portatif estiment nécessaire de préciser à propos d’un prédicateur qui n’a jamais quitté Grenoble que « cela prouve qu’un homme né avec le génie de l’éloquence peut cultiver avec succès son talent sans être à Paris et que le bon goût peut régner ailleurs aussi bien que dans la capitale du royaume »19. Les stations, les sermons de dogme et de morale voient cependant leur importance diminuer au profit d’une autre étape qui apparaît souvent déterminante : le panégyrique de saint Louis prononcé devant l’Académie française, un certain nombre de « prédicateurs de carrière » cités par Jules Candel dans son étude sur la prédication dans la première moitié du xviiie siècle sont dans ce cas. Cet exercice les dispense souvent de prononcer des sermons pendant tout un avent ou un carême20.

  • 21 Pour une mise au point sur la distinction entre les sermons prêches à la cour ou devant la cour, a (...)
  • 22 G. Vuillard, Correspondance, cité par J. Candel, Les prédicateurs français op. cit, p. 79-80.
  • 23 Règlemens des droits deubs à la fabrique de l’église paroissiale de Saint-Jean en Grève à Paris, a (...)

13Enfin et surtout, si prêcher à la ville est important, rien n’égale le retentissement d’une station à la cour, au Louvre ou à Versailles21. Même si tout le monde ne pouvait y assister, elles sont systématiquement mentionnées par la liste destinée au public, le passage par les grandes paroisses parisiennes est d’ailleurs souvent l’antichambre d’un Avent ou d’un Carême devant le roi. Encore faut-il avoir eu la possibilité de déployer son talent dans une église assez importante. Là intervient la topographie sociale parisienne ; outre les perspectives de carrière, la rémunération de la station varie aussi en fonction des paroisses, de même que le public. Un témoin attentif explique la différence entre un prédicateur aujourd’hui oublié et le P. Massillon, tous deux prêchant le carême à Paris en 1700, le talent n’est pas seul en jeu. « Deux choses le font emporter au P. Massillon sur le P. Maure : le grand succès qu’il eut l’Avent dernier qu’il prêcha devant le roi, et l’avantage de la chaire de Saint-Gervais, qui est au milieu de la ville, au lieu que celle de Saint-Etienne du Mont est à une des extrémités, et qu’il y faut y grimper [...] les chaises de Saint-Gervais sont louées quinze sols ; les moindres douze. Mais la paroisse a bien des gens de qualité et des gens riches ; au lieu que Saint-Étienne n’en a que peu en comparaison, et qu’il a le désavantage de la situation. Les loueuses de chaises seront donc humblement réduites à n’en prendre que quatre sols »22. Entendre confortablement un bon sermon avait donc son prix, variable selon les paroisses : il n’en coûtait ainsi que 15 deniers à Saint-Jean-en-Grève en 1670. À Saint-Louis-en-l’Isle, les tarifs variaient également selon l’intérêt supposé du sermon : un sou pour les jours ordinaires, 2 sols pour les fêtes de la Vierge, les dimanches de l’Avent et du Carême ou l’octave du Saint-Sacrement, mais pour les sermons de la Passion ou du jour de Pâques, il fallait débourser 5 sols pour disposer d’un siège23.

PEUT-ON PARLER D’UN STYLE ET D’UN PUBLIC PARISIENS ?

  • 24 Outre les ouvrages de P. Jacquinet (Des prédicateurs du xviiesiècle...) et de J. Candel (Les prédi (...)
  • 25 Sur l’origine de la pratique de prendre par écrit un sermon alors que le prédicateur est en train (...)
  • 26 Cité par J. Candel, Les prédicateurs françaisop. cit, p. 312.

14Aller au sermon n’est pas une pratique sociale exclusivement parisienne mais par l’importance prise par la prédication dans la capitale au tournant des xviie et xviiie siècles, c’est un des éléments importants du « vivre parisiennement » et à rapprocher de la fréquentation des théâtres. Qu’il loue ou non une chaise pour écouter le prédicateur, quelle peut être l’influence du public parisien sur celui qui parle, la manière de prêcher et le contenu de ses sermons ? Rappelons d’abord quelle fut l’évolution de l’éloquence religieuse telle que l’ont retracée les historiens de la littérature entre le début du xviie siècle et les Lumières24. Les contemporains de Voltaire rejetaient déjà les « anciens sermonnaires » qu’on ne lisait plus : ceux du temps d’Henri IV ou de Louis XIII. Les allusions trop directes aux événements contemporains semblaient dépassées, on souhaitait un discours plus épuré, non seulement moins politique, mais aussi plus policé et plus correct. Au cours du xviie siècle, on écarte peu à peu les références à la littérature profane, même auréolée du prestige de l’antiquité, comme à une réalité jugée triviale. Cette correction du contenu alla de pair avec une normalisation de la forme, le rejet des termes jugés indécents ou scandaleux. Une fois passé le temps du « sermon burlesque », les prédicateurs de la fin du xviie siècle se rallièrent à un « style moyen », des périodes certes bien balancées, mais ne roulant que sur des considérations générales. La volonté d’écarter tout sujet épineux ou jugé trop difficile entraîna un effacement progressif des sermons sur les mystères de la religion catholique, ou du moins les transforma souvent en sermons sur la morale, en mettant en scène des personnages convenus : le magistrat indigne, la femme mondaine, le prêtre intéressé. La pratique courante consistant à répéter par cœur des discours souvent empruntés25 à autrui n’a pu que contribuer à la généralisation de ce type de sermon. Dans ces conditions, quelle peut être la spécificité des prédicateurs parisiens ? Le contenu même des sermons nous renseigne peu. Les allusions directes à la capitale restent rares, même si on peut en relever quelques-unes, par exemple chez l’abbé de Ciceri qui, en 1728, voit en Paris « cette grande ville qui est le théâtre de l’ambition », dénonçant le luxe, le jeu, l’irréligion, les mœurs corrompues, il finit par récapituler : « En un mot, une ville où un peuple innombrable de pêcheurs forme le monstrueux assemblage d’un nombre infini de péchés »26. Or dans cette image même de « Babylone moderne » entrent beaucoup de lieux communs.

  • 27 Discours fait en l’assemblée dernière du clergé sur le sujet d’un establissement proposé pour inst (...)
  • 28 Cité par le Dictionnaire portatif d’ A. Albert et J.-F. de Court, op. cit, p. 31.
  • 29 Jacques Bridaine, né dans le diocèse d’Uzès en 1701, après avoir fait ses premières études chez le (...)

15S’il existe une spécificité de la prédication parisienne, c’est surtout dans la perception très nette qu’ont les orateurs de s’adresser à un public à part. La différence foncière entre le public des villes et celui des campagnes est perçue dès le milieu du xviie siècle quand l’Assemblée du clergé se voit proposer la création d’une école de prédicateurs uniquement destinés à prêcher dans les grandes villes27. Mais le public parisien n’est pas seulement un public citadin, c’est aussi souvent un public plus critique que celui des autres grandes villes. Les prédicateurs eux-mêmes ont conscience de s’adresser à des auditoires particulièrement difficiles. Pierre de Besse, après avoir pourtant prêché « dans les premières chaires de Paris » sous Henri IV, éprouve la nécessité de placer en tête de l’édition de ses sermons un avertissement à son lecteur (supposé parisien) : « Si tu veux tant faire le renfrongné censeur et maître cérémonieux, que de décrier cette œuvre pour y avoir de la rudesse, et des pièces mal taillées ; représente-toi que ce n’est pas un courtisan, mais un étranger ; non pas un citadin, mais un rural qui parle, et que l’oiseau se sent toujours de son ramage. Mais aussi si tu y trouves du mérite, dis une fois en ta vie : Vive les Limosins »28. Plus d’un siècle plus tard, en 1751, le célèbre missionnaire Jacques Bridaine, après avoir parcouru et abondamment prêché dans le sud du royaume, exprime son appréhension alors qu’il se trouve, pour la première fois, dans la chaire de Saint-Sulpice : « À la vue d’un auditoire si nombreux pour moi, il me semble que je ne devrais ouvrir la bouche que pour demander grâce en faveur d’un pauvre missionnaire, dépourvu de tous les talens ». Mais il se reprend bien vite : « Qui que vous soyez, vous êtes tous pêcheurs ! [...] C’est ici, où mes regards ne tombent que sur des grands, sur des riches, sur des oppresseurs de l’humanité souffrante ; c’est ici seulement qu’il fallait faire retentir la parole sainte dans toute la force de son tonnerre »29.

  • 30 Apologie contre la mercuriale ou examen de ceux qui ont occupé les chaires de Paris ce caresme der (...)
  • 31 Bibl. nat. de France, Ms Clairambault 525 (imprimé), Lettre des dames de la paroisse Saint-Louis d (...)

16Prêcher à Paris est en effet un honneur et une épreuve. Plus qu’ailleurs, le public est averti, en raison des caractéristiques propres à la circulation de l’information dans la capitale, par la rumeur ou par l’imprimé. Ainsi, la Gazette et les périodiques savants annoncent et parfois commentent les grandes prédications. Dès 1633, un livret anonyme dénonce sous forme de mercuriale la promotion abusive de certains orateurs, un écrit, également anonyme, lui répond, prenant leur défense30. Si les conditions de la prédication, en particulier lors des grandes stations, sont assez encadrées pour éviter tout débordement ou intervention intempestive de la part de l’auditoire, tout risque n’est pas totalement écarté, il arrive même qu’un savetier apostrophe un prédicateur. Le climat tendu des années 1730, au cours desquelles s’opposent violemment partisans et adversaires du jansénisme, entraîne la publication d’un factum en réponse au prédicateur jésuite nommé par les marguilliers de Saint-Louis-en-l’Ile, texte argumenté, savant et signé, comme pour mieux souligner la supposée ignorance du jésuite, par les femmes de la paroisse, sans que la validité de cette signature puisse être vérifiée31.

17Mais le prédicateur incompétent a peut-être plus à craindre l’absence de l’auditoire que des réactions bruyantes de la part de ce dernier. Dans l’échange qui se noue entre les deux parties, les conventions prennent une place prépondérante : l’évocation des sermons du P. Séraphin par La Bruyère est un des portraits les plus pertinents des Caractères. La cour applaudit au langage sévère du capucin car elle ne prend pas véritablement au sérieux ses fulminations. Il n’en est pas de même des bourgeois de la ville qui, effrayés, préfèrent déserter leurs bancs de marguilliers. Cet épisode n’illustre pas seulement le détachement de la civilisation de cour qui ravale l’éloquence sacrée à un simple exercice théâtral, il révèle aussi la distance qui demeure entre la cour et la ville, et le poids du jugement du public sur celui qui parle, même approuvé par les plus hautes autorités du royaume.

18Au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, même si la liste des prédicateurs continue à être régulièrement imprimée, certains signes révèlent qu’elle perd peu à peu de son importance : en particulier l’augmentation du nombre des lieux pour lesquels le nom du prédicateur reste en blanc, signe d’un certain désintérêt.

19D’autres formes d’éloquence, en particulier académique, ont peu à peu supplanté le discours proprement religieux après l’avoir en partie modelé. Le penchant pour un discours policé, lisse, sans âpreté ni enthousiasme, répondant aux normes du bon goût, a ainsi peu à peu amené le public parisien à écarter de la chaire les orateurs trop atypiques. Or ce triomphe d’un beau dire, bien mesuré, a aussi engendré l’ennui qui a, sinon vidé les églises, du moins éclairci les rangs des auditeurs. C’est aussi que les normes imposées sont celles d’un discours écrit plus que celles d’une oralité qui suppose qu’on s’adresse à un auditoire plus ou moins homogène. Le succès même du sermon qui débouche sur son impression représente une menace. Le discours peut alors se suffire à lui-même, hors de l’« action » du prédicateur, la voix, les gestes. L’auditeur se mue en lecteur, en particulier le Parisien qui a, plus qu’un autre, à sa disposition les ressources de l’imprimerie et la capacité de lire.

***

20À l’issue de cette brève évocation des prédications d’Avent et de Carême à Paris, entre Fronde et Lumières, style burlesque et âge classique, les questions demeurent nombreuses. On peut cependant avancer que pendant un siècle et demi, le fait de prêcher à Paris, devant un public parisien, a été pour un certain nombre d’orateurs une étape décisive de leur carrière. La vigilance des autorités politiques et ecclésiastiques mais aussi les attentes et les réactions d’un public parisien ont contribué à la formation d’un style propre à l’éloquence religieuse, très étroitement normalisé. Il faudra attendre le choc de la Révolution pour que certains prédicateurs sortent à nouveau des églises et prennent la parole sur la place publique, mais il n’est plus alors question de Carême ni d’Avent.

Annexes

ANNEXES.

Lieux de prédication à Paris Avent 1633

Lieux de prédication à Paris Avent 1633

Lieux de prédication à Paris Carême 1652

Lieux de prédication à Paris Carême 1652

Lieux de prédication à Paris Carême 1692

Lieux de prédication à Paris Carême 1692

Notes

1 Madame de Sévigné, Correspondance, lettre du 26 mars 1671, Paris, 1971, t. 1, p. 200.

2 Sur l’origine des stations et sur la distinction entre stations et missions voir M. Vénard, « Du carême à la mission », dans Les missions intérieures en France et en Italie du xvie au xxe siècle, Ch. Sorel et F. Meyer dir., t. 8, Chambéry, 2001, p. 9-18.

3 Le titre exact est : La liste véritable et générale de tous les prédicateurs, avec les noms et qualités de ceux qui doivent prêcher le Carême (ou l’Avent). À partir de 1694, le titre devient : Liste des prédicateurs, qui doivent prêcher le Carême cette année mil six cens quatre-vingt quatorze, à Paris, à Versailles et à Saint-Germain en Laie, le tout exactement recherché pour la commodité du public.

4 Je n’entre pas ici dans les débats actuels entre historiens de la littérature sur la notion de public qui ne peuvent que nous inciter à la prudence. Si l’on s’accorde à voir dans le « public » une assemblée qui communie dans un même goût pour les belles-lettres, il n’est pas sûr que les prédicateurs s’adressent véritablement à un public mais plutôt à des auditeurs dont les attentes peuvent être très différentes.

5 Le fond de carte utilisé est celui du plan de Paris accompagnant le Traité de Police de Delamare, paru au début du xviiie siècle. Sa grande précision est très utile en particulier pour situer les lieux réguliers, malheureusement il ne concerne que Paris stricto sensu et il n’a pas été possible de reporter les prédications aux environs de la capitale.

6 La part des lieux réguliers est toujours notable, même si elle a tendance à baisser quelque peu entre 1652 et 1752 : on passe de 72 à 68 lieux réguliers entre ces deux dates, à chaque fois, c’est un peu moins de la moitié. Les couvents et monastères de femmes sont en général nettement plus nombreux que leurs équivalents masculins. Les lieux réguliers à ne pas accueillir de station sont rares, les plus notables sont la maison clunisienne de Saint-Martin-des-Champs, du moins au xviie siècle et, ce qui n’est pas surprenant, la Chartreuse.

7 Voir liste de 1672.

8 Ce n’est pas le seul lieu où sont mentionnées des prédications en langues étrangères, les auditeurs étrangers peuvent aussi suivre des stations dans leur langue, quelques exemples : Carême 1647, au collège de Bourgogne, le R.P. Paul Robinson, vicaire général des bénédictins anglais prêche les dimanches et fêtes, à trois heures, en anglais ; Carême 1649, à Saint-Germain-des-Prés, le R.P. Thomas de Herse, jacobin réformé, prêche en flamand et le R.P. Vincent Groncnbach, jacobin réformé, prêche en allemand, les dimanches (ces prédications en flamand et en allemand à Saint-Germain-des-Prés sont récurrentes et s’adressent vraisemblablement aux peintres et autres artisans étrangers du quartier) ; Carême 1661, aux jacobins réformés en la ville, le R.P. de Golefer, religieux du même ordre et le R.P. Marc Pini, théologien de Monseigneur l’archevêque et prince d’Embrun, prêchent en italien et en espagnol, le jour des cendres et tous les lundis et jeudis.

9 Elle est mentionnée par un billet manuscrit inséré dans les listes conservées à la Bibliothèque nationale en regard des feuillets correspondant au Carême de 1660 : « Le premier dimanche de juillet 1660, le père Eudes a commencay [sic] la mission à l’abbaye de Saint-Germain des Prez, ne l’ayant su faire à Saint-Sulpice à cause que l’église estait trop petite, et est finie le jeudy 2 7bre [septembre] 1660 tellement qu’elle a duré 2 mois. La procession de la clôture de la mission se fit à la paroisse et fut au séminaire où la reine mère asista [sic] au sermon à l’abbaye et ensuitte à la dite procession ».

10 Mise au point dans S. DA Campagnola, « La predicazione quaresimale. Gestione, evoluzione, tipologie », dans La predicazione dopo il concilio di Trento tra Cinque-cento e Settecento, G. Martini et U. Dovere dir., Rome, 1996, p. 243-280.

11 Cette ordonnance porte « défense à tous prédicateurs de traiter dans leurs prédications et catéchismes des matières contentieuses, sous peine d’interdiction de leurs ordres », elle est datée du 17 février 1651 et elle exige que « ces présentes seront publiées es prosnes de toutes les paroisses, affichées aux portes des églises et signifiées à tous les supérieurs des églises et communautés régulières ».

12 Dorsanne, Journal, cité par J. Candel, Les prédicateurs français dans la première moitié du xviiie siècle, de la Régence à l’Encylopédie (1715-1750), Paris, 1904, p. 218 ; voir aussi sur l’interdiction des jésuites, ibid., p. 513-530.

13 G. Guéret, La guerre des auteurs anciens et modernes, Paris, 1671, cité par P. Jacquinet, Des prédicateurs du xviie siècle avant Bossuet, Paris, 1863, p. 152.

14 En 1672, la liste annonce à la suite des stations de la Cité : « Les Révérends pères carmes des Billettes ont fait un établissement considérable à la Conciergerie où ils preschent tous les mercredis, nourissent les prisonniers, par les dames pieuses qui les y accompagnent, continuent la même charité dans les prisons du grand, petit châtelet et Fort l’Evesque, d’où ils délivrent grand nombre de prisonniers les plus délaissez. Divers pères jésuites continueront, comme ils font toute l’année, leurs prédications les mardis et jeudis, et les religieux barnabites continueront, comme ils font toute l’année, leurs prédications les mardis et jeudis, et les religieux barnabites continueront aussi d’y prescher et consoler les prisonniers ainsi qu’ils font pendant toute l’année ».

15 Les mendiants de toutes obédiences sont toujours les prédicateurs les plus nombreux, préchant non seulement dans leurs couvents mais aussi dans plusieurs églises paroissiales. On peut voir là un prolongement de la grande période de la prédication mendiante à la fin du Moyen Âge ; sur ce point voir H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge, 1350-1520, Paris. 1988.

16 A. Albert, J.-F. de Court, Dictionnaire portatif fes prédicateurs françois, Lyon, 1757.

17 Pour 43 sur 167, leur passage par Paris est expressément mentionné.

18 Chiffres établis à partir de E. Griselle, Bourdaloue, histoire critique de sa prédication, Paris, 1906.

19 Op. cit., p. 12.

20 C’est en particulier le cas du P. Mongin qui, grâce à la protection des Condé et après avoir prêché un panégyrique de saint Louis devant l’académie et une cène à la cour, obtient un évêché, J. Candel, Les prédicateurs français..., op. cit, p. 278.

21 Pour une mise au point sur la distinction entre les sermons prêches à la cour ou devant la cour, ainsi que pour une liste exacte des prédicateurs, voir A.-J. Hurel, Les orateurs sacrés à la cour de Louis XIV. Paris, 1872.

22 G. Vuillard, Correspondance, cité par J. Candel, Les prédicateurs français op. cit, p. 79-80.

23 Règlemens des droits deubs à la fabrique de l’église paroissiale de Saint-Jean en Grève à Paris, aux mariages, convois, enterrements, bouts de l’an et chaires au sermons (1670). Règlemens des droits deus à la fabrique de l’église royale et paroissiale de Saint-Louis en l’isle Nostre Dame à Paris (1680).

24 Outre les ouvrages de P. Jacquinet (Des prédicateurs du xviie siècle...) et de J. Candel (Les prédicateurs français...) déjà cités, voir P. Bailey, French pulpit oratory, 1598-1650 : a study in themes and styles, with a descriptive catalogue of printed texts, Cambridge-Londres-New York, 1980 et celui de M. Fumaroli L’Âge de l’éloquence : rhétorique et « res litteraria », de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, 1980.

25 Sur l’origine de la pratique de prendre par écrit un sermon alors que le prédicateur est en train de le prononcer, voir P. Jacquinet, Des prédicateurs du xviie siècle..., op. cit., p. 199.

26 Cité par J. Candel, Les prédicateurs françaisop. cit, p. 312.

27 Discours fait en l’assemblée dernière du clergé sur le sujet d’un establissement proposé pour instruire et former des prédicateurs par le sieur de Cambolas tolosain, prestre, docteur en théologie et chanoine de Sainct Sernin, à Paris chez Sébastien Feugé, rue des Amandiers, près le collège des Grassins, 1651. Il s’agit selon ce projet de « faire pour les villes ce que l’on a estably, et qui se practique dans les villages ».

28 Cité par le Dictionnaire portatif d’ A. Albert et J.-F. de Court, op. cit, p. 31.

29 Jacques Bridaine, né dans le diocèse d’Uzès en 1701, après avoir fait ses premières études chez les jésuites, entra au séminaire de la congrégation des missions royales de Saint-Charles-de-la-Croix à Avignon. Ce passage est extrait du Dictionnaire biographique et bibliographique des prédicateurs et sermonnaires français, par l’abbé de la P***, Paris-Lyon, 1824.

30 Apologie contre la mercuriale ou examen de ceux qui ont occupé les chaires de Paris ce caresme dernier, mil six cens trente trois par E.V.D.L., Paris, 1633. Je n’ai pu retrouver le texte de la mercuriale.

31 Bibl. nat. de France, Ms Clairambault 525 (imprimé), Lettre des dames de la paroisse Saint-Louis dans l’Isle, au R.P. Le Fevre, jésuite, à l’occasion du sermon qu’il prêcha dans cette paroisse le lundi de Pâques, où il a prétendu prouver qu’il n’étoit pas permis aux femmes de parler de religion, et que de leurs conversations étoient nées plusieurs hérésies.

Table des illustrations

Titre Lieux de prédication à Paris Avent 1633
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1445/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Lieux de prédication à Paris Carême 1652
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1445/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Lieux de prédication à Paris Carême 1692
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1445/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter