Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les expressions de puissance d’agir chez Spinoza

 | 
Chantal Jaquet

Troisième partie. Spinoza dans le temps

Introduction

Texte intégral

1Une philosophie « éternitaire » qui pose la vérité de l’entendement à jamais s’affirme bien évidemment dans un temps donné, à partir d’une histoire, d’un horizon intellectuel, et continue de s’affirmer dans la durée au-delà de son présent limité. C’est pourquoi le dernier volet de l’examen des figures de la puissance mentale est consacré à l’esprit du spinozisme, à sa philosophie pérenne et à ses manifestations dans le temps. Pour Spinoza, en effet, les idées, comme toute chose, possèdent un conatus, une puissance propre. Un texte philosophique persévère ainsi dans son être pour une durée indéfinie, en s’opposant aux préjugés et en produisant des effets plus ou moins adéquats selon les rencontres avec les lecteurs futurs ou actuels. L’évaluation de sa puissance spéculative implique donc sa situation dans le temps, la prise en compte de sa postérité aussi bien que de ses antécédents et présuppose à la fois l’examen de la constitution du système et l’étude de sa réception. Il s’agit alors, d’une part, de repérer des filiations et des ruptures souterraines ou affichées, et d’autre part de comprendre comment un esprit continue à être fécond au-delà de son temps, en enfante un autre, par greffe, rejet, torsion du système, contresens… Ce type de recherche invite non seulement à méditer sur la nature de l’acte d’écriture d’une œuvre nouvelle par le travail souterrain d’une culture ancienne qui vous nourrit et vous tenaille, au moment même où vous croyez vous en extirper, mais à réfléchir sur la nature de l’acte de lecture, ses attentes, ses incompréhensions et ses présupposés. Il n’obéit pas à une simple curiosité historique, car il permet bien souvent de prendre la mesure de la puissance d’un esprit, en ressaisissant l’activité incessante de sa pensée et son efficience à travers les siècles.

  • 1 Il n’est qu’à lire le chapitre VIII du premier volume, Dieu, où Gueroult confronte la conception s (...)

2En amont, la recherche implique une confrontation avec les prédécesseurs de Spinoza et repose sur l’examen de la temporalité à l’œuvre dans la constitution du système et de la manière dont l’auteur lui-même l’a pensée. Cette voie d’investigation, complément indispensable d’une lecture interne, a été – et reste encore – très souvent écartée, au nom de la critique des notions confuses de sources et d’influences appliquées mécaniquement à la pensée d’un auteur. Tandis que Harry A. Wolfson servait de repoussoir à des générations de commentateurs, Martial Gueroult était présenté comme le champion d’une lecture interne, comme si l’auteur des deux magistraux volumes consacrés à Spinoza avait exclu toute référence historique et banni toute confrontation avec les prédécesseurs1

3En réaction aux excès d’une lecture strictement interne de l’œuvre qui place le système en apesanteur historique, le choix de la confrontation avec les prédécesseurs vise à mettre au jour la dynamique des concepts et le travail de redéfinition mené par Spinoza afin de prendre la mesure de l’efficience de son esprit et de son originalité par rapport aux systèmes antérieurs. Cette orientation de recherche destinée à briser un isolement propice aux mythes ou aux illusions n’a rien d’arbitraire, car elle n’obéit pas simplement à un souci pédagogique d’éclaircissement, mais elle est appelée par Spinoza lui-même qui se situe dans le temps à deux reprises au moins, d’une part, vis-à-vis de ceux qu’il appelle les auteurs dans les Pensées métaphysiques, d’autre part, vis-à-vis de Bacon et de Descartes dans la correspondance avec Oldenburg.

4C’est ce type de confrontation ouvertement mené par Spinoza qui oriente les analyses portant sur « L’éternité de Dieu à l’horizon de la pensée scolastique », « Temps, durée et éternité chez Spinoza et dans la tradition scolastique ». À travers l’examen de l’éternité de Dieu, dans le chapitre I des Pensées métaphysiques II, il s’agit d’exposer la manière dont Spinoza remet à plat les concepts, débusque les erreurs de ses prédécesseurs et s’emploie à dissiper les confusions entre durée et éternité. Au-delà de l’analyse ponctuelle des modifications apportées à la définition du concept d’éternité, se dessine en filigrane l’architecture du système futur. Les Pensées métaphysiques sont le témoin de l’histoire qui raconte comment l’on devient Spinoza ; elles constituent le prototype d’une réflexion en chantier où s’élabore une rupture et s’échafaude une philosophie nouvelle. C’est ainsi que le concept spinoziste d’éternité a une histoire et se forme dans le temps, voire à contretemps de la pensée de l’École.

5Outre cette confrontation avec les auteurs scolastiques et néo-scolastiques opérée dans les Pensées métaphysiques, il est apparu nécessaire de mesurer l’influence de certains penseurs de la Renaissance, et notamment d’évaluer la portée de l’œuvre de Léon l’Hébreu sur la formation des conceptions spinozistes du Court Traité. C’est ce qui fait l’objet du chapitre intitulé « L’essence de l’amour dans les Dialogues d’amour de Léon l’Hébreu et dans le Court Traité ». La confrontation entre les conceptions de l’amour chez Spinoza et Léon l’Hébreu n’est pas un pur exercice de philosophie comparée construit de toutes pièces, mais obéit à une nécessité historique, car la question se pose de savoir si l’auteur des Dialogues d’amour peut être considéré comme l’une des sources de la pensée spinoziste. Spinoza possédait en effet un exemplaire en espagnol des Dialoghi d’amore, comme en témoigne l’inventaire de sa bibliothèque, et l’on peut raisonnablement supposer qu’il l’avait lu ou du moins qu’il n’en ignorait pas totalement le contenu.

  • 2 Cf. les préfaces d’Éthique III et V.
  • 3 Voir en particulier, outre les Lettres I et II, les Lettres VI et XIII, où Spinoza commente le Tra (...)
  • 4 Cf. sur ce point les actes du colloque consacré aux Trois erreurs de Bacon et Descartes dans L’ens (...)

6Au-delà des références aux auteurs passés, il importe également de replacer Spinoza au sein de ses contemporains et d’examiner la manière dont il se situe dans le courant de pensée d’où émerge au xviie siècle une nouvelle philosophie critique de l’École. Spinoza appartient en effet à cette génération de penseurs qui affichent leur volonté de rompre avec l’aristotélisme et la scolastique médiévale ou réformée. Descartes et Bacon apparaissent comme les champions de ce mouvement et voient leur autorité s’affermir dans toute l’Europe. Si Spinoza fait chorus avec eux, il manifeste toutefois sa différence, notamment en 1661, dans sa correspondance avec Oldenburg. Certes, Spinoza, dans ses ouvrages destinés à la publication, répugne à signaler les erreurs des autres et à les citer nommément, exception faite de Descartes ou des Stoïciens2, il se prête néanmoins plus volontiers à cet exercice dans la correspondance, sur les instances de ses amis qui le pressent de prendre position vis-à-vis de tel ou tel auteur et de ses travaux3. Oldenburg ouvre cette voie dans la Lettre I, en demandant à Spinoza d’indiquer les défauts entachant les philosophies de Bacon et Descartes, et les moyens d’y remédier. Tout en confessant qu’il n’est pas dans ses habitudes de relever les erreurs des autres, Spinoza satisfait à cette requête et exhibe les failles communes aux systèmes baconien et cartésien, dans la Lettre II4. Si les prises de position de Spinoza à l’endroit de l’auteur des Méditations sont en grande partie connues et commentées, en revanche, le rapport à Bacon est plus largement ignoré. « Les trois erreurs de Bacon selon Spinoza » visent à réparer cette lacune et à éclairer les reproches formulés à l’encontre de l’auteur du Novum Organum.

7Les travaux entrepris pour situer Spinoza dans l’histoire ne se sont pas bornés à l’analyse de son originalité par rapport à ses prédécesseurs ou à ses contemporains ; ils ont aussi consisté à évaluer l’impact de sa philosophie sur la postérité. C’est dans cette veine que se situe le chapitre concernant « La référence actuelle à la conception spinoziste des rapports du corps et de l’esprit dans l’ouvrage de Jean-Pierre Changeux et Paul Ricœur, Ce qui nous fait penser. La nature et la règle ». Il vise à montrer comment la conception spinoziste de l’union psychophysique sert actuellement de paradigme pour aborder la question épineuse des relations entre le cerveau et la pensée, et fonde la possibilité d’un dialogue entre le neurobiologiste et le phénoménologue aussi bien au niveau de la constitution de la science que de la morale.

8Ainsi, comme celle de toute philosophie, la fécondité de la pensée de Spinoza ne se mesure pas seulement à sa cohérence interne, à la richesse de ses champs d’investigation, mais également aux effets qu’elle ne cesse de produire sur les esprits en alimentant et en renouvelant leur réflexion grâce à la pertinence de ses interrogations et de ses paradigmes. Puissance de l’esprit du spinozisme qui transcende le temps pour affirmer l’éternité d’un entendement et qui persévère dans l’être en offrant matière à d’ingénieuses modélisations !

Notes

1 Il n’est qu’à lire le chapitre VIII du premier volume, Dieu, où Gueroult confronte la conception spinoziste de la causalité divine au tableau synoptique de Heereboord, pour se persuader du contraire. Cf. Spinoza, Dieu, p. 243-257.

2 Cf. les préfaces d’Éthique III et V.

3 Voir en particulier, outre les Lettres I et II, les Lettres VI et XIII, où Spinoza commente le Traité du Nitre de Boyle, la Lettre XXXII où il critique Huygens, la Lettre XLIV où il fustige l’auteur de l’Homo politicus et fait l’éloge de Thalès, la Lettre L où il fait valoir sa différence avec Hobbes sur le plan politique, la Lettre LVI, où il se situe face à l’autorité d’Aristote, Platon, Démocrite, Épicure, Lucrèce…

4 Cf. sur ce point les actes du colloque consacré aux Trois erreurs de Bacon et Descartes dans L’enseignement philosophique, n° 6, juillet-août 1997.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540