Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Vivre la capitale

Paris Pavoisé. Quand Paris apprend la démocratie dans les districts, avril 1789-juillet 1790

Élisabeth Liris

Texte intégral

  • 1 G. Garrigues, Les Districts parisiens pendant la Révolution Française, Paris, s.d., p. 9.

1Revisiter l’expérience des districts parisiens du mois d’avril 1789 à la fin de juillet 1790, c’est se pencher sur des sortes de laboratoires de la démocratie, qui se construisent dans la capitale d’un pays en pleine effervescence et qui parviennent durant une année à établir, un ou plutôt des gouvernements autonomes, à partir des 60 circonscriptions créées pour les élections aux États généraux. « C’étaient 60 républiques qui se prétendaient démocratiques et souveraines. Chacune avait son forum et sa tribune aux harangues, son comité, son armée, ses canons. Chacune administrait, ordonnait, et surtout arrêtait suivant son caprice »1.

2Comment naît, s’exprime, cet apprentissage du politique, comment exister dans l’illégalité en établissant une démocratie sans véritable violence, sans véritable unité non plus ? L’expérience ne vaut pas seulement par sa portée symbolique, elle véhicule bien toute une idéologie neuve qui se transforme progressivement en un message politique.

LES ELECTIONS : L’ENTREE EN SCENE DE DISTRICTS

3En vue des élections aux États généraux, et par un règlement de Sa Majesté en date du 13 avril 1789, il est prévu que chaque ordre devra élire une assemblée primaire pour désigner les électeurs qui eux-mêmes éliront les députés des trois ordres. Pour procéder à ces élections, il s’avère nécessaire de créer des circonscriptions adaptées à la taille et à la population de la capitale. Donc le clergé se répartit dans cinquante-deux paroisses, la noblesse dans vingt départements et le tiers état, ne pouvant procéder aux élections dans le cadre des seize quartiers traditionnels, beaucoup trop étendus, se répartira en soixante districts.

  • 2 M. Genty, L’apprentissage de la citoyenneté, Paris 1789, 1795, Paris, 1987, p. 21 ; S. Aberdam, Su (...)

4Dans ces nouvelles circonscriptions quadrillant la capitale, on constate une grande inégalité aussi bien au niveau de la superficie que pour le nombre des habitants qui les composent. Les districts les plus peuplés correspondent au centre, le plus petit étant celui de Saint-Eustache, tandis qu’à l’est, dans les faubourgs, ils couvrent une large superficie comme celui de Popincourt ou celui des Enfants-Trouvés. Quant à leurs noms, la plupart évoquent ceux des églises (Saint-André-des-Arts, Abbaye-Saint-Germain-des-Prés, Val-de-Grâce, Carmélites...), là devront se réunir les citoyens, comme le précise le règlement du 13 avril : « La convocation des habitants du Tiers État... le 21 de ce mois... à l’église de... »2 Le règlement du 13 précise également les conditions d’accès au vote, à savoir être Français ou naturalisé, être âgé de vingt-cinq ans, être domicilié au rôle des impositions et payer 6 livres de capitation par an ou bien justifier d’un office. De telles exigences limitent, plus que partout ailleurs, le corps électoral, c’est-à-dire le corps des citoyens « actifs ». La bourgeoisie en général propriétaire, la bourgeoisie de talents et les commerçants aisés représentent la quasi-totalité des électeurs parisiens et les nobles et le clergé, quoique en principe admis, se révèlent en fait peu nombreux. Face à de telles restrictions, certains districts protestent au nom de la grande majorité des « passifs », comme en témoignent les délibérations des districts de l’Oratoire, des Mathurins ou des Feuillants, mais on ne voit pas d’action vraiment concertée en faveur des exclus.

  • 3 J.-S. Bailly, Mémoires d’un témoin de la Révolution, Genève, 1975, p. 10.
  • 4 G. Garrigues, Les Districts parisiens..., op. cit., p. 9.

5Jean-Sylvain Bailly, futur maire de Paris, témoigne de ses impressions comme élu dans son district des Feuillants : « Quand je me trouvai au milieu de l’assemblée du district, je crus respirer un air nouveau, c’était un phénomène que d’être quelque chose dans l’ordre politique, et par sa seule qualité de citoyen, ou plutôt de bourgeois de Paris car à ce jour nous étions entre bourgeois et non citoyen... » et il poursuit : « Cette assemblée, portion infiniment petite de la nation, sentait cependant et la force et les droits de l’homme... » Certes, il déplore la faible participation des électeurs : « Tous les citoyens du district n’ont pas paru », mais il se réjouit du fait que les Feuillants aient reçu « plusieurs députations de la noblesse » ; en revanche, il signale, non sans une certaine ironie, l’absence du clergé : « Je remarque que nous ne vîmes point de députation du clergé. Il était plus éloigné de la fraternité et le ciel était entre lui et nous ». Il conclut, avec optimisme : « Ce concert entre les citoyens d’une si grande ville et entre deux ordres annonçait la grande union du royaume et la confusion des ordres »3 De fait, la participation électorale se révèle avoir été fort modeste, sans doute pour des raisons multiples dont la trop grande rapidité pour organiser le vote, mais aussi la présence importante de forces de l’ordre encerclant littéralement les églises et enfin peut-être aussi les rumeurs, voire la peur ? Au total, entre 25 % et 39 % de votants seulement, c’est-à-dire 11 704 votants sur 30 000 à 40 000 inscrits avec des chiffres très variables selon les districts allant de seulement vingt-quatre électeurs à Saint-Victor jusqu’à quatre cent soixante-douze à Saint-Étienne-du Mont. Mais concernant le nombre des élus, on constate que les districts parisiens commencent leur premier coup de force (ou entrave au règlement ?). En effet il était prévu de désigner au total, pour Paris, un électeur pour cent habitants ce qui aurait fait, au total, cent quarante-sept élus, or les districts n’en désignent pas moins de quatre cent sept. Parmi eux, cent soixante-dix hommes de loi, cent trente-sept commerçants ou artisans ainsi que trente-deux fonctionnaires publics4. Au total la haute bourgeoisie parisienne prend le pouvoir.

6Puis, et alors que les districts n’étaient, à l’origine, que de simples circonscriptions électorales, ils refusent de se dissoudre après les élections, profitant des événements de juin, juillet, les assemblées des différents districts continuent de se réunir et pour choisir leur président, ils s’autorisent à refuser les commissaires désignés par le prévôt des marchands. Les premiers districts qui se manifestent sont ceux de Saint-Étienne-du-Mont et de Saint-Eustache, au mépris des articles 16 et 17 du règlement du 13 avril, prétextant, au nom de la liberté, qu’ils ne veulent pas de ces candidats « officiels », leur choix se porte alors soit vers le doyen d’âge, soit, et c’est la majorité des cas, vers des hommes de loi. De la même manière, tandis que le règlement prévoyait de rédiger un seul cahier pour le tiers état, de nombreux districts avaient élaboré leurs propres cahiers, pour la plupart rédigés par les commissaires qu’ils avaient choisis, mais aussi par des industriels et des commerçants soucieux d’exprimer leurs revendications particulières. Dans le même temps, on constate une volonté des districts pour se rapprocher ou pour le moins pour communiquer entre eux, en particulier par l’envoi de députations, tout en manifestant une réelle méfiance vis-à-vis des contacts avec les députés de la noblesse, comme le signifie clairement Brissot, au district des Filles-Saint-Thomas : « Il ne peut y avoir de réunion là où il n’y a ni unité d’intérêts, ni unité de principes ».

7A la suite de la première révolution juridique réalisée par les États généraux, deux problèmes essentiels se posent au niveau des districts en dehors de la question de leur permanence : celui de la formation d’une commune de Paris d’une part, et, d’autre part, la création d’une milice bourgeoise. En effet, dès après le 14 juillet se pose la question de l’administration de la capitale dont les rapports avec le pouvoir monarchique restent flous et dont les relations s’avèrent de plus en plus conflictuelles avec le Châtelet ; il est urgent pour la capitale d’obtenir une véritable autonomie, ambition partagée parallèlement avec les districts et qui pouvait devenir une rivalité. Or, après la proclamation de Bailly comme maire de Paris et celle de La Fayette comme commandant général de la garde nationale, Bailly réclame avec insistance « d’être légalement nommé par les districts ». C’était bien là reconnaître leur légalité ou tout au moins leur légitimité, en tout cas leur maintien, voire leur permanence, après les élections, et entre les 17 et 23 juillet, les districts confirment par un vote la nomination de Bailly et de La Fayette. Forts de cette « indépendance », les districts décident de mettre en place leur propre défense.

LES DISTRICTS EN ARMES : LA CREATION D’UNE MILICE BOURGEOISE

8La garde nationale de Paris naît officiellement le 13 juillet dans la salle de l’Hôtel de Ville. En réalité, afin de maintenir l’ordre et la sécurité, les différents districts ont déjà formé une milice bourgeoise plus ou moins sous l’égide du comité permanent, ils ont pris l’initiative d’interdire tout attroupement et ont demandé à tous les citoyens qui possédaient des armes de les apporter au district sur-le-champ. Il est prévu un recrutement de 12 000 hommes, les gardes françaises peuvent s’engager et chaque jour les districts doivent informer la municipalité de l’évolution de leurs effectifs. Le premier jour on rassemblera 200 hommes en armes et ainsi de suite les jours suivants.

9On réunit les soixante districts en seize quartiers, en général quatre par quartier, ainsi le quartier du Marais regroupe les Blancs-Manteaux, les Capucins, les Enfants-Rouges et les Pères de Nazareth, plus rarement trois comme le quartier Sainte-Geneviève autour de Saint-Étienne-du-Mont, Val-de-Grâce et Saint-Marcel. Au total se constituent seize légions, divisées en bataillons, formés eux-mêmes de quatre compagnies, chacune comprenant deux cents hommes ; ce système doit permettre, du point de vue stratégique, de se regrouper plus facilement.

  • 5 Commandant H. Lachouque, Les drapeaux de la Garde nationale de Paris en 1789, Paris, 1947, p. 15 e (...)

10Pour le commandement, un commandant général pour les seize légions, un commandant général en second, un major général et un aide major général. Pour chaque légion, un commandant en chef et un commandant en second. Si le commandant en chef est nommé par le comité permanent, les officiers des bataillons sont désignés par les districts. On ne peut là encore pas s’étonner de voir leur choix se porter sur des aristocrates ou des personnes fort respectées, ainsi Soufflot commande le bataillon du Val-de-Grâce, M. de la Villette commande le tumultueux bataillon des Cordeliers, auquel appartient Danton, M. Amiot de Franconville celui de Saint-Lazare, M. Guyon de Fremon celui de Saint-Laurent5. Les conflits semblent avoir été très fréquents d’une part avec la Fayette et, d’autre part, à l’intérieur des districts entre le pouvoir civil et militaire.

11Dès le 13 juillet, le port de la cocarde bleu et rouge, aux couleurs de la ville, devient obligatoire, or à ce jour le marquis de la Salle demande aux bataillons de se rassembler en armes dans les églises et d’entrer, chaque matin en correspondance avec l’Hôtel de Ville. De façon évidente, c’est là une manière d’entériner l’existence d’un pouvoir militaire dans les districts, avec six mille hommes par district, soldés par la municipalité. Dans ces conditions, le 16 juillet, La Fayette demande qu’un règlement soit établi pour la garde nationale, qui prend désormais le nom de garde nationale de Paris, et en tant que commandant, il veut être assisté d’un comité militaire formé de représentants des soixante districts.

12Le 17 juillet, lorsque le roi se rend à l’Hôtel de Ville, déjà deux districts arborent leur propre drapeau, celui de Notre-Dame avec pour devise « le salut de la patrie », et celui des Mathurins qui proclame : « Liberté ». Le 27 juillet, l’uniforme, bleu, écarlate et blanc connaît ses couleurs ainsi que la cocarde définitivement tricolore puisqu’il est spécifié que les couleurs de Paris entoureront désormais le blanc, couleur nationale ; il est à cette occasion rappelé que, depuis le xvie siècle, ces trois couleurs sont celles de la livrée du roi de France. On décide que chaque district devra avoir son propre drapeau, sa devise et les dimensions en sont précisées. L’ensemble de ces dispositions est pris en compte dans la première semaine du mois d’août d’après les registres des délibérations, mais, là encore les districts, loin de respecter les consignes quant aux dimensions du drapeau et à sa structure, autour d’une croix blanche, laissent libre court aux initiatives de chacun, faisant souvent appel à de grands artistes pour décorer leurs étendards qui deviennent de véritables œuvres d’art, l’ensemble apparaissant d’une facture très raffinée, manifestement peu populaire.

13Vieilh de Varenne indique, dans sa description des drapeaux, qui sont les donateurs et quels sont les artistes qui les ont décorés. La plupart ont été offerts par des officiers du district tel M. Royer pour les Prémontrés, M. Crevecoeur aux Cordeliers, Mme Mathieu, épouse du commandant à Bonne-Nouvelle ; le marquis de La Fayette offre le drapeau du district de la Sorbonne et M. Lothier, procureur du roi, donne celui de Notre-Dame. Pour la décoration, les districts n’hésitent pas à faire appel à des artistes de renom tels Bourgoin, peintre des jardins du roi à Saint-Victor, Boisseau, sculpteur du roi aux Carmes-Déchaussés, M. Charpentier, brodeur, à Saint-Lazare ou au peintre Nebel à Saint-Gervais.

  • 6 Vieilh de Varenne, Description curieuse et intéressante des drapeaux des 60 districts de la ville (...)

14Les devises, quant à elles, si elles appartiennent à une longue tradition depuis l’Antiquité romaine n’en apportent pas moins un message écrit, une prise de parole pour chaque district, un dit, qui, soit complète, soit parle sur un autre ton que l’image. Le dictionnaire de Trévoux signale que le mot lui-même très ancien vient de dividere, diviser : « Il se donnait aux choses dont on va parler encore ici parce qu’elles servaient à diviser, à remarquer, à distinguer les gens », ce dernier sens est sans doute à retenir6. Sur les soixante drapeaux, cinquante-quatre comportent des devises ; l’épigraphie comprend 254 mots, la plupart écrits en lettres d’or et en majuscules, avec un texte court, compte tenu de l’espace restreint ; on rencontre quelques phrases complètes : « Un roi juste fait le bonheur du peuple » (Tresnel), « Mon courage sauva l’État » (Filles-Dieu), « Je veille sur la patrie » (Saint-Martin). Certaines phrases se déclinent sur un mode optatif « Elle ne flétrira jamais » (Petits-Pères-des-Victoires) ou interrogatif « Qui me le ravira ? » (Saint-Nicolas-du-Chardonnet) avec un lion brandissant un bonnet de la liberté au bout d’une pique. Souvent, le verbe reste sous-entendu : « Prudents, libres » (Saint-Eustache), « La liberté ou la mort » (Saint-Marcel) ; parfois un seul substantif : « Liberté » (Val de Grâce), « La loi » (Sainte-Opportune). Sur ces 254 mots, la liberté arrive en tête, avec 26 occurrences, puis l’union, 13 fois, la force, 12, la loi, 10, la patrie, 7, la mort, 7, la nation, 3, figurent aussi la vertu, la persévérance, l’intrépidité, une seule allusion à la fraternité : « Vivre en frères sous l’empire des lois », un silence pesant sur l’égalité...

  • 7 É. Liris, « Quand les drapeaux ont la parole », dans Langage de la Révolution (1770-1815), Paris, (...)

15On sait que les devises ont été choisies par les chefs de bataillons, ce qui permet peut-être de comprendre certains silences par exemple, une seule apparition pour le mot peuple et pour celui de citoyen. Message aristocratique, certes, dont quatre devises en latin, mais discours édifiant qui complète les images et, en privilégiant la liberté et l’union, les districts parlent bien d’une véritable conquête réalisée grâce à la force et à l’union (l’image du faisceau irrigue de nombreux drapeaux). Message aussi d’une élite politiquement inquiète, dans un paysage politique et social en pleine effervescence au sein d’un conflit quasi permanent entre autorités civiles et militaires. Ainsi, comme des porte-voix, ces drapeaux des districts transmettent une histoire, une espérance mais également sans doute aussi une angoisse contenue, en cet été 1789, en tout cas une pugnace volonté d’imposer leur identité7.

LES DISTRICTS ET LA DEMOCRATIE LOCALE

16Ayant de fait acquis ou conquis un pouvoir militaire, les districts sont invités par le maire de Paris dès le 19 juillet à former l’Assemblée des Représentants de la Commune, or cette invitation ne fait que répondre aux vœux exprimés par de nombreux districts. Avec l’accord tacite de Bailly et de La Fayette se constitue un véritable statut communal pour la capitale afin d’établir ce que le maire lui-même nomme « un nouvel ordre des choses ». Chaque district ayant envoyé deux représentants, l’Assemblée des Représentants compte cent vingt députés, puis cent quatre-vingts, et elle se substitue donc à partir du 30 juillet à l’assemblée des électeurs.

17La nouvelle administration prévoit également un conseil de ville formé le 8 octobre et un bureau de ville, sous l’autorité du maire et dont les membres sont désignés par l’Assemblée des Représentants. Dans le même temps et toujours en marge de toute légalité, mais profitant de la vacance du pouvoir exécutif et contestant plus ou moins ouvertement et le plan municipal et les décisions de l’Assemblée des Représentants, les districts s’étaient organisés en assemblées de district, refusant délibérément d’abdiquer leurs acquis face à un pouvoir municipal imposé et incertain. En général le président du district convoque l’assemblée, dans l’église, au moins une fois par semaine, mais on ne s’étonnera pas, là encore, de la grande diversité des pratiques. Les comptes rendus des délibérations montrent que la fréquence des réunions varie de deux à trois fois par semaine, les lundis, jeudis et samedis aux Récollets ou les mardis, jeudis et samedis aux Mathurins, tandis que dans les districts plus populaires des faubourgs, on se réunit plutôt le dimanche, après la messe, enfin en cas de difficultés majeures, comme en octobre, novembre 1789, certains districts délibèrent tous les jours.

18Les présidents, rééligibles ou non, se recrutent toujours parmi une certaine élite bourgeoise et à Saint-Roch, on se plaint de la présence de ces hommes de loi accusés d’être « des notables ambitieux » alors que, aux Prémontrés, on demande « de vrais patriotes à la tête du district ». Lors des séances, les présidents se placent avec les officiers et le curé dans le chœur. Le vote se fait soit à main levée, soit de façon secrète pour les affaires les plus importantes. Les débats, peu ou mal organisées, semblent donner lieu à un grand désordre, on se coupe la parole, on ne traite pas des questions à l’ordre du jour, quand elles existent, parfois, il faut intervenir pour expulser des citoyens « passifs », qui se sont introduits subrepticement en dépit de nombreux contrôles à l’entrée !

19La présence des citoyens actifs reste très irrégulière et il arrive que l’on soit obligé d’annuler la séance faute d’un nombre suffisant de par ticipants, certains districts distribuent même des amendes aux absents. La multiplicité des décisions prises en vue d’un fonctionnement plus organisé montre à la fois l’inefficacité des mesures, mais aussi l’enthousiasme des électeurs, entretenu par un discours toujours enflammé autour de la liberté et par les nombreuses fêtes patriotiques réalisées dans les districts, cérémonies au cours desquelles les paroles du curé ne manquent pas d’allier religion, liberté et patrie.

LES COMITES DE DISTRICTS ET LA QUESTION DE LA PERMANENCE

20Dans les districts on distingue deux tendances : une plus démocratique et populaire comme à Saint-Marcel, aux Prémontrés, l’autre bourgeoise, plus modérée comme aux Filles-Saint-Thomas, les clivages semblent nettement s’accentuer dès après la nuit du 4 août et une véritable opposition se manifeste contre l’Assemblée dans la mesure où la plupart des districts sont hostiles au veto royal, parmi les plus engagés se distinguent déjà celui des Cordeliers, et du Petit-Saint-Antoine.

21Dans le même temps, les comités de districts se constituent du 15 juillet à la mi-août pour former un véritable pouvoir exécutif ; le premier comité se réunit à Saint-Roch puis à Saint-Marcel et à Saint-Jacques. Ils siègent d’abord dans les églises ou dans des maisons religieuses, voire dans des maisons particulières, et souvent ils se communiquent leur lieu de réunion pour faciliter des actions ou des discussions communes, les contacts s’effectuent soit par correspondance, soit directement par l’intermédiaire de commissaires. L’organisation et les objectifs seront précisés en décembre, avec un rôle de police, un rôle de surveillance, à l’aide de patrouilles, ainsi que le contrôle de la vie économique, l’entretien des troupes et des hôpitaux, grâce à l’instauration du don patriotique à partir du 5 novembre, le rôle des comités augmente encore.

22Tous les districts se préoccupent de la question des subsistances, prenant des mesures beaucoup plus hardies que celles édictées par le comité de subsistances de l’Hôtel de Ville, n’hésitant pas à contrôler eux-mêmes les convois de grains, à envoyer des commissaires sur les marchés et particulièrement à la Halle aux Grains, à lutter contre les accapareurs, à réprimer les pillages. En septembre 1789, ils créent une caisse de bienfaisance pour les pauvres, puis un comité de bienfaisance qui s’occupe aussi des « pauvres honteux », à savoir ceux qui n’osent pas demander, organisent des distributions de repas pour les indigents. Aux Mathurins, on fait le projet de créer un comité fraternel dans chaque district. Dans cette optique, certains districts établissent de véritables budgets, apparaissant comme des intermédiaires, s’imposant entre le département et la municipalité et disposant en conséquence de ressources propres.

23On voit, inscrites sur les registres des délibérations, les listes des recettes et des dépenses. Les recettes sont constituées par une subvention mensuelle attribuée à la ville pour l’entretien de la garde nationale, de l’hôpital militaire ; de même, le district dispose des revenus de la quête du dimanche donnée par le curé ainsi que des amendes infligées à ceux qui n’avaient pas monté la garde, enfin des saisies faites pour la contrebande du sel. Les dépenses correspondent aux traitements des fonctionnaires du district et aux frais de secrétariat et de bureaux, à l’entretien de la garde nationale, ce poste constituant la plus grosse dépense avec les frais de casernement, les loyers de logements, le coût des uniformes pour les volontaires parisiens, la nourriture des troupes, les frais d’hôpitaux pour les soldats malades, l’achat de fusils (souvent volés !). Il existe également des frais généraux : affichage, imprimerie, dépenses pour les assemblées générales, ainsi que pour les fêtes, comme la bénédiction des drapeaux. A partir du 6 octobre, toute la gestion financière revient entièrement aux districts. Les districts occupent ainsi un espace de plus en plus large, les comités se chargeant de faire régner l’ordre dans les quartiers, ces soixante comités participent également au plan provisoire de municipalité adopté le 12 août. En réalité le plan est peu respecté et chacun modifie soit le nombre de membres du comité, soit le nombre des officiers qui le dirigent, mais pour être membre du comité, il faut toujours être « citoyen actif » du district depuis un an et un jour, et être âgé de vingt-cinq ans.

24Progressivement les comités s’approprient de nouvelles attributions et en particulier des fonctions de police, ce qui engendre des conflits à la fois entre les districts, dans la mesure où les règlements varient d’un district à l’autre, mais aussi avec le Châtelet qui estime son pouvoir usurpé. Le 5 novembre, un nouveau règlement est censé mettre fin à ces abus, mais il concerne toute la ville de Paris et les districts n’ont pas été consultés, en conséquence, ils ne l’appliquent pas et, à force de ruses, les districts finissent par récupérer ce qu’ils estiment être leurs droits et leurs devoirs. Dans ce conflit, Bailly souligne le rôle particulièrement pugnace du district des Cordeliers qui a décidé « de s’opposer à toute institution civile et militaire qui n’aurait pas la sanction de la majorité des districts ». Encore une fois c’était reconnaître l’autonomie des districts, mesure confirmée par le roi pour la perception des dons patriotiques.

LES DONS PATRIOTIQUES, LA VENTE DES BIENS DU CLERGE, L’ASSEMBLEE DE L’ARCHEVECHE

25En effet par un décret royal, en date du 9 novembre, les districts de la ville de Paris sont officiellement autorisés à recevoir les dons patriotiques, y compris les bijoux et autres effets d’or et d’argent jusqu’à concurrence, pour chaque article, de deux onces d’or et six marcs d’argent, à cet effet trois commissaires seront nommés. En ce qui concerne la disposition de Necker, pour faire face aux difficultés financières, de faire don du quart de ses revenus, les districts se proposent pour réaliser l’opération, mais dans le même temps ils prétendent ne pas avoir d’ordre à revoir de l’Assemblée nationale.

26Une autre opération de grande envergure intéresse les districts, avec la vente des biens nationaux. Le 16 mars, après de longs débats, Bailly propose que Paris achète pour 200 millions de biens domaniaux et ecclésiastiques et le 17 mars, le comité d’aliénation publie les décrets d’application, confiant finalement la vente aux districts et le bureau de la ville approuve la décision. Pour la vente des maisons religieuses et des terrains, en principe, le conseil de la ville doit nommer des commissaires, mais en fait les districts ont déjà procédé à leur désignation, en tenant compte des meilleures compétences professionnelles !

27Mais l’autonomie des districts et la question de leur permanence reste un combat quasi quotidien. Au début de janvier 1790, le district des Prémontrés, devant l’incapacité de l’Assemblée des Représentants, s’autorise à proposer lui-même son propre plan municipal après l’avoir communiqué aux autres districts : « Réclamez votre permanence active, la continuation du droit de législation. Sauvez Paris de l’aristocratie municipale, la commune du vil anéantissement ». Le 21 février, il réitère ces propositions aux 59 districts et leur demande d’envoyer des députés à l’Archevêché à 10 heures afin de statuer, de façon définitive, sur la permanence. Le 8 mars, quarante-huit districts adhèrent à l’Assemblée de l’Archevêché, tous réclament la liberté politique et la permanence, estimant que les districts sont et ont été « des écoles de civisme et de fraternité... l’école des citoyens... » et qu’ils permettent d’éviter les intrigues, l’égoïsme et de contrôler l’administration. Finalement, Bailly accepte le 23 mars de demander à l’Assemblée nationale le principe de la permanence des districts et présente leur plan, mais les districts sont sans doute allés trop loin, et, en dépit des interventions de Robespierre et des districts des Prémontrés, des Cordeliers, des Minimes, des Jacobins-Saint-Dominique leur fin était proche ! Pourtant dans un dernier élan ils participent de façon très active à l’organisation de la fête de la Fédération.

LES DISTRICTS ORGANISATEURS DE LA FETE DE LA FEDERATION : UN POINT D’ORGUE ?

  • 8 G. Garrigues, Les Districts parisiens..., op. cit., p. 114-126. Les sources sont répertoriées au d (...)

28« Le 18 avril 1790, Charron, secrétaire-greffier du district de Bonne-Nouvelle, prit l’initiative d’une démarche auprès des autres districts de Paris, ayant pour but de leur demander leur adhésion à l’acte fédératif des États de Bretagne et d’Anjou [...] on forma alors à Paris un comité composé des commissaires des soixante sections, afin d’élaborer le projet d’une fédération générale qui rassemblât dans la capitale les représentants des différentes provinces du royaume »8. Déjà en novembre 1789, dans le district des Récollets, on aurait envisagé une grande manifestation de fraternité nationale et en mars 1790, les districts, au nom de tous les citoyens de Paris, envoient un message à toutes les communes de France : « Faisons de toutes les fédérations particulières, une confédération générale [...] c’est le 14 juillet que nous avons conquis la liberté ; ce sera le 14 juillet que nous jurerons de la conserver ». Le 5 juin Bailly se rend à l’Assemblée à la tête d’une délégation pour présenter la demande des sections réunies dans un même sentiment et pour un seul vœu, celui d’une Fédération générale de tous les départements.

  • 9 J. Michelet, La Révolution, Lausanne, 1966, t. 1, p. 449.

29L’organisation grandiose de cette commémoration ou de cette célébration de la prise de la Bastille revient pour beaucoup aux districts qui se chargent, entre autres, du maintien de l’ordre, de l’accueil et du logement des Fédérés, chacun rivalisant dans un esprit d’initiative et de zèle patriotique. Au Champ de Mars les soixante districts portent haut leurs superbes étendards, entourant La Fayette dans un enthousiasme sublimé par le récit de Michelet : « Nous avons vu les unions se former, les groupes se rallier entre eux et, ralliés, chercher une centralisation commune ; chacune des petites France a tendu vers son Paris... mais ce n’était pas Lyon qui pouvait rallier la France. Il fallait Paris »9.

***

30Cet apprentissage de la démocratie directe dans les districts parisiens, démocratie bourgeoise certes, montre une véritable quête à la fois d’identité et d’autonomie, alors qu’il faut toujours composer avec Bailly et La Fayette, élus par les districts, mais aussi avec l’Hôtel de Ville, le Châtelet et l’Assemblée nationale.

31Pourtant dans ce combat pugnace, s’étant emparés à la fois d’un pouvoir civil et militaire, avec une âpreté remarquable, les 60 districts délibèrent, votent, élisent, acquièrent une véritable identité politique, décident aussi bien des questions locales que municipales voire nationales. Le 21 mai 1790, lorsque les districts disparaissent, ils ont pour héritiers les 48 sections de Paris qui sauront véhiculer leurs idéaux, leurs exigences, être comme eux, à leur tour, les acteurs d’une expérience que non seulement ils ne trahiront pas mais qu’au contraire ils sauront enrichir en créant un espace politique élargi.

32Les districts avaient quelque part réussi sans naufrage à ancrer une pratique démocratique, certes limitée, malgré la brutalité du réel, ils étaient parvenus à imposer une espérance, mêlant jusque dans la symbolique de leurs drapeaux, le présent et l’avenir, la liberté et l’union, expérience dérangeante pour le pouvoir certes, mais riche du mythe d’une participation citoyenne à venir et toujours à conquérir.

Notes

1 G. Garrigues, Les Districts parisiens pendant la Révolution Française, Paris, s.d., p. 9.

2 M. Genty, L’apprentissage de la citoyenneté, Paris 1789, 1795, Paris, 1987, p. 21 ; S. Aberdam, Suffrage, citoyenneté et révolutions, 1789, 1848, M. Pertué dir., Paris, 2002, p. 9-30.

3 J.-S. Bailly, Mémoires d’un témoin de la Révolution, Genève, 1975, p. 10.

4 G. Garrigues, Les Districts parisiens..., op. cit., p. 9.

5 Commandant H. Lachouque, Les drapeaux de la Garde nationale de Paris en 1789, Paris, 1947, p. 15 et suiv.

6 Vieilh de Varenne, Description curieuse et intéressante des drapeaux des 60 districts de la ville de Paris et des faubourgs, Paris, 1790, Bibl. nat. de France, Lb39 3762. L’auteur, ancien ingénieur des Ponts et Chaussées au magasin de la Bastille, est autorisé à publier ce livre par les représentants de la Commune à Paris. Il paraît à Paris chez Sorin, le libraire rue Dauphine, n° 19, Campion graveur rue des Petits-Augustins. n° 6. L’ouvrage est dédié à l’abbé Fauchet, un des assaillants de la Bastille, il décrit avec minutie le discours iconographique, expliquant le sens de chaque symbole et commentant les 60 devises des étendards dont la reproduction est donnée en noir et blanc.

7 É. Liris, « Quand les drapeaux ont la parole », dans Langage de la Révolution (1770-1815), Paris, 1995, p. 439-447.

8 G. Garrigues, Les Districts parisiens..., op. cit., p. 114-126. Les sources sont répertoriées au début de l’ouvrage (Arch. nat. : délibérations des districts, Arch. de la Seine, p. xi à xxiv).

9 J. Michelet, La Révolution, Lausanne, 1966, t. 1, p. 449.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter