Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Des peuples?

Hier à « Saint-Antoine », aujourd’hui à Belleville

Les étrangers et le creuset parisien depuis un siècle

Marie-Claude Blanc-Chaléard

Texte intégral

  • 1 Sur l’École de Paris, voir Le Paris des étrangers depuis un siècle, A. KASPI et A. MARÈS dir., Par (...)

1On peut être parisien « par le haut » : parmi les élites du pouvoir et de l’argent, l’étranger est nécessaire au « tout Paris » et témoigne du rayonnement mondial de la capitale. Dans les recensements de la fin du xixe siècle, les beaux quartiers détiennent des taux records d’allogènes (mais à côté des privilégiés, c’est la foule des domestiques qui fait nombre). Que serait la culture parisienne sans les artistes venus d’ailleurs ? Le nom d’« École de Paris » donné au groupe des réfugiés et bohèmes qui, du haut de Montmartre ou de Montparnasse, ont renouvelé la peinture européenne dans la première moitié du xxe siècle, dit assez la nature cosmopolite de l’identité culturelle parisienne1.

  • 2 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, 1967, p. 386 et suiv.

2Mais, si l’on suit Louis Chevalier, à partir des années 1880, c’est le peuple qui donne le ton à Paris2. A la même époque, commence l’immigration de masse. Paris attire les étrangers en quête de travail qui se mêlent, en quantité croissante, aux provinciaux et aux vieux Parisiens. C’est à eux que ce texte s’intéresse. Leur nombre et leur diversité augmentent considérablement dans les années 1920 (cf. graphique). Après le reflux de la fin des années trente et de la guerre, se lève une nouvelle vague, bien plus considérable, qui se diversifie chaque jour davantage. Cette dernière poussée accompagne les grandes mutations des trente glorieuses, celles-là même dont l’auteur des Parisiens ne semble pas se remettre, dans sa préface à l’édition de 1985.

3C’est un fait, ces mutations ont constitué une rupture majeure dans l’histoire des Parisiens et de leur mode de vie. Pour en mesurer l’ampleur, l’entrée par les étrangers a une grande valeur démonstrative.

4Le texte qui suit s’appuie sur une histoire de longue durée, du xixe siècle à nos jours. Les transformations du creuset parisien y seront interrogées à travers la comparaison entre deux quartiers d’accueil réputés parmi les plus « parisiens » : le faubourg Saint-Antoine avant 1960 et Belleville dans le dernier quart de siècle.

UNITÉ DU PEUPLE DE PARIS : « LA PREUVE PAR L’ÉTRANGER »3 (fin xixe siècle-années cinquante)

  • 3 Cf. Ibid., 1re partie, chap. 3, « La preuve par la banlieue ».

5Jusqu’aux années cinquante, la vie des étrangers dans les quartiers parisiens, la tendance à l’assimilation de ceux qui finissent par s’y installer, confirment le thème de « l’unité du peuple de Paris » mis en avant par Louis Chevalier.

La « naturalisation » par le quartier : le modèle du faubourg Saint-Antoine

  • 4 M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien (années 1880-1960). Une histoire d’intégrat (...)
  • 5 Ibid., p. 44.
  • 6 Ibid., p. 331.463.

6Prenons l’histoire par la mémoire. Dans notre travail sur l’intégration des Italiens de l’Est parisien4, les témoignages de ceux qui ont vécu dans le faubourg Saint-Antoine - enfants élevés en région parisienne ou migrants arrivés dans les années vingt - tranchent sur ceux qui ont connu la banlieue. Ils se disent « du faubourg », n’ont plus guère de relations avec l’Italie. Tout en valorisant les origines de leur père, ils décrivent son parcours comme une rapide adoption réciproque entre lui et le quartier. Cette identification s’ancre d’abord dans le métier et le milieu des ébénistes, qui donnent sa personnalité à la « cité du meuble ». Métier noble, dit-on, qui offre des promotions au bon ouvrier et lui permet une intégration au quartier par sa valeur. Tel fils d’ébéniste, titulaire du BEPC, préfère revenir à l’atelier après quelques mois à « étouffer dans les bureaux de la poste » (années 1950). Derrière le métier, la vie du quartier : l’atelier, la cour, la rue, le café sont un seul et même espace où les échanges sont permanents. Vies professionnelle, communautaire et familiale sont mêlées ; le célibataire installé en garni n’est pas isolé. Français, vieux Parisien ou provincial frais arrivé, Belge, Flamand ou Italien, tout le monde cohabite dans un espace étroit, s’embauche chez des patrons de toutes origines. Déjà nombreux autour de 1914, les juifs deviennent majoritaires à Sainte-Marguerite entre les deux guerres : plutôt tailleurs en chambre, ils vivent dans le même climat de bon voisinage, qui n’est donc pas qu’affaire de métier. Dernier thème et non des moindres, l’ambiance politique. Plus mitigée du côté des petits patrons, elle est décisive pour ceux qui viennent du milieu ouvrier. Dès les premières années du siècle, le père Moretti trouve sur les zincs du quartier la liberté critique qui répond à ses sentiments garibaldiens5. Entre les deux guerres, la politisation s’élargit : ambiance antifasciste, communion autour des manifestations de 1935-1936 qui passent dans le quartier. Derrière la communauté d’appartenance au milieu ouvrier se joue autre chose : l’esprit des lieux, le génie de la Bastille, le rôle mythique du faubourg dans la contestation. Nos témoins sont des passionnés d’histoire parisienne, dûment transmise par l’école, il faut le dire6.

7Que disent les sources ? Dès la fin du xixe siècle, les étrangers représentent entre 10 et 13 % de la population du faubourg, soit environ 5 à 6 000 étrangers par quartier. Mais la population dominante est parisienne : les natifs de Paris sont majoritaires à Charonne avant 1914, minoritaires à Sainte-Marguerite derrière ceux de province, mais ces derniers sont souvent là depuis longtemps, tels ces Auvergnats qui tiennent une grande partie des cafés et hôtels. Il en va de même de bien des étrangers, Belges ou Luxembourgeois, petits patrons dans l’ébénisterie (les Italiens commencent à s’installer après 1900). Le meuble est alors à Paris le secteur comptant le plus de patrons d’origine étrangère. Héritage d’une histoire où les étrangers ont toujours eu leur place, la monarchie l’ayant tôt libérée des contraintes corporatives. Ouverture du métier, ouverture de la société : les mariages ou concubinages mixtes y atteignent une densité importante, au moins pour les Italiens.

8L’évolution ultérieure de ces derniers a valeur d’exemple. La vie communautaire semble se fractionner dans l’entre-deux-guerres, avec des « micro-ghettos » visibles sur les cartes. En réalité, ils sont noyés dans l’ensemble du quartier : en dépit de son ambiance italienne, la rue du faubourg Saint-Antoine est habitée par une majorité de Français et la vie d’échanges demeure première. Le recensement de 1946 marque le premier déclin sensible de cette présence, largement francisée. Vingt ans plus tard, les boutiques « produits d’Italie » et les restaurants italiens ont disparu du paysage, achèvement de l’assimilation de ces Parisiens d’origine étrangère. Il reste des témoins (parfois relogés hors du quartier), qui racontent l’histoire de leurs parents et votent majoritairement à gauche.

De l’assimilation parisienne

  • 7 Par exemple, pour La Roquette : A. Benveniste, Du Bosphore à la Roquette. La communauté judéo-espa (...)
  • 8 M.-C. Blanc-Chaléard, « Les trois temps du bal musette ou la place des étrangers », dans Paris le (...)

9Il convient bien de parler d’assimilation et toutes les études sur les étrangers à Paris avant 1939 écrivent la même histoire : mélange résidentiel qui interdit le ghetto, sociabilités de rue et de café activant l’acculturation, petits commerces tant communautaires que parisiens, artisanats multiples qui donnent aux étrangers une place essentielle dans l’économie locale, identification précoce au quartier7. Les immigrés modèlent à leur tour la culture du peuple : on connaît l’histoire de la valse musette, inventée dans le faubourg Saint-Antoine peu après 1900 : produit mi-auvergnat, mi-italien, ce genre musette vite adopté par les ouvriers, de la Bastille et d’ailleurs, est devenu tout simplement « parisien »8.

  • 9 L. Sponza, « Note sur l’immigration italienne en Grande-Bretagne. Le cas de Londres (1881-1981) », (...)
  • 10 J. Rainhorn, « L’irréductible fossé atlantique ? Histoire et mémoire comparées des Italiens à Pari (...)

10La singularité parisienne n’est sensible qu’à travers la comparaison. A Londres, nous dit Lucio Sponza, les Italiens vendeurs de glaces au xixe siècle sont restés « italiens », avec leur Église, marqueur communautaire et leurs clubs, sur le modèle des clubs britanniques qui leur étaient fermés9. Aujourd’hui encore, nos témoins « italo-français » s’étonnent d’une telle différence avec leurs cousins britanniques. De son côté Judith Rainhorn, comparant les Italiens à La Villette et à East Harlem, est sensible aux différences qui ont marqué l’évolution de colonies assez voisines quant aux origines (Italie du Sud) : à New York, métropole structurée par les territoires concurrents des groupes d’immigrants, une vie communautaire s’est enracinée. À Paris, la présence d’un milieu dominant a servi de modèle et incité à la fusion10. Au-delà des arguments anthropologiques de Louis Chevalier, on peut s’interroger sur les traditions étatiques et sur la façon dont elles façonnent les individus : centralisation, laïcité (c’est-à-dire place réduite faite aux communautés souvent organisées par des Églises), tout cela joue à Paris plus qu’ailleurs, puisqu’on est au centre politique et symbolique.

11Sur un point essentiel, nous rejoignons Louis Chevalier : l’esprit du peuple de Paris a une dimension fondamentalement sociale, où vont se retrouver des nouveaux venus de tous bords. De la fin du xixe siècle aux années de guerre, la proximité entre milieu populaire parisien et milieux migrants est une constante. Sans insister sur le rôle intégrateur des luttes prolétariennes et antifascistes qui n’ont concerné qu’une minorité, on rappellera les origines rurales fréquentes des uns et des autres, le sentiment d’un destin commun des « petits », voisins de quartiers, avec des horizons partagés (notamment par les enfants), au-delà des différences de statut et des tensions xénophobes. Cette communauté de destin a une double inscription urbaine : au quotidien, la vie de village imposée en partie par la densité et la vétusté du bâti, de l’autre le cadre monumental et la légende, portant le souvenir des révolutions, consolident un sentiment de fierté du peuple, éminemment fédérateur en ces temps de déni de dignité.

Du faubourg à la banlieue

  • 11 N. Lillo, Espagnols en « banlieue rouge ». Histoire comparée des trois principales vagues migratoi (...)
  • 12 M. Hovanessian. Les Arméniens et leurs territoires, Paris, 1995.

12On trouve des étrangers en banlieue avant 1914, mais c’est ensuite que le mouvement devient important, accompagnant celui des Français. Dans le grand épanchement des lotissements, des micro-communautés étrangères occupent des terrains souvent inconstructibles dans un décor mi-champêtre, mi-boueux. Tous les étrangers de banlieue n’ont pas la même histoire, mais si l’on excepte la périphérie proche dont la vie ne fait que prolonger les quartiers limitrophes, comme le Bas-Montreuil, les communautés y ont des contours plus identifiables que dans la rue parisienne : Espagnols de la Plaine-Saint-Denis, Italiens de Nogent-sur-Marne11. À Alfortville et Issy-les-Moulineaux, les Arméniens luttent contre les éléments et un environnement hostile pour reconstruire un territoire qui sauvegarde leur identité. Celui-ci finira par s’intégrer à la commune12. Car telle est la tendance, facilitée par la loi Sarraut : entre les années trente et cinquante, lotissements et marges incertaines se recomposent peu à peu au sein de l’espace municipal ; avec une durée plus ou moins longue, mais où sont conservées plus longtemps des traditions culturelles (succès du pèlerinage de Notre-Dame-des-Anges à Clichy-sous-Bois chez les Italiens de la banlieue est).

13Mais le banlieusard est-il un Parisien ? Les relations avec la commune d’accueil commencent dans l’indifférence, sauf cas d’identité locale très forte comme Nogent, « Eldorado du dimanche ». A partir des années 1930, les municipalités communistes s’attachent à développer une identité locale ouvrière, y intégrant les étrangers (assistance chômage, aide au logement, soutien aux fêtes communautaires à visée politique). L’immersion dans un milieu révolutionnaire fut souvent la garantie d’une bonne identification à la société ouvrière parisienne : réfugiés espagnols de Saint-Denis, antifascistes italiens d’Argenteuil ou de Nanterre. Si on suit Chevalier qui baptise « parisien » le peuple prolétaire de banlieue, ces immigrés-là le sont.

14Rares sont d’ailleurs ceux qui, avant 1939, n’ont aucune expérience du « centre » : lieu du travail assez fréquemment, espace de loisirs ou de promenade, on se rend à Paris pour visiter des parents le dimanche, on y recherche l’événement, qu’il s’agisse d’une exposition universelle ou d’une manifestation (soutien à Sacco et Vanzetti ou 14 juillet 1935). A Paris, se trouve aussi la terrible rue de Vaugirard où sont renouvelées (ou pas !) les cartes de travail. Dans les histoires de vie apparaît donc l’ombre portée de la capitale.

  • 13 Il s’agit des communes qui comptent plus de 2 % de population d’origine italienne. Cf. M.-C. Blanc (...)

15Surtout « Paris » ne désigne pas qu’un centre : c’est, avec la banlieue, « le tout » d’une grande agglomération. Son fonctionnement offre à l’étranger plus de chances de survie qu’ailleurs : importance du marché d’emploi, richesse des réseaux nationaux ou régionaux, facilités pour se cacher (combien d’expulsés italiens se sont-ils cachés dans des baraques de banlieue !), facilités plus grandes pour s’installer hors la ville et y construire son « territoire ». D’ailleurs, plus qu’à Paris, c’est en banlieue que l’on s’enracine : les quartiers parisiens connaissent davantage de passage, les banlieues sont des finistères. Dès les années trente, les Italiens du quartier de la Villette vont s’installer peu à peu à La Courneuve (J. Rainhorn). Le mouvement s’accentue après 1945, lorsque une situation moins précaire permet, sur les terrains encore bon marché de banlieue moyenne, de construire des pavillons un peu plus confortables. On s’y groupe volontiers en rues de parents et d’amis. Il existe aujourd’hui, fondue dans la géographie de l’Ile-de-France, une banlieue plus « italienne », étalée du côté du Val-de-Marne et d’une partie de la Seine-Saint-Denis13, plus « espagnole » au nord. Une (sur)vie associative souvent politique (Espagnols héritiers de la Reti-rada, Garibaldiens italiens) ou plus régionaliste (associations de vallées liées aux Missions italiennes) avive un peu la coloration de ces Franciliens parfois jaloux de leurs origines.

Retouches à un modèle de longue durée

  • 14 Une petite place est faite aux Juifs, « groupe ethnique » à l’instar des Bretons et des Auvergnats (...)
  • 15 On renverra aux travaux de G. Noiriel sur la « construction du national ».
  • 16 G. Mauco, Les étrangers en France, Paris, 1932.
  • 17 M. Halbwachs, « Chicago, expérience ethnique » (1932), dans Grafmeyer et Joseph, L ’École de Chica (...)

16On peut donc penser que c’est avec raison que Louis Chevalier néglige la dimension étrangère dans sa présentation des Parisiens14. Néanmoins, le modèle d’une assimilation linéaire de la fin du xixe siècle aux années cinquante ne va pas sans quelques retouches. Provinciaux et étrangers semblent très proches avant 1914, mais la distance est déjà marquée et ne cessera de s’accentuer. A l’instar de ce qui se passe dans toute la France, la xénophobie est bien présente chez les ouvriers parisiens, et la distinction se creuse entre étranger à la nation et étranger à la ville15. La différence entre provinciaux et étrangers s’accentue dans l’entre-deux-guerres. Les étrangers semblent alors plus visibles, y compris dans Paris-ville. Les descriptions d’époque, comme celle de Georges Mauco, les articles et caricatures de presse le soulignent de façon assez xénophobe16. Maurice Halbwachs envisage alors une évolution « à la Chicago »17. Comparaison excessive et qui ne s’appuie sur aucun conflit recensé entre communautés, mais exprimant l’inquiétude face à des étrangers suffisamment nombreux pour transformer l’aspect de certains quartiers. En 1932, l’installation d’une mission italienne rue de Montreuil augmente la visibilité de la colonie italienne du faubourg.

  • 18 P. Milza, Voyage en Ritalie, Paris, 1993 ; M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens, op. cit., p. 94.

17Sans doute, la violence est-elle atténuée : après l’assassinat de Sadi Carnot par l’Italien Caserio, la police a craint des émeutes comme à Lyon qui ne se sont pas produites18. Mais beaucoup d’ouvriers transalpins étaient rentrés chez eux par précaution. Signe parmi d’autres de l’extrême fragilité de la présence étrangère dans l’espace de la cité comme dans le marché du travail. A Paris, le destin de l’immigré est souvent plus instable qu’ailleurs. Les contingentements des années trente ont conduit à une très forte diminution locale des ouvriers étrangers. La transformation définitive en Parisiens, qui ne concerne jamais qu’une minorité des étrangers de passage, semble plus que jamais affaire de sélection. La double catastrophe de la crise et de la guerre assure plus efficacement que l’alchimie parisienne le tri des hommes et la fin des différences. Entre 1931 et 1946, la diminution du nombre d’étrangers est considérable (450 000 en 1931, 226 000 en 1946). Naturalisés pour certains, mais surtout refoulés faute d’emplois, enfuis pour cause de guerre, exterminés (juifs). Paris martyrisé... Ceux qui restent ont vécu quatre années d’occupation, au cours desquelles la vie communautaire s’est dissoute dans la survie individuelle, avec au bout l’adhésion au soulagement collectif voire l’engagement dans les derniers combats... Paris libéré. Le creuset parisien a fonctionné, mais l’histoire lui a donné un redoutable coup de pouce.

L’ÉTRANGER, LE PARISIEN ET LES GRANDES MUTATIONS DEPUIS LES ANNÉES CINQUANTE

Nouvel espace parisien, nouveaux temps d’immigration

  • 19 Le titre de son ouvrage paru en 1977, L’assassinat de Paris, est sans équivoque.

18Des années cinquante à la fin du siècle, Paris et sa « Seine-banlieue » se changent en région « Ile-de-France » (1964). Tandis que l’agglomération ne cesse de s’étendre en développant des banlieues nouvelles où se met à dominer la géographie verticale de l’habitat collectif, Paris-ville connaît un puissant remodelage, première grande mue depuis l’haussmannisation. Dans les quartiers populaires, la chasse aux taudis sert de prétexte à de multiples opérations de rénovation. Cette mutation de l’espace serait responsable, pour Louis Chevalier, de la fin des Parisiens. En 1967, il veut croire à la résistance de « l’esprit parisien ». Dans la préface de l’édition de 1985, devant le charcutage de la capitale, il admet le caractère désormais historique de son livre19. Sans doute, les mutations du bâti ont-elles favorisé le repli individuel et accéléré le déclin de la rue et du café comme lieux de sociabilité. Elles n’ont aussi fait qu’accompagner des mutations de la société et des modes de vie qui ont joué un rôle important dans la transformation des relations entre Parisiens et immigrés.

  • 20 L. Chevalier, Les Parisiens, op. cit., p. 133.
  • 21 Les bidonvilles ont fait l’objet de plusieurs enquêtes à l’époque (B. Granotier. Les travailleurs (...)
  • 22 D’autant que depuis 1962, l’exode provincial est devenu marginal, la population de l’agglomération (...)
  • 23 O. Masclet, « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne : Gennevilliers », Genès (...)
  • 24 P. Weil, La France et ses étrangers (1991), Paris, 1995.

19Dès le nouveau grand afflux étranger, qui commence à la fin de la décennie 1950, l’ampleur des ségrégations est le fait marquant. L’espace immigré se morcelle en enclaves coupées de la société urbaine. En ville, ce sont les quartiers de taudis fuis par les Français peu à peu logés en HLM. Louis Chevalier témoigne de sa gêne à l’égard de la Goutte d’Or, qu’il range dans la catégorie « non parisienne » des quartiers ethniques américains20. Cette attitude est typique des Français de l’époque qui préfèrent ne pas voir ces quartiers trop différents, lieux d’accueil pour migrants temporaires. Les foyers de travailleurs, conçus pour limiter les méfaits des marchands de sommeil, répondent à la même logique et produisent une ségrégation encore plus forte. En banlieue, si les nouveaux ensembles collectifs se présentent comme des lieux de mixité sociale regroupant ouvriers, employés et cadres moyens, les immigrés, Algériens et Portugais surtout, s’accumulent dans d’immenses bidonvilles, nichés dans les trous de l’agglomération en chantier (on estime que 15 000 Portugais s’entassent dans le bidonville de Champigny en 1966). Devant le scandale, la prise en charge est le fait de l’Etat (Sonacotra, FAS, politique sociale), des Églises et associations caritatives, pas du milieu social21. De fait, même si les années 1950-1960 marquent l’apogée de la classe ouvrière et de la banlieue rouge, les modes de vie s’uniformisent autour du confort, d’un modèle de « classe moyenne », loin de la condition immigrée22. Les municipalités communistes refusent, comme les autres, de considérer la présence immigrée autrement que comme temporaire23. En outre, devenus les plus nombreux dans les années cinquante, les Algériens ont introduit une dimension nouvelle dans la différence avec les Parisiens, du fait de la colonisation et de la guerre d’Algérie. Entretenue par les responsables de la métropole24, la singularité de cette migration (hommes seuls, en situation de main-d’œuvre la moins chère) s’accroît, culturellement avec l’attachement aux traditions religieuses, symboliques de la résistance nationale et, socialement, face à l’impossibilité de vivre comme tous au moment où les familles arrivent, après l’indépendance. Au bidonville succède la cité de transit ou l’habitat vétuste, souvent promis à la démolition. En 1967, Chevalier tente sans grand succès d’intégrer les ouvriers algériens à son tableau de Belleville. Celui-ci conserve alors des traits de quartier populaire « à l’ancienne », comme d’autres en banlieue proche : rénovations et relogement n’avancent que lentement.

  • 25 Le terme « immigré », généralisé depuis les trente glorieuses, renvoie alors à une dimension écono (...)
  • 26 En 1975, on recensait 1,15 million d’étrangers en Ile-de-France. Ils étaient 1,3 million en 1999 ( (...)
  • 27 Cf. M. Guillon, Étrangers, op. cit., t. 1, chap. 3 et 4, p. 106 et suiv.

20A partir de 1974, s’est ouverte une nouvelle phase dans l’histoire des immigrés25. En dépit de la suspension officielle de l’immigration, la population étrangère n’a cessé d’augmenter, surtout en région parisienne, qui concentre en 1999 près de 40 % des étrangers du pays (cf. graphique : 26 % en 1962, 23 % en 1931)26. Cette augmentation est due d’abord à l’arrivée des familles, surtout celles des Maghrébins, majoritairement solitaires jusque-là. D’autre part, les dernières décennies du siècle, où ne cessent de croître inégalités et conflits, sont le cadre de nouvelles migrations. Réfugiés, clandestins (intégrés prioritairement à la région lors des régularisations de 1982 et de 1998), nouveaux regroupements familiaux, presque tous viennent de l’espace extra-européen : Asiatiques des années 1975-1980 (Chinois de la péninsule Indochinoise), Chinois de Chine continentale depuis peu, Turcs (Kurdes), Africains francophones, peuples des îles et de l’océan Indien. Or, hormis les Turcs (nombreux en Alsace), la quasi-totalité des nouveaux s’installent en Ile-de-France : c’est leur « débarcadère » (Roissy est aujourd’hui le grand port d’arrivée en France), et c’est là qu’ils rejoignent les réseaux d’originaires27.

  • 28 P. Simon, « Les immigrés et leur logement : une singularité qui s’atténue ». INSEE, « Données soci (...)

21Si leur installation perpétue le caractère précaire et l’instabilité ambiante de plusieurs quartiers d’accueil, la tendance des années soixante-dix et quatre-vingt a été celle d’une forte atténuation de la ségrégation en matière de logement : les immigrés accèdent désormais au parc HLM, c’est-à-dire au même type d’habitat que les Français28. Il y a pourtant un décalage : Parisiens et banlieusards ont poursuivi leur mobilité résidentielle, vers des hameaux pavillonnaires par exemple, et cherchent de plus en plus explicitement à fuir les lieux où les immigrés étaient nombreux. De plus, dans le contexte de la crise prolongée, les ségrégations ont pris une autre forme : chômage aggravé, difficultés scolaires, racisme, le tout se traduisant par des discriminations spatiales. Les transformations les plus visibles concernent la banlieue, tenue qu’on associe aujourd’hui à « immigrés ». Pourtant, les vieux quartiers parisiens ont encore une place de choix dans la géographie étrangère de la métropole. Un « zoom » sur le Belleville de la fin du xxe siècle permettra de voir l’importance des mutations depuis le Saint-Antoine des Italiens.

Belleville dans les années 1990

  • 29 M. Guillon, Étrangers, op. cit., t. 2, p. 301. Les critères sont autant la densité que le mode d’h (...)
  • 30 P. Simon, La Société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénova (...)

22Ce quartier mythique appartient aujourd’hui à « l’espace central » de la présence immigrée en Ile-de-France, tel que le définit Michelle Guillon29. Les étrangers comptent pour plus de 25 % de la population au recensement de 1990 (soit le double de ce que comptait le faubourg en 1931). Les relations interethniques à Belleville nous sont connues grâce aux travaux du démographe Patrick Simon qui y a fait une étude de terrain dans les années 199030.

  • 31 P. Simon, « Les immigrés en milieu populaire », dans Le XXearrondissement. La montagne à Paris, Pa (...)

23Le cadre est celui d’un quartier en rénovation depuis longtemps. Les ensembles HLM y voisinent avec des immeubles vétustes, des bâtisses aux fenêtres murées, squats rêvés pour démunis et illégaux, tandis que des résidences de bon standing gagnent du terrain. De 1954 à 1982, la population immigrée du quartier a doublé (de 4 700 à 9 700 personnes : 25 % de la population totale contre 16 % en 1931). Point commun avec le passé : la grande diversité des groupes et leur renouvellement permanent. Comme beaucoup de quartiers nord et est de la capitale, Belleville est à la fois quartier d’arrivée (squats, réseaux, commerces) et quartier d’installation... tant que la rénovation ne vous chasse pas en banlieue. Deux groupes ont dominé des années 1960 aux années 1980 : les Algériens (Kabyles surtout) et les juifs de Tunisie31. Les uns et les autres se vivent comme « Maghrébins » et ont longtemps contribué à colorer dans ce sens le boulevard de Belleville. Puis sont venus les Asiatiques, qui ont fait du quartier, autour de l’axe de la rue de Belleville, le deuxième « China Town » de Paris. Dans le bas-Belleville, Turcs (la plus forte progression entre 82 et 90 : + 76 %), Africains noirs, Sri-Lankais et Malais sont nombreux, autour d’ateliers de confection et de petits commerces ethniques.

24En regard du Belleville de l’entre-deux-guerres, deux faits signalent un changement considérable dans la vie sociale. Le premier concerne la visibilité très forte des relations ethniques. Patrick Simon parle de « société partagée » : ce partage est celui de territoires communautaires. La rénovation a sectorisé l’espace : la zone la plus délaissée compte de nombreux immeubles avec plus de 50 % d’immigrés. L’aménagement et les usages de cet espace ont fait le reste : rôle des commerces et de leurs enseignes (les Chinois sont les plus clinquants), place des clientèles, des langues, des costumes (70 % des clients sont de même origine que le commerçant), mouvements de foule aux abords des lieux de culte (synagogue de la rue Julien Lacroix, plusieurs mosquées cachées dans le bâti). Secondés par des associations, marqués par une influence religieuse qui n’a cessé de se développer, les groupes se partagent l’espace social en se surveillant. De ce point de vue, ils ne semblent plus guère préoccupés de se fondre dans l’habitus parisien. La rue semble occupée tout entière par ces groupes qui se frôlent. Les Français, les plus nombreux malgré tout, sont très peu visibles. De rares espaces voient se mêler toutes les populations : le marché, le parc de Belleville, les supermarchés.

25La deuxième différence est liée à l’évolution de la population française. De 1954 à 1982, elle a diminué de moitié (de 45 200 à 24 600), les ouvriers qui habitaient les îlots insalubres ayant souvent été relogés en périphérie. La proportion d’ouvriers est passée de 51 à 26 %, celle des CS/PL de 3,5 à 13,3 %. Parmi ces nouveaux, il y a deux catégories : ceux qui vivent à l’échelle de leur immeuble de standing une vie relationnelle qui peut être intense mais qui constitue des isolats par rapport au quartier. Et ceux que Patrick Simon appelle les « multi-culturels », issus de milieux plutôt intellectuels et qui se sont investis dans les luttes contre les rénovations abusives, drainant dans leurs associations certains représentants des groupes immigrés. Fortement impliqués dans la volonté de conserver au quartier son identité historique tout en valorisant la diversité culturelle, ils ont remplacé les vieux Bellevillois dans l’animation du quartier. Il n’en demeure pas moins une séparation sociale majeure entre eux et les immigrés. Chez ces derniers dominent les très faibles qualifications et le chômage, ils constituent 62 % des ouvriers non qualifiés, 78 % des chômeurs à la recherche d’un premier emploi : la misère est nettement ethnicisée.

26Toutefois, l’auteur conclut à une identité maintenue. Quelque part, le mythe court toujours. Il est entretenu par les « multiculturels », qui suscitent une vie collective et des actions en faveur des immigrés, usant de références qui donnent une place symbolique aux vieux Bellevillois.

27Cela servirait de ciment à la cohabitation des ethnies et neutraliserait les conflits (hormis les violences de 1967 liées à la guerre des Six jours, les relations entre juifs et musulmans sont données comme exemplaires).

  • 32 D. Pennac, La Fée carabine, Paris, 1987. Au bonheur des ogres, premier roman de la trilogie bellev (...)

28Par ailleurs, le quartier continue de nourrir un imaginaire artistique qui assure le renouvellement du mythe. Si le bastion rouge a pâli, l’exotisme donne de nouvelles couleurs à cette mosaïque de nécessiteux, qui s’inventent en permanence des stratégies de survie. Cadre de séries TV et de plusieurs films (dont Tchao Pantin), Belleville a trouvé son romancier avec Daniel Pennac. Comme celui de Clément Lépidis. son Belleville se veut carrefour de peuples, mélanges d’identités, population unie par un attachement au quartier, une culture et un code d’honneur jusque dans sa vie marginale. Toutefois, les vieux y sont mal en point et le quartier est menacé dans sa chair par les promoteurs32.

Vers le « Parisien ethnique » ?

29Il existe aujourd’hui dans Paris de multiples lieux remodelés par la présence étrangère : carrefours comme Belleville ou la place d’Aligre. plus univoques comme le triangle de Choisy (Chinois) ou la Goutte d’Or (Maghrébins), ou d’autres plus exigus comme le passage Brad> (10e arrondissement) investi par les originaires du sub-continent indien.

  • 33 E. Ma Mung. « Non-lieu et utopie. La diaspora chinoise et le territoire », L’Espace géographique, (...)

30Dans quelle mesure cette visibilité et les relations communautaires qu’elle sous-tend sont-elles une donnée durable du nouvel espace citadin ? Sans doute, nombre de ces quartiers ont vu se relayer depuis plus d’un siècle provinciaux démunis et vagues d’étrangers. Les nouveaux migrants installent leurs réseaux et organisent des territoires parfois aux dépens des précédents (à Belleville, les commerces chinois ont remplacé les Kabyles, successeurs des juifs polonais de l’entre-deux-guerres). Ce qui diffère désormais est sans doute l’accélération du renouvellement, sous l’effet de la mobilité croissante du monde pauvre et des rénovations qui font avancer le front de gentryfication (cf. la Goutte d’Or). Par ailleurs, les réseaux des migrants d’aujourd’hui sont beaucoup plus mondialisés et tendent parfois vers la diaspora à la chinoise33.

31L’environnement français réagit diversement à cette évolution. Chez nombre de vieux habitants qui ne reconnaissent plus leur quartier, elle provoque un malaise. Le vote Front national est élevé dans les 18e ou 19e arrondissements. En quête d’un environnement sans nuisance et soucieux de l’avenir scolaire de leurs enfants, les Parisiens aisés fuient ces lieux. Néanmoins, certains considèrent, à l’instar des « multi-culturels » de Belleville, que cette transformation apporte un « plus » : commerces et restaurants exotiques, pratiques urbaines nouvelles (fête du Nouvel an chinois), etc. Comme l’atteste le cas de Belleville, ces quartiers continuent d’être intégrés à la ville : par la population (aucun quartier n’est déserté par les Français), par la manière d’investir la rue qui renouvelle les habitudes parisiennes (animation des quartiers, manifestations urbaines volontiers cosmopolites - parades, fêtes musicales -, voire nouvelles luttes collectives - mal logés, antiracisme).

  • 34 Lors de la manifestation contre les lois Debré durcissant l’accueil de l’immigration en janvier 19 (...)

32Reste l’absence de fonds social commun, avec des ségrégations de fait beaucoup plus fortes que dans le passé (à l’échelle de l’îlot, ou de secteurs de quartier et à celle de la scolarisation). Les bases de la cohérence parisienne de ces quartiers semblent aujourd’hui plutôt culturelles. Les représentations y jouent un rôle puissant et sont portées par un milieu où les professions liées à la culture sont importantes (c’est un des sens actuels du mot « parisien »)34.

  • 35 On remarquera ainsi que la suppression de toute restriction législative concernant les commerçants (...)

33Si on peut parier sur un ancrage durable des phénomènes ethniques, il reste plus difficile d’imaginer les formes à venir du « creuset parisien ». Il faut attendre d’en savoir davantage sur l’histoire des enfants des migrants d’aujourd’hui. Risquons une hypothèse : le Parisien qui cumule aujourd’hui la singularité ethnique de ses origines et l’appartenance à un territoire chargé d’histoire voire de légende n’est-il pas un avatar tourné vers l’avenir de celui que Louis Chevalier voulait river au passé ? Paris a une tradition d’universalité, mais depuis le xixe siècle, l’universel a changé de forme et a fait exploser les limites de la planète jadis « européenne ». Les autres cultures s’affirment aujourd’hui et c’est l’un des signes de la liberté propre à la capitale que de permettre cette affirmation35. Diversité, couleurs, mouvement témoignent de la vitalité d’une ville qui est un des grands pôles d’accueil du monde. Comme Londres ou New York, Paris tend à devenir une « ville globale ». Mais ce Paris-là ne s’arrête pas au « périphérique ».

Dans les banlieues de la ville globale

34Par sa complexité, la métropole demeure un espace où il est facile de se cacher, plus que jamais l’embauche clandestine y prospère (confection urbaine, restauration). L’immense marché du travail, première condition de l’insertion des immigrés, demeure incomparable, à l’heure où les services ont dépassé l’industrie dans l’emploi immigré du pays (recensement de 1999). Mais encore plus qu’avant, c’est en banlieue que se trouve le logement provisoire ou définitif. En 1990, un ménage étranger sur deux y résidait. Les plus nombreux vivent dans la proche banlieue, notamment au nord et à l’est, mais, de plus en plus, les réseaux de compatriotes s’égrènent loin de Paris, au fil des relogements (Africains à Montreuil, à Cergy, au Bourget, Turcs à Clichy-sous-Bois et Montfermeil, Chinois à Torcy, etc.). Les immigrés sont emportés par la dilatation de l’agglomération. Se sentent-ils parisiens ? Nul doute que leurs relations au centre ne soient très diverses : le réseau de transport favorise les migrations pendulaires pour certains, mais l’organisation nouvelle de l’agglomération conduit à une autonomisation progressive des lieux de vie (développement de pôles multiples, décentralisation des grandes usines et administrations, villes nouvelles, mais aussi enclaves des cités HLM). Les habitants d’une cité de Mantes-la-Jolie, de Melun ou de Dammarie-les-Lys ne vivent guère à l’heure de Paris, centre vaguement désigné comme « bourgeois » (voire « gaulois »). Pourtant, l’appel de ce centre revient occasionnellement, poussant les banlieusards vers tel ministère ou ambassade, vers les bureaux de l’OFPRA, ou vers les Champs-Élysées pour fêter le mondial de football.

  • 36 Cf. M.-H. Bacqué et S. Fol, Le devenir des banlieues rouges, Paris, 1997.
  • 37 F Dubet. et D. Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Paris, 1992. Voir aussi J. Barou, « Trajectoires (...)
  • 38 E. Palomares, H. Rabhi, P. Simon, Montreuil et La Courneuve. Le quartier comme ressource ? L’ident (...)

35A l’échelle de la commune et du quartier, la cohabitation entre étrangers et Français se pose en termes nouveaux. Même si certains centres de la vieille banlieue, parfois rénovés comme à Saint-Denis36, parviennent à maintenir des habitudes d’échanges et mixité sociale, bien des signes témoignent d’une tendance croissante à la ségrégation. Dans les villes nouvelles, l’espace est nettement partagé entre immeubles HLM avec grands appartements où vivent Noirs et Maghrébins et quartiers pavillonnaires de classes moyennes françaises. Comme par le passé, les familles immigrées trouvent en banlieue leurs « finistères », mais les cités du relogement contemporains sont plus imposées que choisies. La dégradation des conditions de vie les transforme en « quartiers d’exil »37. Dans les quartiers vétustes et cités HLM, les anciens banlieusards, ouvriers - employés ou retraités modestes, qui ne peuvent déménager, deviennent des « populations captives ». Pour des raisons bien connues, les références à une culture ouvrière commune n’ont plus guère de place. La violence est passée de la lutte collective à la révolte d’une jeunesse qui ne trouve pas sa place dans la société où elle a grandi. Et l’école qui unifiait, divise aujourd’hui : les stratégies d’évitement résidentiels ont pour moteur principal le refus de la carte scolaire par les parents français. De plus en plus, « la question sociale » devient « ethnique ». Ainsi, une recherche récente sur le Bas-Montreuil et La Courneuve n’a pu constituer un échantillon de chômeurs de longue durée de moins de 50 ans parmi les Français : tous appartenaient à des « minorités ethniques »38. Mais si du côté du Bas-Montreuil on peut jouer la carte culturelle « vieux quartier de tradition », rien de tel pour la cité des 4 000 de La Courneuve dont la stigmatisation s’aggrave.

36La banlieue, type urbain à part, est devenue synonyme d’« espace en crise et plein d’immigrés ». Comment joue l’identification pour ses habitants stigmatisés ? Bien des hypothèses courent sur le sujet et certains y voient une culture populaire en gestation, avec ses marqueurs (style vestimentaire, rap, verlan). Nouveaux « apaches », un jour digérés par la ville ? A la différence des Apaches, les jeunes de banlieue ne semblent guère avoir de référence parisienne, et la consolidation de leurs territoires dans des périphéries lointaines confirme l’entrée dans un autre âge de l’histoire des Parisiens.

  • 39 « Plusieurs auteurs développent l’hypothèse selon laquelle l’intégration des villes dans l’économi (...)

37Le Paris de Louis Chevalier n’est plus, et l’efficacité de la vie parisienne en matière d’intégration, voire d’assimilation des étrangers, appartient au passé. La capitale s’est transformée en métropole et cette métropole est l’une des « villes globales » de la planète. Plus que jamais, le passage et l’installation des étrangers contribuent à sa dynamique et à son identité, et la ville peut jouer sur ses ressources et ses symboles pour demeurer un grand pôle d’insertion. Toutefois le territoire sans cesse dilaté de l’agglomération enregistre l’aggravation des inégalités entre citadins, contre lesquelles les victimes, Français et étrangers, peinent à trouver un terrain de luttes, d’entraide, de vie sociale communes39.

Les étrangers dans la population en Ile-de-France et en France (1861-1999)

Les étrangers dans la population en Ile-de-France et en France (1861-1999)

Notes

1 Sur l’École de Paris, voir Le Paris des étrangers depuis un siècle, A. KASPI et A. MARÈS dir., Paris, 1989.

2 L. Chevalier, Les Parisiens, Paris, 1967, p. 386 et suiv.

3 Cf. Ibid., 1re partie, chap. 3, « La preuve par la banlieue ».

4 M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien (années 1880-1960). Une histoire d’intégration, Rome, 2000.

5 Ibid., p. 44.

6 Ibid., p. 331.463.

7 Par exemple, pour La Roquette : A. Benveniste, Du Bosphore à la Roquette. La communauté judéo-espagnole à Paris (I9I4-I940), Paris, 1989 et pour Belleville le roman de C. Lépidis, L’Arménien, Paris, 1973. Lépidis, d’origine grecque, est devenu un des chantres du Belleville traditionnel.

8 M.-C. Blanc-Chaléard, « Les trois temps du bal musette ou la place des étrangers », dans Paris le peuple, xviiie-xxe siècle, J.-L. Robert et D. Tartakowsky dir., Paris. 1999, p. 77-90.

9 L. Sponza, « Note sur l’immigration italienne en Grande-Bretagne. Le cas de Londres (1881-1981) », La Trace, n° 6, sept. 1992, p. 11 -14.

10 J. Rainhorn, « L’irréductible fossé atlantique ? Histoire et mémoire comparées des Italiens à Paris (La Villette) et à New York (East Harlem) au xxe siècle », dans Les Italiens en France depuis 1945, M.-C. Blanc-Chaléard dir., Rennes, 2003.

11 N. Lillo, Espagnols en « banlieue rouge ». Histoire comparée des trois principales vagues migratoires à Saint-Denis et dans sa région au xxe siècle, thèse, IEP Paris, 2002 ; M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens dans l’Est parisien, op. cit.

12 M. Hovanessian. Les Arméniens et leurs territoires, Paris, 1995.

13 Il s’agit des communes qui comptent plus de 2 % de population d’origine italienne. Cf. M.-C. Blanc-Chaléard et P. Milza, « Les Italiens à Paris depuis 1945 », dans Le Paris des étrangers après 1945, A. Mares et P. Milza dir., Paris, 1994, cartes p. 52-53, et M. Guillon, Étrangers et immigrés en Ile-de-France, thèse de géographie. Université Paris I, 1992.

14 Une petite place est faite aux Juifs, « groupe ethnique » à l’instar des Bretons et des Auvergnats, qui participe de la diversité parisienne sans nuire à son unité. Aucune autre référence aux migrations passées, aucune considération chronologique.

15 On renverra aux travaux de G. Noiriel sur la « construction du national ».

16 G. Mauco, Les étrangers en France, Paris, 1932.

17 M. Halbwachs, « Chicago, expérience ethnique » (1932), dans Grafmeyer et Joseph, L ’École de Chicago, Naissance de l’écologie urbaine, Paris, 1984.

18 P. Milza, Voyage en Ritalie, Paris, 1993 ; M.-C. Blanc-Chaléard, Les Italiens, op. cit., p. 94.

19 Le titre de son ouvrage paru en 1977, L’assassinat de Paris, est sans équivoque.

20 L. Chevalier, Les Parisiens, op. cit., p. 133.

21 Les bidonvilles ont fait l’objet de plusieurs enquêtes à l’époque (B. Granotier. Les travailleurs immigrés en France, 1970). Depuis quelque temps, les historiens s’y intéressent : M.-C. Volovitch-Tavares, Portugais à Champigny, le temps des baraques, Paris, 1995 ; A. Sayad et Dupuy, Un Nanterre Algérien, Paris, 1995.

22 D’autant que depuis 1962, l’exode provincial est devenu marginal, la population de l’agglomération grandit par accroissement naturel, la superposition entre immigrés et étrangers est quasi totale.

23 O. Masclet, « Une municipalité communiste face à l’immigration algérienne : Gennevilliers », Genèses, n° 45, 2001.

24 P. Weil, La France et ses étrangers (1991), Paris, 1995.

25 Le terme « immigré », généralisé depuis les trente glorieuses, renvoie alors à une dimension économique et temporaire. Il s’est chargé depuis d’une dimension stigmatisante. Il est aussi devenu une catégorie officielle : depuis 1995, l’INSEE recense à part ceux qui sont nés hors de France, même s’ils ont acquis la nationalité française.

26 En 1975, on recensait 1,15 million d’étrangers en Ile-de-France. Ils étaient 1,3 million en 1999 (croissance jusqu’en 1990, puis léger tassement).

27 Cf. M. Guillon, Étrangers, op. cit., t. 1, chap. 3 et 4, p. 106 et suiv.

28 P. Simon, « Les immigrés et leur logement : une singularité qui s’atténue ». INSEE, « Données sociales », 1996.

29 M. Guillon, Étrangers, op. cit., t. 2, p. 301. Les critères sont autant la densité que le mode d’habitat : « l’espace central » combine le rôle prioritaire du bâti ancien à une proportion d’immigrés oscillant entre 20 et 30 % de la population totale (moyenne pour l’Ile de France : 13 %). 11 s’agit des quartiers nord et est et des banlieues attenantes.

30 P. Simon, La Société partagée. Relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation. Belleville, Paris XXe , thèse EHESS, 1994. Cf. sous le même titre, l’article dans les Cahiers internationaux de sociologie, vol. xcviii, 1995, p. 161-190 et « Belleville, un quartier d’intégration », Migrations Société, vol. 4, n° 19, janv-fév. 1992.

31 P. Simon, « Les immigrés en milieu populaire », dans Le XXe arrondissement. La montagne à Paris, Paris, 1999, p. 182-188.

32 D. Pennac, La Fée carabine, Paris, 1987. Au bonheur des ogres, premier roman de la trilogie bellevilloise est publié en 1985, la même année que l’édition « Pluriel » des Parisiens.

33 E. Ma Mung. « Non-lieu et utopie. La diaspora chinoise et le territoire », L’Espace géographique, n° 2, 1994.

34 Lors de la manifestation contre les lois Debré durcissant l’accueil de l’immigration en janvier 1997, beaucoup d’observateurs avaient noté le caractère « parisien », « intellectuel » et peu « populaire » des manifestants.

35 On remarquera ainsi que la suppression de toute restriction législative concernant les commerçants et artisans étrangers, en 1984 seulement, a favorisé une explosion des commerces ethniques et partant, la vie communautaire.

36 Cf. M.-H. Bacqué et S. Fol, Le devenir des banlieues rouges, Paris, 1997.

37 F Dubet. et D. Lapeyronnie, Les quartiers d’exil, Paris, 1992. Voir aussi J. Barou, « Trajectoires résidentielles, du bidonville au logement social », dans Immigration et intégration. L’état des savoirs, Ph. Dewitte dir., Paris, 1999.

38 E. Palomares, H. Rabhi, P. Simon, Montreuil et La Courneuve. Le quartier comme ressource ? L’identité locale et l’intégration urbaine sociale, rapport INED, 2001. Ce rapport montre que pour les plus démunis, l’identification à l’espace du Bas-Montreuil est nulle. Elle est meilleure à La Courneuve, mais dans un système très clos de solidarités locales.

39 « Plusieurs auteurs développent l’hypothèse selon laquelle l’intégration des villes dans l’économie globale induit des changements dans leur structure interne (dualisme urbain, développement de la fragmentation) avec évolution vers un renforcement des polarisations économiques et des inégalités sociales à l’intérieur des espaces urbains... », art. « Ville globale », dans Vocabulaire de la ville. Notions et références, E… Dorier-April dir., 2001, p. 21.

Table des illustrations

Titre Les étrangers dans la population en Ile-de-France et en France (1861-1999)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter