Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Vivre la capitale

Le parisien : une difficile identité politique

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

1La Commune de Paris, son échec et la « deuxième naissance du suffrage universel » qui nationalise la politique et réévalue le rôle de la province à sa juste mesure délégitiment durablement l’intervention spécifiée de cet acteur politique que fut durant plus d’un siècle « le Peuple de Paris » et réduit les Parisiens, compris ici comme les administrés d’une ville ordinaire, quand même serait-elle capitale, à leur « l/83e d’influence ». Les Parisiens compris de la sorte n’en demeurent pas moins des sujets politiques longtemps dotés de spécificités notoires.

DES PRATIQUES POLITIQUES SPECIFIQUES

  • 1 « Paris capitale », Les Temps modernes, déc. 2001-janv. 2002 :» J’estime que l’ordre public dans l (...)

2Paris doit au rôle qu’il a joué durant plus d’un siècle pour faire et défaire les régimes d’être régi par un statut d’exception. La loi du 14 avril 1871 limite le plus possible la liberté de la municipalité parisienne et interdit toute incursion du conseil municipal dans le domaine politique, ne serait-ce que sous la forme de vœu, sous peine de nullité des délibérations, voire de suspension ou de dissolution. En s’attachant à dépolitiser la vie municipale autant qu’il est possible. Elle n’est pas remise en cause une fois la République victorieuse de ses adversaires. Paris demeure exclu du bénéfice de la loi municipale de 1884 et, dès lors, dépourvu d’un maire élu jusqu’en 1977. Il demeure à ce jour encore soumis à la tutelle d’un préfet de police (sans que Bertrand Delanoë n’en remette le principe en cause1).

  • 2 France, 1er juin 1885, après les obsèques de Victor Hugo : « Et maintenant, nous fera-t-on grâce d (...)
  • 3 De 1919 à février 1934, Paris intra muros abrite 8 % du total des manifestations que nous avons re (...)
  • 4 La Tribune du centre, 19 février 1934.
  • 5 Maison européenne de la photographie : Paris+ Klein, mai-sept. 2002.

3Le Parisien, compris ici comme un administré de cette ville, de la sorte écarté du droit commun a très tôt recouru à des modalités politiques en marge des pratiques institutionnelles de la politique, seules tenues pour légitimes, à ce titre héritières, devenues il est vrai lointaines, d’une histoire antérieure et qui pour être révolue n’en continue pas moins, longtemps, à inspirer des craintes2. C’est à Paris que surgissent (et que pour l’essentiel se cantonnent) les Ligues extraparlementaires susceptibles d’un rôle politique d’importance et parfois de premier plan, des années 1880 à leur dissolution, en 1935. C’est là que se déroulent des manifestations de rue, proportionnellement plus nombreuses qu’ailleurs dans le champ politique, quand la tolérance des pouvoirs publics demeure pourtant sensiblement plus faible que dans le reste du pays. Ces manifestations, qui ne sont telles que parce que la rue - leur espace - a cessé de rythmer la vie ou la mort des régimes, persistent à structurer certains temps forts de la vie nationale, au moins jusqu’en 1968 quand ce n’est le cas d’aucunes de celles déployées en province3. Il advient même, en février 1934 pour la dernière fois, qu’elles se réclament de ce rôle révolu qui permettait au Peuple de Paris d’agir au nom de la France ; en obligeant alors la province à rappeler que « Paris n’est pas la France »4. Une récente exposition du photographe William Klein qui donnait à voir des Parisiens pour, ainsi, dire Paris faisait, du reste, une place majeure à ces manifestations, de toute nature, de 1964 à aujourd’hui, pour ainsi signifier le Parisien5.

4Le rapport que les Parisiens entretiennent avec la politique dans son acception plus convenue est, pareillement, suffisamment spécifié pour que la coloration politique du conseil municipal, longtemps dépourvu d’un maire élu, diffère, souvent, de celle du gouvernement. Sa majorité est radicale quand le gouvernement est d’obédience opportuniste et modérée, elle passe à droite et le demeure quand il bascule aux mains des radicaux et ne doit qu’à l’accession de la droite au pouvoir de se retrouver en phase. La loi de 1973 qui réinsère Paris dans le droit commun vient à peine de permettre l’élection de Jacques Chirac à la mairie de Paris (quand les giscardiens y prétendaient aussi bien) que François Mitterrand devient président de la République. En restituant à Paris son rôle de possible bastion de l’opposition. Puis Paris passe aux mains des socialistes quand ceux-ci, précisément, perdent ailleurs grand nombre de leurs fiefs. La ville demeure, enfin, résolument de gauche dans un pays qui s’exprime a contrario en avril 2002 et joue, de nouveau, à front renversé. Sans qu’il nous soit, ici, loisible de nous interroger sur les éventuelles relations que ces spécificités conservées entretiennent avec un siècle de tutelle en nous demandant si, par-delà certains déterminants sociologiques qu’on pourrait plus facilement mettre en évidence, ils renvoient à une identité politique de « Parisien » qui, cependant, ne se donne que rarement pour telle.

LE PARISIEN : UNE IMPOSSIBLE « COMMUNAUTE [POLITIQUE] IMAGINEE »

  • 6 S’agit-il d’individuation et les types qui sont susceptibles d’incarner ce « Peuple » dans les sys (...)
  • 7 B. Anderson, L ‘Imaginaire national, Paris, 1996.
  • 8 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, 1971.

5C’est le rapport qu’ils entretiennent avec l’Histoire (et non avec l’espace investi) qui ont valu à Paris, ou au Peuple de Paris, synonymes, de s’affirmer pour des « communautés imaginées », durablement mobilisables en politique avec, alors, de possibles effets6. Ces manières de cristallisation du temps7 sont, de ce fait, dotées d’une relative autonomie vis-à-vis de l’espace auquel elles se réfèrent aussi bien. « Les pays parisiens ne sont pas le monopole d’une ville, écrit Louis Chevalier, ils existent en banlieue »8. On peut, sur le même mode, estimer que le peuple de Paris existe par les pratiques politiques qui l’ont exprimé et construit au xixe siècle, en étant dès lors défini par ces pratiques, quand même elles se déploient parfois hors les murs. Le poids de cette identité, réappropriée, transmise et retranscrite par tout un système de représentations laisse peu de place à cette « communauté imaginée » d’une autre sorte qui se construirait dans un rapport exclusif au territoire, en générant alors une identité politique sinon alternative, du moins notablement différente.

  • 9 D. Tartakowsky, « Appel au peuple et peuple en marche », dans Paris, le peuple, xviiie-xx siècle, (...)

6Le Parisien qui peut régulièrement se voir interpellé par la droite aussi bien que par la gauche en terme de « Peuple »9 en se retrouvant, alors, comptable d’une essence, n’a, de fait, que rarement l’occasion politique de se penser pour un « Parisien » en politique ou d’être appréhendé pour tel.

  • 10 21 juillet 1888 : grève des terrassiers pour imposer aux patrons les conditions de travail votée p (...)
  • 11 Cf. le Siècle, 25 février 1889 : « Ils avaient trouvé fort ingénieux de prendre cette date du 24 f (...)
  • 12 Appel des Jeunesses patriotes : « Peuple de Paris, tu viendras affirmer avec nous, en place de Grè (...)
  • 13 Par quoi nous entendons simplement des manifestations prenant leur objectif pour interlocuteur ou (...)
  • 14 BMO 10 septembre 1917.
  • 15 AP, VK3 193.
  • 16 Ce drapeau flotte de nouveau sur le palais communal le 6 avril 1918, jour anniversaire de la décla (...)
  • 17 Nous nous appuyons là sur une lecture trop rapide des nombreux récits de la série VK3 193.

7La loi municipale lui a longtemps interdit de pouvoir s’identifier à un homme, ou comme ce fut le cas dans certaines villes de province à des dynasties municipales. Les Parisiens dépourvus de figures tutélaires jusqu’aux années 1970 ne disposent pas davantage d’espaces identitaires susceptibles de donner corps à l’identité d’une autre sorte qui nous retient ici. Dans son récit de la semaine sanglante, Elisée Reclus dit en termes poétiques le rôle identitaire alors dévolu à l’Hôtel de Ville : « Paris a brûlé l’hôtel de ville, sa gloire à lui, comme un amant jaloux qui en mourant poignarda sa maîtresse ». Un rôle à ce point lourd qu’il se conjugue avec les pouvoirs diminués de Paris pour lui interdire de retrouver une place majeure dans le dispositif symbolique de la capitale qui s’affirme après la victoire des républicains quand même le dit hôtel est restauré presque à l’identique pour être inauguré dès juillet 1882. Hier lieu de proclamation des républiques successives, il cède la place aux espaces légitimes du pouvoir institué dès lors que la République est définitivement assise. Durant les décennies d’émergence de la manifestation de rue à Paris, les rassemblements ne s’opèrent que très exceptionnellement sur son esplanade, alors, souvent, pour se réclamer de tel arrêté municipal ou se couvrir de la légitimité des élus10. Ces manifestations ne sont pas sans parfois ressusciter des fantasmes à même de convoquer le « Peuple », honni ou invoqué, plutôt que le « Parisien », compris comme une identité distincte et légitime. Cela vaut en 1880 quand les guesdistes envisagent une première mise en demeure aux fins de peser pour l’obtention d’une loi sur la journée de 8 heures11. Cela vaut à plus fort titre, le 6 février 1934, quand les Jeunesses patriotes appellent à se rassembler « place de Grève », devant l’Hôtel de Ville, pour rejoindre ensuite le gros de la manifestation, derrière les élus municipaux de droite12. En en appelant, du reste, « au Peuple de Paris » qui prendrait, de la sorte, appui sur ses prérogatives communales pour répondre à l’appel (présumé) de la France. L’investissement de cet espace est, toutefois, un fait d’autant plus exceptionnel que l’exécutif, qu’il s’agit d’interpeller, se trouve, en dernière analyse, ailleurs. Les manifestations qui, des décennies durant, se rendent au ministère des Finances se contentent de longer ses bas-côtés et il est exceptionnel qu’il soit la cible ou l’objectif de manifestations-pétitions ou, plus encore, d’insurrections13. L’esplanade de l’Hôtel de Ville abrite, en revanche, plus fréquemment des manifestations-processions, alors toujours de souveraineté, c’est-à-dire à l’initiative de l’Hôtel de Ville : quand le conseil municipal reçoit des hôtes de marque, participe aux grandes cérémonies nationales, lors de l’une ou l’autre guerres en particulier, quand lui est remise la croix de guerre puis lors des commémorations qui se succèdent. Durant la guerre de 1914-1918, cette place s’impose ainsi, en diverses circonstances, pour un des lieux majeurs d’une émotion collective soigneusement canalisée. En autorisant des réécritures symboliques qui restituent à l’édifice une légitimité nouvelle. Le 6 septembre 1917, le maire de Philadelphie remet, en effet, à l’ambassade américaine à Paris une réplique du drapeau qui doit être hissé sur l’Indépendance Hall le 6 septembre, jour anniversaire de la naissance de Lafayette pour ainsi témoigner de « l’union de cœur existant entre la France et les États-Unis ». Il émet le vœu que cet étendard puisse flotter sur un édifice parisien le 6 septembre14. Ses 13 étoiles ont été brodées par 6 fillettes françaises et 7 américaines15. L’ambassadeur américain suggère que le bâtiment retenu soit l’Hôtel de Ville « où, le lendemain de la prise de la Bastille, Lafayette, au comble de la popularité, a été proclamé commandant en chef de la garde nationale ». Le bureau du conseil municipal approuve, unanime, cette suggestion et fait hisser le drapeau à la date convenue devant un grand concours de population qui crie « vive l’Amérique »16. En restituant alors à la place des fonctions plus universelles, à l’aune de l’alliance qui prévaut. Ces cérémonies mobilisent ce que les récits régulièrement publiés par les sons du Protocole qualifient de « foule », toujours « enthousiaste » ou « émue », à l’unisson, où les Parisiens (rarement désignés de la sorte, sont réduits (élevés ?) au rang de spectateurs nécessaires à la liturgie mais dépourvus d’autonomie politique17. La réinscription de Paris dans le droit commun ne modifie pas radicalement les (non)usages politiques de cette place. Devenue piétonnière, elle reste un espace dont l’appropriation revendicative et politique est faible rapportée à d’autres, autorisant, alors, de multiples appropriations plus festives et culturelles de l’initiative de la mairie (ainsi la patinoire, le manège, les écrans géants lors du Mundial, etc.).

  • 18 L’hommage public est une faculté des pouvoirs publics.
  • 19 Ph. Nivet, Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, Paris, 1994.
  • 20 Conseil municipal, PV 21 mars 1934.
  • 21 D. Tartakowsky, Nous irons chanter sur vos tombes, Le Père Lachaise, xixexxesiècle, Paris, 1999.

8Les quelques monuments par quoi les élus municipaux de la Capitale exprimèrent de bonne heure leurs aspirations municipalistes (ou tentèrent d’y parvenir18) ne se sont pas davantage imposés pour ce possible instrument de constructions identitaires alternatives à celle du « Peuple ». La statue d’Etienne Marcel, inaugurée en 1888 dans les jardins de l’Hôtel de Ville, constitue un espace imprenable à quiconque (et sans doute une mémoire devenue inopérante dès sa construction même)19. Pour ne rien dire de sainte Geneviève dont la statue se dresse depuis 1928 sur le pont de la Tournelle. En mars 1934, un conseiller municipal de droite demande aux édiles parisiens de faire apposer une dalle, place de la Concorde, « à l’endroit où le sang des martyrs a coulé pour la régénération morale de la France. [...] Il faut que chacun, devant cette dalle, comprenne que Paris ne tolérera jamais qu’un gouvernement affolé tente de réprimer à main armée de légitimes indignations. Chaque jour, cette dalle attesterait à tous que Paris n’a jamais pardonné la lâcheté d’un gouvernement quel qu’il soit et qu’il conserve pieusement la mémoire, toujours vivante, de ceux de ses enfants qui sont morts pour un idéal de justice, de morale publique et de vertu »20. La proposition n’est, naturellement, pas suivie d’effets et la mémoire, au demeurant, trop partisane pour pouvoir s’imposer pour une mémoire unanime de Paris. Cela vaut aussi bien pour celle de la Commune de Paris, qu’exprime le Mur des fédérés, devenu monument21.

9Paris (et les Parisiens) ne sauraient pas davantage se construire en identités distinctes et spécifiées dans les circonstances consensuelles dès lors que la capitale doit à la présence de l’Arc de Triomphe, devenu la tombe du soldat inconnu, d’être la seule ville de France à n’avoir pas érigé son monument aux morts. Elle substitue à ce lieu du deuil collectif absent des monuments éclatés par arrondissement et aussi une multiplicité de cimetières, pour la plupart hors les murs, de surcroît. Sans grand succès.

REPRESENTATIONS

10Le « Peuple de Paris » et les fantasmes qu’il véhiculait n’ont pas disparu de l’imaginaire et du discours politique avec les conditions politiques et sociologiques qui l’avaient engendré. Le ou les Parisien(s) en tant qu’identité politique peinent en revanche à naître. Le discours politique qui ne mobilise que très exceptionnellement le ou les Parisiens en termes synonymes les affecte, quand il le fait pourtant, de fonctions bien spécifiées.

  • 22 APP, Ba 1522, Paris, 10 février 1885, Charles Laurent : « L’attitude énergique du gouvernement, le (...)
  • 23 Ce caractère se retrouve dans les professions de foi des élections municipales, par exemple, en 19 (...)

11Les « appels au Peuple » dont nous avons, ailleurs, mené l’étude ne sont que très exceptionnellement des appels aux « Parisiens, Parisiennes » quand ils ont pour fonction d’inviter à l’action. Les « Parisiens ou Parisiennes » sont mobilisés dans le discours politique et les proclamations qui l’expriment en tant qu’ils sont des administrés, qu’on informe ou pour lesquels on agit. Ils le sont encore en tant qu’ils constituent ceux par qui la foule, parfois nécessaire à la dramaturgie que la Ville et les élus s’attachent à mettre en œuvre. Le terme prévaut également, dans les appels aussi bien que dans les comptes rendus de presse lors d’hommages rendus, à l’occasion d’obsèques en premier lieu, dès lors que l’émotion requise peut restituer ses vertus à l’individu alors nommé de la sorte. Le Parisien, singulier, peut également devenir une figure du badaud, alors précisément nommé de la sorte pour le différencier d’acteurs collectifs de la politique, relevant d’une histoire qu’on voudrait révolue ou responsables de pratiques discutées22. Devenu une manière de synonyme de « l’usager », en quelque sorte, quand même affecté d’habitus qui lui sont propres. Le Parisien n’existerait donc, dans le champ politique, qu’en tant qu’être passif, dans la communion avec ce qui le dépasse ou comme sujet d’émotion23. A moins qu’il ne soit badaud et « piéton de Paris ». Sans jamais se construire en acteur politique d’une histoire particulière déployée à la seule et pour la seule échelle de Paris.

  • 24 Paris, les heures glorieuses. Août 1944. Le 21 août, « Peuple de Paris » et « Parisiens » fonction (...)
  • 25 Ibid. Par exemple en juillet 1944 : « Le CPL adresse l’hommage reconnaissant des Parisiens aux pat (...)

12Les rares exceptions correspondent à ceux des moments de l’histoire nationale qui doivent à des crises ouvertes d’avoir momentanément restitué au Peuple de Paris son statut d’acteur légitime au regard de la Nation tout entière, sans qu’il soit pour autant possible de mobiliser à Paris des foules à l’image du pays tout entier, permettant alors au peuple de Paris de se donner pour une image du peuple de France par Paris, le 14 juillet 1919 ou le 14 juillet 1936, par exemple. Cela vaut à la veille de la Libération de Paris, en 1944, à plus fort titre qu’en 1914-1918 dès lors que les forces politiques qui se réclament de la légitimité en appellent au « Peuple de Paris » aussi bien qu’aux « Parisiens et Parisiennes », exceptionnellement synonymes, pour les inviter à agir24. (Non sans, pareillement, interpeller « le Parisien » en bénéficiaire d’une action dont d’autres sont les acteurs25). Comme si la soudaine re-territoralisation de la politique autorisait et requérait, de manière tout aussi exceptionnelle, cet acteur défini par son rapport à l’espace autant qu’il l’est par son rapport à l’histoire, générant, dans leur conjonction nécessaire, de la politique au premier chef.

  • 26 Celui-ci prévoit la constitution de « commissions d’arrondissements » dans chaque secteur social e (...)

13Il est vraisemblable que la réforme du statut de Paris et l’élection d’un maire aient contribué à l’émergence de la communauté imaginaire jusqu’alors introuvable (ou presque). L’existence de maires d’arrondissements, pareillement élus, le développement d’associations et d’une presse de quartier aux fins de peser sur la vie municipale - de quartier26 s’entend - ont simultanément généré à cette autre échelle des identités politiques susceptibles d’être concurrentes. En instaurant, face à la propension qu’a conservée le Parisien à se penser pour une expression nationale, cette propension d’une autre sorte à se retrouver au « village », pour instituer son identité parisienne en improbable identité politique ; plus facilement requise en revanche dans l’ordre culturel.

***

  • 27 C’est en 1995 que pour la première fois, les manifestations parisiennes, certes quantitativement l (...)

14La récente élection de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris fut l’occasion d’une dramaturgie « inventée » de toute pièce par les Parisiens massés le soir des élections sur la place de l’Hôtel de Ville pour célébrer sa victoire. On put, en effet, les voir se saisir tous de leurs clefs pour les agiter sur la place, appropriée comme l’était symboliquement l’Hôtel de Ville, par ce geste par lequel ils s’instituaient maîtres des lieux. Il est naturellement beaucoup trop tôt pour dire si l’on a assisté là à l’invention d’un rite pour dire « le Parisien » en politique. Comme il serait vain de vouloir en déduire, si tel était le cas, à l’effective affirmation d’une identité politique agissante à nouvelle échelle. On se contentera de remarquer que l’autonomie accrue dont jouit incontestablement Paris depuis deux décennies et son retour dans le droit commun sont peu ou prou contemporains d’une politique plus générale de décentralisation et d’une crise de l’État-nation qui vaut à certaines des fonctions hier concentrées dans la capitale de se trouver délocalisées27 en des lieux où, du reste, les manifestations d’importance tendent pareillement à se déporter ailleurs, hormis dans les circonstances qui restituent à la capitale sa centralité nécessaire, le 1er mai 2002, face à la guerre d’Irak, ou le mois de mai 2003. En obligeant Paris qui longtemps s’est vécu pour l’épicentre de la politique à réévaluer son statut. Ce qui permet alors de postuler que la possible émergence d’une identité parisienne en politique serait la contrepartie sinon d’une décapitalisation de Paris du moins des fonctions politiques amoindries de la capitale.

Notes

1 « Paris capitale », Les Temps modernes, déc. 2001-janv. 2002 :» J’estime que l’ordre public dans la capitale d’un État républicain doit être fixé par les représentants du peuple français dans sa totalité ».

2 France, 1er juin 1885, après les obsèques de Victor Hugo : « Et maintenant, nous fera-t-on grâce de ces lieux communs qui font de Paris une ville d’agitation et de troubles [...]. L’épreuve serait décisive et Paris serait réhabilité s’il avait besoin de l’être », écrit Louis Lievin, en signifiant implicitement que le besoin est effectif.

3 De 1919 à février 1934, Paris intra muros abrite 8 % du total des manifestations que nous avons recensé en France et 9,5 % des seules manifestations politiques (respectivement 7.5 % et 9 % dans le reste de la Seine et la Seine-et-Oise). S’agit-il de Paris intra muros et les ligues viennent en tête en nombre absolu et relatif (40 %) suivies ensuite par les communistes. La « nationalisation » devient meilleure, ensuite, du fait du développement des journées nationales d’action.

4 La Tribune du centre, 19 février 1934.

5 Maison européenne de la photographie : Paris+ Klein, mai-sept. 2002.

6 S’agit-il d’individuation et les types qui sont susceptibles d’incarner ce « Peuple » dans les systèmes de représentation véhiculent ce même rapport à l’Histoire. Ainsi, le « gamin de Paris » qui, nous dit la chanson, « est héritier depuis sa naissance/ de tout un passé lourd de conséquence/ et ça il le sait/ bien qu’il ignore l’histoire de France ».

7 B. Anderson, L ‘Imaginaire national, Paris, 1996.

8 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, 1971.

9 D. Tartakowsky, « Appel au peuple et peuple en marche », dans Paris, le peuple, xviiie-xx siècle, J.-L. Robert et D. Tartakowsky dir., Paris, 1999.

10 21 juillet 1888 : grève des terrassiers pour imposer aux patrons les conditions de travail votée par le conseil municipal le 2 avril, rassemblement place de l’Hôtel de Ville. 24 février 1889, manifestation socialiste pour « faire germer l’idée socialiste » de l’Hôtel de Ville à la présidence du Conseil. 3 août 1902, manifestation de la fédération socialiste de la Seine en hommage à Etienne Dolet. Un des rendez-vous fixé place de l’Hôtel de Ville : les élus du parti au Parlement et au conseil municipal sont priés de s’associer à la manifestation. 22 mars 1890 : le gouvernement refuse d’ouvrir la frontière aux moutons allemands susceptibles d’être atteints de la fièvre aphteuse. Les ouvriers de la boucherie, placeurs, bouchers, chevillas manifestent devant l’Hôtel de Ville et le Palais-Bourbon pour attirer l’attention sur leurs doléances.

11 Cf. le Siècle, 25 février 1889 : « Ils avaient trouvé fort ingénieux de prendre cette date du 24 février, glorieuse par l’avènement du suffrage universel pour en faire le point de départ d’une révolution contre le régime issu de la volonté nationale ».

12 Appel des Jeunesses patriotes : « Peuple de Paris, tu viendras affirmer avec nous, en place de Grève, face à l’hôtel-de-ville, berceau de tes libertés communales que la patrie est en danger. Conduit par tes élus, tu iras ensuite crier au parlement ta manière de voir. La France a les yeux fixés sur Paris, Paris répondra à l’appel de la France. Rendez vous place de l’hôtel de ville ».

13 Par quoi nous entendons simplement des manifestations prenant leur objectif pour interlocuteur ou pour cible.

14 BMO 10 septembre 1917.

15 AP, VK3 193.

16 Ce drapeau flotte de nouveau sur le palais communal le 6 avril 1918, jour anniversaire de la déclaration de guerre à l’Allemagne par les États-Unis.

17 Nous nous appuyons là sur une lecture trop rapide des nombreux récits de la série VK3 193.

18 L’hommage public est une faculté des pouvoirs publics.

19 Ph. Nivet, Le Conseil municipal de Paris de 1944 à 1977, Paris, 1994.

20 Conseil municipal, PV 21 mars 1934.

21 D. Tartakowsky, Nous irons chanter sur vos tombes, Le Père Lachaise, xixe xxe siècle, Paris, 1999.

22 APP, Ba 1522, Paris, 10 février 1885, Charles Laurent : « L’attitude énergique du gouvernement, les précautions salutaires prises par la police avaient, dès le principe, retiré toute chance de réussite au meeting projeté par les anarchistes, écrit le quotidien. La curiosité, obtenue de 20 000 spectateurs a failli lui en rendre. Chacun voulait voir, chacun voulait “avoir vu”. Le bourgeois de Paris ne résiste pas à la tentation d’être informé par ses yeux, dût-il favoriser les plans de ces artisans du désordre ; [...] Mais comment leur interdire de passer par là ? un jour de manifestation sur la place de l’Opéra, comment prouver à un Parisien que ses affaires appellent du Palais-Royal au Luxembourg que son chemin ne passe point par le boulevard des Italiens... »

23 Ce caractère se retrouve dans les professions de foi des élections municipales, par exemple, en 1995, Paris pour tous : « Donner aux habitants de la capitale les moyens de mieux vivre à Paris. Chaque étape dans la concertation, à l’écoute des Parisiens ». Paris s’éveille (PS-PC-MdC) : « Garantir l’information pluraliste des Parisiens, la sécurité des Parisiens ». Écologie, solidarité, citoyenneté : « Améliorer la vie quotidienne des Parisiens ». Le Front national fait seul exception, en posant implicitement un étranger menaçant, Paris ville française : « les Parisiens et les Parisiennes qui se présentent à vos suffrages ont une ambition exclusive pour leur ville : [...] pour la France et les Français d’abord, Paris aux Parisiens ».

24 Paris, les heures glorieuses. Août 1944. Le 21 août, « Peuple de Paris » et « Parisiens » fonctionnent comme de stricts synonymes. Les Parisiens sont à diverses reprises les sujets dans l’appel « c’est Paris libéré par les Parisiens eux-mêmes qui accueillera les alliés ».

25 Ibid. Par exemple en juillet 1944 : « Le CPL adresse l’hommage reconnaissant des Parisiens aux patriotes qui, au péril de leur vie, ont exécuté Philippe Henriot ».

26 Celui-ci prévoit la constitution de « commissions d’arrondissements » dans chaque secteur social en réservant un tiers des sièges aux « associations ou personnalités représentatives de l’arrondissement », cependant désignées par le Conseil de Paris, non par la population. Il incite à l’activité des associations malgré cette dernière disposition qui contrevient aux aspirations d’un mouvement associatif en essor.

27 C’est en 1995 que pour la première fois, les manifestations parisiennes, certes quantitativement les plus importantes, sont apparues en retrait par rapport à des manifestations antérieures quand celles déployées dans les villes de province atteignaient souvent une ampleur à ce jour inégalée.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter