Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Sociabilités

Sociabilité et distractions des artistes parisiens dans la deuxième moitié du xviiie siècle

Martine Vasselin

Texte intégral

  • 1 Voir M. Vasselin, « Les collections des artistes parisiens dans les deux derniers tiers du xviie s (...)
  • 2 Nous nous sommes attachée à observer les regards respectifs des auteurs de guides de Paris et des (...)
  • 3 L’ouvrage de D. Roche. (Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiiesiècle, Paris, (...)
  • 4 G. Duplessis, Mémoires et Journal de Johann-Georg Wille graveur du roi, publiés d’après les manusc (...)
  • 5 L. Lagrange, Les Vernet. Joseph Vernet et la peinture au xviiiesiècle, avec le texte des Livres de (...)
  • 6 É. Vigée-le Brun, Mémoires d’une portraitiste 1755-1842, préface de J. Chalon, Paris, 1997.
  • 7 Sur Mercier, dont Daniel Roche écrivait : « Sa perception sociale est irremplaçable », nous nous s (...)
  • 8 Vernet et E. Vigée-Le Brun ont travaillé tous deux pour Mme Du Barry, pour le maréchal de Noailles
  • 9 Claude-Joseph Vernet naît à Avignon le 14 août 1714, se rend en Italie en 1734, est reçu en 1743 à (...)

1Sur l’autre versant de l’existence des artistes parisiens de la fin de l’époque moderne, celui qui ne concerne pas leur travail et leurs productions, mais leurs loisirs et les formes de leur sociabilité, les sources disponibles n’ont pas retenu fréquemment l’attention des historiens d’art, si ce n’est sur un plan purement monographique ; et ces sources d’information sont d’ailleurs occasionnelles, ponctuelles, disparates et souvent indirectes, nécessitant d’être sollicitées et confrontées entre elles. Elles sont constituées par quelques rares mémoires, journaux et livres de raison disponibles, des fragments de correspondances, les inventaires après décès ou les livrets des ventes aux enchères de ces artistes, d’une part1. Et d’autre part, par ce que les guides anciens de Paris, les chroniqueurs, les récits des voyageurs2 nous apprennent de la « vie parisienne » de leurs contemporains, des spectacles et distractions disponibles, et, en général, du contexte dans lequel ils évoluaient et des habitus de la catégorie sociale à laquelle ils appartenaient3. C’est en rassemblant ces divers types d’écrits et en nous appuyant principalement sur le journal du graveur Johann Georg Wille4, sur le livre-journal du paysagiste Joseph Vernet5, sur les souvenirs de la portraitiste Elisabeth Vigée-Lebrun6, ainsi que sur une relecture des guides, almanachs parisiens ou des ouvrages de Louis-Sébastien Mercier7, que nous avons tenté de dégager les traits dominants et caractéristiques des occupations hors travail de ces peintres et graveurs, souvent liés entre eux par la proximité de leur lieu d’habitation, leur appartenance à l’Académie royale de peinture et de sculpture, des commandes ou charges communes, des protecteurs, amateurs8 et supérieurs communs, des alliances familiales, des goûts et des curiosités semblables. Les trois artistes que nous venons de citer se connaissaient et s’appréciaient, et leurs témoignages écrits, malgré les différentes générations auxquelles ils appartiennent, se recoupent de façon concordante et permettent d’évoquer certains aspects de ces cercles d’artistes bien en cour vers la fin du règne de Louis XV et durant celui de Louis XVI9.

***

2C’est sous la forme d’une liste synthétique et récapitulative de ces activités, justifiée par des références et des exemples, que nous présenterons les résultats de notre recherche. Elles montrent des artistes laborieux et fortement chargés de commandes, dont les loisirs sont brefs et limités, souvent proches de leur profession : visites culturelles, pour leur propre compte et pour complaire à leurs protecteurs, des salons de l’Académie, de collections ou cabinets, assistance aux ventes aux enchères comportant des œuvres d’art, excursions et voyages. A côté de ces activités, ces artistes mènent la vie familiale et sociale de la « classe moyenne » à laquelle ils appartiennent, celle de praticiens libéraux, indépendants, commençant à connaître une reconnaissance de leur profession qui s’élève, grâce aux académies et au goût de l’élite sociale pour les arts, au-dessus des professions artisanales. Ils pratiquent les repas communs et les réunions conviviales, s’écrivent, échangent des présents et des services. Le troisième aspect de cette vie parisienne est constitué par les sorties et spectacles qu’offre la capitale : nos artistes fréquentent avec une certaine régularité et un plaisir dont ils témoignent, les théâtres, les concerts et opéras, les spectacles des foires et des boulevards et apprécient les promenades urbaines et les embellissements de la ville. Monarchistes de par leur clientèle, ils le sont aussi dans leur for intérieur et participent aux événements des règnes et à leurs festivités. Les exemples étudiés montrent une intégration harmonieuse dans la société bourgeoise d’Ancien Régime au service des privilégiés du sang et de la fortune dans une ville dont ils se sentent et les vedettes par leurs réussites professionnelles et les spectateurs enthousiastes.

3A parcourir ces écrits personnels, on mesure avant tout le temps considérable consacré au travail : Vernet, Vigée-Lebrun et Wille sont sans cesse sollicités par des amateurs et les commandes ne leur font pas défaut Le livre de raison de Vernet, pour 53 années d’activité, fait état de 604 tableaux ayant fait l’objet de commandes enregistrées auxquels il faut ajouter les reçus de 143 autres tableaux et les 15 Ports de France commandés par la Direction des Bâtiments du roi.

4Une bonne part de leur temps est aussi consacrée à des activités para-professionnelles, comme de faire les honneurs de leur atelier à des amateurs et des visiteurs étrangers, de rendre visite à des protecteurs ou de guider des voyageurs de marque à travers les collections parisiennes : celles du Luxembourg ou du Palais-Royal, celles de l’Académie, celles des particuliers qui leur sont connus. En 1760 et 1761, par exemple, Wille reçoit la visite du duc des Deux-Ponts, du général de Ketler, des comtes de Layen, du prince de Nassau-Saarbruck, du comte et de l’abbé de Monaco, de la princesse de Galitzin, de l’abbé de Saint-Non. Il emmène le baron de Kessel, chambellan du roi de Pologne, voir l’école du modèle à l’Académie de peinture et en 1768 c’est le secrétaire des Affaires étrangères du roi de Danemark qu’il « mène voir les tableaux du Palais-Royal et le cabinet de feu M. Gaignat et l’église Saint-Roch » ; il note le 13 avril 1763 la visite de Joseph Vernet. Lui-même, en avril et mai 1764, rend visite au peintre Lallemand et à des amateurs comme Coindet, Blondel d’Azincourt et Blondel de Gagny. En 1752, Vernet dressait dans ses papiers la « liste de personnes que j’ay à voir à Paris », artistes, protecteurs et marchands, avec l’intention de se ménager des appuis pour sa réception à l’Académie de peinture. Élisabeth Vigée-Le Brun se remémore aussi ces visites de sa jeunesse : « Nous allions aussi voir de riches collections chez des particuliers. Randon de Boisset possédait une galerie de tableaux flamands et français. Le duc de Praslin et le marquis de Lévis avaient de riches collections des grands maîtres de toutes les écoles. M. Harens de Presle en avait une très riche en tableaux de maîtres italiens ; mais aucune ne pouvait se comparer à celle du Palais-Royal, qui avait été faite par le Régent, et dans laquelle se trouvaient tant de chefs-d’œuvre des grands maîtres de l’Italie ». En juillet 1760, Wille et son ami Greuze admirent la galerie de Rubens au Luxembourg « qu’on nous ouvrit exprès. Nous montâmes sur l’échelle pour voir de près les tableaux faits par ce grand homme et considérâmes la manière de peindre et de colorier ses ouvrages, etc., dignes de remarques ». En juillet 1761, c’est en compagnie de Charles-Nicolas Cochin, dessinateur et graveur, de Massé, autre graveur et de Madeleine de Basseporte, peintre de fleurs du Jardin du Roi, qu’il dîne chez M. de Livry à Versailles : « Nous vîmes les tableaux du roi à la Surintendance et fûmes de retour le soir à Paris ».

  • 10 Wille note une visite à Versailles en août 1761 : « Nous avons parcouru le parc, la ménagerie et a (...)
  • 11 En avril 1765, Wille note qu’il est allé voir des portefeuilles de dessins chez Hu-quier « comme j (...)

5Relèvent ainsi de ce qui touche à leur profession les visites des collections royales10, du Salon, des marchands de peintures, dessins et estampes11, des expositions avant ventes aux enchères et l’assistance à ces ventes auxquelles Wille consacre beaucoup de temps et d’argent : c’est ainsi qu’il se rend huit jours d’affilée à la vente des dessins du peintre Adrien Manglard (que Vernet avait connu à Rome), en 1762, et qu’il achète aussi aux ventes de Germain-Louis Chauvelin, ministre d’État, à celle du graveur Jean Daullé, dont il fut l’élève, à une vente de Nattier, de son vivant « en un appartement au-dessus de la principale porte de l’enclos du Temple », à celle de Deshays le peintre, à celle du comte de Caylus, à celle de Dezallier d’Argenville, à celle de Jean de Jullienne, à celle de M. de Gaignat, à celle du duc de Choiseul sur laquelle il remarque : « Je ne crois pas qu’il y ait aucun exemple de tels prix ». 11 a parfois des commentaires acerbes sur la qualité des œuvres et note le 12 mars 1766 : « J’allai à la vente de tableaux de Mme la comtesse de Farvaques. Je n’en ay pas acheté car je n’aime pas les croûtes ». Avant son mariage, lorsqu’elle demeurait rue de Cléry, Elisabeth Vigée profitait des œuvres d’art achetées par son futur mari et voisin d’alors, Jean-Baptiste Le Brun : « J’étais enchantée d’un voisinage qui me mettait à même de consulter les chefs-d’œuvre des maîtres. M. Le Brun me témoignait une extrême obligeance en me prêtant pour les copier des tableaux d’une beauté admirable et d’un grand prix ».

6De même, certaines formes de tourisme culturel ou pittoresque sont liées à l’exercice du dessin : Wille excursionne dans les environs de la capitale et apprécie les ruines de l’abbaye de Longjumeau, Sceaux, Poissy, Vernon, la cathédrale de Mantes, Arpajon, l’abbaye de Saint-Maur et profite de ces sorties pour dessiner abondamment. Mme Vigée-Le Brun accompagne son époux marchand de tableaux à Anvers ou à Amsterdam et admire les Rubens dans les églises flamandes et les portraits de bourgmestres de l’hôtel de ville d’Amsterdam. Vernet visite en 1777-1778 Genève, Évian, Lausanne, le canton de Berne et l’Oberland et rapporte de Suisse une vingtaine de dessins d’après nature.

7D’autres sorties sont des escapades familiales et amicales pour jouer aux boules et se divertir : les Wille accompagnent les Greuze à Auteuil et, en compagnie de Doyen, ils vont voir le fils des Greuze en nourrice à Champigny « en carrosse de remise ». Les Wille affectionnent aussi les excursions à Montrouge, à Saint-Bonet de la Rapée : « C’est là que nous dînâmes avec joye et plaisir sous les ormes au bord de la rivière ».

8En dehors de ces visites et de ces excursions, les artistes parisiens semblent participer plus ou moins fréquemment à des dîners ou à des soupers. Ils sont reçus à la table de nobles protecteurs ou même les reçoivent eux-mêmes comme le faisait Mme Vigée-Le Brun ; celle-ci rapporte avoir dîné plusieurs fois à Saint-Ouen chez le duc de Nivernais, à Saint-Germain chez le maréchal de Noailles et avoir séjourné à Louveciennes, chez Mme Du Barry dont elle fit trois portraits, ou à Romainville, chez le maréchal de Ségur, en compagnie d’Hubert Robert, en 1788. Les peintres Casanova, Aved, de Marcenay et Wille lui-même sont reçus à dîner en août 1762 chez le chevalier de Damery. En avril 1787, M. de La Reynière, souhaitant remercier les membres de l’Académie de peinture qui l’avaient élu honoraire amateur, leur donna à dîner successivement ; en septembre de la même année, le directeur des Bâtiments du roi, le comte d’Angiviller, convie à sa table les officiers de l’Académie pour un « repas d’une magnificence extraordinaire servi dans une argenterie immense et des plus superbes ».

9Ils s’associent pour des repas entre artistes académiciens ou entre amis peintres, sculpteurs et graveurs. Deux de nos trois artistes au moins ont ainsi fréquenté les peintres Doyen, Chardin, Vien (second maître du fils de Wille), J.-B. Descamps de Rouen et l’amateur Aignan-Thomas Desfriches d’Orléans. Et chacun a son cercle particulier de relations : les peintres Ménageot, Hubert Robert, Maurice Quentin de La Tour, les sculpteurs Jean-Baptiste Le Moine et Chaudet, les architectes Chalgrin et Brongniart, pour Elisabeth Vigée-Le Brun ; les peintres Greuze, Casanova, Aved, Roslin, Boucher et son gendre Deshays, Zoffany, peintre du roi d’Angleterre et Füssli, le Suisse, des dessinateurs comme Augustin de Saint-Aubin, Charles-Nicolas Cochin ou les frères Challe des Menus Plaisirs du Roi, des graveurs comme Daullé, Choffard, Massé, Chéreau, l’architecte Claude Nicolas Ledoux, pour Wille ; les peintres Jean-Jacques Bachelier, François-Joseph Parrocel, Joseph-Siffrein Duplessis ou les architectes Jacques-Ange Gabriel, Soufflot, Bellicard, Le Carpentier, pour Joseph Vernet. Mais ces noms ne constituent en rien une liste exhaustive de leurs fréquentations artistiques.

10Dans le récit de sa jeunesse, Wille fait allusion aux rôtisseurs des rues de la Harpe et de la Huchette, notamment le Panier fleuri, « un marchand de vin célèbre et nullement falsificateur qui nous connaissait parfaitement et chez lequel les artistes amis se rassemblaient ordinairement pour y souper dans une chambre qui leur était constamment réservée et qu’on nommait l’estaminette. Elle était à peu près le patrimoine des artistes et avait été consacrée depuis nombre d’années par nos devanciers, car c’était en elle qu’ils avaient bu à la santé les uns des autres dans une cordialité parfaite ». Par la suite, il reçoit chez lui, quai des Grands-Augustins, et fréquente les dimanches d’été les guinguettes en famille et en compagnie d’amis. Les indications de mets consommés sont exceptionnelles, même si Élisabeth Vigée-Le Brun nous apprend qu’elle faisait servir du poisson et des volailles accompagnés de légumes à sa table. En dehors de matelotes d’anguilles mémorables, Wille n’évoque que les présents gastronomiques de ses protecteurs comme le marquis de Livry qui, pour les étrennes notamment, le couvrait de cadeaux de vin de Champagne, faisans, pâtés, chevreuil, fromages. Et nous n’avons pas de précision sur les sauces « à l’antique », inspirées de la lecture du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce de l’abbé Barthélémy, que Mme Vigée-Le Brun demanda à sa cuisinière pour son fameux souper costumé à la grecque, auquel participèrent la fille de Vernet, Mme Chalgrin, le poète Le Brun-Pindare et le comte de Vaudreuil ; le gâteau aux raisins de Corinthe et le vin vieux de Chypre accompagnèrent les vases étrusques du comte de Parois exposés sur un buffet et la guitare montée en lyre dorée du marquis de Cubières.

11En dehors des repas, les artistes parisiens, dans les années 1760-1780 environ, fréquentent certains salons comme celui de Mme Geoffrin qui les recevait les lundis. Y figurèrent Mme Vigée-Le Brun, Joseph Vernet, Carie Van Loo, François Boucher, Jean-Baptiste Le Moyne, etc.

12Les liens sociaux tissés lors de ces repas et conversations de salons, de ces excursions et parties de campagne communes peuvent prendre un tour nettement plus personnel ; si le fils aîné de Johann-Georg est d’abord élève de Greuze, Mme Wille est marraine de la fille des Greuze et ils remercient le peintre par le don d’une théière en argent ; quant au fils aîné des Wille, Pierre Alexandre, sa marraine est l’épouse du graveur Charles Eisen. Les présents de dessins, hommages artistiques mutuels, comme les portraits réciproques (exigeant des séances de pose et un certain temps consacré l’un à l’autre) et les invitations rendues sont fréquents entre les deux familles et d’autres. Les services rendus renforcent les liens et Wille passe plusieurs journées à classer la collection d’estampes de son vieil ami Massé, qui le reçoit lui et sa famille. En 1759, il offre et expédie du carmin et des crayons rouges au peintre Anton Raphaël Mengs à Rome, un portrait gravé de sa main à Füssli et reçoit deux tabatières d’écaille incrustées d’or et d’argent des parents d’un jeune graveur rouennais à qui il a donné des conseils.

  • 12 L’art épistolaire est très utile aux artistes afin d’obtenir laveurs et commandes ainsi que le pai (...)
  • 13 L. Lagrange parle d’une véritable passion de la correspondance de Vernet et a relevé 38 lettres éc (...)

13La correspondance assure la continuité de ces amitiés. Wille écrit de nombreuses lettres dans toute l’Europe, surtout germanophone, lettres de recommandation pour de jeunes artistes, d’introduction pour des amateurs, de remerciements pour des bienfaiteurs, d’informations pour sa clientèle et il joue très souvent le rôle d’intermédiaire, de courtier, de réceptionnaire12. Joseph Vernet écrit aussi beaucoup, surtout lors de son périple pour dessiner et peindre la série des Ports de France13 Les lettres de Mme Vigée-Le Brun sont postérieures, écrites d’Italie, de Russie, de Londres, de Paris.

14Wille et Vernet lisent les gazettes ; le graveur dans sa jeunesse en faisait une lecture collective avec les autres artistes allemands dont il partageait le logement plus que sommaire. Wille traduit des textes allemands d’esthétique et d’histoire de l’art et insère des annonces dans des revues, L’Avant-Coureur et le Mercure de France. Vernet était abonné à la Gazette de France et aux Petites Affiches. Mais nos trois artistes ne semblent guère avoir le temps de faire beaucoup de lectures et leurs bibliothèques renferment essentiellement des livres utiles à leur art.

15Les spectacles parisiens semblent occuper une place plus importante dans leur vie quotidienne. Ils fréquentent la Comédie française et la Comédie italienne, mais, curieusement, indiquent très rarement le titre des pièces qu’ils vont voir. Nous savons seulement le stratagème des Brongniart emmenant Elisabeth Vigée-Le Brun dans leur loge pour qu’elle y soit applaudie lors de la représentation de La réunion des arts, une pièce qui était un hommage à son talent et à son portrait de la reine Marie-Antoinette. Tous trois fréquentent l’opéra, les foires Saint-Germain, Saint-Laurent et Saint-Ovide : en août 1784, Wille passe plusieurs journées à visiter la foire Saint-Laurent et y voit une pièce intitulée Le sculpteur ou la femme comme il y en a peu. Les spectacles des boulevards, les marionnettes, les vauxhalls comme le Colisée, les feux d’artifice de Torré ou de Ruggieri, les démonstrations d’électricité et de magnétisme, les concerts, dont le Concert spirituel, les attirent aussi, notamment Vernet. Wille évoque les essais ascensionnels en montgolfière dans le jardin des Tuileries en 1783 et 1784, et le déguisement de son fils pour le mardi gras. Vernet possédait des livres d’escamotage, de magie blanche et de calembours. Elisabeth Vigée-Le Brun a évoqué globalement cette époque d’insouciance heureuse de sa jeunesse et les divers spectacles parisiens : « Plus tard, après mon mariage, j’ai vu sur ce même boulevard divers petits spectacles. Le seul où j’ai été souvent, et qui m’amusait beaucoup, était celui des Fantoccini de Carlo Périco. Ces marionnettes étaient si bien faites, et leurs mouvements si naturels qu’elles faisaient parfois illusion. Le Colisée était encore un lieu de réunion fort à la mode ; on l’avait établi dans l’un des grands carrés des Champs-Elysées, en bâtissant une immense rotonde. Au milieu se trouvait un lac, rempli d’une eau limpide, sur lequel se faisaient des joutes de bateliers. On se promenait tout autour dans de larges allées sablées, et garnies de sièges. Quand la nuit venait, tout le monde quittait le jardin pour se réunir dans un salon immense où l’on entendait tous les soirs une excellente musique à grand orchestre. A peu près dans le même temps, il existait sur le boulevard du Temple ce qu’on appelait le Wauxhall d’été, dont le jardin n’était autre chose qu’un large espace destiné à la promenade et autour duquel s’élevaient des gradins couverts, où s’asseyait la bonne compagnie. On s’y réunissait de jour en été, et la soirée finissait par un très beau feu d’artifice ».Vernet a assisté aux démonstrations de physique amusante de Nicolas-Philippe Ledru dit Comus, vanté par Louis-Sébastien Mercier.

  • 14 « Une des plus fréquentées était la promenade des boulevards du Temple. Tous les jours, mais le je (...)

16C’est sous la plume de Wille qu’on trouve le récit de sa participation aux fêtes monarchiques : illumination abondante de ses fenêtres en l’honneur du mariage du Dauphin, échos des drames de la bousculade de la rue Royale à la suite du feu d’artifice de la place Louis XV le 30 mai 1770. C’est lui également qui emmène son fils à Notre-Dame voir les étendards pris aux aimées de Hanovre lors de la guerre de Sept Ans. Elisabeth Vigée-Le Brun, dans sa jeunesse, aime se montrer aux promenades en compagnie de sa mère, aux Tuileries, à Longchamp14. Et Wille, au retour d’une promenade familiale à Vincennes, préfère rentrer à pied, laissant sa famille en voiture louée. La famille Wille aime les pique-nique, les parties de boule, les navigations sur la Seine dans les environs de Paris, les dîners sous la treille. Les Vernet pratiquent également les pique-nique et les repas chez les traiteurs.

  • 15 « L’usage à cette époque était de chanter au dessert : Mme de Bonneuil, qui avait une voix charman (...)
  • 16 Le fait est mentionné par L. Lagrange, Les Vernet, op. cit., p. 138.

17Elisabeth Vigée-Le Brun nous dit avoir chanté15, notamment à la demande de Marie-Antoinette. La pratique musicale est attestée dans les familles d’un certain nombre d’artistes parisiens de l’époque par la présence d’un ou de plusieurs instruments de musique dans leurs inventaires après décès, sans que l’on sache quelle(s) personne(s) de la famille en jouaient ; l’on sait que la femme de Carie Van Loo réunissait à son domicile des assemblées musicales d’épouses de peintres16. Le fils aîné de Wille, qui a reçu plusieurs années des leçons de musique, chante pour la fête des rois. Nos trois artistes ont par ailleurs fréquenté Gluck et Grétry et ce dernier, ainsi que les compositeurs Martini et Sacchini, ont donné des avant-premières de leurs opéras dans l’hôtel des Le Brun.

  • 17 « Le 14 octobre 1770 : Vers le soir, j’allai avec M. Baader sur la chaussée d’Antin tout exprès po (...)
  • 18 « Les jours de fêtes et les dimanches, après avoir entendu la grand-messe, ma mère et mon beau-pèr (...)

18Nos artistes semblent s’intéresser également aux transformations de la capitale. Wille évoque les nouveaux hôtels de la Chaussée d’Antin17. Il va observer, en 1787, les portes des barrières Saint-Martin et Saint-Denis, construites sur les plans de Ledoux : « Ces bâtiments, dit-il, sont des plus solides, mais d’un style singulier par l’emploi de formes moitié étrusques », et il rend bientôt visite à l’architecte pour se faire montrer « plusieurs dessins de bâtiments qu’il a résolu, à la demande de Son Altesse Impériale le Grand Duc de Russie, d’envoyer à ce prince qui aime généralement tous les arts ». Mme Vigée-Le Brun déplore parfois les transformations postérieures à la Révolution, notamment celles qui diminuèrent les jardins du Palais-Royal18.

19Louis-Sébastien Mercier corrobore souvent les notations écrites de nos trois artistes et confirme le goût de la population parisienne pour les distractions qui étaient les leurs. Il leur reproche même de consacrer trop de temps à ces loisirs : « Les mœurs actuelles nuisent beaucoup aux jeunes peintres. Ils sont devenus moins laborieux que leurs prédécesseurs. La trop grande dissipation dans laquelle ils vivent absorbe le temps nécessaire pour les grands travaux, puis le libertinage dégrade aussi quelquefois l’artiste et son génie ». Mais peut-être n’est-ce là qu’un poncif de moraliste laudator temporis acti. En revanche il confirme l’attrait exercé sur le Salon biennal de l’Académie, non seulement sur les artistes, mais aussi sur un public nombreux et populaire : « La poésie et la musique n’ont pas un aussi grand nombre d’amateurs ; on y accourt en foule, les flots du peuple, pendant six semaines entières, ne tarissent point du matin au soir ; il y a des heures où l’on étouffe ». Et s’il est assez sévère sur les programmes des théâtres du boulevard que nous avons vu appréciés par nos trois artistes, c’est peut-être qu’il ne put faire jouer ses propres pièces par la Comédie française, détentrice du monopole des pièces à texte d’une certaine tenue. Ainsi proteste-t-il contre les spectacles de la foire Saint-Germain et leur succès : « Les salles des farceurs sont presque toujours remplies. On y joue des pièces obscènes ou détestables, parce qu’on leur interdit tout ouvrage qui aurait un peu de sel, d’esprit et de raison. Quoi, voilà un théâtre tout dressé, un peuple tout assemblé, et l’on condamnera les auditeurs à n’entendre que des sottises, tandis que notre théâtre si riche devrait être considéré comme un trésor national ! Et pourquoi appartiendrait-il exclusivement aux comédiens du roi ? » Et Mercier cite aussi parmi les distractions favorites des Parisiens les promenades, avant tout celle du Palais-Royal avec ses clubs et ses leçons scientifiques, les figures de cire de Curtius sur le boulevard, les feux d’artifice et les vauxhalls et l’ascension des frères Montgolfier aux Tuileries, le premier décembre 1783 « à la vue d’un peuple immense, remplissant ou escaladant le jardin, dont les portes furent forcées ».

***

20Ainsi les loisirs de ces quelques artistes parisiens ont-ils de nombreux traits communs avec ceux de leurs concitoyens qui ne pratiquent aucunement les arts. Les repas animés, pleins de pointes d’esprit sur les anecdotes du jour, les réunions de salons où on lit des poésies et où l’on chante, les déambulations au Palais-Royal ou aux Champs-Élysées, l’assistance aux fêtes offertes à la famille royale par les édiles parisiens, les flâneries dans les allées bien achalandées des foires et la fréquentation de tous les types de spectacles leur sont communs. Et si leurs journées remplies par les séances de pose du modèle, l’exécution des toiles ou des planches gravées leur interdit la fréquentation des cafés, où bavardent les désœuvrés épingles par Mercier, ou la lecture de curiosité intellectuelle ou de détente, les soirées sont en revanche consacrées aux amitiés fidèles et aux réceptions simples. Wille comme Mme Vigée-Le Brun évoquent, avec bonhomie pour le premier, avec la nostalgie d’une habituée de l’aristocratie la plus spirituelle et cultivée pour la seconde, la gaieté insouciante, les jeux, les rires et les farces de ces réunions mêlant famille et amis.

21Chez ces artistes, la pratique religieuse n’est guère évoquée et l’on ne peut conclure à leur assistance aux offices ou non, mais il n’y a dans les journaux et souvenirs qu’ils nous ont laissés aucune allusion aux prêches ou à des prières, aucun lien personnel évoqué avec des religieux. Seuls sont évoqués des baptêmes, communions, mariages et messes d’enterrement La fidélité et la déférence envers la famille royale se lisent en revanche clairement sous la plume de ces deux auteurs. Mme Vigée-Le Brun loue la douceur et l’aménité des souverains et précise à sa correspondante que l’on ne parlait jamais de politique dans son appartement ; et le même silence volontaire se constate chez Vernet et Wille, lequel précise, en décembre 1765 : « Ma femme a acheté de l’étoffe pour faire faire deux habits pour moi et mon fils aîné, pour nous mettre en deuil, comme font tous les honnêtes gens, de la mort de monseigneur le Dauphin ».

22Une généralisation à partir de ces trois exemples n’est sans doute pas légitime, mais, chez ces trois figures d’artistes appréciés et bien en cour, se devine un art de vivre, fait de sérieux professionnel, de curiosité artistique, de goût marqué pour les ressources si variées de la capitale, ses promenades, ses théâtres, ses concerts, ses attractions foraines et ses premiers « parcs de loisirs », les lieux nombreux, publics ou privés, qui apparaissent comme des préfigurations de musées : églises, Académies, cabinets ou lieux commerciaux, magasins et foires, où se voyaient des œuvres d’art ; ainsi que pour ses monuments, ses beaux esprits, ses acteurs, ses musiciens et ses savants. On ressent également chez eux un sens de la solidarité familiale qui n’excluait ni les amitiés ni les fréquentations mondaines. L’image qui en ressort n’est nullement celle d’artistes bohèmes et marginaux, asociaux et incompris, mais de praticiens laborieux, partageant les goûts et les plaisirs, les usages et les valeurs de leurs contemporains de la moyenne bourgeoisie, assez policés pour être reçus à la table des grands ou dans leurs salons. Ce qui frappe à les lire est le sens de la politesse et de la courtoisie, un certain art de s’exprimer, dans leurs récits comme dans leurs relations avec leurs concitoyens et leur sociabilité enjouée et curieuse. C’est aussi cette aisance à être tour à tour les « vedettes » du jour dont les Parisiens s’empressent d’aller voir les œuvres au Salon ou dans leur atelier et qui apprécient les louanges, et les spectateurs des nouveautés artistiques, culturelles et architecturales de la capitale.

Notes

1 Voir M. Vasselin, « Les collections des artistes parisiens dans les deux derniers tiers du xviie siècle », dans Mécènes et collectionneurs, vol. 1. Les variantes d’une passion, J.-Y. Ribault dir., Paris, 1999. Ces catalogues de vente nous renseignent sur les œuvres et objets d’art réunis par les artistes et sur leurs bibliothèques, parfois même sur leurs caves à vins.

2 Nous nous sommes attachée à observer les regards respectifs des auteurs de guides de Paris et des voyageurs dans la capitale, notamment en ce qui concerne les monuments, collections accessibles, promenades et spectacles, dans une communication « L’interaction des guides de ville et des récits de voyage dans la construction de l’image de la ville : l’exemple de Paris aux xviie et xviiie siècles ». parue dans Par monts et par vaux. Migrations et voyages. Festival d’histoire de Montbrison, 2000. Le consensus des auteurs est frappant sur les richesses de la ville en curiosités artistiques publiques et privées, sur le nombre des spectacles et sur la beauté des jardins et promenades urbaines.

3 L’ouvrage de D. Roche. (Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, 1981 et 1998) ne peut malheureusement pas nous guider car les artistes qui nous concernent relèvent d’un « niveau de classe » nettement supérieur à celui qu’analyse l’auteur qui, selon son propos, « exclut les maîtres artisans et les boutiquiers indépendants ». lit ce d’autant plus que, indépendamment de leurs ressources économiques, ces artistes, grâce à leurs talents, fréquentent nombre de personnages de l’aristocratie nobiliaire et financière et en partagent parfois les goûts et les loisirs.

4 G. Duplessis, Mémoires et Journal de Johann-Georg Wille graveur du roi, publiés d’après les manuscrits et autographes de la Bibliothèque impériale par Georges Duplessis avec une préface par Edmond et Jules de Goncourt, Paris, 1857.

5 L. Lagrange, Les Vernet. Joseph Vernet et la peinture au xviiie siècle, avec le texte des Livres de raison et un grand nombre de documents inédits, Paris, 1864.

6 É. Vigée-le Brun, Mémoires d’une portraitiste 1755-1842, préface de J. Chalon, Paris, 1997.

7 Sur Mercier, dont Daniel Roche écrivait : « Sa perception sociale est irremplaçable », nous nous sommes référée à l’édition par M. Delon du Tableau de Paris, dans Paris le jour, Paris la nuit, 1990 et au reprint de l’édition cumulative des années 1782-1788, Genève, 1979.

8 Vernet et E. Vigée-Le Brun ont travaillé tous deux pour Mme Du Barry, pour le maréchal de Noailles.

9 Claude-Joseph Vernet naît à Avignon le 14 août 1714, se rend en Italie en 1734, est reçu en 1743 à l’Académie romaine de Saint-Luc, expose pour le première fois au Salon de l’Académie de peinture de Paris, comme agréé, en 1746 et y est reçu en 1753. A partir de 1762, il aura atelier et logement au Louvre près de Charles-Nicolas Cochin, de Jean-Siméon Chardin et de François Desportes. Dans les années 1760-1780, il fréquente Wille ainsi que de nombreux autres artistes, peintres, sculpteurs, graveurs et architectes. Il meurt le 3 décembre 1789 aux galeries du Louvre.
Louise-Elisabeth Vigée est née à Paris le 16 avril 1755, fille de peintre également. Elle épouse en 1776 Jean-Baptiste Le Brun, marchand de tableaux, qui exploitera son succès. Son rôle de portraitiste de la reine et de la cour la conduit à émigrer en Italie le 5 octobre 1789, accomplissant ainsi son rêve d’en voir les richesses artistiques. Elle vécut ensuite à Vienne, à Saint-Pétersbourg, à Londres, en Suisse, avant de revenir se fixer à Paris en 1809. Elle rédige ses mémoires vers 1829 et les public en 1835. Elle meurt le 29 mai 1842 à Paris. Elle raconte qu’elle rencontra Joseph Vernet lorsqu’elle avait quatorze ans : « Ce célèbre artiste m’encouragea et me donna les meilleurs conseils. "Mon enfant, me disait-il, ne suivez aucun système d’école. Consultez seulement les œuvres des grands maîtres de l’Italie, ainsi que celles des maîtres flamands ; mais surtout faites le plus que vous pourrez d’après nature : la nature est le premier de tous nos maîtres. Si vous l’étudiez avec soin, cela vous empêchera de prendre aucune manière". J’ai constamment suivi ses avis ; car je n’ai jamais eu de maître proprement dit. Quant à Joseph Vernet, il a bien prouvé l’excellence de sa méthode par ses œuvres, qui ont été et seront toujours si justement admirées ».
Johann-Georg Wille est né près de Königsberg le 5 novembre 1715 ; il se rend à Paris en 1736 et y est encouragé par Largillierre puis Rigaud et décide de s’adonner exclusivement au dessin et à la gravure. Il est agréé à l’Académie royale de peinture en 1755 et reçu en 1761. Il meurt à Paris le 5 avril 1808. Il relate dans son journal, en date du 25 février 1774, la visite d’Elisabeth Vigée-Lebrun : « Mademoiselle Vigée, fille de feu Monsieur Vigée, peintre, nous vint voir avec Madame sa mère. Elles sont fort aimables l’une et l’autre et se sont très amusées dans mon cabinet de tableaux et de dessins. On m’assure que Mademoiselle Vigée a beaucoup de talent dans la peinture. Je compte m’en instruire par mes yeux. Elles ont paru très contentes de l’ouvrage de mon fils ».

10 Wille note une visite à Versailles en août 1761 : « Nous avons parcouru le parc, la ménagerie et avons été joyeux et contents » et une autre en 1770 : « Après avoir parcouru le château en considérant les tableaux, nous retournâmes dîner avec M. de Livry, où il y avait encore d’autre monde. Le dîner fini, nous montâmes sur la hauteur par le jardin de M. de Livry, où sont les étangs qui fournissent de l’eau au parc royal, dans lequel nous allâmes voir les statues ».

11 En avril 1765, Wille note qu’il est allé voir des portefeuilles de dessins chez Hu-quier « comme j’ai fait chez le même marchand depuis plus de vingt ans, car il a de fort beaux desseins ».

12 L’art épistolaire est très utile aux artistes afin d’obtenir laveurs et commandes ainsi que le paiement de leurs travaux. Voir M. Vasselin, « Les raisons et les formes de la correspondance des artistes français du xviiie siècle avec les Directeurs des Bâtiments du Roi », dans Correspondre jadis et naguère, P. Albert dir., Paris, 1997, p. 255-270.

13 L. Lagrange parle d’une véritable passion de la correspondance de Vernet et a relevé 38 lettres écrites durant les 45 jours que le peintre dut passer à Dieppe.

14 « Une des plus fréquentées était la promenade des boulevards du Temple. Tous les jours, mais le jeudi principalement, des centaines de voitures allaient, venaient ou stationnaient contre les allées où sont encore maintenant les cafés et les parades. Les jeunes gens à cheval caracolaient autour d’elles, comme à Longchamp ; car Longchamp existait déjà. Il était même fort brillant. Les filles entretenues qui s’y rendaient aussi dépensaient des trésors pour y éclipser tout le monde... »

15 « L’usage à cette époque était de chanter au dessert : Mme de Bonneuil, qui avait une voix charmante, chantait avec son mari des duos de Grétry. puis venait le tour de toutes les jeunes demoiselles, dont cette mode, il faut l’avouer, faisait le supplice ; car on les voyait pâlir, trembler, au point de chanter faux. Malgré ces petites dissonances, le dîner finissait gaiement, et l’on se quittait toujours à regret, bien loin de demander sa voiture en se levant de table, ainsi qu’on le fait aujourd’hui ». Et ailleurs : « Dès que Sa Majesté [la reine] eut entendu dire que j’avais une jolie voix, elle me donnait peu de séances sans me faire chanter avec elle plusieurs duos de Grétry, car elle aimait infiniment la musique, quoique sa voix ne fût pas d’une grande justesse ».

16 Le fait est mentionné par L. Lagrange, Les Vernet, op. cit., p. 138.

17 « Le 14 octobre 1770 : Vers le soir, j’allai avec M. Baader sur la chaussée d’Antin tout exprès pour y voir les divers palais qu’on y construit actuellement. Je fus étonné de trouver la rue presque toute formée, depuis le boulevard jusqu’à la barrière Blanche, là où j’ai dessiné il y a peu d’années, d’après de pauvres baraques, mais pittoresques, qu’habitaient des jardiniers et des laitières. On a même commencé à voûter dans ce quartier, l’égout de la ville, qui y sentait ordinairement fort mauvais, principalement en été ».

18 « Les jours de fêtes et les dimanches, après avoir entendu la grand-messe, ma mère et mon beau-père me menaient promener au Palais-Royal. A cette époque, le jardin était infiniment plus vaste et plus beau qu’il ne l’est maintenant, étouffé et rétréci par les maisons qui l’environnent de toutes parts. Il y avait à gauche une très large et très longue allée couverte d’arbres énormes, qui formaient une voûte impénétrable au soleil. Là se réunissait la bonne compagnie, en fort grande parure. Quant à la mauvaise, elle se réfugiait plus loin sous les quinconces. [...] Plus tard, mais pourtant avant la Révolution, j’ai vu ces soirées se prolonger jusqu’à deux heures du matin ; on y faisait de la musique au clair de lune, en plein air. Des artistes, des amateurs, entre autres Garat et Alsevédo, y chantaient. On y jouait de la harpe et de la guitare ; le fameux Saint-Georges y jouait aussi souvent du violon : la foule s’y portait ».

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter