Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

En guise de conclusion

Bourgeois et habitants : Réflexions sur les appartenances multiples des parisiens au XVIe siècle

Robert Descimon

Texte intégral

  • 1 J. Morsel, « Comment peut-on être Parisien ? Contribution à l’histoire de la genèse de la communau (...)

1La qualité de Parisien n’est pas tant acquise que construite. Elle résulte d’une multiplicité d’activités sociales qui ne se déroulaient pas forcément dans le cadre citadin. On n’était jamais que relativement parisien1. Mais n’était-ce pas cette relativité même qui contribuait à consolider un sentiment d’identité qui, grâce à la pluralité des voies d’intégration, donnait consistance à l’adage selon lequel « l’air de la ville rend libre » ?

LES ESPACES : ENTRE CENTRE ET LOCALITÉ

  • 2 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xiveet xvesiècles, Paris, 1976.

2La pluralité d’appartenance est d’abord en effet une question de lieu. Les habitants aisés sont en général propriétaires fonciers en dehors de la cité, que leurs propriétés soient de modestes maisons de campagne entourées de quelques lopins de jardin et de vigne ou des seigneuries plus ou moins puissantes. Les habitants pauvres, souvent émigrés de fraîche date, ne coupent pas les ponts avec leurs parents restés au pays2. Ils peuvent même y avoir gardé des droits et des biens. En outre, les jeunes gens voyageaient beaucoup. On était parisien, mais aussi bien d’autres choses.

  • 3 La question de la bourgeoisie a été renouvelée par L. Croq, « Privilèges fiscaux et hiérarchie soc (...)
  • 4 Y. Barel, La ville médiévale. Système social, système urbain, Grenoble, 1975, p. 439-470. B. Cheva (...)

3La référence à ces lieux d’appartenance, différentielle et revendiquée, peut trouver une traduction dans les titulatures transcrites dans les actes notariés. Les riches banquiers italiens se disent volontiers « gentilhomme lucquois, bourgeois de Paris » ; on pourrait aussi convoquer le cas fréquent, et juridiquement quelque peu abusif, de ces « bourgeois de Paris » qui se réclament d’une domiciliation hors de la ville, souvent dans des villages voisins. Et que dire de ce conseiller au présidial de Senlis qui fait suivre cette qualité de celle de bourgeois de-Paris3 ? Ces données renvoient à un concept sociologique jadis appliqué au monde urbain médiéval comme système social, celui de « territorialisation »4.

  • 5 R. Descimon, « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ÉSC,(...)
  • 6 R. Descimon et J. Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au xviiie siècle. Evolution d’un es (...)

4Un second chapitre pourrait être ouvert, celui de la pluralité des appartenances locales intra muros. On est Parisien parce qu’on habite sur le territoire d’une paroisse et qu’on participe à ses fêtes ; parce qu’on dépend de l’administration d’un quartier municipal, sous l’autorité du quartenier de l’Hôtel de Ville et du commissaire du Châtelet ; et, à partir de la seconde moitié du xvie siècle, parce qu’on subit l’autorité du capitaine de la milice bourgeoise. Ces appartenances micro-locales ne se conciliaient pas toujours harmonieusement avec les obligations nées de l’appartenance centrale : faut-il défendre sa rue en y faisant le guet ou monter la garde aux portes et aux remparts5 ? Les faubourgs, clairement rattachées à l’administration municipale au cours des années 15506, forment une frange d’assimilation où l’on se parisianise sans quitter tout à fait un cadre de vie qui tient encore beaucoup du monde rural.

  • 7 Arch. nat… Min. central, XXXIII 198, fol. 205. 14 mai 1582, un prêtre habitué dans l’église demand (...)
  • 8 O. Christin, Une révolution symbolique. L'iconoclasme huguenot et lu reconstruction catholique, Pa (...)
  • 9 V. Dufour, « Les charniers des églises de Paris. Recherche historique et archéologique sur leur or (...)

5Cependant ces attachements particuliers, dans leur pluralité, contribuent à construire le sentiment d’une identité parisienne. Le lien religieux local, dévotion aux reliques paroissiales ou aux petits monuments sacrés souvent édifiés par et pour les notables dans les cimetières (« la croix des Hennequin » à Saint-Séverin...7) ou sur les murs des maisons (« Notre-Dame d’argent », rue du roi de Sicile, sur la maison appartenant aux Harlay, profanée en 1528, alors que la statue était encore en pierre8) n’est pas exclusif de fidélités centrales : aux Saints-Innocents, bien sûr, le cimetière des vrais Parisiens9, mais aussi aux établissements des ordres mendiants, aux grandes abbayes, voire à la cathédrale et à son évêque.

  • 10 Registre des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, t. 9, F. Bonnardot éd… Paris. 1902. p.  (...)
  • 11 Arch. nat., Y 5250 (été et automne 1562), le registre du Châtelet qui a conservé les comptes rendu (...)

6La dialectique propre à l’espace parisien était étroitement liée à l’organisation sociale et politique de la cité. D’ailleurs la bourgeoisie constituait une compétence qui donnait, aux « bons, fidelles et experimentez bourgeois »10, le droit de participer à la police du voisinage et à participer aux affaires des familles voisines11.

LES CORPS : LE CORPS DE LA VILLE ET LES AUTRES

  • 12 L. M. Bryant, The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony: Politics, Ritual and Art (...)
  • 13 Registre des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, t. 4. F. Bonnardot éd., Paris, 1888, p. (...)

7Si la qualité de bourgeois se réfère à la participation aux privilèges et aux charges que produit la résidence stable dans la ville, ce facteur d’unité est combattu par la multiplicité des affiliations corporatives. Les « montres des métiers » pouvaient supplanter, lors des entrées royales, l’organisation territoriale de la milice bourgeoise. On a même pu opposer l’unité des couleurs portées par les bourgeois avant 1549 aux costumes bigarrés des corporations qui auraient dominé par la suite12. Les appartenances « d’ordre » se donnaient parfois aussi à lire à travers un idiome commun : en 1558, pour l’entrée de Marie Stuart, les quatre échevins portaient tous les couleurs de la Ville, mais, tandis que le premier, un secrétaire du roi, avait, comme le prévôt des marchands, « un grand collet », et que les troisième et quatrième étaient habillés « en façon de marchands », le second, un avocat, docteur utriusque juris, était « vestu en robe longue my-partie de satin cramoisy et tanné, comme les gens doctes et savans ont accoustumé de porter, lesquelz ne changent jamais de façon »13 Une dialectique complexe tendait ainsi à s’établir entre la fonction représentative de la prévôté des marchands et sa volonté d’assurer son indépendance et sa visibilité par rapport aux autres institutions parisiennes. L’unité bourgeoise qu’incarnait la « maison commune » de la place de Grève tendit toutefois à s’estomper devant la montée en puissance des grandes compagnies d’officiers, les cours souveraines ou les collèges de la chancellerie. On reviendra un peu plus bas sur la question des métiers.

  • 14 Ibid, p. 341-342.

8La royauté voyait dans l’échevinage un précieux auxiliaire financier, ce qui, au cours du xvie siècle, l’amena à favoriser l’émergence d’un groupe de purs bourgeois « vivant de leurs rentes », des rentes produites par les propriétés foncières sans doute, mais surtout par la monarchie qui les constituait en abondance à leur intention depuis 1522. Ainsi tendait à se former une catégorie où le privilège de bourgeoisie, à l’état concentré et pour ainsi dire substantiel, ne viendrait entrer en concurrence avec aucun autre privilège. En même temps, la monarchie, en développant depuis les mêmes années la vénalité des offices, créait de nouvelles divisions entre les « notables » citadins, dans la mesure où les charges publiques donnaient à leurs titulaires un rang dans l’Etat et donc dans les préséances citadines. La limite entre la « marchandise » et la bourgeoisie « pure » n’était pas facile à tracer : l’édit de Compiègne, en 1554, en fixant la composition du conseil de la Ville (dix officiers royaux, sept marchands et sept bourgeois), provoqua l’embarras des intéressés. Qui était « bourgeois », qui était « marchand » ? Nul n’avait de critères pour répondre à la question et il est notable que les cinq conseillers qui acceptèrent de se définir comme « bourgeois » étaient tous des patriciens sans office, issus d’anciennes familles depuis longtemps installées dans les charges municipales et judiciaires et pourvues de seigneuries14. L’opulence que supposait en ces années la bourgeoisie s’exprimait dans des titulatures qui étaient appelées à devenir quelque peu insolites au xviie siècle, tels les « écuyers, bourgeois de Paris » et les « nobles hommes maîtres, seigneurs de. bourgeois de Paris ».

  • 15 Arch. nat., Zth 24, fol. 250-251.
  • 16 Registre des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, t. X. P. Guérin éd... Paris, 1896. p. 1 (...)

9Quoi qu’il en fût, et sans conteste jusqu’aux guerres de Religion, l’originalité du corps de Ville résida dans sa prétention à incarner pour les questions d’intérêt général l’ensemble du peuple, totum populum, et à constituer un pouvoir « mitoyen » entre le roi et le peuple. Cette prétention, dont il est à peine besoin de dire qu’elle cachait souvent une propension démesurée à assouvir des intérêts particuliers, produisait un discours de l’unité. Quand, le 13 novembre 1520, le procureur du roi et de la Ville demanda permission de tendre de deuil la porte principale de l’Hôtel de Ville à l’occasion des funérailles de sa femme, le conseil de Ville refusa au motif que « l’ostel de la ville n’est point maison particuliere, mais est comme représentant en général tous les corps et communaultez d’icelle, lesquelz ne meurent point, et a icelle cause, n’est point honneste qu’il y eut apparence de decez »...15 En ce temps où la Ville osait présenter des remontrances, ce discours du privilège unifié était régulièrement mis en avant : en octobre 1578, protestant contre la soustraction de la juridiction des Aides (celles qui étaient aliénées par le roi à la Ville) au tribunal municipal, la prévôté des marchands évoquait toujours le « seul corps de vostred. Ville, composé tant de vos officiers souverains, corps, colleiges, communaultez d’églises et autres bons citoyens et bourgeoys »16.

  • 17 Voir, par exemple, B. Chevalier, « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux (...)
  • 18 R. Descimon, « Corpo cittadino, corpi di mestiere e borghesia a Parigi nel xvi e xvii secolo. Le l (...)

10Les limites d’un tel discours étaient patentes : les multiples corps et collèges qui constituaient la cité ne dépendaient pas de l’Hôtel de Ville ni de sa justice. C’est l’évidence pour les communautés religieuses et l’Université et tout autant pour les cours de justice royale. Les corps de métier eux-mêmes étaient « jurés » et non « libres » : leur police, restée dans le domaine royal, dépendait de la juridiction ordinaire, le Châtelet, à l’exception des métiers des ports et de la Seine sur lesquels la « marchandise de l’Eau » exerçait sa police traditionnelle. Le contrôle du Châtelet et celui de la cour des Monnaies qui surveillait les orfèvres et les métiers travaillant les métaux précieux, laissaient les marchands et artisans sans défense face aux exigences du fisc royal et de ses officiers, mais leur assuraient une large autonomie, puisqu’ils arrêtaient eux-mêmes leurs statuts sous l’autorité du roi, désignaient leurs gardes en dehors de toute intervention municipale et limitaient comme ils l’entendaient l’accès à la maîtrise17. Les relations entre le corps de ville et les corps de métier étaient complexes et volontiers conflictuelles18.

  • 19 Pour la période postérieure, D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviii(...)

11En outre, il existait une population très dense de domestiques, dont l’émancipation était sans doute plus difficile qu’au xviiie siècle19. Cependant il ne faudrait pas négliger le fait que ces serviteurs n’étaient pas tous de statut inférieur, ni oublier que la domesticité des Grands constituait un modèle répandu et honorable auquel beaucoup de bourgeois se rattachaient. Dans la pluralité des statuts, l’appartenance aux maisons princières et seigneuriales venait ajouter à la complexité des liens sociaux horizontaux, une multitude de relations verticales reposant sur l’échange inégal de services. La société parisienne ne se distinguait pas là des autres sociétés européennes de l’époque.

12Naturellement, il convient de rappeler que l’immense majorité des Parisiens, travailleurs « au jour la journée », ne remplissait pas la clause de la résidence de l’an et jour, et était donc exclue du droit de bourgeoisie et du monde incorporés des métiers jurés. Ces hommes et ces femmes venaient composer le second terme du couple « bourgeois et habitants », deux vocables qui étaient toutefois ordinairement utilisés comme deux expressions redondantes.

***

13Être parisien, c’était donc pouvoir par quelque côté se rattacher à l’existence corporative de la cité, une existence plurielle, conflictuelle, contradictoire, mais qui laissait à beaucoup, sinon au plus grand nombre, une possibilité, même minime, d’appropriation et donc d’identification. La pluralité des appartenances exprimait à la fois une réalité objective et une tactique par laquelle un individu pouvait concevoir un avenir pour lui et aussi pour sa famille. L’accès à une certaine diversité des statuts constituait à n’en pas douter un facteur d’intégration et de réussite dans une ville qui restait sans doute fort cruelle pour la majorité de ses résidents.

Notes

1 J. Morsel, « Comment peut-on être Parisien ? Contribution à l’histoire de la genèse de la communauté parisienne au xiiie siècle », dans Religion et société urbaine au Moyen Âge. Études offertes à Jean-Louis Biget, P. Boucheron et J. Chiffoleau dir... Paris, 2000, p. 363-381. Il s’agit d’une élude exemplaire dont la présente communication s’inspire. On se référera aussi à S. Roux, Paris au Moyen Age, Paris, 2003.

2 B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, 1976.

3 La question de la bourgeoisie a été renouvelée par L. Croq, « Privilèges fiscaux et hiérarchie sociale : le déclassement des « bourgeois de Paris » du milieu du xviie siècle à la Révolution », dans Études et documents, XI, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France. 1999. p. 55-95. Voir aussi J. Di Corcia, « Bourg, Bourgeois, Bourgeois de Paris from the Eleventh to the Eighteenth Century », Journal of Modern History; 50, 1978, p. 207-233, et R. Descimon, « « Bourgeois de Paris ». Les migrations sociales d’un privilège xiv-xviiie siècle », dans Histoire sociale, histoire globale ? Actes du colloque des 27-28 janvier 1989. Ch. Charle dir., Paris, 1993, p. 173-182.

4 Y. Barel, La ville médiévale. Système social, système urbain, Grenoble, 1975, p. 439-470. B. Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xvie siècle, Paris, 1982.

5 R. Descimon, « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ÉSC, 48/4, 1993, p. 885-906.

6 R. Descimon et J. Nagle, « Les quartiers de Paris du Moyen Âge au xviiie siècle. Evolution d’un espace plurifonctionnel », Annales ÉSC, 34/5, 1979, p. 956-983.

7 Arch. nat… Min. central, XXXIII 198, fol. 205. 14 mai 1582, un prêtre habitué dans l’église demande à être inhumé « pres la croix de feue madame Hanequin », monument dont on en sait pas grand-chose. Exemple entre mille...

8 O. Christin, Une révolution symbolique. L'iconoclasme huguenot et lu reconstruction catholique, Paris, 1991, p. 179-185. a analysé cet événement qui marqua profondément les esprits.

9 V. Dufour, « Les charniers des églises de Paris. Recherche historique et archéologique sur leur origine », Bulletin du Comité d’histoire et d’archéologie du diocèse de Paris, 1, 1883, p. 150-135, sur les Saints-Innocents.

10 Registre des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, t. 9, F. Bonnardot éd… Paris. 1902. p. 541-542. décembre 1589, à propos d’une perquisition pour rechercher du blé.

11 Arch. nat., Y 5250 (été et automne 1562), le registre du Châtelet qui a conservé les comptes rendus des élections de tuteur montre l’importance des « voisins et amis » (parfois des officiers de la milice bourgeoise) au sein des conseils de famille.

12 L. M. Bryant, The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony: Politics, Ritual and Art in the Renaissance, Genève, 1986. p. 84-92.

13 Registre des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, t. 4. F. Bonnardot éd., Paris, 1888, p. 534, 24 avril.

14 Ibid, p. 341-342.

15 Arch. nat., Zth 24, fol. 250-251.

16 Registre des délibérations du Bureau de la Ville de Paris, t. X. P. Guérin éd... Paris, 1896. p. 180-184.

17 Voir, par exemple, B. Chevalier, « Corporations, conflits politiques et paix sociale en France aux xive et xve siècles », Revue historique, 268/1, 1982, p. 18-44.

18 R. Descimon, « Corpo cittadino, corpi di mestiere e borghesia a Parigi nel xvi e xvii secolo. Le libertà dei borghesi », Quaderni storici, 89, 30/2, 1995, p. 417-444.

19 Pour la période postérieure, D. Roche, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, 1982.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter