Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être Parisien

 | 
Claude Gauvard
, 
Jean-Louis Robert

Des peuples?

La drogue à paris dans l’entre-deux-guerres

L’émergence d’une nouvelle figure de la déviance parisienne

Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Texte intégral

1Enjôleuse et frivole, maladive et canaille, la drogue semble toujours vouloir s’afficher sur un décor urbain, théâtre de plaisirs troubles et de misères sordides. Mais parisien ? La drogue de l’entre-deux-guerres n’est-elle pas, tout aussi bien, de Toulon, de Marseille, de toutes les villes portuaires et frontalières par où transitent et s’évanouissent les paradis artificiels ? De fait, Paris ne saurait postuler en l’espèce à l’exclusivité, et les substances vénéneuses savent aussi déployer leur charme funeste dans des sous-préfectures de province, parfois même à la campagne. Mais capitale, Paris l’est à plus d’un titre, et avec elle, la drogue qui alimente ses fastes et ses névroses : capitale des arts et des avant-gardes, capitale des plaisirs et de leurs commerces, capitale de l’argent et de l’oisiveté rentière, ville la plus médicalisée et la plus policière de France, comment ne dissimulerait-elle pas dans ses salons, ses dancings, ses bordels ou ses officines, les petits paquets de « coco » ou la pâte grasse du chandoo ? Parisienne, la drogue l’est au premier chef, parce que Paris est seule à orchestrer la totalité de ses facettes. Drogues du rêve et de l’introspection, drogues du sexe et de la nuit, drogue du spleen et du mal être, drogues de la souffrance physique et du désarroi moral, autant de modalités de « la drogue » qui s’éparpillent un peu partout en France et en Europe mais qui, à Paris, se côtoient et se condensent sur un territoire restreint. Ce privilège parisien, que l’on constate dès le début du xixe siècle, semble se renforcer dans l’entre-deux-guerres, du fait que la législation prohibitionniste, mise en place dans les années 1908-1916, favorise le développement d’un marché clandestin dont Paris devient, devant Marseille, la principale plaque tournante. La formation dans la première moitié du xxe siècle d’un Paris de la drogue révèle une capitale en devenir, exceptionnelle par son rayonnement autant que par ses pathologies.

LE POIDS STATISTIQUE DE LA CAPITALE

  • 1 Établi à partir du Compte général de l’administration de la justice criminelle du ministère de la (...)
  • 2 La comparaison des deux tableaux fait, au vrai, ressortir des erreurs dans les statistiques du Com (...)
  • 3 Voir J.-M. Berlière, Le monde des polices en France, Bruxelles, 1996, p. 96 et 112.
  • 4 Voir les remarques de F. Démier et J.-C. Farcy dans Regards sur la délinquance parisienne à la fin (...)
  • 5 Ibid.,p. 28.

2Ce redoutable prix d’excellence, Paris peut-elle le revendiquer d’abord au nom de la statistique ? Assurément oui, du moins si l’on considère les données disponibles pour la période. La comparaison du nombre d’inculpations en France pour infractions à la loi sur les stupéfiants1 et celles que nous avons recensées pour le seul département de la Seine met clairement en évidence le poids dominant de la capitale, qui fournit à elle seule, selon les années, 50 à 70 %, du total national2, donc dans des proportions très supérieures à son poids démographique. La première explication ne relève pas d’un goût malsain des Parisiens pour les toxiques : elle tient au fait que Paris est, à cette date, la ville du pays la mieux dotée en effectifs policiers, lesquels doublent entre 1914 et 1939 pour la seule Préfecture de police3. En son sein, la Brigade mondaine compte depuis 1914 un service spécialisé dans la lutte antidrogues d’une dizaine d’inspecteurs, qui tient la dragée haute au service jumeau de la Sûreté générale, chargé de couvrir le territoire national mais à peine mieux doté en moyens humains et matériels. Or, l’on sait qu’il existe un lien étroit entre les statistiques de la délinquance et les effectifs policiers déployés pour la combattre – cette forte surreprésentation de la capitale se constate d’ailleurs pour d’autres délits4. II serait toutefois réducteur de ramener ce privilège parisien aux seuls effets mécaniques de l’action policière, ne serait-ce parce que, comme le soulignent Francis Démier et Jean-Claude Farcy, « en matière de déviance, il est extrêmement difficile, sinon impossible de faire la part de ce qui revient au contrôle social et à la “réalité” délictuelle, les deux éléments étant en constante interaction »5. Le seul argument policier rate surtout ce qui fait la spécificité de la drogue parisienne, à savoir la pluralité de ses modalités et son lien étroit avec les sociabilités propres de la ville.

  • 6 Voir annexes, tableau 1.

3En effet, si Paris est surreprésentée dans la délinquance de la drogue, c’est aussi parce qu’elle offre en matière d’infractions à la loi de 1916 une palette de délits plus large que d’autres villes. La comparaison avec le cas marseillais, deuxième pôle français de trafic et d’usage de stupéfiants, l’indique sans ambiguïté6. Dans la cité phocéenne, ce sont essentiellement des poursuites pour port ou détention de stupéfiants (52 % des affaires) que nous recensons, et dans une moindre mesure (29 %) pour vente ou cession. Couplée à l’étude des adresses des prévenus et à celle des attendus de jugements, les statistiques judiciaires marseillaises font apparaître un petit peuple de revendeurs, souvent d’origine modeste, et dont le commerce vise une clientèle hétéroclite de prostituées, de marins, d’employés du monde de la nuit, appartenant aux milieux populaires. Cette drogue de la marge, étroitement associée au marché clandestin, nous la retrouvons à Paris, mais au sein d’un éventail de délits beaucoup plus ouvert, où sont mieux représentées les infractions liées à l’usage (23 % du total contre 16 % à Marseille), et notamment la fraude à l’ordonnance (14,75 %), quasiment absente devant les tribunaux marseillais. La typologie de la drogue parisienne offre un éventail plus large et plus complexe qu’à Marseille.

PARIS : LA DROGUE DANS TOUS SES ÉTATS

  • 7 Voir P. Guillaume, Le rôle social du médecin depuis deux siècles, Paris, 1996. p. 201-202.
  • 8 Voir par exemple un procès collectif de pharmaciens et de médecins jugé le 20 juillet 1923, qui fa (...)

4Depuis le milieu du xixe siècle et jusqu’aux années 1950, c’est le traitement médical qui reste l’une des premières causes du recours aux stupéfiants, morphine et opiacés, principalement. Sans doute la souffrance physique est-elle de partout, et l’on ne s’aventurera pas à prêter aux Parisiens un tempérament plus « algophobe » que celui de leurs concitoyens. Mais l’on soulignera en revanche que c’est Paris qui compte, en France, le nombre le plus élevé de médecins et d’hôpitaux par habitants7. Cette surmédicalisation relative contribue à alimenter les toxicomanies d’origine thérapeutique que la loi de 1916 n’a pas fait disparaître, et auxquelles les Parisiens semblent s’être montrés, comparativement, plus vulnérables. Il existe de surcroît, à Paris, un solide réseau de pharmaciens et de médecins auprès desquels les toxicomanes savent pouvoir monnayer facilement une ordonnance de complaisance. Leur réputation est telle parmi les « initiés » qu’on vient parfois s’y fournir de province8.

  • 9 Cl. Farrère, Les petites alliées (1910), réed., Paris, 1999.
  • 10 Voir annexes, carte.
  • 11 L. Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime, Paris, 1980, p. 385-387.
  • 12 Voir par exemple J. Perrin, La responsabilité pénale des toxicomanes, Paris, 1938, p. 30 et 37.

5Presque autant que la douleur, la volupté peut mener à la drogue. Au xixe siècle, les stupéfiants, notamment la cocaïne, se sont répandus dans les milieux de la prostitution. Là encore, les prostituées de la capitale ne sauraient avoir le monopole des toxiques, et ce n’est pas à Paris, mais à Toulon, que Claude Farrère fait tapiner ses « petites alliées » dans la fumée d’opium9. C’est cependant Paris qui devient dès la Belle Époque la capitale mondiale du commerce érotique. Dans l’entre-deux-guerres, le Paris de la drogue tend ainsi à recouvrir, de plus en plus, le Paris du sexe tarifé, comme le montre la cartographie des adresses des prévenus parisiens10. Cette interpénétration croissante, déjà soulignée par Louis Chevalier11, s’explique par le mode de vie marginal des « filles de noces » mais aussi par le fait que, dès 1910, les souteneurs s’intéressent de plus en plus au trafic de stupéfiants. Réputés aphrodisiaques, mais aussi dérivatifs à la misère sociale et morale des ouvrières du sexe, l’opium, la morphine et surtout la cocaïne sont très appréciés parmi celles-ci, renforçant ainsi leur dépendance à l’égard du dealer proxénète. Par le vecteur de la prostitution, la ville offre une vitrine nouvelle à la drogue – et la drogue une facette nouvelle à la ville – en même temps qu’un canal de diffusion : des toxicomanes disent avoir rencontré la drogue dans le cadre de leur rapport avec des prostituées12.

  • 13 Fréquemment dénoncée comme un haut lieu parisien de la drogue. Montparnasse est beaucoup moins pré (...)
  • 14 Voir par exemple une lettre du Commissariat central d’Avignon du 4 mars 1922, Arch. nat. BB18 2488 (...)

6On élargira des sociabilités de ce type à l’ensemble du monde de la nuit, car c’est aussi dans les bars, les dancings, les night-clubs que se vendent et circulent les stupéfiants. A Montmartre et, dans une moindre mesure aux Halles, à la Bastille et à Montparnasse13, chasseurs de restaurant, dames de lavabo, vendeuses de fleurs ou de cigarettes savent proposer aux initiés les petits paquets clandestins d’héroïne ou de « coco ». Potentialisant les effets enivrants de la foule, des lumières électriques, des rythmes syncopés du jazz et des danses échevelées, les paradis artificiels alimentent ainsi une quête renouvelée de vertiges et de sensations fortes dont la grande ville est par essence pourvoyeuse. Or, dans la fête qui bat son plein aux lendemains de la Grande Guerre, Paris rayonne à l’échelle nationale, et même internationale, ce jusqu’à la fin des années vingt : la drogue y a de plus en plus sa place. A ce titre, la toxicomanie provinciale14 apparaît souvent comme l’effet d’une diffusion des modes parisiennes – sauf peut-être à Toulon et à Marseille, où il existe des vecteurs spécifiques, notamment les marins et les militaires.

  • 15 É.. de Gramont, Souvenirs du monde, Paris, 1966.
  • 16 P. Drieu La Rochelle, Le feu follet, Paris, 1931, ou Récit secret, Paris, 1961.
  • 17 J. Cocteau, Opium, journal d’une désintoxication, Paris. 1930.
  • 18 Année du premier décret contre l’opium.
  • 19 Voir par exemple R. DESNOS dans Le vin est tiré, Paris. 1943, p. 186-187. ou V. Cyril et le Dr Ber (...)

7C’est au carrefour de cette toxicophilie nocturne et festive que nous croisons les amateurs de stupéfiants issus des élites sociales et des milieux artistiques. Elisabeth de Gramont15 Pierre Drieu La Rochelle16, ou encore Jean Cocteau17 ont décrit un Paris mondain des années folles qui ne dédaignait pas de s’adonner aux toxiques : l’opium, drogue de la distinction par excellence, quoiqu’en recul dans la période ; la cocaïne aussi, très en vogue au lendemain de la Grande Guerre ; la morphine ou l’héroïne, enfin pour les plus casse-cou ou les plus désabusés. Encore élitistes, ces drogues offrent, à partir de 190818 et surtout de 1916, le piment de l’interdit. Elles sont de ces plaisirs rares, originaux, sophistiqués, dont la pratique exprime l’identité d’un Parisien quintessenciel, frondeur et désinvolte, avide de nouveautés, et dédaigneux des voluptés communes. Une vulgate journalistique et médicale n’hésite pas à faire du « snobisme parisien »19une grande cause de toxicomanies.

8A l’avant-garde de cette nébuleuse sociale, artistes et écrivains donnent le ton. Ils sont encore nombreux, malgré des réserves croissantes

  • 20 Voir E. Retaillaud-Bajac, « Le Grand Jeu : drogues et littérature », Sociétés et représentations, (...)

9dont témoignent leurs écrits, à convoiter les rêves colorés d’un Baudelaire ou d’un Gautier. Or, si le « voyage » peut profiter d’un lieu retiré, secret, une maison de campagne, une bourgade assoupie, ce dont témoignent les précoces expériences provinciales du poète Roger Gilbert-Lecomte20, c’est Paris qui draine l’élite créatrice. Volontiers bohème, elle fréquente assidûment les lieux de nuits où circulent les stupéfiants, et cohabite souvent, comme à Montmartre, avec le monde de la pègre et de la prostitution qui contribue à les diffuser. De Robert Desnos à Antonin Artaud, de Maurice Chevalier à Frehel, d’Amedeo Modigliani à Francis Picabia, nombreuses sont les figures d’amateurs de stupéfiants que nous trouvons associées au Paris des arts et des lettres, et à sa vie nocturne. La drogue participe du tourbillon des expériences qu’offre la capitale, et dont les artistes semblent rechercher, plus que d’autres, la griserie.

UNE IDENTITÉ PARISIENNE DE LA DROGUE ?

  • 21 Voir annexes, tableau 2.

10Peut-on ainsi déceler une manière plus spécifiquement parisienne de pratiquer la drogue ? Nos sources pourraient bien l’indiquer. Si nous comparons par exemple les drogues saisies à Marseille et à Paris dans le cadre de l’application de la loi de 191621, nous constatons que l’opium et le haschich sont beaucoup moins présents à Paris que dans la cité phocéenne. C’est l’inverse pour la cocaïne, qui apparaît plus exclusivement comme une drogue des bords de Seine : dominante dans les années vingt, elle représente encore près de 30 % des citations en 1937 contre à peine 10 % à Marseille la même année. L’héroïne, pour sa part, croît régulièrement dans les deux villes entre 1921 et 1937, mais dans des proportions beaucoup plus importantes à Paris qu’à Marseille.

  • 22 Voir sur ce point le témoignage de Jean Basque [pseudonyme de l’éditeur Léon Pierre-Quint], Journa (...)

11Des raisons ayant trait à la position géographique des deux villes, aux routes internationales du trafic, aux modalités de la surveillance policière, rendent compte de ces écarts. Mais ils révèlent aussi en creux des différences de sociologie, de sociabilité, peut-être même de tempérament, qui dessinent, par contraste, une identité parisienne de la drogue : à Marseille, les drogues « ethniques » (opium des marins chinois, haschich des Maghrébins), le rituel suranné de l’opium ; à Paris, plus souvent, les drogues dures, qui électrocutent le cerveau et s’absorbent à la va-vite. La prise de « coco », la piqûre d’héroïne semblent ainsi mieux adaptées aux virées nocturnes, aux trépidations de la vie mondaine et professionnelle22. Capitale des flux et du mouvement, Paris a ses toxiques de choix. Nulle part ailleurs mieux qu’à Montmartre ne se montre ce visage parisien de la drogue, fait d’électricité, de mouvement et d’âpreté.

MONTMARTRE : LES DROGUES DU PLAISIR ET DU CRIME

  • 23 Selon l’expression d’une sociologue à propos de la période contemporaine. M.-D. Barré, Toxicomanie (...)

12La cartographie des adresses des prévenus jugés pour infraction à la loi sur les stupéfiants, rapportées au nombre d’habitants de chaque arrondissement, fait apparaître sans ambiguïté un Paris de la drogue qui a son épicentre dans le Montmartre « du plaisir et du crime » cher à Louis Chevalier : ce sont en effet les quartiers Saint-Georges, Grande-Carrière et Clignancourt qui concentrent, en matière de stupéfiants, le maximum de délinquance. Sans doute le quartier est-il plus suspecté et surveillé que d’autres, et la police toujours encline à « aller pêcher dans les mêmes eaux »23. Mais complétés par l’ensemble de notre corpus, ces éléments judiciaires révèlent une véritable configuration sociale de la drogue, celle des prostituées, des petits trafiquants, du personnel de l’hôtellerie et de la restauration, des « artistes » qui, résidents de la Butte Montmartre, subissent la tentation de l’usage et du commerce des stupéfiants. Le phénomène déborde d’ailleurs sur les quartiers adjacents (Ternes, Batignolles), où l’on trouve une prostitution plus diluée ainsi que les fournisseurs des beaux quartiers, et leurs clients.

  • 24 Paris semble être le principal marché pour la drogue au détail, Marseille polarisant le commerce d (...)
  • 25 A. Breton, Nadja, Paris, 1928.
  • 26 Voir par exemple le témoignage d’un chanteur montmartrois qui fréquente les milieux d’initiés de M (...)
  • 27 Les témoignages sur ce point sont nombreux. Voir par exemple un procès dans les Arch. dép. Seine D (...)
  • 28 Ibid., rapport du 7 juillet 1936.

13Quelle est, à l’égard de la drogue, la spécificité montmartroise ? D’abord et avant tout celle de son trafic, puisque c’est au pied de la Butte que l’on vient s’approvisionner de tout Paris, et même de province24, voire de l’étranger. A une échelle plus fine, ce sont des rues que l’on identifie et qui abritent nombre d’établissements de nuit ou d’hôtels de passe où circulent les drogues : artères qui descendent en étoile de la place Clichy ou de la place Blanche (rue Fontaine, rue Duperré, rue Henri Monnier, rue Victor Massé) ou qui partent à l’assaut de la Butte (rue Germain Pilon, impasse Guelma, rue Tholozé, rue Duran-tin). Tous les intoxiqués de Paris savent qu’ils pourront trouver leur produit dans les bars ou les hôtels qui bordent ces voies, par exemple à la brasserie Léon, boulevard de Clichy, ou encore au café Cyrano, où André Breton aimait épier, en voisin, le discret ballet des trafiquants et de leurs clients25. L’économie locale de la drogue semble même avoir fixé certaines catégories d’usagers, qui souhaitent être plus près de la source d’approvisionnement et profiter d’une nouvelle sociabilité de la drogue26. Elle se déploie dans certains cafés, dans certains dancings et à partir de la fin des années vingt, dans les « hôtels pour intoxiqués » qu’évoquent les rapports de police27, taudis spécialisés où l’on prétend – la rumeur est difficile à vérifier – que les toxicomanes sont approvisionnés sans avoir à quitter leur chambre28.

  • 29 L. Chevalier, Montmartre..., op. cit.
  • 30 L’étude de presse que nous avons consacrée à ce quotidien a montré que la drogue y occupait une pl (...)

14Dans cette progression sournoise de la gangrène-drogue, Louis Chevalier voyait un signe de la dégradation inéluctable de la fête montmartroise, et déplorait la funeste étreinte d’Eros et de Thanatos29. C’est que Montmartre cumule des traits qui peuvent expliquer la polarisation géographique de cette nouvelle déviance urbaine : le poids de la prostitution, une vie nocturne à la fois intense et équivoque, l’influence de cette frange de la bohème qui n’a pas déserté le quartier pour Montparnasse, mais aussi le caractère populaire du quartier, qui a pu aiguiser la tentation des trafics illégaux. Peut-être sa position périphérique, son éloignement des centres vitaux de la capitale favorisaient-ils également le développement d’une marginalité de ce type. Par-delà le pittoresque du sordide largement exploité par un journal tel Paris Soir30, la drogue montmartroise cristallise dans l’entre-deux-guerres une nouvelle facette : celle de la drogue comme pathologie de la vie urbaine, fruit du déracinement, de la précarité et de l’exclusion. Désormais, la plupart des grandes villes occidentales auront leur « quartier de drogue », souvent un concentré de problèmes sociaux.

***

15L’on voudrait s’interroger, pour conclure, sur les ruptures et les permanences observables dans le temps long. Peut-on en effet déceler des lignes durables dans cette domination de la capitale qui nous semble culminer dans l’entre-deux-guerres ? Sans doute la drogue n’a-t-elle plus rien de primordialement parisien, à l’heure où des études évoquent des « toxicomanie à la ferme », où les villes-frontières et les banlieues sinistrées se révèlent particulièrement vulnérables au trafic, où la consommation de cannabis s’est si bien banalisée qu’elle semble être de tous les lieux et de toutes les occasions. Mais les drogues de la vie nocturne et de la dérive urbaine restent associées aux tensions et aux mirages de la capitale, tandis que la ville demeure, à l’échelle nationale, l’un des principaux marchés de la drogue. Pour la drogue comme pour d’autres réalités socioculturelles, le Paris de l’entre-deux-guerres a joué un rôle de laboratoire de la modernité, annonciateur de bouleversements à venir.

16 (Georges Simenon) ou magazines policiers (Détective), la rubrique des faits divers alimente ainsi une « mythologie de la drogue » propre au Paris de l’entre-deux-guerres.

Annexes

ANNEXES

Tableau 1 – Nature des délits jugés à Paris et à Marseille dans le cadre de la loi de 191631

Tableau 1 – Nature des délits jugés à Paris et à Marseille dans le cadre de la loi de 191631

Tableau 2 – Nature des drogues saisies à Paris et à Marseille (en % des citations totales), d’après les jugements correctionnels32

Tableau 2 – Nature des drogues saisies à Paris et à Marseille (en % des citations totales), d’après les jugements correctionnels32

Répartition des résidences des inculpés jugés pour Infraction à la loi de 1916 durant la période 1917-1937

Répartition des résidences des inculpés jugés pour Infraction à la loi de 1916 durant la période 1917-1937

Source : Registres jugements correctionnels, A.D. Seins

Notes

1 Établi à partir du Compte général de l’administration de la justice criminelle du ministère de la Justice.

2 La comparaison des deux tableaux fait, au vrai, ressortir des erreurs dans les statistiques du Compte général..., puisque nous recensons certaines années un total d’inculpations parisiennes supérieur aux chiffres mentionnés par le Compte pour l’ensemble du territoire métropolitain. Aussi le poids statistique de Paris est-il peut-être sous-estimé.

3 Voir J.-M. Berlière, Le monde des polices en France, Bruxelles, 1996, p. 96 et 112.

4 Voir les remarques de F. Démier et J.-C. Farcy dans Regards sur la délinquance parisienne à la fin du xixe siècle, rapport dactyl., Université Paris X, 1997, p. 24.

5 Ibid.,p. 28.

6 Voir annexes, tableau 1.

7 Voir P. Guillaume, Le rôle social du médecin depuis deux siècles, Paris, 1996. p. 201-202.

8 Voir par exemple un procès collectif de pharmaciens et de médecins jugé le 20 juillet 1923, qui fait apparaître une clientèle à la fois parisienne et provinciale (Arch. dep. Seine, D1U6, 20 juillet 1923).

9 Cl. Farrère, Les petites alliées (1910), réed., Paris, 1999.

10 Voir annexes, carte.

11 L. Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime, Paris, 1980, p. 385-387.

12 Voir par exemple J. Perrin, La responsabilité pénale des toxicomanes, Paris, 1938, p. 30 et 37.

13 Fréquemment dénoncée comme un haut lieu parisien de la drogue. Montparnasse est beaucoup moins présente dans nos sources, notamment judiciaires, sans doute parce que le commerce des stupéfiants y est moins développé que sur la Butte, et la surveillance policière moins omniprésente.

14 Voir par exemple une lettre du Commissariat central d’Avignon du 4 mars 1922, Arch. nat. BB18 2488 (2), ou un article de Paris Soir intitulé « Un trafiquant de coco se fait pincer à Provins », 8 novembre 1928.

15 É.. de Gramont, Souvenirs du monde, Paris, 1966.

16 P. Drieu La Rochelle, Le feu follet, Paris, 1931, ou Récit secret, Paris, 1961.

17 J. Cocteau, Opium, journal d’une désintoxication, Paris. 1930.

18 Année du premier décret contre l’opium.

19 Voir par exemple R. DESNOS dans Le vin est tiré, Paris. 1943, p. 186-187. ou V. Cyril et le Dr Bergé, La « coco », poison moderne, Paris, 1924, p. 16-17.

20 Voir E. Retaillaud-Bajac, « Le Grand Jeu : drogues et littérature », Sociétés et représentations, nov. 1995, p. 71-83.

21 Voir annexes, tableau 2.

22 Voir sur ce point le témoignage de Jean Basque [pseudonyme de l’éditeur Léon Pierre-Quint], Journal d’une double libération. Paris. 1954, p. 112.

23 Selon l’expression d’une sociologue à propos de la période contemporaine. M.-D. Barré, Toxicomanie et délinquance, Paris, 1994, p. 80.

24 Paris semble être le principal marché pour la drogue au détail, Marseille polarisant le commerce de gros.

25 A. Breton, Nadja, Paris, 1928.

26 Voir par exemple le témoignage d’un chanteur montmartrois qui fréquente les milieux d’initiés de Montmartre dans J. Ghelerter, Les toxicomanies, élude médico-sociale, Paris, 1929, p. 62-63.

27 Les témoignages sur ce point sont nombreux. Voir par exemple un procès dans les Arch. dép. Seine D1U6 3373, jugé le 3 décembre 1937, qui évoque l’hôtel Sylva, au 12 rue Frochot. ou bien les rapports du brigadier Metra conservés en Arch. nat. F7 14832.

28 Ibid., rapport du 7 juillet 1936.

29 L. Chevalier, Montmartre..., op. cit.

30 L’étude de presse que nous avons consacrée à ce quotidien a montré que la drogue y occupait une place supérieure à celle des autres titres. De même que certains romans

31 On a regroupé les délits en 5 catégories principales ; pour l’usage, il s’agit d’une reconstitution selon des critères de vraisemblance, puisque seul l’usage en société est puni. Les infractions de nature économique concernent les cas de marchands ou de spécialistes d’import-export n’ayant pas respecté la législation. Les infractions d’ordre médical concernent le personnel médical et les pharmaciens accusés de non-respect des règles de prescription.

32 On a choisi quatre années témoins, en fonction de la vigueur de la répression et du volume d’affaires. Les totaux peuvent être supérieurs à 100 % du fait que de nombreux jugements impliquent plusieurs drogues.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Nature des délits jugés à Paris et à Marseille dans le cadre de la loi de 191631
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 2 – Nature des drogues saisies à Paris et à Marseille (en % des citations totales), d’après les jugements correctionnels32
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Répartition des résidences des inculpés jugés pour Infraction à la loi de 1916 durant la période 1917-1937
Légende Source : Registres jugements correctionnels, A.D. Seins
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 458k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter